HEBREUX #12 - VUE D'ENSEMBLE DE NOTRE GRAND PRETRE

Par Ed Miller

Le texte qui suit est la transcription d'un message donné en anglais. La forme orale a été conservée, mais des titres de sections ont été ajoutés pour faciliter la lecture. (NdT)

Bonjour et bienvenue dans notre douzième leçon de cette merveilleuse épître aux Hébreux.

Prions:

Père, nous Te remercions parce que nous pouvons venir à Toi au nom de Jésus, et que nous pouvons sonder Ta précieuse parole. Seigneur, nous Te demandons de guider notre méditation. Protège Ton peuple de ce qui ne vient pas de Toi. Merci parce que Tu nous as donné le Saint Esprit pour voir Christ. Rends nous capables d'être détachés de toutes les préoccupations légitimes de la vie pour nous focaliser de façon surnaturelle sur Christ. Merci de Ton intervention parce que Jésus le mérite, et c'est en Son nom que nous prions. Amen.



RÉSUMÉ

L'épître aux Hébreux est la révélation de notre Seigneur Jésus en tant que Grand Prêtre pour nous. Son passage clé est situé en Hébreux 8:1-2:

« Le point capital de tout ce qui vient d'être dit, c'est que nous avons un tel souverain sacrificateur, qui s'est assis à la droite du trône de la majesté divine dans les cieux, comme ministre du sanctuaire et du véritable tabernacle, qui a été dressé par le Seigneur et non par un homme. »

Le point capital dépasse la simple existence de Jésus comme Grand Prêtre, il signifie surtout qu'Il est à notre service en tant que Grand Prêtre; nous L'avons. Il y a des différences entre les chrétiens dans leur confiance à Jésus, dans leur obéissance, dans leur soumission, dans leur maturité. Mais il n'y en a pas dans le fait d'avoir Jésus en tant que Grand Prêtre. Vous n'êtes pas plus privilégiés que moi dans ce domaine. Et je ne le suis pas plus que vous.

On peut donc dire que le message de cette épître ne tient pas uniquement dans le fait que Jésus est un Grand Prêtre, mais que nous L'avons en tant que Grand Prêtre. C'est indépendant des problèmes de croissance et de maturité. Tout chrétien a ce Grand Prêtre. Les quatre premiers chapitres de cette épître nous préparent à cette révélation: Christ notre grand Prêtre. Et ce n'est qu'au chapitre 5 que commence le vrai développement du sujet. Il importe de rappeler qu'Hébreux est le seul livre dans la Bible, qui présente le ministère actuel de Christ, dans les cieux. En d'autres termes, ce livre nous parle de ce qu'Il est en train de faire maintenant.

Nous savons ce qu'Il a fait lorsqu'Il est venu la première fois. Il a vécu une vie parfaite. Il est mort pour nous. Il a été enseveli, Il est ressuscité. Il est monté au ciel achevant ainsi Son oeuvre sur terre. C'est l'oeuvre qu'Il a accomplie et qui est maintenant terminée. Mais la question développée par cette épître est de savoir ce qu'Il fait maintenant qu'Il est aux cieux? Est-Il simplement assis là haut en attendant que la trompette sonne pour Son retour? Est-Il actif? A-t-Il un ministère, et si tel est le cas, lequel? Voilà le sujet du livre des Hébreux.

Jusqu'ici nous avons étudié les quatre premiers chapitres de l'épître qui constituent l'introduction du ministère actuel de Christ au ciel. Le chapitre 1 présente Jésus en tant que Dieu. Le chapitre 2 présente Jésus en tant qu'homme. Les chapitres 3 et 4 nous disent que le Dieu-Homme est notre repos. Il importait pour nous de Le connaître sous tous ces aspects pour la suite. Relisons les versets étudiés dans notre dernière leçon. Voici ce que dit Hébreux 4:12-16:

« Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu'une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu'à partager âme et esprit, jointures et moelles; elle juge les sentiments et les pensées du coeur. Nulle créature n'est cachée devant lui, mais tout est à nu et à découvert aux yeux de celui à qui nous devons rendre compte. Ainsi, puisque nous avons un grand souverain sacrificateur qui a traversé les cieux, Jésus, le Fils de Dieu, demeurons fermes dans la foi que nous professons. Car nous n'avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché. Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce afin d'obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins. »

En fin de notre dernière leçon, j'ai souligné que Dieu ne nous aborde pas avec l'aspect technique du Sacerdoce. Ce sera pour plus tard. Il veut d'abord que nous soyons pénétrés de la divinité de Jésus. Jésus sait tout, par omniscience. Car tout est à nu et à découvert aux yeux de Celui à qui nous devons rendre compte.

