ROMAINS #10 - LA VICTOIRE

(Romains 6:1-7:6)

Par Ed Miller

Le texte qui suit est la transcription d'un message donné en anglais. La forme orale a été conservée, mais des titres de sections ont été ajoutés pour faciliter la lecture. (NdT)

Bonjour et bienvenue dans notre dixième leçon sur cette merveilleuse épître aux Romains.

Prions:

Nous nous attendons à toi, Saint-Esprit, pour tourner nos yeux vers le Seigneur Jésus et nous prions, Seigneur, que tu manifestes dans nos coeurs un empressement à être disposés comme Tu le souhaites dans l'étude de cette grande vérité de la sanctification. Délivre-nous, Père, de nos propres idées et communique Ton Fils à nos coeurs. Nous nous attendons à toi et nous Te remercions dans le nom précieux de Jésus. Amen.

Pour retrouver le fil du livre, j'aimerais vous rappeler que le message de Romains est de nous présenter Christ en tant que notre Sauveur complet. En d'autres termes, quelle que soit la direction dans laquelle vous regardiez dans votre vie, le Seigneur Jésus est suffisant. Si vous regardez la culpabilité et les sanctions que vous méritez, Romains vous dit que Jésus est la justification. Si vous regardez dans votre propre vie vos faiblesses, la puissance et l'esclavage du péché, le livre de Romains nous dit que le Seigneur Jésus est notre sanctification. Si vous regardez les résultats du péché dans votre vie et l'impossibilité d'échapper à la mort, la Bible nous rappelle que Jésus est notre glorification. Il est notre Salut complet, et quelle que soit la nature de notre besoin, Il est adéquat et suffisant. Voilà le message de Romains. Si je vois Jésus comme Il est dans Romains, je deviendrai un chrétien complet. Un chrétien complet est une personne qui embrasse un Sauveur complet. Si certains chrétiens vivent dans la pauvreté, c'est parce qu'ils n'ont pas pleinement embrassé le Seigneur Jésus. Combien Il est incroyable! Combien Il est merveilleux!!

Dans notre discussion, nous sommes arrivés à la seconde partie de Romains que forment les chapitres 6 à 8 et que nous avons appelée « l'oeuvre inachevée. » La première partie traite de l'oeuvre achevée. La dernière partie traite de l'oeuvre inachevée achevée. Mais maintenant nous en sommes aux chapitres 6 à 8, l'oeuvre inachevée. Ces chapitres ont été appelés l'évangile du chrétien - la bonne nouvelle pour les saints. De même que nous avions une bonne nouvelle pour les pécheurs dans les cinq premiers chapitres, nous avons maintenant une bonne nouvelle pour les chrétiens. C'est dans cette section que Dieu nous montre qu'Il nous délivre de la puissance du péché dans nos vies. Le coeur de tout vrai chrétien aspire à saisir les vérités qui sont contenues dans ces chapitres. Nous sommes tous impatients de connaître exactement comment Dieu a pourvu en Christ pour nous libérer de la puissance du péché dans nos vies.

Laissez-moi vous donner deux illustrations. Je pense que nous avons tous expérimenté ce qui est écrit dans le livre de Daniel, dans l'Ancien Testament. Il a été jeté dans une fosse remplie de lions affamés. Je pense qu'une bonne partie de la vie chrétienne est comme tomber dans la cage aux lions qui essaient de nous dévorer, de nous déchirer, et de nous déchiqueter. Si vous vous rappelez bien le texte, Daniel était mains et pieds liés. En d'autres termes, il ne pouvait pas lever le petit doigt pour combattre les lions. Il était attaché et impuissant. Pourtant nous lisons que Dieu l'a merveilleusement délivré alors qu'il était dans cette fosse. Lorsque nous en arrivons à ce passage, nos coeurs crient: « Seigneur nous ne désirons pas être mangés vivants, nous sommes dans une cage aux lions mais comme Daniel, nous sommes attachés. Nous sommes impuissants, pieds et mains liés. Y-a-t-il un moyen par lequel Tu puisses nous délivrer? »

Voici maintenant une illustration du Nouveau Testament de la même vérité. En Matthieu 12:9-13 nous lisons l'histoire de la guérison d'un homme qui avait la main sèche. Le Seigneur Jésus lui dit: « Étends ta main. » La nature de la main montre qu'il ne peut pas la tendre. C'est impossible. Elle est sèche. Elle est paralysée. Il y a donc un petit mystère ici. D'une certaine façon, il est indispensable que l'homme essaye de tendre sa main mais la puissance de Dieu est aussi indispensable. Essayer sans la puissance de Dieu est inutile mais la puissance de Dieu sans l'essai de l'homme est inutile aussi. Il y a une merveilleuse combinaison dans cette histoire, une merveilleuse coopération de la grâce de Dieu et de l'activité de l'homme. Les chapitres 6 à 8, de Romains sont des chapitres qui mettent tout ensemble et qui nous expliquent avec beaucoup de détails, ce qu'est le temps présent du salut - la sanctification.

La dernière fois, nous avons introduit cette section en essayant de dissiper un peu du brouillard et des malentendus. Il y a tant de controverses autour de ces chapitres et d'approches conflictuelles. Je n'aimerais donc pas répéter tout cela. Pour reprendre le fil du livre et nous focaliser sur ce que Dieu a sur le coeur ici, retournons au chapitre 7. Lisons les versets 7:1-4: « Ignorez-vous, frères, -car je parle à des gens qui connaissent la loi, -que la loi exerce son pouvoir sur l'homme aussi longtemps qu'il vit? Ainsi, une femme mariée est liée par la loi à son mari tant qu'il est vivant; mais si le mari meurt, elle est dégagée de la loi qui la liait à son mari. Si donc, du vivant de son mari, elle devient la femme d'un autre homme, elle sera appelée adultère; mais si le mari meurt, elle est affranchie de la loi, de sorte qu'elle n'est point adultère en devenant la femme d'un autre. De même, mes frères, vous aussi vous avez été, par le corps de Christ, mis à mort en ce qui concerne la loi, pour que vous apparteniez à un autre, à celui qui est ressuscité des morts, afin que nous portions des fruits pour Dieu. » Ces versets ne sont-ils pas merveilleux?



