ROMAINS #5

(Romains 3:21-31)

Par Ed Miller

Le texte qui suit est la transcription d'un message donné en anglais. La forme orale a été conservée, mais des titres de sections ont été ajoutés pour faciliter la lecture. (NdT)

Bonjour et bienvenue dans notre cinquième leçon sur cette merveilleuse épître aux Romains.

Prions:

Père, nous nous rassemblons ici pour ouvrir Ta parole et nous nous confions dans le Saint- Esprit pour qu'Il nous emmène au-delà des mots, des crédos, des doctrines, jusque dans la présence du Seigneur Lui-même, pour que nous voyions Christ. Nous prions que Tu illumines les yeux de notre coeur, et que Tu parles, afin que nous entendions. Nous savons Seigneur, que si nous avons la révélation de Christ, si Tu oins nos yeux, alors en Le voyant, nous serons transformés. Nous prions pour avoir la compréhension en abordant cette section si importante des Ecritures. Permets-nous de comprendre. Merci de nous rencontrer, nous nous attendons à Toi pour nous nourrir. Au nom de Jésus. Amen.



RESUME

Merci de prendre le chapitre 3 de Romains. Nous sommes arrivés assez loin dans notre étude de Romains dans le sens que nous avons déjà vu beaucoup de choses. Nous ne pouvons pas tout revoir, mais j'aimerais retourner à l'idée principale du livre. Je crois vraiment que si nous arrivons à percevoir ce que Dieu a ici à coeur - la raison pour laquelle Il nous a donné ce livre - alors nous pourrons y entrer et saisir ce qui est sur Son coeur, Son objectif pour nous.



DIEU NE DESIRE PAS QUE SES DONS PRENNENT SA PLACE

Le message principal de Romains peut être résumé en ces mots - le Seigneur Jésus est notre salut complet. Vous risquez de rater le message de Romains et le coeur de Dieu si vous étudiez le salut comme étant quelque chose de distinct de Christ, comme si le salut était une « chose. » Ce n'est pas une chose, c'est une Personne. C'est le Seigneur Jésus-Christ. C'est dans la mesure où nous sommes reliés à Lui, que nous pourrons rentrer dans notre salut. Le salut est quelque chose de merveilleux. Et j'espère que vous le verrez en parcourant Romains. Mais le salut est un « très mauvais dieu. » Dieu n'a jamais désiré que Ses dons prennent Sa place! Christ est le Sauveur. Le salut, c'est simplement Le connaître Lui, dans toute Sa plénitude. Nous ne pouvons pas avoir de communion avec le salut. Vous ne pouvez pas être lié au salut comme à une chose. Il s'agit toujours de la Personne de Jésus-Christ.

En parcourant Romains, nous verrons combien le salut est merveilleux. Mais pourquoi est-il merveilleux? Il est merveilleux, parce que Jésus est merveilleux - Lui qui nous donne le salut et qui est notre salut. Nous verrons à quel point le salut est total et complet et comment il touche chaque partie de notre vie - le salut passé, présent et futur. Il contient la justification, la sanctification et la glorification. Dieu nous donne un salut complet parce qu'Il nous donne un Sauveur complet. Voici le petit plan que nous suivons, mais rappelez-vous bien qu'il n'existe pas de plan inspiré. Différents hommes approchent les livres de façons différentes, et les divisent pour en simplifier l'analyse. Ne soyons donc pas trop attachés aux plans. Mais je pense que pour notre discussion, cela nous aidera à bien voir le message de Dieu.

Nous avons intitulé les cinq premiers chapitres « l'oeuvre achevée » parce que dans ces cinq chapitres, Dieu nous donne « le salut passé. » C'est la justification - tout ce qu'Il a achevé sur la Croix. La révélation de Christ dans les cinq premiers chapitres est qu'Il a été ressuscité pour notre justification. Nous avons donc un Christ vivant. Ensuite nous avons intitulé les chapitres 6 à 8 « l'oeuvre inachevée » - la sanctification. Vous voyez, il est vrai qu'à la Croix, Dieu a achevé le salut mais l'autre facette est que dans les chapitres 6 à 8, nous trouvons la sanctification. Et cette révélation de Christ est: « Christ dans nos coeurs par le Saint-Esprit. » Comment Dieu achève-t-Il l'oeuvre inachevée? Par Sa vie dans nos coeurs. Les chapitres 1 à 5 correspondent donc à Christ sur la Croix et à sa résurrection, et les chapitres 6 à 8 à Christ dans nos coeurs, l'oeuvre inachevée. Ensuite nous avons intitulé les chapitres 9 à 11, l'oeuvre inachevée achevée - la glorification, la dernière partie de notre salut. Là nous voyons Christ sur le trône. Christ est sur la Croix, Christ est dans nos coeurs, et Christ est sur le trône. Voici le message de Romains.

Enfin dans la dernière partie de Romains, les chapitres 12 à 16, nous trouvons le résultat de ce salut complet. En d'autres termes, si j'ai réellement embrassé Christ comme mon Sauveur complet, je deviendrai un chrétien complet. Romains 12 à 16 décrit donc le chrétien complet, dans toutes ses relations avec Dieu et avec la société. Si ces choses ne se trouvent pas dans notre vie, la dernière chose à faire est de travailler plus dur pour tenter de les manifester. Si elles ne sont pas présentes, c'est parce que je ne suis pas entré dans les chapitres 1 à 12. Il me faut donc entrer en Christ en tant que mon Sauveur complet. Une fois que je L'ai embrassé ainsi, toutes ces choses arriveront d'elles-mêmes. C'est automatique. Et si cela n'arrive pas, alors retournez à la première partie, vers la grâce de Dieu et demandez à Dieu de l'imprimer dans votre coeur.

Nous sommes en train de voir les cinq premiers chapitres, l'oeuvre achevée de notre Seigneur ressuscité. Le Saint-Esprit ne se dépêche pas au verset 1:1 pour commencer à nous dévoiler les merveilles de la justification. Vous voyez, avant de le faire, avant de nous donner la bonne nouvelle, Il nous donne d'abord la mauvaise nouvelle. Dans les versets 1:1-3:20, Il présente le besoin d'un si grand salut et d'un si grand Sauveur. Dans la première partie, en 1:18-2:1, Il nous montre que les païens ne peuvent pas trouver Dieu à travers la loi de la nature. Ensuite dans la deuxième partie, 2:18-3:20, Il montre que les Juifs - les personnes religieuses - ne peuvent pas trouver Dieu par la loi de Moïse. Enfin, Il les regroupe tous et Il conclut que le monde entier est coupable. Chaque personne, dans chaque nation et chaque génération, a besoin d'un grand Sauveur, a besoin de Jésus-Christ. Le monde entier est coupable et chaque bouche est fermée devant Dieu. Tout le monde est responsable.

A la fin de notre précédente leçon, nous avons commencé à regarder les versets 3:21-31. J'ai suggéré que ces onze versets sont peut être les plus merveilleux versets, non seulement de Romains, mais de toute la Parole de Dieu. Si vous vous rendez dans une bijouterie, vous verrez qu'ils présentent les diamants les plus beaux et précieux sur un fond noir ou foncé. Plus le fond est foncé, plus le diamant brille. Eh! bien, c'est ce que fait le Saint-Esprit ici dans Romains. Il a pris l'Evangile et l'a condensé dans ces onze versets qui forment un précieux diamant. Puis Il l'a placé sur un fond noir. L'arrière-plan c'est que les païens sont perdus, les juifs sont perdus, le monde est perdu et que personne ne recherche Dieu mais que tous ont un coeur dépravé. C'est le désespoir dans le monde entier. Ce sont les chapitres 1 à 3.

