GENÈSE #41 - INTRODUCTION À ISAAC

(Genèse 25:1-34)

Par Ed Miller

Bonjour et bienvenue dans notre quarante-et-unième leçon sur ce merveilleux livre de la Genèse.

Prions:

Père céleste nous savons que Ta Parole est fermée à moins que Tu ne tournes nos yeux vers le Seigneur Jésus. Nous ne voulons pas nous contenter d'une approche académique de ce livre, mais nous prions pour que Ton Esprit exerce Son ministère dans nos coeurs, pour que nous recevions la vie en voyant le Seigneur Lui-même. Nous Te demandons, Seigneur, de nous délivrer des idées des hommes, et que nous puissions ainsi aller au-delà de la lettre morte jusqu'à l'esprit et au coeur même de Dieu. Nous Te remercions infiniment parce que Tu vas nous nous guider. Nous Te remercions pour chaque partie de la Bible que Tu as inspirée, et maintenant nous Te demandons de souffler à nouveau sur cette partie de l'inspiration que nous allons méditer, et de la faire vivre pour nous. Nous Te remercions d'avance de venir à notre rencontre. Nous prions simplement pour que Tu nous rencontres dans nos capacités, là où nous sommes, et que Tu nous emmènes là où Tu veux que nous soyons. Nous prions au nom précieux de Jésus, amen.



RÉSUMÉ

Très bien, merci de prendre Genèse 24. Dans cette leçon, nous arrivons à la fin de l'une des sections du livre. Nous avons étudié les chapitres 12 à 50 - les personnages fondateurs. Dans la Genèse, Dieu nous donne d'abord les faits fondateurs de la vie chrétienne, puis Il nous donne des personnages fondateurs. Dans les chapitres 12 à 50, nous trouvons Abraham, Isaac, Jacob et Joseph, ce sont les personnages fondateurs, ils illustrent des grands principes de vie. Dieu nous donne cela au début de la Bible pour que plus tard, en parcourant la Bible, nous le voyions développer ces différents points.

Nous avons étudié Abraham, le père de la foi. Dieu a utilisé 15 récits, 15 événements de la vie d'Abraham pour nous enseigner ce que signifie faire confiance au Seigneur. C'est pourquoi le Nouveau Testament appelle les croyants les enfants d'Abraham. Ceux qui ont la foi sont fils d'Abraham parce qu'il est le père de la foi. Tout ce que vous devez savoir sur la foi est illustré sous forme d'images dans la vie d'Abraham.

De la même façon, après Abraham, Dieu nous donne Isaac. Isaac est la grande image de la soumission, de l'abandon. Puis Dieu nous donne Jacob. Jacob est la grande image du passage de l'autosuffisance à la suffisance en Dieu. Il est celui qui nous apprend à ne pas mettre notre confiance en nous, mais à ne faire confiance qu'au Seigneur. C'est pourquoi Dieu se nomme Lui-même le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob. Il ne s'appelle pas le Dieu d'Abraham, d'Isaac, de Jacob, d'Élie, de Jonas, de Daniel et d'Ésaïe parce que s'Il est le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob, Il est le Dieu de tous Ses enfants - Abraham (foi), Isaac (soumission) et Jacob (suffisance divine). C'est dans la mesure où Dieu imprime dans notre coeur le message de la foi, le message de la soumission au Seigneur et le message de la suffisance divine, que nous avons tout.

Et ensuite Dieu nous donne Joseph. Joseph, c'est un peu comme avoir tous les oeufs dans un seul panier. En d'autres termes, si j'ai la foi d'Abraham, la soumission d'Isaac et la suffisance du Dieu de Jacob, à quoi ressemblerai-je? La réponse est que je ressemblerai à Joseph. Ma foi sera illustrée par la vie de Joseph. Ainsi, dès le début, Dieu nous donne ces personnages fondateurs.

Dans notre discussion, nous sommes arrivés au quinzième événement - le dernier événement dans la vie d'Abraham. Nous allons donc arriver à la fin de sa vie, puis reprendre la présentation d'Isaac. A la fin de notre précédente leçon, nous sommes arrivés au chapitre 24 et au quatorzième événement de la vie d'Abraham, à l'apogée de sa foi, alors qu'il trouvait une épouse pour son fils Isaac. Bien qu'il s'agisse d'un chapitre très long et très riche, je pense que ce que j'ai partagé dans notre précédente étude est à peu près toute la lumière que j'ai sur lui. Je suis sûr qu'il y a d'autres choses que vous pourriez glaner, et je pourrais probablement en glaner d'autres aussi, mais l'approche que nous avons adoptée est que tout cela est comme une petite photo instantanée. Il s'agit d'Abraham qui obtient une épouse pour son fils. C'est une image d'un gagneur d'âmes guidé par l'Esprit que Dieu le Père envoie, pour trouver une épouse pour son Fils.

À la fin de notre discussion, j'ai essayé de faire le lien avec le contexte de base de la Genèse. C'est-à-dire que dans la Genèse, dans l'étude d'Abraham, Dieu nous enseigne ce qu'est la foi. Mais il est vrai que tout ces textes nous parlent également du Christ. Je ne désire pas négliger cela. Nous allons passer par là à chaque fois, et nous verrons notre précieux Seigneur Jésus. Mais Il nous enseigne aussi, en tant que croyants, au sujet de comment faire confiance au Seigneur. Je crois également que tous les événements sont dans l'ordre chronologique. Je crois que lorsque vous étudiez la foi d'Abraham, vous la vivez dans l'ordre des étapes dans lesquelles vous devez évoluer dans la foi. Il doit donc y avoir quelque chose à la fin, qui décrirait ce que nous pourrions appeler la maturité dans la foi. Après sa longue vie, après cent ans de pèlerinage et de marche avec Dieu, Abraham fait maintenant le dernier pas de la foi. La question est: quel est ce dernier pas de foi et de quelle façon Abraham représente-t-il une foi mature?

Pour résumer le chapitre 24 et avant de commencer le chapitre 25, laissez-moi vous suggérer deux caractéristiques d'une foi mature, d'une foi qui devient plus forte, telle qu'elle est illustrée dans ce quatorzième événement de la vie d'Abraham. Lorsque je parle d'une foi qui devient forte, je ne veux pas mettre l'accent sur la foi en tant que telle parce que la seule chose importante concernant la foi est l'objet de votre foi. La foi dans la foi n'existe pas. Notre foi sera forte dans la mesure où nous nous accrocherons à un Seigneur qui est fort. Si notre très petite foi s'appuie sur un très grand Dieu, alors nous aurons une foi forte. Ainsi, la foi consiste simplement à s'appuyer sur le Seigneur. Mais, d'une manière particulière, plus nous nous appuyons sur le Seigneur, plus nous nous rapprochons du chapitre 24 de la Genèse.

