PHILEMON - UNE HISTOIRE DE REDEMPTION
Par Ed Miller

Le texte qui suit est la transcription d'un message oral donné en anglais. La forme orale a été conservée, mais des titres de sections ont été ajoutés pour faciliter la lecture. (NdT)



INTRODUCTION

Notre désir est qu'avec cette étude, vous puissiez voir le SeigneurJésus d'une manière vivante. Lorsque nous commençons l'étude de laParole de Dieu, il y a un principe qui est absolument indispensable. Ily a des principes qui peuvent être très utiles pour étudier la Bible etnous remercions Dieu pour toutes les aides dont nous pouvonsbénéficier, pour tous les livres d'enseignements, les commentaires, lesconcordances, les atlas, les sermons et toutes les autres choses. Maisà la fin frères et soeurs, vous devrez apprendre à venir devant leSeigneur comme des petits enfants, et simplement lui dire: « Seigneur,montre moi le Seigneur Jésus. » Après avoir travaillé durement etrassemblé tous les faits sur un livre de la Bible, vous devez venirdevant le Seigneur pour qu'Il puisse vous faire contempler la beauté deChrist. Seul Dieu peut révéler Christ. Quelle que soit la simplicité dumessage, la clarté du plan utilisé, la valeur des illustrations, àmoins que le Seigneur ne fasse son oeuvre, rien ne se fait. Nous avonsbesoin de voir le Seigneur.

J'aimerais partager avec vous un passage avant de prier ensemble, c'est le Psaume 43:3-4:« Envoie ta lumière et ta vérité! Qu'elles me guident. » C'est donc uneprière pour avoir Sa lumière et Sa vérité. Le verset suivant nous ditoù cela va nous guider. « Envoie ta lumière et ta vérité! Qu'elles meguident. Qu'elles me conduisent à ta montagne sainte et à tes demeures!J'irai vers l'autel de Dieu, de Dieu, ma joie sans mesure! » A moinsque nous ayons Sa lumière et Sa vérité, nous pouvons parler de Sonautel et nous soumettre, mais cela ne nous est pas possible. Nouspouvons dire: « Donne-moi Jésus, ma joie sans mesure. » Mais ce n'est quelorsqu'Il nous a montré la beauté de Christ, que nous pouvons aller àl'autel et aller vers le Seigneur, notre joie sans mesure. Nous n'avonspas besoin de Le forcer ou de Le pousser pour qu'Il se révèle Lui-mêmeà nous. Il veut se montrer à vous, frères et soeurs, davantage que vousne voudrez jamais Le rencontrer et Le rechercher. Faisons confiance auSeigneur, Il va nous rencontrer là où nous en sommes, et Il va nousmontrer Son fils.

Prions:

Notre Père nous Te remercions pour chaque frères et soeur, aveclesquels nous pouvons nous rassembler aujourd'hui. Merci pour les plusjeunes et les plus âgés. Nous Te prions Seigneur que nous puissionsêtre nourris de l'Agneau pendant cette étude, que nous puissions Tevoir de telle manière que cela transforme notre vie. Nous Te remercionspour Ta parole vivante et pour la façon dont elle nous révèle Christ.Tu as dit que nous saurions quand nous serions enseignés par Dieu,parce que tous ceux qui sont enseignés par Dieu viennent à Jésus. Alorsemmène-nous à Jésus et enseigne nous par Ton Esprit. Nous Te remettonsce temps que nous allons passer ensemble dans le nom prééminent deJésus. Nous ne nous confions pas en nous-mêmes, nous nous confions enToi. Que Tu puisses nous préserver de ce qui vient de la chair et dusang, donne-nous seulement ce qui est révélé du ciel. Merci par avanceparce que Tu vas largement répondre à cette prière, parce que nous ledemandons dans le précieux nom de notre Seigneur Jésus. Amen.



C'EST JESUS-CHRIST QUE NOUS PRESENTONS

Nous aimerions considérer une histoire qui, je pense, est peu connuedu peuple de Dieu. Mais c'est pourtant une histoire du NouveauTestament qui est très précieuse. Je ne connais pas votre arrière-planchrétien, mais n'ayez pas peur d'être perdus en écoutant ce que je vaisdire, en disant: « Oh je ne suis pas un érudit de la Bible, je neconnais pas cette histoire biblique! » Parce que nous présentons unepersonne, c'est le Seigneur Jésus. Et si votre coeur Lui est ouvert,alors vous êtes automatiquement ouverts à tous les messages de laBible, que vous les connaissiez ou non, car nous voulons nous focalisersur le Seigneur Jésus.

Nous allons considérer un livre du Nouveau Testament qui ne fait qu'unchapitre. Il n'y a que quatre livres dans le Nouveau Testament quin'ont qu'un chapitre, Philémon, Jude et 2 et 3 Jean. Nous allonsconsidérer le livre de Philémon qui est le seul livre écrit par Paulqui n'a qu'un chapitre. C'est aussi la seule note personnelle écrite parl'apôtre Paul. Certaines personnes pensent que 2 Timothée est aussi unelettre personnelle qu'il a été écrite. Elle contient bien sûr deschoses personnelles, mais elle parle avant tout de sujets liés auministère. Paul écrivait habituellement à des groupes, aux frères deCorinthe, de Galatie, de Thessalonique et ainsi de suite. Uncommentateur a dit que c'était une lettre d'un frère à un frère pour unfrère. Voilà en quoi consiste Philémon. Il y a cinq livres dans leNouveau Testament que nous n'aurions jamais eu, si Paul n'était pasallé en prison. Dieu a pu utiliser son emprisonnement et Philémon estl'une de ces lettres. Les quatre autres sont Colossiens, Ephésiens,Philippiens et 2 Timothée. Nous louons donc Dieu de ce que Sonserviteur a aussi connu le Seigneur dans la souffrance.



