JEAN #40 - LE GRAIN DE BLE

(Jean 12:20-36)

Par Ed Miller

Le texte qui suit est la transcription d'un message donné en anglais. La forme orale a été conservée, mais des titres de sections ont été ajoutés pour faciliter la lecture. (NdT)

Bonjour et bienvenue dans notre quarantième leçon sur ce merveilleux évangile de Jean.

Pour commencer notre étude de la Parole de Dieu, laissez-moi partager avec vous un verset de Colossiens 4:3-4 qui dit: « Priez en même temps pour nous, afin que Dieu nous ouvre une porte pour la parole, en sorte que je puisse annoncer le mystère de Christ, pour lequel je suis dans les chaînes, et le faire connaître comme je dois en parler. »

Prions:

Père, nous Te remercions encore une fois pour Ta précieuse Parole et pour Ton Saint-Esprit qui vit dans nos coeurs pour nous guider et pour focaliser toujours à nouveau nos coeurs d'une manière fraîche et nouvelle vers notre Seigneur Jésus. Alors que nous considérons ce récit, je prie que je puisse parler clairement comme je dois en parler. Nous Te faisons confiance pour guider notre méditation. Nous Te remettons cette étude. Nous Te prions au nom de Jésus. Amen



RÉSUMÉ

Je vous ai déjà dit qu'il y avait en fait trois récits dans ce merveilleux chapitre de Jean 12. Chacun d'entre eux répond à la question qui est Christ, qu'est-ce que la foi et qu'est-ce que la vie.

Le premier récit se trouve dans Jean 12:1-11. C'est l'histoire de Marie de Béthanie qui a oint la tête et les pieds de notre Seigneur Jésus pour le jour de Sa mort. La deuxième histoire se trouve en Jean 12:12-19. Il s'agit du dimanche des rameaux. En Jean 12:20-50, nous avons cette histoire de ce groupe de grecs qui sont venus pour avoir une réunion particulière avec le Seigneur Jésus. Chacune de ces histoires répond aux questions qui est Christ, qu'est-ce que la foi et qu'est-ce que la vie.

Nous avons eu plusieurs études à propos des onze premiers versets, l'histoire de Marie de Béthanie qui a oint la tête et les pieds de notre Seigneur Jésus pour le jour de Sa mort. Laissez-moi vous donner les réponses que nous avons découvertes avant de continuer. Selon les onze premiers versets du chapitre 12, qui est Christ? Il est Celui qui est digne d'adoration. Il est Celui qui est digne d'être oint avec le parfum le plus fin.

Selon cette même section, qu'est-ce que la foi? La réponse est: comme Jésus est celui qui est digne, la foi, c'est donner au Seigneur Jésus l'adoration à laquelle Il a droit, illustrée par Marie qui dévoile ce qu'elle a sur le coeur en versant ce parfum sur Jésus.

A la fin de notre précédente leçon nous avons discuté sur cette question finale selon Jean 12:1-11, qu'est-ce que la vie? Nous avons donné cette réponse: la vie est le témoignage.

Cette merveilleuse vérité est illustrée par deux fois dans ces onze versets, une fois par Lazare qui a été ressuscité d'entre les morts et une fois par Marie de Béthanie. Jean 11:9-11 dit: « Une grande multitude de Juifs apprirent que Jésus était à Béthanie; et ils y vinrent, non pas seulement à cause de lui, mais aussi pour voir Lazare, qu'il avait ressuscité des morts. Les principaux sacrificateurs délibérèrent de faire mourir aussi Lazare, parce que beaucoup de Juifs se retiraient d'eux à cause de lui, et croyaient en Jésus. » Nous avons là le témoignage de Lazare. A cause de Lazare, beaucoup de Juifs ont cru en Jésus.