Maintenant sur cet arrière plan très sombre, Il place ces incroyables versets 3:21-31, l'Evangile. Combien ces versets sont forts! Avant de les relire, regardez juste ces précieuses expressions.

• Verset 3:21: « la justice de Dieu »
• Verset 3:24: « la rédemption qui est en Jésus-Christ »
• Verset 3:25: « propitiation par son sang »
• Verset 3:28: « l'homme est justifié par la foi, sans les oeuvres de la loi »

Il les rassemble dans cette petite section de onze versets, toutes ces choses qui seront dévoilées dans le reste de l'épître, afin que tous les yeux puissent les voir.

Dans cette leçon, j'aimerais, par la grâce de Dieu, regarder d'un peu plus près ces onze versets. C'est tout ce que nous allons faire. Les versets 3:21-31 résument l'oeuvre achevée. C'est le salut passé- la justification - la grande provision de Dieu pour le pécheur perdu. Lorsque nous arriverons à la section suivante, nous verrons la provision de Dieu pour le pécheur sauvé, parce que l'on y dévoile un autre aspect du salut. Mais ici, il est question du pécheur perdu. En tant que chrétiens, bien souvent, nous nous concentrons plus sur l'aspect du salut qui concerne les pêcheurs sauvés En avançant avec le Seigneur, après quelques années, vous commencez à comprendre un peu plus au sujet de la plénitude de l'Esprit, des dons de l'Esprit, de la manifestation de Christ, de la vie de repos, de la foi, de la soumission, de l'obéissance, des provisions de Dieu, de l'espérance de la gloire et de la révélation de Christ, et vous êtes si impliqués là-dedans que vous en oubliez comment tout a commencé.



SE RAPPELER D'OU NOUS VENONS

Nous risquons alors de nous éloigner de la Croix et nous avons donc besoin de revenir et de nous replacer simplement au pied de la Croix. Lié à cela, j'aime ce que dit Esaïe 51:1-2: «Écoutez-moi, vous qui poursuivez la justice, Qui cherchez l'Éternel! Portez les regards sur le rocher d'où vous avez été taillés, Sur le creux de la fosse d'où vous avez été tirés. » Ensuite il continue en expliquant que le rocher est Abraham. Il dit que les juifs sont devenus très fiers parce qu'ils étaient une nation juive. Dieu leur rappelle donc en Esaïe 51: « Réalisez-vous à quel point il vous était impossible d'être une nation? Portez les regards sur le rocher d'où vous avez été taillés. Abraham était mort lorsque vous êtes nés. Il avait 100 ans et sa femme en avait 90. Considérez le père de votre nation. Rappelez-vous du rocher dont vous avez été pris et du creux de la fosse d'où vous avez été tirés. » Je pense que dans ce passage, Dieu est simplement en train de rappeler au peuple qui Le recherche, qu'ils doivent régulièrement regarder en arrière, au commencement. Vous

Rappelez-vous du gouffre dont vous avez été retirés? Vous rappelez-vous de votre vie avant de connaître le Sauveur? Parfois il est sain et bon de regarder en arrière vers le gouffre d'où vous avez été retirés. Il est sain de revenir à la Croix et de se rappeler ce qui a permis à Dieu de vous recevoir. C'est cela qui est merveilleux, c'est le grand bénéfice que l'on retire de rompre le pain ensemble, parce que cela nous rappelle Sa mort. Bien entendu, il nous faut voir plus loin que juste le « rituel du repas du Seigneur » et simplement nous remémorer. C'est à cela que Dieu nous appelle ici au chapitre 3. Même si vous avez été sauvés depuis de nombreuses années, même si vous en connaissez 10.000 fois plus que ce que je vais partager avec vous, demandez à Dieu de vous faire à nouveau tressaillir et de vous remémorer ce terrible gouffre duquel nous avez été retirés et comment Dieu a pourvu, afin que vous puissiez entrer dans cette expérience. Je pense que si nous prions pour cela, alors Dieu va nous le rappeler d'une façon toute nouvelle.

Avant d'essayer d'expliquer ces versets, laissez-moi faire deux observations préliminaires. Premièrement le verset 3:20: « Car nul ne sera justifié devant lui par les oeuvres de la loi. » J'aimerais souligner ces mots « devant lui. » Vous voyez, le salut dont nous allons nous entretenir, la justification dont nous allons parler, n'est pas quelque chose qui se passe entre deux voisins. Ce n'est pas quelque chose entre un homme et un autre homme. Il ne s'agit pas de notre position aux yeux des hommes. Mais Dieu attire notre attention au moyen de ces onze versets sur la question suivante: comment l'homme peut-il se tenir debout devant Dieu? C'est de cela dont il s'agit: devant Dieu, aux yeux du Seigneur. Il s'agit donc de quelque chose entre Dieu et l'homme. Je pense à Apocalypse 1:14, lorsque Jean décrit le Seigneur Jésus et qu'il dit: « Ses yeux étaient comme une flamme de feu. » Comment allons-nous pouvoir nous tenir debout devant Lui, dans la lumière de Celui qui voit tout?

La deuxième observation concerne le même verset 3:20 où il est écrit: « C'est par la loi que vient la connaissance du péché. » Nous soulignons si souvent, et je crois qu'aussi longtemps que Dieu m'en donnera les capacités, je n'arrêterai pas de le souligner, nous soulignons l'importance de la révélation, de Dieu mettant en lumière l'Evangile. Nous disons que nous ne pouvons pas comprendre ces choses parce que nous sommes aveugles jusqu'à ce que Dieu ouvre nos yeux, jusqu'à ce que Dieu nous montre, jusqu'à ce que le Saint-Esprit nous illumine. Sinon, nous ne pouvons pas voir, nous ne pouvons pas comprendre, nous ne pouvons pas saisir l'Evangile. Combien c'est vrai! Nous ne pourrons jamais saisir un seul petit détail de l'invitation qui nous est faite dans l'Evangile sans révélation. Mais il y a une autre chose qui est vraie. L'homme n'a pas seulement besoin de révélation pour comprendre l'Evangile, l'homme a également besoin de révélation pour comprendre la loi. Vous voyez, nous nous imaginons que l'homme comprend automatiquement la loi, et que de ce fait, il lui faut de même comprendre l'Evangile. Mais en réalité, il ne « voit » pas non plus la loi. Par la loi vient la connaissance du péché, et jusqu'à ce que Dieu lui montre son péché, il ne le verra pas. Nous avons besoin de révélation. Car l'homme est mort par nature. Il est insensible à la loi et à l'Evangile. Il est tout aussi mort par rapport à la terreur de la loi qu'à l'invitation de l'Evangile. Il est complètement aveugle. Il est né aveugle.



PRIER POUR QUE DIEU OUVRE LES YEUX DES PECHEURS SUR LEUR CONDITION ET ENSUITE SUR L'EVANGILE

Par conséquent, nous avons besoin de prier, non seulement que Dieu ouvre les yeux des pécheurs sur l'Evangile, mais également sur leur propre condition. Ils ne pourront apprécier le remède qu'à la condition de voir leur maladie. Ils ont besoin de comprendre et de voir leur misérable état. C'est un miracle de Dieu. William Newell a écrit un merveilleux commentaire sur le livre de Romains, mais également un chant qui dit:

J'ai enfin compris mon péché grâce à la parole de Dieu,
Ensuite j'ai tremblé devant la loi que je rejetais jadis,
Jusqu'à ce que mon âme coupable et implorante se tourna vers le Calvaire.
Là était la grâce et la grâce était gratuite.
Le pardon m'a alors été multiplié.
Là au Calvaire mon âme chargée a trouvé la liberté.

