JEAN #61 - LA CROIX - LA FOI OBJECTIVE

(Jean 19:1-42)

Par Ed Miller

Le texte qui suit est la transcription d'un message donné en anglais. La forme orale a été conservée, mais des titres de sections ont été ajoutés pour faciliter la lecture. (NdT)

Bonjour et bienvenue dans notre soixante et unième leçon sur ce merveilleux évangile de Jean.

Avant de prier j'aimerais vous partager un passage de Esaïe 29:18-20 qui dit: « En ce jour-là, les sourds entendront les paroles du livre; Et, délivrés de l'obscurité et des ténèbres, Les yeux des aveugles verront. Les malheureux se réjouiront de plus en plus en l'Éternel, Et les pauvres feront du Saint d'Israël le sujet de leur allégresse. Car le violent ne sera plus, le moqueur aura fini, Et tous ceux qui veillaient pour l'iniquité seront exterminés. » N'est-ce pas un grand passage? Le point que j'aimerais souligner est que si nous venons vers Dieu conscients que nous sommes spirituellement sourds, aveugles, malheureux et pauvres alors Il a promis d'ouvrir nos oreilles, d'ouvrir nos yeux, de pourvoir à nos besoins, et ensuite il y aura du changement, tout ce qui va dans l'autre direction sera éliminé. Si nous Le voyons nous serons comme Lui. Cela n'est pas uniquement une vérité future, c'est également une réalité présente. Remettons ce moment au Seigneur avant d'ouvrir Sa Parole.

Prions:

Père céleste, nous Te remercions tellement pour cette opportunité que nous avons de nous réunir autour de Ta parole et de mettre notre confiance dans le Saint-Esprit pour tourner les yeux de notre coeur vers le Seigneur Jésus. Alors que nous allons parler de la foi et considérer Tes illustrations, nous prions que Tu puisses imprimer les révélations de Christ de façon indélébile dans notre coeur pour que nous puissions avoir une vision vivante de Lui, de telle sorte à ce que nous soyons transformés. Nous confessons que nous sommes sourds, aveugles, malheureux et pauvres, et nous Te remercions pour toutes Tes promesses et pour ceux qui viennent vers Toi de cette manière. Merci de venir à notre rencontre là où nous en sommes et emmène-nous là où Tu désires que nous soyons. Nous Te le demandons dans le nom merveilleux de notre Seigneur Jésus. Amen.



RÉSUMÉ

Dans notre étude nous sommes arrivés dans les chapitres 18 et 19 de l'Évangile de Jean. Ces chapitres débutent avec l'arrestation du Seigneur Jésus à Gethsémané, puis narrent Son faux procès et Sa crucifixion. Ils se terminent avec l'ensevelissement de notre Seigneur Jésus. Vous voyez que ce sont des chapitres importants.

Chaque récit dans les chapitres de Jean suit le plan que l'on trouve en Jean 20:31 qui dit: « Jésus a fait encore, en présence de ses disciples, beaucoup d'autres miracles, qui ne sont pas écrits dans ce livre. Mais ces choses ont été écrites afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et qu'en croyant vous ayez la vie en son nom. »

Par conséquent pour tous les chapitres et récits de Jean nous nous posons ces trois questions, qui est Christ pour que nous puissions Le connaître, qu'est-ce que la foi pour que nous puissions mettre notre confiance en Lui et qu'est-ce que la vie pour que nous puissions profiter de Lui? C'est pour cette raison que nous avons l'Évangile de Jean. Dans notre discussion des chapitres 18 et 19, nous sommes arrivés à la seconde question qu'est-ce que la foi? Nous avons déjà répondu à la question qui est Christ et maintenant nous étudions ce qu'est la foi. Selon ces deux chapitres, Christ est le Sauveur substitut qui est mort pour nous. C'est Celui qui est prêt à mourir pour nous, c'est le Sauveur rejeté. Qu'est-ce que la foi? La réponse globale est que la foi est l'identification avec un Sauveur rejeté.

Ces chapitres nous donnent une réponse davantage détaillée à la question qu'est-ce que la foi. Dans le chapitre 18 nous avons des illustrations négatives, en d'autres termes ce que la foi n'est pas. Puis dans le chapitre 19 nous avons des illustrations positives, ce que la foi est. Nous avons déjà considéré les illustrations négatives qui montrent ce que la foi n'est pas.

Dans cette leçon nous sommes en transition entre ces deux sortes d'illustrations. Dans notre prochaine leçon nous verrons le côté positif. Ce que la foi n'est pas est illustré par le groupe religieux, les scribes, les pharisiens et le Sanhédrin. La foi n'est pas la religion. La foi n'est pas l'externalisme. Nous avons développé cela. Pilate illustre que la foi n'est pas la neutralité, ce n'est pas ne pas prendre de décision. 2Pierre illustre que la foi n'est pas la confiance dans la chair. Pauvre Pierre, à cette époque il n'avait pas conscience des possibilités de son coeur mauvais! Voici ce que la foi n'est pas. Ce n'est pas la religion, ce n'est pas la neutralité et ce n'est pas mettre sa confiance dans la chair.