Si vous considérez le récit, qu'est-ce que fait Lazare, que nous appellerions le service chrétien? Est-ce qu'il a bâti un temple? Est-ce qu'il a fait un grand don à une cause? Est-ce qu'il a commencé un ministère? Est-ce qu'il a visité toutes les maisons à Béthanie? Est-ce qu'il a écrit un livre? Est-ce qu'il a tenu une croisade? Selon ce récit il est sorti de la tombe et a vécu! C'est tout ce qu'il a fait. Selon le récit, nous n'avons même pas un mot de ce qu'il a dit après cela. Il a simplement vécu et est devenu une attraction, et de nombreuses personnes se sont tournées vers le Seigneur grâce à ce témoignage. Sa vie de résurrection était une attraction. C'est cela qui a été son témoignage. Il n'a jamais rien fait, il n'a jamais rien dit. Mais de nombreuses personnes ont répondu au Seigneur à cause de lui.

Il nous arrive si souvent de nous méprendre sur ce qu'est le vrai ministère. Lazare illustre sûrement cela ici. Il accomplit un ministère qui va directement au coeur de Jésus. Le fait que l'on se tienne au coin d'une rue pour prêcher, que nous donnons de la littérature à quelqu'un, que nous utilisons des astuces pour essayer de capter l'intérêt des gens, et tout ce genre de choses ne fait pas que nous avons un réel témoignage. Le vrai témoignage, c'est voir quelqu'un sortir de la tombe. Un ivrogne délivré de son ivrognerie, c'est cela le témoignage. C'est la prostituée délivrée qui vient à une vie pure. C'est cela le témoignage. C'est le voleur qui devient honnête par la puissance de Dieu. C'est cela le témoignage. Le couple qui se déchire et qui apprend à vivre en harmonie sous le même toit, c'est cela le témoignage. Une personne fière qui devient humble, c'est cela le témoignage. Ainsi Lazare a été délivré de sa tombe et de la corruption et c'est cela qui était le témoignage.

Vous savez que cela est vrai, lorsque vous voyez une personne qui est contente dans le Seigneur Jésus, qui fait confiance au Seigneur dans les jours de difficultés, qui aime ses voisins et qui est détachée de ce monde vain et du matérialisme et ainsi de suite. C'est cela le signe de Jonas. C'est le seul signe que le Seigneur a dit qu'Il allait donner. C'est le signe de la résurrection.

La même chose est vraie de Marie de Béthanie. Lazare n'était pas le seul témoin silencieux par sa vie. Voici le récit de Marc de ce même événement. Marc 14:9 dit: « Je vous le dis en vérité, partout où la bonne nouvelle sera prêchée, dans le monde entier, on racontera aussi en mémoire de cette femme ce qu'elle a fait. » Tout comme Lazare, Marie n'a jamais prononcé aucune parole. Chaque fois qu'elle apparaît dans la Bible, elle est aux pieds de Jésus.

La première fois, elle était aux pieds de Jésus en train d'apprendre. La deuxième fois, à ses pieds en train de remettre ses soucis. Et la troisième fois, à ses pieds en train d'adorer Christ. Dans les récits que l'on a d'elle, elle ne prononce pas non plus de paroles. Elle était tout simplement « amoureuse » de Jésus. Et elle a manifesté publiquement cet amour et ainsi son témoignage s'est étendu au monde entier. Lorsqu'elle a fait cela, la Bible dit que toute la maison a été remplie de parfum. Maintenant c'est le monde entier qui est rempli de parfum, parce qu'elle a simplement aimé Jésus. C'est cela le témoignage.

Comme l'histoire a à voir avec le parfum, j'aimerais vous partager la portion d'explication que l'on trouve dans le Nouveau Testament. En d'autres termes dans l'Ancien Testament vous avez l'explication sous forme de semence. Dans les évangiles vous avez la même vérité mais sous forme de bourgeon. Et dans les épîtres vous trouvez la même vérité qui est pleinement explicitée.