PAUL, PRISONNIER DE JESUS-CHRIST ET NON DES CIRCONSTANCES

J'aime la façon dont Paul commence sa lettre en Philémon 1:1:« Paul, prisonnier de Jésus Christ. » Bien que Paul ait été en prison en grande partie à cause deson ministère, vous ne lirez jamais quelque chose du genre, Paul leprisonnier de Rome ou Paul le prisonnier de Néron ou encore Paul leprisonnier de César, parce qu'il n'était jamais prisonnier de sescirconstances. Il recevait toujours tout ce qui lui arrivait, au momentoù cela lui arrivait, comme étant la volonté de Dieu pour lui. Soncoeur était focalisé sur la personne du Seigneur et il marchait enunion avec Lui. Ainsi, quand il était en prison, ce n'était pour luique l'étape suivante dans la croissance de la connaissance du Seigneur.En considérant les périodes où il fut emprisonné, on se rend comptequ'il y eu parfois des moments où il n'avait pas un seul instant deliberté. A un certain moment pendant deux ans, il fut enchaînévingt-quatre heures par jour à un garde romain et cela jour et nuit,pendant toute la journée, pendant toute la nuit. Le garde avait leprivilège d'être remplacé, mais le prisonnier n'était pas remplacé. Ilétait tout le temps le prisonnier. Ainsi l'apôtre Paul, même dans cettesituation, ne fut jamais à la merci d'aucune circonstance. Aucunchrétien n'est à la merci d'aucune circonstance. Vous êtes à la mercidu Seigneur, et je suis à la merci du Seigneur. Et parce que son coeurdisait: « Donne-moi Jésus », même en prison, Dieu l'utilisait.Vous rappelez-vous Actes 16, quand il était à Philippes, et qu'il futbattu et jeté dans le donjon. Vous rappelez-vous de quelle manière ilse réjouissait au milieu de la nuit et comment il chantait les louangesde Dieu. Tout cela eu un rôle rédempteur, le geôlier et toute safamille vinrent au Seigneur.

Ecoutez ce que dit Philippiens 1:12-14: « Je veux que voussachiez, frères, que ce qui m'est arrivé a plutôt contribué aux progrèsde l'Évangile. En effet, dans tout le prétoire et partout ailleurs, nuln'ignore que c'est pour Christ que je suis dans les liens et la plupartdes frères dans le Seigneur, encouragés par mes liens, ont plusd'assurance pour annoncer sans crainte la parole. » Et Philippiens4:22: « Tous les saints vous saluent, et principalement ceux de la maisonde César. »

Réalisez-vous comment Dieu l'a utilisé en prison envers les gardes,les autres prisonniers, les autres chrétiens et même la maison deCésar. Et tout cela parce qu'il était en prison. Je peux vous dire quelorsque Satan a ouvert les portes de la prison pour y faire entrerPaul, il a aussi ouvert les portes du palais pour y faire entrer Jésus, et ainsi Dieul'a utilisé puissamment.

Retournons à Philémon. Vous pouvez facilement voir les références de Paul à la prison, car Paul est en prison lorsqu'il écrit.

• Verset 1: « Paul, prisonnier de Jésus Christ et le frère Timothée, à Philémon, notre bien-aimé et notre compagnon d'oeuvre. »

• Verset 9: « C'est de préférence au nom de la charité que jet'adresse une prière, étant ce que je suis, Paul, vieillard, et de plusmaintenant prisonnier de Jésus Christ. » En passant, Paul a environ 60ans lorsqu'il se nomme lui-même, un vieillard.

• Verset 10: « Je te prie pour mon enfant, que j'ai engendré étant dans les chaînes, Onésime. »

• Verset 23: « Epaphras, mon compagnon de captivité en Jésus Christ. »



L'ESCLAVAGE, ARRIERE-PLAN DE CETTE HISTOIRE

Cette histoire est, je pense, la plus belle et merveilleuse histoire de tout le Nouveau Testament.

Il y plusieurs façon de considérer cette histoire. Nous pourrionsconsidérer cette histoire à un niveau personnel et voir comment elle aaffecté les différents individus qui la composent. Comme elle touche àla question de l'esclavage, c'est aussi une grande épître sur le maldans la société. Mais ce que j'ai toujours à coeur, c'est de considérerles histoires sous l'angle spirituel. L'histoire de la Bible est unehistoire rédemptrice, c'est-à-dire qu'elle raconte l'histoire du salut.C'est une histoire qui s'est réellement passée, c'est littéral. Ce sontde vrais gens, Philémon a vraiment existé, c'est réellement arrivé.Mais ce qui est en filigrane dans ce texte, c'est une très bellehistoire de rédemption. Que Dieu puisse nous aider à voir cela. Alorslaissez-moi vous dépeindre avec mes propres mots, mais en suivant letexte, une merveilleuse histoire de l'incroyable grâce et amour deDieu.

