PHILLIPPIENS #2

(Philippiens 1:1-18)

Par Ed Miller

Le texte qui suit est la transcription d'un message donné en anglais. La forme orale a été conservée, mais des titres de sections ont été ajoutés pour faciliter la lecture. (NdT)

Bonjour et bienvenue dans notre deuxième leçon sur cette merveilleuse épître aux Philippiens.



RESUME

Dans notre précédente leçon, nous avons commencé à introduire cette formidable épître aux Philippiens. Notre leçon introductive avait pour objectif de vous mettre en appétit par rapport au message de Philippiens. Nous n'avons pas vu beaucoup de choses la dernière fois, mais nous avons vu et revu plusieurs fois la même chose de différentes manières afin que le message de Philippiens devienne brûlant dans notre coeur. Je crois de tout mon coeur qu'il est important que ce message brûle dans notre coeur, avant d'analyser les différentes parties du livre. J'aimerais donc à nouveau vous présenter le message de ce livre, en dire quelques mots, puis nous commencerons une nouvelle leçon.

Nous avons énoncé le thème du livre de Philippiens par ces mots. Il y a deux parties à ce thème. La vie chrétienne normale est la vie qui est remplie de Jésus-Christ. C'est la première partie, « Pour moi vivre c'est Christ. » La vie chrétienne normale est la vie qui est remplie de Christ. Et voici la seconde partie. La vie qui est remplie de Jésus-Christ est débordante de joie. Voici le message de Philippiens. Ce n'est pas seulement « être heureux en Jésus. » Il ne s'agit pas non plus uniquement de la joie du Seigneur. Mais il s'agit du coeur rempli de Christ dont le résultat est la joie du Seigneur. Si votre coeur est rempli du Seigneur alors vous avez la joie du Seigneur. Si mon coeur est rempli de Christ, alors j'ai la joie du Seigneur.

Ce thème devient d'autant plus précieux si l'on se souvient que l'apôtre Paul était en prison lorsqu'il a écrit cette épître. Il a été quatre fois en prison durant son ministère. La première fois ce n'était qu'environ une journée à Philippes, puis deux ans à Césarée, et deux ans à Rome. Ensuite, il a été relâché puis remis en prison à Rome, mais nous ne savons pas combien de temps il y est resté avant d'être exécuté. Ce livre a été écrit à la fin du premier emprisonnement à Rome. A cette époque, il avait déjà passé environ deux ans en prison. Lorsque vous essayez d'étudier la période qui correspond à son emprisonnement à Rome à partir d'Actes, d'Ephésiens, de Colossiens, de Philippiens, et de Philémon, vous êtes un peu déboussolés. Parce que d'un côté, vous avez le sentiment qu'il était extrêmement limité dans ses actions. Il y a des passages qui parlent de chaînes, de liens, de prison, de prisonniers et de gardes. Et d'un autre côté, il semblait avoir une incroyable liberté. On trouve au moins onze personnes qui vont et viennent pour visiter l'apôtre Paul, pour lui apporter des dons et de l'aide. En Actes 28 on lit qu'il avait son propre logement qu'il louait, et qu'il enseignait la parole de Dieu lors de réunions publiques mais également aux gens qui venaient le voir. On peut donc se demander: « Est-ce cela la prison? Cela ne ressemble pas à une prison. Cela ressemble davantage à des vacances. » Mais si vous rassemblez toutes les références à ce sujet, vous voyez assez bien comment tout cela s'est passé.

Rappelez-vous que Paul était un citoyen romain. En tant que citoyen romain, lorsqu'il fut arrêté, il a fait la demande de comparaître à Rome devant César, pour que son cas puisse être traité au plus haut niveau. Il avait ce droit; en tant que citoyen romain, il pouvait aller devant la cour suprême. Par conséquent Festus, le gouverneur de la province, envoya Paul à César. A cette époque il y avait aussi des problèmes de bureaucratie comme il y en a à notre époque. Cela prit beaucoup de temps avant que son cas soit examiné. Vous savez comment cela se passe, après avoir été arrêté, il se peut que vous ne passiez devant le juge que 2 ou 3 ans plus tard. Il se peut même que vous mouriez avant que votre cas ne soit traité. Il en était également ainsi à l'époque. Une des différences entre notre système et le système romain, c'est que dans notre système, vous pouvez payer une caution pour éviter d'attendre en prison mais ce n'était pas le cas à l'époque de Paul. Il a donc dû attendre deux années avant que son cas ne soit traité. Pendant ce temps, selon qui vous étiez, tout comme de nos jours, si vous connaissiez des personnes bien placées, vous pouviez bénéficier d'un traitement privilégié. A cette époque, il y avait une grande caserne. C'était comme un camp armé bâti juste à côté du palais de César. C'est là qu'était basée ce que l'on appelait la garde prétorienne, les soldats d'élites qui s'occupaient de Néron et de tous les magistrats. C'était une base militaire, et si vous aviez assez d'argent, vous pouviez louer une chambre sur cette base et vivre un peu plus librement que les autres prisonniers. Si vous n'étiez qu'un pauvre prisonnier, vous ne pouviez que rester assis dans votre cellule et attendre que votre cas passe en jugement.

Actes 28:16 nous dit que Paul a loué une de ces chambres. Mais d'où a-t-il reçu l'argent? Des Philippiens! L'église de Philippes lui a envoyé quatre fois des dons, ce qui a constitué pour lui un support financier pendant qu'il était en prison. Ce sont eux qui ont payé le loyer, afin qu'il puisse avoir cette liberté. Il n'était pas complètement libre parce que Actes 28:16 nous rapporte également que Néron avait assigné à Paul un garde spécial. Mais ne pensez surtout pas que c'était le même garde. Ils alternaient toutes les quatre heures et devaient être enchaînés à l'apôtre Paul. Pendant deux ans, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, Paul fut enchaîné à un garde. En Ephésiens 6:20 il se nomme « ambassadeur dans les chaînes », et parle de ses liens et de son emprisonnement. Cependant, il est vrai qu'il a écrit des lettres. Il a écrit les quatre épîtres que sont Philippiens, Ephésiens, Colossiens et Philémon. Et il est également vrai que plusieurs personnes étaient avec lui comme Épaphrodite, Epaphras, Luc et Timothée. Beaucoup de personnes sont venues le voir. Il a eu une incroyable communion, il donnait des études bibliques, mais il était quand même enchaîné à un garde vingt-quatre heures sur vingt-quatre.



LE SECRET DE PAUL: UNE VIE REMPLIE DE CHRIST

Je vous rends attentifs à cela, parce que le message de Philippiens, la joie en Jésus, serait merveilleux quelles que soient les circonstances. Mais en connaissant le contexte, sachant que Paul était enchaîné à un garde vingt-quatre heures sur vingt-quatre, pendant deux ans, en lisant cette lettre, vous avez du mal à croire à la joie qu'il pouvait avoir en Jésus. Il se réjouissait en Christ. Nous avons du mal à penser que c'était vrai. Au vu de la situation dans laquelle il était, eu égard aux circonstances qu'il vivait, on aurait pu penser qu'il était devenu amer, fatigué, découragé ou aigri. Mais c'est l'opposé qui est vrai. Il connaissait le secret de pouvoir se réjouir en Jésus à tout moment, en toutes circonstances, dans toutes les situations où il se trouvait. C'est ce secret qu'il nous donne en Philippiens. C'est une vie remplie de Christ, voilà son secret. Il disait qu'une vie remplie de Christ est une vie remplie de joie.

Regardez le verset 1:21. C'est ce verset que nous utilisons comme verset-clé pour ce livre: « Car pour moi vivre c'est Christ, et mourir est un gain. » Christ était la vie de la vie de Paul, le coeur même de la vie de Paul. Vous voyez, le livre de Philippiens présente Christ comme la norme pour chaque chrétien. Des milliers de chrétiens ne connaissent pas Christ comme la vie de leur vie. Ils sont sauvés, ils sont pardonnés, ils iront au ciel, mais ils ne connaissent pas Christ comme la vie de leur vie. Ils n'ont pas vu Christ comme étant « leur Tout », ils n'ont donc pas la joie du Seigneur. Ils ne se réjouissent pas en Jésus en tout temps. Il arrive même parfois que l'on enseigne aux gens de ne pas avoir Christ comme la vie de leur vie. On entend de nombreuses raisons pour lesquelles nous sommes sauvés et pourquoi nous avons appris à connaître le Seigneur. A moins que Christ ne soit la vie de votre vie, vous n'êtes pas normaux, vous êtes anormaux. Vous êtes uniquement normaux lorsque vous atteignez la norme. Et la norme est Christ remplissant votre coeur, remplissant votre vie jusqu'au bord, et débordant de tous côtés. Si vous trouvez un tel chrétien, vous trouverez la bénédiction. C'est une joie d'être dans la présence d'une telle personne parce qu'elle se réjouit constamment en Christ. Vous ne pouvez pas la faire sombrer, elle est toujours joyeuse, toujours en confiance, toujours pleine d'assurance parce que Christ est tout pour elle. C'est Christ qui s'occupe de tout pour elle, c'est Christ qui est au poste de contrôle et tout est ok. Le chrétien moyen n'est pas le chrétien normal, le chrétien moyen est tout à fait anormal.