LA VICTOIRE DECOULE D'UNE HISTOIRE D'AMOUR

Comment puis-je éviter toutes les controverses qui entourent les chapitres 6 à 8? Comment puis-je m'en tenir à la simplicité de Dieu dans ces chapitres? Dieu utilise l'illustration du mariage pour bien nous faire comprendre cela. Avant de connaître le Sauveur, vous étiez mariés à une méchante personne, à un homme terrible. C'était un tortionnaire. Il était cruel. Il était ignoble et égoïste. Vous étiez une femme battue. Mais un jour, d'après l'illustration, votre époux est mort et vous êtes devenus libres. Vous n'étiez pas libres de vivre votre propre vie, mais libres de vous marier avec un autre. Le verset 1:4 dit: « Pour que vous apparteniez à un autre, à celui qui est ressuscité des morts, afin que nous portions des fruits pour Dieu. » Le secret de la victoire n'est pas de comprendre la théologie au sujet de la dépravation, de la nature de l'homme, de la victoire, de la sainteté, de la sanctification ou du repos. Ces chapitres décrivent une histoire d'amour. Nous sommes mariés avec le Seigneur Jésus-Christ pour porter du fruit pour Dieu. Dans ces chapitres, le Seigneur tourne nos yeux vers Jésus - l'époux de notre âme. La victoire découle d'une histoire d'amour. Elle vient d'une union. Elle vient d'une relation avec Dieu. Elle vient d'une intimité avec le Seigneur. Il y a tant de formules stupides sur la victoire comme: « Avez-vous confessé tous vos péchés? Avez-vous mortifié la chair? Etes-vous vides? Etes-vous séparés des choses du monde? Avez-vous résisté à satan? Utilisez-vous votre autorité sur les démons? » Ces formules ont des intonations spirituelles mais elles ne sont pas spirituelles! Ce sont des méthodes charnelles qui ont été baptisées. Ce sont des oeuvres. C'est l'homme qui essaie d'être saint à travers un ensemble d'oeuvres religieuses. La vie chrétienne est un mariage avec Dieu. C'est une communion avec le Seigneur. Plus je Le connais Lui, plus je tombe amoureux de Lui, plus je vois ce qu'Il a fait à ma place, et plus je peux l'expérimenter. Et selon les Ecritures, plus j'expérimenterai Sa victoire sur la terre.

Nous examinerons différents concepts dans ces merveilleux chapitres, mais aucun d'eux ne transcende celui-ci: « Aimer Jésus. » Voilà le message de ces chapitres. En lien avec cela, j'aime Jean 14:15: « Si vous m'aimez, vous garderez mes commandements. » Il ne dit pas « Gardez mes commandements. » Il dit: «Si vous m'aimez, vous garderez mes commandements. » L'obéissance découle de cette relation. Tout ce que j'ai à faire, c'est L'aimer, et ensuite je garderai Ses commandements et vous également. C'est en L'aimant que nous sommes transformés et que nos valeurs et nos directions sont changées. Toute notre manière de penser est transformée et bien entendu notre volonté et nos désirs sont également changés.



POURSUIVRE CHRIST ET PAS LA VICTOIRE

Les gens disent que les chapitres 6 à 8 de Romains sont vraiment trop difficiles à comprendre. Mais Dieu aimerait que vous les receviez dans votre coeur. Ces chapitres et ce qui s'y trouve ne sont pas trop difficiles, ils ne sont pas trop profonds. Dans un certain sens, ils sont trop faciles. Ils sont trop simples. C'est pour cela que les gens les ratent. Pas parce qu'ils sont trop durs, mais parce qu'ils sont vraiment faciles. Pourquoi des millions de chrétiens luttent-ils avec cette idée de la victoire sur le péché? La réponse est qu'ils poursuivent la victoire et pas Christ - ils ne poursuivent pas le Seigneur Lui-même. C'est ce qui mène à une spiritualité formelle. Petit à petit cela va vous conduire dans un état de fatigue et d'insatisfaction, et finalement de découragement et de désespoir. Ceux qui ont goûté à cela savent de quoi je veux parler. Que Dieu nous fasse grâce alors que nous considérons ces merveilleux chapitres, et qu'Il nous guide afin que nous puissions les considérer comme Dieu les a inspirés et consignés par écrit. De telle sorte que lorsque nous en aurons fini, nous n'ayons pas juste un grand livre de théologie au sujet de Romains 6 à 8. Lorsque nous en aurons fini, nous serons des amoureux de Dieu et des amoureux du Seigneur Jésus et plus unis à Lui que nous l'avons été auparavant. Et il en résultera de la sainteté et de la sanctification. Et rien d'autre ne nous mènera là-bas.

Nous avons appelé ces chapitres « l'oeuvre inachevée. » Je pense que pour comprendre correctement la révélation de Dieu, il nous faut voir quelque peu ces chapitres pour en donner un plan et ainsi bien montrer ce que Dieu dit dans ces chapitres. Les versets 6:1-7:6 forment la première section, la partie achevée de « l'oeuvre inachevée. » En d'autres termes, si quelque chose est inachevé, cela veut dire qu'une partie est déjà achevée. Nous verrons donc la partie achevée de « l'oeuvre inachevée. » Dans le chapitre 7, nous verrons la partie inachevée de « l'oeuvre inachevée. » Finalement dans le chapitre 8, Dieu décrit comment Il va faire pour achever la partie non achevée de « l'oeuvre inachevée. » Est-ce que vous m'avez suivi? Il est important de commencer avec ce qui est achevé et ensuite d'aller vers ce qui n'est pas achevé. Je prie que nous puissions faire cela alors que nous avançons.

Certaines personnes appellent le chapitre 6, l'oeuvre de Christ pour nous - ce qu'Il a fait. Je pense que c'est juste. Le chapitre 7 est ce que je ne peux pas faire pour moi-même. Ensuite le chapitre 8 est l'oeuvre de Dieu en nous par le Saint-Esprit et ce que Christ fait en nous et à travers nous. Un des gros problèmes avec l'étude d'une section comme celle-ci, et que Dieu nous en garde, est d'y plonger rapidement et de trouver toutes les réponses - de sorte que nous sommes si pressés de trouver toute la réponse sur la victoire que nous passons au chapitre 8 sans avoir digéré le chapitre 6. Je demande vraiment que vous puissiez faire confiance à Dieu avec moi pour avoir la patience d'y avancer étape par étape. Nous ne sommes pas pressés par le temps pour parcourir ce passage. Et en fait, je pense que je vais y aller lentement car je crois que les vérités que nous avons ici, sont si stratégiques que nous avons besoin de la lumière de Dieu sur cette section. Aucune autre section, à ma connaissance ne touche plus au domaine de nos vies que ces merveilleux chapitres. Par conséquent, que Dieu nous fasse grâce alors que nous les considérons.

