ROMAINS #7

(Romains 5:1-11)

Par Ed Miller

Le texte qui suit est la transcription d'un message donné en anglais. La forme orale a été conservée, mais des titres de sections ont été ajoutés pour faciliter la lecture. (NdT)

Bonjour et bienvenue dans notre septième leçon sur cette merveilleuse épître aux Romains.

Prions:

Seigneur Jésus, Tu as payé une dette qui ne Te revenait pas - la dette que nous ne pouvions pas payer. Alors que nous ouvrons à nouveau Ta parole pour étudier Romains, nous Te prions Seigneur d'écrire dans nos coeurs encore plus clairement qu'avant, les merveilles de notre Sauveur et de notre rédemption. Nous Te demandons de nous guider alors que nous méditons au sujet de ces grandes vérités. Nous savons Seigneur que sans Ta révélation, nous ne pouvons rien voir. Nous savons que si Tu ne nous stimules pas, nous sommes comme morts par rapport à toutes ces choses. C'est pourquoi réveille-nous, manifeste-Toi à nos coeurs, donne-nous le Pain de vie, et change-nous à l'image de notre Seigneur Jésus. Nous nous attendons à Toi, et Te demandons de nous rendre capables de jouir de Ta parole et tout spécialement de Ta Parole vivante, notre Seigneur Jésus; c'est en Son nom que nous prions. Amen.



RESUME

Dans notre méditation, nous sommes arrivés au chapitre 5. Ce chapitre est le dernier de la première section de Romains. Laissez-moi juste vous redonner un petit résumé pour montrer encore une fois ce qu'il y a sur le coeur de Dieu, et vous présenter le fil conducteur du livre, ainsi que l'endroit où nous nous sommes arrêtés. Ensuite nous reprendrons notre discussion. Les grandes vérités que présente le message de Romains ne sont pas, à proprement parler, un salut complet. Le message de Romains est le message de notre Seigneur Jésus-Christ - un Sauveur complet, Celui qui a été fait pour nous un salut complet. Nous verrons beaucoup de choses sur le salut en parcourant le livre de Romains. Nous parlerons de justification, de sanctification et de glorification. Mais Dieu n'a pas écrit tout cela sous la forme d'une froide doctrine. Il nous montre à quel point Jésus est merveilleux. Le salut est une Personne et si nous sommes correctement reliés à cette Personne, alors nous profiterons de tout le salut qui est inclus dans le fait de Le connaître. C'est tout le sujet du livre. Romains est donc un livre qui dirige entièrement nos yeux vers le Seigneur Jésus.



CHRIST SUR LA CROIX, DANS NOTRE COEUR ET SUR LE TRÔNE

Voici le plan que nous avons suivi. Nous avons appelé les chapitres 1 à 5, « l'oeuvre achevée. » Si vous considérez cet aspect de façon doctrinale, il s'agit de la justification. Mais la réalité de ces cinq chapitres est - le Seigneur Jésus crucifié, mort, enseveli et ressuscité pour notre justification. Ensuite, nous avons appelé les chapitres 6 à 8, « l'oeuvre inachevée. » Si vous considérez cela de façon doctrinale, il s'agit de la sanctification. La sanctification est l'oeuvre qu'Il continue de faire. Mais si vous considérez la chose ayant le Seigneur à l'esprit, alors il s'agit du Seigneur vivant dans notre coeur par le Saint-Esprit, pour terminer l'oeuvre de la rédemption. Nous avons appelé les chapitres 9 à 11, « l'oeuvre inachevée achevée. » Cela décrit la troisième étape de notre rédemption - la glorification. Mais si vous considérez cela en ayant Christ à l'esprit, il s'agit de Christ sur le trône pour notre glorification. En d'autres termes, lorsque vous considérez les 11 premiers chapitres de Romains, vous voyez Christ sur la croix, Christ dans notre coeur et Christ sur le trône. Enfin le livre se termine par les chapitres 12 à 16, et décrit ce que sera notre vie si nous embrassons un Sauveur complet. Nous aurons et jouirons d'un salut complet. Voilà le sujet du livre et voilà ce que Dieu a sur le coeur alors que nous étudions ce livre - c'est que nous puissions embrasser un Sauveur complet.

Je vous ai dit que nous étions arrivés au chapitre 5. Vous remarquez donc que nous sommes à la fin de la première section, qui est composée des chapitres 1 à 5. Laissez-moi vous rappeler de quelle façon logique, Dieu a découpé ce livre. Dans les versets 1:1-3:20, Dieu montre à quel point le monde a besoin d'un Sauveur complet. Dans les versets 1:18-2:17, nous voyons que les gentils, les non-Juifs ont besoin d'un Sauveur complet parce que les lois de la nature ne peuvent pas les amener à Dieu. Ensuite dans les versets 2:18-3:20, nous voyons que le monde religieux, les Juifs ont également besoin d'un Sauveur complet parce que la Loi de Moïse ne peut pas les amener à Dieu. Enfin dans les versets 3:21-31, nous avons 11 des versets les plus merveilleux de tout le Nouveau Testament - le résumé de notre justification. En d'autres termes, dans ces 11 versets, Dieu résume tout, nous raconte l'histoire de notre justification et Il nous explique pourquoi le Sang précieux de Jésus est le fondement, la base, et la fondation de toutes les autres choses.

Considérez à présent, juste les versets suivants:

• Verset 3:21: « Mais maintenant, sans la loi est manifestée la justice de Dieu. »
• Verset 3:22: « Justice de Dieu par la foi en Jésus-Christ pour tous ceux qui croient. »
• Verset 3:28: « Car nous pensons que l'homme est justifié par la foi, sans les oeuvres de la loi. »

Dans ces chapitres, Christ nous est présenté dans toute Sa beauté, afin que nous puissions Le saisir par la foi. Avant de continuer, j'aimerais dire un mot au sujet de la foi. Vous souvenez-vous du chapitre 4? Je pense que nous l'avons vu la dernière fois. Dès la fin du chapitre 3 et dans le chapitre 4, le Saint-Esprit, à travers l'apôtre Paul, nous expose la simplicité de la foi. C'est tellement simple - c'est une foi simple. Au chapitre 4, il prouve que ce n'est pas un message nouveau. Cela n'a pas commencé avec l'apôtre Paul. Dieu a toujours justifié en tenant compte de la foi. Comment Abel est-il venu à Dieu 3000 ans avant Jésus-Christ? Dieu nous donne la réponse - par une simple foi. Il fut reconnu juste par la foi. Comment Abraham a-t-il été justifié 2000 ans avant Jésus-Christ? Encore par la foi, ce n'est pas par les oeuvres. Abraham a été justifié, reconnu comme juste par la foi. Comment Moïse est-il venu vers Dieu 1500 ans avant Jésus-Christ? A nouveau, la réponse est: par la simplicité de la foi. Ensuite Romains 4 nous dit comment David est venu à la foi 1000 ans avant Jésus-Christ - comment il est venu à Dieu. Ce fut par une simple foi. Enfin Paul cite le prophète Habacuc. Comment Habacuc est-il venu à Dieu environ 500 ans avant Jésus-Christ? Encore une fois, le juste vivra par la foi. Il n'y a donc rien de nouveau.