Dans l'ancienne alliance, le sacrificateur tenait l'animal à sacrifier par la peau du cou, prenait son couteau et l'éventrait pour en examiner l'intérieur. De même, la Parole de Dieu nous prend par le cou, nous met sur le dos, nous éventre et Dieu examine ensuite les pensées et les motivations de notre coeur. Il sait tout parce qu'Il est Dieu. Cependant Il est capable de compassion parce qu'Il est devenu péché. C'est ainsi qu'Il sait également tout de nous par cette expérience humaine.

Bien que Christ soit Dieu et qu'Il sache tout à notre sujet, et bien qu'Il soit homme et sache tout à notre sujet, Il nous invite quand même à nous approcher avec assurance du trône de la grâce. Je l'ai déjà dit et je le répète. Il sait tout de vous par omniscience et Il sait tout de vous par expérience humaine, Il vous invite tout de même à venir à Lui. C'est incroyable; Nous sommes invités au trône de la grâce!

Dans la Bible, le verset 4:16 est le seul endroit où se trouve l'expression trône de la grâce. Pourtant vous ne trouverez pas un seul chrétien sur la planète, qui ne l'ait pas entendu. Cela est dû au fait qu'il y a un cri dans le coeur de l'homme, provenant du coeur de Dieu: C'est un appel à l'aide. Il se manifeste dans chaque coeur humain. C'est pourquoi, même si cette expression est unique dans la Bible, tous en ont conscience. Elle répond à l'un des besoins les plus profonds de notre coeur.

Tout ceci était un rappel de l'introduction au sacerdoce de notre Grand Prêtre dans notre dernière leçon. En terminant, nous avons présenté le trône de la grâce comme l'endroit où aller, non pour donner, mais pour recevoir. Lorsque vous allez au trône de la grâce, n'y allez pas pour donner mais pour recevoir grâce, miséricorde et secours. Très souvent les chrétiens viennent au trône de la grâce pour se consacrer à nouveau au Seigneur. Ils Lui font des promesses, ils promettent de s'engager plus ou de lire davantage la Bible, ils prennent de bonnes résolutions, etc. Non, le trône de la grâce, n'est pas l'endroit adéquat pour cela. C'est une place vers laquelle nous courrons pour recevoir. Considérons à nouveau le verset 4:16:

« Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce afin d'obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins »

Selon l'original grec du Nouveau Testament, cette petite expression « dans nos besoins » veut dire « dans nos besoins saisonniers. » Par conséquent nous pouvons courir vers le trône de la grâce et recevoir au bon moment de quoi être secourus, dans nos besoins du moment. Voilà ce que nous avons vu la dernière fois. Bien que Dieu sache tout de moi en tant que Dieu, et qu'Il sache tout de moi en tant qu'homme, Il m'invite tout de même au trône de la grâce.



CHRIST EST NOTRE AVOCAT

Pour introduire les chapitres 5 à 10 relatifs au sacerdoce actuel de Christ, j'aimerais en dresser une vue d'ensemble. On peut y distinguer trois aspects que nous développerons en avançant de chapitre en chapitre, mais j'aimerais dès maintenant en dresser une vue d'ensemble. Je suis sûr que vous avez déjà entendu parler de son premier aspect. C'est la fonction d'avocat. 1 Jean 2:1-2 nous l'indique:

« Mes petits enfants, je vous écris ces choses, afin que vous ne péchiez point. Et si quelqu'un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus Christ le juste. Il est lui-même une victime expiatoire pour nos péchés, non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier. »

Christ est donc notre défenseur, notre avocat dans le cadre de son sacerdoce, Il se lève pour prendre notre défense. Cela est très bien illustré en Zacharie. Il s'agit d'une vision où Josué a sur lui des vêtements sales et il est debout devant les anges. Zacharie 3:1-5 dit:

« Il me fit voir Josué, le souverain sacrificateur, debout devant l'ange de l'Éternel, et Satan qui se tenait à sa droite pour l'accuser. L'Éternel dit à Satan: Que l'Éternel te réprime, Satan! Que l'Éternel te réprime, lui qui a choisi Jérusalem! N'est-ce pas là un tison arraché du feu? Or Josué était couvert de vêtements sales, et il se tenait debout devant l'ange. L'ange, prenant la parole, dit à ceux qui étaient devant lui: Otez-lui les vêtements sales! Puis il dit à Josué: Vois, je t'enlève ton iniquité, et je te revêts d'habits de fête. Je dis: Qu'on mette sur sa tête un turban pur! Et ils mirent un turban pur sur sa tête, et ils lui mirent des vêtements. L'ange de l'Éternel était là. »

Satan vient pour accuser les enfants de Dieu et dit qu'ils méritent d'être jeté au feu, mais Christ se lève et dit: « Oui, c'est vrai mais je suis mort pour eux. » Une partie du ministère actuel de notre Seigneur est d'être notre avocat. C'est la fonction qu'Il a pour moi dans les cieux, lorsque j'ai échoué, lorsque j'ai péché. Christ exerce Son ministère d'avocat après que j'ai péché, après que j'ai tout mis sens dessus dessous.



CHRIST EST NOTRE INTERCESSEUR

Voyons maintenant Hébreux 7:25:

« C'est aussi pour cela qu'il peut sauver parfaitement ceux qui s'approchent de Dieu par lui, étant toujours vivant pour intercéder en leur faveur. »

Le second aspect de Son sacerdoce est celui d'intercesseur. Christ prie pour nous. Hébreux 2:17-18 l'atteste:

« En conséquence, il a dû être rendu semblable en toutes choses à ses frères, afin qu'il fût un souverain sacrificateur miséricordieux et fidèle dans le service de Dieu, pour faire l'expiation des péchés du peuple; car, ayant été tenté lui-même dans ce qu'il a souffert, il peut secourir ceux qui sont tentés. »

La différence entre l'avocat et l'intercesseur, c'est qu'Il est mon avocat après que j'ai péché, et Il est mon intercesseur avant que je ne pèche.

Nous en avons une grande illustration en Luc 22: 31-32:

« Le Seigneur dit: Simon, Simon, Satan vous a réclamés, pour vous cribler comme le froment. Mais j'ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille point; et toi, quand tu seras converti, affermis tes frères. »

En ce moment et 24 heures sur 24, Jésus prie pour vous. C'est merveilleux d'avoir des chrétiens qui prient pour vous. Personnellement je demande souvent aux gens de prier pour moi lorsque je dois me rendre à une conférence, et j'apprécie réellement cela. Mais même si tout le monde oublie, Jésus prie pour moi! Jésus prie 24 heures sur 24 pour nous.

Si vous désirez encourager quelqu'un qui a un problème, dites lui que vous allez prier pour lui, mais aussi que quelqu'un prie pour lui dans les cieux. Il y a un grand réconfort en cela. Jésus est donc mon avocat après que j'ai péché, et Jésus est mon intercesseur avant que je n'aie péché.



CHRIST EST NOTRE MEDIATEUR

Voici un troisième aspect du ministère actuel de Jésus. Hébreux 9: 13-15 dit:

« Car si le sang des taureaux et des boucs, et la cendre d'une vache, répandue sur ceux qui sont souillés, sanctifient et procurent la pureté de la chair, combien plus le sang de Christ, qui, par un esprit éternel, s'est offert lui-même sans tache à Dieu, purifiera-t-il votre conscience des oeuvres mortes, afin que vous serviez le Dieu vivant! Et c'est pour cela qu'il est le médiateur d'une nouvelle alliance, afin que, la mort étant intervenue pour le rachat des transgressions commises sous la première alliance, ceux qui ont été appelés reçoivent l'héritage éternel qui leur a été promis. »

Christ est le médiateur de la nouvelle alliance. Ainsi donc Jésus est mon avocat lorsque j'ai péché, Il est un intercesseur avant que je ne pèche, Il est médiateur de la Nouvelle Alliance pour que je ne pèche pas. Cela semble une révélation plus importante. Est-ce que vous voyez la différence?

Voici les trois aspects de Son ministère dans les cieux;

• Si je pèche, Il est mon Avocat.
• Avant que je ne pèche, Il est mon intercesseur.
• Mais pour que je ne pèche pas Il est le médiateur de la Nouvelle Alliance.

Rappelons que la Nouvelle Alliance, c'est la grâce. Elle nous ouvre un chemin de maturité et de sanctification. Le Saint Esprit a mis l'accent sur Christ comme médiateur de la Nouvelle Alliance et nous sommes des croyants de la Nouvelle Alliance pour vivre en communion avec le médiateur de la Nouvelle Alliance.