L'histoire commence avant que Paul ne soit mis en prison. Lorsque vouslisez les Actes et que vous considérez son troisième voyagemissionnaire, en fait c'est le voyage missionnaire du Seigneur àtravers l'apôtre Paul. Nous ne pouvons pas appeler cela le voyagemissionnaire de Paul, c'était le voyage missionnaire de Jésus à traversPaul. Pendant plus de deux ans, il a servi à Ephèse, et selon Actes 19:10:« Tous ceux qui habitaient l'Asie, Juifs et Grecs, entendirent laparole du Seigneur. » Nous savons que Philémon, l'homme à qui ce livreest adressé, vivait à Colosses. Si l'on s'en tient à ce que la Biblementionne, on peut dire que Paul n'est jamais allé là-bas, à Colosses.On voit cela en Colossiens 2. Mais on peutpenser que pendant que Paul servait à Ephèse, Philémon a pu venir deColosses à Ephèse pour participer à l'une des réunions, et l'entendreprêcher. Nous ne savons pas s'il a emmené son épouse, ou son fils, oumême tout un groupe de personnes de Colosses. Mais ce que nous savonsc'est que Dieu a fait se rencontrer Paul et Philémon d'une façon oud'une autre et que Dieu à utilisé Paul pour amener ce frère à Christ.Il fait référence à cela au verset 19.

Voici ce que nous savons avec certitude, nous savons qu'il vivait àColosses, c'est très clair, et nous savons que Philémon était assezriche et qu'il avait de l'influence. Laissez-moi vous présenter safamille:

Verset 1-2: « Paul, prisonnier de Jésus Christ et le frèreTimothée, à Philémon, notre bien-aimé et notre compagnon d'oeuvre à lasoeur Apphia, à Archippe, notre compagnon de combat, et à l'Église quiest dans ta maison. »

Vous voyez Philémon est un frère, un bien-aimé et un compagnond'oeuvre, il est chrétien. Il est presque certain que cette Apphiaétait son épouse, la soeur Apphia. Vous avez donc un couple marié quiconnaît Jésus. Philémon est chrétien, son épouse est chrétienne et leurfils Archippe aussi car il est appelé un compagnon de combat. Vous avezdonc à faire à une famille chrétienne. Un homme, une femme et un fils,et ils aiment le Seigneur Jésus. Nous avons une autre image de cettefamille chrétienne, à cause du verset 2:« Salutations à l'Église qui est dans ta maison. » Ainsi Philémon,Apphia et Archippe avaient ouvert leur maison et l'église s'assemblaitchez eux. Rappelez-vous frères et soeurs, que ce n'est pas avant letroisième siècle, c'est-à-dire trois cents ans plus tard, que les gensont commencé à se rassembler dans des bâtiments d'église. Avant, ils seréunissaient dans les maisons, ils se réunissaient dans les maisonsprivées, c'est ainsi que les chrétiens se rassemblaient. 1 Corinthiens 16:19 nous dit que l'église d'Ephèse se réunissait dans la maison d'Aquilas et de Priscille. Romains 16:23 nous dit que l'église de Corinthe se retrouvait dans la maison de Gaïus et Colossiens 4:15 dit que la petite église de Laodicée se réunissait dans la maison deNymphas. Et ici nous avons l'église de Colosses dans la maison dePhilémon.

Philémon n'était pas pauvre. Une preuve en est que la maison dePhilémon était au moins assez grande pour avoir une chambre pour lesinvités. Nous savons cela parce qu'au verset 22,Paul fait un arrangement avec Philémon. Il parle comme s'il allaitbientôt quitter la prison, venir ensuite le visiter et rester chez luipour quelque temps, Philémon avait donc une chambre pour les invités.

Il semble aussi que Philémon était assez généreux parce qu'au verset 5,il est parlé de sa charité pour tous les saints. Philémon était unhomme qui avait des possessions et qui était chrétien et généreux. Au verset 7il est dit: « J'ai, en effet, éprouvé beaucoup de joie et deconsolation au sujet de ta charité; car par toi, frère, le coeur dessaints a été tranquillisé. » Je pense que les coeurs des saints ont ététranquillisés par des dons matériels et spirituels. Une autreindication qui montre qu'il était nanti est qu'il possédait desesclaves, et l'histoire tourne autour de cette réalité.

Tout cela peut vous sembler contradictoire dans la société où nousvivons. Comment peut-on en même temps parler de Philémon le merveilleuxchrétien, et de Philémon le propriétaire d'esclaves. J'ai été surprisd'apprendre que George Whitefield, cet évangéliste du 18ème siècle,était un propriétaire d'esclaves. Et cela même à l'époque où Dieu l'autilisé le plus. Si Philémon était un si grand chrétien, commentpeut-il posséder des esclaves? Posséder un autre être humain, n'est-cepas la prérogative de Dieu? De quel droit un homme a-t-il le droit deposséder un autre homme? Je pense que c'est ce genre de choses qui faitdu livre de Philémon un tel trésor dans le Nouveau Testament.

J'ai fait quelques recherches sur l'arrière plan de l'esclavage àl'époque des Romains, pour avoir une idée sur ce qui se passait. Celam'a vraiment ouvert les yeux. Dans cette société, à cette époque, prèsd'un tiers de la population de Rome était composée d'esclaves. Celareprésente un nombre incroyable d'esclaves. L'Eglise du NouveauTestament était composée en majorité d'esclaves convertis. Et si vousfaites des recherches par vous-mêmes, vous verrez que les esclavesn'étaient pas traités comme des êtres humains créés à l'image de Dieu.Ils étaient plutôt traités comme des animaux, ils n'étaient que lapropriété de quelqu'un, c'est tout ce qu'ils étaient. Ils n'avaientaucun privilège. Leurs maîtres avaient une souveraineté absolue sureux. Ils pouvaient leur faire n'importe quoi. Ils pouvaient lesmutiler, les vendre, les blesser, les tuer, ils étaient leur chose.J'ai lu que César Auguste a crucifié un de ses esclaves parce qu'ilavait mangé quelque chose qu'il ne devait pas. Voilà ce qu'ils leurfaisaient, c'était tout simplement terrible. Lorsqu'un esclave étaitmalade, ils ne dépensaient pas d'argent pour qu'il puisse se rétablir,ils l'utilisaient simplement comme nourriture pour les poissons d'unvivier. Voilà ce qu'ils faisaient, c'était terrible, ils étaient unepropriété. Ils pouvaient les vendre, les échanger ou s'en servir pourrembourser des dettes et ainsi de suite.