Permettez-moi de mentionner deux caractéristiques de la foi mature. Pour mettre les choses en place, vous remarquerez que le chapitre 24 est un long chapitre. En fait, c'est le plus long chapitre du livre de la Genèse, et bien que ce soit un très long chapitre, il y a étrangement très peu de choses dites sur Abraham. En fait, il n'est mentionné que dans les neuf premiers versets. Après le verset 24:9, on ne voit même plus Abraham dans ce chapitre. Ensuite, pendant cinquante-huit versets, on voit d'autres personnes. Nous voyons Éliézer, le fidèle serviteur d'Abraham. Nous voyons Rebecca. Nous voyons Laban, le frère de Rebecca. Nous voyons Isaac qui attend dans le champ, mais nous ne voyons pas Abraham. Et pourtant, c'est un chapitre sur la foi d'Abraham. Je pense que l'une des choses qui est illustrée par cela est que plus nous mûrissons dans le Seigneur, plus nous serons à l'arrière-plan.

Vous ne pourriez pas avoir Genèse 24 sans Abraham. C'est son chapitre, et pourtant il n'est pas au premier plan. Il n'est pas là parce que plus vous avancez dans le Seigneur, moins vous serez au premier plan. C'est un peu comme Élie et Moïse sur la montagne de la Transfiguration. Il est dit que lorsque les disciples ont levé les yeux ils avaient disparu, et qu'ils n'ont vu que Jésus seul. La chose importante dans l'apparition de Moïse et d'Élie était leur disparition! La chose la plus importante dans notre apparition est notre disparition.

Plus vous avancez dans le Seigneur, moins vous serez sur le devant de la scène. Plus vous avancez dans le Seigneur, plus vous vous fondrez dans le décor. Nous en verrons une merveilleuse illustration dans une autre partie de notre étude. Les gens sont toujours admiratifs devant la foi. Ils regardent quelqu'un et disent: « Oh là là, quelle foi merveilleuse! Quelle grande foi elle a ou quelle grande foi il a, et ainsi de suite. » La réalité est que plus votre foi est développée dans le Seigneur, moins les gens seront capables de vous donner du crédit, de vous glorifier, et de vous et de dire « Quel homme de foi puissant! »



LA FOI MATURE REMET L'AVENIR ENTRE LES MAINS DU SEIGNEUR

Abraham est resté à la maison dans ce chapitre. Il n'est même pas sorti. Dans un sens, il était très peu impliqué en personne. Il était impliqué dans sa foi, mais pas en personne. Laissez-moi juste énoncer les deux caractéristiques d'une foi mature en tant que principe. La première caractéristique est que la foi mature remet l'avenir de sa famille entre les mains du Seigneur. Vous pouvez même rendre cela plus général et dire que la foi mature remet l'avenir de quelqu'un d'autre entre les mains du Seigneur. Nous avons ici une excellente illustration de cela. Dans ce chapitre, Abraham a remis son enfant au Seigneur. Il a remis Isaac, son enfant, au Seigneur et également son avenir, c'est à dire l'idée de trouver une femme pour Isaac. D'après le récit, Isaac a maintenant quarante ans, nous avons donc ici une illustration qui est extrême. Habituellement, c'est bien avant quarante ans, qu'un enfant se lance dans l'aventure par ses propres moyens. Mais ce qui est sûr c'est qu'il arrive un moment dans chaque famille où l'enfant doit se débrouiller seul.

Habituellement, lorsque nous pensons à la foi, nous pensons à notre implication subjective personnelle. Par exemple nous voulons faire confiance au Seigneur parce que nous désirons parler à quelqu'un, ou bien conseiller quelqu'un, ou bien nous avons l'occasion de partager, ou bien nous demandons à Dieu de nous aider parce que nous allons quelque part ou alors nous désirons que quelqu'un fasse quelque chose pour nous. Nous sommes donc très impliqués dans tout cela. Lorsque nous sommes personnellement impliqués, c'est un grand test de foi. Nous pouvons prendre comme exemple le Mont Morija. Abraham a été appelé par Dieu à offrir en holocauste son fils unique, Isaac; Dieu appelle cela un test. C'était un énorme test, mais Abraham était impliqué. Il était présent. Il savait au moins ce qui se passait. Il savait ce que Dieu désirait faire. Cela n'a pas rendu les choses plus faciles, mais au moins il était au courant, il était là.

Pourtant je pense que vous trouvez presque un plus grand test de foi dans Genèse 24 que dans Genèse 22. Je pense qu'il aurait été plus facile d'offrir son enfant sur un autel au chapitre 22 que de faire ce qu'Abraham a fait dans ce chapitre, car dans ce chapitre, il n'est pas impliqué. J'ai dit que l'autre test était difficile, mais au moins il savait ce que Dieu avait dit de faire. C'était une question d'obéissance. Mais dans le chapitre 24, Abraham n'est pas sûr de ce qui va se passer. Il ne sait pas si cela va réussir ou non. Je suggère que le fait de remettre ainsi sa famille à Dieu, un être cher, un ami ou un voisin, est le signe d'une foi mûre, car habituellement, la foi fait confiance à Dieu pour elle-même. Abraham fait ici confiance à Dieu pour quelqu'un d'autre; il fait confiance à Dieu pour Isaac. Rappelez-vous qu'Isaac est la postérité promise et que par lui, le Christ va venir dans le monde. Abraham a dû donc faire confiance à Dieu pour le monde entier. Nous avons donc là une illustration de quelqu'un qui est arrivé à un point où il peut rester à la maison et remettre une situation entre les mains de Jésus. Il peut remettre le tout au Seigneur et faire confiance à Dieu pour quelqu'un d'autre. Dans ce chapitre Abraham a dû faire confiance à Éliézer. Éliézer était bien entendu un serviteur fidèle et éprouvé d'Abraham. Il a été avec lui pendant une soixantaine d'années, c'était vraiment un serviteur fidèle. Mais à la fin la foi d'Abraham s'est reposée en Dieu, remettant la situation, le mariage de son fils, au Seigneur. Il se trouvait dans une situation où il devait faire confiance à un autre instrument humain. Éliézer aurait pu se tromper. Il aurait pu tout gâcher. Qui sait ce qu'il aurait pu inventer? Et pourtant, Abraham a simplement fait confiance à Dieu.