Vous voyez, il écrit: « Il m'a d'abord fallu comprendre mon péché grâce à la parole de Dieu et ensuite j'ai tremblé... » C'est pourquoi il nous faut également une révélation pour cela. Nous avons besoin que Dieu nous ouvre les yeux sur l'Evangile, mais aussi sur notre condition. Plus Dieu nous montrera nos besoins, plus nous pourrons courir et voler vers notre Sauveur et Ses grandes provisions. Mais, aussi merveilleux que soit le salut dans ces onze versets, il nous faut faire confiance à Dieu - même en tant que chrétien - pour recevoir la révélation, pour être touchés. Nous savons que nous pouvons simplement lire ces choses sans y prêter attention. Dieu a besoin de nous éveiller à ces choses.

Laissez-moi maintenant vous donner un petit plan pour cette section. Premièrement, j'aimerais vous montrer la base, le fondement de la justification. En d'autres termes, nous parlons de la justification devant Lui. Quel est le fondement sur lequel un pécheur peut être accepté devant Dieu? C'est ce que j'aimerais vous montrer en premier. Ensuite j'aimerais diviser cela en quatre choses que Dieu souligne dans ces versets, pour vous montrer à quel point ce fondement est merveilleux. Finalement, j'aimerais vous montrer le résultat universel du fondement du salut. Je prie que Dieu puisse mettre tout cela en lumière.

Quel est le fondement de notre justification? Quelle est la base, le terrain sur lequel nous devons nous tenir si nous voulons être acceptés devant Dieu? Je n'aimerais pas vous perdre dans des termes techniques ou dans de la théologie, mais je pense qu'il est important que vous le compreniez. Vous savez, lorsque nous lisons un verset comme 3:21: « la justice de Dieu est manifestée », ou le verset 3:22: « la justice de Dieu », vous pouvez avoir l'idée, au travers d'une lecture superficielle, que la justice de Dieu est le fondement, la base sur laquelle le pécheur se tient devant Dieu. Mais ce n'est pas tout à fait ainsi. Ce n'est pas la base de notre salut. Ceci dit, il est clair que nous ne pouvons pas être justifiés sans la justice de Dieu mais ce n'est pas le fondement de notre justification.



LE FONDEMENT DE LA JUSTIFICATION EST LE SANG DE CHRIST

Regardez le verset 3:24 et l'expression « la rédemption qui est en Jésus-Christ. » La semaine dernière, nous avons regardé le mot « rédemption » - une libération complète grâce au paiement d'une rançon. Regardez bien les versets 3:25 et cette petite expression « par la foi en son sang. » Voilà le fondement, la base, de l'acceptation. C'est sur cette unique base que les pécheurs doivent se tenir s'ils veulent recevoir l'approbation de Dieu. C'est le Sang de Christ qui est la fondation. Lorsque nous parlons de « l'oeuvre achevée », (c'est le titre que nous avons donné aux cinq premiers chapitres), nous incluons toute l'oeuvre de Christ à la Croix. Cela inclut Ses souffrances, Sa mort, Son ensevelissement, Sa résurrection, Son ascension et même Sa présence actuelle à la droite de Dieu le Père. Toute l'oeuvre de Christ est une oeuvre achevée. Et l'essence de toutes ces choses est concentrée dans cette expression: « le Sang de Christ. »

Laissez-moi encore vous donner ces autres versets pour vous montrer qu'on ne trouve pas cela que dans Romains, mais que c'est une vérité présente dans toutes les Ecritures.

1 Corinthiens 15:3: « Christ est mort pour nos péchés, selon les Écritures. »
Matthieu 26:28: « Ceci est mon sang, le sang de l'alliance, qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés. »
1 Jean 1:7: « Le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché. »
1 Pierre 2:24: « Lui qui a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois. »
Hébreux 9:22: « Sans effusion de sang il n'y a pas de pardon. »
Actes 20:28: « l'Église du Seigneur, qu'il s'est acquise par son propre sang. »
Hébreux 10:19: « Nous avons, au moyen du sang de Jésus, une libre entrée dans le sanctuaire. »

Toute l'Ecriture rend témoignage au fait que c'est le Sang de Christ qui doit être le fondement et la base de notre acceptation devant Dieu. Cette vérité est si pleine de bonnes nouvelles, que l'apôtre pouvait difficilement ne pas sauter en l'air et danser en écrivant cela. Vous pouvez presque voir son excitation. C'est la raison pour laquelle il condense tout cela dans ces versets.

Laissez-moi maintenant vous montrer certaines caractéristiques de ce merveilleux fondement de notre rédemption. Versets 3:21-31: « Mais maintenant, sans la loi est manifestée la justice de Dieu, à laquelle rendent témoignage la loi et les prophètes, justice de Dieu par la foi en Jésus-Christ pour tous ceux qui croient. Il n'y a point de distinction. Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu; et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ. C'est lui que Dieu a destiné, par son sang, à être, pour ceux qui croiraient, une victime propitiatoire, afin de montrer sa justice, parce qu'il avait laissé impunis les péchés commis auparavant, au temps de sa patience, afin, dis-je, de montrer sa justice dans le temps présent, de manière à être juste tout en justifiant celui qui a la foi en Jésus. Où donc est le sujet de se glorifier? Il est exclu. Par quelle loi? Par la loi des oeuvres? Non, mais par la loi de la foi. Car nous pensons que l'homme est justifié par la foi, sans les oeuvres de la loi. Ou bien Dieu est-il seulement le Dieu des Juifs? Ne l'est-il pas aussi des païens? Oui, il l'est aussi des païens, puisqu'il y a un seul Dieu, qui justifiera par la foi les circoncis, et par la foi les incirconcis. Anéantissons-nous donc la loi par la foi? Loin de là! Au contraire, nous confirmons la loi. »



LA FONDEMENT DE LA JUSTIFICATION EST JUSTE

Voici donc les caractéristiques de ce fondement merveilleux. La seule base pour le pécheur est le Sang de Jésus. La première caractéristique se trouve au verset 3:26, ou plutôt, la première que j'aimerais mentionner. Elles ne se présentent pas nécessairement dans cet ordre. Il y a une expression dans le verset 3:26 qui dit: « de manière à être juste tout en justifiant. » Qu'Il puisse être juste. Le Sang de Christ est un juste fondement. Je parle comme un insensé, mais d'après le raisonnement des hommes, d'après les idées des hommes, ils pensent que Dieu a un gros problème sur les bras. En fait, il n'en est rien, mais nous pensons qu'il en est ainsi. Le problème est que Dieu est 100% pur et 100% saint. Dieu est parfait. Tous Ses attributs sont parfaits et sont en accord les uns avec les autres. L'homme, d'un autre côté, est l'opposé. Il est pécheur, vil, sale, corrompu et coupable. Voilà le problème. Comment Dieu peut-Il, sans diminuer Sa sainteté, sans abaisser Ses standards, et sans violer Sa justice, à la fois concilier l'état de pécheur de l'homme et proposer un plan qui Lui permette de ramener l'homme à Lui, donc de rester droit et juste tout en justifiant.