Nous sommes donc maintenant dans une transition entre ce que la foi est et ce qu'elle n'est pas. La réponse globale est que la foi est l'identification avec un Sauveur rejeté. Plus tard nous illustrerons cela par les personnes qui sont à la croix. Nous l'illustrerons par Nicodème, par Josèphe d'Arimathée, par l'apôtre Jean, par les trois Marie, Marie la mère de notre Seigneur Jésus, sa soeur Marie la femme de Clopas et Marie de Magdala. Toutes ces personnes illustrent de façon positive ce que la foi est.

J'aimerais maintenant faire une transition entre les illustrations négatives et positives de la foi pour nous préparer à la suite. J'aimerais décrire la foi parce que cela est si essentiel! Nous sommes appelés à vivre par la foi. En Jean 19:16-30 nous trouvons la vision de la croix selon Jean. Il s'agit de la crucifixion. En Jean 19:31-42 nous trouvons le placement du corps du Seigneur Jésus dans la tombe. Je n'aimerais pas négliger ces deux sections en sautant directement à Joseph d'Arimathée, à Nicodème et aux trois Marie. J'aimerais donc dans cette leçon vous partager ce que je pense être un fondement pour l'aspect positif de la foi. En d'autres termes, qu'est-ce que la vraie foi?

Lors de notre parcours de l'Évangile de Jean, nous avons essayé de nous limiter à cet Évangile. Il y a tout le temps la tentation d'y ajouter Matthieu, Marc et Luc et de n'en faire qu'un seul récit. Dieu aurait pu faire cela. Au lieu d'avoir quatre évangiles nous aurions pu n'en avoir qu'un. Dieu aurait pu mettre tout ensemble, mais Il ne l'a pas fait. C'est pour cette raison que je pense qu'il est sage de l'étudier de la façon où Dieu nous l'a donné selon le regard qu'en ont Matthieu, puis Marc, puis Luc et enfin Jean. Ceci dit il y a des occasions où pour rendre le tout plus clair, je vais tirer des éléments des autres évangiles.

La raison pour laquelle je vous rends attentif à cela est pour que nous puissions voir ce que Jean souligne et ce qu'il ne souligne pas. C'est assez incroyable de voir tout ce qu'il passe sous silence. Je me demande parfois comment il a pu mettre de côté certaines choses. Par exemple si vous écriviez un récit de ce qui s'est passé dans le jardin de Gethsémané ne parleriez-vous pas de la prière du Seigneur Jésus? De la coupe qu'Il a reçue de Son Père? De la sueur transformée en sang? De la visite des anges? Jean ne mentionne rien de tout de cela. Il laisse tout cela de côté. Il parle de Gethsémané mais il est davantage concerné par Pierre qui coupe l'oreille de quelqu'un, que ce que moi je considère être le coeur de tout ce que représente ce jardin.

Nous sommes maintenant à la croix et encore une fois, je suis effaré de voir ce qu'il laisse de côté. Il laisse de côté tous les miracles. Il ne dit rien des ténèbres surnaturelles. Il ne dit rien au sujet du voile entre le lieu saint et le lieu très saint qui a été déchiré. Il ne dit rien au sujet du tremblement de terre. Il ne dit rien au sujet des personnes qui sont ressuscitées d'entre les morts, lorsque Jésus est ressuscité d'entre les morts. Il passe tout cela sous silence.

Vous savez que Jésus a prononcé sept paroles sur la croix. Il laisse de côté quatre d'entre elles. Il n'en mentionne que trois. Lesquelles et pourquoi? Comment est-ce que cela s'insère dans l'ensemble de l'évangile de Jean? Voici certaines des choses auxquelles j'espère que le Seigneur va nous aider à répondre.



LA FOI EST AVANT TOUT OBJECTIVE

Je crois que dans cette section, le Saint-Esprit a conduit Jean à écrire comme il l'a fait et à choisir les histoires qu'il a choisies pour illustrer cette grande vérité qui est que la foi est premièrement objective et non pas subjective. Il semblerait que tous les faits dans ce chapitre illustrent le côté objectif de la foi. Je ne veux pas dire qu'il n'y a pas de côté subjectif. Il y en a vraiment. Mais Jean ne s'occupe pas de cela. Jean se préoccupe des faits. Par exemple il dit simplement: « Ils le crucifièrent. » Je n'aurais pas pu faire cela. Moi, j'aurais écrit cela avec davantage d'émotion. Je sais que Jean a un coeur en feu, mais lorsqu'il écrit, il n'énonce que les faits de façon froide et par là il désire nous rendre attentif à quelque chose.