NOUS NE SOMMES PAS SAUVES POUR SERVIR MAIS POUR CONNAITRE JESUS

Pendant des années, j'ai cru que j'étais sauvé pour servir. Mais maintenant j'en connais un peu plus. Loué soit Dieu, il y a quelque chose qui s'appelle service, mais c'est le fruit et le résultat d'une relation, et le service découle de notre relation avec Christ. Nous ne vivons pas sur la terre parce que nous avons une oeuvre à faire. Certaines personnes pensent qu'elles sont encore ici parce qu'elles ont un travail à terminer. Vous n'êtes pas là parce que vous avez une oeuvre à faire mais parce que vous avez un Seigneur à connaître. Oui, vous avez un travail à faire mais c'est le résultat et le fruit du fait de connaître Dieu. Ne faites pas les choses à l'envers, parce que jusqu'à ce que Dieu soit la vie de votre vie, vous ne serez pas normal et vous n'aurez pas la joie qui découle d'une telle vie. Lorsque nous verrons en détails le livre de Philippiens, nous verrons que Paul explique combien il est important de connaître Jésus, de prendre plaisir en Jésus, de rayonner de Jésus, d'avoir Christ en tant que sa vie ainsi que la joie qui en découle.

Phlippiens 1:21 dit: « Pour moi vivre c'est Christ, et mourir est un gain. » Il ne dit pas ce que j'ai cru pendant des années: « Pour moi vivre c'est la mission, pour moi vivre c'est le service chrétien, pour moi vivre c'est la communion fraternelle ou pour moi vivre c'est l'étude de la Bible. » J'aime étudier la Bible, vous ne pouvez pas m'en empêcher, j'aime tout simplement étudier la Bible. Mais je suis en danger si ma vie c'est cela! Ce n'est pas l'étude de la Bible qui est ma vie, c'est Christ qui est ma vie. Pour Paul, vivre ce n'était rien d'autre que le Seigneur Jésus Lui-même. Lorsque nous apprenons cela, quand que le Saint-Esprit le dévoile à notre coeur, alors nous commençons à être normaux. Certains chrétiens vivent quarante, cinquante ou soixante ans avant que cela ne commence à toucher leur coeur. Quelle tragédie! J'ai entendu des témoignages de missionnaires qui revenaient du champ missionnaire, qui avaient passé la plus grande partie de leur vie sur le champ missionnaire, et qui confessaient qu'ils n'avaient jamais connu Christ comme leur vie. Ils Le connaissaient en tant que Sauveur, et ils Le présentaient aux païens en tant que Sauveur, et loué soit Dieu pour cela. Mais ils n'avaient pas la joie du Seigneur. Il y a cependant de nouveaux chrétiens qui découvrent la réalité de Philippiens, comment être normal, comment avoir la joie du Seigneur. C'est donc le thème que Paul a pris ici.



FAIRE GRAND CAS DE CHRIST OU EN FAIRE SON TOUT

Réalisez-vous que Satan ne se préoccupe pas trop que vous fassiez grand cas de Jésus, mais il est mécontent lorsque vous faites de Christ « votre Tout. » En réalité, il vous encourage même à faire grand cas de Christ. C'est lorsque Christ devient votre Tout, lorsque Christ devient votre vie, que les portes de l'enfer ne peuvent prévaloir. Les portes de l'enfer ne prévalent pas contre les chrétiens normaux. Paul écrit cette épître en tant que chrétien normal à des chrétiens normaux. Son secret est une vie remplie de Christ. En réalité ce n'est pas un secret mais un secret qui a été dévoilé, c'est simplement la vie de Christ.

Le verset que nous avons retenu pour le thème est Phlippiens 1:21, et la prière pour notre thème est la première partie du verset 3:10 qui dit: « Afin de connaître Christ. » On peut imaginer que Paul devait être un jeune chrétien pour dire cela, mais il était déjà sauvé depuis trente ans lorsqu'il l'a écrit. Il dit: « Après trente ans, savez-vous ce qu'est ma prière? Afin de connaître Christ. » Nous n'irons jamais au-delà de cette prière. Si nous voulons aller au-delà de cette prière, nous allons trop loin, nous devons faire demi-tour et revenir. Il n'y a rien d'autre dans la vie chrétienne, si ce n'est connaître Jésus. Car si nous connaissons Jésus, alors toutes les autres choses en découlent. Avant de reprendre une nouvelle leçon, laissez-moi encore vous redonner le plan que nous suivrons. Comme chaque chapitre est un chapitre au sujet de Christ en tant que source et au sujet de la joie qui découle de Christ notre source, et comme chaque chapitre apporte une caractéristique de la vie chrétienne, nous avons donné un titre à chaque chapitre qui nous montre la source et la caractéristique.

• Chapitre 1: Christ la source d'une joyeuse confiance
• Chapitre 2: Christ la source d'une joyeuse humilité
• Chapitre 3: Christ la source d'un joyeux objectif
• Chapitre 4: Christ la source d'une joyeuse force

Dans cette leçon nous verrons deux choses. Premièrement j'aimerais terminer d'introduire le livre, car il y a un autre point que j'aimerais souligner dans le cadre de l'introduction. Ensuite nous entamerons le chapitre un.

Voici donc la suite de l'introduction, pour nous permettre de tirer le maximum de ce livre de Philippiens, pour avoir cette vue d'ensemble. Lorsque nous pensons aux différentes églises, nous nous en rappelons habituellement à cause de leurs problèmes particuliers. Par exemple l'église de Corinthe avait beaucoup de problèmes. Elle avait la réputation d'être une église à problèmes. Lorsque vous pensez aux Galates, vous pensez au légalisme, car c'était leur problème. Lorsque vous songez aux Ephésiens et aux Colossiens, vous pensez au gnosticisme embryonnaire. Mais les Philippiens avaient la réputation de ne pas avoir de problème. C'était une église qui n'avait pas de problème. Les Thessaloniciens et les Philippiens semblent avoir eu ce point commun. Ces deux églises semblent être des églises sans problème. Je soulève ce point pour souligner le problème d'une église sans problème. L'église de Philippes était une église sans problème. Mais ils avaient aussi leurs problèmes, de la même façon que les chrétiens sans problème ont aussi leurs problèmes.

Je ne souhaite pas que vous ayez le sentiment que lorsque je deviens « normal », c'est-à-dire que Jésus devient ma vie, tous mes problèmes s'envoleront d'eux-mêmes. Cela ne marche pas ainsi. Philippiens en est une bonne illustration. Les églises sans problème ont de grands besoins. La réalité est que parfois, ceux qui n'ont pas de problème sont également ceux qui ont les plus grands besoins. Et cela pour deux raisons. La première c'est qu'en pensant ne pas avoir de problème, vous pouvez être amenés à être complaisants avec vous-mêmes, et ne plus être vigilants. La deuxième raison est que les chrétiens sans problème sont terriblement négligés, laissés de côté. En avançant dans le Seigneur, ne négligez pas les chrétiens ou les groupes de chrétiens sans problème. Car beaucoup de temps est consacré, dont une partie qui est gâchée, peut-être même la majorité, pour les chrétiens qui ont des problèmes. Il y a certaines personnes pour qui tout reste toujours confus, malgré tout ce qu'elles entendent, ce qu'elles lisent ou le temps que l'on passe avec elles. Il y a certains chrétiens qui vivent dans un état d'urgence permanent. Tout est une crise chez eux. Ils sont constamment sous les problèmes. Ils ont toujours besoin de quelqu'un pour les conseiller, pour les aimer, pour leur parler tendrement, pour pourvoir à leurs besoins et avoir la communion avec eux. Si vous les négligez pendant une semaine ou deux, alors ils disent que plus personne ne les aime.

Si vous ne faites pas attention, les chrétiens à problème dévoreront votre vie. Vous voyez, les chrétiens sans problème comprennent tout cela et vous diront: « Oh! Ne vous inquiétez pas de moi. Je vais bien. Allez visiter un tel ou un tel ou parler à un tel ou un tel. Ne vous préoccupez pas de répondre à mes besoins, allez plutôt vous occuper de quelqu'un qui en a vraiment besoin. » Par conséquent, ce qui arrive, c'est que les chrétiens sans problème, comprenant les besoins des autres, vous encouragent à aller plutôt vers quelqu'un d'autre, et l'on finit par les négliger. C'est une ruse très subtile de l'ennemi. Il aime que l'on passe notre précieux temps avec ceux qui de toute façon ne veulent pas de réponses, et qui ne se préoccupent pas des conseils que vous leur donnez. Ils recherchent seulement quelqu'un pour exposer tous leurs problèmes. C'est quelque chose de très subtil: gâcher un précieux temps avec eux et négliger la poignée de personnes qui sont réellement ouvertes au Seigneur, lesquelles pourraient profiter d'un temps de communion ensemble autour de Jésus.

