PHILLIPPIENS #1 -INTRODUCTION
Par Ed Miller

Le texte qui suit est la transcription d'un message donné en anglais. La forme orale a été conservée, mais des titres de sections ont été ajoutés pour faciliter la lecture. (NdT)

Bonjour et bienvenue dans notre première leçon sur cette merveilleuse épître aux Philippiens. Nous commençons l'étude d'un nouveau livre, c'est la merveilleuse épître aux Philippiens. Comme c'est notre leçon d'introduction au livre de Philippiens, je vous rappelle ce que sont nos introductions afin que vous sachiez ce que nous allons faire.



NOUS ETUDIONS TOUTE LA BIBLE POUR CONNAITRE LE SEIGNEUR

Dans chacune de nos études bibliques, nous recherchons une connaissance intime de Dieu dans notre coeur à travers l'étude de la Bible. Il existe une connaissance qui s'apparente davantage à une connaissance intellectuelle de Philippiens, et j'espère que vous aurez appris certaines choses quand nous aurons terminé Philippiens. Nous voulons connaitre les faits qui concernent Philippiens, mais cela ne remplace pas une connaissance intime de Dieu dans notre coeur. Nous n'étudions pas Philippiens pour connaître Philippiens. Nous étudions Philippiens pour connaître le Seigneur. Nous étudions toute la Bible pour connaître le Seigneur. Ceci dit, il est important que nous connaissions l'arrière-plan culturel et historique, que nous trouvions le thème et le plan de ce livre. Nous devons étudier les différents éléments des livres. Il faut que nous puissions voir le cadre historique, politique, linguistique et le lien entre Philippiens et les livres qui l'entourent. Pourtant nous avons remarqué qu'il est possible de rassembler et de connaître tous ces détails, mais en même temps « de rater Dieu, de rater le Seigneur. » La logique de la tête n'est pas la logique du coeur. La direction que nous prenons dans nos études, et l'accent que nous mettons ont pour objectif de nous aider à voir le Seigneur. Ce serait une tragédie pour vous de prendre du temps pour suivre ces études et de passer à côté de la raison pour laquelle Dieu le Saint-Esprit a inspiré la lettre de Philippiens. Ce serait terrible de venir, d'apprendre des faits, de prendre des notes et de manquer la vraie raison pour laquelle Dieu nous a donné ce livre. Nous ne voulons pas qu'il en soit ainsi.

C'est pour cette raison que dans notre leçon d'introduction, nous ne « plongeons » pas directement dans Philippiens en commençant au verset 1:1 et en suivant le livre verset par verset. Dans la première leçon de chaque livre, nous essayons de survoler tout le livre en allant d'avant en arrière. Nous le considérons d'en-haut et le regardons d'une certaine distance, dans son ensemble. Nous essayons d'en avoir un panorama, comme si nous étions dans un avion et que nous regardions tout le paysage. Nous allons donc le parcourir et voir à quoi il ressemble. Nous allons survoler chaque endroit et cela d'avant en arrière. L'objectif d'une leçon d'introduction est de nous aider à saisir l'esprit du livre. Nous étudierons la partition, mais j'aimerais d'abord que vous puissiez entendre la musique. Nous cueillerons les fleurs mais j'aimerais d'abord que nous puissions les sentir et saisir ce que le Saint-Esprit veut nous donner. Ensuite, lorsque nous verrons le texte plus en détails, je pense que tout cela aura bien plus de sens. Je crois de tout mon coeur que Dieu n'a pas appelé Son peuple à être des érudits de la Bible. Ce n'est pas Son premier objectif. Il nous a appelés à être des chrétiens, et pas des érudits de la Bible ou des théologiens. Ce n'est pas son objectif. Il a écrit ces choses pour que nous puissions connaître Dieu et savoir comment vivre dans ce temps présent.

Mon épouse Lillian m'a très souvent dit qu'elle n'aimait pas du tout les leçons d'introduction. Un jour je lui en ai demandé la raison et elle m'en a donné deux. Premièrement, c'est parce je vais dans tous les recoins du livre, et elle n'aime pas ça. Ce n'est pas comme si je disais: « Prenez le chapitre un, nous allons parler des six premiers versets. » Ce n'est pas du tout comme cela. C'est plutôt: « Regardons le verset 1:4, puis le verset 4:13, puis le verset 3:10. Prenez maintenant le verset 2:5. » On survole tout le livre et l'on va d'avant en arrière. Et cela parce que j'essaie de donner une impression d'ensemble du livre afin d'en saisir l'esprit. C'est une vue d'ensemble. Nous essayons de faire ce que les espions ont fait lorsqu'ils sont entrés dans le pays de Canaan. Ils ont pénétré dans le pays, l'ont parcouru et sont revenus faire un rapport. Ils ont dit: « Vous devriez voir les murs, les grappes de raisins, les rivières, les montagnes, les ruisseaux, les fleuves, les vallées. » Voilà ce que j'aimerais faire. Ensuite nous irons et « prendrons possession du pays. » Mais, espionnons-le d'abord. Voilà comment nous procédons dans une leçon d'introduction. Si elle n'aime pas les leçons d'introduction, c'est aussi parce que je donne envie, je mets en appétit, sans le satisfaire pleinement, n'allant pas jusqu'au bout. Comme si je vous présentais un délicieux désert mais qu'ensuite, je le retirais. Je ne vous le donne pas vraiment, je ne fais que l'agiter devant vos yeux. C'est tout à fait juste, et c'est exactement l'objectif de ces études introductives. J'espère créer un appétit, j'espère vous donner soif, j'espère vous donner faim, j'espère vous donner envie d'étudier le livre de Philippiens. J'aimerais le mettre sur vos lèvres et sur votre langue, et lorsque la leçon d'introduction est terminée, je veux que votre âme crie: « Je ne peux pas attendre pour entrer dans ce livre. Il me tarde de voir ce qu'il y a dans ce livre. » Voilà l'objectif d'une leçon introductive.

Laissez-moi encore faire une autre suggestion; ce n'est pas absolu, vous n'êtes pas obligés de la suivre. Il y a deux choses qui peuvent m'aider en tant qu'enseignant. Premièrement, soyez patients avec moi, parce que nous allons juste glaner des choses ici et là sans vraiment approfondir les vérités. D'autre part, j'ai remarqué que si vous voulez retirer un maximum d'une étude introductive, le meilleur moyen est d'enlever vos chaussures, de vous installer confortablement, de vous relaxer et de recevoir. Relaxez-vous simplement et profitez de la leçon. Je pense qu'il est important pour vous de demander simplement au Seigneur d'ouvrir tout grand votre coeur au message puis ensuite, peu importe la façon dont vous recevrez tout cela. Pour moi, je sais que la meilleure façon est juste de bien m'installer et de demander au Seigneur d'imprimer tout cela dans mon coeur. Ce qui est important, c'est que vous puissiez bien en profiter, ce n'est pas comme dans nos prochaines leçons où nous suivrons une logique et un plan que nous développerons.



LES DEUX POINTS DE LA LECON

Ceci dit, voici les deux grandes choses que j'aimerais voir avec vous dans cette leçon. Premièrement j'aimerais que nous ayons une vue d'ensemble de l'épître; cela inclut le thème de l'épître, son plan et les sujets traités par le livre. Lorsque nous aurons cette vue d'ensemble, j'aimerais ensuite vous rendre attentifs à l'arrière-plan de Philippiens. L'arrière-plan de Philippiens est Actes 16:6-40. Dieu nous donne davantage d'informations sur l'arrière-plan du livre de Philippiens que sur tous les autres livres du Nouveau Testament. Il est donc important pour nous d'étudier ce livre en rapport avec cet arrière-plan. J'aimerais donc vous montrer comment cet arrière-plan aide à mettre en lumière certains points.