Retournons à Hébreux 4:16:

« Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce afin d'obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins. »

Nous avons dit que c'est le seul endroit dans la Bible où l'on trouve l'expression « trône de la grâce. » Et voici maintenant son lien avec le sacerdoce. C'est le seul endroit où nous pouvons courir avant de pécher. Je dis cela parce que je m'y rends après avoir fait les choses de travers. J'y vais pour m'y repentir, j'y vais pour confesser mes péchés, j'y vais pour trouver le pardon. Et le Seigneur vient toujours à ma rencontre. Mais retenons surtout que l'objectif du trône de la grâce est de nous éviter de pécher. Le réalisez-vous bien? La seule barrière entre vous et le péché, c'est le trône de la grâce. C'est le seul barrage entre moi et le péché. En tous cas, si je ne vais pas au trône de la grâce, je vais échouer. Aucun chrétien ne peut échapper à cela. Nul n'est assez fort pour cela. En voici l'illustration en Galates 6:1:

« Frères, si un homme vient à être surpris en quelque faute, vous qui êtes spirituels, redressez-le avec un esprit de douceur. Prends garde à toi-même, de peur que tu ne sois aussi tenté. »

Quelle est la différence entre celui qui est tombé et celui qui est appelé spirituel? L'un a été tenté et l'autre ne l'a pas été. C'est la seule différence. Paul nous dit: « Faites attention parce que si vous êtes tentés, vous pourrez également chuter. »

C'est pour cette raison que l'on trouve dans la prière du Seigneur (cf. Matthieu 6:13):

« Ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du malin. »

En effet, on ne peut résister à la tentation. Aucun chrétien au monde ne pourra rester ferme au jour de la tentation, à moins de courir au trône de la grâce. Cela seul l'empêchera de pécher. Et comme nous oublions souvent de nous y rendre, nous chutons! Nous devons demander au Seigneur de ne pas tomber en tentation. ».

Nous sommes sur le point de commencer l'étude du sacerdoce de Christ, sacerdoce merveilleux! Il s'occupe de moi une fois que j'ai tout fait de travers. Il s'occupe de moi avant que je ne fasse tout de travers et Il prévoit des moyens pour que je ne fasse pas tout de travers. Il existe un trône de la grâce et il nous faut prendre conscience de ce qu'Il y fait maintenant, pour que ce ministère devienne réel et pratique dans notre vie.



LE SACERDOCE SELON MELCHISEDEK

Les chapitres 5 à 10 décrivent la nature de ce merveilleux ministère. En les parcourant, nous voyons que le Saint Esprit met l'accent sur l'ordre sacerdotal de notre Seigneur. Nous ne pourrons pas comprendre correctement ce sacerdoce sans étudier l'ordre auquel il appartient. C'est une vérité fondamentale à prendre en considération. Examinons les passages suivants:

• Verset 5:6: « Comme il dit encore ailleurs: Tu es sacrificateur pour toujours, selon l'ordre de Melchisédek. »
• Verset 5:10: « Dieu l'ayant déclaré souverain sacrificateur selon l'ordre de Melchisédek. »
• Verset 6:19-20: « Cette espérance, nous l'avons comme une ancre de l'âme, sûre et solide; elle pénètre au delà du voile, là où Jésus est entré pour nous comme précurseur, ayant été fait souverain sacrificateur pour toujours, selon l'ordre de Melchisédek. »
• Verset 7:11: « Si donc la perfection avait été possible par le sacerdoce Lévitique, -car c'est sur ce sacerdoce que repose la loi donnée au peuple, qu'était-il encore besoin qu'il parût un autre sacrificateur selon l'ordre de Melchisédek, et non selon l'ordre d'Aaron? »
• Verset 7:17: « car ce témoignage lui est rendu: Tu es sacrificateur pour toujours Selon l'ordre de Melchisédek. »

Ainsi donc Christ est Prêtre, mais selon l'ordre de Melchisédek. Nous reviendrons là dessus un peu plus tard. Mais voyons d'abord s'il existe un ordre sacerdotal selon Melchisédek. Voyons si un tel sacerdoce existe dans les cieux, Jésus est-Il prêtre selon l'ordre de Melchisédek? Pourquoi insister là-dessus? C'est premièrement parce que notre épître le fait. Mais aussi parce lorsqu'on évoque le sacerdoce, les chrétiens pensent généralement au sacerdoce de l'Ancienne Alliance et presque jamais à Melchisédek. On pense à Aaron et aux lévites. Mais le sacerdoce d'Aaron est aussi différent du sacerdoce de Melchisédek, que la nuit l'est du jour.