C'est que notre foi est premièrement objective. Elle est basée sur des faits. Elle est basé sur l'histoire, pas sur les émotions, pas sur l'intellect. Elle est basé sur des faits objectifs et solides. Ainsi avant que nous voyons la foi illustrée par les amoureux du Seigneur Jésus, comme nous le verrons dans notre prochaine leçon j'aimerais souligner ce merveilleux accent.

L'accent que Jean met dans ce chapitre 19 est symbolisé par ces deux expressions: « Il est écrit » et « c'est accompli. »

L'expression « c'est écrit » fait référence à la Bible, l'expression « c'est accompli » fait référence à des faits objectifs. J'aimerais donc vous rendre attentif à la nature objective de la foi. Laissez-moi illustrer cette expression « il est écrit. »

Jean 19:18 dit: « C'est là qu'il fut crucifié, et deux autres avec lui, un de chaque côté, et Jésus au milieu. » Nous avons ici le fait que Jésus est mort entre deux brigands. Les Romains avaient l'habitude de placé le pire des criminels au milieu. Marc 15:27-28 dit: « Ils crucifièrent avec lui deux brigands, l'un à sa droite, et l'autre à sa gauche. Ainsi fut accompli ce que dit l'Écriture: Il a été mis au nombre des malfaiteurs. » Les Écritures ont été accomplies. Il a été prophétisé 500 ans plus tôt que Jésus allait être crucifié entre deux voleurs.

Jean 19:23-24 dit: « Les soldats, après avoir crucifié Jésus, prirent ses vêtements, et ils en firent quatre parts, une part pour chaque soldat. Ils prirent aussi sa tunique, qui était sans couture, d'un seul tissu depuis le haut jusqu'en bas. Et ils dirent entre eux: Ne la déchirons pas, mais tirons au sort à qui elle sera. Cela arriva afin que s'accomplît cette parole de l'Écriture: Ils se sont partagé mes vêtements, Et ils ont tiré au sort ma tunique. Voilà ce que firent les soldats. » Vous voyez ce n'étaient que des soldats avares qui ont joué au sort la tunique. Cela arriva afin que s'accomplît une parole de l'Écriture donnée 1000 ans plus tôt en Psaume 22:18.

Jean 19:28 dit: « Après cela, Jésus, qui savait que tout était déjà consommé, dit, afin que l'Écriture fût accomplie: J'ai soif. » Cela a été la dernière prophétie à être accomplie. Alors que Jésus était sur la croix, il s'est souvenu de toutes les prophéties dans tout l'Ancien Testament et il en a trouvé une dont personne ne pensait que cela pouvait être une prophétie « J'ai soif. » Ce que Jésus nous dit ici dans les faits est que si jamais quelqu'un trouve une prophétie qu'Il n'a pas accomplie alors Il n'est pas le Messie. Puis Il a dit « J'ai soif » et ensuite tout a été accompli.

Jean 19:29 dit: « Il y avait là un vase plein de vinaigre. Les soldats en remplirent une éponge, et, l'ayant fixée à une branche d'hysope, ils l'approchèrent de sa bouche. » Cela était également une prophétie. Psaume 69:20-21 dit: « L'opprobre me brise le coeur, et je suis malade; J'attends de la pitié, mais en vain, Des consolateurs, et je n'en trouve aucun. Ils mettent du fiel dans ma nourriture, Et, pour apaiser ma soif, ils m'abreuvent de vinaigre. » Jean nous rend encore une fois attentif à cette merveilleuse prophétie.

Jean 19:32-37 dit: « Les soldats vinrent donc, et ils rompirent les jambes au premier, puis à l'autre qui avait été crucifié avec lui. S'étant approchés de Jésus, et le voyant déjà mort, ils ne lui rompirent pas les jambes; mais un des soldats lui perça le côté avec une lance, et aussitôt il sortit du sang et de l'eau. Celui qui l'a vu en a rendu témoignage, et son témoignage est vrai; et il sait qu'il dit vrai, afin que vous croyiez aussi. Les choses sont arrivées, afin que l'Écriture fût accomplie: Aucun de ses os ne sera brisé. Et ailleurs l'Écriture dit encore: Ils verront celui qu'ils ont percé. » Il y avait plusieurs raisons pour lesquelles les Romains brisaient les jambes. Ces romains ne savaient pas que 2000 ans plus tôt il a été écrit en Exode 12:46: « vous ne briserez aucun os. » Et Zacharie 12:10 dit qu' « ils tourneront les regards vers celui qu'ils ont percé. »

Je pense que vous avez saisi le point que je désirais souligner avec l'expression « Il est écrit. » Même le moment où Jésus allait mourir à 15 heures a été prophétisé. Tout a été écrit, qu'Il allait mourir entre deux brigands, qu'ils allaient tirer au sort Sa tunique, qu'Il allait avoir soif, qu'ils allaient Lui donner du vinaigre à boire, que pas un seul de Ses os allait être brisé, qu'ils allaient se moquer de Lui et ainsi de suite.