Commençons avec une vue d'ensemble du livre de Philippiens. Nous débuterons avec cette simple question: quel est le thème du livre de Philippiens, quel est son message? Pour le dire d'une autre manière, si Dieu (et je parle ici comme un insensé, Il ne le fera jamais), si Dieu descendait pour enlever de votre Bible l'épître de Philippiens, et que vous ne l'ayez plus jamais, que vous manquerait-il que les autres livres de la Bible ne vous donneraient pas de la même manière? Vous voyez, chaque livre de la Bible apporte une contribution particulière, chaque livre vous donne un aspect différent de Christ que les autres livres ne donnent pas de la même manière. Quel est alors le thème? Les mots joie, se réjouir, joyeux, sont très souvent utilisés dans Philippiens. Si dans cette Epître vous recherchez toutes les formes de joie, vous en trouverez 16. Si vous recherchez les idées et les pensées associées à la joie, pas seulement les mots, mais aussi les pensées, alors vous trouverez 20 fois le sujet de la joie en seulement 4 chapitres. En conséquence, de nombreuses personnes ont dit que le thème de Philippiens est « comment être heureux; cela parle du bonheur. » Il ne fait aucun doute dans mon esprit que Philippiens est le livre le plus joyeux de la Bible. Pas uniquement dans le Nouveau Testament mais également dans l'Ancien Testament. Mais est-il vrai que le thème de Philippiens, c'est « être heureux? »



SELON LE MONDE, NOUS SOMMES HEUREUX LORSQUE TOUT SE PASSE BIEN POUR NOUS

Laissez-moi vous citer un auteur anglais du nom de Stuart Briscoe, qui dit cela à propos du bonheur: « Le bonheur dépend des choses qui surviennent, et si elles n'arrivent pas comme vous l'aviez pensé, alors vous n'êtes pas heureux.(1) » Ce qu'il dit est juste. Il veut souligner que le mot heureux vient du mot « heur » qui signifie fortune, chance, circonstance. Comme lorsque vous dites: « J'ai eu de la chance » ou « Je n'ai pas eu de chance. » Cela dépend des circonstances. Quand êtes-vous heureux dans la vie? Selon le dictionnaire, c'est lorsque tous vos « heurs » sont bons. Vous êtes heureux lorsque vos circonstances sont bonnes, quand tout se passe comme vous le voulez. Lorsque tout se passe à mon avantage, alors je peux être heureux. Mais que se passe-t-il lorsque vos « heurs » ne se présentent pas selon vos intérêts, lorsque vos circonstances militent contre vous, et que tout se passe de travers?



LA JOIE EST PLUS PROFONDE QUE LE BONHEUR CAR ELLE NE DEPEND PAS DES CIRCONSTANCES

Laissez-moi vous poser une question. Est-ce que Dieu s'attend à ce que les chrétiens soient toujours heureux? Vous voyez, le bonheur dépend de ce qui se passe dans la vie. Mais la Bible enseigne que Dieu n'a jamais eu en pensée que nous soyons heureux. Le thème de Philippiens est plus profond que le bonheur. Les érudits bibliques nous rendent attentifs à cela et c'est pourquoi ils emploient le mot joie ou se réjouir. Vous voyez, c'est un peu plus profond que le mot bonheur, parce que la joie est indépendante des circonstances. Réalisez-vous que vous pouvez être malheureux et joyeux en même temps? La joie est plus profonde que le bonheur, elle ne dépend pas de vos « heurs », elle ne dépend pas de ce qui vous arrive. Beaucoup de commentateurs disent que la joie est le grand message de cette épître. J'aimerais vous citer les titres des différents commentaires dont je dispose dans ma bibliothèque sur Philippiens: « La joie de Paul en Christ », « La vie avec une joie toujours renouvelée », « Le chemin de la joie. », « Christ notre joie. » Presque tous les commentateurs montrent que Philippiens est le livre de la joie. Aucun étudiant sérieux de la Bible ne peut lire Philippiens et ne pas voir que l'accent est mis sur la joie.

Je pense que nous avons déjà tous rencontré des chrétiens qui ont illustré dans leur vie la différence entre le bonheur et la joie. Personnellement, je me rappelle avoir un jour été à côté d'un de mes amis, au-dessus de la tombe de son épouse qu'il venait de perdre. Les larmes coulaient sur ses joues et roulaient à terre. Les circonstances étaient telles qu'il ne pouvait pas être heureux. Il s'est tourné vers moi et les yeux remplis de larmes, il a simplement dit: « Je ne souhaiterais pas qu'elle revienne. Sachant ce que je sais, je ne souhaiterais pas qu'elle revienne. J'ai la paix de Dieu. » C'est de cela dont je parle. Vous voyez, il y avait quelque chose de plus profond que le bonheur. Il n'était pas heureux, mais il avait la joie du Seigneur. A la surface, il y avait les vagues et la tempête, mais en dessous, il y avait ce profond courant de la grâce de Dieu, de la paix de Dieu, et de la joie de Dieu. Et cela sera vrai de chacun d'entre nous, un jour, nous goûterons tous à la joie du Seigneur. Plus loin, nous verrons l'arrière-plan de Philippiens. Vous savez, lorsque Paul a écrit cette épître, il était dans une prison à Rome. En fait, il était déjà dans cette prison depuis deux ans. Et ce qui rend la chose encore plus dure, c'est qu'auparavant, il avait passé deux autres années dans la prison de Césarée. Cela faisait donc quatre années qu'il était en prison. Pendant ces deux dernières années où il était en prison, il était enchaîné à un garde romain vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Les gardes se succédaient toutes les quatre heures pour prendre leur tour. Eux changeaient mais Paul ne changeait pas. Il était toujours le même prisonnier. Ainsi, pendant deux ans, jour et nuit, lorsqu'il allait à la salle de bain ou au lit, lorsqu'il mangeait, lorsqu'il dormait, il était enchaîné à un garde romain. En raison de ses « heurs » et des circonstances, je ne pense pas qu'il était très heureux. Mais c'est lors de cette expérience qu'il a écrit la lettre la plus joyeuse de la Bible, l'épître aux Philippiens: « Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur; je le répète, réjouissez-vous. »



LE THEME DE LA LETTRE EST CHRIST

Alors quel est le thème de Phlippiens? Vous direz peut-être: « Soyez heureux. » Non ce n'est pas le thème de l'épître, c'est plus profond que cela. Vous direz peut-être: « Soyez joyeux. » Non ce n'est pas le thème de l'épître. Le thème de l'épître n'est pas la joie. Regardez le verset 1:21, il va un peu plus loin et dit: « Car pour moi, vivre c'est Christ, et mourir m'est un gain. » Le thème de Philippiens est plus profond que le fait d'être heureux, et également plus profond que la joie. Paul dit que pour lui, vivre c'est Christ Lui-même. Dans un de ses chants, Charles Wesley a écrit: « Mon coeur est rempli de Christ. » Et c'est aussi ce que Paul pouvait dire. Il est vrai que Paul mentionne la joie 16 fois ou même 20 fois si vous comptabilisez aussi les pensées sur ce sujet. Mais réalisez-vous combien de fois Paul mentionne Christ dans cette épître? Il mentionne Christ 70 fois dans ces quatre chapitres. Si maintenant vous décomposez les titres comme le Seigneur Jésus Christ, vous trouverez qu'il mentionne le nom de Jésus 98 fois en quatre chapitres. Le thème n'est pas être heureux, le thème n'est pas vraiment la joie, le thème c'est Christ.

Imaginez qu'après avoir lu cette lettre, vous alliez vers lui pour lui demander: « Paul, sais-tu combien de fois tu mentionnes Jésus dans cette lettre? » Je ne pense pas qu'il aurait pu répondre. Et je pense que si lui vous disiez: « Presque une centaine de fois », il aurait été surpris. » Car il était si naturel pour lui de déborder de Jésus. Il ne travaillait pas à cela. Il ne s'est pas dit: « Oh! Je pense que je vais nommer Jésus 25 fois dans ce chapitre et 30 fois dans cet autre chapitre... » Il se contentait simplement de parler, et comme il était tellement rempli de Jésus-Christ, il lui était naturel de déborder de Christ. En avançant dans le Seigneur, une des expériences les plus enthousiasmantes que vous ferez sera de rencontrer des chrétiens qui sont saturés de Christ. Il y a des gens qui sont si remplis de Christ, que chaque fois qu'ils bougent ou qu'ils parlent, vous savez que vous êtes dans la présence du Seigneur. Voilà comment était Paul. Lorsque Paul parlait de Christ, il ne parlait pas de théologie, il ne parlait pas de religion. Lorsque Paul parlait de Christ, il parlait d'une relation avec le Fils de Dieu dont il profitait.



THEME: UNE VIE REMPLIE DE CHRIST ET DEBORDANTE DE LA JOIE DU SEIGNEUR

Nous allons regarder certains versets pour que vous puissiez voir l'incroyable accent que met cette épître sur l'union avec Christ.

