JEAN #60 - PIERRE - NE PAS METTRE SA CONFIANCE DANS LA CHAIR

(Jean 18:1-40)

Par Ed Miller

Le texte qui suit est la transcription d'un message donné en anglais. La forme orale a été conservée, mais des titres de sections ont été ajoutés pour faciliter la lecture. (NdT)

Bonjour et bienvenue dans notre soixantième leçon sur ce merveilleux évangile de Jean.

J'aimerais vous partager un passage d'Exode 33. Vous vous rappelez peut-être de l'épisode où Moïse a prié Dieu pour qu'Il lui montre Sa gloire. Il n'y a qu'une seule façon par laquelle Dieu pouvait lui montrer Sa gloire. Chaque fois que vous priez pour voir la gloire de Dieu, il n'y a qu'une seule façon par laquelle Dieu peut répondre. Il a pris Moïse et l'a mis dans le creux d'un rocher, comme pour dire: si tu es sérieux au sujet de voir Ma gloire, tu dois demeurer en Christ. Alors que Moïse est dans l'obscurité du rocher, on peut lire en Exode 33:23: « Et lorsque je retournerai ma main, tu me verras par derrière, mais ma face ne pourra pas être vue. » Le principe que je retire de cela est qu'alors que nous demeurons en Christ, notre seule espérance est que Dieu puisse enlever Sa main et par conséquent les ténèbres. Nous sommes dans les ténèbres jusqu'à ce qu'Il lève Sa main, mais ensuite nous ne pouvons voir que Son dos et non pas Son visage. En d'autres termes nous n'aurons jamais une pleine vision de Lui, sinon nous serions réduits en cendre. Mais selon nos capacités nous pourrons saisir une vision partielle du Seigneur. Comme nous sommes cachés dans ce rocher demandons au Seigneur de lever Sa main, et peut-être qu'Il pourra nous donner un aperçu de Son dos.

Prions:

Père nous Te remercions à nouveau pour Ta précieuse Parole. Alors que nous étudions Jean 18, nous prions simplement que comme un jour Tu as soufflé et inspiré cette portion des Écritures, Tu puisses à nouveau souffler pour rendre cette révélation vivante. Merci de nous donner une révélation de la révélation. Lève Ta main pour que nous puissions Te voir. Merci parce que Tu Te réjouis de faire cela et que Tu le fais tout le temps. Tu le feras aussi maintenant pour nous. Nous Te le demandons dans le nom merveilleux de notre Seigneur Jésus. Amen.



RÉSUMÉ

Dans notre discussion nous sommes arrivés dans Jean 18-19. Nous avons vu le jardin de Gethsémané, l'arrestation de Jésus, le faux procès qui Lui a été fait, la crucifixion et l'ensevelissement de notre Seigneur Jésus. En nous basant sur ces deux chapitres nous essayons de répondre aux questions suivantes: Qui est Christ, qu'est-ce que la foi et qu'est-ce que la vie? Nous sommes arrivés à la seconde question, nous sommes en train de répondre à la question qu'est-ce que la foi?

Nous avons déjà donné une réponse globale, la foi est l'identification avec un Sauveur rejeté. Voici de quelle manière Dieu développe cela. Jean 18 nous donne trois illustrations négatives. En d'autres termes pour savoir ce qu'est la foi, nous devons d'abord voir ce que la foi n'est pas. La foule religieuse illustre ce que la foi n'est pas. La foi n'est pas religieuse, ce n'est pas quelque chose d'extérieur. Ce n'est pas les formes. Pilate est l'illustration que la foi n'est pas la neutralité. Ce n'est pas être passif et ne pas prendre de décision. Pierre illustre que la foi n'est pas avoir confiance dans la chair. Jusqu'à présent nous avons vu les deux premières illustrations, la foule religieuse et Pilate.

Le chapitre 19 nous donne les illustrations positives de la foi qui est illustré par l'apôtre Jean, par Marie la mère de notre Seigneur Jésus et par Joseph d'Arimathée et Nicodème. Avec l'exemple de ces personnes nous voyons l'aspect positif, ce que la foi est. C'est l'identification avec le Sauveur rejeté.

Nous en arrivons donc à cette troisième illustration négative, c'est-à-dire de ce que la foi n'est pas. Pierre illustre le fait que la foi n'est pas la confiance dans la foi. Nous avons simplement commencé à illustrer cela dans notre précédente leçon. J'aimerais vous donner la caractéristique principale du faux pas de Pierre. Puis nous aimerions prendre un peu de temps pour comprendre ce que Jésus veut dire avec « la chair est faible. » Je pense que cela est très important.

Matthieu 26:41 dit: « Veillez et priez, afin que vous ne tombiez pas dans la tentation; l'esprit est bien disposé, mais la chair est faible. » Nous avons vu que la différence entre Pierre et Judas et nous avons souligné cette merveilleuse vérité. Pierre avait un esprit bien disposé. Leurs péchés se ressemblaient fortement mais Judas n'avait pas un esprit bien disposé. Même si Pierre avait un esprit volontaire, sa chair était faible. Il mettait sa confiance en lui-même. Avant que nous retournions dans le chapitre 18, j'aimerais illustrer cet aspect de la faiblesse de la chair qui est faible dans le jardin de Gethsémané et dans la cour où Pierre a renié le Seigneur.