Jean 19:41 dit: « Or, il y avait un jardin dans le lieu où Jésus avait été crucifié, et dans le jardin un sépulcre neuf, où personne encore n'avait été mis. » Nous savons que cette tombe appartenait à Joseph d'Arimathée. Matthieu 27:57 dit: « Le soir étant venu, arriva un homme riche d'Arimathée, nommé Joseph, lequel était aussi disciple de Jésus. » Pourquoi est-ce que l'on nous dit que c'était un homme riche d'Arimathée? C'est à cause d'Esaïe 53:9 qui dit: « On a mis son sépulcre parmi les méchants, Son tombeau avec le riche, Quoiqu'il n'eût point commis de violence Et qu'il n'y eût point de fraude dans sa bouche. »

Jésus n'est pas uniquement mort entre deux brigands, mais il a également été enterré avec un homme riche. Tout a été prophétisé. « Il est écrit », la foi est objective. Jean 19 fait des citations d'Exode, Psaumes, Esaïe et Zacharie. Une autre façon de dire que Jean 19 contient des citations de la Loi, des Prophètes et des Écrits, est de dire qu'il contient des citations de toutes les parties de l'Ancien Testament. Jean passe en revue l'Ancien Testament et dit: « Il est écrit, Il est écrit, Il est écrit. » Nous voyons par-là que chaque détail est sous le contrôle de Dieu.

Ce que je veux dire est qu'aucune partie du traitement que notre Seigneur a reçu, n'était un accident. Chaque coup, chaque douleur, tous les détails triviaux, étaient sous le contrôle souverain de Dieu. Comme vous le savez Dieu ne viole pas le libre arbitre de l'homme. Des soldats avares ont joué pour tirer au sort Son vêtement. On Lui a donné à boire du vinaigre parce que l'on désirait être cruel ou quelque chose comme cela. Mais tout cela a servi à l'accomplissement du plan de Dieu.

A la lumière de tout cela nous pouvons nous demander quelle part de ce qui se passe dans notre vie est accidentelle. La réponse est que de la même façon que les détails et les choses triviales qui sont arrivés à Jésus n'étaient pas accidentels, de la même façon rien de ce qui se passe dans notre vie n'est un accident. Peut-être que vous direz: « Les gens se sont moqués de moi et m'ont mal traité. » Cela n'est pas un accident. Tout est rédempteur. Lorsque vous êtes un croyant dans le Seigneur tout est rédempteur. Ce qui arrive dans ma vie et votre vie n'est pas davantage un accident que ce qui est arrivé dans la vie du Seigneur Jésus.

Nous vivrions des moments très effrayants si ce n'était pas le cas, parce que dans ce cas nous serions des victimes. La réalité est que nous ne sommes pas victimes de causes secondaires, nous ne sommes pas des victimes des hommes, nous ne sommes pas des victimes de Satan, nous ne sommes pas des victimes des circonstances ou de la chance. La foi est objective et c'est pour cette raison que nous pouvons connaître, croire et nous appuyer sur notre Seigneur Jésus.

En lien avec cela je dois sourire lorsque je vois les commentaires de Pilate que Jean a inclus dans son récit. Jean 19:21-22 dit: « Les principaux sacrificateurs des Juifs dirent à Pilate: N'écris pas: Roi des Juifs. Mais écris qu'il a dit: Je suis roi des Juifs. Pilate répondit: Ce que j'ai écrit, je l'ai écrit. » C'est comme si Jean soulignait encore la réalité de « Il est écrit. »

Peut-être que vous avez entendu cette expression: « Dieu l'a dit, moi je l'ai cru et c'est réglé. » Il faudrait plutôt dire: « Dieu l'a dit et c'est réglé. » En dirigeant nos yeux vers ce qui est écrit Dieu nous détourne de ce qui est subjectif comme nos émotions et ainsi de suite. Comment est-ce que je sais que le Seigneur Jésus est dans mon coeur? C'est parce que c'est écrit. Comment est-ce que je sais qu'Il ne me laissera jamais ou ne m'abandonnera pas? C'est parce que cela est écrit. Comment est-ce que je sais que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein, pour être conformés à Son image? C'est parce que c'est écrit. Comment est-ce que je sais que mon Dieu pourvoira à tous mes besoins selon ses richesses avec gloire en Jésus-Christ? C'est parce que c'est écrit. Comment est-ce que je sais que celui qui a commencé en vous cette bonne oeuvre la rendra parfaite pour le jour de Jésus-Christ? C'est parce que c'est écrit. La foi se repose sur la Parole de Dieu.

En lien avec cela j'aime Jérémie 1:12 qui dit: « Et l'Eternel me dit: Tu as bien vu; car je veille sur ma parole, pour l'exécuter. » En effet, j'aime à me rappeler ce verset après la lecture d'une promesse de la Bible. Jean 19:30 dit: « Quand Jésus eut pris le vinaigre, il dit: Tout est accompli. Et, baissant la tête, il rendit l'esprit. » Dans ce chapitre nous trouvons souvent l'expression il est écrit. Maintenant nous en venons à l'expression qui est tout est accompli. Nous utilisons plusieurs mots en français mais il n'y en a qu'un en grec.