Ce livre, Philémon, parle d'un des plus grands et des plus horribles mauxque la société ait jamais connus. Cela fait partie de la beauté dece livre, car cela montre à quel point la rédemption peut changer leschoses. Pour essayer de changer la société, certains organisent desmarches, écrivent aux responsables politiques ou font des pétitions. Jene juge pas ceux qui font cela, mais personnellement, je ne m'engagepas dans ce genre de choses. Par contre ce que je sais, c'est quel'approche que prend le Nouveau Testament a toujours pour objectif lechangement à travers la rédemption. Le genre de changement qui se passeà l'intérieur et qui se manifeste ensuite à l'extérieur. Je croisfortement aux changements qui se manifestent à travers la rédemption.Je crois malheureusement qu'il y beaucoup de changements qui netouchent que la surface. Ceci dit, il y de grandes chances pour quePhilémon n'est pas été un maître cruel. Il était un homme pieux, ilavait une femme pieuse, et ils avaient un fils pieux. Le peuple de Dieuse réunissait dans sa maison. Il était généreux, il aimait le Seigneur.C'était une famille chrétienne merveilleuse. Dans l'Ancien Testament,on fait aussi référence aux esclaves parmi le peuple d'Israël. On nousy parle d'esclaves qui se perçaient l'oreille comme signe de leur librechoix de vouloir continuer à servir leur maître alors même qu'ilsavaient le droit de retrouver leur liberté.

Je pense donc que la condition de l'esclave, dans la Bible, était plusproche de celle d'un serviteur soumis que de la propriété d'un maître.En d'autres termes, les esclaves travaillaient pour leur maître. Et jepense que c'est ce que nous avons ici. Certains propriétaires possédaientune centaine d'esclaves, mais la Bible va maintenant se concentrer surun seul homme. Et frères et soeurs, j'aimerais maintenant vous raconterl'histoire du chrétien Philémon et de son esclave Onésime.



ONESISME, UN ESCLAVE EN FUITE

Verset 10: « Je te prie pour mon enfant, que j'ai engendré étantdans les chaînes, Onésime. » Onésime était un esclave, son nom signifieprofitable, utile. Il devait être assez jeune au moment des faits, jevous dirai pourquoi je pense cela, à la fin du message.

Il est peu probable qu'il ait été appelé Onésime par son père et samère. Les maîtres d'esclaves donnaient des noms aux esclaves. Et il futappelé « Utile », c'est son nom. C'est probablement parce que c'étaitun bon esclave. « Va voir Utile, il va faire ce travail et il le ferabien. » Ainsi il a appelé son esclave « Profitable. » Voilà maintenantce qui s'est passé au début de l'histoire. Il y a assez de faits dansle texte pour pouvoir reconstituer le début de l'histoire. Laissez-moivous la raconter.

Une nuit, alors que Philémon, Apphia et Archippe dormaient. Onésime,« Utile », n'a pas été à la hauteur de son nom. Il était un esclaveutile mais cette nuit-là, il n'a pas été à la hauteur de son nom. Alorsque tout le monde dormait, Onésime s'est levé, a commencé à parcourirtoute la maison avec son sac, et a pris toutes les choses qui avaientde la valeur. Il a volé son maître et son épouse. Cette nuit, alors quetout le monde dormait, Onésime s'est enfui avec les trésors dePhilémon. Voici un esclave qui est devenu un esclave en fuite. Il acambriolé la maison, il s'est enfui et maintenant il est loin. La Biblene dit pas combien de temps il est parti. Elle ne dit pas non plus cequ'il a fait une fois au loin. Et elle ne parle pas non plus desdifférents endroits où il est allé après avoir pris la fuite.

On sait pourtant qu'il a quitté Colosses et qu'il a fini par arriver àRome. Cela veut dire qu'il a parcouru plusieurs centaines dekilomètres. Il est parti à Rome pour se perdre dans la foule. Il a faitdes centaines de kilomètres pour disparaître, il voulait se cacher, ilvoulait être libre, l'esclave s'est maintenant enfui. Mais Dieu avaitd'autres plans. Vous pouvez fuir Colosses, vous pouvez fuir de chezvotre maître... mais vous ne pouvez pas fuir Dieu. Cet esclave setrouve maintenant à Rome, et nous ne savons pas exactement ce qui s'estpassé. Certaines personnes pensent qu'il a pu rencontrer Epaphras quiavait l'habitude d'avoir la communion avec les frères et soeurs deColosses dans la maison où se réunissait l'église. Nous savonsqu'Epaphras est à Rome à cette époque, car Paul en parle au verset 23, et il se peut qu'ils se soient croisés dans une rue. Cela aurait pu se passer comme cela, Dieu agit parfois ainsi.

D'autres personnes pensent que Paul avait une telle réputationqu'Onésime a appris qu'il était en prison. En nous basant sur la fin dulivre des Actes, nous savons que Paul avait la liberté de recevoir desvisiteurs. Onésime a peut-être eu mauvaise conscience après ce qu'ilavait fait à Philémon, et il simplement voulu parler à Paul. Peut-êtreque cela c'est passé ainsi. Personnellement, je pense qu'il a dû avoirbeaucoup de problèmes et qu'il a fini en prison. Et dans la même prisonque l'Apôtre Paul. Quelle chance, non? Oh, la providence de Dieu! Ilest même possible qu'il ait été dans la même cellule.