Ceci dit, comme on peut tout acquérir par la foi, c'est-à-dire un Sauveur complet et un salut complet, la tentation peut être de regarder la foi comme si elle était quelque chose en elle-même. Mais la foi n'est que la main qui reçoit le don. Je pense que parfois nous ne voyons pas la simplicité de la foi. Laissez-moi vous donner deux illustrations. Imaginons que je désire que quelqu'un m'aime. Comment puis-je m'y prendre pour qu'une personne m'aime? Que pensez-vous de la méthode suivante? Je pourrais m'assoir à table avec cette personne, prendre mon stylo, et nous pourrions nous mettre d'accord sur une définition de l'amour. Pensez-vous que cela pourrait marcher? Pouvez-vous imaginer deux amoureux, un jeune homme romantique marchant près d'une jeune fille sous un ciel étoilé et qui dirait: « Tu sais ce que nous devons faire? Nous avons besoin de nous trouver une définition de l'amour. » Je peux vous garantir que cela tuerait l'amour. Si vous désirez qu'une personne vous aime alors commencez par l'aimer et vous dévouer sans compter pour elle. Donnez-vous vous-mêmes à elle, car l'amour est une réponse et la dernière chose dont vous ayez besoin est bien d'une définition. Présentez-vous simplement comme quelqu'un de valeur et ensuite l'amour sera automatique.

Imaginons maintenant que je désire vous amuser, vous faire rire. Comment puis-je m'y prendre? Peut-être qu'avant de raconter ma blague, nous pourrions nous asseoir ensemble et nous mettre d'accord sur une définition du rire. Voyez-vous à quel point c'est artificiel? Comment puis-je définir le rire? Essayez de donner une définition du rire. Et si vous en étiez capables, cela marcherait-il? Cela vous aiderait? J'ai regardé dans le dictionnaire et je vais maintenant vous dire comment vous devez rire. Voilà ce que j'ai trouvé: « Faites un certain mouvement de la bouche causé par l'impression que suscite en vous quelque chose de gai, de plaisant. » Maintenant vous savez comment rire. C'est peut-être parce que vous ne saviez pas comment rire que vous n'aviez pas un bon sens de l'humour. Par conséquent, la prochaine fois que vous entendez une blague, faites le bon son et bougez bien votre corps. Cela vous aidera peut-être à bien rire. Avez-vous compris où je veux en venir? La définition du rire est la dernière chose que vous ayez besoin de savoir. Si je veux que quelqu'un m'aime, je n'ai pas besoin d'une définition de l'amour. Si je désire faire rire quelqu'un, cette personne n'a pas besoin d'une définition du rire.



CE N'EST PAS DE LA FOI DONT VOUS AVEZ BESOIN MAIS D'UN OBJET SÛR POUR VOTRE FOI

Alors, lorsque nous arrivons vers le Seigneur, et que nous souhaitons que d'autres mettent leur confiance dans un Sauveur complet, pourquoi rendons-nous toujours si compliquées les choses simples en disant: « Pour pouvoir mettre votre confiance en Jésus, vous avez besoin de commencer par une définition de la foi. » Tout cela est si mécanique. Une définition de la foi tue la foi. C'est la dernière chose au monde dont vous ayez besoin. Vous n'avez pas besoin d'une définition de la foi mais d'un objet sûr dans lequel placer votre confiance. Vous avez besoin de voir un Sauveur complet. Avec les chrétiens de nos jours, tout semble si mécanique et technique - ils disent: « Définissons la crainte de Dieu, définissons la soumission, définissons la plénitude de l'Esprit, définissons les attributs, définissons la foi. » Vous tuez tout cela en le définissant. Vous n'avez pas besoin d'une définition. Vous avez simplement besoin d'un Sauveur Vivant et lorsque vous Le voyez comme Il est, lorsque vous regardez à la beauté du Seigneur, que vous voyez l'incomparable amour qui L'a mené à la Croix, l'incroyable grâce qui vous offre un salut gratuit et que vous voyez à quel point Il est digne de confiance, mettre sa confiance en Lui sera aussi automatique que de respirer. C'est si simple. Ainsi nous ne désirons pas compliquer tout cela en disant: « Très bien, définissons de la foi. » Tout cela va tuer la foi. Vous n'avez pas besoin de cela. Vous avez juste besoin d'un Jésus vivant et vous avez besoin de voir le Seigneur.

Tout cela nous amène à Romains 5. Avant de regarder ce chapitre en détail, j'aimerais que nous le considérions comme un tout. Vous remarquerez qu'il y a en fait deux sections dans le chapitre 5. Les versets 5:1-11, sont reliés ensemble par le Seigneur, et décrivent le résultat de la justification. Il montre ce qu'il y a dans notre vie à cause de la justification. Ensuite dans les versets 5:12-21, il résume le tout avec une des plus belles illustrations que l'on trouve dans le livre de Romains, c'est celle des deux Adams - Adam et notre Seigneur Jésus, le dernier Adam. C'est là qu'il résume le tout. J'aimerais, avec la grâce de Dieu, voir avec vous les 11 premiers versets du chapitre 5. Lisons les versets 5:1-11: « Étant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ, à qui nous devons d'avoir eu par la foi accès à cette grâce, dans laquelle nous demeurons fermes, et nous nous glorifions dans l'espérance de la gloire de Dieu. Et non seulement cela, mais nous nous glorifions même des afflictions, sachant que l'affliction produit la persévérance, la persévérance la victoire dans l'épreuve, et cette victoire l'espérance. Or, l'espérance ne trompe point, parce que l'amour de Dieu est répandu dans nos coeurs par le Saint Esprit qui nous a été donné. Car, lorsque nous étions encore sans force, Christ, au temps marqué, est mort pour des impies. A peine mourrait-on pour un juste; quelqu'un peut-être mourrait-il pour un homme de bien. Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. Bien plus donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère. Car si, lorsque nous étions ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils, bien plus, étant réconciliés, serons-nous sauvés par sa vie. Et non seulement cela, mais encore nous nous glorifions en Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ, par qui maintenant nous avons obtenu la réconciliation. »

Il y a plusieurs façons de lire ce passage et de l'analyser. La plupart des commentateurs le lisent de la façon suivante: « Maintenant que nous sommes justifiés, regardez ce qui nous appartient. » Ils donnent ensuite une liste:

• Verset 5:1:« Nous avons la paix avec Dieu. »
• Verset 5:2:« Nous avons eu par la foi accès à cette grâce, dans laquelle nous demeurons fermes. »
• Verset 5:2:« Nous nous glorifions dans l'espérance de la gloire de Dieu. » et ainsi de suite

Ensuite ils disent: « Une fois justifiés, vous avez » puis ils commencent à donner la liste: « la paix, la grâce, l'acceptation » et tout le reste. Le problème avec cette liste est que vous êtes sûrs de laisser quelque chose de côté. Quelle est la longueur de la liste? Vous voyez, cela commence assez simplement avec « nous avons la paix avec Dieu. » Tout le monde arrive à trouver cela. Mais regardez le verset 5:2. Combien de bénéfices sont définis ici? Regardez juste le verset 5:2:« Est que « nous avons eu par la foi accès » est un bénéfice? Est-ce que la « grâce » est un bénéfice? Est-ce que « demeurer ferme » est un bénéfice? Est-ce que « la glorification » est un bénéfice? Est-ce que la « gloire de Dieu » est un bénéfice? Vous voyez, chaque verset est comme cela. Ce passage est si rempli que vous pourriez être perdus dans chaque mot. Et tout ce que vous aurez, c'est une liste qui grandit et grandit.