Mais avant de faire cela, j'aimerais que nous étudiions cette faiblesse de la chair en tenant compte de toutes les Ecritures. Qu'est-ce que cela signifie « la chair est faible? » Qu'est-ce que la chair? Je pense qu'il y a parmi les chrétiens davantage de mauvaise compréhension sur ce sujet que sur toute autre chose. Laissez-moi donc vous partager ce que je pense que cela signifie. Parce que je crois qu'avant que nous puissions avoir une compréhension claire de ce que cela signifie que la chair est faible, nous risquons facilement de glisser sur le même écueil par rapport à la foi que Pierre.

Galates 5:24 dit: « Ceux qui sont à Jésus Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs. » Le chrétien est décrit comme quelqu'un dont la chair est crucifiée. Galates 2:20 dit: « J'ai été crucifié avec Christ; et si je vis, ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m'a aimé et qui s'est livré lui-même pour moi. » Ceux qui sont chrétiens ont crucifié la chair, ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi.

Pour bien comprendre ce que cela signifie que de crucifier la chair, nous devons comprendre ce que la Bible veut dire avec la chair. Je pense que c'est dans ce domaine que certains chrétiens ne profitent pas de la pleine révélation.

Il y a de nombreuses personnes qui définissent la chair de cette manière. Elles disent que c'est la tendance à pécher, qu'il y a dans leur coeur une inclinaison à faire les mauvaises choses. Pour elles la chair est donc cette tendance à pécher. C'est ce désir profond en moi qui me fait faire ce que je n'ai pas envie, ou que je ne devrais pas.

Elles citent tout le temps Romains 7:18 pour étayer leur propos. Ce verset dit: « Ce qui est bon, je le sais, n'habite pas en moi, c'est-à-dire dans ma chair: j'ai la volonté, mais non le pouvoir de faire le bien. » A partir de cela de nombreuses personnes disent que la chair est le désir en moi qui me pousse à pécher et que cela doit aller sur la croix pour y être crucifié.

Et comme elles ont cette idée sur la chair, cette propension à faire le mal, elles ont également cette définition de la victoire: elles disent que c'est lorsque Dieu nous donne la victoire sur cette inclinaison à faire le mal. En d'autres termes par exemple il se peut que j'aie cette tendance à être très égoïste, et ces personnes disent que lorsque Dieu travaille dans mon coeur je ne suis pas égoïste. Ou alors il se peut que j'aie tendance à être fier, puis lorsque Dieu travaille sur cette tendance je deviens humble. Ou alors mes pensées ont peut-être tendance à tomber dans la convoitise et à se nourrir de choses vaines et ainsi de suite, mais lorsque Dieu travaille sur cette tendance Il crée en moi d'une façon ou d'une autre une tendance à désirer me nourrir de choses saintes et édifiantes.

Il se peut aussi que j'aie du mal à garder mon sang froid, que j'aie tendance à m'inquiéter, à mentir, à colporter des ragots, à jurer, à être fier, à exagérer, à être impatient, insensible ou borné. Elles disent par conséquent que nous avons besoin de Dieu pour nous donner la victoire sur la chair et sur ces mauvaises tendances. Ce que je suggère est que cela n'est pas ce que la Bible veut dire avec la chair, ce n'est pas une tendance intérieure à faire le mal.

Lorsque Jésus a dit à Pierre que la chair est faible, Il voulait dire beaucoup plus simplement: « Pierre je sais qu'il y a une tendance en toi. Tu vas essayer de faire beaucoup d'effort, mais il y a cette inclinaison en toi et tu vas faire les mauvais choix. Tu dois être délivré de cette puissante tendance. » Certaines personnes appellent cela l'ancienne nature mauvaise.



LA CHAIR N'EST PAS UNE TENDANCE EN MOI, C'EST MOI

Lorsque Dieu parle de la chair Il ne parle pas d'une certaine tendance qui serait en moi. Il parle de moi qui fais ce que je fais. La chair regroupe les mauvaises tendances et les bonnes tendances. Mais la chair est chair. Elle a un aspect raffiné et un aspect non raffiné. Dans notre précédente leçon nous avons vu le courage charnel de Pierre lorsqu'il a levé son épée face aux soldats romains. Puis dans le jardin nous voyons sa lâcheté charnelle. Il manifeste sa lâcheté devant une servante.

Tout au sujet de la chair est hideux. La chair est chair, qu'elle soit raffinée ou non raffinée. Voici ce que le Seigneur a dit à Nicodème en Jean 3:6: « Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l'Esprit est Esprit. » Vous avez ici la définition de Dieu de ce qu'est la chair. Ce qui est né de la chair est chair. Il parle de la naissance naturelle et de la façon dont une personne est née dans ce monde. Dieu dit qu'il est né de la chair et ce qui est chair est chair. Et c'est tout ce que cela peut être. C'est là la définition de Dieu de la chair. Ce n'est donc pas quelque chose en moi, c'est moi. Personnellement je suis chair depuis le 1 octobre 1942, lorsque je suis né. Ce qui est né de la chair est chair.

Je n'ai pas besoin de me débarrasser de quelque chose qui serait en moi, j'ai besoin de me débarrasser de moi. C'est cela le message de la vie chrétienne. Et avant que vous n'en arriviez à cela vous ne comprendrez pas ce qu'est la victoire. Vous continuerez de demander à Dieu de vous délivrer de l'impatience, de la colère, d'un mauvais état d'esprit, d'un coeur qui ne désire pas pardonner et tout ce genre de chose.