Je ne dis pas qu'il faille négliger les problèmes, passez du temps sur les problèmes mais priez que les chrétiens puissent devenir normaux. Passez du temps avec ceux qui ont des problèmes mais ne négligez pas ceux qui, soit disant, n'en ont pas. L'Eglise de Philippes était une église sans problème, et pourtant dans ce livre, le Saint-Esprit, à travers Paul, nous rend attentifs à deux problèmes. Je mentionne cela parce que je pense qu'ils sont représentatifs des problèmes des chrétiens sans problème. Les deux problèmes qu'il mentionne sont: la désunion et le légalisme. Même si vous êtes devenus normaux, même si vous avez pu vous approprier la vie de Jésus-Christ, il y aura la tentation de la désunion et du légalisme. Laissez-moi vous dire un mot sur chacun de ces deux points puis nous commencerons le chapitre 1.

Le premier problème d'une église sans problème, est la désunion. Une des façons de saisir l'accent mis par le Saint-Esprit est de voir les mots et les phrases particulières qu'Il répète toujours à nouveau. Philippiens est connu sous le nom du « livre des tous. » Paul s'adresse aux Philippiens en tant que « tous » vingt-quatre fois en quatre chapitres. Il ne laisse personne de côté. Il parle à toute l'église. Paul était l'ami de tout le monde. Paul était l'enseignant de tout le monde. Paul était le pasteur de tout le monde. Paul avait un coeur pour tous les chrétiens. Il ne favorisait pas un petit groupe par rapport à un autre petit groupe. Ne serait-ce pas quelque chose de merveilleux si Dieu nous donnait à chacun un coeur pour tout le monde? Pas seulement pour une poignée, pas seulement pour quelques-uns, mais pour tous les chrétiens. De façon naturelle, nous aimons ceux qui nous aiment, et qui sont comme nous. Pourtant Paul avait cet amour surnaturel qui lui permettait d'aimer tous les chrétiens.

Regardez le verset 4:2, ici Paul devait gérer quelques petits problèmes: « J'exhorte Évodie et j'exhorte Syntyche à être d'un même sentiment dans le Seigneur. » Il est en face d'une chose délicate. Il y avait deux femmes (Evodie et Syntyche sont des prénoms féminins) dans cette église qui avaient du mal l'une avec l'autre. Je pense que Paul a été très sage dans sa façon de gérer ce petit problème. Premièrement je pense qu'il a été sage de n'en parler qu'à partir du quatrième chapitre. Si j'avais écrit ce livre, je l'aurais fait autrement. Soit j'aurais eu peur d'en parler, soit j'aurais pensé que c'était un problème trop délicat à gérer et j'aurais tout oublié, y compris les prénoms. Lui, nomme les gens par leur prénom alors que moi j'aurai eu peur de le faire. Ou alors si j'avais dû vraiment le faire, j'en aurais parlé dans le premier chapitre pour pouvoir ensuite passer à autre chose. J'aurais sûrement commencé ainsi: « Mes amies il faut vous réconcilier, le témoignage de Christ est en jeu. Je suis en prison et j'entends que vous deux, Évodie et Syntyche, avez des problèmes entre vous. Allons, mettez tout cela en ordre. » J'imagine que le fait qu'il ait mis les deux prénoms dans l'ordre alphabétique est aussi un signe de sagesse. Mais je ne sais pas si c'est le même ordre dans le grec ou pas! Vous savez que certaines personnes se sentent offensées si vous ne les citez pas en premier.



PAUL GERE LES PROBLEMES D'UNE FACON CHRISTOCENTRIQUE

Lorsque nous arriverons à Philippiens 2, nous étudierons un des plus grands passages christologiques de tout le Nouveau Testament. Un des plus grands passages sur l'humilité. Il s'agit de l'humilité et de l'exaltation du Seigneur Jésus-Christ. N'est-il pas merveilleux que ce passage sur l'humilité trouve son origine dans le fait que deux femmes aient eu des problèmes pour vivre ensemble dans l'église! Pourquoi est-ce si incroyable? Parce que lorsque Paul s'occupe de problèmes, il le fait ici et il le fait aussi dans Corinthiens, il ne s'occupe pas des problèmes en étant centré sur les problèmes. Il utilise les problèmes comme une opportunité, pour les « submerger » par la gloire de Christ. Et cela même lorsqu'il s'occupe de l'immoralité dans l'épître aux Corinthiens ou des hommes ayant des relations avec des prostituées. Savez-vous comment il s'occupe de cette situation? En 1 Corinthiens 6:16-17 il dit: « Ne savez-vous pas que celui qui s'attache à la prostituée est un seul corps avec elle? Car, est-il dit, les deux deviendront une seule chair. Mais celui qui s'attache au Seigneur est avec lui un seul esprit. » Il prend l'exemple de la prostitution pour montrer ce qu'est l'union avec Christ! Il fait cela constamment. Il ne s'occupe pas des problèmes comme moi je le ferais, il vous montre Christ encore et encore. Et il fait de même avec ces deux femmes.

Si vous regardez le contexte du chapitre 4, où il commence à s'occuper de ces deux femmes, vous verrez qu'il l'entoure de « Réjouissez-vous! Réjouissez-vous dans le Seigneur! » Il ne perd jamais son thème de vue. Son coeur est plein de Christ, et c'est pour cela qu'il est plein de joie. Réalisez-vous que partout où il y a la joie dans le Seigneur, il y a aussi l'harmonie dans le Seigneur. Paul connaissait le problème de ces deux chrétiennes qui n'arrivaient pas à vivre ensemble. Cela, c'était un symptôme, ce n'était pas leur problème. Leur problème était spirituel, elles avaient besoin d'avoir la joie du Seigneur. Elles avaient besoin d'être remplies de Christ. Réalisez-vous que chaque fois que vous voyez la désunion dans un groupe, il y a également un manque de joie dans ce groupe, et donc également un manque de Christ? Si je me réjouis en Jésus, et que vous vous réjouissez en Jésus, personne ne peut nous séparer. Nous sommes un, nous avons l'unité, nous avons l'harmonie, il n'y a pas de désunion. Chaque fois qu'il y a une joie complète en Jésus, il y a également une complète harmonie. Il n'y a jamais de désunion entre des chrétiens joyeux dans le Seigneur.

Pourquoi est-ce si sérieux lorsque les chrétiens commencent à se mordre les uns les autres, se faire du mal les uns aux autres et dirent de méchantes choses les uns sur les autres? Pourquoi est-ce si sérieux lorsque les chrétiens se blessent par des insinuations et des allusions? C'est sérieux car cela montre que vous n'êtes pas heureux en Jésus. L'unité avec les chrétiens est un gage de la joie que vous avez dans le Seigneur. Et votre joie dans le Seigneur est le parfait indicateur pour montrer si Christ est la vie de votre vie. Vous voyez, lorsqu'il y a désunion c'est une façon pour Dieu de dire: « Courez à nouveau vers Jésus, vous avez à nouveau besoin de regarder à Christ. » Voilà donc un des problèmes d'une église sans problème.

Connaissez-vous ce proverbe: « La misère aime la compagnie. » Il en est de même de la joie. La joie aime aussi la compagnie, et la joie est contagieuse. Si je suis heureux en Jésus, j'aimerai être dans la compagnie de ceux qui sont heureux en Jésus, et j'aimerai voir ceux qui ne sont pas heureux en Jésus devenir heureux en Jésus afin de nous réjouir ensemble dans le Seigneur. Paul en est une si merveilleuse illustration, car lui était enchaîné depuis deux ans à un garde romain vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Et par quoi ce vieux combattant de la Croix est-il concerné? Par deux femmes qui ont du mal à vivre côte à côte dans l'église de Philippes. N'est-ce pas une chose incroyable? Si j'avais été Paul, j'aurais écrit une biographie que j'aurais intitulée: « Les douleurs et les peines d'Ed Miller. » Ou « Ed Miller, un Job moderne », avec en sous-titre « Pauvre de Moi » ou quelque chose de ce genre. Mais ce n'était pas le cas avec l'apôtre Paul. Il est dans ses propres problèmes et tout ce qu'il dit c'est: « Oh! Cela me fait mal au coeur, Évodie et Syntyche ont du mal à vivre ensemble. Soyez unis en Christ. » Il ne pense pas à lui-même, et à ses propres problèmes, parce qu'il est si rempli de Christ qu'il a la joie du Seigneur.