Habituellement, lorsque nous pensons à une foi qui grandit, nous pensons à devenir de plus en plus indépendant dans notre marche personnelle avec Dieu. En d'autres termes, nous disons quelque chose comme: « En grandissant dans le Seigneur, je peux me tenir sur mes deux pieds et je peux faire confiance à Dieu. Je n'ai plus besoin d'accessoires, je n'ai plus besoin d'aide, je n'ai plus besoin d'instruments, je n'ai plus besoin de moyens. Il s'agit juste de Jésus et moi. Lorsque j'ai une foi solide il s'agit juste de moi et du Seigneur. Je n'ai plus besoin de professeurs, c'est juste moi et le Seigneur. Je n'ai plus besoin de livres, je n'ai plus besoin de commentaires. Si j'ai la foi, il n'y aura plus que moi et le Seigneur, je n'ai plus besoin de conseillers, je n'ai plus besoin d'autres chrétiens. » C'est ainsi que beaucoup de personnes voient les choses. Et pourtant, c'est exactement le contraire qui est vrai.

Plus vous avancez dans le Seigneur, plus vous allez devenir humble. Et en devenant humble, vous n'allez pas être fièrement indépendant en disant: « Je n'ai pas besoin de ces choses. » Nous avons besoin les uns des autres, nous avons besoin de livres, Dieu soit loué pour les livres. Nous avons besoin de moyens et nous avons besoin de la communion des uns avec les autres. Au fur et à mesure que vous avancez dans le Seigneur, vous verrez de plus en plus que vous ne ferez pas tout par vous-même. Ne vous opposez jamais à être alimenté à la petite cuillère. Cela fait partie de l'enfance et de l'humilité. Au fur et à mesure que vous avancez dans le Seigneur, Dieu va vous rendre de plus en plus humble. Une foi mature fait confiance à Dieu même lorsque vous devez vous en remettre à Éliézer.

J'ai reçu un appel d'une chère soeur dans le Seigneur. Elle a vraiment confiance en Dieu. Elle a dû confier sa situation à un « Éliézer. » Voici ce que je veux dire par là. Elle vient de recevoir la nouvelle qu'elle a une forme très dangereuse de cancer et le pronostic n'est pas bon. Elle est dans une situation où elle ne peut pas mettre sa confiance en Dieu et utiliser sa sagesse, ou faire confiance à Dieu et utiliser ses compétences, ou faire confiance à Dieu et utiliser ses dons, ou faire confiance à Dieu et prendre une décision, ou faire confiance à Dieu et utiliser sa force. Actuellement elle n'a plus rien si ce n'est un « Éliézer » qui est son médecin, et elle doit donc faire confiance à son médecin. Peut-elle encore faire confiance à Dieu même si elle fait confiance à son médecin? Oh, la réponse est oui!

Plus vous avancez dans le Seigneur, plus vous êtes capable de vous en remettre à Lui, même si vous n'êtes pas directement impliqué, et cette chère soeur n'est pas impliquée. Votre Éliézer peut être un médecin, un enseignant, un patron ou même un système judiciaire désordonné. Éliézer peut être n'importe quoi. Il peut même être le conducteur d'une voiture dans laquelle vous êtes assis en tant que passager. Pouvez-vous faire confiance à Jésus dans de telles situations? Une foi qui est mûre peut le faire. C'est l'un des signes d'une foi mature. Même si vous n'êtes pas impliqué, vous pouvez faire confiance au Seigneur pour qu'Il s'occupe de la situation.



LA FOI MATURE EST CONDUITE PAR LES CIRCONSTANCES DU QUOTIDIEN

La deuxième caractéristique d'une foi mature est illustrée dans le chapitre 24. Au fur et à mesure que vous parcourez le chapitre 24, vous trouvez de nombreuses directives. Vous ne pouvez pas parcourir ce chapitre sans y voir les nombreuses directives. Mais il est également intéressant de noter que, bien que vous voyiez beaucoup de directives, il y a également une absence de miracles. Parcourez le chapitre. C'est stupéfiant de le lire. Ce n'est pas dramatique. Ce n'est pas sensationnel. Pourtant, ce n'est pas comme si ce n'était pas une décision importante. Sans la décision prise dans le chapitre 24, il n'y aurait pas eu les mages d'Orient. Il n'y aurait pas de Bethléem et il n'y aurait pas de Sauveur pour le monde. Il n'est pas ici uniquement question de trouver une épouse pour Isaac. Il s'agit de la postérité promise. Il s'agit de l'héritier. Il est question de la lignée messianique, notre Seigneur Jésus va venir à travers cette lignée, et ainsi Dieu va ensuite obtenir une épouse!

Lorsque l'on parcourt ce chapitre, on a l'impression de lire le livre d'Esther. Est-ce que vous comprenez ce que je veux dire par là? Je veux parler de la providence de Dieu, de la main de Dieu qui dirige secrètement, invisible, derrière la scène, contrôlant, dirigeant, initiant, guidant et passant au-dessus des problèmes. La main de Dieu est partout dans ce chapitre. La seule parole d'Abraham est celle du verset 24:7 qui dit: « L'Éternel... lui-même enverra son ange devant toi; et c'est de là que tu prendras une femme pour mon fils. » C'est tout ce qu'Éliézer savait. Il avait confiance que Dieu enverrait un ange devant lui.

Bien qu'il s'agisse d'une décision importante, et le serviteur et ses hommes avaient certainement besoin d'être guidés, il n'y a pas de colonne de nuée dans ce chapitre. Il n'y a pas de nuée de gloire Shekinah dans ce chapitre, pas de rêves, pas de visions, pas d'éclairs, pas de voix, pas d'oracles, pas de prophètes de Dieu venant leur dire quoi faire. Ils n'ont rien. Tout est si naturel, si trivial, si simple, si plein de bon sens. Ils vont ici, ils tournent à droite, ils rencontrent quelqu'un, ils lui posent une question, et cette question les conduit ici, ils vont au puits, ils parlent et cela les conduit plus loin. Il s'agit d'actions quotidiennes, de tous les jours. Je suggère que c'est cela l'apogée de la foi. L'apogée de la foi, ce n'est pas seulement faire confiance à Dieu quand on n'est pas impliqué, mais c'est faire confiance à Dieu qui, d'une manière très naturelle, contrôlera toutes les circonstances qui vous concernent, et quand vous regarderez en arrière, vous verrez tous les conseils que vous auriez voulu avoir.

Avant, j'avais l'habitude de me racler la gorge et d'hésiter à dire ce que je vais dire parce que cela sonnait presque comme une hérésie. J'encourage les gens à ne pas rechercher la volonté de Dieu. Ne cherchez pas la volonté de Dieu. Je suis sérieux lorsque je dis cela. Cela bloque beaucoup de chrétiens. Ils sont tellement accrochés à la volonté de Dieu. Beaucoup de chrétiens se demande comment ils peuvent connaître la volonté de Dieu? Oubliez cela! Recherchez le Dieu dont c'est la volonté. Recherchez le Seigneur. Et si vous suivez le Seigneur, essayez cela pendant cinquante ans. Suivez simplement Jésus. Et puis, après cinquante ans, regardez en arrière, et vous verrez tous les conseils que vous vouliez voir. Mais c'est seulement quand vous regardez en arrière que vous voyez cela, nous devons suivre le Seigneur.