Certains argumentent en disant que Dieu est amour, qu'Il a pitié, qu'Il a beaucoup de compassion. C'est pourquoi un jour, Dieu va simplement pardonner à tout le monde. Il aura pitié de toute la race humaine et dira: « Tout est bien maintenant. Je vous pardonne. Je suis amour. Un Dieu d'amour ne peut pas vous envoyer en enfer. » Réalisez-vous pourquoi c'est impossible? C'est impossible à cause de la vérité que l'on trouve en 2 Timothée 2:13: « Il ne peut pas se renier Lui-même. » Vous voyez, ce serait une contradiction pour Dieu de le faire. Cela irait contre Sa nature. Ces personnes qui crient: « Sauvez les créatures, sauvez les pécheurs. Dieu est amour. Il ne laissera pas les pécheurs mourir. » Ceux qui disent cela ne savent pas ce qu'Ils disent. Parce que si leur plan est de sauver les créatures, leur méthode consiste à détruire le Créateur en le faisant. C'est un plan qui viole le caractère et la nature de Dieu. Ils veulent sauver les hommes, mais en faisant cela, ils perdent Dieu; Ils détruisent Sa perfection, Ses attributs. Dieu ne peut pas violer Sa justice pour sauver les hommes. Cette idée de pouvoir sauver la créature au dépend du Créateur n'a pas de sens. Nous verrons que Dieu peut certainement pardonner le péché, mais Il ne peut pas excuser le péché. Cela irait à l'encontre de Sa justice. Sa justice demande que le péché soit puni. Un amour qui se donnerait sans tenir compte des considérations morales n'est pas l'amour de Dieu. Dieu ne peut pas agir ainsi.

Ceci dit, il y a un fondement sur lequel nous pouvons être acceptés devant Dieu. C'est un fondement juste, mais il doit être basé sur la justice. Devant les tribunaux humains, les hommes finissent par demander la clémence, et ils s'en remettent à la grâce de la cour. Mais réalisez-vous que chaque fois que quelqu'un en appelle à la grâce et la clémence d'un tribunal humain, et que la grâce est accordée, alors la justice est violée. C'est à chaque fois ainsi. Mais il n'y aura aucun jour où l'homme pourra de la même façon en appeler à la clémence de Dieu lorsqu'il se tiendra devant Son tribunal. Ce n'est pas possible. Dieu ne peut pas être accusé de clémence. Il n'y a pas de clémence devant Son tribunal. Vous voyez, la façon dont Dieu s'occupe des hommes doit être basée sur la justice. Selon les Ecritures, cela laisse deux possibilités à Dieu. Premièrement Sa justice pourrait être satisfaite par la destruction totale des pécheurs. N'est-ce pas? Cela satisferait Sa justice. Il aurait pu annihiler toute la race humaine. Il aurait pu se tourner vers les païens et leur dire: vous êtes coupables, vous ne pouvez pas me trouver par la loi de la nature. Il aurait pu se tourner vers les Juifs et leur dire: vous êtes coupables, vous ne pouvez pas me trouver par la loi de Moïse. Dans un acte tout puissant, Il aurait pu balayer toute la race humaine et en faisant ainsi, Il aurait été juste. Cela aurait été correct, parce que nous le méritons tous. Vous le méritez, je le mérite, nous le méritons tous. Dieu aurait été juste en agissant ainsi.



LE PROBLEME DE DIEU: ETRE JUSTE TOUT EN JUSTIFIANT

Mais voici « Son problème », le verset 3:26 dit: « de manière à être juste tout en justifiant. » Vous voyez, le coeur de Dieu n'est pas satisfait simplement par la justice. Il veut aussi être Celui qui justifie. Son coeur désire la vie pour l'homme pécheur. Il aime le pécheur. Lorsqu'Adam a péché, Dieu a crié: « Adam où es-tu? » Ce n'était pas le cri d'un policier qui essayait de trouver Adam pour l'arrêter comme un criminel. Lorsque Dieu a dit: « Adam, où es-tu? » c'était l'expression du coeur brisé d'un père aimant ayant perdu son fils. Dieu n'est pas une machine. Dieu n'est pas une puissance abstraite. Il n'est pas un principe sans émotion. Dieu est une personne, Il ressent, Il aime et Il nous désire. Dieu avait un grand désir en Lui. Oui, Il doit être juste. Sa nature l'exige. Tous les attributs de Son caractère saint doivent être satisfaits. Dieu disait pour ainsi dire: « Je dois juger. Y-a-t-il un moyen qui me permette d'être juste tout en justifiant? »



DIEU A DU RENONCER A SA VIE, POUR RESTER JUSTE TOUT EN JUSTIFIANT

Osée 11:8: « Que ferai-je de toi, Éphraïm? Dois-je te livrer, Israël? Te traiterai-je comme Adma? Te rendrai-je semblable à Tseboïm? Mon coeur s'agite au dedans de moi, Toutes mes compassions sont émues », on peut ressentir ce que Dieu a sur le coeur, et voir combien Il désire Son peuple. Vous ne comprendrez pas ce grand salut, si vous ne saisissez pas le « grand problème » qu'avait Dieu, « Comment puis-je justifier et rester juste? » Comment un Dieu saint peut-Il s'occuper d'un homme pécheur sans rabaisser Sa sainteté et fermer les yeux sur l'échec de l'homme? Dans Sa sagesse infinie, Il a prévu un moyen. C'est ce qui est merveilleux dans la bonne nouvelle, c'est cela la Gloire de l'Evangile. Dieu ne pouvait pas renier Sa nature. Dieu ne pouvait pas renoncer à Ses attributs. Dieu ne pouvait pas renoncer à Son honneur. Dieu ne pouvait pas renoncer à Son caractère. Dieu ne pouvait pas renoncer à Sa justice. Dieu ne pouvait pas abandonner Sa vérité. Dieu ne pouvait pas renoncer à cette unité, ce caractère parfait. Mais Il a trouvé une chose à laquelle renoncer. Pour garder Son honneur, Il a dû renoncer à Sa vie. C'est cela l'Evangile. C'est cela la Bonne Nouvelle. Il ne pouvait mettre de côté Sa vérité, mais Il pouvait donner Son Fils. La mort du Seigneur Jésus était le seul moyen pour Dieu de donner Son amour sans se renier Lui-même. Il pouvait ainsi être juste tout en justifiant.

Le Seigneur Jésus n'a pas essayé de persuader Dieu de nous aimer lorsqu'Il est allé sur la Croix. Il nous aimait déjà. C'est pour cela qu'Il est allé à la Croix. Sa justice et Son amour demandaient que le péché soit payé. La dette que nous avions envers Dieu, et que le monde entier avait envers Dieu, ne pouvait pas être effacée. Vous avez peut être dit un jour: « Oh! quelle chose merveilleuse, Dieu a effacé ma dette. » Non, il ne l'a pas fait. Il a payé votre dette. Ce n'est pas la même chose. Il n'a pas effacé votre dette. Lorsqu'une personne finie pèche contre un Dieu infini, le prix à payer est infini. La dette que je devais à Dieu et que vous deviez à Dieu était l'éternité en enfer, rien de moins. Et tant que cette dette n'était pas payée, il n'y avait pas de justice. Quel Evangile! Dieu a dévoilé le moyen qui Lui permettait d'être juste tout en justifiant.

Elvina. M. Hall semble avoir bien saisi cela dans son petit coeur: « Jésus a tout payé, je Lui dois tout. Si le péché était rouge comme le cramoisi, Il m'a rendu plus blanc que le neige. » Il faut que vous voyiez cela - que Jésus a tout payé, qu'Il est juste et que c'est le fondement. Lorsque nous lisons le récit de la crucifixion dans Matthieu, il semble que l'auteur l'ait écrit avec un « stylo glacé », sans faire ressortir d'émotion, « Et ils le crucifièrent, à la troisième heure, et de la sixième à la neuvième heure il y eut des ténèbres... » Réalisez-vous ce que Christ a fait pendant ces trois heures de ténèbres? Parce qu'Il était le Dieu infini mais aussi homme, Il fut capable de compresser l'éternité en trois heures. Et ce que vous et moi devions payer, étant des êtres finis, si nous étions allés en enfer pour toujours, Il l'a payé en trois heures sur la Croix. Et là Il a souffert tout ce que représentait le prix de notre péché. Et ensuite Il a crié « tout est accompli! », c'est pour cela que nous appelons cela, l'oeuvre achevée. Lorsqu'Il a crié « tout est accompli», la dette était payée. Loué soit Dieu pour le fondement de notre rédemption - le précieux Sang de Jésus. C'est un juste fondement.