• Verset 1:13: Son emprisonnement est à cause de Christ
• Verset 1:21: Sa vie est Christ
• Verset 1:26: Sa confiance est Christ
• Verset 2:1: Sa consolation est Christ
• Verset 2:5: Il souhaite que les chrétiens aient les sentiments de Christ
• Versets 2:5-11: C'est le plus grand passage dans le Nouveau Testament, sur l'humiliation de Christ. Là, vous avez la vue de l'intérieur du Calvaire telle que Dieu le Père l'a vue.
• Verset 2:19: Il espère dans le Seigneur Jésus
• Verset 2:24: Il fait des plans dans le Seigneur
• Verset 2:29: Il dit qu'il faut recevoir les chrétiens dans le Seigneur
• Verset 3:1: Nous devons nous réjouir dans le Seigneur
• Verset 3:8: Il dit qu'il regarde tout comme une perte, à cause de la connaissance de Christ
• Verset 3:9: Il veut être trouvé en Lui avec une justice qui vient de Dieu
• Verset 3:10: Il veut le connaître Lui
• Verset 3:20: Il dit que sa cité est dans les cieux
• Verset 4:1: Il demande de demeurer fermes dans le Seigneur
• Verset 4:2: Il dit, soyez en harmonie dans le Seigneur
• Verset 4:13: Il peut tout faire par Christ qui le fortifie
• Verset 4:19: Dieu pourvoit à tous ses besoins en Christ Jésus
• Verset 4:21: Il dit que tous les saints sont en Christ

A travers toute l'épître de Philippiens, Paul parle de Christ, Christ, Christ. Partout où vous regardez dans ce livre, vous voyez Christ. Le thème de ce livre n'est pas le bonheur, ce n'est pas la joie. Mais le thème de cette lettre n'est pas non plus Christ. Certes dans un sens c'est le cas mais on peut en dire autant de tous les livres de la Bible. Que vous lisiez Genèse, Exode ou Deutéronome, tous les livres ont Christ comme thème, si vous les lisez correctement. Matthieu, Marc, Luc, Jean, jusqu'à Apocalypse, le sujet de chaque livre est Christ. La question n'est donc pas: est-ce que le thème est Christ? Mais sur quel aspect de Christ met-il l'accent dans ce livre, que nous n'aurions pas si on l'enlevait de notre Bible? Laissez-moi vous le dire en une phrase avant de le développer un peu plus. Dans son commentaire sur Philippiens, B.B. Sutcliffe, un excellent commentateur, dit: « Philippiens présente l'expérience chrétienne normale. » Connaissez-vous le livre de Watchman Nee « la vie chrétienne normale? » C'est la même chose, c'est l'expérience chrétienne normale. Plus je pense à ce titre, plus je pense qu'il a vu juste. Voilà le thème du livre. La vie chrétienne normale est la vie qui est remplie de Christ, et la vie qui est remplie de Christ est débordante de joie. Voyez-vous en quoi consiste le thème? La vie chrétienne normale est la vie qui est remplie de Christ, et la vie qui est remplie de Christ est débordante de la joie du Seigneur. J'aimerai vraiment souligner ce point afin que vous puissiez comprendre clairement ce que dit le Saint-Esprit. Le message de Philippiens parle du chrétien normal. Laissez-moi vous dire ce que je n'entends pas par normal. Par normal, je ne veux pas dire moyen. Nous ne parlons pas des chrétiens moyens, mais des chrétiens normaux.



SOYEZ DES CHRETIENS NORMAUX

Vous n'avez pas besoin d'être théologien pour réaliser que le chrétien moyen est anormal, il n'est pas du tout normal. Qu'est-ce que signifie anormal? Cela signifie simplement loin de la norme, loin du standard, loin de la règle, loin de l'objectif. Quelle est la norme de la vie chrétienne? C'est Christ. Christ est la norme, alors qu'est-ce qui est anormal, c'est-à-dire être éloigné de la norme? La norme est Christ, et dans la mesure où je suis loin de la norme, je suis anormal. Malheureusement, le chrétien moyen est vraiment anormal. Vous voyez, la norme est Christ Lui-même, c'est une Personne, ce n'est pas une doctrine, ce n'est pas un credo, ce n'est pas une église ou une dénomination. C'est Christ Lui-même, c'est Lui la norme. La vie chrétienne normale est la vie qui s'est alignée sur Christ en tant que norme. C'est la vie qui est remplie de Christ Lui-même. A travers tout ce livre, le Saint-Esprit va dire à votre coeur, soyez normaux et non anormaux. Voilà le message de Philippiens. Ne soyez pas anormaux. Arrêtez d'être anormaux. Dans le monde naturel, c'est très triste de voir une personne qui n'est pas normale, et tout particulièrement si vous regardez cette personne vingt ans après et que vous ne constatez ni croissance, ni amélioration. C'est vrai dans le monde naturel, mais c'est vrai aussi dans le monde de la grâce. C'est une chose terrible que de voir un chrétien anormal. Quelqu'un qui vit loin de la norme. Le chrétien moyen n'a même pas commencé à avoir une vie qui est remplie de Jésus-Christ.

Pour rendre tout cela pratique, je peux vous donner un témoignage personnel. Les sept premières années de ma vie en tant que chrétien, j'étais un chrétien anormal. Maintenant je suis un chrétien « particulier », mais j'espère être plus près de la norme que je ne l'ai été ces sept premières années. Voilà en quoi j'avais mal compris Philipiens 1:21. Je ne savais pas que Philipiens 1:21 disait: « Pour moi vivre, c'est Christ. » Pendant des années, je pensais que cela voulait dire: « Pour moi vivre, c'est la mission. » C'est comme cela que je vivais. Je pensais que la vie chrétienne normale, c'était lorsque le chrétien avait un fardeau pour les âmes! Je pensais que cela consistait dans l'évangélisation, la mission, le salut des âmes. Paul ne dit pas: « Pour moi vivre, c'est la mission. » Ceci dit, je pense que l'apôtre Paul a été le plus grand « canal missionnaire » qui ait jamais vécu sur terre. Je pense que Dieu l'a davantage utilisé pour la mission qu'Il a jamais utilisé quelqu'un d'autre. Mais sa vie n'était pas pleine de mission, sa vie était pleine de Christ. Vous direz peut être: « Mais si vous détournez vos yeux des âmes, si vous détournez vos yeux de l'évangélisation, et de la mission alors vous affaiblissez l'évangélisation. » Non, vous ne l'affaiblissez pas, vous la fortifiez. La réalité est que vous ne pouvez pas avoir la mission, tant que votre vie n'est pas pleine de Christ. Lorsque vous êtes pleins de Christ, alors la mission coule de votre coeur.

J'ai rencontré des missionnaires qui étaient prêts à parler de n'importe quoi, sauf de Jésus. C'était presque choquant. Ce n'est pas parce que vous mettez une Bible sous votre bras et que vous allez sept ou dix ans dans un endroit perdu de la terre, et que vivez là-bas une « vie de sacrifices », que vous êtes un chrétien normal. Des milliers de chrétiens anormaux sont allés sur les terrains missionnaires à travers toute la terre. Parfois, lorsque vous parlez avec des missionnaires, vous remarquez qu'ils veulent vous parler de la culture, de la langue, des besoins sur le champ, ils veulent vous montrer des photos, vous parler de la géographie du pays, du genre de nourriture qu'ils mangent, ou encore des difficultés et des problèmes qu'ils rencontrent. Mais lorsque vous voulez parler de Jésus avec eux, ils ne savent plus quoi dire! Ils ne peuvent pas passer dix minutes à parler simplement de Jésus. Pour moi vivre, dit Paul, ce n'est pas les âmes, ce n'est pas l'évangélisation, mais il dit: « Pour moi, vivre c'est Christ. » Et avant que vous n'ayez vu cela, vous n'avez pas vu le message de Philippiens. C'est cela le message de Philippiens.