Si l'on demandait à cent chrétiens de parler du sacerdoce de l'Ancien Testament, ils parleraient des Lévites et d'Aaron. Ils décriraient la façon dont les prêtres devaient entretenir le feu sur l'autel des sacrifices, la façon d'offrir les cinq sacrifices différents, leur façon d'enseigner les enfants, la façon de consacrer des bébés, d'examiner les lépreux, de juger le peuple lorsqu'il y avait de l'impureté dans le camp, de consacrer les Nazaréens. Ils pourraient également parler de la famille d'Aaron, de ses trois fils

• Guershon, d'où descendaient les Guerschonites qui portaient la partie textile du Tabernacle.
• Kehath, d'où descendaient les Kehathites qui portaient les choses saintes du Tabernacle, comme les meubles.
• Merari, d'où descendaient les Mérarites qui portaient la structure du Tabernacle.

Ce qui est évident, c'est que deux sacerdoces sont cités dans l'Ancien Testament. Le sacerdoce selon Aaron et le sacerdoce selon Melchisédek. Le sacerdoce selon Aaron tient une énorme place dans l'Ancien Testament, alors que le sacerdoce selon Melchisédek tient sur une demi-page. On ne parle pas beaucoup de Melchisédek et les gens n'en font pas cas. Il faut cependant impérativement en tenir compte.

Dans ce but, nous allons commencer en examinant les six premiers versets du chapitre 5 où le Saint Esprit met en parallèle le ministère de Jésus et celui d'Aaron. On voit ainsi des similitudes et des différences entre eux. Après cette analyse, nous nous maintiendrons dans le sacerdoce de Melchisédek.

Voici ce que dit Hébreu 5:1-6:

« En effet, tout souverain sacrificateur pris du milieu des hommes est établi pour les hommes dans le service de Dieu, afin de présenter des offrandes et des sacrifice pour les péchés. Il peut être indulgent pour les ignorants et les égarés, puisque la faiblesse est aussi son partage. Et c'est à cause de cette faiblesse qu'il doit offrir des sacrifices pour ses propres péchés, comme pour ceux du peuple. Nul ne s'attribue cette dignité, s'il n'est appelé de Dieu, comme le fut Aaron. Et Christ ne s'est pas non plus attribué la gloire de devenir souverain sacrificateur, mais il la tient de celui qui lui a dit: Tu es mon Fils, Je t'ai engendré aujourd'hui! Comme il dit encore ailleurs: Tu es sacrificateur pour toujours, Selon l'ordre de Melchisédek. »



AARON S'OCCUPE D'IMAGES, CHRIST S'OCCUPE DE LA RÉALITÉ

Laissez-moi vous donner trois façons par lesquelles le ministère de Jésus est semblable à celui d'Aaron, mais en diffère aussi. Premièrement dans le verset 5:1 nous constatons que le sacerdoce d'Aaron traite du péché et celui de Jésus également. Ils sont semblables en cela. Mais ils diffèrent entre eux parce que le ministère d'Aaron n'est que l'image des choses célestes, celui de Christ en est la réalité. Tous les deux traitent du péché, mais l'un en image et l'autre dans la réalité. Voici ce que dit Hébreux 8:3-5:

« Tout souverain sacrificateur est établi pour présenter des offrandes et des sacrifices; d'où il est nécessaire que celui-ci ait aussi quelque chose à présenter. S'il était sur la terre, il ne serait pas même sacrificateur, puisque là sont ceux qui présentent des offrandes selon la loi (lesquels célèbrent un culte, image et ombre des choses célestes, selon que Moïse en fut divinement averti lorsqu'il allait construire le tabernacle: Aie soin, lui fut-il dit, de faire tout d'après le modèle qui t'a été montré sur la montagne). »

Jésus, sur terre, était de la tribu de Juda. Il ne pouvait donc pas être prêtre. Mais les prêtres selon Aaron ne célébraient qu'un culte copie de ce qui est réel. Ce n'était qu'une image.