Mais ce n'est pas le message. Crucifier la chair, c'est crucifier toute la personne. C'est pour cette raison que Paul dit: « Je suis crucifié avec Christ. » Ce n'est pas une tendance en moi qui doit être crucifiée. Dans ma chair n'habite rien de bon. Il n'y pas de bonnes choses. Je suis né en tant qu'homme. Et en tant qu'homme je suis chair. Et je ne peux jamais arrêter d'être qui je suis. Si vous demandez ce que vous pouvez attendre d'Ed Miller je peux vous répondre: vous pouvez vous attendre à la chair, parce que je suis chair.

Dans Galates 5, nous trouvons cette merveilleuse liste des fruits de l'Esprit. Mais juste avant cela vous trouvez la liste des oeuvres de la chair. Avant je pensais que c'était moi avant que je ne sois sauvé. Mais ce n'est pas moi avant que je ne sois sauvé. C'est moi tout le temps, indépendamment de Jésus. Si Christ ne vit pas en moi alors vous pouvez vous attendre à ce que je manifeste cette liste des oeuvres en Galates 5.

Par conséquent la victoire ce n'est pas Dieu qui améliore la chair. Ce n'est pas le péché que je dois abandonner, c'est moi que je dois rejeter. Lorsque Dieu agit dans votre coeur Il n'essaie jamais de faire de la chair ce qu'elle n'est pas. Il ne le peut pas, ce n'est pas comme cela qu'Il a la victoire. Si jamais il y a une victoire dans la vie chrétienne c'est parce que Dieu a commencé à imprimer la vérité de « la vie échangée » en vous.

J'aime cette expression. Aussi loin que j'aie pu aller il semble que ce soit Hudson Taylor qui ait le premier utilisé cette expression. La vie échangée signifie Sa vie pour ma vie. La victoire selon Dieu c'est se débarrasser du moi. C'est me mettre le moi à mort, et c'est Lui qui vit à ma place. Ce n'est plus moi mais c'est Christ. Je suis crucifié avec Christ. Il ne s'agit pas d'une quelconque transformation de ma nature pécheresse. Cela ne peut pas être et ne le sera jamais. C'est l'échange de mon existence complète.

La seule façon par laquelle Jésus peut s'occuper de la chair pécheresse est par la crucifixion. C'est en la mettant à mort. Nous lisons qu'un jour Jésus jugera la chair pécheresse, et en ce jour nous l'entendrons dire: « éloigne-toi de moi, tu es maudit. »

Je ne sais pas si Dieu vous a un jour emmené à un moment dans votre vie ou vous réalisez que ce qui est chair est chair et que vous vous dites: « éloigne-toi de moi, tu es maudit. » Parce que jusqu'à ce que nous venions à cet endroit nous ne pourrons pas comprendre la victoire de Dieu. C'est une oeuvre de Dieu.

J'aime ce que Paul dit en Romains 8:7: « car l'affection de la chair est inimitié contre Dieu, parce qu'elle ne se soumet pas à la loi de Dieu, et qu'elle ne le peut même pas. » Elle n'en est même pas capable! Dans ma chair je ne peux pas plaire à Dieu, que ce soit la chair raffinée ou non raffinée. Il n'est pas possible de plaire à Dieu dans ma chair.

Voici encore un passage qui nous permettra d'illustrer tout cela avant d'en revenir à Jean. Galates 6:1-3 dit: « Frères, si un homme vient à être surpris en quelque faute, vous qui êtes spirituels, redressez-le avec un esprit de douceur. Prends garde à toi-même, de peur que tu ne sois aussi tenté. Portez les fardeaux les uns des autres, et vous accomplirez ainsi la loi de Christ. Si quelqu'un pense être quelque chose, quoiqu'il ne soit rien, il s'abuse lui-même. » Ce passage parle de deux sortes de personnes. L'une qui est tombée dans le péché et une autre est décrite comme étant spirituelle. Il est écrit que la personne spirituelle désire aider celle qui est tombée dans le péché.

Le premier verset nous donne la seule différence entre celle qui est tombée dans le péché et celle qui est appelée spirituelle. D'après ce verset la seule différence est que celle qui est tombée a été tentée. Celle qui est spirituelle n'a pas été tentée. Et si elle l'avait été c'est elle qui serait tombée dans le péché. Il n'y a pas d'espoir dans la chair.

J'aime ce qui est dit dans le troisième verset: « Si quelqu'un pense être quelque chose, quoiqu'il ne soit rien, il s'abuse lui-même. » On nous dit de ne pas croire que nous sommes davantage que ce que nous sommes réellement. Je pensais que cela signifiait que je suis quelqu'un mais que je ne dois pas me voir trop grand. En d'autre terme je ne dois pas penser que je suis plus malin que je ne le suis, plus fort que ce que je suis ou plus humble que je ne le suis. Mais ce que le verset dit réellement est que la chair n'est rien. Ainsi croire que vous êtes davantage que ce que vous êtes c'est croire que vous êtes quelque chose alors que vous n'êtes rien. Si vous pensez que vous êtes quelqu'un, peu importe ce que cela est, vous vous trompez vous-mêmes. Ce qui est né de la chair est chair, elle ne peut pas plaire à Dieu, peu importe ce qu'elle fait et la seule victoire que nous aurons est lorsque Dieu commencera à imprimer cela en nous: je dois me débarrasser de moi et je dois me saisir d'une autre vie. Il faut que je sois remplacé et c'est cela la vie échangée.