C'est Tetelestai. Comme vous le savez le Nouveau Testament a été écrit en Grec et plus précisément en Grec Koiné qui est une forme de Grec commun utilisé dans le monde hellénique. C'était donc la langue usuelle du peuple. C'est en opposition au Grec classique. Le Grec classique était utilisé par les intellectuels, les poètes et les philosophes comme Aristote et Platon. Mais la Bible n'utilise pas le Grec classique. Elle utilise la Koiné. C'était la langue de la place du marché.

Ce mot Tetelestai était un mot employé dans les affaires. Si vous étiez un grec déambulant dans les rues de Jérusalem vous sauriez exactement ce que cela signifie. C'est équivalent à notre expression « soldé. » Si vous avez une facture et qu'après quelques mois vous puissiez tout payer à votre débiteur celui-ci va apposer son tampon « soldé » sur le document. Votre dette est alors effacée. Il n'y a plus rien à payer.

Je vous rends attentif à cela parce que les choses ne semblent pas être comme elles le sont lorsque vous lisez les chapitres 18 et 19. Si l'on en croit nos yeux physiques le Seigneur Jésus est une victime. Il a été traité de façon cruelle par des hommes sans scrupule et insensible. Mais cela n'est pas le cas. Jésus n'a pas été poussé à la croix pour être tué par des pécheurs mauvais. La réalité est qu'il est allé à la croix pour respecter un rendez-vous d'affaire. C'est ce mot qui est utilisé. Ce rendez-vous d'affaire a été arrangé pour Lui, dans le conseil de la Trinité dans l'Éternité passée. Et lorsqu'Il est mort sur la croix lorsqu'Il a dit Tetelestai, « soldé », Il a mis fin à une transaction. Le temps utilisé est important, c'est un temps en Grec qui signifie que la transaction est terminée avec un résultat continu qui ne prendra jamais fin.

Jean nous rend attentif à tout cela pour nous rappeler que la foi est premièrement objective. Une partie du repos de notre foi est que tout est écrit. Une partie du repos de notre foi est que tout est terminé. Ce seul mot devient le résumé du reste du Nouveau Testament. En d'autres termes, quel est le sujet du Nouveau Testament? Dans le reste du Nouveau Testament on va nous expliquer que tout est terminé. Ainsi toutes les épîtres prennent ce seul mot, et nous montrent tout ce que cela signifie.

J'aimerais encore souligner une vérité avant que nous arrivions aux illustrations positives de la foi. Je vous ai dit que la foi n'est pas premièrement subjective. Cela signifie que cela n'a pas grand-chose à voir avec ce l'on peut ressentir comme des impulsions électriques dans tout le corps, ou des sensations agréables, comme la joie ou la paix. Cela peut en faire partie mais ce n'est pas le fondement. De la même façon la pensée et l'intellect ne sont pas le fondement de la foi, ce n'est pas cérébral ou académique. La foi est objective.

Vous direz alors peut-être que c'est ce qui est écrit qui est l'objet de notre foi, c'est la Bible ou que c'est ce qui est achevé, c'est à dire l'oeuvre achevée de Christ. Est-ce que la Bible, les Écritures, la Parole de Dieu, sont le bon objet pour notre foi? La réponse est non, ce ne sont pas le bon objet pour notre foi. Est-ce que c'est l'oeuvre achevée de Christ à la croix qui est le bon objet pour notre foi? Est-ce que c'est le fait que Christ a tout accompli, Son sang et Son agonie qui sont le bon objet de la foi? Encore une fois la réponse est non, ce n'est pas cela l'objet de notre foi.

Il est possible de venir aux Écritures d'une telle manière que vous ratez le Seigneur et de nombreuses personnes font cela. Il est possible de regarder aux doctrines et à l'oeuvre achevée de Christ d'une telle façon que vous ratez le Seigneur. Je vous ai dit ce que la foi n'est pas. Ce n'est pas la religion, ce n'est pas la neutralité, ce n'est pas la confiance dans la chair, et j'aimerais maintenant encore vous parler d'une chose qui n'est pas la foi. Priez que Dieu rende cela réel dans votre coeur.