POUR PAUL, VIVRE C'EST CHRIST

Philipiens 1:21 ne dit pas non plus: « Pour moi, vivre c'est le service chrétien. » Certaines personnes pensent qu'elles ne sont pas de bons chrétiens avant d'être engagées dans une douzaine de programmes différents. Mais la Bible n'enseigne pas cela. Vous voyez, le chrétien moyen, le chrétien anormal, pense que le signe de la maturité, c'est être engagé et occupé. Il pense que si vous êtes vraiment engagés, que vous n'êtes pas rétrogrades, alors vous serez dans ce programme et ce programme et ainsi de suite. Vous irez chanter ici, visiter ici, faire ceci, et écrire aux missionnaires, vous ferez toutes ces activités. Une vie remplie par le service chrétien est à des millions d'années-lumière du message de Philippiens. D’autres chrétiens moyens disent: « Pour moi vivre, c'est la communion chrétienne. » Mais ce n'est pas la vie. Certaines personnes pensent que si vous voulez avancer avec le Seigneur, vous avez besoin de la communion chrétienne. De nos jours, on parle beaucoup de se réunir ensemble, d'être un, de former un Corps, de chanter et adorer. Dieu n'est pas contre cela, mais si votre vie c'est cela, vous êtes en danger. C'est Christ qui doit être la vie chrétienne. Lorsque c'est la communion qui est votre objectif et ce sur quoi vous mettez l'accent, c'est bizarre, c'est si excentré, c'est anormal. Dieu ne nous a pas appelés à cela. La vie normale n'est pas remplie de mission, elle n'est pas remplie avec le service chrétien, elle n'est pas remplie de communion.

Certains vivent en se disant: « Pour moi vivre, ce sont les dons de l'Esprit. » Et ils sont si centrés sur les dons de l'Esprit, comme le parler en langue, faire des miracles ou d'autres choses. D'autres encore disent: « Pour moi vivre, c'est le fruit de l'Esprit. » Mais c'est excentré, ce n'est pas ce qui doit être l'essence, la source de votre vie. Si votre vie, c'est l'étude de la Bible, alors vous êtes en danger. Votre vie n'est pas cela. D'autres encore pensent que: « Pour eux, vivre, c'est la prière. » Ce n'est pas non plus l'objectif. Pour d'autres encore, vivre c'est la volonté de Dieu. Non, ce n'est même pas la volonté de Dieu. C'est Dieu Lui-même avec Sa volonté. C'est Dieu à qui appartiennent les personnes. C'est Dieu, c'est la Personne elle-même. Pour certains chrétiens, vivre, c'est ce monde. Beaucoup de chrétiens vivent ainsi, le monde prend toute la place dans leur vie, les choses, les possessions, les amis, la télévision, la popularité, l'amusement, les habits, et ainsi de suite. Vous savez, je me sens désolé pour les nouveaux chrétiens, je me sens à la fois heureux et désolé. Certains viennent juste de naître dans la famille de Dieu, ils viennent juste de sortir de l'oeuf et tout ce qu'ils voient, ce sont des chrétiens anormaux. Les chrétiens anormaux sont tout autour, et chacun parle un langage différent. Le pauvre petit enfant, il essaie de connaître Dieu, il vient juste de naître de nouveau. Il essaie juste de comprendre les choses de Dieu. A ce moment, quelqu'un le prend à part et lui dit: « Il est important pour toi d'aller à l'église locale » Et il part à la recherche d'une bonne église. Quelqu'un d'autre arrive et lui dit: « Il est important que tu sois engagé dans l'évangélisation. » Quelqu'un d'autre arrive et lui dit: « Tu dois suivre un cours de disciple, nous devons parler ensemble d'un programme d'étude biblique. Tu devras avoir un temps de méditation le matin. Il faudra que tu lises toute la Bible en un an. Il faudra que tu mémorises certains passages, sinon tu ne seras pas capable de combattre le diable. » Quelqu'un d'autre arrive et dit: « Quelqu'un t-a-il parlé de la gestion de tes finances? Tu es censé donner la dime, c'est 10%! » Le pauvre nouveau-né ne sait plus de quel côté se tourner. Quelqu'un lui parle du Saint-Esprit et du baptême, quelqu'un veut lui parler du don de l'Esprit, un autre veut le faire sortir du lit avant qu'il ne soit réveillé afin qu'il puisse être seul pour prier. Un autre veut le faire jeûner et prier « jusqu'à l'exaucement. » Un autre veut en faire un érudit de la Bible et l'envoyer à l'école biblique. Tout cela est absolument anormal.



PHILIPPIENS NOUS RAMENE A LA SIMPLICITE DE LA VIE CHRETIENNE

C'est à cause de ce que je viens de citer que le livre de Philippiens est un livre si merveilleux. C’est parce qu'il nous ramène à la simplicité de la vie chrétienne. Qu'est-ce que la vie chrétienne à sa base, à ses racines, à sa source? La vie chrétienne n'est rien de plus que cela, à savoir une vie qui est remplie de Christ. J'aime la traduction du verset 1:21 de James Moffatt: « La vie signifie pour moi Christ. » N'est-ce pas merveilleux? Voilà le sujet de la vie chrétienne, c'est simplement une vie qui est remplie de Christ.

Paul n'a pas vécu très longtemps après avoir écrit Philippiens. Il est mort jeune. Il est mort au début de la soixantaine. Mais voilà ce qu'il a écrit, à l'orée de ses soixante ans. En d'autres termes, Paul était assurément un vieil homme heureux, lorsqu'il a écrit le livre de Philippiens, quelques années avant sa fin. Regardez ces passages. Verset 3:7-10: « Mais ces choses qui étaient pour moi des gains, je les ai regardées comme une perte, à cause de Christ. Et même je regarde toutes choses comme une perte, à cause de l'excellence de la connaissance de Jésus- Christ mon Seigneur, pour lequel j'ai renoncé à tout, et je les regarde comme de la boue, afin de gagner Christ, et d'être trouvé en lui, non avec ma justice, celle qui vient de la loi, mais avec celle qui s'obtient par la foi en Christ, la justice qui vient de Dieu par la foi, Afin de connaître Christ, et la puissance de sa résurrection, et la communion de ses souffrances, en devenant conforme à lui dans sa mort. » Vous direz peut être que c'est la prière d'un nouveau-né? « Afin de connaître Christ. » Paul avait déjà marché avec Dieu pendant trente ans lorsqu'il écrit ces choses. Ce n'est pas la prière d'un nouveau chrétien. C'est la prière d'un chrétien mûr. C'est la prière d'un combattant de la Croix, enchaîné à un garde romain, qui pourtant écrit au sujet de la joie dans le Seigneur. Et toute sa prière est « Christ est ma vie » et « Que je puisse Le connaître. »



LA VIE CHRETIENNE EST UNE HISTOIRE D'AMOUR ENTRE NOUS ET LE SEIGNEUR

Les Versets 4:11-13 disent: « Ce n'est pas en vue de mes besoins que je dis cela, car j'ai appris à être content de l'état où je me trouve. Je sais vivre dans l'humiliation, et je sais vivre dans l'abondance. En tout et partout j'ai appris à être rassasié et à avoir faim, à être dans l'abondance et à être dans la disette. » Quel est son secret? Il est dans le verset suivant: « Je puis tout par celui qui me fortifie. » Vous savez, la vie chrétienne est si simple et si facile. Parfois vous vous demandez comment les gens peuvent être si confus, et déboussolés au sujet de quelque chose d'aussi simple. Il y a une expression que personnellement je n'aime pas, je l'accepte, je la tolère, mais je ne l'aime pas, parce qu'elle amène de la confusion dans le monde chrétien. C'est l'expression « la vie profonde. » Vous voyez, cela donne aux gens l'idée que la vie chrétienne est « ésotérique. » Cela signifie qu'il y a une vie destinée à un groupe spécial d'initiés. Cela donne à penser que cette vie n'est que pour une poignée de l'élite chrétienne. Cela donne aussi à penser que la vie chrétienne est difficile, et l'on se met à dire: « Oh! la vie chrétienne c'est une vie profonde, mais moi je suis superficiel, je ne serai jamais capable de vivre la vie chrétienne, c'est trop profond pour moi. » Frères et soeurs en Christ, il n'y a rien de profond au sujet de la vie chrétienne. La vie chrétienne est une histoire d'amour entre vous et le merveilleux Seigneur Jésus, voilà tout ce qu'elle est. Nous, nous faisons de la vie chrétienne une philosophie de vie. Nous faisons de la vie chrétienne un ensemble de doctrines et de crédos, et ce genre de choses. Mais ce n'est pas cela. Il s'agit du Seigneur, de Dieu Lui-même et de notre relation avec Lui. J'étais sauvé depuis 7 ans avant que le Seigneur ne commence à me montrer cela. Il a dû y aller particulièrement fort parce que j'étais têtu et obstiné.



