JEAN #49 - Demeurer Sur le Cep

(John 15:1-11)

Par Ed Miller

Le texte qui suit est la transcription d'un message donné en anglais. La forme orale a été conservée, mais des titres de sections ont été ajoutés pour faciliter la lecture. (NdT)

Bonjour et bienvenue dans notre quarante neuvième leçon sur ce merveilleux évangile Jean.

Avant de prier, j'aimerais partager avec vous un verset biblique. Esaïe 30:20 dit: « Ceux qui t'instruisent ne se cacheront plus, Mais tes yeux verront ceux qui t'instruisent. » J'ai trouvé ce verset merveilleux, parce que lorsque nous étudions la Bible, et que nous demandons à Dieu d'ouvrir nos yeux nous espérons que nos yeux puissent voir l'enseignement. Mais ce verset ne dit pas que nos yeux vont voir l'enseignement. Il est dit que nos yeux vont voir l'enseignant. Je ne veux pas parler du niveau terrestre et des instruments humains mais du Seigneur Lui-même. Louez soit Dieu pour l'enseignement, et j'espère que nous pourrons voir l'enseignement, mais j'espère qu'Il ouvrira également nos yeux pour que nous puissions voir l'Enseignant.

Prions:

Père nous Te remercions à nouveau pour Ta précieuse Parole, et l'opportunité que nous avons de prendre ces moments pour nous focaliser d'une façon toute nouvelle pour nous détacher un peu plus de nos préoccupations légitimes, et simplement regarder à Toi. Merci pour Ta parole, merci pour Ton Saint-Esprit qui vit dans notre coeur, dont le ministère et le privilège est de tourner les yeux de notre coeur vers le Seigneur Jésus. Nous Te remercions pour ce temps de méditation et nous souhaitons que cela soit un temps de bénédictions pour Ton coeur, et par là même pour le nôtre. Merci de nous montrer l'Enseignant. Nous Te le demandons dans le nom merveilleux du Seigneur Jésus. Amen.



RÉSUMÉ

Merci de prendre Jean 15. Nous allons continuer notre discussion sur ces cinq merveilleux chapitres qui ont été partagés un jour avant la Croix. Je vous rappelle que tous ces chapitres du 13 au 17, contiennent le discours de notre Seigneur Jésus la nuit où Il fut trahi. Vous vous rappelez qu'ils contiennent des instructions très privées. Cela n'a pas été dit au monde mais uniquement à Ses enfants. Cette nuit-là Il a partagé ce qu'il y avait sur Son coeur, Il a partagé Sa passion et Son fardeau. Certaines des choses les plus merveilleuses de toute la Bible nous sont données dans ces cinq chapitres.

C'est comme s'Il disait: « Vous savez que je vais vous quitter mais avant de vous quitter j'aimerais que vous sachiez ces choses. » Et Il leur a donné de merveilleuses vérités. Il leur a partagé des vérités au sujet de la prière, des vérités au sujet de l'union avec Dieu, des vérités au sujet du Saint-Esprit qui demeure dans les croyants, des vérités au sujet de porter du fruit pour Dieu, des vérités au sujet du ministère sacerdotal de notre Seigneur Jésus, des vérités au sujet de Son amour. Il a simplement partagé ce qu'il y a sur Son coeur, lors de cette merveilleuse nuit.

Nous continuons de suivre le thème général que Jean nous donne en Jean 20:31 qui dit: « Mais ces choses ont été écrites afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et qu'en croyant vous ayez la vie en son nom. » Jean nous dit très clairement pourquoi il a écrit tout cela. Il a écrit cela pour que vous sachiez qui est Jésus, ce qu'est la foi, et ce qu'est la vie. Tout dans l'évangile de Jean a pour objectif de nous montrer qui est Jésus. Tout dans l'évangile de Jean a pour objectif de nous enseigner ce qu'est la foi pour qu'en croyant nous puissions avoir la vie, Le connaître, Lui faire confiance, et profiter de Lui. Nous avons commencé à répondre à ces trois questions: Qui est Christ, qu'est-ce que la foi et qu'est-ce que la vie, à partir du chapitre 15.