Nous trouvons la même pensée dans les versets 9:8-10:

« Le Saint Esprit montrait par là que le chemin du lieu très saint n'était pas encore ouvert, tant que le premier tabernacle subsistait. C'est une figure pour le temps actuel, où l'on présente des offrandes et des sacrifices qui ne peuvent rendre parfait sous le rapport de la conscience celui qui rend ce culte, et qui, avec les aliments, les boissons et les divers ablutions, étaient des ordonnances charnelles imposées seulement jusqu'à une époque de réformation. »

Il n'y avait rien dans le culte selon Aaron qui pouvait laver les péchés. Cela ne pouvait qu'être une image de la purification des péchés. Les deux sacerdoces traitent du péché, mais l'un en image et l'autre en réalité.

Nous trouvons également cette même distinction dans les versets 10:1

« En effet, la loi, qui possède une ombre des biens à venir, et non l'exacte représentation des choses, ne peut jamais, par les mêmes sacrifices qu'on offre perpétuellement chaque année, amener les assistants à la perfection. »

Ainsi donc, l'un de ces ministères est une image et l'autre en est la réalité. Vous pouvez avoir l'image d'un feu, mais cela ne vous réchauffera pas. Vous pouvez avoir l'image d'un banquet mais cela ne va pas vous nourrir. Si vous avez l'image d'un sacrifice, cela ne va pas vous laver de vos péchés. On trouve encore cette même idée dans les versets 9:11-14 et dans les versets 9:23-24.

Examinons maintenant le verset 10:5-7:

« C'est pourquoi Christ, entrant dans le monde, dit: Tu n'as voulu ni sacrifice ni offrande, Mais tu m'as formé un corps. Tu n'as agréé ni holocaustes ni sacrifices pour le péché. Alors j'ai dit: Voici, je viens (Dans le rouleau du livre il est question de moi) Pour faire, ô Dieu, ta volonté. »

Marie et Joseph n'ont pas entendu ces paroles ni les bergers. Jésus les a pourtant prononcées en entrant dans le monde. A sa naissance à Bethléhem, Jésus a dit: « Tu m'as donné un corps, je suis venu pour faire Ta volonté. Je sais que les sacrifices de l'Ancien Testament ne sont que des images, et moi je suis venu apporter la réalité. » Noël nous apporte un grand message!



COMPASSION D'AARON A CAUSE DE SA FAIBLESSE, COMPASSION DE JÉSUS A CAUSE DE SA SAINTETÉ!

Revenons à Hébreux 5. Pour trouver le deuxième aspect de similitude entre le sacerdoce de Jésus et celui d'Aaron, dont pourtant, il diffère. De même que les deux ministères traitent de nos péchés (l'un dans la réalité et l'autre en image), de même Aaron et Jésus compatissent tous deux à notre faiblesse. Les versets 5:2-3 disent:

« Il peut être indulgent pour les ignorants et les égarés, puisque la faiblesse est aussi son partage. Et c'est à cause de cette faiblesse qu'il doit offrir des sacrifices pour ses propres péchés, comme pour ceux du peuple. »

Dans ce sens, leurs ministères sont semblables, ils compatissent tous deux avec les pécheurs. Aaron pourrait compatir avec vous car ils étaient comme vous. Ils pouvaient dire: « Je peux être bon avec vous, car moi aussi je suis faible. Je peux vous comprendre, car je fais aussi des choses de travers.» D'ailleurs avant que le prêtre ne puisse offrir le sacrifice pour vous, il devait l'offrir pour lui-même.

Est-ce que Jésus est également compatissant avec vous? La réponse est affirmative, mais non parce qu'Il est faible et qu'Il a chuté. Non, c'est l'inverse. Il est compatissant parce qu'Il n'a pas péché, parce qu'Il est saint. Mais Il a accepté de devenir péché pour nous. Il n'a pas uniquement payé la dette de l'alcoolique, Il est également devenu un alcoolique. Il est également devenu prostitué. Il est également devenu terroriste. Il est également devenu un drogué. C'est ainsi qu'Il est devenu péché pour nous.

On peut dire qu'Aaron peut compatir avec nous parce que lui aussi a chuté comme nous. Mais Jésus compatit sans avoir jamais fait un faux pas. Nous parlerons plus tard de la doctrine de l'impeccabilité de Jésus qui pose la question: « Est-ce que Jésus aurait pu pécher? »

Tout cela pour dire que les deux ministères sont semblables, mais non pas identiques. Ils sont tous deux préoccupés avec le péché, et sont tous deux compatissants à nos faiblesses, mais pour des raisons différentes.