METTRE SA CONFIANCE DANS LE SEIGNEUR OU DANS LA CHAIR

Le second point d'une église sans problème c'est le légalisme. Regardez les versets 3:1-3 qui disent: « Au reste, mes frères, réjouissez-vous dans le Seigneur. Je ne me lasse point de vous écrire les mêmes choses, et pour vous cela est salutaire. Prenez garde aux chiens, prenez garde aux mauvais ouvriers, prenez garde aux faux circoncis. Car les circoncis, c'est nous, qui rendons à Dieu notre culte par l'Esprit de Dieu, qui nous glorifions en Jésus-Christ, et qui ne mettons point notre confiance en la chair. » Je pense que le verset 3:3 est un des plus grands versets contre le légalisme dans tout le Nouveau Testament. La plupart des personnes qui encourageaient à la circoncision le faisaient parce qu'elles mettaient leur confiance dans la chair. D'après ce passage, qu'est-ce que la vraie circoncision, la circoncision spirituelle? C'est résumé par ces mots: « Ne pas mettre sa confiance dans la chair. » Oh, quelle phrase puissante, « Ne pas mettre sa confiance dans la chair! » C'est le coeur de la vie spirituelle. Lorsque vous partagez Christ avec quelqu'un, ne soyez pas trop préoccupés de savoir à quel point il est sérieux ou sincère. Ou alors à quel point il est émotionnel, s'il a des larmes par exemple. Ou à quel point il devient théologique en employant les bons mots. J'avais l'habitude de donner beaucoup d'importance à cela. Je voulais être sûr qu'ils étaient sincères, qu'ils utilisaient les bons mots et ce genre de choses. Mais je peux vous dire que si votre coeur est juste, alors peu importe ce que vous dites, Christ vous sauvera. Car Christ regarde au coeur, Il voit le coeur. Voilà ce que vous devriez regarder. Est-ce qu'ils mettent leur confiance dans la chair? C'est là toute l'essence du légalisme, mettre sa confiance dans la chair. La question est: « Est-ce qu'ils mettent leur confiance en Jésus, et rien d'autre? » Si tel est le cas, vous savez qu'ils sont prêts à être sauvés. Vous savez, les gens peuvent être très sérieux et entièrement se tromper. Il y en a beaucoup qui sont dans ce cas.

Regardez le verset 3:2. Je peux vous dire que si je vois le panneau « prenez garde aux chiens » sur la porte de quelqu'un, je fais un grand détour pour éviter cette propriété. Parfois vous lisez dans les journaux ou vous voyez à la télévision un petit enfant qui s'est fait mordre par un chien, et cela vous glace le sang. Eh bien, au verset 3:2 Paul dit: « Prenez garde aux chiens. » Ce sont les « chiens » légalistes qu'il avait à l'esprit. Vous voyez les juifs avaient l'habitude d'appeler les païens des chiens. Ici Paul appelle les leaders religieux des « chiens. » Il retourne cette désignation contre eux. Dans ma vie, je n'ai tiré qu'une fois avec un vrai pistolet. C'était à l'époque où je distribuais le journal et ce fut sur un chien enragé. Mais je n'ai pas bien visé, parce qu'avant de tirer, j'ai détourné mon regard et je ne lui ai seulement cassé une patte. Au final un homme est venu et a terminé le travail. Voici ce que Paul veut dire. Le danger d'être mordu par des « chiens » légalistes, est tout aussi grand que d'être mordu par des chiens enragés. Voilà à quel point c'est dangereux. Habituellement, lorsque nous pensons au légalisme, nous ne pensons pas que cela soit si sérieux. Nous disons simplement: « Oh! C'est dommage qu'ils ne placent pas complètement leur confiance en Christ. Ils sont engagés dans des oeuvres, ils font ceci et cela. Je peux vous dire que le légalisme, c'est comme être mordu par un chien. C'est du poison, vous risquez d'être déchiré en morceaux, d'attraper la rage, d'être malade! Vous pouvez mourir du légalisme. Prenez garde aux chiens. La confiance en soi, la confiance dans la chair n'est pas une petite chose dans la vie chrétienne, ce n'est pas juste une petite habitude sans grande conséquence. On ne peut pas simplement dire: « Oh! Je vais bien, si ce n'est que je mets ma confiance dans la chair. » Pas du tout. La confiance en soi est une erreur fondamentale. Vous ne pouvez pas vous tromper dans ce domaine et être juste dans les autres domaines, parce que c'est une erreur fondamentale.

Qui sont les chiens dont Paul parle? Tous ceux qui mettent la pression sur vous pour que vous mettiez votre confiance dans la chair. Voilà qui sont les chiens. Ne pensez pas que les chiens sont loin là-bas. Peut-être que vous avez déjà été un chien. Chaque fois que vous avez encouragé quelqu'un à mettre sa confiance dans la chair, vous avez été un chien. Et Paul dit: « Prenez garde. » Par conséquent, ne faites pas seulement attention aux autres, faites aussi attention à votre propre coeur. C'est incroyable à quel point nous pouvons devenir légalistes. Peu importe à quel point je connais Jésus, je remarque toujours que mon coeur veut retourner à une alliance basée sur les oeuvres. Je peux trouver un verset et me dire: « A partir de maintenant, il n'y aura plus que Jésus, je ne veux plus mettre ma confiance dans la chair. » Et juste après, j'essaie à nouveau de faire confiance à mon propre coeur. Je connais la bonne théologie, et je sais dire les bonnes phrases, je sais comment prier, mais pourtant combien je néglige le trône de la grâce. Parfois je me demande de quoi est fait ce coeur. Je sais que la Bible est un livre spirituel, et je connais le principe indispensable pour l'étudier, il faut mettre sa confiance dans le Saint-Esprit. Mais toujours à nouveau je me surprends à étudier ce livre en mettant ma confiance dans la chair.

Le légalisme est le problème des gens qui n'ont pas de problème. C'est incroyable combien nos coeurs sont prompts au légalisme et à la désunion. Je sais que toutes choses sont sous le contrôle de Dieu, je sais que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu. Mais je ne serais pas honnête si je vous disais que je n'ai jamais peur, que je ne suis jamais anxieux. Ce n'est pas vrai. Cela arrive toujours à nouveau. C'est pour cela que Paul écrit à ces personnes « sans problème. » Je sais que toutes choses le sont par la pure grâce de Dieu, toutes choses, pourtant je me retrouve si souvent à dépendre de mes propres idées et solutions. C'est pourquoi, Paul écrit pour avertir les Philippiens. Oui vous avez un coeur rempli de Christ, mais faites attention, car plus vous apprendrez à connaître Jésus, plus vous aurez tendance à devenir critique, et à juger les autres en les regardant de haut, et dire: « Oh! Ils n'ont pas ce que j'ai. » Et l'ancienne fierté commencera à remonter. Lorsque votre coeur se remplit de Christ, vous devenez présomptueux. Voilà de quoi sont faits nos coeurs. Voilà pour ce qui est de l'introduction à ce livre.

Considérons maintenant les versets 1:1-18: « Paul et Timothée, esclaves de Jésus-Christ, à tous les saints en Jésus-Christ qui sont à Philippes, aux évêques et aux diacres: que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus-Christ! Je rends grâces à mon Dieu, toutes les fois que je me souviens de vous; priant toujours pour vous tous avec joie, dans toutes mes prières, à cause de votre commun attachement à l'Évangile, depuis le premier jour jusqu'à maintenant. Je suis persuadé que celui qui a commencé en vous cette bonne oeuvre la rendra parfaite pour le jour de Jésus-Christ. Il est juste que je pense ainsi de vous tous, parce que je vous porte dans mon coeur, soit dans mes liens, soit dans la défense et la confirmation de l'Évangile, vous qui tous participez à la même grâce que moi. Car Dieu m'est témoin que je vous chéris tous avec la tendresse de Jésus-Christ. Et ce que je demande dans mes prières, c'est que votre amour augmente de plus en plus en connaissance et en pleine intelligence pour le discernement des choses les meilleures, afin que vous soyez sincères et irréprochables pour le jour de Christ, remplis du fruit de justice qui est par Jésus-Christ, à la gloire et à la louange de Dieu. Je veux que vous sachiez, frères, que ce qui m'est arrivé a plutôt contribué aux progrès de l'Évangile. En effet, dans tout le prétoire et partout ailleurs, nul n'ignore que c'est pour Christ que je suis dans les liens, et la plupart des frères dans le Seigneur, encouragés par mes liens, ont plus d'assurance pour annoncer sans crainte la parole. Quelques-uns, il est vrai, prêchent Christ par envie et par esprit de dispute; mais d'autres le prêchent avec des dispositions bienveillantes. Ceux-ci agissent par amour, sachant que je suis établi pour la défense de l'Évangile, tandis que ceux-là, animés d'un esprit de dispute, annoncent Christ par des motifs qui ne sont pas purs et avec la pensée de me susciter quelque tribulation dans mes liens. Qu'importe? De toute manière, que ce soit pour l'apparence, que ce soit sincèrement, Christ n'est pas moins annoncé: je m'en réjouis, et je m'en réjouirai encore. »

