JEAN #43 - LE LAVEMENT DES PIEDS - QU'EST-CE QUE LA VIE?

(Jean 13:1-15)

Par Ed Miller

Le texte qui suit est la transcription d'un message donné en anglais. La forme orale a été conservée, mais des titres de sections ont été ajoutés pour faciliter la lecture. (NdT)

Bonjour et bienvenue dans notre quarante-troisième leçon sur ce merveilleux évangile Jean.

Avant de prier, j'aimerais vous partager ce verset d'Esaïe 41:17 qui dit: « Les malheureux et les indigents cherchent de l'eau, et il n'y en a point; Leur langue est desséchée par la soif. Moi, l'Éternel, je les exaucerai; Moi-même, le Dieu d'Israël, je ne les abandonnerai pas. »

Nous louons le Seigneur parce qu'Il utilise des instruments, où serions-nous s'Il n'utilisait pas des instruments indignes? Nous louons donc Dieu parce qu'Il utilise des instruments indignes, mais lorsqu'on en vient à la soif spirituelle, Il dit: « Moi l'Éternel, je les exaucerai; Moi-même, le Dieu d'Israël. » Dieu ne laissera jamais de côté un coeur assoiffé. La soif est la monnaie du royaume de Dieu, Il ne se détourne jamais du désir que nous avons de Le connaître. Courbons-nous devant le Seigneur pour Lui remettre cette étude.

Prions:

Père nous Te remercions tellement de ce que nous pouvons nous réunir autour de Ta Parole. Permets-nous maintenant de nous focaliser sur elle, et donne-nous une vision fraiche et vivante de notre Seigneur Jésus. Nous savons que l'objectif de toutes les méditations de la Bible est de contempler notre Seigneur vivant. Merci pour le Saint-Esprit qui vit dans notre coeur, nous prions qu'Il puisse nous dévoiler Christ. Nous prions que Tu puisses guider notre méditation, dans le nom merveilleux de notre Seigneur Jésus. Amen.



RÉSUMÉ

Très bien, dans notre étude nous sommes arrivés dans les chapitres 13 à 17 de l'Evangile de Jean. Ce sont cinq chapitres très précieux. Vous vous rappelez que cela s'adresse à ceux que Jésus appelle les Siens. Ce sont les Siens d'une façon toute spéciale, pas de la même façon où cela est utilisé dans Jean 1, où il est écrit: « Il est venu chez les siens et les siens ne l'ont pas reçu. » Il y fait référence à la nation juive. Mais Il parle ici de Ses disciples, de Ceux qui ont mis leur confiance en Lui, de Ceux qui croient en Lui, les Siens.

Dans notre discussion nous sommes arrivés dans le chapitre13 où débute ce que nous appelons habituellement le discours de la chambre haute. Le discours de la chambre haute ne couvre pas tous les cinq chapitres, en d'autres termes il ne s'agit pas des chapitres 13 à 17. Le discours ne comprend que les chapitres 13 et 14. Jean 14:31 dit: « Mais afin que le monde sache que j'aime le Père, et que j'agis selon l'ordre que le Père m'a donné, levez-vous, partons d'ici. » Lorsque Jésus dit: « Levez-vous, partons d'ici », Il était en train de quitter la chambre haute. Ils ne sont pas arrivés à Gethsémané avant le verset 18:1. Donc les paroles des chapitres 15, 16 et 17 ont été prononcées en court de route, sur le chemin entre la chambre haute jusqu'à Gethsémané.

La dernière chose qu'ils ont faite dans la chambre haute selon Matthieu et Marc, est qu'ils ont chanté un hymne. Nous ne voyons pas cela dans l'Evangile de Jean. Matthieu 26:30 dit: « Après avoir chanté les cantiques, ils se rendirent à la montagne des oliviers. » Ils ont chanté un hymne. S'ils ont suivi le rituel de la Pâque, ce qui est très probable, ils ont sûrement chanté ce que l'on appelle le « grand Hallel », le chant de louange qui est le Psaume 115 à 118. Vous pouvez donc lire dans ce passage les paroles qu'ils ont prononcées avant que Jésus n'aille sur la croix.

Vous pouvez voir avec cela que Jean laisse beaucoup de choses de côté. Lorsqu'il parle de la chambre haute, il ne nous dit pas tout. En fait, il laisse de côté ce que nous appelons l'institution du repas du Seigneur. Il ne mentionne pas cela. Par contre il partage ce qui a suivi, la grande discussion entre les disciples, pour savoir qui allait recevoir la meilleure place à table. Le Seigneur leur a alors dit que c'est le dernier qui sera le premier et ainsi de suite. C'est à la suite de cette discussion que nous trouvons le lavement des pieds et cela rend cette scène très à propos. Nous trouvons cela dans Jean 13:1-17. Dans notre précédente leçon nous avons commencé à répondre aux trois questions qui nous sont suggérées par Jean 20: 31: « Mais ces choses ont été écrites afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et qu'en croyant vous ayez la vie en son nom. » Ainsi chaque récit de Jean a été délibérément sélectionné pour nous enseigner qui est Christ, qu'est-ce que la foi, et qu'est-ce que la vie?