Jean 15:1-11 dit: « Je suis le vrai cep, et mon Père est le vigneron. Tout sarment qui est en moi et qui ne porte pas de fruit, il le retranche; et tout sarment qui porte du fruit, il l'émonde, afin qu'il porte encore plus de fruit. Déjà vous êtes purs, à cause de la parole que je vous ai annoncée. Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s'il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi. Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire. Si quelqu'un ne demeure pas en moi, il est jeté dehors, comme le sarment, et il sèche; puis on ramasse les sarments, on les jette au feu, et ils brûlent. Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé. Si vous portez beaucoup de fruit, c'est ainsi que mon Père sera glorifié, et que vous serez mes disciples. Comme le Père m'a aimé, je vous ai aussi aimés. Demeurez dans mon amour. Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, de même que j'ai gardé les commandements de mon Père, et que je demeure dans son amour. Je vous ai dit ces choses, afin que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite. » Jean 15:16 dit: « Ce n'est pas vous qui m'avez choisi; mais moi, je vous ai choisis, et je vous ai établis, afin que vous alliez, et que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure, afin que ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donne. »

Reprenons ces trois questions et leur simple réponse. Qui est Christ selon ce merveilleux passage? La réponse est donnée au verset 15:1, Il est le vrai cep. Christ est le vrai cep. Selon ce passage qu'est-ce que la foi? Voici à nouveau ce que dit Jean 15:4-5: « Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s'il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi. Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire. » Ces deux versets insistent sur le fait de demeurer. La foi c'est demeurer dans le vrai cep. Et selon ce passage qu'est-ce que la vie? J'aime à prendre ces versets ensemble: le verset 15:2 parle de fruit, la fin du verset 15:2 parle de plus de fruit, le verset 15:5 parle de beaucoup de fruit. Puis le verset 15:16 dit: « que votre fruit demeure. » Qu'est-ce que la vie? C'est le fruit, c'est plus de fruit, c'est beaucoup de fruit, c'est le fruit qui demeure. Ainsi Christ est le vrai cep. La foi c'est demeurer dans le vrai cep. Et ensuite la vie c'est le fruit abondant qui vient du fait de demeurer en Christ.

Nous avons déjà commencé à examiner cette première question plus en détail, Christ est le vrai cep. Et je vous ai rendu attentif dans notre précédente leçon le fait que Jésus n'a pas dit qu'il est le pied de vigne et nous les sarments. Il a dit qu'Il est le cep et nous les sarments. Le cep inclut les racines, le pied, le tronc et les branches, les bourgeons et les fruits, Il est tout l'ensemble. En fait Christ nous dit qu'Il est tout et que nous sommes unis à Lui. N'est-ce pas une merveilleuse vérité? Il est le cep et nous sommes unis à Lui. Les sarments sur un cep ne sont pas comme les branches sur un arbre. Sur un petit arbre on peut simplement arracher les branches. Il arrive parfois que dans un orage des branches tombent et vous pouvez les retrouver par terre. Mais vous ne pouvez pas vous rendre dans un vignoble après une tempête et constater que les branches soient tombées par terre et que le tronc soit resté debout.

Il n'y aura pas de branche par terre, parce que le cep et les branches sont entrelacés. Ils sont un. Si vous arrachez la branche d'un cep vous verrez que vous détruisez le cep parce qu'ils sont si entrelacés! Le sarment n'est pas juste une excroissance. Qui est Christ? Il est tout et nous sommes unis à Lui. Lorsque Jésus emploie le mot vrai pour le vrai cep c'est en opposition au faux cep. Il y a de nombreuses personnes qui disaient être le cep.

A la fin de notre précédente leçon nous avons discuté de la question suivante, qu'est-ce que la foi? Jean 15:4-5 dit: « Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s'il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi. Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire. »

Je vous ai dit que pour les disciples cela était une affirmation très choquante. Les juifs ont grandi en croyant qu'eux étaient le cep. Ce que le Seigneur dit ici est: « Ce n'est pas vous qui êtes le cep mais c'est moi. » A travers tout l'Ancien Testament Israël était appelée la vigne. Ils mettaient leur espérance à porter du fruit dans le fait qu'ils étaient le cep. Ils sont devenus très fiers. Si à l'époque du Nouveau Testament vous aviez demandé à n'importe quel juif qui est la vigne, il aurait répondu: « C'est nous, va au temple, et regarde il y a une grande vigne d'or. » D'après l'historien Josèphe les grappes avaient la taille d'un homme. Il y avait la vigne gravé sur leurs pièces de monnaie.

Osée 10:1 dit: « Israël était une vigne féconde, elle ne fait de fruit que pour elle-même. Plus ses fruits étaient abondants, plus il a multiplié les autels; plus son pays était prospère, plus il a embelli les statues. » Vous voyez c'est cela qui était le problème, elle a produit du fruit pour elle-même et pas pour le Seigneur. Plus ses fruits étaient abondants, plus il a multiplié les autels. Cela est devenu de l'idolâtrie. Jésus leur dit qu'à travers tout l'Ancien Testament ils ont essayé d'être la vigne mais n'ont pas réussi. Tout ce qu'ils ont pu produire était un fruit dégénéré. Il leur dit maintenant la vérité: « Je suis le cep. »

Le Seigneur aurait pu utiliser l'image d'un olivier, un cèdre du Liban, un figuier mais il a utilisé le cep et Il l'a fait exprès. Dans notre précédente leçon je vous ai montré qu'Israël n'était pas la vigne, mais je ne vous ai pas montré pourquoi Dieu a choisi la vigne. Il ne l'a pas choisie de façon arbitraire. Non, Dieu a créé la vigne pour être une illustration.