Mais tout ce que nous savons, c'est que d'une manière ou d'une autre,Paul et Onésime se sont rencontrés, et Onésime lui a ouvert son coeur,il a raconté son histoire et tout ce qu'il avait fait. Vous devezréaliser qu'à cette époque, il y avait très peu d'espoir pour unesclave en fuite. Nous lisons cela un peu à la légère, pourtant, laplupart du temps, lorsque l'on retrouvait un tel esclave, il était tué.Sinon, il était au moins sévèrement frappé. Mais ce qui est sûr c'estque l'on marquait tous ceux qui étaient capturés de la lettre « F » surle front, « F » pour fugitif. Et lorsque l'on voyait un homme ou unefemme avec un « F » sur son front, on savait que c'était un esclave enfuite, un fugitif. Cela signifiait qu'on ne pouvait plus avoirconfiance dans cet esclave, à la première occasion, il en profiteraitpour s'enfuir à nouveau. Voilà au minimum ce qui pouvait arriver àun esclave en fuite.



PAUL ENGENDRE ONESIME

Pourtant, dans cette prison, l'apôtre Paul lui a simplement « donné »Jésus. Oh comme j'aurais aimé être là pour voir cela. Voilà un homme,un esclave et voleur, qui est en fuite, qui a fait des centaines dekilomètres pour fuir la petite église de Colosses et pour fuir sonmaître et sa famille, et qui se retrouve à Rome avec l'apôtre Paul.Mais Paul n'était pas seulement un homme qui a prié: « Donne-moi Jésus »,il était aussi quelqu'un qui disait: « Laisse-moi te donner Jésus.» Il voulait donner Jésus à tout le monde. Quelle belle image Dieuutilise ici. Dieu a utilisé Paul pour conduire Philémon à Jésus,Philémon qui était en haut de la société. Mais également pour conduireOnésime à Jésus, Onésime qui était en bas de l'échelle sociale. Paul nese souciait pas de savoir à qui il donnait Jésus. Il donnait simplementJésus à tout le monde. Dieu soit loué, l'histoire dit qu'Onésime finitpar connaître Jésus. Nous ne savons pas combien de temps ils sontrestés ensemble en prison. Mais suffisamment longtemps pour que Paul etOnésime deviennent très proches. Ils étaient maintenant frères, etcomme ils s'aimaient l'un l'autre.

Verset 10: « Je te prie pour mon enfant, que j'ai engendré étantdans les chaînes, Onésime. » Le mot qu'il utilise pour engendrer dansles chaînes est le mot « être en travail dans la douleur. » Il dit queDieu lui a donné ce bébé, pendant son temps en prison, de la mêmemanière qu'une femme est en travail dans la douleur pour mettre aumonde son enfant. Cet esclave est venu à Jésus, c'est mon bébé. Vousvous rappelez que je vous ai dit que son nom signifie profitable ouutile. Paul fait un jeu de mot avec son nom au verset 11:« Qui autrefois t'a été inutile, mais qui maintenant est utile, et àtoi et à moi. » Philémon je t'écris au sujet d'Utile, avec une lettremajuscule, qui avant n'était pas très utile, mais qui maintenant estdevenu utile. Dans un sens, Onésime est devenu ici l'esclave de Paul.Il a commencé à si bien servir l'apôtre Paul, qu'il ne voulait plus lelaisser partir.

Verset 13: « J'aurais désiré le retenir auprès de moi, pourqu'il me servît à ta place, pendant que je suis dans les chaînes pourl'Evangile. »Et c'est ici que Dieu commence à écrire, dans cette histoire, ce qu'Ila sur le coeur. Il était juste qu'Onésime retourne chez son maître etassume les conséquences de ses actes.



LA LETTRE A NE PAS PERDRE

Lui, l'esclave, a péché contre son maître, son propriétaire, etmaintenant, il doit retourner chez lui assumer ses actes. Ne prenez pastrop ça à la légère, parce qu'à cette époque, dans cette culture, danscette société, quand un esclave en fuite était ramené à son maître,cela ne pouvait que lui attirer des ennuis. Je vous demanderaismaintenant d'utiliser un peu votre imagination avec moi alors que jevais essayer de souligner les principes spirituels qui apparaissent enfiligrane dans cette merveilleuse histoire. Dans cette prison, à Rome,Paul a écrit deux lettres. La première allait être envoyée à la petiteéglise de Colosses qui se réunissait dans la maison de Philémon. Vousêtes familiers avec elle, vous l'avez dans votre Bible, elle s'appellela lettres aux Colossiens. Alors qu'il était en prison, Paul a écritune lettre aux Colossiens, et il était prévu que Tychique aille à lamaison de Philémon pour la lui remettre en mains propres afin qu'ellesoit lue parmi les saints.