Voici les réponses que nous avons données aux deux premières questions. Qui est Christ selon le récit du lavement des pieds? Il y a une double réponse à cela. Jean 13: 9-10 dit: « Simon Pierre lui dit: Seigneur, non seulement les pieds, mais encore les mains et la tête. Jésus lui dit: Celui qui est lavé n'a besoin que de se laver les pieds pour être entièrement pur; et vous êtes purs, mais non pas tous. » Qui est Christ? Il est Celui qui nous lave de la tête aux pieds. Le mot utilisé dans le Grec est « baigner », complètement baigné de la tête aux pieds. En d'autres termes c'est une référence à Christ en tant que Sauveur. Lorsque vous recevez le Seigneur, Il vous donne un bain, vous êtes nés de nouveau, vous êtes complètement propres de la tête aux pieds.

Mais il y a une autre réponse à cette question. Il n'est pas uniquement Celui qui lave de la tête aux pieds. Jean 13:5-8 dit: « Ensuite il versa de l'eau dans un bassin, et il se mit à laver les pieds des disciples, et à les essuyer avec le linge dont il était ceint. Il vint donc à Simon Pierre; et Pierre lui dit: Toi, Seigneur, tu me laves les pieds! Jésus lui répondit: Ce que je fais, tu ne le comprends pas maintenant, mais tu le comprendras bientôt. Pierre lui dit: Non, jamais tu ne me laveras les pieds. Jésus lui répondit: Si je ne te lave, tu n'auras point de part avec moi. » Jésus n'est pas uniquement Celui qui nous lave de la tête aux pieds, mais maintenant le Saint-Esprit se focalise sur cette vérité, Il est Celui qui lave les pieds. Voici à nouveau ce que dit Jean 13:8: « Pierre lui dit: Non, jamais tu ne me laveras les pieds. Jésus lui répondit: Si je ne te lave, tu n'auras point de part avec moi. »

Lorsque le Seigneur dit: « Si tu ne me permets pas de laver tes pieds, tu n'auras point de part avec moi » je pense qu'il s'agit de la chose la plus sévère que Jésus n'ait jamais dite à un chrétien, aucune part avec Moi. Il souligne par là le principe du lavement des pieds. Avoir une part avec Christ est en lien avec l'intimité. C'est en lien avec la communion, l'union et l'amitié. Quoi que le lavement des pieds signifie, Jésus dit ici: « Si vous ne me permettez pas de faire cela, alors oubliez l'idée d'une marche intime avec moi. » C'était donc une parole très sévère.

Vous vous rappelez que Pierre a résisté à cela parce que cela semblait faux pour Lui. Jésus venait juste de renverser la théologie de Pierre. C'est le Seigneur qui est le créateur. C'est le Seigneur qui est le Fils de Dieu. Il est le Seigneur, Il est le maître. Il est l'Enseignant. Il fait donc sens pour la créature de Le servir Lui. Il fait sens que je lave Ses pieds mais Lui me laver les pieds, cela n'a pas de sens, c'est pour cette raison que la réponse de Pierre dans le Grec est: « jamais jusqu'à la fin de l'Eternité. » Pierre dit en substance: « Je ne peux pas permettre cela. Je vais Te servir moi, mais je ne Te laisserai pas me servir. Aussi longtemps que le temps dure, aussi longtemps que je suis sur cette planète, je ne peux pas Te permettre de me servir. » Et c'est ensuite que Jésus lui répond: «si tu ne me laisses pas, Tu n'as aucune part avec moi. » Jésus n'avait pas peur que Pierre meure et aille en enfer, parce qu'Il a déjà dit: « tu es propre, à cause des paroles que je t'ai dites. » Il avait déjà été lavé de la tête aux pieds, il avait reçu le bain. Cela n'était donc pas le problème. Le problème était la communion.

Dans notre précédente leçon je vous ai rendu attentifs à une erreur que l'on m'a présentée comme une vérité et qui a mis le début de ma vie chrétienne sens dessus dessous. Lorsque je suis venu au Seigneur en 1958, on m'a enseigné que j'étais sauvé pour servir le Seigneur. Et j'ai pensé pendant sept années que c'était vrai. Mais ce n'est pas vrai. Je ne suis pas sauvé pour servir le Seigneur. Je suis sauvé pour être servi par le Seigneur pour être en mesure de servir le Seigneur. Il ne s'agit pas uniquement d'une expression différente. Il s'agit d'une direction différente. Je suis sauvé pour être servi pour être en mesure de servir. Jusqu'à ce que Dieu mette cela dans notre coeur, nous n'aurons pas de part avec Lui, nous n'aurons pas de marche intime avec Lui. Des milliers et milliers d'enfants de Dieu se tiennent là où Pierre s'est tenu ce jour-là, en résistant à cette idée parce que cela semble si radical. Ils se disent: « Lui, Jésus me rafraichissant moi, Dieu me servant moi, cela n'a pas de sens. Je vais Le servir Lui, mais je ne peux pas Le laisser me servir moi. » C'est pourtant le coeur et ce qui fait la dynamique de l'expérience chrétienne. Ce ne sont que ceux qui ont appris ce que cela signifie de laisser Jésus leur laver les pieds, qui sont ceux qui peuvent avoir une intimité avec Lui.