C'est ce qui s'est passé dans ce chapitre. Dans le chapitre 24, Dieu a guidé aussi sûrement que s'il avait écrit en lettres d'or dans le ciel. Cette dernière illustration de la foi est donc que la foi mature consiste à faire confiance au Seigneur même pour les autres, même lorsque je ne suis pas impliqué, et même lorsque je dois me confier en Dieu à travers ce que je considérerais comme un instrument indigne et le laisser agir dans une situation dans laquelle je ne peux rien faire. Puis-je encore faire confiance à Dieu? Puis-je faire confiance au Seigneur lorsqu'Il fait les choses d'une manière surnaturellement naturelle? Lorsqu'Il n'y a pas de miracles spéciaux ni de miracles de « boîte aux lettres », mais qu'Il pourvoit simplement par le travail, qu'Il guide par des décisions sensées, qu'Il arrange mon temps et mes connaissances et que je tombe par hasard sur untel ou untel et que cela suscite une succession d'évènements et une réaction en chaîne?

Puis-je faire confiance à Dieu pour simplement marcher et vivre au jour le jour en sachant que mes circonstances de vie sont contrôlées par Lui et que chaque événement est filtré et que rien n'arrive dans ma vie sauf ce qui est permis par Lui afin qu'en toutes choses (1 Thessaloniciens 5:18) et pour toutes choses (Éphésiens 5:20) je puisse rendre grâce? C'est cela la foi mature. Ce n'est pas passer mon temps à rechercher le spectaculaire et le sensationnel, mais c'est simplement faire confiance au Seigneur.

Très bien, cela nous amène donc au chapitre 25. Les versets 25:1-18 traitent du second mariage d'Abraham, puis de sa mort et de son enterrement. Puis avec les versets 25:19-34, nous entrons dans le récit d'Isaac et la naissance de Jacob et d'Ésaü, ainsi que dans quelques événements ultérieurs.

Permettez-moi de dire un mot sur la première partie du chapitre. Genèse 25:1-18 dit: « Abraham prit encore une femme, nommée Ketura. Elle lui enfanta Zimran, Jokschan, Medan, Madian, Jischbak et Schuach. Jokschan engendra Séba et Dedan. Les fils de Dedan furent les Aschurim, les Letuschim et les Leummim. Les fils de Madian furent Épha, Épher, Hénoc, Abida et Eldaa. -Ce sont là tous les fils de Ketura. Abraham donna tous ses biens à Isaac. Il fit des dons aux fils de ses concubines; et, tandis qu'il vivait encore, il les envoya loin de son fils Isaac du côté de l'orient, dans le pays d'Orient. Voici les jours des années de la vie d'Abraham: il vécut cent soixante-quinze ans. Abraham expira et mourut, après une heureuse vieillesse, âgé et rassasié de jours, et il fut recueilli auprès de son peuple. Isaac et Ismaël, ses fils, l'enterrèrent dans la caverne de Macpéla, dans le champ d'Éphron, fils de Tsochar, le Héthien, vis-à-vis de Mamré. C'est le champ qu'Abraham avait acquis des fils de Heth. Là furent enterrés Abraham et Sara, sa femme. Après la mort d'Abraham, Dieu bénit Isaac, son fils. Il habitait près du puits de Lachaï roï. »

Je pense que je devrais commencer par vous dire, très honnêtement, que je n'ai pas beaucoup de lumière sur ces versets en particulier. Permettez-moi tout de même de faire quelques observations, puis nous passerons à autre chose. Le verset 25:1 dit: « Abraham prit une autre femme dont le nom était Ketura. » Les gens s'interrogent sur la date exacte à laquelle il a pris cette femme. Il semble ici, si c'est chronologique, qu'Abraham ait vécu trente-huit ans après la mort de sa femme Sara. Certaines personnes disent donc qu'Abraham s'est remarié, après la mort de Sara, et il a probablement attendu trois ans jusqu'à ce que son fils Isaac se marie. Nous savons qu'Isaac avait 40 ans quand il s'est marié, et Abraham a donc peut-être attendu trois ans.

Cela a été souligné dans Romains 4:19 où il est question de la naissance d'Isaac et il est dit à propos d'Abraham « Et, sans faiblir dans la foi, il ne considéra point que son corps était déjà usé, puisqu'il avait près de cent ans. » Vous savez exactement de quoi il s'agit. À cent ans, Abraham était sexuellement mort. En d'autres termes, il ne pouvait pas engendrer un enfant; il ne pouvait pas engendrer Isaac. Alors la question se pose, si à cent ans il était sexuellement mort, comment se fait-il qu'à cent quarante ans, alors que son corps a maintenant quarante ans de plus, il ait pu engendrer six autres fils après Isaac? C'est la question qui se pose ici. Certaines personnes pensent que lorsque Dieu a ravivé sa virilité pour féconder Sara, sa jeunesse a été renouvelée, et Dieu lui a donné une nouvelle vigueur, et que cela a été étendu au reste de sa vie. Certains croient que tout cela fait partie du même miracle.

Dans le verset 25:1 Ketura est appelée la femme d'Abraham, mais deux fois dans la Bible elle est aussi appelée une concubine. Une fois ici même dans le verset 25:6 et aussi dans les Chroniques - dans 1 Chroniques 1:32. Certaines personnes croient qu'Abraham a pris Ketura comme femme avant d'avoir des relations avec Agar et d'avoir Ismaël, et qu'elle a été sa femme pendant longtemps. Certains rabbins juifs enseignent et ont écrit dans leurs commentaires qu'il existe une autre façon d'épeler Ketura, - A-g-a-r. Ils croient que Ketura est Agar, la même personne. Ils disent donc qu'après la mort de Sara, Abraham a toujours eu un faible pour Agar, qu'il a découvert où elle se trouvait et qu'il a eu une autre relation avec elle. C'est ainsi qu'ils expliquent le verset 25:9. Vous vous souvenez qu'Ismaël avait été chassé, mais lorsqu'Abraham meurt nous voyons qu'Ismaël est présent aux funérailles. Ismaël et Isaac l'enterrent. C'est à partir de cela qu'ils expliquent comment la relation a été rétablie avec Agar et Ismaël.

Je pense que les meilleurs spécialistes diraient qu'Agar et Ketura sont deux personnes différentes. Et je pense que la façon la plus naturelle de comprendre cela est de le prendre de façon chronologique. Après la mort de Sara, il s'est remarié. Et s'il faut un miracle pour avoir six autres enfants, alors il y a eu un miracle. Ce n'est pas un problème pour moi, c'est ce qui me semble s'être passé ici. Sara est décédée à l'âge de cent vingt-sept ans. Abraham avait alors cent trente-sept ans. Nous savons qu'Isaac s'est marié trois ans plus tard, donc il a probablement attendu ces trois ans et s'est ensuite marié avec Ketura.