LA VIGNE EST UN BOIS INUTILE

Toutes les images dans la Bible sont apparues après les vérités qu'elles illustrent. La vérité était dans la pensée de Dieu avant qu'Il n'ait créé quoi que ce soit. Dieu est appelé époux et père. Mais Dieu n'a pas emprunté ces titres de notre condition humaine en pensant que cela pourrait être une bonne illustration. Non, Dieu était Père en premier et ensuite il a créé les pères terrestres pour illustrer Sa paternité. C'est pour la même raison qu'Il a créé la vigne.

Et voici pourquoi Il l'a choisie. Ezéchiel 15:1-5 dit: « La parole de l'Éternel me fut adressée, en ces mots: Fils de l'homme, le bois de la vigne, qu'a-t-il de plus que tout autre bois, Le sarment qui est parmi les arbres de la forêt? Prend-on de ce bois pour fabriquer un ouvrage? En tire-t-on une cheville pour y suspendre un objet quelconque? Voici, on le met au feu pour le consumer; le feu en consume les deux bouts, et le milieu brûle: Sera-t-il bon à quelque chose? Voici, lorsqu'il était entier, on n'en faisait aucun ouvrage; combien moins, lorsque le feu l'a consumé et qu'il est brûlé, en pourra-t-on faire quelque ouvrage? »

Pourquoi est-ce que Dieu a choisi la vigne? C'est parce que ce bois est inutile! Vous ne pouvez pas l'utiliser pour quoi que ce soit. Vous ne pouvez pas faire de chaise à partir de la vigne. Vous ne pouvez pas faire de table à partir de la vigne. En Ezéchiel, Dieu dit que vous ne pouvez pas faire une cheville à partir de la vigne pour y suspendre quelque chose. La vigne était une pièce de bois inutile. Dieu a donc choisi ce bois parce que vous ne pouvez rien en faire. C'est du bois inutile.

Par cela Dieu désirait qu'ils sachent qu'ils ne peuvent rien produire. Mais les juifs ne l'ont pas compris. Alors Dieu a dit: « Je vais devoir te corriger. Je vais devoir vous envoyer en Assyrie. Je vais devoir vous envoyer à Babylone. » Dieu utilise pour cela l'expression passer à travers le feu.

Esaïe 43:2 dit: « Si tu traverses les eaux, je serai avec toi; et les fleuves, ils ne te submergeront point; si tu marches dans le feu, tu ne te brûleras pas, et la flamme ne t'embrasera pas. » Vous voyez, j'avais l'habitude de prendre cela comme un merveilleux verset sur la sécurité pour une personne passant par exemple par une opération chirurgicale. C'est effectivement une merveilleuse application de ce verset, vous pouvez l'appliquer de cette façon. Mais Dieu ne parle pas ici des situations difficiles, des luttes et des afflictions que nous traversons. Il parle de correction. Dieu leur dit: « Vous avez péché et je dois vous discipliner. Je vais donc devoir laisser le fleuve venir pour vous submerger et vous balayer. Mais lorsque le fleuve viendra je serai avec vous. De même lorsque vous traverserez le feu de la correction je tiendrai votre main pendant tout le temps. » N'est-ce pas une précieuse vérité de Dieu?

Le point important ici est que Dieu essaie de dire à son peuple qu'il est comme une vigne et l'on ne peut rien faire avec le bois d'une vigne, elle est inutile. Et si le peuple ne comprend pas, alors Dieu devra y mettre le feu. Mais si Dieu ne peut déjà rien entreprendre avec la vigne que pourrait-Il bien faire avec une vigne consumée? Vous voyez, c'est cela son point.

Il y a un autre genre d'affliction à travers lequel Job est passé. Job 23:10 dit: « Il sait néanmoins quelle voie j'ai suivie; et, s'il m'éprouvait, je sortirais pur comme l'or. » Vous voyez, pour Job il ne s'agissait pas de correction. Mais c'est le cas pour le peuple d'Israël. Ezéchiel 15:5 dit: « Voici, lorsqu'il était entier, on n'en faisait aucun ouvrage; combien moins, lorsque le feu l'a consumé et qu'il est brûlé, en pourra-t-on faire quelque ouvrage? » Lorsque le bois de vigne est en bon état vous ne pouvez rien faire avec. A combien plus forte raison une fois qu'il sera consumé.