Alors qui est Christ? Il est Celui qui lave les pieds. Il est Celui qui nous sert. Il est Celui qui nous rafraichit. Et avant que je ne lève un seul doigt pour vous servir, Il est déjà à mes pieds, en train de laver mes pieds. Avant que vous ne leviez le petit doigt pour servir un chrétien, le Seigneur est déjà à vos pieds en train de laver vos pieds. Est-ce que vous réalisez cela? Il n'est pas uniquement Celui qui nous rafraîchit, mais une fois que vous êtes passé par le bain c'est le seul besoin que vous ayez dans votre vie chrétienne. Vous n'aurez jamais besoin de quelque chose d'autre.

En effet, Jean 13:10 dit: « Jésus lui dit: Celui qui est lavé n'a besoin que de se laver les pieds pour être entièrement pur; et vous êtes purs, mais non pas tous. » Celui qui est lavé n'a besoin que de se laver les pieds, c'est son unique besoin. Par conséquent la seule chose dont vous aurez jamais besoin dans votre vie chrétienne est que Dieu vous rafraichisse. Tout le reste est un sous-produit. Tout le reste est automatique. Soyez rafraichis par le Seigneur et ensuite toutes les autres choses prendront leur juste place.

C'est après que nous soyons servis par le Seigneur que nous pouvons servir le Seigneur. Nous nous posons donc cette question, qui est Christ? Il est Celui qui nous lave de la tête aux pieds, et Il est Celui qui lave les pieds, qui nous sert.

Nous nous sommes ensuite posé cette question? Qu'est-ce que la foi? La foi c'est laisser Jésus laver nos pieds. Une fois que Pierre a vu le problème, c'est-à-dire que s'il ne laissait pas Jésus lui laver ses pieds, il n'y aurait pas de possibilité de communion avec Lui, alors seulement Pierre a donné une permission totale à Jésus de lui laver les pieds. Veuillez noter que j'ai dit que Pierre a donné une permission totale à Jésus pour qu'Il lave ses pieds. Je vous rends attentifs à cela parce que c'est l'opposé de ce que de nombreux chrétiens pensent. Ils se disent: « Si jamais je désire vivre une expérience qui peut être décrite comme Lui me servant moi, je vais devoir Le supplier de pouvoir vivre cette expérience. Je vais devoir agoniser en prière. Il faudra de longues périodes de jeûnes, de prière et de renoncement à soi. » C'est parce qu'il semble qu'une si incroyable expérience spirituelle qui serait de voir Dieu servir les hommes, de voir Dieu rafraîchir mon coeur, soit réservée aux élites spirituelles. On pense que c'est pour ceux qui sont puissants dans la foi et ceux qui peuvent donner un témoignage dramatique et ce genre de chose. Imaginez Dieu ceint d'un linge en train de nous servir!

Personnellement j'ai fréquenté un groupe de chrétiens qui croyait dans les nuits de prière pour faire bouger Dieu. La réalité est que c'est un grand esclavage. Nous nous disions que Dieu n'allait pas agir jusqu'à ce que nous montrions que nous sommes réellement sérieux, que nous sommes sincères et que nous nous renions nous-mêmes. Nous pensions que c'est lorsque vous êtes sur le point de sombrer, n'ayant plus d'énergie, que Dieu va se manifester en vous faisant ressentir des sensations étranges.

Non, l'opposé est vrai. C'est Jésus qui vous demande de venir à Lui, pas le contraire. Vous n'avez pas besoin de vaincre une résistance chez Lui. Il désire tellement vous servir! Il désire tellement vous laver les pieds! Il désire tellement vous rafraichir! Vous n'avez pas besoin d'agoniser, de jeûner, de prier et de passer par toutes sortes de contorsions pour obliger Dieu à faire cela. C'est Lui qui vous demande la permission pour vous aider, pour vous rafraîchir et vous servir. Alors qu'est-ce que la foi? La foi c'est simplement laisser Jésus faire ce qu'Il désire faire. C'est-à-dire rafraîchir votre coeur.

Cela nous amène à notre troisième question. Relisons de nouveau la raison pour laquelle Jean a écrit cet évangile. Jean 20: 31 dit: « Mais ces choses ont été écrites afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et qu'en croyant vous ayez la vie en son nom. »

Qui est Christ? Il est Celui qui nous lave de la tête aux pieds et qui nous lave les pieds. Qu'est-ce que la foi? La foi c'est donner une permission complète à Jésus de nous laver les pieds. Qu'est-ce que la vie maintenant? Jean 13:8 dit:« Pierre lui dit: Non, jamais tu ne me laveras les pieds. Jésus lui répondit: Si je ne te lave, tu n'auras point de part avec moi. » Quoi que ce soit d'avoir la vie, cela doit être en lien avec avoir une part avec Christ, en d'autres termes, une intimité avec Lui.

Jean 13:13-17 dit:« Vous m'appelez Maître et Seigneur; et vous dites bien, car je le suis. Si donc je vous ai lavé les pieds, moi, le Seigneur et le Maître, vous devez aussi vous laver les pieds les uns aux autres; car je vous ai donné un exemple, afin que vous fassiez comme je vous ai fait. En vérité, en vérité, je vous le dis, le serviteur n'est pas plus grand que son seigneur, ni l'apôtre plus grand que celui qui l'a envoyé. Si vous savez ces choses, vous êtes heureux, pourvu que vous les pratiquiez. »



LA VIE C'EST LAVER LES PIEDS DE MON FRERE ET DE MA SOEUR

Qu'est-ce que la vie? La réponse est: la vie c'est laver les pieds de mon frère et de ma soeur. De la même façon qu'Il me rafraîchit moi, la vie c'est rafraîchir les autres. Rappelez-vous que je vous ai dit que nous ne sommes pas sauvés pour servir, mais nous sommes sauvés pour être servis pour être en mesure de servir. C'est cela la vie, c'est cette dernière partie, être en mesure de servir.