Lisons les versets 6:1-7:6:

« Que dirons-nous donc? Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection, sachant que notre vieil homme a été abonde? Loin de là! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché? Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, c'est en sa mort que nous avons été baptisés? Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché; car celui qui est mort est libre du péché. Or, si nous sommes morts avec Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui, sachant que Christ ressuscité des morts ne meurt plus; la mort n'a plus de pouvoir sur lui. Car il est mort, et c'est pour le péché qu'il est mort une fois pour toutes; il est revenu à la vie, et c'est pour Dieu qu'il vit. Ainsi vous-mêmes, considérez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus-Christ. Que le péché ne règne donc point dans votre corps mortel, et n'obéissez pas à ses convoitises. Ne livrez pas vos membres au péché, comme des instruments d'iniquité; mais donnez-vous vous-mêmes à Dieu, comme étant vivants de morts que vous étiez, et offrez à Dieu vos membres, comme des instruments de justice. Car le péché n'aura point de pouvoir sur vous, puisque vous êtes, non sous la loi, mais sous la grâce. Quoi donc! Pécherions-nous, parce que nous sommes, non sous la loi, mais sous la grâce? Loin de là! Ne savez-vous pas qu'en vous livrant à quelqu'un comme esclaves pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez, soit du péché qui conduit à la mort, soit de l'obéissance qui conduit à la justice? Mais grâces soient rendues à Dieu de ce que, après avoir été esclaves du péché, vous avez obéi de coeur à la règle de doctrine dans laquelle vous avez été instruits. Ayant été affranchis du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice. - Je parle à la manière des hommes, à cause de la faiblesse de votre chair. -De même donc que vous avez livré vos membres comme esclaves à l'impureté et à l'iniquité, pour arriver à l'iniquité, ainsi maintenant livrez vos membres comme esclaves à la justice, pour arriver à la sainteté. Car, lorsque vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres à l'égard de la justice. Quels fruits portiez-vous alors? Des fruits dont vous rougissez aujourd'hui. Car la fin de ces choses, c'est la mort. Mais maintenant, étant affranchis du péché et devenus esclaves de Dieu, vous avez pour fruit la sainteté et pour fin la vie éternelle. Car le salaire du péché, c'est la mort; mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur. Ignorez-vous, frères, -car je parle à des gens qui connaissent la loi, -que la loi exerce son pouvoir sur l'homme aussi longtemps qu'il vit? Ainsi, une femme mariée est liée par la loi à son mari tant qu'il est vivant; mais si le mari meurt, elle est dégagée de la loi qui la liait à son mari. Si donc, du vivant de son mari, elle devient la femme d'un autre homme, elle sera appelée adultère; mais si le mari meurt, elle est affranchie de la loi, de sorte qu'elle n'est point adultère en devenant la femme d'un autre. De même, mes frères, vous aussi vous avez été, par le corps de Christ, mis à mort en ce qui concerne la loi, pour que vous apparteniez à un autre, à celui qui est ressuscité des morts, afin que nous portions des fruits pour Dieu. Car, lorsque nous étions dans la chair, les passions des péchés provoquées par la loi agissaient dans nos membres, de sorte que nous portions des fruits pour la mort. Mais maintenant, nous avons été dégagés de la loi, étant morts à cette loi sous laquelle nous étions retenus, de sorte que nous servons dans un esprit nouveau, et non selon la lettre qui a vieilli. »



LIBRE DU VIEIL HOMME, DE L'ANCIEN MAITRE ET DE L'ANCIEN MARI

Vous remarquerez que le Saint-Esprit donne trois illustrations dans les versets 6:1-7:6. Laissez-moi vous donner un plan. Dans les versets 6:1-11, Paul montre que nous sommes libres de notre ancienne vie. Vous remarquerez que dans le verset 6:6, c'est appelé le vieux moi. Certaines versions parlent du « vieil homme. » Le vieil homme est crucifié avec Lui. Dans sa traduction, Kenneth S. Wuest dit: « Notre ancien moi non régénéré. » D'autres versions parlent de « nos anciens désirs mauvais. » Voilà pour la première illustration - libre de l'ancienne vie. Quels que soient les mots que vous vouliez employer, il parle de nous - nous sommes libres de nous-mêmes, libres du vieil homme, de la vieille nature avec tous ses appétits. Ensuite dans les versets 6:12-23, il donne une seconde illustration - nous sommes libres de notre ancien maître. Au verset 6:12 le péché est décrit comme un roi qui règne. Au verset 6:14 nous lisons: « le péché n'aura point de pouvoir sur vous. » Au verset 6:16 celui qui sert le péché est appelé « esclave du péché. » Au verset 6:20 nous avons la même idée, « esclave du péché. » Au verset 6:22: « Etant affranchis du péché. » Vous voyez donc la seconde illustration, le maître est le péché. Nous sommes libres du vieil homme, c'est nous. Nous sommes libres de l'ancien maître, c'est le péché. Enfin dans les versets 7:1-6, nous voyons que nous sommes libres de l'ancien mari. Encore une fois, on voit clairement ce dont Dieu parle. Au verset 7:1, on voit que la loi a juridiction sur une personne aussi longtemps qu'elle vit. Le verset 7:4 dit: « vous aussi vous avez été, par le corps de Christ, mis à mort en ce qui concerne la loi. » Le verset 7:6 dit: « Mais maintenant, nous avons été dégagés de la loi. » Le vieux mari est la loi. Avec ces trois illustrations, le Saint-Esprit aimerait nous montrer la partie achevée de l'oeuvre inachevée. La partie achevée de l'oeuvre inachevée est que nous sommes libres du vieil homme - de nous-mêmes - libres du l'ancien maître - du péché - et libre de notre ancien mari - la loi.

Si vous êtes honnêtes, vous direz sûrement quelque chose de ce genre. « Libre du vieil homme, libre de l'ancien maître, libre de l'ancien mari? Tout cela sonne bien. J'espère qu'il peut me le prouver. J'espère qu'il va me le montrer parce que c'est exactement où se trouvent mes problèmes. Vous voyez, ce vieux moi, autant que je sache, il ne semble pas que je sois mort au vieil homme. Le vieux moi semble être encore très vivant. Le péché a encore de la puissance dans ma vie. La loi me bat encore, me condamne, et me demande de faire des choses que je ne peux pas faire. » Pourtant Dieu, a travers Paul, déclare des choses incroyables. Nous avons besoin de Sa lumière. Regardez ces versets, s'il vous plaît. Dans quel sens sommes-nous:

• Verset 6:2 « mort au péché? »
• Verset 6:6 « crucifié avec Lui? »
• Verset 6:11 « mort au péché? »

Il dit que je le suis, mais comment? Dans quel sens sommes-nous:

• Verset 6:13 « vivants de morts? »
• Verset 6:18 « affranchis du péché. devenus esclaves de la justice? »
• Verset 6:22 « devenus esclaves de Dieu? »

Mon coeur crie, j'espère qu'il en soit ainsi. J'aimerais qu'il en soit ainsi. J'aimerais être esclave de Dieu. Dans quel sens sommes-nous:

• Verset 7:3 « affranchis de la loi? »
• Verset 7:4 « apparteniez à un autre, à celui qui est ressuscité des morts? »
• Verset 7:6 « dégagés de la loi, étant morts à cette loi sous laquelle nous étions retenus? »

Vous voyez, Dieu a besoin de nous donner de la lumière pour que nous puissions comprendre cette révélation. Une fois que Dieu nous l'aura montrée, cela jettera de la lumière sur ce qui vient et la vérité sur la sanctification.