Il s'agit exactement de la vérité de l'Ancien Testament de Jean 15:5 qui dit: « Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire. » Nous ne pouvons rien faire en dehors de Dieu. Dieu est déterminé à nous montrer qu'en tant que vigne nous sommes inutiles et si nous ne le comprenons pas Il nous laissera nous consumer de nous-mêmes. C'est lorsque la vigne est finalement consumée que nous voyons que nous ne sommes pas la vigne mais que c'est Dieu.

C'est comme cela que ça s'est passé dans mon cas. Pendant les sept premières années de ma vie chrétienne on m'a enseigné et je croyais que j'étais la vigne. J'ai donc essayé de produire du fruit pour le Seigneur. Je ne savais pas que je ne le pouvais pas. De 1958 à 1965, j'ai essayé d'être la vigne, et par la grâce merveilleuse de Dieu j'ai fini par être totalement exténué en 1965. Je me suis consumé et loué soit Dieu il y avait un instrument humain pour m'aider à détourner les yeux de moi-même et reconnaître que je n'étais pas le cep mais que j'étais le sarment attaché au cep. Christ est le cep, Il est tout et vous êtes attachés à Lui. C'est un grand jour dans la vie d'un chrétien lorsqu'il en arrive à la place où il peut dire: « Je ne suis pas le cep. Sans Lui je ne peux rien faire. »

Est-ce que vous réalisez quelle grande grâce cela est lorsque Dieu vous laisse vous consumer? Vous luttez, vous travaillez, vous finissez exténué et finalement dans la frustration vous dites: « Très bien Seigneur j'abandonne. » Et le Seigneur répond: « Finalement. » Vous dites au Seigneur: « Je suis triste de reconnaître que j'ai échoué. » Et le Seigneur répond: « La seule chose que je n'ai jamais attendue de toi était que tu échoues. Toi tu es peut-être surpris mais pas moi. » C'est lorsque finalement nous pouvons voir qu'Il est le cep que nous pouvons venir épuisés pour nous rafraîchir.

Comme je l'ai souligné dans ce merveilleux verset en Jean 15 lorsque Jésus dit: « sans moi vous ne pouvez rien faire », Il ne voulait pas dire: « sans moi vous ne pouvez absolument rien faire. » Nous pouvons faire beaucoup de choses sans Lui. Nous pouvons démarrer des ministères. Nous pouvons nous consacrer à la mission. Nous pouvons écrire des livres. Nous pouvons écrire des chants. Nous pouvons prêcher. Nous pouvons enseigner. Nous pouvons nourrir les affamés. Nous pouvons habiller les pauvres. Nous pouvons visiter les veuves, les orphelins et les prisonniers. Nous pouvons faire de nombreuses choses sans le Seigneur.



SANS CHRIST JE NE PEUX RIEN FAIRE QUI PUISSE ETRE APPELE FRUIT

Voici ce que Jésus veut dire: « Sans moi vous ne pouvez rien faire qui puisse être appelé fruit. C'est cela le contexte. » Vous pouvez faire beaucoup de choses mais tout cela finira consumé parce que c'est inutile. Ce n'est pas ce que l'on peut appeler fruit.

Ceci dit, comme nous avons mentionné un aspect du feu qui est la correction, le Seigneur permettant que nous finissions exténués, j'aimerais essayer d'enlever une pierre d'achoppement. J'aimerais dire un mot au sujet de Jean 15:6 parce que cela a causé de l'inquiétude chez certains chrétiens. Jean 15:6 dit: « Si quelqu'un ne demeure pas en moi, il est jeté dehors, comme le sarment, et il sèche; puis on ramasse les sarments, on les jette au feu, et ils brûlent. »

Certaines personnes qui lisent cette merveilleuse parabole du cep et du sarment, sont ensuite bloquées par le verset 15:6. Puis elles oublient la merveille de tout le reste parce que tout ce qu'elles voient est le verset 15:6 qui parle de sarments jetés au feu. Elles se disent alors: « Mais je peux perdre mon salut. » Nous savons que Jésus parle là des chrétiens parce que les versets 15:2 et 15:5 disent que les sarments sont sur le cep. Il s'agit de chrétiens. Et tout d'un coup nous lisons le verset 15:6, et nous nous demandons s'il est possible d'être un sarment sur le cep et à la fin d'être retranché et jeté au feu? Lorsque les gens lisent ce verset 15:6 ils se disent peut-être: « Malheur à moi si je fais tout de travers. Si je ne demeure pas sur le cep, il va me mettre dans un fagot avec les autres et me jeter dans le feu de l'enfer. Et je serai loin de Dieu pour toujours. »