Je vais vous donner un plan pour ce chapitre mais avant, j'aimerais souligner une pensée que l'on y retrouve plusieurs fois. C'est l'exact opposé de ce dont nous avons parlé, c'est l'opposé de la confiance dans la chair. Je fais référence à l'expression que l'on trouve dans le verset 1:6 et qui dit: « J'ai confiance que celui qui a commencé en vous cette bonne oeuvre la rendra parfaite pour le jour de Jésus-Christ. » Ce chapitre va de pair avec la confiance et c'est pour cela que nous l'avons appelé « Christ, la source d'une joyeuse confiance. » La confiance c'est une assurance, c'est être persuadé. Vous pouvez rendre un grand service à votre vie chrétienne en ayant une vie toujours remplie d'une joyeuse confiance. Peu importe la situation, peu importe les circonstances, peu importe ce qui arrive dans votre vie, si vous êtes confiants. Si vous êtes toujours sur un roc, si vous êtes toujours stables et que vous ne bougez pas, vous êtes un témoignage parce que ce monde est l'opposé de cela. Le monde n'a de confiance que dans la chair. Et par conséquent comme les gens ne sont pas sur un terrain ferme, tout autour d'eux bouge. Et lorsqu'ils voient quelqu'un tenir ferme tout spécialement dans la tempête, cela attire leur coeur. Et ainsi ils disent: « Je veux ce qu'il a, je ne sais pas ce que c'est mais je le veux. »



DIEU NE FAIT PAS LES CHOSES A MOITIE, IL TERMINE CE QU'IL COMMENCE

La confiance est donc simplement la capacité à trouver sa satisfaction dans quelqu'un de sûr. A travers tout ce chapitre, Paul exprime sa joyeuse confiance, parce qu'il n'a pas une confiance dans la chair, mais une confiance dans le Seigneur Lui-même. Regardez s'il vous plaît à nouveau le verset 1:6 qui dit: « J'ai confiance que celui qui a commencé en vous cette bonne oeuvre la rendra parfaite pour le jour de Jésus-Christ. » L'expression « rendre parfait » peut aussi se traduire par amener à sa fin, à sa complétude. Dieu ne fait jamais les choses à moitié. Dieu termine toujours ce qu'Il a commencé. Vous savez que dans Hébreux 12:2, Jésus est appelé l'auteur de notre foi. Mais le même verset qui l'appelle l'auteur de notre foi, l'appelle aussi le finisseur de la foi. Il est l'auteur et le finisseur de notre foi(1), Il commence et Il finit.

Si j'avais écrit le verset 1:6, je l'aurais écrit de cette façon. « Celui qui a commencé en vous cette bonne oeuvre la rendra parfaite jusqu'à ce que vous mourriez. » Mais ce verset ne dit pas jusqu'à ce que vous mouriez. Il dit jusqu'au jour de Jésus-Christ. Cela va bien au-delà de votre mort, parce que l'oeuvre complète inclut votre corps ressuscité, et va au-delà de votre mort. Cela inclut aussi votre corps glorifié dans le ciel. Je n'ai pas de problème avec une doctrine que beaucoup combattent, il s'agit de la persévérance des saints. C'est-à-dire que chaque chrétien persévérera jusqu'à la fin et qu'ils seront finalement tous sauvés. Certains l'appellent la sécurité éternelle. Mais je ne l'appelle pas la persévérance des saints comme certains le font, parce que ce titre risque de vous inciter à mettre votre confiance dans la chair. Cela risque de vous pousser à faire quelque chose comme persévérer. Vous voyez dans le verset 1:6, on voit plus la persévérance du Seigneur que la persévérance des saints. Ce n'est pas: j'irai jusqu'au bout, c'est: Il me gardera jusqu'au bout. Cela n'est pas du tout la même chose. Ce n'est pas que je me tiens, c'est que je suis maintenu. C'est Lui qui persévère, pas moi. C'est la raison pour laquelle Paul avait cette joyeuse confiance. Il savait que Dieu n'allait pas abandonner, mais que Celui qui avait commencé une bonne oeuvre allait également la terminer. Un de mes chants favoris est « Amazing Grace » de John Newton. Et ma strophe favorite dans mon chant favori est la strophe 3:

Par bien des dangers, des peines et des pièges, Je suis déjà passé.
C'était la Grâce qui m'a conduit sain et sauf jusqu'ici
Et c'est la Grâce qui me conduira à la maison.

Comment est-ce que je sais que je vais y arriver? Parce que Celui qui a commencé en vous une bonne oeuvre la terminera aussi. Qu'est-ce que la vie chrétienne normale? C'est une vie qui a commencé par Jésus-Christ, c'est une vie qui continue par Jésus-Christ et c'est une vie qui est achevée par Jésus-Christ, c'est cela Phlippiens 1:6. La confiance dans le Seigneur est l'exact opposé de la fierté dans la chair. La fierté est 100% à l'opposé de la confiance. Dans la mesure où il y a de la fierté spirituelle dans votre vie, dans cette mesure vous manquez de confiance. Un chrétien est quelqu'un qui laisse Jésus terminer le travail. Regardez en arrière dans votre vie, et répondez à cette question. Y a-t-il une évidence que Dieu a un jour commencé quelque chose en vous? Parce que si vous pouvez dire oui à cela, alors vous pouvez aussi avoir confiance qu'Il achèvera ce qu'Il a commencé. Si vous L'avez un jour vu faire quelque chose alors Il l'achèvera aussi. Il n'est pas comme Schubert, Il ne laisse pas de symphonie inachevée. Il ne fait jamais cela, Il termine toujours ce qu'Il a commencé.

Laissez-moi vous donner un plan pour ce chapitre 1, où l'on voit la confiance comme un fil rouge.

• Versets 1:1-11: Une joyeuse confiance dans la prière
• Versets 1:12-18: Une joyeuse confiance au sujet des progrès de l'Evangile
• Versets 1:19-26: Une joyeuse confiance au sujet de la mort
• Versets 1:27-30: Une joyeuse confiance dans la souffrance

Dans cette leçon nous verrons la moitié de ce chapitre. Considérez s'il vous plait les versets 1:1-11. Paul avait une joyeuse confiance au sujet de la prière. La dernière fois, j'ai partagé plusieurs principes au sujet de la prière, puisque c'est la première mention de la joie dans le livre de Philippiens, de la joie dans la prière. Nous avons parlé du fardeau du diable et du fardeau de Dieu et comment connaître la différence.



PRIER PAR LA CHAIR OU DANS L'ESPRIT

Dans ce passage, Paul avait une confiance joyeuse dans la prière. Veuillez premièrement noter le verset 1:3. Laissez-moi vous le dire d'une façon très pratique. Paul était joyeux dans la prière, parce qu'il n'était pas lié à une liste de sujets de prière. Paul n'avait pas de liste de prière. Au verset 1:3 il dit: « Je rends grâces à mon Dieu, toutes les fois que je me souviens de vous. » Voilà la liste de prière de Paul. Il faisait confiance à Dieu pour lui faire venir les choses à l'esprit. Il priait au moment où il se souvenait. Pendant des années, j'ai eu un livre de prière. Je pense que j'ai rendu mon épouse folle avec cela. Parce que c'était une liste de prière qui s'est transformée en livre de prière. C'est devenu si long que je ne pouvais plus le parcourir en une journée. Par conséquent j'ai commencé à prier certaines choses le lundi, d'autres le mardi et ainsi de suite. Finalement mon livre s'est transformé en deux livres. J'ai recensé toutes les personnes que je connaissais, tous les gens de ma famille. Chaque fois que quelqu'un me demandait de prier pour lui, je le notais car je me sentais obligé. Je ne connaissais pas la plupart des gens pour qui je priais. Ce n'était rien d'autre qu'une « liste de courses. » Ce n'était plus que réciter une liste à Dieu. Des milliers de chrétiens sont liés à une liste de prière, ils notent ceci et cela pour ensuite penser à y prier. Mais ce n'est pas prier dans l'Esprit. Dieu ne nous appelle pas à prier ainsi. Ils font cela dans la chair. Mais Paul était libre, il jouissait d'une joyeuse confiance parce qu'il n'avait pas besoin de garder une liste dans sa poche. Il dit: « Je prie pour vous, toutes les fois que je me souviens de vous, chaque fois que Dieu me fait penser à vous. » Oui, il avait une joyeuse confiance dans la prière.

Il avait aussi de la joie dans la prière parce que d'après ce passage, il priait pour des chrétiens normaux, pas pour les chrétiens anormaux. Il priait pour ceux dont la vie était remplie de Christ. Je vous rends attentifs à cela, parce que beaucoup de nos réunions de prières modernes sont à des années-lumière de ce qu'est la vraie prière. Quatre-vingt-dix pour cent des prières que nous faisons, sont des prières premièrement pour les personnes non sauvées, deuxièmement pour les faux enseignants, troisièmement pour les rétrogrades, et ensuite on termine avec les besoins matériels. Voilà nos sujets de prières. Si vous lisez Philippiens 1:3-11, Ephésiens 1:15-23, et 3:14-21 ou Colossiens 1:9-12, où se trouvent toutes les prières de Paul, on les appelle d'ailleurs les « prières en prison » de Paul, vous remarquerez que pas une seule fois, Paul ne prie pour quelqu'un d'autre que des chrétiens normaux. Et Paul est le modèle du chrétien de la nouvelle alliance. Ses prières concernent le fondement, elles ne font pas que frôler la surface. C'est pour cela qu'il peut se réjouir. Dans ses prières, vous ne trouverez pas de demande pour des biens matériels, ou des faux enseignants. Vous voyez, Paul priait pour les victorieux.