Vous voyez Pierre n'a pas saisi cela. Pierre était faible et il pensait qu'il pouvait rester loyal à Jésus, s'il essayait assez fortement. Il a essayé de forcer la chair à faire ce qu'elle ne peut pas. Il ne savait pas que la chair, c'est-à-dire la vie de Pierre, était faible. Il n'est pas arrivé à voir qu'il n'était rien. Il pensait qu'il était quelqu'un qui pouvait être loyal au Seigneur, car il n'a pas encore accepté de mourir. Il n'avait pas besoin de plus de force, il n'avait pas besoin d'amélioration, il devait être remplacé. Il devait recevoir une nouvelle vie. Il avait besoin de la vie échangée, de la vie de Christ.

Lorsque Dieu vous montre cela c'est un des plus grands témoignages que vous puissiez donner. Pendant une période de ma vie j'étais assez embarrassé par le fait que je ne venais pas d'un gang, que je n'avais pas été un alcoolique ou un drogué et que Dieu ne m'avait pas délivré de tout cela. Je n'ai jamais été un drogué, un alcoolique, ou un meurtrier, je n'ai jamais été un pervers et Dieu ne m'a pas délivré de l'idolâtrie. Mais je peux vous dire que mon témoignage est plus puissant que quelqu'un qui peut se lever et dire: « Dieu m'a délivré de l'alcoolisme. » Mon témoignage est que Dieu m'a délivré de moi-même. Cela est incroyable. Il m'a délivré de moi. J'ai été crucifié avec Christ. C'est cela le chant de l'âme qui a été délivrée.

A ce moment Pierre n'a pas réalisé qu'il était chair et qu'il était faible. Pierre s'aimait davantage lui-même que n'importe quoi d'autre dans ce monde. Il a agi toute sa vie selon ce principe, parce que ce qui est chair est chair. Il ne connaissait rien d'autre. La nouvelle réalité ne l'avait pas encore touché. Tout cela s'est passé pour l'emmener dans cette réalité où il voit que dans sa chair il n'y a rien de bon.

Est-ce que vous vous rappelez de quelle façon Pierre s'est vanté? Jean 13:37 dit: « Seigneur, lui dit Pierre, pourquoi ne puis-je pas te suivre maintenant? Je donnerai ma vie pour toi. » Pierre était si orgueilleux qu'il ne savait pas que tout ce qu'il faisait pour essayer de réussir à tenir sa promesse l'a en réalité empêché de réussir. Il ne savait pas que la chair était inimitié contre Dieu et qu'elle ne pouvait pas servir Dieu. En Matthieu 26 il ajoute même « si tous les autres t'abandonnent, je ne t'abandonnerais pas. » En Marc 14:31 nous lisons: « Mais Pierre reprit plus fortement Quand il me faudrait mourir avec toi, je ne te renierai pas. » En d'autres termes il l'a dit encore et encore. En Luc 22:33 nous lisons: « Seigneur, lui dit Pierre, je suis prêt à aller avec toi et en prison et à la mort. »

Est-ce qu'il était sincère? Oui, bien entendu. Je ne désire pas laisser croire qu'il était un hypocrite. Mais la chair reste la chair. Il était sincère au niveau terrestre, mais il ne savait simplement pas que cela ne pouvait pas marcher. Il ne savait pas qu'il n'était même pas possible pour la chair de servir Dieu. Cela va à l'encontre de Dieu. Pierre n'a pas essayé de s'opposer à Jésus. Il aimait Jésus. Il ne désirait pas s'élever contre Lui.

Vous direz peut-être que Pierre est arrivé à un moment où il était prêt à mourir pour Jésus. Est-ce que c'est cela ce que signifie arriver à la fin du moi? Que Dieu nous aide à voir la différence. Pierre a prouvé qu'il était prêt à mourir pour Jésus, lorsqu'il a levé sa dague. Certaines versions parlent d'une épée mais dans le grec il s'agit d'une dague. Vous voyez, au niveau terrestre Pierre a signé son acte de mort lorsqu'il a levé la dague, lorsqu'il a coupé l'oreille de Malchus. La chair peut décider de nombreuses choses et certaines d'entre elles semblent spirituelles. La chair peut donner de son temps, de son énergie ou de son argent pour Dieu. Elle peut également sacrifier sa position et son honneur. Et la chair n'est jamais davantage fière que lorsqu'elle décide de donner sa propre vie. Cela n'est pas de l'humilité. C'est de la fierté. C'est toujours encore de la chair. Ce n'est pas vraiment remplacer ma vie par Sa vie. C'est le moi qui prend la noble décision de renier le moi. Et par conséquent on peut se dire: « Je suis quelqu'un de merveilleux je me renie moi-même. »

Les terroristes se font constamment sauter avec des bombes. Vous ne pouvez pas dire qu'ils sont arrivés au bout du moi. Dans un sens ils l'ont fait oui, lorsqu'ils se sont faits exploser ils sont arrivés au bout de leur moi. Mais l'opposé est également vrai. La foi se rue souvent elle-même mais ne connait rien du Christ crucifié. Cela n'est pas venir à la fin du moi. La chair dans un dernier acte de survie courbe sa tête, et se soumet fièrement à la mort. Nous voyons cela toujours à nouveau.