Est-ce que c'est cela que Jésus est en train de dire dans ce chapitre? Est-ce que c'est cela l'avertissement? « Si vous ne demeurez pas en moi vous risquez de tout perdre, et vous serez perdu pour toujours. » Lorsque vous étudiez la Bible sous la conduite du Saint-Esprit, vous devez comprendre que lorsqu'Il donne une image, une parabole, une allégorie, Il désire illustrer une grande vérité principale. Les détails font partie du scénario et ont besoin d'être interprétés dans le contexte de cette grande vérité. Est-ce que Jésus parle de la destinée éternelle dans ce passage? Est-ce qu'Il parle de ce qui arrive après qu'une personne meure? Vous voyez, Il n'est pas en train de parler du ciel et de l'enfer.

Il n'est pas en train de parler de ce qui va se passer après qu'une personne meure. Voici le message du chapitre. Il est en train de dire: « Si je demeure en Christ alors je porterai du fruit. » C'est porter du fruit en demeurant.

Comment est-ce que j'interprète alors ce détail? Je le replace dans le message principal. Le message principal est « porter du fruit » en demeurant. Voici donc ce que signifie le verset 15:6. Si je ne demeure pas sur le cep, je suis inutile pour ce qui est de porter du fruit. C'est tout ce qu'il dit. Il dit: « Si vous ne demeurez pas sur le cep, ne rêvez même pas de pouvoir porter du fruit. » Il utilise cette illustration naturelle du vigneron qui coupe les sarments qui ne produisent rien. Ils ne valent rien pour ce qui est « porter du fruit. » Mais le Seigneur ne parle pas de la destinée éternelle de qui que ce soit. Tout chrétien qui n'a pas appris le secret de demeurer sur le cep est inutile dans le domaine de porter du fruit.

Il y a de nombreux chrétiens qui argumentent contre la sécurité éternelle du chrétien. Je ne veux pas entrer dans ce débat mais je dirais que si vous pensez qu'une personne peut perdre son salut, alors n'utilisez pas Jean 15:6 en tant que texte pour prouver cela. Ce texte dit simplement que si je ne demeure pas dans le Seigneur, je suis inutile pour ce qui est de porter du fruit. Il se peut que nous finissions épuisés mais nous ne finirons jamais éloignés de Dieu.

Très bien, retournons à la question suivante. Jean 16:4-5 dit: « Je vous ai dit ces choses, afin que, lorsque l'heure sera venue, vous vous souveniez que je vous les ai dites. Je ne vous en ai pas parlé dès le commencement, parce que j'étais avec vous. Maintenant je m'en vais vers celui qui m'a envoyé, et aucun de vous ne me demande: Où vas-tu? » J'aimerais dire quelques mots au sujet de demeurer, de demeurer sur le cep. Il y a deux parties dans le fait de demeurer.

Nous avons déjà vu le côté négatif. Il s'agit de ne pas mettre sa confiance dans la chair. Philippiens 3:3 dit: « Car les circoncis, c'est nous, qui rendons à Dieu notre culte par l'Esprit de Dieu, qui nous glorifions en Jésus-Christ, et qui ne mettons point notre confiance en la chair. » Cela prend parfois des années pour comprendre cette simple phrase. En dehors de moi vous ne pouvez rien faire. Il ne s'agit pas d'une phrase relative mais absolue.

Nous pensons habituellement que les choses sont un peu plus difficiles sans Christ mais que nous pouvons tout de même les traverser seul, si nous sommes diligent, honnête, si nous faisons attention et si nous sommes sincères. Nous pensons que dans ces conditions nous pouvons plaire au Seigneur et que sans Lui nous pouvons certes produire des fruits inférieurs mais des fruits tout de même. Non, sans Lui il n'y a pas de fruit, aucun.

Voici une petite illustration que j'ai entendue il y a longtemps lorsque j'étais étudiant. Il y a une différence entre la justification selon le pommier et la justification selon un arbre de Noël. Dans notre cas nous n'allons pas utiliser l'exemple du pommier mais de la vigne. Quelle est la différence entre la justice de la vigne et de l'arbre de Noël?