Voici une chose incroyable à réaliser. C'est le même attribut qui aurait dû nous fermer la porte du salut à tout jamais, la justice de Dieu, qui, en réalité, nous la maintient ouverte et nous invite à entrer. N'est-ce pas une chose incroyable? Parfois lorsque nous parlons d'être sauvés, nous disons que nous avons été sauvés à cause de la grâce de Dieu, à cause de la vie de Dieu, ou à cause de la miséricorde de Dieu, et c'est vrai. Mais voici une autre partie de la vérité. J'ai été sauvé par la justice de Dieu. C'est un juste fondement pour qu'Il me reçoive. Son Sang est une juste base. Le Sang du Seigneur Jésus a réglé « le dilemme de Dieu. » Il est juste et Il justifie sans baisser Ses standards, sans fermer les yeux sur le péché de l'homme. Il peut proposer un juste fondement.



LE FONDEMENT DE LA JUSTIFICATION DE DIEU EST PARFAIT

Il y a une seconde caractéristique concernant ce merveilleux fondement. C'est non seulement un juste fondement, mais aussi, selon le récit, un fondement parfait. Le verset 3:21 dit: «Mais maintenant, sans la loi est manifestée la justice de Dieu », et le verset 3:22 parle de « la justice. » Nous avons déjà vu cette vérité au début de notre étude de Romains. Au verset 1:16-17 il est dit: « Car je n'ai point honte de l'Évangile... parce qu'en lui est révélée la justice de Dieu. » De quoi s'agit-il? Qu'est-ce que la justice de Dieu? Regardez à nouveau les versets 3:30-21: « Car nul ne sera justifié devant lui par les oeuvres de la loi... sans la loi est manifestée la justice de Dieu, à laquelle rendent témoignage la loi et les prophètes. » Vous voyez, Dieu demande une justice qui ait une valeur pour Lui et qui ne Le déshonore pas, quelque chose de parfait.

Bien entendu on peut se poser la question: « Comment pouvons-nous recevoir cette justice qui a de la valeur aux yeux de Dieu? » Vous savez, depuis qu'Adam a péché, on a donné aux hommes la même réponse à cette question. On leur a dit: « Si Dieu demande que je sois juste, alors il vaudrait mieux que je sois juste. Et si je n'y arrive pas, alors il vaudrait mieux que j'essaye davantage. Dieu nous a donné une loi, un standard, Ses commandements et Sa volonté révélée. Obéissez-Lui. Dieu s'attend à ce que nous soyons justes, alors soyez justes. Aimez vos voisins, soyez honnêtes, honorez vos parents, soyez reconnaissants, gentils et ainsi de suite. Dieu s'attend à ce que nous soyons justes alors nous devrions suivre les lois de Dieu. » Voici un petit poème que j'ai trouvé aujourd'hui dans un livre.

J'ai essayé d'être bon, et pas mauvais.
J'ai essayé d'être content, et pas triste.
J'ai essayé d'être aimant, et de ne pas refuser.
J'ai essayé de vouloir, découvrir Sa volonté.
J'ai essayé de faire ceci et de faire cela.
J'ai essayé et j'ai essayé, mais je n'ai jamais réussi.
Une parole m'a été donnée du ciel pour que je sois réconcilié.
Tu dois arrêter d'être un enfant qui passe son temps à essayer.

Essayer et Essayer. Réalisez-vous pourquoi une justice selon la loi ne marchera pas? C'est parce que Dieu s'attend à une justice parfaite. Quelqu'un dira: « Eh! bien, je fais de mon mieux. Dieu ne peut pas demander plus que cela. » Ce à quoi on peut répondre: « premièrement faites-vous vraiment de votre mieux? Je vous accorde le bénéfice du doute. Laissez-moi vous demander: Avez-vous fait le mieux que vous pouviez pendant tous les moments de votre vie? » Vous voyez, il faut aussi répondre à cette question. Et admettons que vous y ayez répondu positivement - « Oui, j'ai fais du mieux que j'ai pu à chaque moment de ma vie. » Cela serait quand même une justice imparfaite, parce que vous êtes imparfaits.

Imaginons l'inimaginable. Disons que depuis le jour où vous êtes nés jusqu'au jour où vous mourrez, vous ne commettiez jamais de péché, pas une seule fois. Je ne parle pas seulement des choses extérieures, mais je parle aussi de l'esprit des commandements. Imaginons que vous ayez vécu 70 ans et que vous n'ayez jamais péché. Vous n'avez jamais péché dans vos pensées, jamais péché avec vos yeux, jamais péché avec vos mains, jamais péché avec votre coeur. Vous seriez dans le livre des records des justes, n'est-ce pas? Ensuite vous vous présentez devant Dieu et vous Lui offrez cette justice. Pourrait-Il l'accepter ou faudrait-il qu'Il la rejette? Vous n'avez jamais péché, pas une seule fois, de votre naissance à votre mort. Eh bien, Il devrait rejeter votre justice, et vous envoyer en enfer pour toujours, même si vous pouviez Lui présenter une telle justice. Pourquoi? Parce que vous êtes nés dans le péché. Vous avez en vous le péché originel. Dés le moment où vous êtes nés, vous êtes devenu un pécheur. De ce fait, vous vous tiendriez devant Dieu en tant que pécheur qui n'a jamais péché et vous ne pourriez pas aller au ciel parce que vous seriez « un pécheur parfait. » Vous devriez être rejeté parce que vous seriez un pécheur qui n'a jamais péché.

Selon la Parole de Dieu, la justice qui vient du respect de la loi, n'a pas de valeur, même si vous pouviez vivre ce genre de vie. C'est pour cela qu'il est dit au verset 3:20: « Car nul ne sera justifié devant lui par les oeuvres de la loi, puisque c'est par la loi que vient la connaissance du péché. » Nul! Et qu'au verset 3:21 il est dit: « Mais maintenant, sans la loi est manifestée la justice de Dieu, à laquelle rendent témoignage la loi et les prophètes. » La justice de Dieu est manifestée, indépendamment de la loi, du respect de la loi, et d'une obéissance personnelle. Mais une autre justification est-elle possible en observant la loi? Essayez d'imaginer un pécheur venant devant Dieu avec sa justice. Je peux m'imaginer Dieu dire: « Je ne peux pas te recevoir sur cette base, pécheur. Je demande une justice parfaite. Je ne peux pas accepter ta justice. En réalité, pour être honnête, de mon point de vue, ta justice est repoussante. Ta justice est comme un vêtement souillé. Mais voici une justice que j'ai prévue pour toi. Ce n'est pas une justice que tu as gagnée. Cette justice a été préparée par Mon propre Fils. Et cette justice a une valeur infinie à mes yeux, elle est parfaite à tout point de vue. Je suis 100% satisfait par Sa justice »



JESUS A ETE MON SUBSITUT DANS SA MORT, MAIS AUSSI DANS LA VIE QU'IL A VECUE

Réalisez-vous à quel point c'est absolu et simple? La loi condamne. C'est tout ce que fait la loi. Toute justice qui vient de l'observation de la loi, avant que vous soyez sauvés ou après, est condamnée par Dieu. Ceci dit, quelle est cette justice de Christ? Vous savez, nous avons une vision si petite et si faible de l'Evangile. Nous utilisons des mots, mais ils ne nous touchent plus. Presque tous les chrétiens sont prêts à admettre que Jésus est notre substitut. Il serait intéressant de prendre une centaine de chrétiens, de les faire asseoir et de leur demander, « qu'est-ce qui vient à votre esprit, que voulez-vous dire lorsque vous dites que Jésus a été votre substitut? » Je ne connais pas le pourcentage, mais je pense qu'une grande majorité dirait: « Christ est mort pour moi. Et sur la Croix Il a été mon substitut. Il est mort d'une mort dont je ne pouvais mourir. Il a payé pour moi et à pris ma place. Mes péchés ont été mis sur son compte et Il a entièrement satisfait Dieu. » Et si je disais: « Est-ce tout ce que cela signifie, que Jésus a été mon substitut? » Je pense que de nombreux chrétiens s'arrêteraient là. Ils ne comprendraient pas l'autre partie. Dieu a imprimé « cette autre substitution » sur mon coeur, plusieurs années après ma conversion.