Une grande part de ce que nous appelons service est à côté. Je n'ai pas lavé vos pieds, et je ne peux pas laver vos pieds, à moins que je ne vous rafraîchisse spirituellement. Pour laver mes pieds vous devez me rafraichir spirituellement. Qu'est-ce que cela signifie que de nous laver les pieds les uns des autres? Qu'est-ce que cela signifie que de laver les pieds de vos frères ou soeurs? Cela signifie apporter un rafraichissement spirituel à cette personne. Il ne s'agit pas d'aller chez quelqu'un qui est dans le besoin et de lui donner de l'argent. Est-ce que c'est cela que signifie laver les pieds de mon frère? Cela peut être le cas mais pas nécessairement. Ce n'est le cas que si j'apporte un rafraichissement spirituel.

C'est pour cette raison qu'il est si important de voir que rafraichir les autres est un sous-produit d'être rafraichi par le Seigneur. C'est d'abord le Seigneur qui lave vos pieds et ensuite Il dit: « Maintenant lavez les pieds les uns des autres. » Vous ne pouvez pas laver mes pieds s'Il ne lave pas vos pieds. Je ne peux pas vous rafraichir s'Il ne me rafraichit pas.

Imaginons qu'il y ait un frère ou une soeur qui vive dans la culpabilité ou dans le découragement. Imaginons que je le prenne à part et que je lui dise: « Je sais à travers quoi tu passes et j'ai trouvé un parfait verset » et qu'ensuite vous lui citiez le verset. Est-ce que vous lui avez lavé les pieds? C'est possible, mais ce n'est pas forcément le cas. Ou bien vous le faites venir chez vous pour parler avec lui, et vous prenez du temps pour l'écouter. Est-ce que vous lui avez lavé les pieds? C'est possible, mais ce n'est pas forcément le cas. Imaginons que vous rencontriez quelqu'un qui a un problème et que vous lui proposiez de prier tout de suite ensemble. Vous priez et vous remettez tout au Seigneur. Est-ce que vous lui avez lavé les pieds en priant avec cette personne? C'est possible, mais ce n'est pas forcément le cas. Imaginons que vous invitiez chez vous une personne seule, que vous l'aidiez à rencontrer des gens et que vous fassiez des sorties avec elle. Est-ce que vous lui avez lavés les pieds? C'est possible, mais ce n'est pas forcément le cas et ce n'est probablement pas le cas.

Imaginons maintenant ce même chrétien portant un fardeau quel qu'il soit, il est découragé et déprimé. Il se sent tout seul. Quelqu'un qui vient juste de profiter de Jésus, s'approche de cette personne. Il vient de profiter de Jésus, d'être rafraichi par Jésus, il vient de voir le Seigneur et sait comment le Seigneur est grand. Il est simplement heureux dans le Seigneur. Mais il ne vous donne pas de verset biblique, il n'écoute pas vos problèmes, il ne prie pas avec vous, il ne vous demande pas de se joindre à vous et ne vous invite pas. Il ne fait que sourire en vous disant combien il vous aime et combien le Seigneur est grand et il déborde de joie en tout temps et en toute circonstance. Il est simplement heureux en Jésus parce qu'il a été rafraichi. Lorsque ce chrétien quitte cette personne découragée, elle en sortira rafraichie. Il a lavé les pieds de cette personne.

Certaines personnes disent, je ne peux pas servir quelqu'un avant que je ne connaisse tous ses problèmes. La vérité peut vous empêcher de rafraichir quelqu'un. Soyez juste vous-même, laissez Jésus vous rafraichir et vous serez une bénédiction à tout le monde avec qui vous rentrerez en contact. Je peux vous dire que j'ai reçu des lettres qui ont lavé mes pieds. J'ai reçu des appels téléphoniques qui ont lavé mes pieds. Je suis allé dans des maisons de retraite où j'ai vu des personnes qui ne faisaient que sourire, et leur sourire a lavé mes pieds. Il s'agit d'être rafraichi pour pouvoir être rafraîchi.

Si vous n'êtes pas rafraichi par le Seigneur je peux vous promettre cela. Les chrétiens vont aspirer toute votre énergie. Ils vont vous exténuer. Il y a des milliers de chrétiens qui veulent servir le Seigneur. Ils pensent faire la volonté de Dieu et veulent bien faire. Ils essaient de servir les gens, mais eux-mêmes n'ont pas été rafraichis par le Seigneur. Ils finissent exténués. Je le sais, j'ai fini exténué, parce que je désirais tellement servir le Seigneur et porter le problème de tout le monde. Je ne le fais plus.

La meilleure chose que je puisse faire pour vous est de me réjouir dans le Seigneur. Si vous me voyez me réjouir dans le Seigneur votre coeur sera encouragé, vous serez rafraichis. Et si je rencontre un chrétien qui est satisfait en Jésus alors je serai rafraichi. C'est cela qu'est la vie. La vie c'est permettre au Seigneur de me rafraichir, de sorte que je puisse rafraichir les autres.