Qu'est-ce que la justice de l'arbre de Noël? C'est en lien avec ce qui est externe, avec la décoration. Sur un arbre de Noël on met toutes sortes de guirlandes et de boules. Ce sont des choses externes qui sont accrochées à l'arbre pour le rendre plus beau. C'est tout ce que je connaissais dans mon jeune âge. Je regardais les autres chrétiens et j'essayais de faire comme eux, j'accrochais des activités comme donner à la mission, aller dans les réunions de prière, étudier la Bible et j'essayais ainsi de rendre ma vie belle. Mais c'est de l'hypocrisie. J'étais aussi mort qu'une vieille branche. J'avais belle allure, les gens disait de moi que j'étais un merveilleux arbre et que je devais être un si bon chrétien, mais dans mon coeur je ne savais rien au sujet de la vie de Dieu. Je ne savais rien au sujet de ce que Dieu appelle fruit. Sans Lui je ne peux rien faire. Nous avons besoin que Dieu imprime cela dans nos coeurs. Le côté négatif de demeurer en Christ est que nous ne devons avoir aucune confiance dans la chair, mais il y a également un côté positif. Voici l'autre côté. Si nous ne devons mettre aucune confiance dans notre chair, nous devons mettre toute notre confiance dans le Seigneur. C'est cela ce que signifie mettre notre confiance dans le Seigneur Jésus-Christ.



DEMEURER EN CHRIST LÀ OÙ DIEU NOUS A PLACE

Laissez-moi vous partager quelques mots au sujet du fait de demeurer. Je ne connais pas le grec, mais loué soit Dieu pour les livres que je possède qui mettent tout cela en anglais. Ils me disent ce que le grec signifie et je leur fais confiance. Le mot demeurer en grec est « meno » et cela signifie simplement rester continuellement.

Vous voyez, lorsque vous avez mis votre confiance dans le Seigneur Jésus, vous avez été placé en Christ; eh bien, restez là où Il vous a mis, c'est si simple! Cela ne sera jamais plus dur que le moment où vous avez mis votre confiance dans le Seigneur. Restez simplement là. Restez en Christ. Vous avez été placés en Christ et cela ne sera jamais plus difficile que cela. Le Seigneur est le vrai cep. Même si vous vivez jusqu'à 105 ans, la seule façon par laquelle vous produirez du fruit est à travers le cep. Nous devons simplement demeurer là.

Voici un passage qui m'a été plus utile qu'aucun autre pour comprendre ce que signifie demeurer en Christ. C'est Jean 6:56 qui dit: « Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang demeure en moi, et je demeure en lui. » « Manger ma chair » cela ressemble à du cannibalisme. « Boire mon sang » cela ressemble à du vampirisme. Oui cela y ressemble et c'est pour cette raison que nous lisons que lorsque Jésus a dit cela de nombreux disciples sont partis parce que c'était des paroles difficiles. Mais il faut que vous vous remémoriez le contexte. C'était le discours au sujet du pain de vie. Juste après avoir donné à manger aux 5000 hommes, Jésus a expliqué qu'Il est le pain de vie et qu'Il est la boisson de la vie.

Lorsqu'il est parlé de « manger ma chair et boire mon sang », vous devez comprendre que cela n'a rien à voir avec le repas du Seigneur. Il ne parle pas du tout de cela. Cela n'a rien à voir avec le fait de se remémorer le Seigneur.

La réalité est qu'il est en train de parler de Lui-même en tant que pain de vie. Jean 6:35 dit: « Jésus leur dit: Je suis le pain de vie. Celui qui vient à moi n'aura jamais faim, et celui qui croit en moi n'aura jamais soif. » Avoir faim et manger vont ensemble et avoir soif et boire vont ensemble. Qu'est-ce que cela signifie que de manger la chair du fils de l'homme? Cela signifie venir à Lui. Qu'est-ce que cela signifie que de boire son sang? Celui qui croit en Jésus n'aura jamais soif. Qu'est-ce que cela signifie que d'habiter? Chaque fois que je vais vers Jésus, chaque fois que je crois en Jésus, je mange sa chair et je bois son sang.

Demeurer n'est pas difficile. Demeurer c'est rester là où vous êtes. Il vous a déjà mis en Christ alors restez là-bas. Venez à Lui. Lorsque quelque chose arrive dans votre vie alors courez vers Jésus. Il y a quelque chose que vous ne comprenez pas, alors croyez en Jésus. Il est écrit que nous devons boire son sang parce que c'est en lien avec l'oeuvre achevée. C'est une oeuvre accomplie.

Il y a des personnes qui font la différence entre le repos de la foi et le combat de la foi. Qu'est-ce que le repos de la foi? C'est croire que Jésus a déjà accompli tout ce dont j'ai besoin pour le passé, pour le moment présent, pour le futur et pour les jours de l'éternité à venir. C'est déjà fait et je crois cela. C'est cela le repos de la foi.