La foi est importante parce que selon Hébreux 11:6 « sans la foi il est impossible de lui être agréable. » J'aime à mettre de côté la fin de ce verset et dire car sans la foi il est impossible, tout est impossible. En tant que chrétien nous sommes appelés à vivre par la foi. Tout ce que Dieu vous a appelé à faire est impossible sans la foi. Tous Ses plans pour vous, tous Ses objectifs pour vous, sont liés à la foi. Lorsque vous tournez à droite vous devez faire confiance au Seigneur. Lorsque vous tournez à gauche vous devez faire confiance au Seigneur. Sans la foi cela est impossible. Il serait merveilleux si quelque part dans la Bible Dieu nous avait donné une définition de la foi. Mais il n'y a pas de définition de la foi. Vous demanderez peut-être: « Qu'en est-il de Hébreux 11:1? « Or la foi est une ferme assurance des choses qu'on espère, une démonstration de celles qu'on ne voit pas. » C'est une description. La Bible décrit la foi mais ne définit jamais la foi. 6Ainsi lorsque vous parcourez la Bible vous voyez que parfois la foi c'est rester debout, parfois c'est rester assis, parfois c'est marcher, parfois c'est recevoir un don, parfois c'est venir, parfois c'est prier, parfois c'est demander, parfois c'est suivre, parfois c'est s'accrocher, parfois c'est se reposer, parfois c'est manger, parfois c'est boire, parfois c'est toucher, parfois c'est demeurer, parfois c'est chercher, parfois c'est se reposer, parfois c'est obéir.

Il y a de nombreuses descriptions, mais il n'y a pas de définition. Sans la foi il est impossible d'être agréable à Dieu. Par conséquent il nous faut une description qui nous aide à réellement saisir cela. Comme Jean souligne le fait que la foi est premièrement objective j'aime à dire que la foi c'est voir, c'est contempler, c'est regarder. J'aime à rappeler aux gens de garder leurs yeux fixés sur Jésus.

Il faut trois choses pour qu'une personne puisse voir de façon physique. Vous ne pouvez pas voir en dehors de cela. Premièrement il faut qu'il y ait un organe, appelé un oeil. Il faut que vous ayez un oeil. Si vous n'avez pas d'oeil vous ne pouvez pas voir.

Deuxièmement, j'ai besoin d'avoir de la lumière. Sans lumière vous ne pouvez pas voir. Pas de lumière, pas de vue. Peu importe à quel point votre vue est bonne, si vous êtes dans une grotte vous ne verrez rien. Vous avez besoin de lumière. Il vous faut un organe et de la lumière. La troisième chose est que vous devez avoir quelque chose à regarder. Si vous enlevez tous les objets peu importe la quantité de lumière qu'il y a ou à quel point vous voyez bien, vous ne verrez rien, vous avez besoin d'un objet à voir.

Ainsi lorsque nous en venons à la Bible, nous avons dit que la foi c'est voir, et vous demanderez peut-être quel est l'objet de la foi? Quel est le bon objet? L'organe par lequel la foi voit est le coeur. La lumière par laquelle le coeur voit est le Saint-Esprit. Quel est donc l'objet de notre foi? Vous direz peut-être que nous devons faire confiance à la Bible, à la Parole de Dieu. Mais moi je dis que cela n'est pas l'objet de notre foi. Peut-être que vous direz qu'il s'agit de l'oeuvre achevée, Christ a tout accompli et il n'y a rien d'autre à faire. Mais à nouveau je vous dis que cela n'est pas l'objet de notre foi.

J'aimerais encore souligner que l'objet de notre foi n'est pas non plus la foi. Des milliers de chrétiens n'ont pas saisi cela. Ils ont foi dans leur foi. Ils font confiance à leur foi. C'est comme si la pupille essaie de voir la pupille. La pupille ne peut pas se voir elle-même. Tout l'objectif de la foi est de voir vers quelque chose d'autre. L'oeil ne regarde pas à Lui-même. En fait il ne peut pas voir jusqu'à ce qu'il regarde au loin de lui-même. Dès que la foi commence à regarder à la foi, cela revient à se détruire soi-même. Il y a tant de chrétiens qui luttent avec cela! Vous pouvez l'entendre à leur prière et à leur question. C'est un signe de mauvaise santé lorsque les chrétiens parlent tout le temps de la foi.

On peut les entendre dire des choses comme: « Je souhaiterais avoir davantage de foi. Je souhaiterais que ma foi soit plus forte. Je souhaiterais que ma foi soit plus grande. » Ils demandent tout le temps à ce que leur foi augmente. Mais Jésus a repris les gens qui ont demandé à ce qu'Il augmente leur foi. Vous n'avez pas besoin d'une foi plus grande. Vous devez voir l'objet de votre foi. Une petite foi peut embrasser un grand Christ. Votre foi n'est pas plus grande que ce en quoi vous mettez votre confiance. Imaginez un lac gelé avec une fine couche de glace qui peut supporter 30 kilogrammes. Combien de foi est-ce que j'aurais besoin pour marcher dessus? La réponse est que toute la foi du monde ne pourra pas me soutenir. C'est parce que tout va s'écrouler. Si je mets ma confiance dans de la glace fine je vais m'enfoncer. De la même manière combien de foi est-ce que j'ai besoin pour que je puisse monter seul au dixième étage avec un ascenseur qui peut convenir à dix personnes? Peu importe ma foi, l'ascenseur pour dix personnes fera l'affaire. Nous ne devons pas mettre notre foi dans la foi. La foi a besoin d'un objet.