Que Dieu puisse nous montrer la différence. L'Évangile de Jean contient deux illustrations de Pierre et de la faiblesse de la chair. L'une lorsqu'il a montré un courage charnel et qu'il a levé l'épée contre contre le serviteur Malchus. Et l'autre lorsqu'il a manifesté une lâcheté charnelle. C'est la même chair mais c'est illustré positivement et négativement.

Jean 18:10-11 dit: « Simon Pierre, qui avait une épée, la tira, frappa le serviteur du souverain sacrificateur, et lui coupa l'oreille droite. Ce serviteur s'appelait Malchus. Jésus dit à Pierre: Remets ton épée dans le fourreau. Ne boirai-je pas la coupe que le Père m'a donnée à boire? »

Pierre a réussi à couper l'oreille droite du serviteur. La chair de Pierre a essayé de prouver à Jésus qu'il était courageux, brave et prêt à mourir. N'oubliez pas qu'il y avait 600 soldats romains armés plus une foule avec des torches et des bâtons. On a estimé qu'il pouvait y avoir un millier de personnes pour arrêter Jésus cette nuit. Malgré tout cela nous voyons Pierre sortir une dague et faire face aux soldats. Il a fait preuve de courage et de bravoure.

Matthieu 26:53 dit: « Penses-tu que je ne puisse pas invoquer mon Père, qui me donnerait à l'instant plus de douze légions d'anges? » Ce que Jésus dit ici à Pierre est: « Ce qui est chair est chair. Ta chair est faible. Enlève ton épée. Je sais que tu essaies de montrer à quel point tu es sincère, loyal et brave. Tu ne peux pas te lever contre tous ces hommes. »

On nous dit qu'une légion est composée de 6000 hommes. Jésus dit qu'il y a 12 x 6000 anges, qui en ce moment attendent dans les cieux. Tout ce qu'Il a à faire c'est de cligner des yeux. Tout ce qu'Il a à faire c'est bouger la tête et ils viendront. Jésus n'a pas vraiment besoin de la protection de Pierre. La chair ne peut pas servir Dieu. Dans Esaïe 37: 36 on lit qu'un ange a tué en une nuit cent quatre-vingt-cinq mille soldats assyriens. Et Jésus a avec Lui 72000 anges qui sont prêts à descendre. Tout ce qu'Il a à faire est de cligner des yeux.

La chair de Pierre était faible, il désirait servir le Seigneur, il a essayé de servir le Seigneur mais regardez où cela l'a emmené. Luc fait ce commentaire en Luc 22:50-52: « Mais Jésus, prenant la parole, dit: Laissez, arrêtez! Et, ayant touché l'oreille de cet homme, il le guérit. Jésus dit ensuite aux principaux sacrificateurs, aux chefs des gardes du temple, et aux anciens, qui étaient venus contre lui: Vous êtes venus, comme après un brigand, avec des épées et des bâtons. » Luc souligne le fait qu'après que Pierre ait coupé l'oreille de Malchus il semblerait que l'armée voulait s'en prendre à Lui. C'est alors que Jésus dit: « Laissez, arrêtez! » et ils arrêtèrent puis Il ramassa l'oreille et guérit Malchus. C'est là le seul récit que nous avons de cette guérison. Il s'agit du dernier miracle qui nous est rapporté de notre Seigneur avant qu'Il n'aille sur la croix.

Je vous ai dit que la chair reste tout le temps de la chair. Il semblerait qu'ici, Pierre combatte pour Jésus. Il essaie de défendre Jésus. Mais la réalité est que la chair n'est jamais du côté de Dieu, peu importe combien elle essaie, même lorsqu'il semblerait qu'elle veut agir pour Jésus, en fait elle Lui résiste.

Ce n'est pas la première fois que Pierre s'est comporté de cette façon. Rappelez-vous à Césarée de Philippe en Matthieu 16 lorsque Jésus dit qu'Il doit aller à la croix. Pierre lui répond que cela ne sera jamais le cas. Et Jésus lui dit: « Arrière de moi, Satan! » En essayant si fortement d'aider Jésus, Pierre s'élève contre les intérêts de Jésus.

Ici à nouveau nous savons ce que Pierre essaie de faire. Il essaie d'aider Jésus, mais il s'élève contre la croix. Il s'élève contre la rédemption. S'il avait réussi il n'y aurait pas eu de croix. Il n'y aurait pas eu de salut. Il n'y aurait pas eu de rédemption. C'était sa façon de servir le Seigneur. Il a dit au Seigneur: « Je vais Te servir. Je vais T'aider. Je vais Te protéger. Je vais Te défendre. » Jésus a simplement répondu à Pierre: « Merci Pierre, mais ton aide à maintenant besoin d'une guérison. » Je retire une telle bénédiction du fait que Jésus ait guéri Malchus! On est en droit de se demander ce que cela a fait à Malchus. On peut se demander comment il a réagit à cela.