Mais qu'est-ce que le combat de la foi alors? Le combat de la foi c'est préserver fermement le repos de la foi. Je suis triste de dire que la plupart de votre opposition viendra de la part de croyants. Si vous dites: « Je crois que Jésus-Christ a déjà accompli tout ce dont j'ai besoin pour le passé, pour le moment présent, pour le futur et pour les jours de l'éternité à venir », vous verrez comment certains s'élèveront contre vous. Demeurer en Christ signifie simplement rester là. Cela signifie venir à Jésus. Cela signifie croire en Jésus.

Quelqu'un a un jour demandé à Hudson Taylor: « Est-ce que vous savez tout le temps lorsque vous demeurez en Christ? » Quelle grande question! J'aime sa réponse. Il a répondu de cette façon: « Hier j'ai été invité dans la maison d'un ami. Nous avons eu un temps de partage et de communion autour du Seigneur ensemble. Et c'est passé si vite que nous avons raté l'heure. Comme je désirais partir, mon ami m'a demandé si je ne désirais pas rester chez lui pour le soir et passer la nuit dans la chambre d'hôte. Je suis donc resté dans la maison de ce frère. Pourtant je n'étais pas tout le temps conscient d'être chez mon ami parce que pour au moins sept heures j'ai dormi. J'étais inconscient, mais je sais que j'ai demeuré chez lui. Il n'y a jamais eu de moment où je ne pensais pas demeurer dans la maison de mon ami. » Puis il a souligné cela: « Vous ne saurez pas tout le temps lorsque vous demeurez en Christ mais vous saurez tout le temps lorsque vous ne demeurez pas. »

Comment est-ce que vous saurez lorsque vous ne demeurez pas? Eh bien c'est lorsque vous mettez votre confiance en vous. Vous savez lorsque vous demeurez dans le Seigneur. Vous savez si vous vous êtes donnés à Jésus. Vous savez si vous mettez votre confiance en Lui. C'est cela que signifie demeurer. C'est rester là où vous êtes, c'est constamment venir à Jésus et croire en Jésus.

Notre troisième question est: qu'est-ce que la vie? Encore une fois, le verset 15:2 parle de fruit, la fin du verset 15:2 parle de plus de fruit, le verset 15:5 parle de beaucoup fruit et le verset 15:16 dit: « que votre fruit demeure. » Si je viens continuellement à Jésus je porterai du fruit.

Laissez-moi essayer de définir ce que Jésus voulait dire par fruit. Lorsque les chrétiens parlent de fruit, ils ne pensent pas tout le temps à la même chose. Certaines personnes pensent à quelque chose et d'autres à quelque chose d'autre. Lorsque les gens vous demandent si vous êtes un chrétien qui porte du fruit ce qu'ils désirent réellement dire est: « Est-ce que vous emmenez les gens à Christ? Êtes-vous un évangéliste? Êtes-vous un missionnaire? Êtes-vous un gagneur d'âme? »

Si vous ne conduisez pas de gens à Christ, certains diront que vous ne portez pas de fruit. Je pense que cela vient d'une incompréhension de Psaume 126:5-6 qui dit: « Ceux qui sèment avec larmes moissonneront avec chants d'allégresse. Celui qui marche en pleurant, quand il porte la semence, revient avec allégresse, quand il porte ses gerbes. » Certains compositeurs de chants ont associé cela au fait de « moissonner des âmes. » Mais dans le Psaume 126, il ne s'agit pas de larmes causées par la passion des âmes. Il s'agit de larmes de repentance. Ils ont péché contre Dieu, reviennent de Babylone et récoltent la moisson liée à leur repentance. De nombreuses personnes pensent donc qu'il s'agit d'âmes.

Il est intéressant de voir que le mot fruit est utilisé 67 fois dans le Nouveau Testament. Mais il n'y a qu'une référence au fait de gagner des âmes. C'est dans Romains 1:13 qui dit: « Je ne veux pas vous laisser ignorer, frères, que j'ai souvent formé le projet d'aller vous voir, afin de recueillir quelque fruit parmi vous, comme parmi les autres nations; mais j'en ai été empêché jusqu'ici. » Vous voyez, il appelle cela le fruit. Paul utilise une fois cette notion du fruit pour dire que cela peut être le fait de conduire des gens à Christ. Mais je ne pense pas que c'est cela que Jésus avait à l'esprit lorsqu'Il parle de demeurer en Lui. Cela inclut cela mais je pense qu'Il avait quelque chose d'autre à l'esprit.

D'autres chrétiens disent que le fruit fait bien entendu référence à Galates 5:22-23 qui dit: « Mais le fruit de l'Esprit, c'est l'amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance; la loi n'est pas contre ces choses. » Cela fait partie du fruit mais je ne pense pas que c'est cela que notre Seigneur Jésus avait à l'esprit en Jean 15.