Réalisez-vous cela? Christ n'était pas seulement votre substitut dans la mort qu'Il a subie. Il était également votre substitut dans la vie qu'Il a vécue. Vous voyez, nous lisons les Evangiles et nous admirons le Christ que l'on y voit. « Waouh, regardez comment Jésus a vécu. Quelle vie merveilleuse! » Il n'a pas vécu en tant que votre exemple en disant: « Vous avez vu comment j'ai fait, maintenant c'est à vous de le faire. » Non! Il a vécu Sa vie en tant que votre substitut, afin que vous n'ayez pas à la vivre. Tout aussi vrai qu'Il est mort à votre place, Il a vécu à votre place. Mes amis, Il a vécu 33 ans et demi sur la terre sans aucun péché. C'était la perfection. C'était cela la sainteté et la justice. C'était cela l'obéissance - né sans péché, parfait dans tous les domaines. Il n'a jamais péché, ni dans Son corps, Son âme ou Son esprit - c'est une justice parfaite. Dieu a tourné les regards vers Lui, et quelques fois, Il a rompu le silence en disant: « Voici mon Fils bien-aimé en qui j'ai mis tout Mon plaisir. » Voilà la justice que Dieu accepte. Quel Evangile! Et maintenant Dieu dit: « Je vous offre cette justice, je vous impute la justice de Mon Fils. »



LA VIE JUSTE QUE JESUS A VECUE SUR TERRE EST MISE A NOTRE CREDIT

Parfois nous sommes un peu perdus avec le livre de vie de l'Agneau, nous avons l'idée qu'il ressemble à un grand annuaire téléphonique rempli de noms - et l'on se dit: « Regardons à la lettre M pour voir si Ed Miller y est. » Mais le livre de vie n'est pas cela. Dieu a gardé un récit de votre vie. Il existe un livre qui retrace votre vie. Chaque personne qui a un jour vécu possède un tel livre. Il a également gardé un récit de la vie du Seigneur Jésus. Voilà ce qu'est le livre de vie de l'Agneau. C'est Sa vie, c'est Son récit. Alors que veut-il dire lorsqu'Il dit que « votre nom est dans le livre de vie de l'Agneau? » Cela signifie que Son histoire est mise sur votre compte. Voilà ce qui est important. Vous n'êtes pas en train de vivre la vie qui compte pour être juste devant Dieu. La vie qui compte, vous l'avez vécue il y 2000 ans dans la Personne de Jésus, votre substitut. Sa vie est maintenant à votre crédit. Si seulement les gens pouvaient comprendre ce fondement parfait, lorsque Dieu vous propose la vie que Jésus a vécue sur terre, c'est une proposition très honnête. C'est une invitation très honnête. Il est en train de dire: « Si vous le désirez, vous pouvez avoir cette justice. » Peut-être que vous direz: « J'ai reçu ce qu'Il a fait sur la Croix, par la foi. Il était mon substitut sur la Croix. Je l'ai reçu par la foi. » Oui, mais avez-vous également reçu Sa vie par la foi, la vie qu'Il a vécue, le livre qui retrace Sa vie? » Vous voyez, c'est de cela dont Il parle. Cette vérité semble si floue à tant de chrétiens. Avant que nous ne soyons au clair là dessus, nous ne pouvons pas réellement profiter de notre pleine acceptation devant Dieu.



NOTRE PECHE EST IMPUTE A CHRIST, ET SA JUSTICE NOUS EST IMPUTEE

Ce fondement, le Sang de Christ, est un fondement juste et parfait. Lorsque vous témoignez ou priez pour un pécheur, priez que Dieu puisse ouvrir ses yeux sur la différence absolue entre la loi et l'Evangile, entre la loi et la grâce. Parfois lorsque nous parlons de la justice de Christ, nous utilisons le mot « imputé », la justice imputée de Christ. Dans la Bible, il y a trois choses qui sont imputées. Premièrement le péché d'Adam vous a été imputé, c'est-à-dire mis sur votre compte. Deuxièmement vos péchés ont été imputés à Christ. Il est devenu péché pour nous alors qu'Il ne connaissait pas le péché. Et troisièmement, ici en Romains, Sa justice nous est imputée. Elle est mise sur votre compte et sur mon compte. Nous devons donc demander au Seigneur de l'imprimer dans notre coeur.

Frères et soeurs, lorsque vous passez de la loi à la grâce, faites-le « complètement. » Faites attention à bien tout comprendre et à le croire de tout votre coeur. Laissez-moi vous en donner une illustration et ensuite nous reviendrons à notre description. Lorsque la vérité a touché Paul, il s'est lui-même appelé, et ce n'était pas une hyperbole, une façon de parler, il s'est appelé lui-même « le premier parmi les pécheurs. » (cf. 1 Timothée 1:15) Il a dit cela parce qu'il l'était. Depuis l'époque d'Adam, Paul a été le pire pécheur qui ait vécu. Pourquoi? Parce qu'il était celui qui se croyait le plus juste. Dieu a choisi Paul, l'homme qui, s'il était possible d'être juste par la loi, aurait était celui qui aurait pu s'approcher le plus près de Dieu, plus que n'importe quel autre homme qui ait jamais vécu. Il avait empilé tout un système d'oeuvres, vous pouvez les lire dans Philippiens 3. Lorsqu'il était Juif parmi les Juifs, il était irréprochable, à l'égard de la justice de la loi, il avait travaillé incroyablement dur pour essayer d'avoir une justice qui aurait de la valeur aux yeux de Dieu. Ensuite Dieu s'est manifesté à lui et a dit: « Il va falloir que tu viennes à moi d'une autre manière. Ta justice ne suffira pas. »

Regardez ce qu'il dit en Philippiens 3:8-9: « Et même je regarde toutes choses comme une perte, à cause de l'excellence de la connaissance de Jésus-Christ mon Seigneur, pour lequel j'ai renoncé à tout, et je les regarde comme de la boue - du fumier - des déchets - afin de gagner Christ, et d'être trouvé en lui, non avec ma justice, celle qui vient de la loi, mais avec celle qui s'obtient par la foi en Christ, la justice qui vient de Dieu par la foi. » Cela a transformé sa vie. Il a pris toute cette pile de bonnes oeuvres, il l'a estampillée « fumier » et il a ensuite jeté le tout par la fenêtre avec tout le reste, pour pouvoir être trouvé en Christ, sans avoir de justice venant de lui-même.

Réalisez-vous que le fondement de votre justification étant si parfait, même après avoir passé un million d'années dans le ciel, un million d'années dans votre corps parfait dans la présence du Seigneur, votre acceptation par Dieu ne sera pas plus parfaite qu'elle ne l'est en ce moment même? Mon acceptation par Dieu ne sera pas plus parfaite dans un million d'années au ciel qu'elle ne l'est maintenant. Voilà la justification de Christ. Quel fondement, le Sang de Christ! C'est un juste fondement. C'est une base parfaite. Nous échangeons les registres dans lesquels nos vies sont consignées. Il prend le mien et je prends le sien. Il mérite maintenant l'enfer. Et Il a reçu ce qu'Il a mérité. Et moi, je mérite le ciel. Ce n'est pas une phrase qui montre mon orgueil, c'est une parole de foi à cause de ce que Christ a fait.