J'aimerais rendre les choses aussi claires que possible. L'objet de notre foi n'est pas la Bible. L'objet de notre foi n'est pas l'oeuvre achevée de Christ. Si quelqu'un me promettait de venir m'aider, est-ce que je mettrais ma confiance dans une promesse ou dans une personne? Vous voyez, c'est dans une personne. Ce n'est pas dans une parole que je mets ma foi mais c'est en Celui dont c'est la Parole. Ce n'est pas dans une oeuvre que je mets ma foi, c'est dans la personne qui a fait l'oeuvre. Le seul objet légitime pour notre foi est une personne. C'est le Seigneur Jésus. Lui seul est l'objet de notre foi. Par conséquent nous devons apprendre à mettre notre confiance dans le Seigneur.

Nous ne devons pas regarder à la Bible. Jean 5:39-40 dit: « Vous sondez les Écritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle: ce sont elles qui rendent témoignage de moi. Et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie! » Les pharisiens et les docteurs de la loi ont étudié les Écritures. C'étaient des experts des Écritures. Mais ils ont raté le Seigneur.

Jean 19:17 dit: « Jésus, portant sa croix, arriva au lieu du crâne, qui se nomme en hébreu Golgotha. » La foi est une personne, l'objet de notre foi est une personne et dans le contexte de Jean il s'agit du Sauveur rejeté. Laissez-moi vous dire un mot en particulier sur ce verset. Golgotha est l'endroit où le Seigneur est mort. C'est en dehors des limites de la ville. D'où est-ce que nous tirons le mot calvaire? Ce n'est pas dans la Bible alors d'où est-ce que cela vient? C'est simplement une traduction du mot Golgotha et le mot grec pour ce mot crâne. Et lorsque Jérôme dans les années 400 a écrit la Bible Vulgate, il l'a traduit en Calvaria. Et c'est de là que nous avons notre mot Calvaire. Golgotha, crâne, Calvaria, tous ces termes sont des traductions du même mot.

Jean 19:19-20 dit: « Pilate fit une inscription, qu'il plaça sur la croix, et qui était ainsi conçue: Jésus de Nazareth, roi des Juifs. Beaucoup de Juifs lurent cette inscription, parce que le lieu où Jésus fut crucifié était près de la ville: elle était en hébreu, en grec et en latin. » Pour bien apprécier cela vous devez vous rappeler que la coutume romaine était d'inscrire au-dessus de la tête du criminel les accusations pour lesquelles il était exécuté. En d'autres termes de quoi était-Il coupable? Pour quelle raison a-t-Il été exécuté? Au-dessus de certaines personnes était écrit trahison, au-dessus d'autres meurtrier et au-dessus d'autres insurrection ou quelque chose comme cela. Au-dessus de la croix de Jésus était écrit Jésus le Nazaréen le roi des juifs. C'est cela Son crime.

Ce qui est important ici est de voir que Christ est l'objet de la foi, c'est le sauveur rejeté, et Dieu n'a pas laissé les juifs cacher leur crime. Les juifs ont demandé à Pilate de changer l'intitulé par « Il a dit qu'il est le roi. » Non, c'est pour cette raison qu'Il est mort, c'est parce qu'Il est le roi. Ainsi Dieu a inscris la vraie raison sur la croix et a utilisé Pilate pour le faire. Bien entendu Dieu a utilisé cela pour attirer le voleur à Lui et également tous les pécheurs parce que c'était écrit dans toutes les langues.

Vu de l'extérieur avec les yeux physiques Jésus était brisé, impuissant, rejeté, crucifié et mourant. Mais un des brigands a regardé à Jésus avec les yeux du coeur et il a vu le roi des juifs et a demandé: « Rappelle-toi de moi lorsque Tu viendras dans Ton règne. » D'où a-il eu cette information? Il l'a eue de la croix. Dieu a ouvert les yeux de son coeur pour qu'il puisse comprendre que c'était la vraie raison pour laquelle Il est mort. Dans le verset 19:19 nous remarquons qu'il est écrit Jésus de Nazareth. Nazareth est synonyme de rejeté. Cela appartient à Son état d'humiliation sur la terre. Mais maintenant Il est à nouveau dans les cieux. Il n'est plus dans cet état d'humiliation. Il est maintenant exalté à la droite de Dieu le Père.

Il est là-haut dans la gloire. Il a un corps de résurrection. Il n'est plus le Nazaréen. Avant Il était le Nazaréen lorsqu'Il vivait sur terre. Lorsqu'Il était sur la croix Il était le Nazaréen, c'est cela l'humilité, mais plus maintenant. Jean 19:34 dit: « Mais un des soldats lui perça le côté avec une lance, et aussitôt il sortit du sang et de l'eau. » J'aime appeler cela le moment où l'exaltation de Christ a commencé. C'est la dernière indignité que Dieu le Père a acceptée que Son Fils subisse.