COMMENT PRIER EFFICACEMENT POUR LES NON CHRETIENS ET LES CHRETIENS ANORMAUX

C'est réellement un lien de prier pour les personnes mauvaises, les rebelles et les rétrogrades. Parfois cela vous met un lourd fardeau, tout spécialement si vous connaissez un parent ou ami, une de ces personnes qui sont si froides envers Dieu. Vous priez de cette manière: « Seigneur, tu dois faire quelque chose, tu dois agir en lui, tu dois changer son coeur. » Dieu ne peut pas le faire. Vous demandez à Dieu de faire ce qu'Il a dit qu'Il ne ferait pas. Il ne forcera jamais la volonté de quelqu'un. Pourtant en faisant ainsi, vous demandez à Dieu d'intervenir et de forcer la volonté de quelqu'un. Le seul exemple de quelqu'un qui ait prié pour ceux qui étaient encore perdus nous vient de notre Seigneur Jésus. En Jean 17:20 Il prie: « Ce n'est pas pour eux seulement que je prie, mais encore pour ceux qui croiront en moi par leur parole. » Il a prié pour ceux qui allaient croire dans le futur avant qu'ils n'existent, quelle merveilleuse vérité! Mais nous n'avons pas la connaissance du Seigneur Jésus concernant ceux qui sont élus. Ceci dit, il n'est jamais inutile de partager avec le Seigneur ce que nous avons sur le coeur, tous nos soucis et tous nos fardeaux. Vous voyez, Paul priait pour les victorieux, je pense que si l'on priait pour les chrétiens victorieux, nous n'aurions pas à prier autant pour les rétrogrades, parce qu'ils ne deviendraient pas rétrogrades. Ne me comprenez pas mal. Je ne dis pas que Paul n'ait jamais prié pour les chrétiens anormaux et les non chrétiens. Mais je vais vous dire comment il priait pour eux. Il priait pour les chrétiens anormaux et les non-chrétiens en priant pour les chrétiens normaux.

Laissez-moi illustrer cela. Si vous veniez à moi, et que vous me demandiez de prier pour vos enfants, frères, soeurs, époux, épouse ou parents qui ne sont pas sauvés, je sourirais et je dirais: « Oui, je vais le faire. Je vous promets que je le ferai. Je prierai pour cela aussi souvent que le Seigneur me le mettra à coeur. » Voici comment je prierais si c'était mon ami Ken qui me demandait de prier pour son patron. Je dirais: « Seigneur, sois avec Ken. Qu'il puisse être rempli de Christ devant son patron, et profiter de tout ce qu'il a en Toi. Qu'il puisse se réjouir de tout ce que Tu es, et que sa joie déborde. » Vous voyez, je ne prie pas pour le monde, et ce n'est pas un lien pour moi, il y a de la joie là-dedans. J'aime prier pour les chrétiens victorieux. Et je prierais que sa vie devienne si attirante qu'il puisse créer une soif dans la vie de tous ceux avec lesquels il entre en contact. C'est ainsi que Paul priait. Il priait pour les chrétiens victorieux. Il priait que Dieu puisse les amener dans la vie et dans l'environnement de ceux qui ne croient pas. Il priait pour les rétrogrades, mais pas en priant pour les rétrogrades. Ils priaient pour ceux qui ne sont pas sauvés, pour les rétrogrades, pour les rebelles en priant pour ceux qui connaissaient Jésus, qu'ils puissent être si brûlants, et vivants avec Christ, si remplis de l'Esprit, vivant honnêtement, avec enthousiasme, zèle et sainteté pour qu'ils deviennent une lumière et un témoignage pour tous ceux qui sont autour d'eux.

Ainsi Paul avait une joyeuse confiance lorsqu'il priait. Il était simplement rempli de la joie, il n'était pas lié à une liste de prière. Il ne demandait pas à Dieu de faire une chose dont Il avait dit qu'Il ne le ferait jamais, par exemple demander à Dieu de violer la volonté de quelqu'un. Vous ne verrez pas Paul aller chez un non croyant en disant: « Je vais prier Dieu qu'Il te rende misérable jusqu'à ce que tu sois sauvé. Je vais prier que tu aies du mal à dormir jusqu'à ce que tu ailles au lit. » Vous n'avez pas besoin de prier ainsi, ils sont déjà misérables s'ils ne connaissent pas Jésus. Dieu ne le fera pas, et il n'y a pas de joie en cela. Paul priait constamment pour les victorieux. Et en ce qui concerne les autres, il disait: « Séparez-vous d'eux afin qu'ils puissent voir leurs besoins par la manière dont vous vivez en Jésus-Christ. »



AIMER AVEC DISCERNEMENT

Paul avait aussi une joyeuse confiance en raison de ses sujets de prière. J'ai toute une série de cassettes sur ce sujet mais dans Philippiens, il avait deux passions et vous le verrez à travers sa prière. Il a prié que les personnes puissent grandir dans l'amour et dans la sainteté. Ce sont deux sujets pour lesquels il priait toujours à nouveau. Veuillez noter le verset 1:9: « Et ce que je demande dans mes prières, c'est que votre amour augmente de plus en plus... » et regardez ce qu'il ajoute « en connaissance et en pleine intelligence. » Vous voyez, Paul ne priait pas superficiellement. Ses prières étaient profondes. Il priait que les gens puissent aimer avec discernement. Vous ne pouvez pas haïr le péché et aimer Dieu avant de connaitre Dieu et le péché. Il vous faut connaître quelque chose avant de pouvoir l'aimer. Par conséquent il prie que leur amour puisse avoir une pleine connaissance. Le vrai amour fait toujours preuve de discernement. En fait, un manque de discernement signifie un manque d'amour. Je peux utiliser plein de belles paroles, et dire combien je vous aime et combien j'aime Jésus mais si je n'ai pas de discernement alors je n'ai pas d'amour. Vous voyez, si Paul priait pour le discernement, c'est que parfois, l'amour lié au discernement ne donne pas ce que l'on lui demande. Le véritable amour ne secourt par toujours celui qui est dans le besoin, il arrive même parfois qu'il refuse.

Certaines personnes ont cette idée que parce que nous sommes chrétiens, nous sommes supposés attendre à la porte et donner de l'argent à tous ceux qui ont des besoins. Ils pensent que si vous êtes nés de nouveau, alors vous devez les aider à payer leur facture, à les nourrir et faire ce genre de choses. Mais Paul priait que les Philippiens puissent avoir un amour croissant avec du discernement. Nous ne sommes pas comme les anges qui sont au-dessus du péché, ni comme les animaux qui sont en-dessous du péché et qui font les choses de manière intuitive. Nous ne sommes que des hommes et nous avons besoin que l'amour de Dieu soit répandu dans notre coeur. Mon épouse Lillian peut témoigner que nous avons perdu des centaines de dollars, à cause de mon « amour sans discernement. » Nous avons également perdu beaucoup de livres, de meubles, et de vêtements, et du temps précieux à cause d'un « amour sans discernement. » Paul priait que les chrétiens puissent être sages dans leur amour, et ne pas simplement donner à tous ceux qui passaient chez eux. Vous savez dans le sermon sur la montagne Jésus dit en Matthieu 5:48: « Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait. » Est-ce qu'il arrive que votre Père céleste vous refuse quelque chose à cause de Son amour? Vous voyez, c'est cela le modèle. Par conséquent, il nous arrivera également de refuser quelque chose aux gens à cause d'un amour qui discerne. Certaines personnes sont simplement paresseuses, et présomptueuses, aussi nous ne pouvons pas encourager ce genre de choses.

Paul a également prié aux versets 1:10-11, qu'ils puissent être saints et remplis du fruit de justice. Au verset 1:10, vous avez le merveilleux mot « sincère »; il dit: « Afin que vous soyez sincères. » Ce mot vient de deux mots latins, « sine » qui veut dire « sans », c'est la négation, et « cera » qui veut dire « cire. » Sincère veut donc dire « sans cire. » A l'époque on recherchait du marbre blanc sur le mont Athos en Grèce. Il y avait là-bas une carrière d'où l'on extrayait un beau marbre. Parfois le marbre s'ébréchait ou se cassait, mais il y avait un truc pour cacher cela. Ils recouvraient la surface avec de la cire blanche. C'était si bien fait que même l'oeil le plus averti ne pouvait pas dire s'il y avait de la cire dedans. Plus tard les potiers ont repris l'idée pour leur compte, et lorsqu'ils ébréchaient une poterie, ils y mettaient de la cire. Et vous ne pouviez pas voir la différence entre le vrai et le faux. Mais lorsque cela fut connu et que les gens ont su qu'il y avait de la cire dans le marbre et la poterie, ils demandèrent aux marchands de leur fournir un contrat lors de l'achat. Sur le contrat ils écrivaient « sine cera », sans cire. Et vous saviez ainsi que vous aviez une pièce sans défaut. Mais Philippiens ne fut pas écrit en latin, il fut écrit en grec, et le mot grec signifie « jugé à la lumière du soleil. » Mais c'est la même idée. Cela veut dire être vrai à tout point de vue. Paul priait pour ces Philippiens qu'ils puissent être sans cire, qu'ils puissent être vrais.