Je crois que le point principal de la mention de tout cela se trouve au verset 25:5 qui dit: « Abraham donna tous ses biens à Isaac. » C'est cela l'essentiel. C'est cela but. Bien qu'il y ait d'autres enfants, le Saint-Esprit met l'accent sur Isaac. Nous allons nous concentrer sur Isaac. Il était l'héritier. Il était le fils de la promesse. Ceci dit, cela ne signifie pas qu'Abraham ait négligé ses autres enfants, car le verset 25:6 souligne qu'il ne l'a pas fait. Il leur a donné d'abondantes bénédictions de son vivant, mais c'est Isaac qui est l'héritier. C'est Isaac qui est l'enfant de la promesse, et c'est en partant de lui que Dieu tourne notre regard vers le message spirituel du livre. Isaac était riche physiquement parce qu'il va représenter ceux qui sont riches spirituellement. J'essaierai de le montrer encore une fois dans un autre contexte. Nous verrons en fait cela à plusieurs reprises. En ce qui concerne ces quelques premiers versets, je n'ai rien à ajouter au sujet de sa femme Ketura, de leurs six enfants, de leurs sept petits-enfants et de leurs trois arrière-petits-enfants.

Considérons maintenant les versets 25:7-9 qui disent: « Voici les jours des années de la vie d'Abraham: il vécut cent soixante-quinze ans. Abraham expira et mourut, après une heureuse vieillesse, âgé et rassasié de jours, et il fut recueilli auprès de son peuple. Isaac et Ismaël, ses fils, l'enterrèrent dans la caverne de Macpéla, dans le champ d'Éphron, fils de Tsochar, le Héthien, vis-à-vis de Mamré. » Finalement Abraham, l'ami de Dieu, le père de la foi, le pèlerin meurt. Voici ce qu'Hébreux 11:10 nous dit à son sujet: « Car il attendait la cité qui a de solides fondements, celle dont Dieu est l'architecte et le constructeur. » Le moment est maintenant arrivé où le pèlerin est sur le point d'aller dans la cité qu'il attendait- celle dont Dieu est l'architecte et le constructeur. C'est ainsi qu'Abraham meurt à cent soixante-quinze ans. Sara est déjà décédée depuis trente-huit ans. Isaac a maintenant soixante-quinze ans. Ismaël a quatre-vingt-neuf ans lorsque son père meurt. Jacob et Ésaü, ses petits-enfants, ne sont que des adolescents. Ils ont quinze ans quand Abraham meurt. D'après les récits, cela fait maintenant cent ans qu'il est un pèlerin. Il a été appelé à quitter Charan à l'âge de soixante-quinze ans, et cela fait donc cent ans qu'il vit la vie de pèlerin.

Au verset 25:8, nous lisons qu'Abraham expira et mourut, après une heureuse vieillesse, âgé et rassasié de jours. » C'est une expression intéressante dans l'hébreu. J'aime la mettre en relation avec le Psaume 91:16 parce que ce dernier nous donne une image complète de ce qu'il faut entendre lorsqu'il est dit que quelqu'un après une heureuse vieillesse, meurt âgé et rassasié de jours. Psaume 91:16 dit: « Je le rassasierai de longs jours, Et je lui ferai voir mon salut. » N'est-ce pas un verset formidable? C'est d'ailleurs un excellent passage sur les funérailles. Cette expression, « je lui ferai voir mon salut » peut aussi se traduire par « Qu'il pose ses yeux sur mon salut. » N'est-ce pas une belle image?(1)

Ce passage ne veut pas dire qu'Abraham est mort en homme âgé et satisfait de la vie, comme s'il disait: « Eh bien, j'ai eu une bonne vie, une bonne famille, de bons enfants, un bon travail et de bonnes opportunités. » Ce n'est pas ce que signifie l'expression: « âgé et rassasié ou satisfait. » Il n'exprime pas sa satisfaction de ce qui est derrière lui. Il exprime les désirs de ce qui est devant lui. Il est mort satisfait et plein de vie. Cela ne dit pas qu'il était plein de jours. Il n'y a pas de « jours » là-dedans. Le texte dit juste « plein. » Il est mort plein. Il est mort sans regrets, et ses yeux se sont régalés du salut qui était devant lui. Il n'a pas regardé en arrière en se disant: « Je suis satisfait. J'ai vu mes enfants se marier. J'ai vu mes petits-enfants. J'ai eu une bonne vie. » Là n'est pas la question. La question est qu'il regarde en arrière et dit: « J'ai eu assez. Je suis plein. J'en ai eu assez. » Puis il regarde devant lui et ses yeux se régalent du salut future. C'est ainsi qu'Abraham est mort. Il était un pèlerin à la recherche de la ville qui avait des fondations, et quand il est mort, il est mort plein de désir pour la cité qui était devant lui. Plein de désir pour le salut de Dieu. Il en avait assez de cette vie.

Le verset 25:8 dit: « Abraham expira et mourut, après une heureuse vieillesse, âgé et rassasié de jours, et il fut recueilli auprès de son peuple. » Vous verrez cette expression utilisée maintes et maintes fois. La première fois qu'elle est utilisée, c'est au chapitre 15 du livre de la Genèse. Cette expression, « recueilli auprès de son peuple », est plus qu'un enterrement. En d'autres termes, cela signifie davantage qu'il est mort et maintenant il est enterré dans le même cimetière avec tout son peuple. Vous savez que cela ne veut pas dire ça, parce que « son peuple » ne serait que Sara. La seule personne dans la tombe où il va, c'est Sara. Non, quand il est dit qu'il a été « recueilli auprès de son peuple », cela ne veut pas dire recueilli dans la terre auprès de son peuple. Son peuple n'était pas dans la terre, il était avec le Seigneur, il était dans le ciel. Il est mort et a été recueilli auprès de son peuple dans le ciel, auprès d'Adam, de Seth, d'Abel et d'Énoch et de Noé. Il a été réuni à son peuple. C'est là qu'il est allé. Chaque fois que cette expression, « recueilli auprès de son peuple », est utilisée, elle l'est uniquement pour les croyants.

Ceci dit il y a une exception possible, mais je ne pense pas que ce soit une exception. Le verset 25:17 dit: « Et voici les années de la vie d'Ismaël: cent trente-sept ans. Il expira et mourut, et il fut recueilli auprès de son peuple. » Lorsque nous serons « recueilli auprès de son peuple », et ce ne sera que dans quelques heures pour nous tous, nous serons avec le Seigneur. Vous savez ce que j'aime dans cette phrase? Eh bien, lorsque je serai « recueilli auprès de mon peuple », je m'attends à y voir Ismaël. Je pense que c'est une preuve qu'il est venu au Seigneur. Il a été recueilli auprès de son peuple, et il a également fait confiance au Seigneur. Voici les références où se trouve cette expression. Genèse 15:15 parle d'Abraham recueilli auprès de son peuple. Genèse 49:29 parle de Jacob recueilli auprès de son peuple, Nombres 20:24 parle d'Aaron recueilli auprès de son peuple, et il y en a plusieurs autres dans la Bible. Et donc, un jour, et bientôt, nous serons recueillis auprès de notre peuple, nous aussi. En fait, plus on vieillit dans le Seigneur, plus on connaît connaîtra de gens au ciel. C'est donc une grande expression.