DIEU NE NOUS DONNE PAS JESUS ET QUELQUE CHOSE APPELLEE JUSTIFICATION

Ceci dit, je ne veux pas dénigrer ce que de bons commentateurs ont mis en évidence. Certains d'entre eux disent qu'il y a sept éléments de la justification. J'en ai un qui dit qu'il y a dix éléments au sujet de la justification dans ce passage. J'en ai un autre qui dit: « Romains 5:1-11 nous présente 15 résultats de la justification. » J'aime ce que Frank Gabeline a dit: « La justification est une corne d'abondance remplie de bénédictions. » Eh bien, c'est ce que vous avez ici. Je vous rappelle à nouveau, alors que vous parcourez tout cela, que la justification n'est pas une chose. Dieu ne vous donne pas Jésus et quelque chose appelé justification. Il nous donne Son Fils, c'est tout. Et en L'ayant, Lui, vous avez tout, dont la justification. C'est une relation. Je ne pense pas que l'intention de Dieu dans Romains 5:1-11, est de nous donner une liste, de limiter, de restreindre, et de mettre des limites aux bénédictions que nous avons en Christ. Vous en avez cinq, vous en avez dix, vous en avez quinze, et ainsi de suite. Qu'est-ce que Dieu essaie de faire ici? Je suis persuadé qu'Il désire nous donner une idée de l'enlèvement. Lorsque vous commencez à méditer sur ces choses, votre coeur s'élève vers la gloire de Dieu. Il désire juste vous émerveiller avec tout cela en vous montrant à quel point tout ce qui est arrivé depuis que vous avez été justifiés est merveilleux. Par conséquent, sans rien retirer de la valeur des commentaires de ceux qui ont étudié ce passage avant moi, et d'une façon plus approfondie, j'aimerais souligner trois choses que Dieu désire nous communiquer, parce que nous sommes justifiés.



NOUS AVONS LA PAIX AVEC DIEU ET LA PAIX DE DIEU

Vous pouvez appeler cela « les résultats de la justification » ou autrement si vous le souhaitez. Mais je sens ici un mouvement de Dieu où Il dit: « A cause de ceci et cela, regardez cela. » Je pense que c'est ce qu'Il désire faire ici. Laissez-moi donc vous présenter trois choses que Dieu souhaite souligner ici. La première est claire. Au verset 5:1 nous lisons: « Étant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ. » J'aimerais vous montrer la paix avec Dieu que nous avons à travers notre Seigneur Jésus-Christ. Presque tous ceux qui contemplent ces réalités nous montrent la différence qu'il y a entre la paix de Dieu et la paix avec Dieu. Ils affirment qu'il y a une différence. Certains appellent la première la « paix judiciaire » et l'autre la « paix parentale. » D'autres ont d'autres noms pour les distinguer. Il est clair qu'il y a une différence technique entre les deux. L'une est en relation avec notre position et l'autre avec notre condition. Mais je pense que nous sommes parfois si concentrés sur ces différences techniques que nous ratons Dieu. Avant de vous montrer dans de simples mots ce que c'est, ce qu'il dit, laissez-moi juste mentionner la différence technique. Après l'avoir vue, nous mettrons ensuite cela de côté et n'y reviendrons plus.



NE PAS CONFONDRE NOTRE POSITION ET NOTRE CONDITION

Il y a une différence entre notre position et notre condition. Laissez-moi l'illustrer par un exemple tiré de ma vie. Ma position actuelle est celle « d'époux. » Chaque jour de ma vie, 24 heures sur 24, lorsque je dors, lorsque je suis réveillé ou lorsque je mange, je suis un « époux. » Je serai toujours un « époux. » Il n'y aura pas un moment dans ma vie où je ne serai pas un « époux. » Tout cela est arrivé un samedi après-midi, le 6 juin 1964. J'ai regardé Lillian dans les yeux et j'ai dit « Oui. » La pasteur Brent a prononcé quelques paroles et a dit alors que j'étais devenu quelqu'un que je n'avais jamais été auparavant. Il a dit: « Je te déclare époux. » Cela a été ma position à partir de ce moment là. Maintenant je suis un « époux. » Devant Dieu je suis un « époux », devant le gouvernement je suis un « époux », devant la société je suis un « époux », devant l'église je suis un « époux », devant ma famille je suis un « époux », devant le monde je suis un « époux. » C'est ma position, je suis un « époux. »

Mais qu'en est-il de ma condition, de mon expérience? Ais-je toujours agi comme un époux? Il y a une personne à qui vous pouvez poser la question. Ais-je toujours été doux, bon, compréhensif, aimant, brave, attentif, et tendre comme doit l'être un mari? Je pense que Lillian pourrait citer une ou deux fois où cela n'a pas été le cas, parce que parfois notre expérience, notre condition n'est pas à la hauteur de notre position. Notre position ne change jamais. Mais ensuite notre expérience s'en rapproche plus ou moins. Le 6 novembre 1965, à 4h30 du matin j'ai expérimenté autre chose dans ma vie. Je suis devenu père. Je ne l'avais jamais été auparavant. C'est maintenant ma position. 24 heures pas jour, que j'en sois conscient ou pas, je suis un père. Mais suis-je toujours digne de ce titre de père? Probablement pas. Suis-je toujours à la hauteur de ce titre de père? Probablement pas. Mais cela n'affecte pas ma position, car ma position est celle de père. Plus récemment, le 17 août 1988 je suis devenu quelque chose que je n'avais jamais été auparavant: « grand-père. » Maintenant je suis un grand-père et cela sera ma position jusqu'à ce que je meure. Vivrai-je toujours à la hauteur de ce que doit être un grand père? Probablement pas, mais cela n'affecte en rien ma position.

Paul parle de cela ici. Il dit: « Toute ma vie, ma condition a été celle d'un ennemi. » J'étais un ennemi de Dieu. J'étais sous la condamnation. J'étais sous Sa colère. J'étais sous Son jugement. J'étais en guerre avec Dieu - un adversaire du Seigneur. Dieu était saint. J'étais pécheur. J'étais condamné. Ma seule perspective devant Dieu était la mort et le jugement et une terrible séparation pour toute l'éternité. » Mais un jour, pour Paul cela fut sur la chemin de Damas, et pour moi cela fut en 1958 à un rallye organisé par Jeunesse pour Christ, j'ai entendu et compris. Dieu a ouvert mon coeur et j'ai entendu le message de Christ, et à ce moment, je suis devenu quelque chose que je n'étais pas avant - un chrétien. J'ai reçu une position devant Dieu qui sera toujours la même. Elle ne changera jamais. Ceci dit, ma foi n'est pas toujours à la hauteur de cela. Je ne vis pas toujours au niveau de ma position. Mais soudainement au verset 5:1 il est écrit: « Étant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ. » Paul dit: « La guerre est finie. » Réalisez-vous combien c'est merveilleux? La guerre est finie et Dieu n'est plus en colère. Les hostilités sont terminées. C'est comme si Dieu n'avait jamais été mon ennemi. J'ai été l'ennemi de Dieu. Mais maintenant, Il dit que la guerre est finie. Pour la première fois et pour toujours, quand je dors, quand je suis réveillé, que je sois conscient ou inconscient, je ne suis plus l'ennemi de Dieu. Nous avons la paix avec Dieu à travers Jésus-Christ. Je ne suis plus en guerre avec le Seigneur. Je suis justifié.