Michée 5:7 dit: « Le reste de Jacob sera au milieu des peuples nombreux Comme une rosée qui vient de l'Éternel, Comme des gouttes d'eau sur l'herbe: Elles ne comptent pas sur l'homme, Elles ne dépendent pas des enfants des hommes. » C'est cela la vie, c'est être la rosée du Seigneur, le rafraichissement sur le peuple de Dieu.

J'aimerais vous rappeler quelque chose que vous savez déjà, mais nous ne devons jamais être fatigués de l'entendre parce que nous avons besoin de l'entendre. Laver les pieds est un puissant miracle de Dieu. Ce n'est pas naturellement en moi. Peut-être que vous vous dites: « Est-ce que laver les pieds des autres, servir les autres, bénir les autres, rafraichir les autres, est-ce ce à quoi je dois m'attendre pour le restant de ma vie? Cela ne sonne pas comme étant de la joie. Cela ne ressemble pas à une merveilleuse vie chrétienne. Les gens vont m'utiliser pour s'essuyer les pieds sur moi, comment est-ce que cela peut signifier la joie? » Vous voyez c'est l'opposé qui est vrai. Après que Jésus ait dit: « Vous devez vous laver les pieds les uns les autres. » voici ce qu'Il dit au verset 13:17: « Si vous savez ces choses, vous êtes heureux, pourvu que vous les pratiquiez. » Vous serez parfaitement heureux si vous vous lavez les pieds les uns les autres. Mais j'aimerais de nouveau insister sur le fait que vous devez être sûrs d'être d'abord rafraichis. Vous devez plutôt être d'abord sûrs que le Seigneur vous sert vous, avant d'essayer de servir les autres.

La Bible parle de chose telle que l'humilité apparente. Colossiens 2:18 dit: « Qu'aucun homme, sous une apparence d'humilité et par un culte des anges, ne vous ravisse à son gré le prix de la course, tandis qu'il s'abandonne à ses visions et qu'il est enflé d'un vain orgueil par ses pensées charnelles. » Qu'est-ce qu'une humilité d'apparence? C'est une humilité qui a pour origine la volonté de l'homme. Cela semble humble de dire « lavons les pieds les uns des autres. » Si cela a pour origine votre volonté, et que cela ne vient pas du coeur de Dieu, cela deviendra un esclavage et non pas une bénédiction.

Le ministère peut devenir un tel esclavage, c'est-à-dire cette idée de se renier soi-même et de se consacrer complètement au service des autres. Est-ce que vous réalisez qu'en moi-même, non seulement je ne peux pas être quelqu'un qui lave les pieds, mais je n'ai même pas envie de l'être. C'est une chose spirituelle que d'être quelqu'un qui lave les pieds, c'est interne et il n'y a que Dieu qui puisse mettre le linge de l'esclave dans notre coeur.

En lien avec cela voici ce que dit Philippiens 2:13: « Car c'est Dieu qui produit en vous le vouloir et le faire, selon son bon plaisir. » C'est Dieu qui le fait, parce que je ne peux pas le faire et je ne veux même pas le faire à moins que Dieu ne le fasse en premier. Ce qui rend Philippiens 2:13 si merveilleux, est que cela suit le grand passage sur l'humiliation de Christ qui dit qu'Il s'est dépouillé Lui-même. C'est donc un merveilleux principe. Ainsi qu'est-ce que la vie? La vie c'est laver les pieds des autres, en tant que sous-produit de Le laisser me laver les pieds.

Laissez-moi terminer cette section avec le merveilleux verset de Philémon 7 qui dit: « J'ai, en effet, éprouvé beaucoup de joie et de consolation au sujet de ta charité; car par toi, frère, le coeur des saints a été rafraichi. » C'est ce que Paul a écrit à Philémon: « J'ai tellement de réconfort, parce que le coeur des saints a été rafraîchi par toi. » Si cela pouvait être honnêtement dit de moi, rien ne pourrait davantage me bénir. Si quelqu'un pouvait honnêtement dire le coeur des saints a été béni par toi, je serais reconnaissant parce que c'est cela qu'est la vie. Christ est Celui qui lave des pieds à la tête, et Celui qui lave les pieds. La foi c'est permettre à Jésus de Lui donner une permission complète de nous servir et de nous rafraichir. Et la vie est le résultat de tout cela, nous laver les pieds les uns les autres, parce qu'Il a d'abord lavé nos pieds. Voici pour ce qu'il en est des 17 premiers versets de Jean 13.

A partir du verset 13:18, l'accent est mis sur Judas. Ce passage va de Jean 13:18 à 13:30. Cela se termine avec les mots: il faisait nuit. Comme nous essayons de faire une étude de Jean je ne vais pas vous partager tous les merveilleux détails de la relation entre Judas et Jésus.

J'aimerais vous partager un peu de l'arrière-plan pour nous aider à bien comprendre ce passage. Comme Jean 13 mentionne différents faits qui ont eu lieu pendant le repas du Seigneur, j'aimerais vous partager la façon dont les disciples étaient placés autour de la table pour le dernier repas. A cette époque lorsqu'ils mangeaient, les gens n'étaient pas assis sur une chaise comme nous, mais plutôt couchés.