L'apôtre Paul reprend cette image du parfum. 2 Corinthiens 2:14-15 dit: « Grâces soient rendues à Dieu, qui nous fait toujours triompher en Christ, et qui répand par nous en tout lieu l'odeur de sa connaissance! Nous sommes, en effet, pour Dieu la bonne odeur de Christ, parmi ceux qui sont sauvés et parmi ceux qui périssent: aux uns, une odeur de mort, donnant la mort; aux autres, une odeur de vie, donnant la vie. » Ici l'apôtre Paul met en avant l'idée de l'arôme. 2 Corinthiens 2:15 dit: « Nous sommes, en effet, pour Dieu la bonne odeur de Christ, parmi ceux qui sont sauvés et parmi ceux qui périssent. »



LE MINISTÈRE EST D'ABORD TOURNÉ VERS LE SEIGNEUR

Dans cette section doctrinale, j'aimerais que vous notiez de quelle façon simple Paul explique ce qu'est le ministère. C'est la même chose que nous avons vue enJean 12:1-11 avec le don de Marie. Paul dit que nous sommes un parfum de Christ. C'est cela le parfum, c'est Christ. Puis veuillez noter ce que ce verset dit ensuite. Nous sommes un parfum de Christ pour Dieu. Le ministère chrétien est avant tout vertical. Il s'agit de la Parole de Dieu. Nous sommes un parfum de Christ pour Dieu. Puis il dit que nous sommes un parfum de Christ pour Dieu parmi les hommes. Le ministère n'est pas premièrement envers les hommes, c'est envers Dieu et Marie a répandu son coeur devant le Seigneur. C'est un ministère envers le Seigneur, un parfum de Christ pour Dieu.

Si vous vivez par et pour le Seigneur, les autres pourront sentir la bonne odeur de votre vie. Pour certains c'est une odeur de mort, en d'autres mots ils rejettent cela. Pour certaines personnes c'est une odeur de vie, elles vont regarder à votre vie alors que vous aimez Jésus et elles diront: « Loué soit Dieu pour une telle vie sur la terre. » D'autres personnes vont vous regarder et vont réagir de façon opposée, elles vont vous haïr. Vous serez soit accepté soit rejeté. Lorsque vous servez le Seigneur, il n'y a pas de milieu. Les gens vont vous aimer ou vous haïr. Paul illustre ici cette même vérité. Nous rendons un ministère au Seigneur Jésus et ce ministère est un témoignage envers les hommes. Nous trouvons cette même vérité ici en Jean 12:1-11. Les Juifs sont sur le point de couper la tête de Jésus et Marie est là en train de Lui manifester l'adoration qu'Il mérite. Nous voyons la même chose avec Lazare, les Juifs étaient sur le point de tuer Jésus et Lazare, mais des personnes venaient à Jésus.

Très bien, avant que nous considérions une autre histoire dans Jean 12, j'aimerais vous rappeler une chose à laquelle je vous ai déjà rendu attentif dans une précédente leçon, c'est que Jean 12 marque la fin du ministère public de Jésus envers le monde. En d'autres termes, à partir du chapitre 13 Il va se concentrer sur Ses disciples et leur partager des choses très précieuses. Nous n'aurons ensuite plus d'histoires, de paraboles ou de guérisons. C'est le dernier moment où Il va s'occuper du monde dans son ensemble. Comme c'est la fin de Son ministère avec le monde, c'est aussi un passage stratégique et nous devons lui porter une grande attention. De quelle façon est-ce que Son ministère se termine? Il n'est pas surprenant que ce chapitre puisse être un résumé de ce qu'Il a fait pendant tout Son ministère.

En parcourant Jean 12 j'ai trouvé douze individus ou groupes différents qui sont mentionnés.