A une époque, je conduisais un bus d'école. Nous devions nettoyer le pare-brise chaque jour. Mais je n'aimais pas du tout cela. Il m'arrivait donc parfois de ne pas le faire. Lorsque je rentrais dans le bus, il me semblait que mon pare-brise était bien propre, mais dès que le soleil se mettait à briller, je voyais alors toute la saleté, et j'étais parfois obligé de m'arrêter sur le bord de la route. Je ne pensais pas qu'il soit sale avant que le soleil ne brille dessus. C'est exactement avec ces mots que Paul prie. Il prie avec joie, que les Philippiens puissent être « sine cira », c'est-à-dire sans cire, réels, vrais à tout point de vue. Parfois vous entendez les gens dirent: « Un tel est sincère. Il n'est pas sauvé mais il est sincère. » Laissez-moi vous poser cette question. Est-il possible pour un homme ou une femme qui n'est pas né de nouveau d'être réellement sincère? Pas dans le sens où la Bible utilise ce mot, il ne peut pas être « sans cire », il ne peut pas être « jugé à la lumière du soleil. » Une personne ne peut pas être sincère à moins qu'elle ne connaisse Jésus, à moins qu'elle ne soit sauvée. Est-ce que Saul de Tarse était sincère avant de devenir l'apôtre Paul? Non, il ne l'était pas. Il ne pouvait pas l'être, il n'était pas « sans cire », il ne pouvait pas être jugé à la lumière. Personnellement je pense qu'un des mots les plus déformés et dévoyés par le langage courant est ce mot sincère. Nous l'utilisons à tort et à travers pour tout un chacun. Voici donc notre premier point, Paul avait une joyeuse confiance dans la prière. Il n'avait pas de liste de prières, il priait pour les chrétiens vainqueurs chaque fois qu'il pensait à eux. Il priait constamment qu'ils puissent grandir dans un amour plein de discernement et qu'ils soient vrais à tout point de vue.



RIEN NE PEUT STOPPER LES PROGRES DE L'EVANGILE

Dans les versets 1:12-18, Paul avait une joyeuse confiance au sujet des progrès de l'Evangile. Il était confiant qu'aucune circonstance adverse ne pourrait jamais se mettre en travers de l'annonce de l'Evangile. C'est merveilleux de lire cela, parce que la plupart des chrétiens ne sont pas optimistes concernant les progrès de l'évangile. J'ai du mal avec ce que j'entends parfois, comme: « Les portes sont fermées. » Paul n'aurait jamais parlé d'une porte fermée pour la mission. Cela n'existe pas. Dieu utilise des portes battantes, si vous les poussez, vous remarquez qu'elles sont déjà ouvertes. Paul avait une vision victorieuse au sujet de l'Evangile. Il n'était pas une victime de ses circonstances.

De nos jours, on dit beaucoup qu'il faut essayer de dissuader les gens de commettre des crimes. L'idée est que si nous jugeons les coupables, alors eux et les autres feront attention et il n'y aura pas autant de crimes. Par exemple si vous avez la peine capitale et que vous mettez quelques meurtriers à mort, alors tous ceux qui ont l'intention de commettre un homicide vont probablement y réfléchir à deux fois. Les jugements et peines sévères permettent-ils de dissuader les gens de commettre des crimes? Selon Ecclésiaste 8:11, cela fonctionne. Mais regardez ce qui est arrivé à Rome. Néron a eu cette idée: « Je vais dissuader ces chrétiens. Je vais les arrêter. Je vais leur montrer, je vais fermer leur bouche une fois pour toutes. L'annonce de l'Evangile à Rome doit s'arrêter. Je vais prendre leur leader, Paul, et j'en ferai un exemple, je vais le faire taire. Tout le monde verra ce que j'ai fait à leur leader et ils se tairont également. » Est-ce que cela a marché? Pas du tout, c'est l'inverse qui s'est produit! Regardez le verset 1:13: « En effet, dans tout le prétoire et partout ailleurs, nul n'ignore que c'est pour Christ que je suis dans les liens. » Regardez le verset 4:22, il est sur le point de signer la lettre et il dit: « Tous les saints vous saluent, et principalement ceux de la maison de César. » La maison de César? Mais comment ont-ils été sauvés? » Je vais vous le dire. Paul amenait tout le monde à Christ, c'est ainsi qu'ils ont été sauvés.

Je puis vous dire que si j'avais été un soldat romain inconverti, la pire tâche qui aurait pu m'être confiée eut été d'être attaché à l'apôtre Paul durant quatre heures! Imaginez cela. J'aurais été si heureux lorsque mon tour de garde se serait terminé. Imaginez un garde enchaîné à Paul pendant quatre heure, puis un autre garde, puis encore un autre, et cela pendant deux ans. C'est ainsi que l'Evangile s'est répandu. Un garde a été sauvé puis il en a parlé à son épouse, qui a été sauvée. Elle en a parlé à sa famille qui a été sauvée, et cela est arrivé jusqu'à la maison de César. Cela s'est passé à Rome, la capitale du monde de l'époque, cela est arrivé dans les plus hautes sphères, et ainsi Néron a du entendre l'Evangile à cause de Paul. Néron pensait pouvoir stopper les chrétiens en arrêtant Paul, mettre fin au progrès de l'Evangile, en le mettant en prison. Mais Paul avait cette joyeuse confiance que l'Evangile, tout comme le temps, ne peut pas être stoppé. Il continue et avance. Les circonstances n'arrêtent jamais l'Evangile. Les circonstances n'empêchent jamais l'Evangile d'avancer. Les circonstances ne peuvent en aucune façon bloquer les progrès de l'Evangile. C'est le contraire qui est vrai. Dieu est souverain au-dessus des circonstances, et les circonstances poussent toujours l'Evangile en avant, Il promeut toujours la mission. Voilà de quoi est faite l'histoire de l'Eglise.

C'est pour cela qu'ils ont tué tous ces martyrs. Ils pensaient stopper les progrès de l'Evangile en les mettant à mort. Mais le sang de ces martyrs est en réalité devenu le terrain sur lequel est apparue une foule de chrétiens. Ils ne pouvaient pas les arrêter. Quand un chrétien tombait malade, ce sont les hôpitaux qui auraient dû avoir peur, car les médecins et les infirmières avaient l'occasion d'entendre l'Evangile, ainsi que les patients et les visiteurs. J'avais un ami étudiant à l'école biblique de Columbia qui a eu un accident de voiture, il s'est brisé le cou et a fini par mourir. Mais pendant qu'il était couché sur le bord de la route avec sa nuque brisée, il a conduit trois personnes à Christ. L'une d'elles était un policier, l'autre un ambulancier et le troisième un passant. Certains disent que les circonstances peuvent stopper les progrès de l'Evangile, mais elles ne le peuvent pas. Paul avait une joyeuse confiance au sujet des circonstances. Les circonstances que vous pouvez rencontrer importent peu. Certains disent: « Oh! Je ne suis pas bien, je suis en maison de convalescence. » Ce à quoi je réponds: « Eh, bien loué soit Dieu, vous pouvez apporter l'Evangile là-bas, dans cette maison de convalescence! » Où que ce soit. Quoi qu'il puisse arriver dans votre vie, l'apôtre Paul dirait: « Cela ne me décourage pas parce que Dieu va l'utiliser pour répandre l'Evangile. Il était rempli d'une joyeuse confiance. » C'est ainsi que la lumière de l'Evangile est allée partout, dans les usines, dans les écoles et dans les universités. Et partout où les chrétiens sont allés.

Regardez maintenant le verset 1:14 qui dit: « La plupart des frères dans le Seigneur, encouragés par mes liens, ont plus d'assurance pour annoncer sans crainte la parole. » N'est-ce pas incroyable? Ils voulaient mettre un terme aux agissements des chrétiens en mettant Paul en prison, pour les décourager. Le verset 1:14 dit que cela n'a pas découragé les chrétiens, cela leur a donné davantage d'assurance. Ils sont devenus plus courageux. Lorsqu'ils ont vu Paul vivre par la grâce de Dieu, soutenu par Dieu, continuer à être rempli de joie, ils ont commencé à mettre leur confiance en Christ. Ils se sont dit: « Si Dieu peut lui donner la joie dans cette situation, il peut aussi le faire pour nous. » En passant, c'est une des raisons pour laquelle il est bon de lire des biographies chrétiennes. Je vous encourage à lire les biographies chrétiennes parce que cela vous inspire. Lorsque vous lisez ce que Dieu a fait pour les Siens, cela vous inspire à penser que Dieu fera la même chose pour vous. Ainsi vous devenez aussi plus braves et commencez davantage à faire confiance au Seigneur. Par conséquent, lisez beaucoup de biographies chrétiennes. Mais lisez-les à la lumière d'Hébreux 11 et 12. Vous voyez Hébreux 11 dit: « C'est par la foi que toutes ces personnes ont fait ceci et cela. » Mais cela, c'est regardez aux hommes. Et une fois qu'il a fini cette longue liste, voici votre biographie qui se trouve au début de Hébreux 12: « Regardant à Jésus l'auteur et le « finisseur » de la foi. » Par conséquent regardez aux hommes, mais ensuite détournez-vous d'eux et regardez à Jésus puis avancez!