AARON ORDONNÉ SELON LA LOI, CHRIST ORDONNÉ SELON LA PROMESSE

La troisième similitude entre eux tient à leur appel au ministère par Dieu. Versets 5:4-6:

« Nul ne s'attribue cette dignité, s'il n'est appelé de Dieu, comme le fut Aaron. Et Christ ne s'est pas non plus attribué la gloire de devenir souverain sacrificateur, mais il la tient de celui qui lui a dit: Tu es mon Fils, Je t'ai engendré aujourd'hui! Comme il dit encore ailleurs: Tu es sacrificateur pour toujours, Selon l'ordre de Melchisédek. »

La similitude tient au fait qu'ils ont tous deux été ordonnés par Dieu. Mais l'un l'a été par la loi, et l'autre par un serment, par une promesse. Les versets 7:18-21 disent:

« Il y a ainsi abolition d'une ordonnance antérieure, à cause de son impuissance et de son inutilité, car la loi n'a rien amené à la perfection, et introduction d'une meilleure espérance, par laquelle nous nous approchons de Dieu. Et, comme cela n'a pas eu lieu sans serment, car, tandis que les Lévites sont devenus sacrificateurs sans serment, Jésus l'est devenu avec serment par celui qui lui a dit: Le Seigneur a juré, et il ne se repentira pas: Tu es sacrificateur pour toujours, Selon l'ordre de Melchisédek. »

Ainsi donc, l'un des sacerdoces a été établi par la loi de Dieu, mais l'autre par serment selon le verset 7:28:

« En effet, la loi établit souverains sacrificateurs des hommes sujets à la faiblesse; mais la parole du serment qui a été fait après la loi établit le Fils, qui est parfait pour l'éternité. »

Par conséquent lorsque nous arriverons aux détails dans les textes, nous aurons à étudier la Loi et le serment. Nous retrouvons cette idée dans les deux alliances. Nous appelons l'une Ancienne Alliance et l'autre Nouvelle Alliance. Nous appelons l'une Loi et l'autre Grâce. Dans notre épître, l'une est appelée la loi et l'autre le serment.

Nous avons donc vu que les deux sacerdoces

• se préoccupent du péché,
• sont compatissants,
• ont été ordonnés par Dieu.

Mais le sacerdoce de Christ est la réalité, sans péché, et basé sur la promesse de Dieu.

Avant de terminer voyons encore un aspect relatif au serment en examinant les versets 6:16-20:

« Or les hommes jurent par celui qui est plus grand qu'eux, et le serment est une garantie qui met fin à tous leurs différends. C'est pourquoi Dieu, voulant montrer avec plus d'évidence aux héritiers de la promesse l'immutabilité de sa résolution, intervint par un serment, afin que, par deux choses immuables, dans lesquelles il est impossible que Dieu mente, nous trouvions un puissant encouragement, nous dont le seul refuge a été de saisir l'espérance qui nous était proposée. Cette espérance, nous l'avons comme une ancre de l'âme, sûre et solide; elle pénètre au delà du voile, là où Jésus est entré pour nous comme précurseur, ayant été fait souverain sacrificateur pour toujours, selon l'ordre de Melchisédek. »

C'est vraiment un passage incroyable. J'aurais voulu qu'un artiste puisse faire un tableau illustrant ce verset. Personnellement je me représente un bateau sur une mer déchaînée avec une ancre énorme appelée « espérance. » Deux câbles y sont attachés. L'un des câbles a pour nom caractère de Dieu. » Dieu ne peut pas mentir. Lorsque Dieu dit que quelque chose est sûr, c'est un câble très fort. Le deuxième câble porte le nom de « serment. » Le caractère de Dieu serait suffisant en lui-même, mais Il a également confirmé sa promesse par serment. Dieu a juré à Dieu que ceci et cela allait avoir lieu. Il serait suffisant que Dieu le dise tout simplement car Dieu ne peut mentir et une parole divine n'a pas besoin de confirmation. C'est comme si chaque fois que Dieu parle, Il jure ce qu'Il dit! Pourtant tout ce que Dieu dit est vrai. Dieu est inflexible à ce sujet à cause de Son caractère.

Il ne fait pas de doute que parmi les hommes un serment est parfois nécessaire, mais pas avec Dieu. Les hommes ont besoin de jurer pour montrer leur bonne foi. Au verset 6:14 il est dit:

« Lorsque Dieu fit la promesse à Abraham, ne pouvant jurer par un plus grand que lui, il jura par lui-même. »

Il n'y a personne qui soit plus grand que Dieu. Par exemple nous, nous posons notre main sur la Bible et nous disons: « Je le jure par la Parole de Dieu », « Je le jure par le Dieu vivant » ou « Je jure de dire toute la vérité rien que la vérité. » Nous faisons cela parce qu'il peut subsister des doutes sur nos paroles, et l'on veut assurer les autres de nos affirmations.