Je vais essayer d'être très précis alors que nous parcourrons cette section afin que nous sachions exactement ce que Dieu dit. Nous n'en voulons rien manquer. Voilà ce que j'aimerais faire. Premièrement j'aimerais vous montrer les faits sur lesquels Dieu insiste dans ce chapitre. Ce sont des faits qui sont clairs et tout à faits fondamentaux, nous ne pouvons rien faire sans ces faits. Deuxièmement j'aimerais vous montrer ce que ces faits ne signifient pas, parce que des milliers de chrétiens les comprennent mal. Ensuite j'aimerais vous montrer ce que ces faits signifient à travers des illustrations - mort au vieil homme - mort par rapport à l'ancien maître - mort par rapport à l'ancien mari, nous discuterons de tout ce que cela signifie.

Très bien, sur quels faits Dieu insiste-t-Il dans les chapitres 6:1-7:6 indépendamment de ce qu'ils signifient. Ne vous inquiétez pas au sujet de ce qu'ils signifient. Nous verrons cela le moment venu. Mais sur quoi Dieu insiste-t-Il? Une des idées est illustrée par un mot qui revient encore et encore dans cette section. Cette pensée revient 15 fois dans cette section. Ce mot est mentionné six fois. Voici ce mot:

• Verset 6:7: « libre du péché. »
• Verset 6:18: « affranchis du péché. »
• Verset 6:20: « libres à l'égard de la justice. »
• Verset 6:22: « affranchis du péché. »
• Verset 7:3: « affranchie de la loi. »

La direction que prend ici l'apôtre Paul ne fait aucun doute. Il leur dit qu'ils sont devenus libres. La liberté, la délivrance, l'émancipation, l'affranchissement - voilà la musique de ce chapitre. Dieu annonce la liberté.

Il y a ici quelque chose qu'il nous faut recevoir de la part des érudits en grecs. Il se peut que vous connaissiez le grec, mais moi je ne le connais pas. Nous sommes donc ici en quelque sorte dépendants de ceux qui disent connaître le grec. Rappelez-vous que ces chapitres ont été écrits dans la merveilleuse langue grecque. En passant d'une langue à une autre, on rencontre des problèmes, et vous perdez toujours quelque chose comme une partie de la beauté ou de l'émotion de l'autre langue. Il y a deux problèmes que nous rencontrons ici en passant d'une langue à une autre. Le premier est le vocabulaire. Parfois la langue grecque a des mots que le français n'a pas. Nous avons besoin de remplacer le mot grec dont le sens est fort par des mots français au sens plus faible, et nous perdons un peu. Mais en grec, il y a également quelque chose que nous n'avons pas. C'est un temps particulier qui n'existe pas en français et qu'il est difficile traduire en français.

Le grec a un temps qui s'appelle l'aoriste. Il n'est pas comme notre passé composé. Il est un peu différent. Il n'est pas comme notre imparfait. C'est un temps particulier que les érudits décrivent comme une « action ponctuelle. » C'est quelque chose qui est arrivé à un moment donné dans le passé, voilà pourquoi ils l'appellent une « action ponctuelle. » C'est une action qui est arrivée et qui est maintenant terminée. Ce n'est pas comme si c'était arrivé et que cela continuait. C'est une action qui s'est passée, qui est terminée, et qui ne se reproduira plus jamais. Ils utilisent ce temps pour cela. Le plus proche que nous puissions aller, c'est utiliser notre passé composé ou notre imparfait. Voici un exemple Romains 3:23: « Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu. » Ils ont un temps pour exprimer cela. Le temps le plus proche en français est notre passé composé. Ici on a traduit par « tous ont péché. » Cela signifie dans notre pensée qu'à un moment donné dans le passé, à un moment ou à un autre, tout le monde a une fois chuté, tout le monde à un jour péché. Nous avons tous péché à un moment ou à un autre. Personne n'est parfait. Mais ce n'est pas ce que le verset veut dire. Il s'agit du temps aoriste, une action ponctuelle dans le passé. Cela signifie qu'à un moment donné dans l'histoire, un moment qui ne se répètera jamais, tous ont péché. Bien entendu, il fait ici référence à Adam. Il ne dit pas que tout le monde a péché. Il dit qu'à un moment dans notre histoire en Adam, toute la race humaine a péché et nous avons tous manqué la gloire de Dieu. Mais, vous voyez, en lisant simplement qui est écrit en français: que tous ont péché, vous ne pouvez pas voir cette action ponctuelle.

Pourquoi est-ce que je vous donne cette leçon de grec? C'est parce que le Saint-Esprit ne peut pas « s'empêcher » d'utiliser le temps de l'aoriste dans cette section. Lorsque vous lisez ce passage, vous remarquez qu'Il utilise 11 fois l'aoriste dans les 11 premiers versets. Et dans cette première partie qui va des versets 6:1-7:6 - ce qui ne représente pas beaucoup de versets - le Saint-Esprit utilise 25 fois le temps de l'aoriste. Nous sommes en quelques sortes coincés parce que la langue française ne comporte pas ce temps. C'est important. Dans les versets suivants, c'est l'aoriste qui est utilisé. Il s'agit d'une action ponctuelle dans le passé, qui n'arrivera plus.

• Verset 6:2: « Nous qui sommes morts au péché. »
• Verset 6:3: « Nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ. nous avons été baptisés en Jésus-Christ. »
• Verset 6:4: « Nous avons donc été ensevelis avec lui. Christ est ressuscité des morts. » C'est le temps de l'aoriste.
• Verset 6:6: « Notre vieil homme a été crucifié avec lui. »
• Verset 6:7: « Celui qui est mort est libre du péché. »
• Verset 6:8: « Nous sommes morts avec Christ. »
• Verset 6:9: « Christ ressuscité des morts. »
• Verset 6:10: « Il est mort. il est mort. »

Pourquoi est-ce que j'attire votre attention là dessus? C'est parce que le Saint-Esprit déclare à travers ce merveilleux temps, non ce qui arrivera mais ce qui est déjà accompli. Il déclare des faits. De nombreuses personnes lisent les chapitres 6 à 8 et disent: « J'aime ces chapitres parce qu'ils enseignent que Dieu me rendra libre. » Mais ces chapitres n'enseignent pas que Dieu vous rendra libre. Ces chapitres enseignent que Dieu vous a déjà rendu libres. Il ne s'agit pas du futur mais de l'aoriste, c'est une action ponctuelle qui s'est accomplie dans le passé. C'est fait, c'est terminé. C'est fini. Cela ne se répètera jamais. Dieu insiste sur ces faits. Avant que nous n'allions plus loin pour ouvrir les mystères de la sanctification, Dieu dit: « Je vous ai libéré - non pas: je vais vous libérer - et sûrement pas je vais vous libérer si... » C'est ainsi que les gens lisent ces passages. Certains pensent: « Je vais vous libérer, si vous priez, si vous étudiez, si vous Me cherchez, si vous témoignez, si vous avez la communion, si vous vous soumettez, si vous confessez, si vous vous repentez, si vous demeurez, et ainsi de suite. » Non, il n'y a pas de « si. »

Si nous désirons connaître ce qu'il y a sur le coeur de Dieu dans cette section, nous avons besoin de le lire comme Dieu l'a écrit. Certaines personnes le lisent de cette façon: « Tu devrais être mort au péché. » Mais le texte ne dit pas que tu devrais être mort au péché. Il dit: « Tu es mort au péché. » C'est un fait - un fait historique et objectif. C'est avec cela qu'Il commence. Dieu ne dit pas qu'Il va un jour nous libérer du vieil homme, de l'ancien maître, et de l'ancien mari. Il déclare qu'Il nous a déjà libérés du vieil homme, de l'ancien maître et de l'ancien mari. Ceci dit, n'essayez pas de le comprendre. Croyez simplement que Dieu a dit que c'est un fait. Vous ETES morts au vieil homme, vous ETES morts à l'ancien maître qu'est le péché, et vous ETES morts à l'ancien mari, la loi.