Maintenant si vous le désirez, vous pouvez faire la différence entre la paix avec Dieu et la paix de Dieu, mais je pense que les deux sont ici dépendantes l'une de l'autre. Les deux aspects sont ici inclus. Je ne suis pas effrayé par les émotions et les sensations. Elles ne forment pas un repos sûr pour moi. Mais je peux vous dire que si vous apprenez que vous avez la paix avec Dieu alors vous aurez également une mesure de la paix de Dieu. Vous ne pouvez pas séparer ces deux choses. Je sais que dans ma propre vie, lorsque Dieu m'a fait découvrir que la guerre était finie (je ne pouvais pas l'exprimer par ces mots à l'époque), je peux vous dire que lorsque j'ai eu une cette assurance, que je n'avais plus besoin d'avoir des craintes pour l'avenir, parce qu'Il n'était plus en colère contre moi, j'ai également reçu Sa paix. Appelez cela comme vous voulez, mais j'ai appris que Dieu n'était plus en colère. Les terreurs qui étaient en moi se sont dissipées et une paix est venue dans mon coeur. Je sais qu'il y a une différence technique entre ces deux paix, et c'est la première bénédiction. Ce qu'Il dit, c'est qu'à cause de tout ce que nous avons dit, Dieu ne nous considère plus comme des ennemis. Je puis vous dire que cela n'est pas seulement une paix qui sort d'un livre, ce ne sont pas seulement des écrits. C'est également de la paix dans mon coeur. La paix de Dieu veut certainement vous faire sauter, crier et danser devant le Seigneur. Que Dieu puisse ouvrir nos yeux pour Le voir!

Ecoutez maintenant ces versets de Esaïe 12:1-2: «Tu diras en ce jour-là: Je te loue, ô Éternel! Car tu as été irrité contre moi, Ta colère s'est apaisée, et tu m'as consolé. Voici, Dieu est ma délivrance, Je serai plein de confiance, et je ne craindrai rien; Car l'Éternel, l'Éternel est ma force et le sujet de mes louanges; C'est lui qui m'a sauvé. » Voilà la première conséquence, Dieu n'est plus mon ennemi. Par conséquent étant justifié par la foi, j'ai la paix avec Dieu. Ce qui signifie que je ne suis plus Son ennemi.



DIEU N'EST PLUS CONTRE NOUS MAIS POUR NOUS

Le second résultat de notre justification se trouve au verset 5:2: « A qui nous devons d'avoir eu par la foi accès à cette grâce, dans laquelle nous demeurons fermes, et nous nous glorifions dans l'espérance de la gloire de Dieu. » Ce verset est vraiment puissant. Laissez-moi vous en donner d'autres traductions. La traduction du Wuest dit: « A qui nous devons également notre entrée, en tant que possession permanente, dans cette faveur imméritée dans laquelle nous avons été placé de façon permanente. » Thomas Chalmers traduit de cette façon: « Par qui nous avons obtenu l'admission par la foi dans une position de faveur devant Dieu dans laquelle nous nous maintenons. » Je pense que le verset 5:2, nous emmène plus loin que le verset 5:1. Vous voyez l'enseignement du verset 5:1 sur la paix est que je ne suis plus « l'ennemi de Dieu », mais cela ne fait pas de moi Son ami. Ce n'est pas parce que je ne suis pas Son ennemi, parce que la colère de Dieu n'est pas dirigée contre moi, que cela prouve que Sa bonté se manifestera envers moi. Je ne serai pas repoussé. Je n'irai pas en enfer, mais cela ne veut pas dire que Dieu va me bénir, ou qu'Il est bon envers et avec moi.

Laissez-moi vous donner une illustration. En 2 Samuel 13:29, Absalom a tué Amnon, son frère. Le roi David a alors fait ce commentaire: « Il vivra. La guerre est finie. Il vivra. Il ne mourra pas, mais qu'il retourne dans sa maison et que je ne vois pas sa face. » Ensuite la Bible nous dit que pendant 2 ans, David a refusé de voir Absalom. Vous voyez, il est possible que vous ne mourriez pas mais cela ne signifie pas que vous ayez la communion avec Dieu. Le verset 5:1 ne fait qu'un bout du chemin. Il dit: « Je ne suis plus son ennemi. » Mais le verset 5:2 va au-delà. C'est une chose de savoir que Dieu ne nous condamne pas, mais ensuite vient la question: « Va-t-Il me bénir? » C'est merveilleux de n'avoir rien à craindre, mais dans ce verset il éveille également notre espoir. Regardez la progression entre les versets 5:1 et 5:2. Non seulement Dieu n'est pas en colère avec moi, mais maintenant Il est favorablement disposé envers moi. Voila ce que signifie demeurer ferme dans Sa grâce.

Nous ne demeurons pas seulement dans la paix avec Dieu, mais maintenant nous demeurons également dans Sa grâce. Pour le dire avec de simples mots, le verset 5:1 dit: « Il n'est pas contre moi. » Et le verset 5:2 dit: « Il est de mon côté. » Les amis, c'est vraiment merveilleux! Plus tard nous regarderons à Romains 8:31 qui dit: « Que dirons-nous donc à l'égard de ces choses? Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous? » Non seulement Il n'est pas contre nous, mais en fait, Il est pour nous. Nous ne sommes pas seulement pardonnés, nous ne sommes plus Ses ennemis, mais nous avons une nouvelle position. Regardez ces différentes expressions:

Ephésiens 2:19: « Gens de la maison de Dieu. »
Jacques 2:23: « L'ami de Dieu. »
Ephésiens 5:1: « Des enfants bien-aimés. »
1 Pierre 2:9: « Une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis. »
Esaïe 62:3: « Un turban royal dans la main de ton Dieu. »
Ephésiens 2:10: « Nous sommes son ouvrage. »

J'aimerais vous montrer le grand argument que Dieu utilise pour nous montrer qu'Il n'est plus contre nous mais qu'Il est maintenant pour nous. Les versets 5:6-10 disent: « Car, lorsque nous étions encore sans force, Christ, au temps marqué, est mort pour des impies. A peine mourrait-on pour un juste; quelqu'un peut-être mourrait-il pour un homme de bien. Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. A plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère. Car si, lorsque nous étions ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils, à plus forte raison, étant réconciliés, serons-nous sauvés par sa vie. » Vous voyez, Dieu compare Son amour envers nous à notre amour les uns pour les autres. Il sous-entend que parmi les hommes, il est rare de voir quelqu'un donner sa vie pour un autre. Mais lorsque cela arrive, car il y a des exceptions, il en conclut que cela doit être fait pour une personne extraordinaire - une personne vraiment proche ou peut-être quelqu'un qui manifeste une gentillesse peu commune ou qui a une grande valeur. Il dit qu'il peut arriver que quelqu'un donne sa vie pour un homme de bien.