Dans les versets 25:12-18, Dieu mentionne ensuite les douze tribus d'Ismaël. Je pense que Dieu mentionne les douze tribus d'Ismaël à la fin de la vie de foi d'Abraham, à cause de Genèse 17:20. Avant même qu'Ismaël ait eu un seul enfant, le verset 17:20 dit qu'Ismaël engendrera douze princes. Je pense donc que nous voyons ici une attestation de la fidélité de Dieu. C'est comme si Dieu disait: « Ce que j'ai promis, je l'ai fait. » Ce n'est pas un hasard si Dieu attire notre attention sur Sa fidélité non seulement pour Isaac, mais également pour Ismaël. Chaque chrétien a ses Isaac. Chaque chrétien a ses Ismaël. Vous direz peut-être: « Dieu a été fidèle avec Isaac. » Oui c'est vrai et Il a également été fidèle avec Ismaël. Vous pouvez faire confiance à Dieu pour cela. Vous direz peut-être: « J'ai tout gâché en agissant par la chair, j'ai créé un âne sauvage. J'ai eu des relations avec Agar et dans la chair j'ai produit Ismaël et je dois vivre avec cela. » Oui, mais Dieu est fidèle, et il va retourner cette situation.

Cela nous amène au verset 25:19 qui dit: « Voici la postérité d'Isaac, fils d'Abraham. » Abraham est devenu le père d'Isaac. De la même manière que nous avons étudié les quinze événements de la vie d'Abraham, je vous invite maintenant à regarder, avec moi, les six événements que Dieu nous rapporte de la vie d'Isaac. Ceci dit avant de vous dire ce qu'Isaac représente, je pense qu'il serait utile de savoir qui Isaac représente. Nous devrons bien entendu commencer par cela. Tous ceux qui connaissent leur Bible admettront sans aucun doute qu'Isaac représente le Seigneur Jésus. Tout dans la vie d'Isaac pointe vers Lui, nous allons passer du temps sur cela. Galates 3:16 dit: « Or les promesses ont été faites à Abraham et à sa postérité. Il n'est pas dit: et aux postérités, comme s'il s'agissait de plusieurs, mais en tant qu'il s'agit d'une seule: et à ta postérité, c'est-à-dire, à Christ. » Isaac représente donc, sans aucun doute, Jésus. Nous le voyons, en particulier, en Genèse 22 lorsqu'il est offert en sacrifice comme une image de Jésus.

Mais en plus de cela écoutez ce que Dieu nous dit dans Galates 4. Je vais citer plusieurs versets de ce livre. Galates 4:28-29 dit: « Pour vous, frères, comme Isaac, vous êtes enfants de la promesse; et de même qu'alors celui qui était né selon la chair persécutait celui qui était né selon l'Esprit, ainsi en est-il encore maintenant. » Isaac est une image des chrétiens. Actuellement vous, mes frères et soeurs, vous êtes comme Isaac. Je n'ai pas inventé cela. Voici maintenant ce que dit Galates 4:31 « C'est pourquoi, frères, nous ne sommes pas enfants de l'esclave, mais de la femme libre. » Nous sommes Isaac. Galates 3:29 dit: « Et si vous êtes à Christ, vous êtes donc la postérité d'Abraham, héritiers selon la promesse. » Isaac est une image du chrétien, une image du croyant, une image du saint, de nous, de l'église de Dieu. Nous sommes Isaac parce que nous sommes nés par miracle, nous sommes nés par la grâce, nous sommes nés par la promesse de Dieu. Nous ne sommes pas Ismaël. Nous ne sommes pas des enfants de l'esclave, nés de la chair. Nous sommes les enfants d'Abraham, des « Isaac. »

Nous allons donc suivre les événements de sa vie, dans la mesure où ils nous concernent, car Dieu nous dit que lorsque vous étudiez Isaac, c'est vous que vous étudiez. Alors, considérons-le de cette manière. Étudions cela afin de nous voir nés selon la promesse de Dieu, circoncis au Seigneur et incroyablement riches. Genèse 24:34-36 dit: « Alors il dit: Je suis serviteur d'Abraham. L'Éternel a comblé de bénédictions mon seigneur, qui est devenu puissant. Il lui a donné des brebis et des boeufs, de l'argent et de l'or, des serviteurs et des servantes, des chameaux et des ânes. Sara, la femme de mon seigneur, a enfanté dans sa vieillesse un fils à mon seigneur; et il lui a donné tout ce qu'il possède. »

Lorsque vous étudiez Isaac, vous étudiez quelqu'un qui est incroyablement riche. Vous vous étudiez vous-même. Le verset 25:5 dit: « Abraham donna tous ses biens à Isaac. » Lorsque vous étudiez Isaac, vous étudiez quelqu'un qui a un énorme héritage - qui est merveilleusement riche parce que son père lui a remis un don gratuit. Lorsque vous étudiez Isaac, vous vous étudiez vous-même. Vous voyez que vous êtes incroyablement riche parce que Dieu le Père vous l'a donné.

Les versets 26:12-13 disent: « Isaac sema dans ce pays, et il recueillit cette année le centuple; car l'Éternel le bénit.  Cet homme devint riche, et il alla s'enrichissant de plus en plus, jusqu'à ce qu'il devint fort riche. Il avait des troupeaux de menu bétail et des troupeaux de gros bétail, et un grand nombre de serviteurs: aussi les Philistins lui portèrent envie. » Isaac était très, très riche. 49:00 Et j'attire votre attention sur ce point parce que nous sommes sur le point de considérer Isaac, et toute cette richesse matériel qu'il avait est une image de la richesse spirituelle que nous avons, parce que nous sommes multimilliardaires en Christ en tant que fils d'Abraham, en tant qu'enfants de Dieu. Nous sommes riches au-delà de toute description!

Est-ce que vous réalisez ceci? D'après les récits, Isaac n'a pas levé le moindre petit doigt pour obtenir une seule pièce de tout ce qu'il possédait. On pourrait le qualifier d'enfant gâté - quelqu'un qui a tout reçu sur un plateau d'argent. Il a tout reçu comme un don pur et simple. Il n'a pas sué une goutte de sueur pour devenir riche. Tout lui a été remis. Il a tout reçu de son père, il a tout hérité en vertu du fait qu'il était le fils d'un homme riche.