L'ERREUR DE DEMANDER CE QUE DIEU A DEJA DONNE

Des milliers de chrétiens n'ont pas encore commencé à voir ces simples faits, et vous risquez de tomber sous un grand esclavage si vous ne croyez pas ces faits lorsque vous en venez à la victoire. Certaines personnes, ne comprenant pas ce que Dieu a fait, ont essayé de se crucifier elles-mêmes. Les choses que je vais maintenant mentionner sont des choses par lesquelles je suis passé, et que je fais encore de temps en temps. Avez-vous déjà essayé de vous crucifier vous-mêmes et de vivre une vie qui est morte au péché? J'ai lu un jour cette phrase et je pense qu'elle est juste. Elle contient beaucoup de sagesse. Elle dit: « Le mieux que peuvent faire ceux qui disent qu'ils peuvent se crucifier eux-mêmes, c'est clouer deux pieds et une main. » Vous pouvez imaginer pourquoi il en est ainsi. Vous ne pouvez pas vous crucifier vous-mêmes et vivre la vie qui vous gardera loin du péché. Cela ne marchera tout simplement pas. D'autres lisent ces incroyables versets, les désirent et demandent à Dieu de les crucifier. Ils demandent au Seigneur de manifester cela en eux et de les crucifier avec Christ. Ils demandent à Dieu de faire ce qu'Il a déjà fait. Ils rentrent dans beaucoup de confusion. J'aime ce que Watchman Nee a dit un jour: « Essayez d'imaginer la frustration qu'il y a à essayer d'entrer dans une pièce dans laquelle vous êtes déjà. » N'est-ce pas insensé? C'est exactement la frustration que certaines personnes ont lorsqu'elles demandent à Dieu de leur donner ce qu'Il leur a déjà donné. C'est terriblement frustrant parce que ce n'est pas possible.



L'ERREUR D'ESSAYER DE RENDRE LES CHOSES VRAIES EN Y CROYANT

Je suis également passé par cette autre erreur, parce que je ne comprenais pas cela. J'essayais de rendre les choses vraies en y croyant. Je pensais que si j'y croyais assez fort, je pourrais les rendre réelles et vraies. Mais la foi ne change pas la vérité. La vérité est la vérité. Peut-être que quelqu'un dira: « Je ne crois pas à l'enfer. » Mais cela ne change rien. C'est toujours vrai. Que vous le croyez ou non. Vous êtes crucifiés avec Christ, que vous le croyez ou non. La foi n'a pas pour but de rendre les choses vraies. Ce sont des faits. Nous avons besoin de voir ces faits. Ce chapitre dit: « N'essayez pas de comprendre maintenant comment le chrétien est mort au vieil homme, à l'ancien maître et à l'ancien mari. » Ce sont des faits et ils ne seront pas davantage vrais si vous y travaillez. Quelqu'un dira peut-être: Comment peuvent-ils être vrais? Je ne me sens pas mort au péché. Cela ne dépend pas de votre ressenti. Je ne me sens pas comme un grand-père, pourtant je suis un grand-père. Il y a des faits qui sont des faits. Et être vivant à Dieu n'a rien à voir avec ce que vous sentez à ce sujet.



L'ERREUR D'ESSAYER DE JOUER AU MORT

Nous avons besoin de voir ce que ces choses ne signifient pas. Dieu dit que je suis mort au vieil homme, à l'ancien maître et à l'ancien mari. Si je veux comprendre ce que cela signifie, j'ai besoin de comprendre ce que cela ne signifie pas. Je peux vous le garantir, et je le tire également de mes tristes expériences, cela ne signifie pas « jouer les cadavres. » C'est un jeu auquel jouent des milliers de chrétiens. Une phrase qui est presque devenue synonyme de la vie chrétienne victorieuse est la petite expression: « crucifié avec Christ » ou « co-crucifié avec Christ. » Le verset 6:7 dit: « car celui qui est mort est libre du péché » - « notre vieux moi a été crucifié avec le Seigneur. » Je ne connais pas de verset qui ait connu de plus mauvais traitement que le verset 6:11: « Ainsi vous-mêmes, considérez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus-Christ. » Je pensais que la vie chrétienne, c'était me considérer comme mort au péché. Pendant des années, je n'ai pas compris qu'en faisant ainsi, je jouais « au mort. » Je me voyais moi-même comme étant mort. Voilà comment je raisonnais: « Un cadavre ne peut être touché par rien. Un cadavre est mort. Un cadavre n'est pas sensible au péché. Un cadavre est libre de la fierté lorsque quelqu'un le félicite ou le complimente. Un cadavre est libre de la colère qui vient de la jalousie. Un cadavre ne ressent jamais d'amertume. Un cadavre n'est pas impatient. Un cadavre ne colporte pas de commérage. Un cadavre ne haït pas. » Ainsi je prétendais que j'étais un cadavre. Si quelqu'un me disait quelque chose, je répondais: « Cela ne me fait rien. Je suis un cadavre. » J'essayais de vivre comme un cadavre et je prétendais que j'étais mort. Dieu disait que j'étais mort et je souhaitais le croire. Par conséquent, je vivais en prétendant que j'étais mort au péché. Lorsque j'étais enfant, j'étais très proche de mon cousin Dickie, nous jouions beaucoup aux cow-boys et aux indiens. Je me souviens, lorsque j'allais chez ma grand-mère en pleurant parce que Dickie ne voulait pas « faire le mort. » Je lui tirais dessus mais il ne voulait pas faire le mort. J'ai appris au début de ma vie chrétienne que mon vieil homme faisait la même chose que mon cousin. Je jouais au mort mais ma vieille nature ne voulait pas « faire le mort » alors qu'elle était supposée être morte. Plus j'essayais de vivre pour le Seigneur, plus je remarquais que non seulement je n'étais pas mort aux impulsions du péché, mais qu'il n'y avait même pas eu d'atténuation. Ce jeu a fini par devenir ridicule. J'ai donc fait ce que chaque chrétien volontaire ferait, j'ai essayé encore davantage. Je me disais: « Tu dois réellement savoir que tu es mort. » Le résultat est que j'ai commencé à vivre dans un monde de fantaisie, un monde de rêve qui n'était pas vrai. Un monde dans lequel je prétendais que rien ne me touchait. Je prétendais que je n'avais pas d'inclinaison au mal, et que je ne ressentais pas d'impulsion au péché. Mais c'est faux, c'est de la simulation. Je crois que ce jeu est très populaire et que de nombreux chrétiens y jouent.