Je pense que la plupart du temps lorsque nous pensons à la table du Seigneur nous pensons au tableau de Léonard de Vinci. Sur cette peinture, Jésus est au milieu et Judas est le troisième à gauche. On pourrait imaginer que la place d'honneur soit la première place ou celle du milieu. Mais la place d'honneur est en réalité la place numéro deux, à la première place s'assoit la personne que l'on appelle le bras droit d'où l'expression « être à la droite de. »

Nous trouvons en Luc 22, l'arrière-plan de Jean 13. Cet épisode n'a pas commencé avec le lavement des pieds mais avec une discussion animée au sujet de qui est le plus grand. Les disciples sont entrés dans la salle haute en se chamaillant pour savoir à quelle place ils allaient s'asseoir à cette table. C'est pour cela qu'ils se bagarraient. Vous vous rappelez que le Seigneur Jésus a clos cette guéguerre en prenant l'exemple d'un enfant et en disant que le premier serait le dernier et le dernier le premier. Cela a été suivi par le lavement des pieds. Certains pensent qu'après cette discussion Pierre a dû s'asseoir à la dernière place. Connaissant un peu Pierre, cela peut être vrai car sachant maintenant que le dernier sera le premier il s'est peut-être placé à la fin. C'est peut-être pour cette raison que ses pieds ont été lavés le premier, parce que Jésus a commencé à la fin. Il semblerait aussi que si Jésus était à la place deux, Jean soit à la première place à Sa droite, qui est le disciple que Jésus aimait. Jean 13:23 dit: « Un des disciples, celui que Jésus aimait, était couché sur le sein de Jésus. »

J'aimerais faire deux commentaires au sujet de ce verset particulier. Cette expression « le disciple que Jésus aimait » apparaît cinq fois et seulement dans l'Evangile de Jean. C'est clairement une référence à l'apôtre Jean. Qui est le disciple que Jésus aimait? Réponse l'Apôtre Jean. Cela ne semble pas être une manifestation de fierté exagérée. Il est le seul qui le dit. C'est comme lorsque l'on lit dans Deutéronome que Moïse était l'homme le plus doux de la terre. Mais qui a écrit ce livre? Et bien c'est Moïse et c'est lui qui nous dit cela. Jean est donc le seul disciple qui nous dit qu'il était le disciple que Jésus aimait.

Habituellement lorsqu'un auteur mentionne son propre nom c'est d'une façon humble. En 1 Timothée Paul se nomme le plus grand des pécheurs. Matthieu dit de lui-même qu'il était un péager. Ils se rabaissent donc eux-mêmes. On pourrait croire que cette parole de Jean manifeste de la partialité ou de l'exclusivisme. Est-ce que cela signifie que Jésus était partial dans Son amour?

Comme Jean a beaucoup écrit au sujet de l'amour, certaines personnes pensent que Jean était doux, sympathique, gentil. Malheureusement certains des artistes qui ont essayé de peindre Jean le représente tout le temps efféminé, mais je n'apprécie pas du tout cela. Certains ont une vision totalement opposée à la Bible. Marc 3:17 nomme les fils de Zébédée, Jean et Jacques son frère « les fils du tonnerre. »

Rappelez-vous que c'est le surnom donné par Jésus. Cela correspondait à leur caractère. Nous avons un aperçu de cela en Luc 9:54. Des Samaritains ne voulaient pas accueillir Jésus dans leur village, alors Jacques et Jean ont demandé au Seigneur: « Veux-tu que nous commandions que le feu descende du ciel et les consume? » Jean est comme cela, il est prêt à les détruire. Vous voyez on ne s'imaginerait pas Jean comme quelqu'un qui a une grande bouche, qui peut être critique et sans merci envers les autres. Mais c'est comme cela que Jean était, c'est son caractère. C'est pour cette raison que Jésus lui dit: « Tu es un fils du tonnerre, tout ce que tu veux c'est juger les gens. Tu es un homme mauvais. » Voilà quelle était la personnalité de Jean.

Ceci dit Jean se nomme lui-même « le disciple que Jésus aimait » et cela est de mon point de vue le parallèle de 1 Timothée 1:15 lorsque Paul se nomme lui-même « le premier des pécheurs. » Jean n'était pas en train de se vanter, il était en train d'adorer. Il était confondu par l'amour de Jésus. Il s'agit en fait d'une phrase qui marque une profonde humilité. Il était émerveillé de ce que Jésus pouvait l'aimer lui, un fils du tonnerre, que Jésus pouvait aimer quelqu'un qui était si critique, si dur et sans merci comme lui l'était. Il ne pouvait pas imaginer cela. Il était le disciple que Jésus aimait. Il avait du mal à saisir que lui pouvait recevoir une place d'honneur, de privilège et tout proche du Seigneur Jésus alors qu'Il était sur la terre. Est-ce que vous réalisez que nous aussi nous pouvons dire avec la même certitude que Jean l'a dit: « Je suis le disciple que Jésus aime? » Et cela nous coupe le souffle. Non, Jean n'était pas fier.

Jean 13:23-25 dit: « Un des disciples, celui que Jésus aimait, était couché sur le sein de Jésus. Simon Pierre lui fit signe de demander qui était celui dont parlait Jésus. Et ce disciple, s'étant penché sur la poitrine de Jésus, lui dit: Seigneur, qui est-ce? » Une des raisons pour lesquelles de nombreux artistes dessinent Jean de façon efféminé, est en lien avec ces versets que Jean vient de lire, parce qu'ils décrivent Jean couché sur le sein de Jésus.