Le point que Paul souligne ici est extraordinaire. Il dit que l'amour de Dieu va au-delà de tout exemple humain. Il n'y a rien sur terre qui puisse lui être comparé. Regardez cet amour. Cela serait déjà quelque chose de merveilleux s'Il était juste devenu notre avocat, et s'Il avait simplement accepté de défendre notre cas - mais en plus il est mort pour nous! Que Jésus soit béni, y-a-il jamais eu un amour comme le Sien? Il est venu et il est mort pour nous, quelle démonstration d'amour! Paul souligne au verset 5:10 que Christ a fait cela pendant que « nous étions Ses ennemis. » Réalisez-vous que Dieu a manifesté plus d'amour envers nous lorsque nous étions Ses ennemis qu'Il n'en a manifesté envers Son propre Fils? Parce que Dieu le Père dit: « Le salut des hommes est plus précieux que la vie de mon Fils. » Et c'est ainsi qu'Il l'a envoyé sur la Croix. Saisissez bien la merveille de tout cela parce que voilà l'argument de Paul: « Nous étions des ennemis, des antagonistes, des rebelles. » Voilà comment John Flavel décrit combien notre situation était terrible: « Nous devions être empêchés de nous approcher du péché, et nous avons dû être poussés à aller vers Dieu. » N'est-ce pas incroyable? Cela montre ce qu'était notre coeur! Quelle démonstration d'amour! Saisissez bien son argumentation. Il dit qu'il a fait tout cela pour vous lorsque vous étiez Ses ennemis, lorsque vous étiez rebelles, par conséquent que pouvons-nous attendre de Lui maintenant que nous sommes Ses amis? Voilà son point. Il dit: « Considérez ce qu'Il a fait alors que nous étions contre Lui. S'il nous a tant aimés, alors que nous étions ses ennemis, va-t-Il nous condamner maintenant que nous sommes Ses enfants? C'est ce qui est si merveilleux dans ce passage. Que pouvons-nous attendre de Lui maintenant? Il n'y a aucun amour identique à celui-ci dans tout l'univers.

Considérez ces expressions:

• Verset 5:9: « Bien plus. »
• Verset 5:10: « Bien plus. »
• Verset 5:15: « Bien plus. »
• Verset 5:17: « Bien plus. »

Un commentateur l'a exprimé de cette façon: « Combien plus Christ a fait pour nous lorsqu'Il est mort sur la Croix? » La réponse est: « Il a fait le plus qu'Il pouvait faire pour nous lorsqu'Il est mort sur la Croix. » Maintenant que nous sommes Ses enfants que pouvons-nous attendre de Lui? Et la réponse est « Bien plus que le plus. » Pensez à cela. Il a fait le plus pour nous sur la Croix - lorsque nous étions Ses ennemis. Maintenant nous sommes Ses enfants - et nous avons droit à « bien plus que le plus. » Regardez le verset 5:10. Quel verset! Lorsque vous rencontrez un Chrétien, vous voyez toujours à nouveau qu'il a clairement saisi la première partie du verset. Il dit: « J'ai été sauvé par la mort de Jésus. » Mais le verset 5:10 dit: « Car si, lorsque nous étions ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils, à plus forte raison, étant réconciliés, serons-nous sauvés par sa vie. » Des milliers de Chrétiens n'ont jamais compris le second aspect du salut. Ils savent un peu ce que signifie être sauvé, mais ils ne sont jamais rentrés dans la merveille d'être sauvés par Sa vie.

Il y a un merveilleux petit livre que je vous recommande et qui a été écrit par le Major Ian Thomas et qui est basé sur Romains 5:10 et cette expression « sauvés par Sa vie. » Le nom de ce livre est « La vie de Christ qui sauve », dans lequel il expose le mystère d'être sauvé maintenant, par Sa vie, pas par une formule, une technique, une méthode, mais bien sûr, par une relation avec le Christ vivant. Voilà pour les deux premiers bénéfices. Le premier est que nous ne sommes plus des ennemis, et le second est que nous sommes Ses amis. Quel salut nous avons! Christ vit en moi. Après avoir bien insisté sur le fait que « je ne suis plus Son ennemi mais Son ami », le grand apôtre commence à montrer ce qui ce passe lorsque cela s'imprime dans notre coeur.

• Verset 5:2: « Nous nous glorifions dans l'espérance de la gloire de Dieu. »
• Verset 5:3: « Nous nous glorifions même des afflictions. »
• Verset 5:11: « Nous nous glorifions en Dieu. »

Le troisième résultat de la justification est que n'étant plus Son ennemi, mais Son ami, je me glorifie.

En grec c'est trois fois le même mot. Ce mot glorifier peut aussi se traduire par se réjouir ou sauter de joie. C'est toujours une joie sans mesure. Regardez comment ces choses sont inter-dépendantes. Je ne suis pas Son ennemi. Il est mon ami. Par conséquent mon coeur explose de joie. Il parle de cela ici.

Laissez-moi maintenant passer un peu de temps sur les choses qui font que Paul éclate de joie. Il est rempli à ras bord. Il y a une exubérance et une joie qui coule de son coeur. C'est pour cela qu'il peut dire:

• Verset 5:2: « Nous nous réjouissons dans l'espérance de la gloire de Dieu.»
• Verset 5:3: « Nous nous réjouissons même des afflictions. »
• Verset 5:11: « Nous nous réjouissons en Dieu. »



SE REJOUIR DANS l'ESPERANCE DE LA GLOIRE DE DIEU

Prenons ces versets l'un après l'autre pour dire quelques mots sur chacun d'entre eux. Premièrement, « Nous nous réjouissons dans l'espérance de la gloire de Dieu. » Que veut dire Paul ici? Pour bien apprécier ce que le Saint-Esprit est en train de dire, nous avons besoin de comprendre comment la Bible utilise le mot « espérance. » Une des façons de s'en rappeler est de savoir que c'est l'exact opposé de son usage en français. Pour nous, l'espérance est ce qui est incertain, ce que nous souhaiterions. Par exemple on dit: « J'espère qu'il ne pleuvra pas. J'espère que j'aurai mon examen. J'espère que je vais gagner. J'espère que j'aurai une promotion. J'espère que je vais le trouver. J'espère que je vais perdre du poids. » Voyez-vous l'idée? L'espérance c'est peut-être, peut-être pas. Il n'y a aucune certitude sur ces sujets, voila comment nous utilisons ce mot. C'est comme un voeu pieux. Tout est incertain.