Paul savait que l'Evangile ne pouvait pas être stoppé, quoi qu'il arrive dans sa vie. Et pour tout ce qui arrivait dans sa vie, il se courbait devant Dieu et s'en remettait à Dieu. Il remerciait le Seigneur et il disait: « Je ne sais pas ce que Tu fais et je ne sais pas comment Tu vas le faire, mais c'est pour l'avancement de l'Evangile. » Est-ce que vous croyez que tout ce qui arrive dans votre vie, chaque fois que vous avez dû déménager, chaque fois que vous avez perdu un travail, chaque fois que vous êtes tombés malades, chaque fois que vous avez rencontré une autre personne, chaque circonstance qui survient dans votre vie, que vous vous brisez une jambe ou un bras, oui, quoi qu'il vous arrive, tout a été utilisé par Dieu pour propager l'Evangile? Vous pouvez avoir une joyeuse confiance. Lorsque votre coeur est rempli de Christ, vous avez une joyeuse confiance dans la prière, et vous avez une joyeuse confiance dans les progrès de l'Evangile, et qu'aucune circonstance ne pourra venir contre lui.



PAUL SE REJOUISSAIT TOUJOURS DE L'ANNONCE DE L'EVANGILE

Nous ne savons pas tout à fait quelle était la situation qui est décrite dans les versets qui suivent, les versets 1:15-18. Paul dit: « Quelques-uns, il est vrai, prêchent Christ par envie et par esprit de dispute; mais d'autres le prêchent avec des dispositions bienveillantes. Ceux-ci agissent par amour, sachant que je suis établi pour la défense de l'Évangile, tandis que ceux-là, animés d'un esprit de dispute, annoncent Christ par des motifs qui ne sont pas purs et avec la pensée de me susciter quelque tribulation dans mes liens. Qu'importe? De toute manière, que ce soit pour l'apparence, que ce soit sincèrement, Christ n'est pas moins annoncé: je m'en réjouis, et je m'en réjouirai encore. » Je ne sais pas exactement ce qu'ils disaient ou de quelle manière ils essayaient de faire du tort à Paul. Ils pensaient peut être que moins de gens allaient le suivre. Ou peut-être essayaient-ils de le calomnier car maintenant qu'il était en prison il ne pouvait pas se défendre lui-même. Peut-être voulaient-ils prendre l'ascendant sur lui, et s'attacher les gens à eux maintenant qu'il était enchaîné.

Pourtant, dans les versets 1:17-18, Paul nous donne un des passages des Ecritures les plus remarquables. Il y avait autant d'esprit de parti à cette époque qu'il y en a de nos jours. Je pense qu'une des choses qui fait le plus de mal à Christ, ce sont toutes les dénominations et la compétition qu'il y a entre les chrétiens. On voit une église contre une église, ce prédicateur contre ce prédicateur, et chacun montre l'autre du doigt disant: « Oh! Regarde ce qu'a fait celui-ci. » On trouve de la jalousie et de l'envie les uns à l'égard des autres. Une des vérités les plus négligées de la Bible, c'est que l'on peut et que l'on doit se réjouir lorsque Christ est annoncé même si c'est de façon imparfaite ou pour de mauvais motifs. Tandis que je partage ces choses avec vous, je dois vous avouer que je ne l'ai pas encore complètement pris pour moi par la grâce de l'Esprit de Dieu. Je peux le voir dans la Bible, j'aimerais qu'elle soit mienne mais je dois admettre qu'à ce moment de ma vie, je lutte encore avec ces versets.

Le verset 1:18 dit: « Qu'importe? De toute manière, que ce soit pour l'apparence, que ce soit sincèrement, Christ n'est pas moins annoncé: je m'en réjouis, et je m'en réjouirai encore. » C'est de cela que je veux parler. J'ai beaucoup du mal avec ce principe. Lorsque je pense que quelqu'un prêche pour de l'argent ou pour chercher à rassembler des gens autour de lui, en attirant des gens d'un groupe à un autre, je ne peux pas dire que je me réjouis. Parfois lorsque j'allume la télévision et que je vois tous ces gens qui vous parlent de l'Evangile de la prospérité et de tout le reste, mon sang ne fait qu'un tour. Je n'ai pas l'attitude de Paul qu'il décrit au verset 1:18. Il dit: « Christ est prêché et je m'en réjouis. Ils le font par envie, pour de mauvais motifs, à cause de leur jalousie, ils le font pour de l'argent... » Et ensuite Paul dit: « Qu'importe. Je m'en réjouis. » J'aimerais être comme Paul, parce que moi lorsque j'entends et vois certaines choses, cela me rend malade. Et je me surprends à critiquer, à rabaisser, et à avertir les gens: « N'écoutez pas cette personne, car elle fait ceci et dit cela... »

Ceci dit, il y a certaines personnes qui sont tout simplement fausses, et je n'ai aucune difficulté à dire: « N'écoutez pas les faux enseignants. » Mais il y en a certains qui prêchent Christ, et qui sont comme cet homme contre lequel Jean a averti Jésus en Marc 8:38: « Maître, nous avons vu un homme qui chasse des démons en ton nom; et nous l'en avons empêché, parce qu'il ne nous suit pas. » Voilà comment je me sens parfois. J'aimerais les en empêcher parce qu'ils ne marchent pas de la même façon que moi. Je pense que s'ils ne le font pas à ma façon, ils ne devraient pas le faire. Dans ces moments je m'entends dire: « Seigneur envoie ta bénédiction à travers moi, envoie ta bénédiction à travers nous. Tu ne peux pas envoyer Ta bénédiction à travers eux car ils sont trop émotionnels, trop liturgiques ou autre chose. » Nous avons besoin d'avoir le coeur de Christ comme Paul l'avait lui qui disait: « Seigneur envoie Ta bénédiction, peu importe comment Tu l'envoies. »



DIEU UTILISE DES INSTRUMENTS INDIGNES

Paul prêchait un Jésus complet mais il n'était pas contre ceux qui prêchaient un Christ fragmentaire, parce qu'un petit morceau de pain est de la même nature que tout le pain. Il se réjouissait de tout le pain qui pouvait être donné. Il se réjouissait de toutes les parties de Christ qui étaient prêchées. Une des choses réconfortantes dans ce passage dans lequel je suis déjà entré, est que Dieu utilise des instruments indignes. Frères et soeurs en Christ, où serions-nous, s'Il n'utilisait pas d'instruments indignes? C'est une grande espérance pour nous. Parfois nous regardons les autres avec fierté et nous pensons: « Oui, mais je suis plus digne qu'eux. » Non, nous sommes tous des instruments indignes. Si Dieu peut prendre un peu de salive et de boue pour donner la vue à quelqu'un, nous ne devrions pas être trop fiers s'Il utilise des personnes comme nous. Paul avait une joyeuse confiance en tout temps concernant les progrès de l'Evangile. Il disait qu'aucune circonstance ne peut s'opposer à Dieu, aucun motif humain ne peut s'opposer à Dieu, aucune jalousie, envie, ou conflit. Dieu est capable malgré nos motifs les moins avouables d'en retirer quelque chose pour Sa gloire. Dieu utilise des instruments indignes. Paul se réjouissait, il se réjouissait toujours alors qu'il priait. Paul se réjouissait parce que l'Evangile se répandait. Et dans le reste du chapitre que nous verrons la prochaine fois, il avait une joyeuse confiance au sujet de la mort, et une joyeuse confiance au sujet de la souffrance.

Prions:

Père nous Te louons pour Ta parole, et pour ce merveilleux chapitre de Philippiens. Lorsque nous considérons Paul et ses circonstances, nous voyons que Tu nous l'as donné comme un modèle de la Nouvelle Alliance. Nous aussi, nous aimerions être comme l'Apôtre Paul. Merci de nous avoir partagé son secret: « Pour moi vivre c'est Christ. » Emmène-nous plus loin dans le grand message de Philippiens, dans le fait que Christ est Tout. Remplis-nous avec la joie du Seigneur et la confiance qui vient dans la joie dans le Seigneur. Nous Te le demandons au nom de Jésus. Amen.

Philippiens #3

(1)Version anglaise King James (NdT)[retour]