Pendant des années je pensais que Jean était assis sur les genoux de Jésus et avait sa tête posée sur la poitrine de Jésus. Non, tout cela est un idiome. Il n'était pas assis sur les genoux de Jésus. Cela n'inclut pas de contact physique. Cela ne sert qu'à décrire le positionnement des personnes autour de la table. Celui qui est à votre droite est simplement la personne qui était sur votre sein, parce que par-là vous aviez le privilège d'avoir un rapport particulier avec lui. Vous étiez face à face avec lui. Etre sur le sein de quelqu'un correspondait à être à la droite de quelqu'un. C'est ce qui est décrit ici.

Si Jean était à la droite de Jésus, on peut en déduire d'après le verset 13:26 que Judas devait être à sa gauche. Jean 13:26 dit: « Jésus répondit: C'est celui à qui je donnerai le morceau trempé. Et, ayant trempé le morceau, il le donna à Judas, fils de Simon, l'Iscariot. » Vous voyez si Judas était à sa gauche il était facile pour Jésus de lui tendre le morceau de pain. Si l'on s'en tient au récit nous ne savons que où ces quatre personnes étaient assises, c'est-à-dire Jésus, Jean, Judas et Pierre. Pour le reste nous ne pouvons que deviner.

De quelle façon Jean13:18-30 révèle ce qu'il y a dans le coeur du Seigneur Jésus? Laissez-moi commencer en posant cette question. Rappelez-vous du contexte. Nous sommes jeudi soir, c'est la nuit de la trahison, c'est le jour avant le calvaire. Christ sait ce qui va arriver dans les heures qui vont suivre, pas uniquement parce qu'Il est homme mais grâce à Son omniscience, parce qu'Il est Dieu, Il sait ce qui va arriver, Il sait tout. Est-ce que vous pensez que le jour avant la croix, Il avait quelque chose de lourd sur Son coeur? La réponse est bien entendu oui.

Le jour suivant à 9 heures du matin, Il sera attaché à la croix. Il savait cela. Il l'a dit: « Mon heure est venue. » Il savait que son heure était venue et savait tout ce qui était impliqué dans cette heure. Il savait que pendant la nuit qui arrivait Il allait être injustement arrêté, jugé et traité de façon cruelle et de quelle façon honteuse Il allait être exposé au monde et comment Il allait devoir porter le péché du monde entier. Comment Il allait être abandonné par Ses propres disciples. Il savait que Satan et tous ses démons allaient se moquer de Lui. Il savait qu'Il allait devoir souffrir pour le salaire du péché. Il allait souffrir l'Eternité en trois courtes heures sur la croix et devoir expérimenter pour la première fois depuis le début, qui en réalité n'a jamais eu de début, une interruption dans sa relation avec son Saint Père Dieu, relation qui en réalité n'a jamais eu de commencement.

Il y avait beaucoup de choses sur Son coeur. Il connaissait tous les détails et Il le sentait. Et parce qu'Il avait beaucoup de raisons à cause desquelles Il pouvait être agité, être troublé, c'est pour cette raison qu'il est si choquant de lire le verset 13:21: « Ayant ainsi parlé, Jésus fut troublé en son esprit, et il dit expressément: En vérité, en vérité, je vous le dis, l'un de vous me livrera. »

Avec tout ce qu'Il avait à penser en lien avec la croix, selon ce passage, ce qui Le troublait est: « je vous le dis, l'un de vous me livrera. » Son coeur était si lourd à cause de Judas! Nous avons ici une merveilleuse révélation de ce qu'il y a sur Son coeur. Pas uniquement parce que leur amitié allait être brisée. Pas parce qu'Il était choqué par ce contrat satanique. Il était troublé dans Son esprit parce que Son coeur était rempli d'un réel amour pour atteindre Judas. Il n'était pas trop tard pour Judas.

Jésus savait tout, Il connaissait le dénouement de toutes choses et pourtant Il était troublé à cause de l'homme Judas lui-même. Il était concerné par sa destinée. Son coeur était brisé alors que cet homme glissait lentement au loin. Plus tard nous en viendrons à ce que je crois être une apogée. Nous voyons dans le jardin que Jésus l'appelle ami, Il a constamment voulu éviter à Judas de pécher en le dénonçant.

Rappelez-vous l'identification. De quelle façon est-ce que Judas devait identifier Jésus? C'était avec un baiser. Lorsqu'ils sont venus chercher Jésus il y avait plus de 6000 hommes forts et armés. Avant le baiser, Jésus a couru à la porte et a dit: « Qui est-ce que vous cherchez? » Et ils ont dit Jésus de Nazareth. Il a répondu: « C'est moi. » A ce moment-là, ils reculèrent tous et tombèrent par terre comme mort, Judas inclus.

Laissez-moi vous poser cette question, est-ce que vous pensez qu'après cela il y a encore besoin d'un moyen pour identifier qui est Jésus? Est-ce que vous ne pensez pas qu'ils devraient maintenant savoir qui c'est? Il dit: « C'est moi » et tout le monde s'effondre à terre paralysé. Judas se relève et vient embrasser le Seigneur. Il n'avait pas besoin de faire cela.