Nous entendons parfois des personnes qui font partie de mouvements de guérison et qui disent qu'il n'y a jamais eu personne qui ait été guéri par Jésus à moins qu'elle n'ait la foi. On peut alors leur répondre avec ce passage et demander: « Est-ce que vous pensez que Malchus avait la foi? » Voici donc une illustration du fait que Jésus guérit sans que l'on ait la foi. Lazare en est une autre, car il ne pouvait pas avoir la foi, il était mort. Nous pouvons espérer que Jésus a également guéri son oreille spirituelle. Nous pouvons espérer que cela ne s'est pas arrêté à sa tête et que cela est également allé dans son coeur.

Ce que nous savons avec certitude est que la tentative de Pierre pour aider Jésus a fini par une guérison de Jésus. Une des raisons pour lesquelles j'aime cela est parce que pendant sept années au début de ma vie chrétienne je ne connaissais rien de la vie échangée. J'ai pris ma chair et je l'ai faite travailler pour Jésus. Je peux vous dire que j'ai laissé des traces de sang. J'ai coupé tant d'oreilles! Mais j'aimais le Seigneur. J'ai essayé de Le servir. Et mon témoignage est que par Sa grâce Il a guéri mon ministère passé. C'est pour cette raison que je remercie Dieu pour ce miracle.

J'ai maintenant une épée différente, elle est faite dans un métal différent. La Bible dit que nos armes ne sont pas charnelles, mais spirituelles. Jésus a réparé le mal que j'ai fait et que chaque chrétien fait lorsqu'ils essaient de Le servir dans la chair. Aucune guérison d'aucune maladie n'a plus de signification pour moi que le fait qu'Il a guéri mon ministère. Je Le loue pour cela.

Ceci étant dit nous suivons maintenant Pierre dans le jardin de Gethsémané jusque dans le coeur de Anne, le beau-père de Caïphe, qui était souverain sacrificateur cette année-là. Et nous trouvons là les trois reniements de Pierre. Comme les récits de Matthieu, Marc, Luc et Jean nous donnent des détails complémentaires, nous devons prendre tous les textes ensemble pour bien saisir ce qui se passe. Il se peut que vous vous disiez que Pierre a été accusé trois fois et donc qu'il a renié trois fois le Seigneur. Non, cela ne s'est pas passé comme cela. Pierre a été accusé à de nombreuses reprises, pendant plusieurs heures.

Il a été accusé par une servante une ou deux fois. Nous sommes sûrs qu'il y a au moins eu une autre servante qui l'a accusé. Il a été accusé à la porte. Il a été accusé par plusieurs personnes près du feu. Nous lisons également qu'un homme l'a accusé. Puis nous lisons un peu plus tard qu'un autre homme l'a accusé. Puis un parent de Malchus l'a accusé. Par conséquent ne pensez pas qu'il n'y a qu'une ou deux personnes, comme les servantes qui l'ont accusé. Ils l'ont harcelé en disant: « C'est toi, c'est toi. » Partout où il allait dans cette cour il a été accusé.

Mais Pierre est encore lié à sa chair. Rappelez-vous qu'il n'est pas venu dans cette cour pour renier le Seigneur. Il est venu parce que cela l'intéressait et il désirait voir ce qui allait arriver à son ami. Il désirait être tenu au courant des dernières nouvelles. Il était là parce que Jésus était un ami. Même si Jésus l'a plusieurs fois mis en garde, et même s'Il le lui a bien fait comprendre. Jean 13:38 dit « Jésus répondit: tu donneras ta vie pour moi! En vérité, en vérité, je te le dis, le coq ne chantera pas que tu ne m'aies renié trois fois. » Marc 14:30 dit: « Et Jésus lui dit: Je te le dis en vérité, toi, aujourd'hui, cette nuit même, avant que le coq chante deux fois, tu me renieras trois fois. »

Nous apprenons là que le coq va chanter deux fois. Pendant des années, j'ai pensé que Pierre a renié trois fois le Seigneur et qu'ensuite le coq a chanté deux fois de suite. Mais si on lit attentivement le récit nous voyons que le coq a chanté une première fois après son premier reniement. Cela s'est passé plusieurs heures avant le dernier reniement. Ne penseriez-vous pas que cela aurait pu être un rappel pour Pierre concernant l'avertissement de Jésus? Mais Pierre n'y a pas prêté attention, cela ne l'a pas touché bien que Jésus l'ait averti. Puis Pierre a à nouveau été accusé et il L'a renié une seconde fois, mais cette fois-ci le coq n'a pas chanté. C'est après le troisième reniement qu'il a de nouveau chanté.

Marc 14:69-72 dit: « La servante, l'ayant vu, se mit de nouveau à dire à ceux qui étaient présents: Celui-ci est de ces gens-là. Et il le nia de nouveau. Peu après, ceux qui étaient présents dirent encore à Pierre: Certainement tu es de ces gens-là, car tu es Galiléen. Alors il commença à faire des imprécations et à jurer: Je ne connais pas cet homme dont vous parlez. Aussitôt, pour la seconde fois, le coq chanta. Et Pierre se souvint de la parole que Jésus lui avait dite: Avant que le coq chante deux fois, tu me renieras trois fois. Et en y réfléchissant, il pleurait. » Cela n'a été qu'après le troisième reniement lorsque le coq a chanté que Pierre s'est souvenu des paroles de Jésus.