Dans ce passage nous voyons que Dieu connaît l'immensité de notre faiblesse. Il connaît nos travers, Il mesure nos doutes le concernant. C'est pour cette raison qu'Il entoure toutes ces promesses par une double sécurité. Il essaie de vous convaincre qu'Il croit vraiment à ce qu'Il dit lorsqu'Il dit quelque chose et qu'Il ne vous trompera pas. Imaginez Dieu se levant: Il lève la main droite et dit: « Je le jure à Dieu, Je serai toujours avec vous. Je le jure à Dieu, Je vous donnerai une maison au ciel. Je le jure à Dieu, Je répondrai à vos prières. » Nous voyons ainsi Dieu jurer à Dieu!

Je me représente donc un bateau sur une mer déchaînée avec deux câbles attachés à une énorme ancre. L'un des câbles est le caractère de Dieu. Et pour une sécurité maximum, l'autre câble est le serment. Imaginez-vous la scène, est-ce que vous voyez les câbles? Eh, bien ces câbles ne descendent pas vers le bas, ils montent selon le verset 6:19 . Notre ancre n'est pas en bas, elle est au ciel, au-delà du voile! Dieu ne dit pas que les hommes sont exempts de la mer déchaînée, des vents et des vagues. Personnellement je suis vite malade en bateau, et dans la vie chrétienne aussi, mais mon espérance est comme une ancre qui est au delà du voile, accrochée au trône de Dieu par deux câbles.

Comment mon ancre se trouve-t-elle là-haut? Le verset 6:20 nous apprend que Jésus est notre précurseur, comme Jean Baptiste était son précurseur sur terre. Un précurseur est celui qui nous précède. C'est quelqu'un qui se manifeste avant vous. Comment est-ce que je sais que j'irai au ciel, c'est parce que mon précurseur est déjà là-bas! Notre précurseur y est parvenu en premier et nous nous arrivons à sa suite. Lorsque Jésus est monté au ciel, il a emporté avec Lui cette incroyable ancre et Il nous a attachés au trône du Père par deux vérités immuables. L'une est le caractère de Dieu qui ne peut pas mentir, et l'autre est qu'Il l'a confirmé avec un serment, et nous sommes maintenant derrière le voile.



DERRIERE LE VOILE MAIS EN DEHORS DE CAMP

Pour terminer j'aimerai juste encore souligner un lien entre l'expression du verset 6:19, et celle du verset 13:13:

• au delà du voile
• hors du camp

Nous sommes « au delà du voile » mais nous sommes aussi « hors du camp. » Hors du camp signifie place de rejet. Dieu appelle tous les chrétiens de la Nouvelle Alliance à être au delà du voile et hors du camp. Il importe peu que notre bateau soit sur une mer déchaînée, car nous sommes ancrés au trône de Dieu. Et tant que le trône de Dieu ne bouge pas, nous sommes en sécurité. C'est être « au delà du voile », mais « hors du camp. »

Malgré cette vue d'ensemble, nous n'avons pas pénétré pleinement dans le sacerdoce selon Melchisédek. Nous avons simplement pris conscience qu'il ressemble à celui d'Aaron, mais qu'il en diffère. Nous devrons donc étudier la personnalité de Melchisédek et la nature de son sacerdoce pour bénéficier de Jésus comme avocat, intercesseur et médiateur de la Nouvelle Alliance.

Prions:

Père, tu connais notre immense faiblesse qui va jusqu'à ajuster Ta grandeur à notre petitesse. Tu savais que nous allions douter. C'est pourquoi Tu as juré par Toi-même, ne pouvant pas jurer par quelqu'un de plus grand. Revêts-nous de l'assurance, et de la confiance de notre sécurité, étant ancrés au delà du voile, au trône de la grâce. Pardonne-nous de douter si souvent. Donne-nous l'assurance pour vivre dans ton repos en toute tranquillité et courir la course qui est devant nous. Manifeste cela dans notre coeur et prépare-nous à entrer dans la plénitude de ton ministère présent à la droite de Dieu. Nous le demandons au nom de Jésus Amen.

Hébreux #13