L'EGLISE N'A PAS BESOIN DE REVEIL MAIS DE VIE

La vie chrétienne normale est la vie qui est simplement remplie de Christ. Il ne s'agit pas de mission, d'étude de la Bible, de prière, de gestion des biens, de vie de disciple, de mémorisation de la Bible ou autre chose, mais d'être rempli de Christ Lui-même. Voici la traduction du verset 3:8 de Richard Francis Weymouth's: « Je compte tout comme pure perte pour le privilège sans prix de connaître Jésus-Christ mon Seigneur. » N'est-ce pas une chose incroyable? Une des évidences qui montre que l'Eglise est malheureusement anormale de nos jours, ce sont toutes ces discussions au sujet du réveil. Partout où vous allez, les hommes parlent de réveil. Parfois ils mettent des annonces à l'extérieur de leur église annonçant: « Il va y avoir un réveil ce week-end. » Dans la plupart des cas, l'église n'a pas besoin d'être réveillée, elle a besoin de vie. Qu'est-ce que le réveil? C'est revenir à la norme. C'est tout ce qu'est le réveil. C'est simplement revenir à la norme, c'est revenir à Christ. Si les chrétiens étaient normaux, ils n'auraient pas besoin de réveil. Vous voyez, le besoin de réveil c'est quelque chose que nous faisons venir nous-mêmes en détournant nos yeux de Jésus. Un bon feu n'a pas besoin qu'on le rallume. Un bon feu ne fait que brûler sans cesse. A un moment donné, nous avons accepté l'idée que la repentance et le fait d'être rétrograde étaient normaux pour le chrétien. C'est totalement faux, c'est anormal. Dieu ne nous a pas destinés à ces choses. Selon Philippiens, la vie chrétienne normale est la vie qui est remplie de Christ. Et la vie qui est remplie de Christ est débordante de joie. Vous voyez, la joie est la clé de ce livre mais uniquement en tant que résultat, en tant que fruit de notre relation avec Christ.

Une des façons d'avoir la vérité de Philippiens dans votre coeur est de penser à Philippiens, en termes de trois « J. » Le premier « J » est pour « Jail », le second « J » est pour « Joy », le troisième « J » est pour « Jesus. (2) » Paul a écrit ces choses alors qu'il était en prison. Humainement il avait bien des raisons d'avoir de l'amertume. Toutes les choses lui étaient contraires. Il était enchaîné à un garde romain depuis deux ans, jour et nuit, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, il sortait tout juste de deux autres années de prison à Césarée. Il savait que Dieu l'avait appelé à prêcher l'Evangile, mais il avait toutes les chances de mourir, d'être exécuté à cause de sa foi. Comment Paul pouvait-il avoir de la joie en prison? La réponse est dans le troisième « J », Jésus. C'est à cause de Jésus qu'il pouvait avoir de la joie en prison. C'est parce que sa vie était remplie de Christ. Certaines personnes ont la fausse idée que Paul supportait la prison. Il ne supportait pas la prison, il ne s'efforçait pas d'arborer un large sourire pour essayer de tout supporter. Il se réjouissait en prison! Vous pouvez voir cela à travers toute la lettre, il se réjouissait continuellement, parce que Christ était sa vie. Ce n'était pas un formulaire ou un crédo, c'était une Personne. Lorsque votre vie est remplie de Christ, comme l'était celle de Paul, vous aurez immanquablement de la joie en toutes circonstances.



PAUL ETAIT ESCLAVE DE CHRIST ET PAS DE SES CIRCONSTANCES

Veuillez noter le tout premier verset de l'épître, où Paul se désigne lui-même comme un esclave de Jésus-Christ... Vous voyez, il n'était pas un esclave de Rome, il était un esclave de Christ. Il ne vivait pas dans ses circonstances, il vivait en Christ. Ce que nous, nous appelons l'environnement, Paul l'appelle Christ. Pour lui, toutes ses circonstances étaient Christ. Est-il arrivé à Paul de broyer du noir? La réponse est non! Parce qu'il prenait Christ avec lui dans la prison. C'est comme lorsque vous prenez une lumière avec vous dans une cave. Qu'arrive-t-il aux ténèbres? Elles s'en vont! Paul prenait simplement son environnement avec lui partout où il allait. Savez-vous pourquoi la prison était une joie pour Paul? Parce qu'il avait pris le ciel avec lui. Si vous prenez le ciel avec vous en prison, alors votre expérience de la prison sera l'expérience du ciel. Paul emmenait le ciel, l'environnement de Dieu, la Personne de Christ, partout où il allait. Tous les hommes normaux, tous les chrétiens normaux, les chrétiens dont les vies sont remplies de Christ, sont automatiquement remplis de la joie du Seigneur.

Parfois il arrive de rencontrer des chrétiens qui sont vraiment moroses, qui ont le cafard. Si vous leur demandez pourquoi ils sont dans cet état, ils vous répondent en disant: « A quoi peut-on s'attendre lorsque l'on est dans un endroit comme celui-ci? A quoi peut-on s'attendre lorsque l'on est dans un environnement comme celui-là? Je travaille avec des païens toute la journée, je dois entendre ce langage toute la journée, j'entends parler de cette philosophie du monde toute la journée, je respire l'air des païens toute la journée. A quoi peut-on s'attendre dans un endroit comme celui-ci? » Ces personnes ont besoin de Philippiens. Elles ont besoin du message de Philippiens, parce que Philippiens nous enseigne comment emmener notre environnement avec nous dans chaque endroit où nous allons. Vous voyez, mon travail n'a pas besoin d'être le ciel, si j'ai le ciel dans mon coeur. Mon lit de convalescence n'a pas besoin d'être le ciel si j'ai le ciel dans mon coeur. Mon voisinage n'a pas besoin d'être le ciel si j'ai le ciel dans mon coeur. Ma famille n'a pas besoin d'être le ciel si j'ai le ciel dans mon coeur. Mon église n'a pas besoin d'être le ciel si j'ai le ciel dans mon coeur. Christ est la pierre précieuse du ciel, Il est la gloire du ciel. Si votre coeur est plein de Christ, alors tout votre environnement est sanctifié, et vous pouvez avoir la joie du Seigneur partout! Parce que là où est Christ, là est le chrétien normal. Et là où est Christ, là est la vraie Eglise.

De nos jours, l'Eglise moyenne, le chrétien moyen, sont malheureusement anormaux. Et c'est l'objectif de Philippiens que de nous rendre normaux. Que Dieu puisse nous amener à être normal, que Dieu puisse faire de nous des chrétiens normaux, pour que nous puissions avoir une vie remplie de Christ et débordante de la joie du Seigneur. Dans ma bibliothèque, j'ai un livre dont le titre est « Les lettres de Samuel Rutherford. » C'est un livre merveilleux. Samuel Rutherford était un écossais qui a vécu au 17ème siècle. Il disait que la douceur de Christ était le slogan de sa vie. Si vous lisez quelques-unes de ses lettres, vous verrez qu'il vivait cela. Il profitait tellement d'être en Christ. Charles Spurgeon a fait ce commentaire: « Parmi les choses qui m'ont le plus inspirées, il y a les lettres de Samuel Rutherford. » Samuel Rutherford fut jeté en prison, à Aberdeen, à cause de sa relation avec Christ. J'ai été si émerveillé lorsque j'ai lu ses lettres. Il n'a jamais pensé que ses lettres seraient publiées. Ce sont de vraies lettres qu'il a écrites à de vraies personnes. Quelqu'un les a réunies après sa mort et les a publiées. Voici comment la plupart d'entre elles commencent: « Je vous écris du palais royal de mon Seigneur ici a Aberdeen. » N'est-ce pas une merveilleuse façon de commencer une lettre? Quel était son palais royal à Aberdeen? C'était le donjon de sa prison. Mais ce n'était pas une prison pour lui, parce qu'il vivait dans une union vivante avec le Seigneur Jésus-Christ. Et cette prison devint le palais royal du Seigneur. Vous voyez lorsque votre coeur est rempli de Christ, du Seigneur, vous avez cette joie.