L'ERREUR DE LA PENSEE POSITIVE

Mais qu'est-ce que Dieu veut nous dire ici? Est-ce qu'Il dit: « Considérez-vous vous-mêmes comme saints pour pouvoir être saints? » Vous savez, c'est un étrange remède à donner à un escroc. Allez vers un escroc et dîtes-lui: « Considère-toi comme honnête! » Est-ce que cela va marcher? Imaginez-vous aller vers un homme qui est fier et lui dire: « Considère-toi comme humble! » Il n'est pas humble. Il ne peut pas se reconnaître s'il n'est pas humble. Est-ce que Dieu nous dit de faire cela? Est-il possible en me considérant moi-même comme ce que je ne suis pas que cela puisse me transformer en ce que je souhaiterais être? Est-ce que cela va fonctionner? C'est ridicule. Comment puis-je considérer quelque chose de faux comme étant vrai? Vous ne pouvez pas le faire. Cela fait partie de la mentalité de la pensée positive moderne et de ce mouvement New Age de la visualisation. Certains disent: si vous pouvez visualiser quelque chose dans votre pensée et prétendre que c'est vrai, alors cela deviendra vrai dans votre vie. C'est une hérésie. Dieu ne nous appelle pas à chérir une croyance dans quelque chose qui n'est pas vrai - dans une chose qui n'existe pas. Un pécheur ne devient pas un saint en se considérant lui-même comme un saint. Ce n'est pas comme cela qu'il faut faire et Dieu ne nous demande pas de le faire. L'imagination ne vous transformera jamais de la créature que vous êtes en la créature que vous pensez être. Ce n'est pas lié à notre imagination. Dieu se moquerait de nous s'Il nous disait que nous pouvions acquérir un caractère vertueux en imaginant que nous l'avons alors que nous savons que nous ne l'avons pas. Dieu ne nous fera pas cela. Ce serait un mensonge de la part de Dieu de me faire croire que je suis mort au péché alors que mon expérience, mon histoire et ma vie me disent que je ne le suis pas. Cela veut dire quelque chose d'autre. Qu'est-ce que cela veut dire? Ce chapitre ne nous appelle pas à jouer à un jeu qui consiste à prétendre ou à croire. Quel genre de maturité serait-ce? Ceci dit, Dieu dit clairement que nous sommes morts au péché, à l'ancien maître et à l'ancien mari. Dieu veut évidement dire quelque chose par là.



LE BAPTEME EST LE SYMBOLE DE NOTRE IDENTIFICATION AVEC CHRIST

Je prie que Dieu nous aide à le voir. Dieu dit que je suis mort à trois choses. Et pourtant lorsque je regarde à ma vie, lorsque je me regarde dans un miroir, je vois exactement l'opposé. Je me vois terriblement vivant à moi-même. Je me vois terriblement vivant au péché et à la loi. Regardons à nouveau le verset 6:11: « Ainsi vous-mêmes, considérez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus-Christ. » Le verset 6:3 dit deux fois: « Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, c'est en sa mort que nous avons été baptisés? » Faite ce petit jeu avec moi. Mettez votre doigt sur le verset 6:3. Maintenant regardez votre doigt, est-ce qu'il est mouillé? Non, il est sec. J'espère que cela vous aidera à vous souvenir que ce passage sur le baptême n'a rien à voir avec l'eau. Il ne parle pas de baptême d'eau. Il parle de notre identification avec Christ. Vous avez été identifiés avec Christ.

• Verset 6:4: « ensevelis avec lui »
• Verset 6:5: « une même plante avec lui »
• Verset 6:6: « crucifié avec lui »
• Verset 6:11: « vivant en Jésus-Christ »

J'aimerai maintenant vous dire ce que cela signifie que d'être mort au vieil homme, à l'ancien maître, et à l'ancien mari. Si vous vous attendez à quelque chose de « profond », de « mystérieux », vous allez être très déçus. Il n'y a rien de complexe ici. C'est très simple. Dieu nous dit à nouveau ce qu'Il nous a dit au début de Romains c'est-à-dire que Christ est notre salut, que Christ est notre justification, que Christ est notre sanctification et plus tard que Christ est également notre glorification. Lorsqu'Il est mort sur la croix Il l'a fait en tant que notre substitut, n'est-ce pas? Il a pris notre place. Il a été notre représentant et d'une certaine façon nous pouvons nous saisir de cette partie. Nous pouvons dire: « Oui, Jésus a été mon substitut, Il est mort pour moi, Il a payé pour tous mes péchés. Je suis libre de la mort. » Nous savons quelle liberté est incluse en cela. Je ne dois rien à Dieu parce qu'Il a tout payé pour moi. Très bien, si vous souhaitez comprendre comment notre Sauveur est notre substitut, vous devez non seulement comprendre qu'Il a été votre substitut sur la Croix mais qu'Il a continué d'être votre substitut dans la tombe. Et lorsqu'il est ressuscité, Il a continué d'être votre substitut. Il est maintenant au ciel en tant que votre substitut à votre place. Il n'est pas seulement mort pour vous de telle sorte que vous n'ayez pas à le faire, mais Il a également été enseveli en tant que votre substitut. Il est ressuscité en tant que votre substitut et Il continue d'être votre substitut maintenant. Dieu a accepté tout ce que Jésus a fait à votre place.

Si vous lisez le chapitre trop rapidement, vous direz sûrement: « Oh, cela décrit vraiment le chrétien. » Mais ce n'est pas le cas. Ce chapitre décrit Christ. Il décrit le Seigneur et si vous le voyez de cette façon, vous n'aurez pas de problème pour le comprendre. Regardez le verset 6:9-10. Avez-vous des difficultés pour comprendre cela: « Sachant que Christ ressuscité des morts ne meurt plus. » Est-ce que c'est pour vous un problème théologique? C'est facile n'est-ce pas? Et cela: « La mort n'a plus de pouvoir sur lui. » Est-ce que vous pouvez le comprendre? C'est vraiment simple, n'est-ce pas? « Car Il est mort, et c'est pour le péché qu'Il est mort une fois pour toutes. » Est-ce qu'il y a un problème chez Lui avec cela? « Il est revenu à la vie, et c'est pour Dieu qu'il vit. » Y-a-t-il un problème avec cela? Vous voyez lorsque vous l'appliquez à Jésus, vous n'avez aucun problème. Ces choses sont toutes littérales, historiques et objectivement vraies de Christ. Christ est mort. Christ est mort pour le péché. Christ vit pour Dieu. Il n'y a aucun problème avec le fait qu'Il est mort au péché. Il n'y a aucun problème avec le fait qu'Il est vivant pour Dieu. Pour le dire selon le contexte du chapitre, laissez-moi vous le posez de cette façon. Est-ce que Christ - pas vous, pas moi, pas les chrétiens - est-ce que Christ est libre du vieil homme? Oui ou Non? Est-ce que Christ est libre de l'ancien « mari? » Oui ou Non? Est-ce que Christ est libre de l'ancien maître? Oui ou Non? Christ est libre. Regardez bien maintenant.