C'est juste une illustration parmi plusieurs, qui montre que le Seigneur était si préoccupé au sujet de cet homme Judas. Et bien qu'il ait des millions de raisons d'être troublé dans Son esprit, la Bible se focalise sur cela, et la chose qui Le préoccupait plus que toutes les autres était Judas. Cela L'a très affecté. Il aspirait à aider cette âme, Il savait ce qui allait venir et pourtant Son coeur battait fort pour Judas.

Jean 13:11 dit: « Car il connaissait celui qui le livrait; c'est pourquoi il dit: Vous n'êtes pas tous purs. » Jean 6:64 dit: « Mais il en est parmi vous quelques-uns qui ne croient point. Car Jésus savait dès le commencement qui étaient ceux qui ne croyaient point, et qui était celui qui le livrerait. » Jésus savait dès le début qui allait Le trahir. Il n'y a jamais eu un moment où Jésus ne le savait pas. Il contrôle toutes choses. Il n'est pas une victime. Il sait ce qui va arriver. Et pourtant la Bible dit qu'Il a toujours encore de l'intérêt pour Judas. Même s'Il savait ce qui allait venir.

Les disciples n'ont rien compris même lorsque Jésus en a parlé clairement. Jean 13:22 dit: « Les disciples se regardaient les uns les autres, ne sachant de qui il parlait. » Lorsque Jésus dit que l'un deux va Le trahir, ils sont perdus et n'ont aucune idée de qui il est question. Et lorsqu'Il dit finalement: « C'est celui à qui je donnerai le morceau trempé » ils ne comprennent toujours pas. Jean 13:26-30 dit: « Jésus répondit: C'est celui à qui je donnerai le morceau trempé. Et, ayant trempé le morceau, il le donna à Judas, fils de Simon, l'Iscariot. Dès que le morceau fut donné, Satan entra dans Judas. Jésus lui dit: Ce que tu fais, fais-le promptement. Mais aucun de ceux qui étaient à table ne comprit pourquoi il lui disait cela; car quelques-uns pensaient que, comme Judas avait la bourse, Jésus voulait lui dire: Achète ce dont nous avons besoin pour la fête, ou qu'il lui commandait de donner quelque chose aux pauvres. Judas, ayant pris le morceau, se hâta de sortir. Il était nuit. »

La fin du passage dit qu'il faisait nuit. Oui, c'était la nuit et de plusieurs façons même. Jean mentionne la nuit physique, pour illustrer la nuit spirituelle. C'est une figure de style que Jean utilise aussi bien dans son évangile que dans son épitre de 1 Jean. La nuit physique est une image de la nuit spirituelle. Judas est sorti et c'était la nuit.

Laissez-moi revenir à ce principe pour terminer, Jésus était troublé dans Son esprit et pourtant Il était omniscient et au contrôle de toutes choses alors pourquoi était-Il préoccupé s'Il savait comment les choses allaient finir? J'aimerais illustrer cela à partir de Jean 11. Est-ce que Jésus savait qu'Il allait ressusciter Lazare d'entre les morts? Bien entendu qu'Il le savait. Je parle comme un fou mais si j'avais été Jésus j'aurais été heureux. J'aurais eu un grand sourire sur le visage et j'aurais dit aux personnes présentes: « Regardez bien ce qui va arriver. »

Est-ce que Jésus avait un grand sourire sur le visage? La réponse est non. Marie a pleuré et Jésus a pleuré. Et même s'Il savait ce qui allait arriver, Il a marché avec eux sur le chemin, et Il ressentait les sensations de nos infirmités. Il sympathise avec nous. Je pense que c'est une incroyable chose qu'Il sache la fin de toutes choses mais pourtant cela ne L'affecte pas. Il savait que Judas n'allait pas se repentir. Personnellement j'aurais dit à Jésus: « Laisse tomber. Pourquoi essayes-Tu de sauver ce gars, il ne sera pas sauvé. Pourquoi Te sens-Tu si triste à son sujet? Pourquoi est-ce que Tu l'appelles encore ami? Pourquoi Tu essayes de l'atteindre? Tu ne peux pas l'atteindre. » Jésus de répondre: « Il y a deux choses qui sont vraies. Je sais ce qui va arriver, et pourtant Je chemine avec vous durant toutes les étapes. »

Imaginez un parent priant pour la guérison de son fils. Même si Dieu sait qu'Il va le guérir, cela ne veut pas dire qu'Il ne va pas pleurer avec eux alors qu'ils passent par ces difficultés. Il est là et je pense que c'est une merveilleuse révélation du coeur de Dieu. A partir de là le projecteur se déplace de Judas vers Pierre et c'est ce que nous verrons dans notre prochaine leçon.

Prions: Père céleste nous Te remercions pour Ta précieuse parole. Nous Te remercions parce que Tu es Celui qui lave les pieds. Tu nous demandes de Te donner la permission de nous servir et nous rafraichir. Merci parce que lorsque Tu nous rafraichis Ta vie est manifestée, et alors que les autres autour de nous touchent aussi cette vie, ils sont rafraichis. Merci pour la vie, nous sommes réellement bénis lorsque Christ est manifesté et que les autres sont bénis à travers nous. Merci Seigneur de préparer nos coeurs alors que nous étudions ces trois autres merveilleux chapitres. Prépare-nous à contempler Christ, à apprendre comment Te faire confiance et apprendre comment vivre. Nous prions au nom de Jésus. Amen.

Jean 44