Dans la Bible, c'est exactement le contraire pour les Chrétiens. Il n'y a pas de notion d'incertitude, C'est une certitude absolue. En 1 Thessaloniciens 5:8 l'espérance est comparée à un casque. En Hébreux 6:19, elle est comparée à l'ancre de l'âme, le verset dit: « Cette espérance, nous la possédons comme une ancre de l'âme, sûre et solide. » Dans le Nouveau Testament, l'espérance est ce qui donne au Chrétien un point d'attache fixe, qui le rend solide. Romains 8:24 dit: « Car c'est en espérance que nous sommes sauvés. » En 1 Timothée 1:1 et Tites 2:13, Christ est appelé « notre espérance. » Les personnes non sauvées sont décrites dans Ephésiens 3:12 comme « sans espérance et sans Dieu dans le monde. » Colossiens 1:27 dit: « Christ en vous, l'espérance de la gloire. » Tout cela parle de certitude. C'est cela la signification du mot espérance. Ceci dit, qu'est-ce que Paul est en train de décrire? Il dit que Dieu n'est pas mon ennemi, Il n'est pas contre moi. En fait, il dit qu'Il est pour moi. C'est pour cela que son coeur commence à s'élever dans l'adoration et qu'il dit: « Je me réjouis dans la certitude de la gloire de Dieu. » Je peux vous dire que c'est quelque chose d'incroyable. Rappelez-vous comment Dieu utilise la gloire dans Romains? C'est la dernière étape de notre salut. C'est l'aboutissement du salut, c'est la glorification.

Connaissez-vous la relation qu'il y a entre la grâce et la gloire? Si vous comprenez cela, je pense que vous verrez mieux pourquoi Paul se réjouissait autant. Quelle est la relation entre la grâce et la gloire? C'est la même relation qu'il y entre le gland et le chêne, entre le garçon et l'homme, entre la fille et la femme, entre l'oeuf et la poule, entre la graine et le fruit. Réalisez-vous que la grâce est les prémices de la gloire? Et la gloire est la grâce amenée à sa consommation. Ce ne sont pas deux choses différentes. Ce sont deux mêmes choses. La grâce est la gloire en bourgeon. La gloire est la grâce en fruit. La grâce est simplement le plus petit degré de la gloire. La gloire est le degré de grâce le plus élevé. C'est pour cela que la grâce que vous expérimentez aujourd'hui n'est qu'un avant-goût de la gloire que vous allez expérimenter un jour. Ce ne sont pas deux choses différentes - avec la grâce d'un côté et la gloire de l'autre. Ce sont simplement des degrés différents de la même chose. La grâce et la gloire sont la même chose. La gloire qui va venir dépassera sans le moindre doute un million de fois toutes les grâces que vous avez expérimentées. Vous n'en avez maintenant qu'un petit avant goût.

Vous voyez, l'apôtre parle d'une certitude absolue, en d'autres termes, il parle de la sécurité éternelle. Pourquoi se sent-il si en sécurité? Pourquoi se sent-il si sûr de lui? Vous savez, sur la terre une avance est toujours plus petite que la somme d'argent finale. Si quelqu'un vous donne une avance de 10, 15 ou 20%, vous n'êtes pas forcément certains que vous aurez le reste. Ce n'est pas une garantie absolue que vous aurez aussi le reste du paiement parce qu'il ne vous a donné qu'une petite partie. Mais s'il vous a donné la grosse somme d'argent en premier, vous pouvez vous dire: « Comme il m'a déjà donné beaucoup d'argent, il me donnera sûrement également le peu qui reste. » Mais s'il ne vous donne qu'une petite avance, vous ne pouvez pas être certains que vous obtiendrez le reste. Lorsque vous réalisez que Dieu a enlevé l'épée du jugement de votre cou, qu'Il n'est plus en colère contre vous, lorsque vous réalisez qu'Il est devenu votre ami, et en plus qu'Il vous a donné Son Saint-Esprit pour qu'Il vive dans votre coeur, alors laissez-moi vous demander: est-ce une petite avance? Que de bénédictions sont incluses dans tout cela ! Quelle miséricorde qu'Il ne soit plus mon ennemi, qu'Il ne soit plus contre moi, qu'Il soit pour moi et qu'Il se donne pour vivre en moi ! Est-ce une petite avance? La réponse ne fait pas de doute, Oui. C'est seulement une petite partie de ce qui nous attend dans la gloire. Ce n'est qu'un petit avant-goût de cette gloire riche, éternelle qui nous attend. Combien c'est merveilleux, il semble que ce soit la grande portion. Mais ce n'est pas le cas. Toutes les réalités que nous avons expérimentées maintenant en Christ, même si nous pouvions toutes les saisir, ne sont qu'une goutte en comparaison de l'océan de gloire qui reste devant nous. Frères et soeurs, le meilleur des vins est gardé pour la fin, comme à Cana. Il est à venir!

Je vous rends attentifs à cela parce que Paul le souligne ici. Il est tout excité. Il est plein d'assurance. Il dit que la gloire de Dieu qui vient, ce grand paiement final est sûr et certain. Mais mon coeur me dit: « Qu'est-ce qui te rend si sûr? Tu n'as qu'une avance. Tu n'as qu'une goutte. Peut-être que ce n'est pas si sûr? Et si Dieu changeait d'avis? Et si tu ratais quelque chose? Pourquoi es-tu si sûr de toi? » Paul développe tout cela dans ce chapitre. Vous mesurez la valeur du don, pas seulement par la taille du don, mais également par la manière dont il est donné. Je pense que vous comprendrez mieux tout cela si je l'illustre avec un épisode rapporté en 2 Samuel 23. David était parti en guerre, et il était entouré par des ennemis - les Philistins. Alors qu'il était dans les collines, il soupira à voix haute: « Qui me fera boire de l'eau de la citerne qui est à la porte de Bethléhem? » Mais le puits de Bethléhem était assiégé. Toute la ville de Bethléhem était assiégée. Les Philistins étaient tout autour de lui. David ne désirait pas réellement de l'eau. Ce n'est pas ce qu'il voulait dire. Il était juste lassé par la guerre. Il avait été élevé à Bethléhem et il s'était souvent rafraîchi auprès des puits de Bethléhem. Il voulait dire: « Qu'est-ce que je ne donnerais pas pour retourner aux jours où nous étions en paix. Je me rappelle lorsque enfant je courais jusqu'au puits pour y boire. » Mais trois des ses vaillants hommes entendirent son soupir. Je suis reconnaissant que leurs noms ne soient pas mentionnés. Ils l'entendirent dire: « Qui me fera boire de l'eau de la citerne qui est à la porte de Bethléhem? » La Bible nous dit alors qu'ils passèrent au travers du camp des philistins et qu'ils puisèrent de l'eau du puits de Bethléhem. Puis ils rebroussèrent chemin à travers les lignes ennemies avec une tasse d'eau.