CHRIST EST L'ENVIRONNEMENT NORMAL DU CHRETIEN

Pourquoi Paul était-il si heureux dans une prison romaine? Parce que Jésus habitait là-bas avec lui. Pourquoi Samuel Rutherford était-il si joyeux dans « son palais royal » avec son Seigneur? Parce que Jésus était là-bas avec lui. Il n'y a rien qui puisse diminuer la joie d'un vrai chrétien, d'un chrétien normal, qui a commencé à goûter au message de Philippiens. Une vie remplie de Christ est indépendante des circonstances, peu importe ce qui arrive. Parce que le résultat de cette vie est la joie dans le Seigneur. Le chrétien normal vit Christ, respire Christ, dort Christ, mange Christ, boit Christ c'est son environnement. Christ est Tout. Paul avait cette joie et ce contentement en toutes circonstances à cause de cette relation avec Christ. Vous voyez, le monde fait des commentaires du genre: « J'ai dû rester couché à cause de la maladie. » Mais savez-vous ce que Dieu dit? « Tu as dû rester couché pour être au calme. » Ce n'est pas du tout la même chose. Si vous avez les yeux sur Christ, tout ce qui vous arrive au moment où cela vous touche, est devenu la volonté de Dieu pour vous. C'est l'environnement de Christ. Là où est Christ, là est le chrétien normal. Que Dieu puisse nous enseigner cela alors que nous avançons dans ce livre de Philippiens. La vie chrétienne normale est la vie qui est remplie de Christ, et la vie remplie de Christ est débordante de joie.

Dans le cadre de notre vue d'ensemble du livre, laissez moi vous proposer un plan pour ce livre. Il existe plusieurs plans excellents pour ce livre. Sidlow Baxter propose ce plan.

• Chapitre 1: Christ notre vie
• Chapitre 2: Christ notre pensée
• Chapitre 3: Christ notre objectif
• Chapitre 4: Christ notre force

La plupart des gens suivent cette idée générale. Monsieur Sims propose ce plan:

• Chapitre 1: Christ notre thème
• Chapitre 2: Christ notre modèle
• Chapitre 3: Christ notre objet
• Chapitre 4: Christ notre force

C.I. Scofield dans sa Bible, propose le plan suivant:

• Chapitre 1: Christ notre vie, nous pouvons donc nous réjouir dans la souffrance
• Chapitre 2: Christ notre modèle, nous pouvons donc nous réjouir dans le service
• Chapitre 3: Christ notre objet, nous pouvons donc nous réjouir même dans notre imperfection
• Chapitre 4: Christ notre force, nous pouvons donc nous réjouir sans être anxieux

Vous trouverez de bons plans dans la plupart des livres. Pour la discussion que nous aurons en parcourant ce livre, j'utiliserai un plan que j'ai pris de Frank Sells:

• Chapitre 1: Christ la source d'une joyeuse confiance
• Chapitre 2: Christ la source d'une joyeuse humilité
• Chapitre 3: Christ la source d'un joyeux objectif
• Chapitre 4: Christ la source d'une joyeuse force

C'est ce que nous développerons en détails en parcourant le livre chapitre par chapitre. Dans le chapitre 1, nous verrons Christ, la source d'une joyeuse assurance. Vous rendez-vous compte qu'il n'y a pas de vraie confiance qui ne contienne pas la joie du Seigneur. Si vous dites avoir de la confiance, mais sans la joie du Seigneur, alors je ne sais pas ce que c'est, mais ce n'est pas de la confiance. La même chose est vraie de l'humilité. La vie chrétienne normale est pleine d'humilité. Il n'y a pas d'humilité réelle, si elle n'a pas la joie du Seigneur. De nombreux chrétiens ont un complexe de « martyr » mais pas l'humilité. Ils appellent cela l'humilité mais c'est un complexe de « martyr. » Vous voyez Jésus était un homme de douleur et habitué à la souffrance, mais il n'avait pas un complexe de « martyr. » Un complexe de « martyr » manque totalement de joie.

La même chose est vraie au chapitre 3. Christ est la source d'un joyeux objectif. Il est triste de voir une personne sans objectif, sans but, ne sachant pas quoi faire. Mais il est encore plus triste de voir quelqu'un qui pense avoir un objectif mais qui n'en a pas réellement. Aucun objectif n'est réel s'il ne contient pas la joie du Seigneur. De nombreux chrétiens vous rendent moroses dès que vous passez un peu de temps avec eux. Ils gâchent presque votre journée juste en les voyant, à cause de la terrible dépression dans laquelle ils sont constamment. Une vie remplie de Christ est une vie remplie de joie, elle est pleine de confiance, d'humilité, et elle a un objectif, un but. Enfin chapitre 4, elle est pleine de force. Il ne peut pas y avoir de force sans la joie du Seigneur. En lien avec cela, j'aime Néhémie 8:10 qui dit: « La joie de l'Éternel est ma force. » Savez-vous ce que cela veut dire pratiquement? Si la joie de l'Eternel est la force, ne pas avoir la joie de l'Eternel, c'est ne pas avoir de force. Certains chrétiens sont si faibles parce qu'ils n'ont pas la joie du Seigneur. Ainsi en est-il, dans notre vie, si nous n'avons pas la joie du Seigneur, nous n'avons pas de force.

Rappelez-vous bien, nous ne parlons pas du bonheur, mais de la joie. Le bonheur prend sa source dans les émotions, la joie prend sa source dans la volonté. La joie affecte les émotions mais elle ne prend pas sa source dans les émotions. Nous verrons cela davantage en parcourant l'épître. Rien n'est plus important, alors que nous considérons ce livre, que le peuple de Seigneur soit rempli de Christ et que son coeur déborde de joie. En étudiant cette épître, j'ai prié pour nous, pour qu'à la fin de cette étude nous puissions être plus proches de la normale que nous ne l'avons jamais été. C'est tout le message de Philippiens.

Nous avons dit que la contribution particulière de Philippiens c'est que Dieu veut nous rendre normaux, Dieu veut faire de nous des chrétiens joyeux. Il veut que nous soyons normaux maintenant, que nous vieillissions en louant Jésus et que nous mourions en louant Jésus. Il veut simplement que nous soyons normaux, étant remplis de Christ et donc remplis de la joie du Seigneur. Il ne veut pas que nous ayons une vie remplie de nombreuses choses, et qui part dans toutes les directions. Tant de chrétiens ne se réjouissent pas de la vie chrétienne, ils n'en profitent pas. Ils ne connaissent pas la joie, ils ne tressaillent pas d'être simplement avec Jésus.



LE FARDEAU DE LA PRIERE OU LA JOIE DANS LA PRIERE

Laissez-moi illustrer la chose à partir de la première mention de la joie dans Philippiens. On la trouve au verset 1:4, c'est la joie dans la prière. C'est un des grands résultats d'une vie joyeuse, la joie dans la prière. La joie du Seigneur n'est pas la joie de faire ce que je veux, c'est la joie de faire ce que Dieu veut que je fasse. C'est la joie dans la volonté de Dieu. Les gens qui sont sauvés veulent-ils la joie du Seigneur? Le chrétien moyen, celui qui ne se repose pas complètement sur Christ, veut-il la joie du Seigneur? Avant je répondais par l'affirmative, mais ce n'est plus le cas maintenant. Lorsque certains voient des gens aller vers les sectes, ils disent: « Ils doivent vraiment rechercher Christ, regardez comment ils courent vers les sectes. Ils sont si affamés, si seulement quelqu'un pouvait leur apporter Christ. » Non, vous ne recherchez pas Christ si vous courez après les sectes. Vous recherchez Christ si vous courez après Christ. Si quelqu'un ne court pas après Christ, c'est qu'il n'a pas faim de Christ. Parce que ceux qui ont faim seront rassasiés, et ceux qui ont soif seront satisfaits. Il n'est pas vrai que les gens non sauvés ou que les chrétiens moyens désirent la joie du Seigneur. Ils se satisfont d'une imitation mais pas de la réalité. La plupart des chrétiens désirent seulement la joie dans ce qu'ils veulent faire. Manifestez-vous de l'enthousiasme lorsque quelqu'un parle de la volonté de Dieu? Dieu aimerait qu'il en soit ainsi. Lorsqu'un coeur est attaché à Christ alors rien ne sera plus délicieux à son palais spirituel que de faire la volonté de Dieu.