Ce n'est pas mon idée. Ce n'est pas l'idée d'un commentaire biblique qu'Isaac vous représente. C'est l'idée de Dieu. Dieu l'a dit, Dieu l'a créée, Dieu l'a planifié, et c'est ainsi qu'est née cette merveilleuse image. Né de l'Esprit, circoncis par Dieu, persécuté par Ismaël, incroyablement riche, béni de toutes les bénédictions spirituelles, et ainsi de suite. Ainsi, alors que nous parcourons les événements de sa vie, je veux que vous sachiez que nous allons nous étudier nous-mêmes. Tout comme nous l'avons fait avec Abraham.

Lorsque vous considérez la vie d'Isaac, vous voyez qu'il est comme pris en sandwich entre les deux. Il est entre les deux. Je ne vais pas parler de l'âge qu'avaient les gens à la mort des membres de leur famille, à leur mariage ou à la naissance de chaque enfant et ainsi de suite. Non, ce que je veux que vous voyiez, c'est cela. Des trois, Abraham, Isaac, et Jacob, qui est-ce qui a vécu le plus longtemps? La réponse est Isaac. Isaac a vécu le plus longtemps. Il a vécu cent quatre-vingts ans. Abraham n'a vécu que cent soixante-quinze ans. Jacob a vécu cent vingt-sept ans. Le fait est que, bien qu'il ait vécu plus longtemps que son père ou son fils, sa vie est engloutie dans leur vie. En d'autres termes, ses soixante-quinze premières années sont perdues dans la vie d'Abraham, et ses cent-vingt dernières années sont perdues dans la vie de Jacob. Ainsi, quand on en vient au récit biblique, on ne trouve pas grand-chose sur Isaac. Il est vrai qu'il est là, mais il faut comme regarder sous les pierres. Il est en quelque sorte pris en sandwich entre les deux.

Si je veux étudier la vie d'Abraham, alors je vais dans Genèse 12 à 24. Ce sont les chapitres qui parlent d'Abraham. Si je souhaite étudier la vie de Jacob, alors je vais dans Genèse 25 à 35. Si je désire étudier Joseph je vais dans Genèse 36 à 50. Mais si je souhaite étudier Isaac dans quel chapitre est-ce qu'il faut que j'aille? Quels sont ses chapitres? Il n'y a pas de chapitres dédiés à Isaac. Isaac n'en a aucun, il est en quelque sorte coincé entre Abraham et Jacob, parce que sa vie se chevauche avec celle de son père qui est plus célèbre et de son fils qui est plus célèbre. Il est juste en quelque sorte au milieu. Je suggère que lorsque vous étudiez Isaac, vous vous étudiez vous-mêmes. Quand vous étudiez Isaac, vous étudiez les croyants.

Si vous vous contentiez des faits concernant Isaac que l'on trouve dans la Genèse pour écrire un livre ce ne serait pas un grand livre. Vous ne pourriez pas faire un film uniquement sur Isaac. Vous verrez peut-être un film sur Joseph, Moïse ou Abraham, mais pas sur Isaac. Ils ne peuvent pas le faire à cause de la façon dont il apparaît dans les récits. Il est important qu'Isaac soit en lien avec Abraham. Il est important qu'Isaac soit en lien avec Jacob, mais sa vie entière est engloutie dans ces deux autres vies. Par lui-même, il n'est pas trop célèbre. Il est submergé par des géants. D'un côté, il y a Abraham, la foi d'Abraham, et de l'autre côté, il y a Jacob, le père Jacob, et il est en quelque sorte coincé entre les deux. Et il n'a presque pas d'existence propre. Mais il est important parce qu'il est en lien avec les autres personnes.

C'est à cet égard qu'Isaac ne représente pas uniquement le chrétien riche, le chrétien qui jouit de toutes les bénédictions spirituelles, le chrétien de la grâce, mais il représente également le chrétien moyen. Isaac ne représente pas le chrétien incroyable, comme Abraham le géant de la foi, ni le grand converti, comme Jacob le vaurien, qui s'est finalement transformé en Israël. Isaac n'a pas vraiment un témoignage sensationnel. Certaines personnes sont presque gênées parce qu'elles ne sont pas des Abraham, elles regardent la vie chrétienne et disent: « J'aimerais être un Abraham ou j'aimerais avoir un témoignage comme celui de Jacob. » Je ne vais pas exposer mon témoignage en détail maintenant, mais je suis quelqu'un qui a été grandement blessé dans sa vie chrétienne par ce qui est relaté ici même. Je me sentais gêné parce que je n'avais pas un témoignage sensationnel à partager, et j'ai donc menti au sujet de mon témoignage! J'ai volé un témoignage, et j'ai vécu un cauchemar pendant sept années durant lesquels j'ai essayé de vivre un passé qui n'était pas le mien parce que je pensais que vous deviez être passé par quelque chose de ce genre. Je suis sûr que je ne suis pas le seul à avoir été consumé par une telle chose.

Peut-être que vous avez entendu parler d'hommes et de femmes de foi, que vous avez lu des biographies d'homme comme George Mueller qui ont vécu par la foi, faisant confiance à Dieu pour de grandes choses, et vous dites: « Je désire être comme George Mueller. Je souhaite avoir une foi comme la sienne. » Mais vous vous sentez mal parce que vous n'êtes pas capable d'être comme George Mueller et de faire confiance à Dieu comme il l'a fait pour prier pour fonder un orphelinat à sept millions de dollars et tout ce genre de choses. Vous vous sentez comme le pauvre Isaac, qui était entre deux géants que sont Abraham et Jacob.

Dans la Genèse, Isaac est une personne tout ce qu'il y a de plus normal. Vous voyez, Dieu n'a jamais demandé à Isaac de sacrifier son fils. Isaac n'avait même pas son propre puits. Les puits qu'il possédait c'est Abraham qui les avait creusés. Il n'a même pas péché avec « originalité. » Il a copié le péché de son père et a menti au sujet de sa femme. Isaac était simplement entre les deux. Lorsqu'il est mort, ils ne l'ont même pas mis dans sa propre tombe. C'était juste le tombeau d'Abraham. Il était simplement un de ces chrétiens moyens qui vivent leur vie. On peut dire de lui qu'il s'était quelquefois trompé, mais il n'a rien accompli de particulier.

Jacob, et nous y reviendrons, a eu un grand témoignage. C'était une crapule. C'était un voleur et un menteur. C'était un homme méchant qui allait au fond des choses, faisait tout par sa propre force et puis Dieu a lutté avec lui. Cela a été une grande lutte, il a fini estropié, et finalement, il a rencontré le Seigneur de cette manière dramatique. Il avait un témoignage extraordinaire! Souvent, les chrétiens regardent Jacob et disent: « J'aimerais que ce soit moi. » Peut-être que vous avez entendu parler d'un chef de gang converti, d'un drogué, d'un ivrogne, d'une star d'Hollywood, d'un politicien ou de gangsters? Mais vous, vous avez peut-être simplement prié sur les genoux de votre mère, et il n'y a rien de dramatique là-dedans. Peut-être que vous aimeriez être comme Jacob et avoir un grand témoignage.