Laissez-moi vous poser une question. Cette eau avait-elle de la valeur? Vous voyez, dans n'importe quelle autre occasion, cette eau n'aurait pas eu beaucoup de valeur. Ce n'était pas de l'or. Ce n'était pas de l'argent. Ce n'était pas du bronze poli. C'était juste de l'eau. Mais en raison de la façon dont cette eau était parvenue à David, elle devint tout d'un coup très précieuse à ses yeux. Nous lisons en 2 Samuel 23:16-17: « Alors les trois vaillants hommes passèrent au travers du camp des Philistins, et puisèrent de l'eau de la citerne qui est à la porte de Bethléhem. Ils l'apportèrent et la présentèrent à David; mais il ne voulut pas la boire, et il la répandit devant l'Éternel. Il dit: Loin de moi, ô Éternel, la pensée de faire cela! Boirais-je le sang de ces hommes qui sont allés au péril de leur vie? Et il ne voulut pas la boire. Voilà ce que firent ces trois vaillants hommes. » Je ne sais pas ce que ces trois hommes ont pensé alors qu'ils avaient risqué leur vie. David a simplement répandu l'eau par terre. Je puis vous dire que cette eau est devenue très précieuse pour David. Ces hommes ont simplement entendu son soupir et sont partis, au risque de leur vie, pour lui faire ce don. Paul dit dans ce chapitre: « Souhaitez-vous savoir pourquoi j'ai une telle assurance de la gloire? » Ce n'est pas seulement parce que j'ai une avance, un don gratuit, mais aussi à cause de tout ce que le Seigneur a fait pour m'accorder cette avance. » Voyez-vous cela? Il y avait au moins 10000 entraves sur le chemin, entre Paul, un pécheur, et le Dieu Saint. A travers quoi notre Seigneur a-t-il dû passer pour nous donner notre avance? Paul dit: « J'ai une certitude absolue de la gloire qui va suivre. Je sais qu'Il va tout payer. S'Il est passé à travers tout cela lorsque j'étais un ennemi, alors que fera t-il maintenant que je suis Son cher enfant? » Ainsi, il n'y a aucun doute dans le coeur de Paul lorsqu'il méditait sur cette démonstration de Son amour.

Colossiens 3:4 dit: « Quand Christ, votre vie, paraîtra, alors vous paraîtrez aussi avec lui dans la gloire. » Notre Seigneur Jésus dans Jean 17, a prié que nous puissions avoir une demeure au ciel, que nous puissions être avec Lui. A travers tout le Nouveau Testament, il nous est parlé du fait d'entrer dans la gloire de Dieu. Quelqu'un a dit que la paix est la joie qui se repose, et la joie est la paix qui danse. Voici ce que vous trouvez dans le verset 5:1. Nous avons la paix. Dieu n'est plus mon ennemi, Il est mon ami. Il est de mon côté. Et ensuite, cette paix commence à danser et se transforme en joie, et Paul dit: « Je me réjouis dans la gloire de Dieu. Je l'aurai un jour - c'est cela la pleine gloire. » C'est une absolue certitude.



SE REJOUIR DANS LES AFFLICTIONS

Une autre chose remplissait son coeur de louange. Il ne se réjouit pas seulement de ce qu'il y a au bout du chemin, mais au verset 5:3 il dit: « Nous nous réjouissons même des afflictions. » Il a la même sorte de joie et de certitude que pour la dernière étape de sa rédemption. Il dit qu'il se réjouit dans les afflictions. Ceci dit, ne pensez pas que Paul était un fou, tout excité à l'idée de passer par des douleurs, des troubles, des tribulations, des difficultés et des souffrances et que Paul aimait souffrir. Non, Paul ne se glorifiait pas dans ses souffrances. Il se glorifiait seulement en Christ. Il ne se glorifiait pas dans autre chose que Christ. Lorsqu'il dit: « Nous nous réjouissons dans les afflictions » ne vous arrêtez pas là. Il dit: « Nous nous réjouissons dans les afflictions sachant » ce que ces afflictions produisaient dans sa vie. Ce n'était pas la douleur qui l'intéressait. Il voyait tout ce qu'il allait pouvoir connaître grâce à ce que Dieu permettait dans sa vie. Certaines personnes ont cette idée que plus vous passez par des souffrances, plus vous devenez purs parce qu'elles pensent que, comme le feu purifie l'argent, les difficultés purifient le Chrétien. Ne croyez pas cela un seul instant. La Bible n'enseigne pas du tout que les personnes qui souffrent sont les plus saintes. Ce n'est pas vrai. Si c'était vrai, qui seraient les gens les plus saints dans l'univers? La réponse est les personnes qui sont en enfer parce que ce sont les personnes qui souffrent le plus dans le monde, et si la souffrance purifie, si la souffrance vous rend saints, alors ces personnes en enfer seraient les personnes les plus saintes de l'univers. En réalité nous apprenons que c'est l'inverse qui est vrai.

Hébreux 12:11 dit: « Il est vrai que tout châtiment semble d'abord un sujet de tristesse, et non de joie; mais il produit plus tard pour ceux qui ont été ainsi exercés un fruit paisible de justice. » Les problèmes ne vous rendent pas saints. Ils vous rendent faibles. Ils ont pour objectif de vous affaiblir. Ce n'est pas plaisant. C'est terrible. C'est ce qui les rend si particuliers. C'est pour cela qu'au verset 5:3, vous pouvez entendre Paul dire: « Je me réjouis dans les tribulations. » C'est contre nature. Souvent, les tribulations vous rendent durs, plein d'amertume et rebelles. Mais ici au verset 5:3 vous avez un incroyable miracle. Je vais vous traduire les versets 5:3-5 comme le ferait l'homme naturel qui passe par les afflictions. Pour l'homme naturel, les afflictions produisent l'impatience. L'impatience produit la perplexité. La perplexité conduit au désespoir et le désespoir aux pensées sombres. Voilà l'enseignement de la Bible que comprendrait l'homme naturel. Alors qu'est-ce qui a fait la différence chez Paul? C'est en raison du verset 5:3: « Sachant... » Je sais quelque chose qu'ils ne savent pas. « Les afflictions produisent la persévérance, la persévérance, l'expérience, et l'expérience l'espérance. Or, l'espérance ne trompe point, parce que l'amour de Dieu est répandu dans nos coeurs par le Saint Esprit qui nous a été donné. »

Le mot grec pour « expérience » est preuve. Paul disait: « De même que nous avons vu que nous sommes justifiés, et que nous avons appris que nous ne sommes pas les ennemis de Dieu, que Dieu est mon ami; je vais aller au bout, je vais rentrer dans Sa gloire et comme je sais cela, cela à changé ma façon de voir la vie. Maintenant tout ce que je veux, c'est la réalité. Je veux être conformé à Christ. Je veux le fruit de l'esprit qui est l'amour de Dieu répandu dans mon coeur. » Ce qu'il dit c'est: « J'en suis arrivé à voir que tout ce qui est dans ma vie, tous les troubles, toutes les tribulations ont pour objet de nous donner des expériences, des expériences avec Dieu, des expériences avec le Seigneur, pour nous édifier et faire de nous des hommes et des femmes de caractère. » Pour lui, les tribulations produisent des expériences, pas les expériences de David, de Paul, de Martin Luther, de John Bunyan ou de George Muller, mais vos expériences. Vous devriez vous réjouir des choses qui viennent dans vos vies parce que cela vous donne une chance d'expérimenter Dieu. Voila ce qu'il voulait dire. Alors que vous avancez dans le Seigneur, vous verrez qu'il n'y a aucune copie comme vous. Vous êtes unique, vous devez avoir vos propres expériences et Dieu va mettre dans votre vie exactement ce dont vous avez besoin pour vous conformer à Christ. Chacun d'entre nous a besoin d'écrire sa propre biographie spirituelle. Tout comme vous aurez à écrire votre propre Psaume 51 et votre propre Romains 7 et 2 Corinthiens 12. J'aime lire les confessions d'Augustin mais j'aurais besoin d'écrire les miennes. J'aime lire le livre « la grâce abondante » de John Bunyan mais j'aurais besoin d'écrire le mien. Pour Paul les tribulations, les problèmes de la vie étaient des opportunités. Il a dit: « J'en suis arrivé à voir que je suis en Christ. Je n'ai plus peur de vivre. Tout ce qui arrive dans ma vie produit des expériences, me donnant une opportunité de connaître Dieu! »