• Verset 12:1-2: Lazare.
• Verset 12:2: Marthe.
• Verset 12:3: Marie.
• Verset 12:4-8: Judas.
• Verset 12:9 et 11-15: Un grand groupe de Juifs.
• Verset 12:10: Le grand prêtre.
• Verset 12:16: Les disciples.
• Verset 12:17-18: Les personnes qui étaient avec Lui lorsqu'Il a ressuscité Lazare d'entre les morts.
• Verset 12:19: Les pharisiens.
• Verset 12:20: Un groupe de Grecs.
• Verset 12:21: Philippe et André.
• Verset 12:28: Dieu le Père qui brise le silence du ciel et donne Son témoignage envers Dieu le Fils.

Durant la vie et le ministère de Christ, Dieu a brisé le silence et a parlé depuis le ciel. Une fois cela a été à Son baptême, une fois lors de la transfiguration et ici en Jean 12.

Je vous ai dit qu'il y avait deux histoires en plus dans Jean. Normalement nous devrions considérer les chapitres 12 à 19 qui parlent du dimanche des rameaux parce que c'est ce qui vient après. Mais j'aimerais d'abord voir avec vous le troisième récit qui est comme une apogée, comme une conclusion, il s'agit de la fin de Son ministère envers le monde. Nous verrons donc le dimanche des rameaux dans une prochaine leçon.

J'aimerais donc que nous étudiions Jean 12:20-24 qui dit: « Quelques Grecs, du nombre de ceux qui étaient montés pour adorer pendant la fête, s'adressèrent à Philippe, de Bethsaïda en Galilée, et lui dirent avec instance: Seigneur, nous voudrions voir Jésus. Philippe alla le dire à André, puis André et

Philippe le dirent à Jésus. Jésus leur répondit: L'heure est venue où le Fils de l'homme doit être glorifié. En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul; mais, s'il meurt, il porte beaucoup de fruit. »



CHRIST LE GRAIN DE BLÉ

Selon le verset 12:24, qui est Christ dans ce récit? La réponse est: Il est le grain de blé qui doit tomber en terre et mourir pour porter beaucoup de fruits. Je ne crois pas que nous puissions pleinement comprendre cette remarque de notre Seigneur Jésus qu'Il est le grain de blé, à moins que nous ne l'étudiions avec l'arrière-plan de ces Grecs qui viennent vers le Seigneur Jésus.

J'aimerais que vous puissiez imaginer la scène dans votre esprit. Le verset 12:21 dit: « Quelques Grecs, s'adressèrent à Philippe, de Bethsaïda en Galilée, et lui dirent avec instance: Seigneur, nous voudrions voir Jésus. » Est-ce que ces personnes n'étaient que des curieux ou est-ce qu'elles avaient un désir sincère de voir le Seigneur?

Les commentateurs ont beaucoup de façons différentes d'approcher ce groupe de Grecs qui désirait voir Jésus. Les commentateurs ont un problème parce qu'il n'y a pas de textes dans la Bible qui diraient que Jésus aurait un jour répondu à leur demande. Beaucoup de personnes en ont conclu que ces Grecs n'étaient probablement pas sincères, sinon Jésus aurait répondu à leur demande. Ils viennent en disant qu'ils aimeraient voir Jésus et il semblerait qu'Il ne fait que les ignorer. Nous savons par d'autres textes que les Grecs étaient connus pour leur sagesse mondaine. Ils avaient une incroyable admiration pour l'humanité, pour la culture, pour la science, pour l'art et ainsi de suite. Certaines personnes disent donc qu'ils ne désiraient que discuter de religion et de philosophie ou quelque chose comme cela.

Mais ils étaient sérieux dans les requêtes, alors on peut se poser cette question, je parle comme un fou: pourquoi est-ce que Jésus semble les ignorer? S'ils sont venus dans une démarche sincère, pourquoi semble-t-Il les ignorer? Pourquoi est-ce qu'Il ne va pas au moins leur répondre? Pourquoi est-ce qu'Il ne va pas à leur rencontre? Pourquoi est-ce qu'Il n'envoie pas au moins un messager pour leur dire: « Je suis trop occupé pour vous rencontrer, nous nous rencontrerons une autre fois. » Vous voyez, cela ne ressemble pas au Seigneur Jésus. C'est pour cette raison que cela est important. Nous arrivons à la fin de Son ministère avec le monde, et nous avons là un profond passage des Ecritures. Je ne pense pas que Jésus soit trop occupé pour les rencontrer et le fait de les ignorer ne cadre pas avec Sa façon habituelle de faire, parce qu'Il a toujours prouvé être un parfait gentleman.