Christ est mort au péché, Christ est vivant pour Dieu - personne dans cet univers n'est plus vivant pour Dieu que Lui l'est. Toutes ces choses sont vraies de Jésus et il a fait toutes ces choses en tant que votre substitut. Il l'a fait pour vous, aussi sûrement qu'Il a payé votre dette. Dieu ne nous appelle pas à croire notre imagination trompeuse. Ce sont des faits historiques au sujet de Jésus. Voici maintenant le point, ne perdez pas cela de vue. A-t-il fait ces choses? A-t-Il fait ces choses pour vous? Alors vous les avez faites. Avez-vous un problème avec cela? S'Il l'a fait et qu'Il l'a fait en tant que votre substitut, cela a été mis à votre crédit. Tout aussi surement qu'Il a payé votre dette en tant que votre substitut, vous avez reçu le crédit pour cela. Il a payé votre dette. Si c'est vrai de Lui, de Lui pour vous, alors c'est vrai de vous. Si je dis: « Je n'irai pas en enfer. » Vous me demanderez « Pourquoi? » C'est parce que j'y suis déjà allé à travers la personne de Jésus-Christ, mon substitut. C'est à cause de cela. C'est parce qu'Il l'a fait que je n'ai pas besoin de le faire. C'est cela que signifie la substitution. Il l'a fait, je n'ai pas à le faire. Tout aussi sûrement qu'Il l'a fait pour moi et que je n'ai pas besoin d'y aller, Il a été un substitut pour moi dans Sa résurrection. Il est libre du vieil homme pour vous, vous n'avez pas besoin de l'être. Il est libre de l'ancien maître pour vous, en tant que votre substitut, de telle sorte que vous n'avez pas besoin de l'être. Il est également libre de l'ancien mari de telle de sorte que vous n'avez pas besoin de l'être. Il a été crucifié pour vous, ensuite vous avez été crucifiés avec Lui parce qu'Il est votre substitut. S'Il est mort pour les péchés une fois pour toutes, à votre place, alors vous pouvez dire, je suis mort au péché une fois pour toutes - dans la personne de Jésus, mon substitut. Dans ce sens, les faits sont vrais. Comment suis-je mort au péché et vivant pour Dieu? Par mon baptême en Christ et par mon identification avec Christ.



NOTRE PREOCCUPATION N'EST PAS LE PECHE MAIS CONNAITRE CHRIST

Laissez-moi vous le dire d'une autre façon. C'est la même vérité. Cette section nous dit que le Seigneur Jésus a la victoire - pas moi et pas vous. Le Seigneur Jésus a la victoire. Romains 6:11 ne dit pas: « Considérez-vous comme morts au péché et comme vivants pour Dieu. » Vous lisez de travers, si vous le lisez comme cela. Il est écrit: « Considérez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus-Christ. » Cela veut dire considérez-vous comme étant « en Christ » - mort au péché et vivant pour Dieu. Il faut se considérer « en Christ. » La victoire n'est pas quelque chose que Dieu nous donne. C'est quelque chose que le Seigneur Jésus a. C'est pour cela qu'Il dit en Jean 16:33: « Prenez courage, j'ai vaincu le monde »- et pas « vous avez vaincu le monde. » En 2 Corinthiens 2:14, l'apôtre Paul qui connaissait la victoire dit: « Grâces soient rendues à Dieu, qui nous conduit toujours dans le triomphe de Christ » - et pas « dans notre triomphe. » Nous avons besoin de commencer avec la partie achevée de l'oeuvre inachevée. Et la partie achevée de l'oeuvre inachevée est que le Seigneur Jésus a agi en tant que notre substitut pour notre sanctification, de la même manière qu'Il a agi en tant que notre substitut pour notre justification. Il est mort au péché à ma place et Dieu a accepté cela. Réalisez-vous quelle pression cela nous enlève? Dieu est en train de nous dire dans ces chapitres que nous n'avons pas besoin de nous inquiéter du péché, nous pouvons nous préoccuper du vrai sujet de la vie de chrétienne, qui est de connaître Dieu et d'aimer le Seigneur. Nous n'avons pas d'abord à nous frayer un chemin pour arriver à un certain degré de sainteté ou de sanctification. Ce sont les faits. En Christ, je suis mort au vieil homme, en Christ je suis mort à l'ancien maître, en Christ je suis mort à l'ancien mari.

Ne vous perdez pas dans tout ce « beau langage spirituel » et au sujet de la sanctification. Il n'y a rien de difficile dans ces passages. Ils mettent en avant le fait que le Seigneur Jésus est mon substitut. Le Seigneur Jésus se tient devant Dieu en tant que mon représentant. Il est devenu sanctification à votre place. Je vous montrerai quel est le lien avec le Saint-Esprit et comment vous pouvez expérimenter cela dans votre vie. Mais pour l'instant, comprenez bien cela parce qu'Il l'a fait, et vous n'avez pas à le faire. Voilà le point sur la substitution. Ceux qui ne saisissent pas ce premier fait ne seront pas capables d'en arriver à la première étape de la sanctification. Nous avons besoin de comprendre cela. C'est la mort par rapport au péché, et la vie par rapport à Dieu. Ce sont deux choses importantes. J'ai besoin d'être mort au péché et vivant pour Dieu. Jésus a fait cela pour moi. Il a déblayé le chemin. Il est devenu mort au péché pour moi - et de la même manière, je n'ai pas besoin d'un grand programme pour devenir vivant à Dieu. Je n'ai pas besoin d'avoir un grand programme d'étude de la Bible, de prière, de soumission, de jeûne, de service, de communion ou de prendre le repas du Seigneur et tout le reste, pour être vivant pour Dieu. Mort au péché, vivant pour Dieu n'est pas un objectif. C'est un point de départ. Si nous faisons du point de départ un objectif, nous raterons à la fois l'objectif et le point de départ. Nous raterons tout.