La première mention de la joie est donc liée à la prière. Priez-vous pour ceux que vous aimez? Laissez-moi vous posez la question d'une autre façon. Priez-vous pour ceux que vous aimez avec joie, avec la joie du Seigneur? Vous voyez, il y a une différence. La question principale n'est pas de savoir si vous priez pour vos proches, mais si vous priez avec joie pour vos proches. J'ai remarqué que le diable aime accabler les enfants de Dieu avec des sujets de prière. Parfois on entend quelqu'un dire: « Oh! J'ai un fardeau. J'ai plusieurs fardeaux de prière. » Je ne crois pas du tout qu'ils viennent de Dieu. Nous sommes parfois si écrasés par ces fardeaux de prière. Lorsque nous vivons de cette façon, accablés et écrasés, nous perdons la meilleure publicité que Dieu nous ait donnée pour gagner les inconvertis et les attirer à Lui. La meilleure chose que vous puissiez faire pour vos proches c'est de faire de l'Eternel vos délices et Il vous donnera ce que votre coeur désire (cf. Psaumes 37:4). Vous ne pouvez rien faire de mieux pour vos bien-aimés. Vous n'allez pas gagner vos proches en leur plaçant un tract sous leurs yeux, en leur prêchant un sermon de dix minutes. Vous devez vous réjouir dans la présence du Seigneur et cela deviendra un témoignage, et cela seul créera une soif pour tous ceux autour de vous. Nous avons tant de mauvais fardeaux.



MA RESPONSABILITE PRINCIPALE EST DE ME REJOUIR TOUT LE TEMPS EN JESUS

Ma principale responsabilité est d'être joyeux en Jésus en tout temps, de me réjouir en Jésus en tout temps. Vous me direz: « Mais alors, comment peut-on connaître la différence entre le fardeau de Satan, et le fardeau de Dieu? » Ce n'est pas difficile. Le fardeau de Dieu vous élève, le fardeau de Satan vous écrase. Voilà la différence. Le fardeau de Dieu est léger, Jésus dit: « Venez à moi mon fardeau est léger. » (cf. Matthieu 11:30) Son fardeau n'est pas lourd. Il ne vous donne pas un fardeau en disant: « Oh! Il faut prier pour cette personne, sinon elle va brûler en enfer. » Lorsque Dieu place sur vous un fardeau, c'est aussi une prophétie, parce que Dieu ne nous met jamais à coeur de prier pour quelque chose qu'Il ne va pas accorder. » Il ne joue pas avec vous, Il ne se moque pas de vous. S'Il vous a donné un fardeau pour une chose, c'est aussi qu'Il a prévu de la faire. Dieu pousse toujours les coeurs à prier pour ce qu'Il va aussi donner. Par conséquent, lorsque Dieu place un fardeau sur votre coeur c'est aussi accompagné de joie, parce que vous priez avec assurance. Voilà ce que veut dire prier par l'Esprit.

Certaines personnes sont accablées parce qu'elles ne reçoivent pas de fardeau. Elles disent: « Oh! Je n'ai pas de fardeau pour mes bien-aimés. » Et alors! Réjouissez-vous dans le Seigneur. Et lorsque Dieu sera prêt à vous donner un fardeau, Il vous le donnera. Mais jusque-là, n'acceptez pas les fardeaux du diable, car cela va vous écraser, cela ne fera que vous rendre morose. Avant, je pensais que cela faisait partie de la vie chrétienne de se sentir presque tout le temps misérable à cause des perdus, des gens qui ne sont pas sauvés. Je pensais que c'était spirituel d'avoir un fardeau pour mes voisins et un fardeau pour mes parents. Je peux vous dire que ce n'est plus le cas. Le chrétien normal a une vie qui est remplie de Christ. Et la vie qui est remplie de Christ a pour résultat d'être débordante de la joie de Christ, en toutes circonstances. Nous verrons cette réalité dans notre vie si nous laissons Dieu y imprimer le message de Philippiens.

Voilà pour ce qui concerne le thème. Laissez-moi maintenant vous présenter l'arrière-plan historique de ce livre que l'on trouve dans Actes 16:6-40. J'aimerais vous donner quelques indications concernant l'arrière-plan, lesquelles nous aideront à entrer dans les vérités de Philippiens. Premièrement l'arrière-plan met en lumière la vérité de l'obéissance. Vous savez, si Paul n'avait pas obéi, nous n'aurions jamais eu le livre de Philippiens. Tout l'arrière-plan nous parle de l'obéissance de Paul. Ce livre est né à cause de l'obéissance de l'apôtre Paul. En Actes 16, Paul était déjà vieux et il était en route pour son second voyage. Il n'était pas seul car Timothée, Silas et Luc étaient avec lui. Barnabas et Marc étaient allés leur propre chemin, ils s'étaient séparés à cause des problèmes qu'ils avaient eus lors du premier voyage missionnaire. Paul arriva de l'Est et se dit: « Vers où dois-je aller? Je pense que je devrais aller au Sud en Asie. » Mais en Actes 16:6 le Saint-Esprit dit: « Stop! Je ne veux pas que vous alliez en Asie. » Donc Paul se dit: « Comme je ne peux pas aller au Sud, j'irai au Nord. » Par conséquent il commença à aller au Nord. Mais en Actes 16:7 le Saint-Esprit dit: « Non, je ne veux pas que tu ailles au Nord. » Donc Paul se dit: « Ok, je viens de l'Est, je ne peux pas aller au Sud, je ne peux pas aller au Nord, donc je vais aller à l'Ouest. » Il donc partit pour l'Ouest. Il alla aussi loin qu'il le pouvait et arriva à Troas. C'est pendant qu'il attendait à Troas qu'il eut cette vision et qu'il vit un homme macédonien qui priait: « Passe en Macédoine, secours-nous! »

Il arriva à Philippes et découvrit que cet homme était en fait une femme, Lydie. Et ce fut en fait la première fois que l'Evangile de Christ toucha le sol européen. Vous êtes sauvés parce que Paul est allé en Europe. Vous pouvez vous réjouir en Christ, parce que l'Evangile est allé en Europe, et Actes 16 en est le récit. Non seulement ce fut la première fois où l'Evangile arriva en Europe, mais la ville de Philippes fut le premier endroit en Europe où l'Evangile prit racine lors d'une petite réunion de prière le long d'une rivière. Des femmes tenaient une réunion de prière. Elles ne connaissaient pas Jésus, mais elles cherchaient et le Seigneur utilisa Paul comme Son « canal missionnaire » pour les rencontrer. Le Psaume 37:23 dit: « Les pas de l'homme de bien sont ordonnés par le Seigneur. » Mais les arrêts d'un homme de bien sont aussi ordonnés par le Seigneur. Je suis si reconnaissant que Dieu ait arrêté Paul lorsqu'il voulut aller au Nord et au Sud, et qu'Il l'ait appelé en Europe.

La ville de Philippes était un endroit tout à fait unique. Elle fut ainsi nommée en référence à Philippe de Macédoine. Lorsque Rome l'a prise, elle s'appelait déjà Philippes. Beaucoup de choses à propos de Philippes sont intéressantes comme les mines d'or et d'argent qui l'ont rendue célèbre, ou le fait que c'était une porte entre l'Ouest et L'Est, entre l'Asie et l'Europe; une des routes principales passait par Philippes. Mais ce qui rend Philippes si intéressante c'est qu'elle était une colonie Romaine. C'était comme une petite Rome. Lorsque Rome a conquis Philippes, ils ont chassé tout le monde, confisqué toutes les terres et les ont données à leurs soldats vétérans, pour qu'ils y prennent leur retraite. La ville devint un grand lieu de repos pour tous les soldats retraités. Philippes était donc une ville militaire; c'est pourquoi, lorsque Paul a été battu de verges, il lui aurait suffi de dire: « Je suis un citoyen romain », pour faire cesser le supplice. La ville de Philippes n'était pas assujettie à Rome, elle était dispensée du paiement des taxes. Ses habitants se gouvernaient eux-mêmes. En introduisant l'Evangile dans cette petite Rome, Dieu veut montrer que lorsque l'Evangile aura été enraciné dans cette petite Rome, cela se produira de même un jour dans la grande Rome, et également dans le monde entier. Le livre de Philippiens est donc un merveilleux petit livre parce qu'il nous donne le message qui se répandra ensuite dans le monde entier.