LE FONDEMENT DE LA JUSTIFICATION DE DIEU EST JUSTE EST GRATUIT

Il y a une troisième caractéristique concernant ce merveilleux fondement. Ce n'est pas seulement un fondement juste et parfait. Mais le verset 3:24 dit: « et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce. » C'est un fondement gratuit. Absolument gratuit. Dans le Grec, le mot est « dorean », il signifie gratuitement. C'est le même mot qui est employé en Jean 15:25: « Ils m'ont haï sans cause. » Cette petite expression « sans cause » est le même mot « dorean. » Ils m'ont haï sans cause. Ils m'ont haï gratuitement. Combien de raisons les hommes avaient-ils de haïr le Seigneur Jésus? Vous voyez, ils n'avaient aucune raison. Il était le Fils de Dieu, et ils L'ont haï gratuitement, sans cause. Il n'y avait aucune raison de haïr Jésus. Combien de raisons Dieu a-t-il de me justifier? Vous voyez, c'est « sans cause ». N'est-ce pas une chose précieuse?

Vous savez, nous nous poserons cette question aux siècles des siècles, « Pourquoi moi? » Pourquoi Dieu m'a-t-Il choisi moi, et m'a emmené dans la lumière de la connaissance de la gloire de Dieu? Laissez pénétrer cela profondément dans votre âme. Verset 3:24: « et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce. » Lorsque cela pénètre dans votre âme par le Saint-Esprit, vous recevez alors tout un cours de théologie - juste en comprenant que c'est gratuit. C'est un fondement juste, c'est un fondement parfait, et c'est un fondement gratuit. Nous sommes justifiés « gratuitement... par Sa grâce. » Lorsque nous arriverons aux chapitres 4 et 5, nous verrons Dieu nous dévoiler davantage cette merveilleuse grâce. Mais laissez-moi juste mentionner quelque chose ici, pour en avoir un avant-goût.



LA GRACE DE DIEU C'EST RECEVOIR CE QUE JE NE MERITE PAS, ET NE PAS RECEVOIR CE QUE JE MERITE

Qu'est-ce que la grâce? Nous ne voulons pas donner de définition, mais juste la décrire. Quelqu'un a dit que c'est la faveur de Dieu envers celui qui ne la méritait pas. Ce n'est pas trop mauvais. Mais si vous mettez le mot « infini » là-dedans, on s'approche davantage de ce que cela signifie. Qu'est-ce que la grâce? C'est la faveur de Dieu envers celui qui ne la méritait « infiniment » pas. Si c'est cela votre définition de la grâce alors vous n'en avez que la moitié. Vous voyez, non seulement je ne mérite pas ce que Dieu me donne, mais je mérite l'exact opposé. Voyez-vous jusqu'où va la grâce? Il ne s'agit pas seulement de Sa faveur envers moi qui ne le mérite « infiniment » pas, mais Sa faveur se manifeste également dans le fait qu'Il ne me donne pas ce que je mérite « infiniment. » Je ne mérite pas le ciel. Je mérite l'enfer. Mais Dieu vient avec Sa grâce « gratuite, sans cause », le motif étant Dieu Lui-même. Dieu est Son propre motif. Et Son amour est Son propre motif. Dieu vient à nous et nous accorde Sa faveur en nous donnant ce que nous ne méritons pas, et en ne nous donnant pas ce que nous méritons. Quel fondement! Le précieux Sang de Jésus, est un fondement parfait, juste, et gratuit, « sans cause. »



LE FONDEMENT DE LA JUSTIFICATION DE DIEU EST LE MEME POUR TOUS

Laissez-moi vous donner une quatrième caractéristique. Nous avons vu que c'est un fondement juste, parfait et gratuit. Le verset 3:30 dit: « puisqu'il y a un seul Dieu, qui justifiera par la foi les circoncis, et par la foi les incirconcis. » Il n'y a qu'un seul Dieu. Pourquoi souligne t-il cela dans ce passage? Pourquoi dit-il cela? Il n'y a qu'un seul Dieu. Dieu n'est pas divisé. Dieu n'est pas coupé. Dieu n'a qu'un seul fondement pour la justification. Dieu est un. Il n'a pas deux plans de salut. Il va pourvoir au salut des circoncis et des incirconcis de la même manière, selon le même fondement, le même plan. Il n'a pas un plan pour les Juifs, un plan pour les païens, un plan pour les saints de l'Ancien Testament et un plan pour les saints du Nouveau Testament. Est-ce qu'Abraham, Moïse, Josué, David ou Esaïe pouvaient se présenter devant Dieu? Etaient-ils acceptés par Dieu? La réponse est oui, ils étaient acceptés car ils se basaient sur le Sang de Christ, même dans l'Ancien Testament. En fait c'est ce qu'il va essayer de prouver dans le chapitre 4. Je vais attendre un peu avant d'y arriver. Mais le point que j'essaie de souligner est le suivant, et cela est la même vérité dans toute la Bible - il n'y a qu'un seul salut. Si vous n'y arrivez pas par ce chemin, vous ne pouvez pas y parvenir. Toute la terre a des besoins et toute la terre a reçu ce même fondement de salut. Il y a une seule façon d'être accepté devant un Dieu saint. Et c'est le Sang de Jésus.

Considérez ces passages, s'il vous plait:

Esaïe 45:22: « Tournez-vous vers moi, et vous serez sauvés, Vous tous qui êtes aux extrémités de la terre! ».
Actes 4:12: « Il n'y a de salut en aucun autre; car il n'y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés. »
Ephésiens 2:12: «sans Christ... sans espérance et sans Dieu dans le monde. »
1 Timothée 2:5: « Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ homme. »
1 Jean 2:23: « Quiconque nie le Fils n'a pas non plus le Père; quiconque confesse le Fils a aussi le Père. »

J'ai entendu des gens dire que, « du moment que les gens croient dans un seul Dieu, peu importe comment ils l'appellent. Ils peuvent lui donner des noms différents mais tant qu'ils sont monothéistes, qu'ils n'ont qu'un seul Dieu, Dieu les acceptera. » Non, Il ne les acceptera pas. Ils ont besoin de comprendre l'Evangile, la bonne nouvelle que Christ est mort, sinon ils sont perdus. Certaines personnes disent: « Les Juifs croient à l'Ancien Testament et les chrétiens croient au Nouveau Testament. Les Juifs croient en Dieu le Père. Les chrétiens croient en Dieu, le Fils. » Mais ce n'est pas vrai. Les juifs renient le Fils, et selon 1 Jean 2:23, « ils n'ont pas non plus le Père. »

Vous savez, il est faux de dire que les Juifs croyaient dans l'Ancien Testament. Ils ne croyaient pas dans l'Ancien Testament. S'ils avaient cru dans l'Ancien Testament, ils auraient couru à Jésus, parce que l'Ancien Testament est plein de Jésus. Il conduit à Jésus. Ils ont rejeté l'Ancien Testament et le Seigneur Lui-même. La prostituée, l'alcoolique, le moraliste religieux, la philanthrope, le fou - ils se présentent tous devant Dieu en vertu du même fondement. C'est toujours le Sang de Christ. C'est de cette façon que vous venez. C'est le seul fondement par lequel Dieu peut être juste et justifier. C'est la base parfaite qui nous offre la justification de Christ. C'est la base gratuite qui nous est donnée par Sa grâce, sans cause, Il nous accorde Sa faveur en nous donnant ce que nous ne méritons pas, et en ne nous donnant pas ce que nous méritons. Il n'y a qu'un seul fondement, et c'est l'amour de Dieu qui nous donne un tel fondement. Si nous osons rejeter un tel fondement ou essayer « d'entrer » d'une autre façon, ce même Christ qui nous aime, dont le Sang a coulé, qui est mort et qui nous a offert un tel salut, ce même Christ nous fermera la porte du ciel. Quelle terrible chose! Où pourrons-nous nous enfuir le jour où Christ se présentera devant nous comme ennemi? C'est, bien sûr, ce à quoi le monde devra faire face, s'il Le rejette.