Ce récit commence au verset 12:21 qui dit: « Quelques Grecs, s'adressèrent à Philippe, de Bethsaïda en Galilée, et lui dirent avec instance: Seigneur, nous voudrions voir Jésus. » Et cela continue au verset 12:36: « Pendant que vous avez la lumière, croyez en la lumière, afin que vous soyez des enfants de lumière. Jésus dit ces choses, puis il s'en alla, et se cacha loin d'eux. » Les Grecs viennent Le voir et Lui part se cacher plutôt que de prendre du temps avec eux! Pourquoi est-ce que Jésus ne s'est pas réuni avec eux? Je pense personnellement que ces gens étaient des personnes en recherche, sincères, et je pense que le Seigneur a répondu à leur besoin, mais pas d'une façon visible.

Avant d'expliciter cela plus en détails, j'aimerais vous donner le contexte plus large. En d'autres termes, il ne s'agit pas uniquement de la fin de ces trois années de ministère, mais de toute la vie et du ministère de notre Seigneur Jésus. Comment est-ce que tout cela a commencé? Nous devons considérer cet événement comme une apogée.

Dès que les Grecs sont venus vers Lui, voici ce qu'Il a dit au verset 12:23: « L'heure est venue où le Fils de l'homme doit être glorifié. » C'est la première fois qu'Il a dit cela. Dès que les Grecs sont venus, Il a dit: « l'heure est venue... » L'heure est venue pour le Fils de l'homme d'être glorifié. Rappelez-vous de ce merveilleux titre de Fils de l'homme. Nous trouvons en particulier cela dans l'évangile de Luc. Jésus est appelé 80 fois Fils de l'homme dans le Nouveau Testament et chaque fois que ce titre est mentionné, cela sort presque tout le temps de la bouche du Seigneur Jésus. Il n'y a qu'une seule autre personne qui a utilisé ce titre, mais elle ne fait que citer Jésus, car elle dit: « Il a dit qu'il est le Fils de l'homme. »

C'était le titre favori que Jésus aimait à se donner. Il ne s'agit pas de Fils de l'homme comme opposé à femme, Il ne parle pas d'un sexe particulier. Il veut dire par là l'humanité. Ce n'est pas surprenant qu'à la fin de Son ministère nous ayons cette révélation: « L'heure est venue, Il est le Fils de toute l'humanité. » Il n'utilise pas un titre juif. Il ne dit pas Fils de David, roi d'Israël ou roi des Juifs, mais Fils de toute l'humanité.

Laissez-moi vous montrer tout le ministère de Christ en m'appuyant sur les points terminaux. Comment est-ce que Son ministère commence et se termine? Il commence avec l'arrivée des mages et il se termine avec l'arrivée des Grecs. Je vois un parallèle entre l'arrivée des mages et l'arrivée des Grecs. Les mages n'étaient pas des Juifs. C'étaient des gentils et ils sont venus au moment où les Juifs rejetaient Jésus. Les Grecs étaient des païens et ils sont venus au moment où les Juifs rejetaient Jésus. Les mages sont venus pour L'adorer.

Jean 12:20 dit: « Quelques Grecs, du nombre de ceux qui étaient montés pour adorer pendant la fête. » Ils sont venus pour adorer, il y a donc une sorte de ressemblance entre l'attitude des mages et celles des Grecs. Ces Grecs sont probablement allés vers André et Philippe parce que ce sont les seuls parmi les disciples qui ont une origine grecque.