LE JOIE AU MILIEU DES DIFFICULTES, PAS LOIN DES DIFFICULTES

Deuxièmement, l'arrière-plan met aussi la joie en lumière, la vraie joie biblique. La lettre de Philippiens a été écrite 10 ans après que Paul fut venu à Rome. Vous rappelez-vous le miracle que Paul a fait en chassant l'esprit d'une servante possédée? Les maîtres de la servante n'ont pas apprécié et l'ont fait battre de verges et mettre en prison. Bienvenue en Europe! Mais en prison, vers le milieu de la nuit, avec Silas, ils ont commencé à chanter. Pourquoi? Parce qu'ils se sentaient mal, et voulaient se remonter le moral? Non, ils ont chanté parce que leurs coeurs étaient remplis de joie. C'est de cela que les Philippiens se sont rappelés. Lorsque Paul commence à leur parler de la joie, il est de nouveau en prison, dix ans plus tard. Quelle réputation il avait. Il a été quatre fois en prison. D'abord à Philippes, ensuite à Césarée pendant deux ans, puis à Rome pour deux ans. Ensuite il en est sorti, y est retourné et finalement il y est mort. Ici, à Philippes en Actes 16, il commence donc à chanter au milieu de la nuit, puis Dieu envoie un tremblement de terre et au final le geôlier est sauvé.

En pensant à cette louange qu'ils ont fait monter au milieu de la nuit, je pense au Psaume 119:62 que j'aime. Avant je le comprenais mal, je l'appliquais littéralement: « Au milieu de la nuit je me lève pour te louer. » Lorsque j'étais étudiant à l'école biblique, je réglais mon réveil à minuit à cause de ce verset, je me levais et je louais le Seigneur. Mais lorsqu'il dit: « Au milieu de la nuit je me lève pour te louer », il ne s'agit pas de minuit. La façon dont le mot « nuit » est utilisé dans ce chapitre fait référence aux problèmes, aux douleurs, aux peines, aux afflictions. Au milieu de la nuit veut dire au milieu de mes problèmes. « Au milieu de mes problèmes, je me lève et je te loue. » Je suis content de ne plus avoir à me lever à minuit. Ce n'était là qu'une illustration. Paul n'a pas attendu d'être sorti de prison pour dire: « Maintenant que nous sommes sortis de prison, louons le Seigneur. » Au milieu de la nuit, au milieu de ses circonstances, son coeur était simplement rempli de la joie du Seigneur. Nous voyons donc ici la vraie joie. Il ne s'agit pas d'une joie loin des difficultés, mais au milieu des difficultés. Le Psaume 23:5 ne dit pas: « Je vais te préparer une table en l'absence de tes ennemis », il dit: « Je vais te préparer une table en face de tes ennemis. » C'est là où se trouve la vraie joie.



UNITE BIBLIQUE NE VEUT PAS DIRE UNIFORMITE

Troisièmement, l'arrière-plan met aussi en lumière la réelle unité biblique. Il s'agit de l'unité et non de l'uniformité. Pour être des chrétiens, des chrétiens normaux, nous n'avons pas besoin d'être tous pareils. Parfois on dirait que certaines écoles bibliques forment des clones. Lorsque les élèves en sortent, ils sont tous pareils, ils reçoivent le même tampon d'approbation. Ce n'est pas le cas à Philippes. Il est intéressant de voir le premier groupe qui a été sauvé à Philippes. D'abord il y a eu Lydie, la riche femme d'affaire de Thyatire. En passant, c'est une ville d'Asie, là où le Saint-Esprit lui avait défendu d'aller! C'est comme s'Il avait dit: « Ne va pas en Asie, va là-bas en Macédoine et tu rencontreras quelqu'un d'Asie, et conduis-la au Seigneur. » Il y a donc cette riche femme d'affaire, cette marchande de pourpre. La seconde personne que Dieu a sauvée était cette servante possédée qui était au plus bas niveau de l'échelle sociale. Ensuite il y a eu le dur geôlier romain et toute sa famille. Voilà ce qui a constitué la première communauté de chrétiens à Philippes. N'est-ce pas une drôle d'équipe, une étrange mixture? De nos jours, vous pouvez aller dans presque n'importe quelle église, et vous verrez que les gens sont rassemblés selon leur classe sociale. Il y a la haute classe sociale, la classe moyenne, et la basse. Mais la vie chrétienne normale c'est lorsque tout le monde est mélangé. Il n'y a plus de riches et de pauvres, tout le monde est un en Christ Jésus et il y a unité dans la diversité. Il n'y a pas d'uniformité, nous ne sommes pas tous les mêmes, nous sommes tous différents, mais un dans notre union avec Christ.

Quatrièmement nous voyons la communion que l'apôtre Paul avait avec ces Philippiens. Paul aimait les Philippiens, il aimait l'Eglise de Philippes. Si l'on s'en tient à ce qui nous est rapporté, Paul n'a jamais accepté de dons, d'aide financière de personne, si ce n'est de l'église de Philippes. Il n'avait pas honte de l'accepter de la part des Philippiens. Il est écrit quatre fois qu'ils lui ont envoyé des offrandes et il les a acceptées. En avançant dans le Seigneur de cette façon, selon la vie chrétienne normale, vous verrez que vous serez attirez par des individus et des groupes qui ont la même pensée que vous. Lorsque j'étais à l'école biblique, ils nous a été dit, à nous jeunes étudiants: « Vous allez être pasteurs, c'est pourquoi, n'ayez pas d'amis. » Certains enseignent cela, ils disent qu'un pasteur ne doit pas lier de relation d'amitié, sinon d'autres chrétiens seront offensés. Ils disent que si vous invitez quelqu'un dans votre maison, soyez sûrs d'y inviter aussi tous les autres. Mais ce n'est pas l'enseignement de la Bible. Jésus avait ses « soixante-dix », ses « douze » et ses « trois plus proches. » Vous n'aurez sûrement pas beaucoup d'amis dans votre vie, peut-être une poignée, peut-être deux ou trois. Et si Dieu vous fait une grâce particulière, Il vous donnera un Jonathan parmi eux. Profitez de cela et ne soyez pas embarrassés d'avoir une relation spéciale avec eux.

Lorsque votre coeur est chaud, lorsque Christ est dans votre coeur, vous serez attirés par certaines personnes, louez Dieu pour elles et ne laissez personne vous empêcher d'avoir cette relation. De la même manière, vous pouvez avoir des relations particulières avec des groupes, louez Dieu pour cela. Personnellement j'ai un groupe de Jonathan. Il y a un groupe de chrétiens dans l'état du Delaware qui donnent leur vie pour moi et je fais la même chose pour eux. Il y a une relation entre nous que Dieu a établie. Paul avait ce genre de relation avec les Philippiens. Nous verrons que cette lettre ne traite pas de problèmes comme dans d'autres lettres, cette église semble être une église sans problème et nous verrons « les problèmes » d'une église sans problème. Cette lettre est une lettre d'amitié. En réalité cette lettre est une lettre de remerciement pour le don qu'ils lui ont envoyé, c'est tout ce qu'est ce livre. C'est juste une lettre pour dire merci pour le don. Nous verrons sa relation avec eux lorsque nous la parcourrons.

Laissez-moi terminer avec cela. Le lien, l'esclavage le plus fort que vous pourrez avoir dans votre vie chrétienne est essayer d'être heureux. La Bible ne nous enseigne pas comment être heureux. Elle nous enseigne comment connaître Dieu. Si vous connaissez Dieu, un des résultats de cette connaissance, de cette relation, sera un coeur plein de joie. Certains pensent: « Oh! Je traverse plein de difficultés, mais je regarde tout comme de la boue, je vais essayer d'être heureux. » Non, vous ne pouvez pas le faire. Le message de Philippiens vous amène à Christ. Parce que le coeur qui est rempli de Christ est également rempli de joie.

Prions:

Père, combien nous Te remercions pour ce merveilleux livre de Philippiens. Nous confessons que tant de fois nous sommes des chrétiens moyens et anormaux, si loin de la norme. A travers notre étude de Philippiens, nous Te demandons de nous ramener à la normale. Fais-nous la grâce de pouvoir dire avec l'apôtre Paul: « Pour moi vivre c'est Christ, pour que je puisse Le connaître Lui, la puissance de sa résurrection, et la communion de ses souffrances, en devenant conforme à lui dans sa mort. » Enseigne-nous comment Te connaître. Merci parce que Tu as déjà commencé à travailler dans ce sens dans nos coeurs et que tu vas continuer. Fais de Philippiens une réalité brûlante dans nos vies. Nous Te le demandons au nom de Jésus. Amen.

Philippiens #2

(1)Dans l'original il y a un jeu de mots entre Happiness (Bonheur), Happen (Arriver) et Hap (Heur) (NdT)[retour]

(2)Prison, joie, Jésus (NdT)[retour]