Mais il y a quelque chose qui est lié au cri du coq. Vous ne le trouvez pas dans l'Évangile de Jean. Je crois que même son troisième reniement et le deuxième cri du coq n'ont pas été suffisants pour qu'il comprenne. Luc 22:61 dit: « Le Seigneur, s'étant retourné, regarda Pierre. Et Pierre se souvint de la parole que le Seigneur lui avait dite: Avant que le coq chante aujourd'hui, tu me renieras trois fois. » Le Seigneur s'est retourné et a regardé Pierre. La providence de Dieu fait que tout cela s'est passé avec le bon timing. Jésus a été emmené de la maison de Anne vers la maison de Caïphe et ils ont dû passer par la cour. C'est alors qu'ils quittaient cet endroit que le troisième reniement survint. La Bible dit simplement que Jésus s'est retourné et qu'Il a regardé Pierre et ensuite Pierre s'est souvenu. Sans le regard du Seigneur juste avec les cris du coq Pierre n'aurait pas saisi cela.

Le regard de Jésus ne signifie pas: « Regarde ce que tu as fait! » Ce regard ne signifie pas: « Comment as-tu pu me faire cela? » Ce regard ne signifie pas: « Tu m'as grandement déçu Pierre, je m'attendais à plus de ta part. » Non, cela a été un regard d'amour, de sympathie, de compréhension. C'était comme si Jésus disait à Pierre: « Est-ce que tu es prêt à admettre maintenant que la chair est faible? Je sais que ton esprit est bien disposé, mais ta chair est faible. Est-ce que tu es prêt à me faire confiance maintenant et à t'identifier avec un sauveur rejeté? » Tout cela a été une révélation choquante et une nouvelle réalité pour Pierre. Il est sorti et a pleuré amèrement. Il en est venu à voir que dans sa chair, même dans sa bonne chair, il n'y a rien de bon. Il a dû admettre qu'il n'a pas de force, pas de loyauté pas de sincérité et que son aide a en fait été un obstacle. Il a essayé d'aider, il a essayé de faire la bonne chose. Et maintenant il sort et il pleure amèrement.

Pour moi, c'est en 1965 que je peux vous dire que je suis sorti et que j'ai amèrement pleuré. Pendant sept années j'ai servi le Seigneur dans ma chair et tout ce que j'ai fait c'est du tort. J'ai éloigné des gens du Seigneur. J'ai éloigné des membres de ma famille du Seigneur. Dans mon zèle pour les pousser à accepter l'Évangile je les ai poussés à faire l'opposé de ce que je souhaitais! J'ai donc pleuré amèrement. A cette époque Dieu a placé dans ma vie un homme qui m'a montré le message de la vie échangée. Ce n'est pas de mes mauvaises tendances que je devais me débarrasser mais de moi. Ce que Dieu a fait pour Pierre, Il le fait pour tous Ses enfants. Il le fait pour tous ceux qui ont tendance à mettre leur confiance dans la chair.

Vous vous rappelez que Jésus lui a dit qu'Il allait prier pour lui, pour que sa foi ne défaille pas. En Luc 22:31-32 le Seigneur dit: « Simon, Simon, Satan vous a réclamés, pour vous cribler comme le froment. Mais j'ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille point; et toi, quand tu seras converti, affermis tes frères. »

Jésus dit à Pierre qu'Il va prier pour lui pour que sa foi ne défaille pas. Pourtant il se peut que quelqu'un dise: « Lorsque je lis le récit je vois que sa foi a défailli. Il a renié le Seigneur. » La réalité est que ce n'est pas sa foi qui a défailli, c'est sa chair qui a défailli. Et sa chair devait défaillir. Et votre chair doit également défaillir. Dieu va mettre en place les choses pour que votre chair défaille également. Et Il fera cela de la même manière pour vous qu'Il l'a fait pour Pierre. Comment est-ce qu'Il l'a fait pour Pierre? C'est avec le coq et le regard. Cela vient tout le temps ensemble.

Vous demanderez peut-être à quoi correspond le coq? Il représente les circonstances les plus naturelles dans le monde. Chanter était la chose la plus naturelle à faire pour ce coq alors que la lumière commençait à luire. Ce coq ne s'est pas dit: « Il faut maintenant que j'accomplisse la prophétie de Dieu. Et je ferais bien d'attendre jusqu'à que ce ne soit le moment. » Puis il a attendu jusqu'à ce que Pierre renie le Seigneur. Non, le coq est un coq, et il fait ce que les coqs font. C'est simplement que Dieu va utiliser les circonstances comme un coup de fil, une parole à propos, une réprimande, une rencontre fortuite, un courriel, un livre, un programme de radio ou un enseignant. Dieu a de nombreux coqs. Et ils vont chanter pour vous emmener à la conviction et la repentance.

Mais avec le coq vient également le regard. Et la révélation du regard est lorsque Dieu vous montre qui vous êtes. Lorsque Dieu vous montrera la réalité de ce qu'est votre chair alors vous allez amèrement pleurer. Et vous Le remercierez de ce qu'il y a une autre vie qui permet de remplacer votre vie. N'essayez pas de vous débarrasser d'une certaine tendance ou d'essayer de vous inscrire à l'« AAAA » l'Association pour l'Amélioration de l'Ancien Adam. Il n'existe pas d'« AAAA. » Dieu désire simplement que vous mourriez. Je ne désire pas faire de mauvais jeu de mots, mais l'on peut dire que jusqu'à ce qu'il renie Jésus, Pierre était dans le déni. Ce que je désire dire par là est qu'il ne savait pas que sa chair était faible et qu'il avait besoin d'être remplacé.