C'est pour cette raison que nous devons étudier Isaac. C'est parce qu'Isaac n'était pas un homosexuel qui s'est converti de façon spectaculaire, un ivrogne, un joueur invétéré ou quelque chose de ce genre. Ce n'était pas un homme qui battait ses enfants ou qui battait sa femme et qui est ensuite venu au Seigneur. Il était juste Isaac, coincé entre Abraham et Jacob. Il y avait un géant pieux célèbre au-dessus de lui, et il y avait une canaille en dessous de lui, et tous ceux qui parlaient des chrétiens parlaient soit de la foi d'Abraham, soit de la conversion de Jacob. Isaac, lui, se trouvait en plein milieu. Il est une image de ce que nous sommes, et c'est pour cela que nous devons étudier cette glorieuse image.

Je ne sais pas si vous faites partie des personnes qui ont un jour pensé de cette façon. Louez Dieu, si vous avez été élevé dans une famille chrétienne, et si vous avez entendu ces choses dès votre jeunesse. Vous ne louerez jamais assez Dieu si vous n'avez jamais maudit, ni juré, ni volé, ni bu, ni fait beaucoup de choses qui vous déshonorent. Bénissez le Seigneur pour la grâce qui vous a empêché de le faire afin que vous n'ayez pas à en être délivré. Vous devez louer le Seigneur pour ces choses. Voilà qui est Isaac.

Une dernière chose avant de clore notre étude d'introduction à Isaac. En tant que personnage fondateur, Abraham illustre la foi. Qu'est-ce qu'Isaac illustre? Nous l'avons mentionné maintes et maintes fois. Permettez-moi de l'énoncer maintenant en tant que principe. La principale caractéristique d'Isaac est la soumission, l'abandon, la non-résistance.

Lorsque vous pensez aux principaux événements de sa vie, vous vous rendez compte qu'il a tout simplement tout accepté. Dans le chapitre 21, il se soumet alors qu'il est persécuté par Ismaël. Au chapitre 22, il est sur le mont Morija. C'est un jeune homme, il est sur le point d'être tué et il peut résister. Pourtant il laisse son père l'attacher, et il porte le bois pour le feu, c'est une simple soumission. Il s'abandonne à tout cela. Au chapitre 24, même lorsqu'il est sur le point d'avoir une femme, il reste à la maison. Il se soumet tout simplement. Vous voyez, Éliézer aurait pu lui ramener n'importe qui, et il l'aurait épousée. Pourtant il ne fait que se soumettre. Voici le genre d'homme qu'il était. Il se soumet simplement à tout ce qui lui arrive.

Dans le chapitre 26 les Philistins jettent de la terre dans son puits, alors il va en creuser un autre. Mais ils jettent encore de la terre dedans, alors il va encore en creuser un autre. Ils y jettent encore de la terre, et finalement, quand tout est réglé, c'est alors qu'Isaac dit: « Enfin, le Seigneur a fait de la place pour nous. » Il prend le tout très simplement. Chaque fois que nous voyons Isaac, il se rend toujours, il est toujours soumis, il cède toujours au Seigneur. En tant que chrétien la plupart d'entre nous, nous ne sommes donc pas Abraham le géant de la foi, ni Jacob qui a un témoignage spectaculaire; nous sommes en quelque sorte Isaac le moyen, nous sommes juste entre les deux, et de la même manière Dieu nous a appris à marcher par la foi, Il doit maintenant nous apprendre ce que signifie se soumettre.

Ce que je vais partager avec vous, ce sont six événements de la vie d'Isaac qui illustrent la soumission. Il y a quatre événements positifs, et je pense qu'après sa soumission, bien sûr, vous l'aurez sous forme d'image; vous l'aurez sous forme embryonnaire, et Dieu devra encore la développer jusqu'au bourgeon, à la fleur et finalement au fruit. Nous avons donc quatre événements pour montrer le côté positif. Mais il y a deux événements négatifs dans sa vie qui nous montrent ce que la soumission n'est pas. Je désire aborder ces deux événements négatifs de la manière suivante. Il y a deux grands ennemis à la soumission. Quels sont-ils? Nous devons étudier ces événements afin de savoir ce qui milite contre la soumission dans nos vies. Nous allons donc étudier les quatre événements positifs, puis nous étudierons les deux événements négatifs afin de voir ce qu'est la soumission et ce qu'elle n'est pas.

Pour terminer laissez-moi juste encore mentionner ces événements. D'ailleurs, nous avons abordé beaucoup d'entre eux lorsque nous avons parlé d'Abraham. Lorsque nous arriverons enfin à Isaac, nous couvrirons beaucoup de terrain rapidement, car nous les avons déjà vus. Pour chacun de ces évènements nous ne ferons qu'isoler le principe lié à Isaac.

Le premier événement se trouve dans le chapitre 21, il s'agit de la naissance, la circoncision et le sevrage d'Isaac. Le deuxième événement, se trouve dans le chapitre 22, c'est l'expérience sur le Mont Morija. Le troisième événement se trouve dans le chapitre 24, il s'agit du mariage d'Isaac avec Rebecca. Dans les versets 26:18-25, nous trouvons le creusement des puits à Guérar. Dans les versets 26:1-17, le mensonge d'Isaac au sujet de sa femme dans le pays des Philistins. Et enfin dans le chapitre 27, nous trouvons toute cette idée de la partialité d'Isaac dans sa famille, il s'agit de favoritisme. Voilà donc à peu près ce que nous allons examiner dans la vie d'Isaac.

Prions:

Père céleste, nous Te remercions pour Ta Parole, et nous prions, Seigneur, alors que nous commençons notre étude sur la soumission, que nous puissions apprendre ce que signifie être soumis à Toi. Nous ne désirons pas être centrés sur la soumission, mais nous voulons être centrés sur Christ dans notre soumission. Merci de nous instruire alors que nous considérons ces six événements dans la vie d'Isaac. Nous Te remercions pour Tes récits, et nous prions que Tu prépares nos coeurs pour ces grands principes de vie. Au nom de Jésus, amen.

(1)Le terme « jours » n'apparaît pas dans l'hébreu. D'autres versions ont: « Abrahâm agonise et meurt en bonne sénescence, vieux et rassasié. » (Chouraqui) ou «  Abraham défaillit et mourut, dans une heureuse vieillesse, âgé et satisfait ; et il rejoignit ses pères. »(Zadok Kahn) (NdT)[retour]