Est-ce qu'après cela Dieu a permis aux ennemis de Christ de voir ou de toucher Son corps? Non, c'est terminé. A partir de ce moment seuls les amoureux de Jésus pourront toucher Son corps. Nicodème, Joseph d'Arimathée, Marie de Magdala, Thomas et ainsi de suite. Seuls les croyants pourront Le voir et Le toucher. Ainsi Son exaltation n'a pas commencé lorsqu'Il est allé au ciel. Elle a commencé ici et à partir de ce moment, Il ne sera touché que par les mains de ceux qui aiment Jésus.

Voici maintenant une chose incroyable, est-ce que vous vous rappelez lorsque Saul a été sauvé sur la route de Damas? Est-ce que vous vous rappelez qu'il a vu des lumières? Il a donné son témoignage quelques 20 années plus tard. Actes 22:7-8 dit: « Je tombai par terre, et j'entendis une voix qui me disait: Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu? Je répondis: Qui es-tu, Seigneur? Et il me dit: Je suis Jésus de Nazareth, que tu persécutes. » Le Seigneur est au ciel et il est encore le Nazaréen. Il est encore le rejeté. Je n'aurais pas pensé que ce titre du Seigneur puisse l'accompagner au ciel, mais Il est encore le Nazaréen et c'est pour cela que la foi est encore une identification avec un Sauveur rejeté.

Nous allons voir ces personnes debout devant la croix s'identifier avec Christ dans Sa honte, dans Son rejet, et ces amoureux du Seigneur n'auront pas d'épée dans la main en essayant de combattre le monde, mais ils se tiendront devant Jésus aimant s'identifier avec Lui dans Sa honte. Tout cela n'a pas changé. Nous devons nous identifier avec le Sauveur rejeté.

La Parole de Dieu n'est donc pas l'objet de la foi, mais l'objet est Christ qui nous a donné la Parole. C'est Christ qui a fait l'oeuvre. Il s'agit de la personne et c'est Elle qui est rejetée. Comment est-ce qu'une personne a pu mourir pour tout le monde? Peut-être que vous direz c'est écrit. C'est parce que cette personne est Dieu. C'est pour cette raison qu'Il peut mourir pour tout le monde. Dieu a beaucoup plus de valeur que tous les hommes qui ont vécu, qui vivent et qui viendront à la vie. Lorsque Christ est mort sur la croix est-ce qu'Il a remboursé chaque centime que je devais? Est-ce qu'Il a soldé ma dette? Oui, tout a été payé.

Peu importe le nombre de choses finies que vous mettez ensemble vous n'arriverez jamais à quelque chose d'infini. Seul un Dieu infini pouvait payer ce qui était dû. Chaque acte d'un Dieu éternel est un acte éternel. Un Dieu homme a plus de valeur que toute l'humanité. S'Il était moins que Dieu tout le plan de rédemption s'effondrerait. Vous ne pouvez pas apprécier Son oeuvre jusqu'à ce que vous Le connaissiez Lui. Vous n'avez pas besoin d'une plus grande foi, vous avez besoin d'un Christ plus grand. Vous avez besoin de la révélation du Seigneur.

Une dernière question avant de terminer. Combien de temps est-ce que Jésus est resté sur la croix? Il y a deux réponses à cela. Une des réponses est 6 heures. De 9 heures le matin jusqu'à 3 heures de l'après-midi. Voici l'autre réponse, c'est pendant toute l'éternité. Est-ce que vous réalisez ce qu'Il a fait? Il a compressé l'Éternité en ces 6 heures sur la croix.

Il a payé tout ce que l'humanité aurait dû payer si tous les hommes avaient dû aller en enfer pour toujours. Nous savons que le salaire du péché est la mort. Le fait qu'Il soit ressuscité montre que la dette a été payée. Si elle n'avait pas été payée Il n'aurait pas pu ressusciter. C'est la preuve que tout a été fait, Tetelestai, c'est soldé. Nous désirons donc regarder à la Bible, et je ne veux dire que nous ne devons pas faire confiance à la Bible. Mais je dis mettez votre confiance en Celui qui est derrière la Bible. Mettez votre foi dans une personne. Et je ne veux pas dire que nous ne devons pas mettre notre confiance dans Sa Parole. Louez Dieu pour Son oeuvre achevée! Mais il s'agit de mettre sa confiance en Celui qui a accompli l'oeuvre.

Dans notre prochaine leçon nous étudierons les amoureux du Seigneur Jésus et la façon dont ils ont eu de la foi. Ils se sont identifiés avec un Sauveur vivant.

Prions:

Père merci pour Ta parole. Pas uniquement pour ce que nous pensons que cela puisse être, mais pour tout ce que tu as inspiré que cela puisse être. Merci de manifester cela dans notre coeur. Merci pour la grande vérité que c'est écrit. Merci pour la grande vérité que c'est terminé. Merci parce que tu nous as montré Christ, Celui qui a accompli l'oeuvre. Merci de nous aider à regarder à Christ. Nous Te Le demandons dans le nom de Jésus. Amen.

Jean 62