Ces deux choses importantes - j'ai besoin d'être mort au péché et vivant pour Dieu - Il les a faites pour moi de telle sorte que je puisse seulement me préoccuper d'aimer Jésus. Dieu l'a accepté en Christ mon substitut. Ma mort au péché est un fait acquis. Etre vivant pour Dieu est un fait acquis. Jésus a déjà réglé ces problèmes afin que je puisse maintenant marcher en paix. Je peux marcher avec une certaine confiance et assurance - pas vers ces faits mais à partir de ces faits. Je marche à partir de la vie, pas vers la vie. Dieu m'a donné la vie à travers mon substitut de même qu'un jour j'ai accepté, par la foi, que Christ était mon substitut. Et vous dites: « Merci Seigneur je n'ai plus jamais besoin de payer ma dette. » Maintenant vous pouvez également voir plus et dire: « Merci Seigneur, je n'ai plus jamais besoin d'essayer à nouveau de mourir au péché. Et je n'ai plus jamais besoin d'essayer à nouveau d'être vivant pour Dieu. J'accepte le fait que Tu acceptes ce que Christ a fait et Tu m'as attribué cela. Je suis en Christ, mort au vieil homme, à l'ancien maître et à l'ancien mari. »



L'IDENTIFICATION AVEC CHRIST, C'EST CROIRE CE QU'IL A FAIT POUR MOI

Considérons la première illustration, la mort au vieil homme. Il apparait de la façon dont c'est écrit, que l'apôtre voulait corriger une fausse idée. Il semble que d'après les versets 6:1-3, certaines personnes à son époque ne comprenaient pas la grâce de Dieu. Elles ne comprenaient pas l'identification avec Christ. D'une certaine façon, elles avaient l'idée que la grâce de Dieu était une excuse pour pécher, et que cela conduisait à la licence et ainsi de suite. Il est évident que de la façon dont je lis cela, elles devaient se glorifier de leur identification avec Christ. Elles devaient sembler très spirituelles, mystiques et abstraites, en pensant: « Nous sommes identifiés avec Christ, nous sommes baptisés avec Christ, nous sommes les favoris de Dieu. Nous savons ce qu'est la vie plus profonde. Nous sommes le peuple choisi de Dieu. » Eh bien, Paul les rappelle à redescendre rapidement sur terre. Il sait ce qu'est l'identification avec Christ. Il n'y a rien de mystique et de spirituel, il ne s'agit pas de dire: « Oh! J'ai passé un grand moment avec Jésus. » Ce n'est pas cela l'identification avec Christ. L'identification avec Christ, c'est croire ce que Jésus a fait pour moi. Ensuite je n'ai plus qu'à dire merci et à accepter ce qui en résulte. C'est pour cela que Paul dit au verset 6:3 (je le paraphrase): « Si vous avez été baptisés en Christ, vous avez été identifiés avec Christ, n'est-ce pas? Ne savez-vous pas que si vous êtes identifiés avec Christ, que vous avez été identifiés avec Sa mort? Identifier avec Christ signifie qu'Il est votre substitut. Comment pouvez-vous continuer à pécher lorsque Celui avec qui vous êtes identifiés est mort au péché? » Voyez-vous son argumentation? Il veut montrer à quel point il est ridicule, s'ils sont identifiés avec Christ, de dire: « Continuons dans le péché » parce que leur substitut est mort au péché. La même chose est vraie de leur vie pour Dieu.

Dans chacune des trois illustrations, libre du vieil homme, libre de l'ancien maître et libre de l'ancien mari, le Saint-Esprit utilise deux verbes. Pour la première illustration, libre du vieil homme, Il utilise au verset 6:6 le verbe « sachant » et au verset 6:11 « considérez. » Pour la deuxième illustration, libre de l'ancien maître, Il utilise aux versets 6:13,16 et 19, le verbe « livrez » ou « offrez » et aux versets 6:16-17 le verbe « obéir. » Dans la troisième illustration, libre de l'ancien mari, Il utilise au verset 7:4-5, le verbe « porter du fruit » et au verset 7:6: « servons dans un esprit nouveau. » Regardons la première illustration, verset 6:3, « Ignorez-vous » ou« Ne savez vous pas », verset 6:6 « sachant que », verset 6:9 « sachant que. » Qu'est-ce que Dieu aimerait que nous sachions dans cette première illustration? Je suis convaincu d'après le contexte, que Dieu aimerait que nous sachions ce qui est accompli. C'est comme cela qu'Il commence. Si vous désirez comprendre la victoire, il y a des choses que vous devez savoir. Vous devez savoir des choses et ce que nous devons savoir est que Christ a la victoire et pas nous. Plus vous en savez sur la partie achevée de l'oeuvre achevée, plus rapidement vous pourrez vous reposer dessus. Je pense à Osée 4:6: « Mon peuple est détruit, parce qu'il lui manque la connaissance. » Le chrétien moyen n'a pas encore commencé à voir en Christ son substitut. Plus nous savons qu'Il est victorieux, plus nous savons qu'Il a la victoire et que nous sommes en Lui, plus nous expérimenterons la sanctification. Les chrétiens passent leur temps à essayer de ne pas pécher, et à vivre pour Dieu, c'est une perte de temps. Il a fait cela pour vous. Vous n'avez pas besoin de le faire. Dans le merveilleux verset 6:11: « Ainsi vous-mêmes, considérez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus-Christ », le mot « considérez » dans le Nouveau Testament signifie reconnaître comme un fait.

Qu'est qu'il veut dire? Il dit: « Prenez par la simple foi le fait que vous êtes en Christ. Prenez-le par un simple pas de foi et dîtes merci. Sachez que Christ l'a fait pour vous et prenez-le par la foi. » En Christ, je suis mort. Merci Seigneur. Acceptez-cela. En Christ, je suis vivant pour Dieu. Ce n'est pas un objectif mais un point de départ. C'est cela que veut dire « considérez », le prendre par la simple foi. Toutes les choses de ce chapitre vont nous faire tourner les yeux vers Christ. Dieu a fait tomber toutes les barrières. Nous verrons la vie sainte. Nous verrons la vie de Dieu couler et se manifester sur la terre. Mais cela ne commence pas ici. Nous n'arrivons pas au Saint-Esprit avant le chapitre 8. Nous y arriverons mais tout découle de cette oeuvre achevée. Nous devons d'abord voir l'oeuvre achevée. Sachant cela, qu'Il a tout accompli en tant que notre substitut et le considérant, le prenant par la foi, nous disons simplement merci. Oh! Que Dieu puisse manifester cela en nous, et que ce soit aussi limpide que l'alphabet. C'est si primordial si l'on veut vivre la vie qui pourra porter du fruit pour Dieu.

Prions:

Père, nous savons que c'est une grande chose que nous Te demandons mais Tu es un grand Dieu. Nous prions, Seigneur, que Tu puisses manifester en chacun d'entre nous les merveilles que signifie le fait que Tu es notre substitut, que Tu es mort au péché pour nous et que Tu es vivant pour Dieu pour nous en sorte que nous n'avons plus besoin de le faire. Nous savons que seule Ta lumière, Ta révélation, pourra nous faire comprendre cela. C'est pour cela que nous Te demandons de manifester cela dans notre coeur. Nous prions Seigneur que nous puissions être vivants dans cette union avec Christ et que nous puissions rayonner le Seigneur et que Son Nom puisse être reconnu. Donne-nous des opportunités pour partager notre Sauveur béni. Nous prions que nous puissions avancer dans la connaissance de Christ. Nous Te le demandons dans le nom merveilleux de Jésus.

Romains #11