A cette époque, ils n'avaient pas de services postaux ou de transportsde courriers internationaux. Ce sont des frères qui transportaient etremettaient les lettres. Et il fut aussi décidé que lorsque Tychiqueretournerait de Rome à Colosses pour apporter une lettre aux saints quise réunissaient dans la maison de Philémon, Onésime l'accompagnerait.Et cela s'est donc passé ainsi. Comme Tychique retournait à Colosses,Onésime a dû l'accompagner. Paul lui a dit: « Onésime tu dois assumer les conséquencesde tes actes. Tu as trompé ce frère, tu as péché contre lui, il t'aappelé utile mais tu t'es montré inutile; tu dois retourner. » Ils sesont donc mis d'accord pour qu'il retourne. Paul a donc écrit uneseconde lettre. Mais cette lettre n'était pas entre les mains deTychique, cette lettre était entre les mains d'Onésime. HabituellementPaul dictait ses lettres, parce que l'on sait qu'il avait une mauvaisevue. A un certain moment, il écrit ceci: « J'écris de ma propre main,remarquez comme je dois écrire grand », parce qu'il ne pouvait pas bienvoir.

Verset 19: « Moi Paul, je l'écris de ma propre main. » J'aimeimaginer Paul enchaîné à un garde romain, lui demandant un peu deliberté dans ses gestes pour pouvoir écrire. Tychique et Onésime fontdonc plusieurs centaines de kilomètres ensemble pour retourner àColosses; ils devaient profiter d'une belle communion. Onésime est doncretourné, il a dû traverser la mer Adriatique et la mer Egée. Nous nesavons pas combien de temps cela a pris, mais je peux imaginerqu'Onésime avait un noeud dans l'estomac, car il allait devoir faireface à son maître. Je prie que Dieu nous aide, alors que nousconsidérons tout cela maintenant.

Dieu a écrit cette histoire, parce que dans cette histoire l'apôtredevient une merveilleuse image de notre Seigneur Jésus Christ.



PAUL, IMAGE DE CHRIST

Paul est l'espoir d'Onésime, il est son avocat, il est sonmédiateur, Paul est pour ainsi dire son grand prêtre. Et si vousméditez sur ce sujet, vous verrez pourquoi Dieu, dans Sa sagesse, aplacé Philémon juste avant Hébreux. Dieu est sur le point d'introduirele Seigneur Jésus, en tant que notre Grand Prêtre. Il nous donne celivre de Philémon pour nous donner un aperçu de tout ce qui apparaîtdans Hébreux. Onésime a quelque chose dans sa main, qu'est-ce? Unelettre de Paul. Oui, mais cela n'est pas suffisant. C'est vrai, mais sic'est seulement cela, on passe à côté d'un point important. Qu'était-ceque cette lettre de Paul? C'était une lettre inspirée de Paul. Je saisque c'est inspiré parce que c'est dans la Bible. Ce n'est pas suffisantde dire que c'était une lettre inspirée de Paul. Il tient quelque chosedans sa main, c'était la Parole de Dieu. Onésime tient quelque chosedans sa main qui va devenir la Parole de Dieu, et cela parle de lui.Dans sa main il tient quelque chose qui est écrit à son sujet, cela neparle que de lui. Son nom est dedans, et c'est la Parole de Dieu, unelettre inspirée dans laquelle se trouve son nom.

Je peux entendre Paul conseiller Onésime avant son départ: « Onésime,fais bien attention à ce que je vais te dire maintenant. Tu as étérattrapé, tu as été arrêté, on t'a retrouvé, tu as été démasqué. Tu esun esclave. Tu es un esclave qui a pris la fuite. Tu es un esclave quia volé et qui a ensuite pris la fuite. Tu es un esclave coupable de volet qui a ensuite pris la fuite. Tu n'as aucun espoir, tu es coupable,tu n'as rien pour plaider en ta faveur. Alors je vais te demander degarder ta bouche fermée. Tu as ton salut entre tes mains. Tu as laParole de Dieu entre tes mains, il y est question de toi, ton nom est àl'intérieur, elle ne parle que de toi. J'aimerais que tu prennes cettelettre et que tu ailles faire face à ton accusateur. Je connais lecoeur humain, et tu liras probablement cette lettre avant d'arriver. Situ le fais, tu risques d'être humilié par les choses que tu y liras.Mais tu dois l'accepter. Lorsque tu entendras certaines des choses queje dis à propos de toi dans cette lettre, tu risques d'être embarrassé.Tu auras honte de ce qui est écrit dans cette lettre.

Il y des choses écrites dans cette lettre qui te sembleront tropbonnes pour être vraies, mais lorsque tu arriveras là-bas, jet'encourage à laisser la lettre donner des explications, n'ouvre pas tabouche. N'aie pas peur, la lettre n'est pas contre toi, la lettre estde ton côté. Et les choses qui y sont écrites sont vraies. Onésime, jesuis ton avocat, ton grand prêtre, ton médiateur, garde la bouchefermée. Ne dis rien pour ta propre défense, si le maître te demandequoi que ce soit, montre lui la lettre. S'il t'accuse, montre lui lalettre. S'il te menace, montre lui la lettre. S'il conteste avec toisur quoi que ce soit, montre lui la lettre. »

Une autre scène maintenant. Tychique et Onésime arrivent à la villa dePhilémon. Un esclave court dans la maison et appelle Philémon: « Maître Philémon,viens vite, ton esclave infidèle qui avait pris la fuite est de retour,il revient à pied. » Philémon sort, un esclave se tient devant lui avecune lettre dans sa main, une lettre qui contient son nom et plein dechoses sur lui, c'est une lettre inspirée. Il a la Parole de Dieu danssa main. Philémon le regarde dans les yeux et lui dit: « Eh bien qu'as-tuà dire pour ta défense. » Onésime lui donne la lettre et Philémoncommence la lire: « Paul un prisonnier de Jésus. » Philémon regardevers Onésime, et dit: « Je connais Paul, mais qu'est-ce que cela à voiravec toi? » Onésime lui montre la lettre. « D'où as-tu eu cette lettre?» Onésime lui montre la lettre. J'aimerais maintenant souligner plusieurs principes bibliques qui sont inclus dans la lettre.