En commençant, je vous ai dit que le Sang de Christ est le seul fondement pour notre justification. Nous avons quatre caractéristiques - c'est un fondement juste, parfait, unique et gratuit. Ensuite j'ai dit que nous considérerions le résultat universel d'un tel salut. Laissez-moi vous dire ce que j'entends par cela. Quel est le résultat universel? Le verset 3:27 dit: « Où donc est le sujet de se glorifier? Il est exclu. Par quelle loi? Par la loi des oeuvres? Non, mais par la loi de la foi. » Vous voyez, l'oeuvre achevée exclut entièrement l'homme. D'où la question: « Où donc est le sujet de se glorifier? » Si nos actions y avaient pour le moins contribué, il y aurait eu de la place pour se glorifier. Lorsque nous serons au chapitre 4, je vous montrerai comment Dieu présente le fait que le mérite, le mérite de la créature, est une chose impossible. Il est impossible de mériter quelque chose avec Dieu. Il n'y a aucune place pour se glorifier, pour la fierté ou l'orgueil. Vous voyez, le Saint-Esprit à travers l'apôtre, ne laisse aucune place à l'homme pour se glorifier.



MEME LA FOI QUI NOUS SERT A RECEVOIR EST UN DON DE DIEU

Certaines personnes allèguent qu'utiliser ce passage pour dire que vous ne pouvez pas venir à Dieu à partir de la loi, est un peu dur. Elles disent que cela ne signifie pas cela, mais qu'il n'est question ici que de la loi cérémoniale, le passage ne parle pas de loi morale. Parce qu'après tout, qu'est-ce que la cérémonie? Tous ces pharisiens ne faisaient que garder la forme, les choses extérieures, ils célébraient les Sabbats, les fêtes et tout le reste. Elles disent que Dieu dénonce certainement le formalisme, les démonstrations, et ce tout ce qui avait trait à la religion, mais pas les vertus et la loi morale. Ils disent: « Voici un homme qui est fidèle envers son épouse, sa famille, son voisinage et son employeur, il est honnête, intègre, gentil, patriotique, c'est un gentleman. Et vous dîtes, vous, que Dieu va le rejeter avec tout cela. » C'est exactement ce que je dis. Tout cela n'aura aucune valeur aux yeux de Dieu. Nous devons venir auprès de Dieu à Sa façon à Lui, celle qu'Il a prévue.

Lorsqu'une personne comprend qu'elle n'a rien à faire valoir et qu'elle doit s'appuyer sur la toute suffisance de quelqu'un d'autre, alors elle commence à comprendre la grandeur du salut. C'est assez incroyable de voir cela lorsque Paul commence à le développer. Nous sommes réellement incurables. Parfois nous aimerions y ajouter notre petit grain de sel, pour y participer. Vous savez c'est pour cela que Dieu a créé l'homme le dernier jour. C'est pour qu'il n'ait eu aucune part dans la création. On peut s'imaginer l'homme dire: « Est-ce que je peux t'aider à semer le gazon? Est-ce que je peux t'aider à creuser les océans? Laisse-moi t'aider à former un nuage. » Dieu dit: « Tu devras rester loin de tout cela. Je te créerai, lorsque j'aurai tout terminé. » Ainsi lorsque l'homme apparut, son premier jour fut le repos de Dieu. Ce qu'Il avait créé était fini et l'homme est simplement entré dans Son repos. C'est la même chose dans l'oeuvre du salut. Dieu a terminé tout le travail. L'homme n'a rien à faire si ce n'est de rentrer dans le repos qu'est le sabbat de Dieu.

Le verset 3:28 dit: « Car nous pensons que l'homme est justifié par la foi, sans les oeuvres de la loi. » Il se peut que quelqu'un lise cela et dise: « Ok. Pas d'oeuvre. Que la foi, la foi, la foi. Et j'ai la foi. » Ensuite cette personne commence à faire de la foi une vertu et elle transforme le don en oeuvre. Même si personne ne le dit ainsi, certains pensent de la façon suivante: « Je fais attention à Dieu. Non, je ne viens pas à Lui par les oeuvres. Tout est par grâce et par la foi. Mais je peux certainement me vanter de faire attention à Dieu, d'aimer la vérité, d'aimer la lumière au lieu des ténèbres, d'avoir faim et soif de la justice, je m'intéresse aux choses spirituelles, j'ai un fardeau pour les perdus. » C'est ainsi que nous commençons à empiler des oeuvres chrétiennes. Dieu a dit: « pas de glorification. Il n'y a pas de place pour l'orgueil. C'est complètement exclu. » Le pécheur perdu s'approche en se basant uniquement sur la justice de Christ, et le pécheur sauvé doit s'approcher de la même façon.

Il semble que ce soit la dernière tentative désespérée du Chrétien de se glorifier dans les choses spirituelles où il est impliqué. Mais bien entendu, Dieu ne laisse au pécheur aucune place pour la glorification. La foi n'est rien de plus que la main du coeur. C'est simplement la main qui reçoit. En réalité la foi est décrite comme étant un don de Dieu. Pour pouvoir croire en Lui, Dieu doit nous rendre capables de recevoir tout ce qu'Il met à notre disposition. Même la capacité de recevoir est une grâce et un don de Dieu. Voilà pour ce qui concerne le Sang de Christ, que Dieu a préparé pour nous. De cette manière, Dieu est juste et peut justifier, c'est une base parfaite, c'est gratuit, c'est unique, et il n'y a aucune raison de se glorifier, tout vient de Dieu. Ce n'est qu'une petite partie du Salut, mais cette petite partie est déjà une chose merveilleuse.

Prions:

Notre Père, combien nous Te louons pour Ta parole. Nous Te remercions à nouveau, pas seulement pour ce que nous pensons qu'elle signifie mais pour tout ce que tu sais Toi qu'elle signifie. Nous pensons au gouffre d'où nous avons été retirés. Nous pensons aux merveilleuses grâces que Tu as prévues pour nous en Christ, pour que nous puissions nous tenir devant Toi, acceptés dans le Bien-aimé, avec Sa justice qui nous est imputée, de telle sorte que Tu sois favorablement disposé à notre égard, en nous donnant ce que nous ne méritons pas, et en ne nous infligeant pas ce que nous méritons. Tout cela est tellement immérité. Seigneur, nous savons qu'il faut un miracle pour arriver à croire à un tel Evangile et à une telle Bonne Nouvelle. Nous Te prions que Tu imprimes cela dans notre coeur, et que Tu nous fasses tressaillir avec la vérité d'une telle révélation. Donne-nous des yeux pour le voir toujours plus clairement alors que les jours passent et remplis nos coeurs de gratitude, de louange et d'adoration. Fais-Toi connaître à nous, révèle-Toi toi-même à nous. Combien nous sommes reconnaissants pour le salut. Merci Seigneur d'avoir sauvé nos âmes. Nous Te prions dans le nom de Jésus. Amen.

Romains #6