Voici comment l'apôtre Paul décrit le vrai chrétien. Philippiens 3:3 dit: « Car les circoncis, c'est nous, qui rendons à Dieu notre culte par l'Esprit de Dieu, qui nous glorifions en Jésus Christ, et qui ne mettons point notre confiance en la chair. » Dans cette leçon nous avons vu le côté négatif, ce que la foi n'est pas. Ce n'est pas juste une religion extérieure. Ce n'est pas la neutralité. Et ce n'est certainement pas la confiance dans la chair. Dans notre prochaine leçon, nous étudierons ce que la foi est. Comme je l'ai dit au début, la foi est l'identification avec un Sauveur rejeté.

J'aimerais vous donner une sorte de transition vers le côté positif. En d'autres termes il est facile de dire il faut que vous arriviez à la fin du moi. Mais comme la chair peut imiter la réalité, laissez-moi essayer de répondre d'une façon simple ce que cela signifie et de quelle façon est-ce que je peux dire avec Paul je suis crucifié avec Christ. Qu'est-ce que cela signifie exactement de s'identifier avec Lui? Comment est-ce que je meurs à moi-même? Comment est-ce que je viens à la fin du moi?

Voici deux questions que nous reprendrons dans notre prochaine leçon. Quand est-ce que nous avons été crucifiés avec Christ? Il y a deux réponses à cette question. La première réponse nous avons été crucifiés il y a 2000 ans lorsque Jésus est mort sur la croix. Il y avait deux corps sur la croix. Il y avait Son corps incarné que Dieu Lui a donné par le Saint-Esprit, à travers la vierge Marie, Son corps humain. Mais il y avait également le corps mystique de Jésus, l'Église. Nous avons été crucifiés avec Lui, parce qu'Il était notre représentant. Il était le dernier Adam. Il était notre substitut. Il nous a donc représentés, nous étions sur la croix.

Dieu a déjà pourvu à notre crucifixion. Il ne s'agit pas de dire que Dieu va pourvoir. Il va pourvoir dans le sens où Il a déjà pourvu. Votre crucifixion avec Christ est un évènement dans l'histoire. C'est arrivé même s'il est possible que certaines personnes ne découvriront jamais que cela est arrivé. C'est arrivé même si vous ne le croyez pas. C'est tout de même vrai. En fait le fait que vous le croyez ne rendra pas cela davantage vrai. C'est déjà vrai! Nous ne pouvons pas le rendre réel en y croyant. C'est un fait béni et rien ne peut le changer. Alors quand est-ce que vous avez été crucifiés avec Christ? Il y a 2000 ans.

Voici la deuxième réponse à la question quand est-ce que nous avons été crucifiés avec Christ? La réponse est lorsque nous avons cru que nous avons été crucifiés il y a 2000 ans, dès que vous prenez ce pas de foi de vous identifier avec le Sauveur rejeté. Pour moi cela c'est passé en 1965. J'ai vu cela en 1965. J'ai été crucifié en 1965, Christ a oeuvré pour que je puisse me débarrasser de mon moi. Pour que je puisse vivre par une autre vie et non pas par ma propre vie.

Voici une petite illustration pour essayer de comprendre ce que cela signifie. Un jour un Français a désiré devenir un Anglais. Et après que tous les documents soient en ordre, on lui a demandé: « Tu étais Français et maintenant tu es Anglais, qu'est-ce que cela signifie pour toi? » Il a répondu: « Hier lorsque j'étais Français, j'avais perdu la bataille de Waterloo. Aujourd'hui je suis Anglais et je suis du côté des vainqueurs! » Cela est vrai. Mais est-ce que cette personne avait quelque chose à voir avec la bataille? Non cela s'est passé avant lui. C'est ce qui est arrivé en 1965 avec moi. J'ai simplement été mis du côté des vainqueurs. Christ a gagné la bataille, et maintenant c'est moi qui suis du côté des vainqueurs. Ceci dit, lorsque notre Français est devenu un Anglais il avait sans aucun doute encore beaucoup d'habitudes françaises. Mais cela ne l'empêche pas de faire de lui un Anglais. C'est ce qui est écrit, ce sont les faits qui font de lui un Anglais. Il va sûrement devoir apprendre comment se comporter en Anglais, mais il n'est plus Français.

J'aimerais que nous terminions avec Romains 6:10-11 qui dit: « Car il est mort, et c'est pour le péché qu'il est mort une fois pour toutes; il est revenu à la vie, et c'est pour Dieu qu'il vit. Ainsi vous-mêmes, regardez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus Christ. » Christ est mort et nous devons nous considérer comme morts en Lui. Le grec signifie que nous devons reconnaître cela comme un fait. Mes amis vous êtes morts il y a 2000 ans dans le Seigneur Jésus lorsqu'Il est mort. Croyez-le et ensuite vous apprendrez à vivre de Sa vie, Il vivra Sa vie en vous.

Prions:

Père, merci tellement de nous montrer ce que la foi n'est pas. Aide-nous à savoir que nous devons vivre sans aucune confiance dans la chair. Merci parce que Tu as rendu possible la réalité d'avoir une vie échangée. Enseigne-nous ce que cela signifie que d'avoir Christ vivant en nous et à travers nous. Nous prions dans le nom de Jésus. Amen.

Jean 61