Je peux entendre Philémon dire: « Sais-tu le mal que cela nous afait lorsque tu t'es enfui? Sais-tu quel trésor tu nous as pris? Tunous as volés. Tu nous as fait violence. Je te faisais confiance, jet'avais appelé Profitable. Regarde ce que tu nous as fait. Tu me doisbeaucoup de choses. Même en travaillant le restant de ta vie, tu neseras jamais capable de rembourser. Comment espères-tu me payer enretour? Regarde ce que tu m'as fais. »



SUR LE COMPTE DE CHRIST

Onésime lui montre la lettre. Verset 18: « Et s'il t'a fait quelque tort, ou s'il te doit quelque chose, mets-le sur mon compte. »Frères et soeurs, c'est une image de notre Seigneur Jésus-Christ. Le Saint-Esprit a choisi les mêmes mots que ceux écrits en Romains 5:13.Mets cela sur mon compte, impute le moi. C'est le mot imputer, mets lesur mon compte. L'apôtre Paul a écrit un chèque en blanc. Remplis lesimplement et quoi qu'il te doive, quelle que ce soit sa dette,impute-la sur mon compte. Je te paierai tout ce qu'il te doit.Pouvez-vous voir le Seigneur Jésus dans cette image?

Il y a une autre chose dans cette lettre qui m'a profondément touché.Je peux entendre Philémon dire: « Tu n'es rien d'autre qu'un esclavecoupable de vol et qui a pris la fuite. Tu es malhonnête. Tu n'es pasle bienvenu dans ma maison. Tu n'es pas le bienvenu dans ma présence.Je ne peux pas t'accepter ici. » Mais Onésime lui montre la lettre.Verset 17: « Si donc tu me tiens pour ton ami, reçois-le commemoi-même. » Frères et soeurs, l'apôtre Paul aurait-il été accepté dans la maison dePhilémon? Oui, et avec un tapis rouge. Paul a été l'instrument parlequel Dieu a conduit Philémon à Jésus. Et Philémon lit: « Reçois-lecomme moi-même, reçois-le comme tu m'aurais reçu moi-même. » Et pourquoicela? A cause du verset 12. Oh, cela fait longtemps que je n'ai pas vu un verset comme celui-là.Verset 12: « Je te le renvoie donc, lui qui est devenu comme une partiede moi-même. » Entendez-vous comment il appelle Onésime? Comme unepartie de moi-même. Personnellement j'appellerais mon épouse une partiede moi-même, mais je ne suis pas sûr que je puisse appeler un ami, mêmeun ami très cher, une partie de moi-même.



D'INUTILE A UTILE

Paul dit: « Accepte-le comme tu m'accepterais parce que nous sommesun » et « quand je te l'envoie, j'envoie une partie de moi-même. » C'esttellement précieux, quelle image! Cela veut-il dire que le SeigneurJésus vous appelle une partie de Lui-même? Oui, frères et soeurs,croyez cela de tout votre coeur. Tout cela est dans la lettre et elleest entre vos mains. Comme Paul aimait Onésime, il dit: « mets tout celasur mon compte » et « il est comme une partie de moi-même. » Et pas seulementcela, il promet aussi à Philémon qu'il lui envoie maintenant unenouvelle création. Celui qui était inutile est maintenant devenu utile.

Verset 10: « Je te prie pour mon enfant, que j'ai engendré étantdans les chaînes, Onésime qui autrefois t'a été inutile, mais quimaintenant est utile, à toi et à moi. Il a changé maintenant. »

Verset 15: « Peut-être a-t-il été séparé de toi pour un temps, afin que tu le recouvres pour l'éternité, »

Et écoutez bien cela au verset 16: « Non plus comme unesclave, mais comme supérieur à un esclave, comme un frère bien-aimé,de moi particulièrement, et de toi à plus forte raison, soit dans lachair, soit dans le Seigneur. » J'aimerais non seulement que tu le reprennes, mais il est devenu unmembre de la famille. Il est maintenant ton frère. Et pas seulementpour un peu de temps mais pour toujours, pour toujours.

Une des indications que nous avons et qui montre qu'Onésime esttransformé, c'est qu'avant il essayait d'obéir à Philémon selon la loi,mais en essayant de servir selon la loi, il avait misérablement échoué.Maintenant il est transformé et vous ne pouvez plus l'arrêter deservir. Il a passé son temps à servir l'apôtre Paul en prison. Le faitqu'il soit revenu montre aussi quel grand changement il y a eu dans soncoeur.

Frères et soeurs, c'est une histoire glorieuse. A l'époque deNouveau Testament, il y avait quelque chose que l'on appelle l'autoritéapostolique. Paul pouvait exiger de Philémon qu'il le reprenne chezlui. Mais les versets 13-14 disent: « J'aurais désiré le retenir auprès de moi, pour qu'il meservît à ta place, pendant que je suis dans les chaînes pourl'Evangile. Toutefois, je n'ai rien voulu faire sans ton avis, afin queton bienfait ne soit pas comme forcé, mais qu'il soit volontaire. »