NOTRE RAISON D'ETRE: LE CONNAITRE

Alors que vous avancez dans le Seigneur, vous verrez que deux choses prennent place dans votre vie et seulement deux choses. Soit vous voyez Jésus dans la Bible, soit Dieu est en train de vous préparer à voir Jésus dans la Bible. C'est tout ce qui arrive dans votre vie parce que c'est notre raison d'être ici. Sinon Dieu nous aurait repris auprès de Lui dans le ciel dès notre salut. Il vous aime tellement. Il vous a laissé ici pour vous montrer Son Fils. Vous n'êtes pas ici parce que vous avez un « job » à faire. J'espère que vous avez éliminé cela de votre tête. Vous êtes ici parce que vous avez un Dieu à connaître. C'est pour cela que vous êtes ici. Soit Dieu se montre Lui-même à vous, soit Il vous prépare pour Le voir. Il y de nombreuses façons par lesquelles la terre révèle Dieu et que le ciel ne permet pas. En d'autres termes, si Dieu vous soutient maintenant dans les difficultés et que vous goûtez à Dieu qui vous soutient, vous ne pourrez pas ressentir cela lorsque vous irez au ciel. Là-haut, nous ne Le connaîtrons pas comme Celui qui nous soutient dans les moments de difficultés. S'il doit être notre avocat, c'est ici qu'Il le sera. S'Il doit être notre grande puissance, c'est ici qu'Il le sera. Si vous manquez de Le connaître dans cette vie, alors vous ne Le connaîtrez jamais de cette façon dans l'éternité. La seule raison pour laquelle Il nous laisse sur terre, c'est pour Le connaître d'une façon que le ciel ne peut pas nous révéler. Ainsi tout l'objectif de la vie est de le Connaître ici bas sur terre; c'est pour cela que Paul dit en 1 Corinthiens 15 que nous sommes la semence de la fleur que nous serons. C'est pour cela que nous sommes ici pour connaître le Seigneur. Lorsque Paul a vu cela, il a déclaré: « Je me réjouis dans l'espérance de la gloire de Dieu. Et pas seulement cela. Je me réjouis dans les afflictions sachant que l'affliction produit la persévérance, la persévérance la victoire dans l'épreuve, et cette victoire l'espérance. Or, l'espérance ne trompe point, parce que l'amour de Dieu est répandu dans nos coeurs par le Saint-Esprit qui nous a été donné.



SE REJOUIR EN DIEU

Finalement, le chapitre arrive à son apogée avec le verset 5:11: « Et non seulement cela, mais encore nous nous glorifions en Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ. » Il dit: « Les amis, je suis justifié! Je suis sauvé par le sang de Christ! Je ne suis plus Son ennemi! Il est Mon ami! Regardez à travers quoi Il est passé pour me donner mon avance! » Il pense au futur et il dit: « Le ciel! Je loue Dieu pour le ciel! La vie! Je loue Dieu pour la vie! Je me réjouis en Dieu! » Il en arrive directement à la personne de Dieu lui-même - pas à Ses attributs, pas à Ses dons, pas à Sa miséricorde, mais à Lui-même. Lorsque vous parcourez les 3 premiers chapitres, vous voyez des choses comme:

• Verset 1:21: « Ils ne l'ont point glorifié comme Dieu. »
• Verset 1:28: « Ils ne se sont pas souciés de connaître Dieu. »
• Verset 1:30: « Haïssant Dieu. »
• Verset 3:11: « Nul ne cherche Dieu. »
• Verset 3:18: « La crainte de Dieu n'est pas devant leurs yeux. »

Il y a un changement qui a pris place dans les hommes parce que maintenant ils se réjouissent en Dieu. Avant ils ne trouvaient absolument aucun plaisir en Dieu. Rien que l'idée de Dieu et le fait qu'Il voit tout les terrifiaient. Ceux qui ne sont pas sauvés, n'aiment pas le fait que Dieu les voit. Ils n'aiment pas le fait que Dieu soit omniprésent, qu'Il soit partout avec eux. Qu'Il sache tout. Ils disent: « Je ne veux pas de l'omniscience de Dieu. » Ils n'aiment pas la puissance de Dieu. Ils disent: « Oh! j'ai peur de cela. Il peut me jeter en enfer. Il peut me détruire. » Ensuite lorsqu'ils mettent leur confiance en Jésus par une simple foi, tout d'un coup lorsque quelqu'un dit: « Dieu te regarde! » Ils répondent: « Loué soit Dieu! Il a un oeil sur moi pendant toute la journée et pendant toute la nuit. » Lorsque quelqu'un dit: « Le Seigneur est avec toi, Il est assis dans le fauteuil de derrière. » Ils répondent: « Alléluia! Dieu est avec moi, Il est dans ma voiture. » Les choses même qui avant les terrifiaient les font maintenant se réjouir en Dieu. Voilà ce que je pense être le sujet des versets 5:1-11. L'apôtre dit que nous avons été sauvés par le sang et que nous avons droit à toute la gloire du salut. Ensuite Il dit: « Je vais vous dire ce que cela me fait. J'en suis arrivé à voir que Dieu n'est plus en colère contre moi. En fait, il est pour moi. Il est de mon côté. La pensée qu'Il n'est plus mon ennemi, que je ne suis plus Son ennemi et qu'Il est pour moi, remplit mon coeur de joie. Je me réjouis à la pensée du ciel! Je me réjouis même à la pensée des afflictions. Et je me réjouis en Dieu, dans la personne de Dieu Lui-même. » Et ainsi la joie remplit son coeur.

Prions:

Père, nous Te remercions pour Ta parole. Seigneur, nous savons qu'il nous est possible de lire et prendre ces choses à la légère, sans y prêter attention. S'il Te plaît, imprime dans nos coeurs la réalité que nous ne sommes plus en guerre avec Toi. S'il Te plaît imprime dans nos coeurs la réalité que Tu es favorablement disposé envers nous. S'il Te plaît, fais que nos coeurs se réjouissent dans l'espérance de Ta gloire. S'il Te plaît, fais que nos coeurs se réjouissent dans les afflictions sachant que l'affliction produit la persévérance, la persévérance la victoire dans l'épreuve, et cette victoire l'espérance. L'espérance ne trompe point, parce que l'amour de Dieu est répandu dans nos coeurs par le Saint-Esprit qui nous a été donné. Manifeste dans nos coeurs ce que veut dire de nous réjouir en Dieu à travers notre Seigneur Jésus-Christ. Nous Te le demandons au nom de Jésus.

Romains #8