Quelqu'un d'autre dira peut-être que cela fait référence à Matthieu 7:16-20 qui dit: « Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons? Tout bon arbre porte de bons fruits, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits. Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits, ni un mauvais arbre porter de bons fruits. Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits est coupé et jeté au feu. C'est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez. » Certains disent que le fruit fait référence aux caractéristiques d'une vie. C'est la façon dont une personne vit, c'est son oeuvre.

Encore une fois je pense que cela inclut la mission, le fruit de l'esprit et notre comportement, mais je crois que cela signifie autre chose. Dans son livre DEMEURER EN CHRIST, Andrew Murray fait ce commentaire: « La parabole nous enseigne la nature de cette union. La connexion entre le sarment et le cep est vivante. Une union externe et temporaire ne suffira pas, aucune oeuvre de l'homme ne peut affecter cette union, le sarment, qu'il soit original ou greffé, ne vit qu'au travers de l'oeuvre du créateur en vertu de laquelle la vie, la sève, la nourriture et le fruit du cep se communiquent eux-mêmes au sarment. Les feuilles, les bourgeons et les tiges du sarment sont les feuilles, les bourgeons et les tiges du cep. C'est la vie de la vigne qui pousse pour parcourir son chemin jusque dans le sarment. »

En d'autres termes qu'est-ce que le fruit? C'est la vie du cep, c'est la vie de Christ manifestée dans le sarment au travers du fruit. J'ai un jour lu ce commentaire: « le fruit est l'endroit où la semence est conçue. » En d'autres termes le fruit porte la vie. Tout le sujet est la vie. Quand est-ce que le fruit est mûr? La réponse est: lorsque la semence est prête, puis il tombe sur le sol.

Est-ce que vous saisissez pourquoi cela est si essentiel à comprendre? C'est parce que la plupart des chrétiens font semblant. La plupart ont une justice d'arbre de Noël. Si vous faites semblant, si c'est du plastique, si ce n'est pas réel, si c'est simplement une habitude, alors il n'y a pas de vie là-dedans. Tout le point important est que nous devons demeurer en Christ pour qu'il y ait la vie. Avez-vous déjà entendu cette phrase? Une personne peut compter le nombre de graines dans une pomme. Mais il n'est pas possible de compter le nombre de pommes dans une graine. Pensez à cela. Qui est Christ? Il est le vrai cep. Qu'est-ce que la foi? La foi c'est demeurer en Christ le cep. Et qu'est-ce que la vie? La vie est le fruit qui vient lorsque nous demeurons en Christ.

J'aimerais juste terminer en disant: « Ne regardez pas au fruit. » Le fruit est un sous-produit. Ce n'est pas un objectif. Le fruit ne vient pas chez ceux qui recherchent le fruit. Le fruit vient chez ceux qui regardent à Christ. Cela était vrai lorsque j'ai pour la première fois mis ma confiance dans le Seigneur. Cela était vrai pendant les longues années où j'ai servi le Seigneur et cela est encore vrai aujourd'hui.

Psaume 92:14 dit: « Ils portent encore des fruits dans la vieillesse, Ils sont pleins de sève et verdoyants, » Lorsque j'ai pour la première fois mis ma confiance en Jésus, j'ai été placé en Christ. Et tout ce que vous avez à faire est de rester là où vous êtes. Si vous vivez jusqu'à cent ans cela ne sera jamais plus difficile que de venir à Jésus et de croire en Jésus et se remettre à Jésus. Si je continue de faire cela alors je vieillirai en portant du fruit.

Terminons avec une prière que l'on trouve en Esaïe. Esaïe 37:31 dit: « Ce qui aura été sauvé de la maison de Juda, ce qui sera resté poussera encore des racines par-dessous, et portera du fruit par-dessus. » Quelle merveilleuse vérité! Que nous puissions prier cela! Seigneur accorde-nous de pousser des racines par-dessous et des fruits par-dessus.

Prions:

Père nous Te remercions tellement pour Ta parole. Comme c'est simple de juste demeurer en Christ. Nous désirons faire partie de ce reste à qui il poussera encore des racines par-dessous, et qui portera du fruit par-dessus. Nous ne désirons pas jouer à un jeu. Nous ne désirons pas simplement être religieux. Nous désirons la vie. Tu as écrit ces choses pour que nous sachions qui est Jésus, pour que nous sachions ce qu'est la foi et ce qu'est la vie. Merci d'être le vrai cep. Rends-nous capables de demeurer en Toi pour que nous puissions porter du fruit et que notre fruit puisse demeurer. Nous Te le demandons dans le nom de Jésus. Amen.

Jean 50