LES ONESIMES DU SEIGNEUR

Paul savait qu'il était une image du Seigneur Jésus-Christ. Frères et soeurs, l'histoire d'Onésime est l'histoire de la rédemption. Il n'est pas étonnant que Martin Luther ait écrit àpropos de ce livre: « Nous sommes les Onésime du Seigneur. » C'estexactement cela. Frères et soeurs, nous sommes dans une très mauvaisesituation, mais dans Sa grâce, Dieu a vu Onésime et Il l'a arrêté danssa fuite. Et vous pouvez sûrement témoigner comment Dieu vous a arrêtésdans votre fuite et moi je peux témoigner comment Il m'a arrêté dans mafuite. Et après qu'Il nous ait arrêtés, Il a mis une lettre entre nosmains. Et Il a dit que tout ce qui est écrit dans cette lettre à tonsujet est vrai. Crois-le simplement. N'essaie pas de te défendretoi-même, montre lui la lettre. N'essaie pas de tout comprendre, montrelui la lettre. Ce que tu te ressens n'est pas important, montre lui lalettre. Ce n'est pas important si cela te semble bizarre, montre-lui lalettre. Nous avons cette lettre, et il y est écrit: « Il n'y a doncmaintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus Christ. »Mets-le sur mon compte, je paierai tout. Le croyez-vous? Et si vous nele ressentez pas, alors montrez la lettre. Il y est question de vous.



ACCEPTE EN CHRIST

Si votre conscience dit le contraire, alors montrez-lui la lettre. Sila loi dit le contraire, montrez-lui la lettre. Si Satan vient et ditquelque chose, dites: « C'est fait » et montrez-lui la lettre. Il n'y aplus de condamnation pour ceux qui sont en Christ Jésus. Vous êtespardonnés. Nous avons une lettre dans notre main, où il est écrit quenous sommes acceptés comme Lui-même est accepté. Nous sommes dans leBien-aimé.

Vous ne vous sentez pas être un fils de Dieu, Jésus Christ est le Filsde Dieu, vous êtes en Lui, vous êtes un fils de Dieu.Vous ne vous sentez pas être un vainqueur, Il est le vainqueur, vousêtes en Lui, vous êtes un vainqueur. Vous ne vous sentez pas être victorieux, Il est victorieux, vous êtesen Lui, vous êtes victorieux. Vous ne vous sentez pas être morts au péché, Il est mort au péché, vousêtes en Lui, vous êtes morts au péché.Je ne sais pas voler, mais l'avion sait voler, si je suis dans l'avion, jevole. Vous êtes en Christ, tout ce qui est dit au sujet de Christ est vrai àvotre sujet. Vous vous dites, quand Dieu m'a-t-Il donné la victoire? Lorsque Jésus aremporté la victoire. C'est Lui qui a vaincu le monde, pas vous. Etvous êtes en Lui. Vous dites: « Oh s'il pouvait me donner du repos. » Il neva pas vous donner du repos, Il dit: « Entrez dans mon repos. » Lui est lerepos, vous êtes en Lui, vous avez le repos. Tout ce qui est écrit àSon sujet est vrai de vous. Les gens se demandent: « Oh mais que veutdire être élu? » Je vais vous dire ce que cela signifie. Êtes-vousjustes? Oui, parce que Lui est juste. C'est une justice qui vous estimputée. Etes-vous forts, oui parce que Lui est fort. C'est Sa forcequi vous est imputée. Il a été fait pour nous sagesse, justice,sanctification, rédemption. Tout est en Lui. D'après Esaïe, Il est leseul qui est appelé Elu, Mon Elu, le Messie. Vous êtes en Lui? Alorsvous êtes élus. C'est cela qui est glorieux au sujet de toutes ceschoses. Tout est déjà écrit à votre sujet, frères et soeurs. Et il estécrit que nous sommes tous membres de la famille de Dieu. Que nouspuissions croire cela de tout notre coeur.

Existe-t-il une preuve que Philémon l'ait à nouveau repris? Et qu'ilest devenu utile? Oui, il y a le fait que nous pouvons lire cette lettre deux mille ans plus tard. Cela, c'est une évidence. Si j'avais été le propriétaire decet esclave et que j'ai reçu une lettre comme celle-ci, j'aurais gardécette lettre, je l'aurais mise de côté. C'est une lettre très trèsprécieuse, et nous pouvons la lire aujourd'hui, deux mille ans plustard. Quelle merveilleuse oeuvre de Dieu. Un des pères de l'Eglise aécrit à son sujet cinquante ans plus tard. Et voici ce qu'il a dit: «Onésime, l'évêque d'Ephèse, est toujours encore utile. » C'est pourcela que je pense qu'il était jeune quand tout cela est arrivé, parceque cinquante ans plus tard, Dieu l'utilise encore pour être parmi lesanciens de l'église d'Ephèse.

Frères et soeurs, ce n'est pas seulement une histoire dans la Bible.C'est une histoire très précieuse. Mais c'est encore davantage uneprécieuse réalité. Je ne sais pas où vous en êtes dans votre relationavec le Seigneur, mais je sais cela. Jésus a tout fait pour vous, et Ilvous appelle à Le prendre pour vous. Jésus dit: « Mets-le sur mon compte. »C'est ce qui est écrit, croyez le simplement. Acceptez-le. Tout ce quiest vrai de Lui est vrai de vous. Vous avez été transformés, vous êtesmaintenant utiles.

Prions:

Merci Père, pour cette précieuse histoire. Nous Te prions Seigneur quenous puissions nous en saisir et la garder entre nos mains en touttemps. C'est un livre inspiré et nos noms y sont inscrits. Tout ce quiest écrit là dedans est vrai de nous. Délivre-nous de ne pas croire quela dette est payée. Pardonne-nous. Pardonne-nous de ne pas croire quenous sommes acceptés en Christ Jésus. Pardonne-nous de ne pas croireque Tu as la puissance de transformer nos vies. A la place, rends toutcela réel dans nos vies. Nous Te le demandons au nom de Jésus. Amen.