Rappelez-vous également Matthieu 2:2 qui dit: « Où est le roi des Juifs qui vient de naître? car nous avons vu son étoile en Orient, et nous sommes venus pour l'adorer. » Ils sont aussi venus en disant: « Nous aimerions voir Jésus. » Nous trouvons donc la même chose au commencement du ministère de Christ, les gentils arrivent lorsque les Juifs ne veulent pas aller adorer Jésus. Et ici à la fin du ministère les Grecs font la même chose. Les Juifs sont prêts à décapiter Jésus, mais il y a un groupe de gentils qui recherche le Seigneur. Les mages étaient des gens en recherche venant de l'est et les Grecs des gens en recherche venant de l'ouest. C'est simplement un merveilleux résumé de toute la vie et du ministère de Christ.

Nous devons encore répondre à cette question. Si ce sont de vraies personnes en recherche, alors pourquoi est-ce que notre Seigneur Jésus semble les ignorer, semble être rude avec eux? Pourquoi semble-t-il qu'Il ne leur réponde pas? Est-ce qu'Il les prend de haut? Est-ce qu'Il les ignore tout simplement? Laissez-moi essayer de vous montrer de quelle façon Il leur a répondu. En fait Il leur donne la plus merveilleuse réponse que l'on puisse recevoir.

J'aimerais paraphraser cela pour vous montrer ce que je pense être sur Son coeur. Vous voyez, leur question était plus profonde que: « Seigneur, nous voudrions voir Jésus. » Et Sa réponse était plus profonde que: « D'accord, je vais vous rencontrer au coin de cette rue à cette heure-ci. » Ces Grecs représentent les personnes en recherche. Ils sont le coeur des gentils qui désirent Le connaître Lui. Et c'est comme si, lorsque Philippe et André ont parlé avec Jésus, ce dernier avait répondu: « Vraiment, quelqu'un aimerait me voir? Ils ne veulent pas me lapider? Ils ne veulent pas me tuer? Ils ne veulent pas me détruire? Ils désirent réellement me connaître, pas uniquement de l'extérieur en tant que charpentier de Nazareth, pas uniquement comme le Fils de Marie et beau-fils de Joseph, mais ils désirent réellement me connaître, me voir? Si cela est vrai, alors l'heure est venue et je dois devenir le grain de blé pour mourir. S'ils désirent réellement me voir, je dois me diriger vers la croix parce qu'il n'y a pas d'autre manière pour répondre à leur demande que d'aller à la croix. »

Je crois que c'est cette réponse que le Seigneur Jésus a donnée. Il est un trop grand gentleman pour ignorer ces gens ou pour les repousser. C'était le cri d'un groupe représentatif, le cri d'un vaste groupe de personnes en recherche. Le cri de ces Grecs représente le cri de tous les pécheurs qui n'ont jamais crié pour recevoir un Sauveur. Et Jésus ne répond pas par des paroles, Il répond par des actions et Il dit: « S'ils désirent réellement me voir, alors je dois devenir le grain de blé, je dois aller à la croix. Mon heure est venue. »

Comment est-ce qu'une heure, un moment peut avoir plus de signification dans la vie de quelqu'un comme le Seigneur Jésus qu'un autre moment? Il en a pourtant souvent parlé. Voici différents versets.

Jean 7:30, au temple lors de la fête du Tabernacle: « Ils cherchaient donc à se saisir de lui, et personne ne mit la main sur lui, parce que son heure n'était pas encore venue. »
Jean 8:20, lors de l'incident avec la femme prise en train de commettre l'adultère: « Jésus dit ces paroles, enseignant dans le temple, au lieu où était le trésor; et personne ne le saisit, parce que son heure n'était pas encore venue. »
Jean 12:23, aux Grecs qui sont venus le voir: « Jésus leur répondit: L'heure est venue où le Fils de l'homme doit être glorifié. »
Jean 12:27: « Maintenant mon âme est troublée. Et que dirai-je?... Père, délivre-moi de cette heure?... Mais c'est pour cela que je suis venu jusqu'à cette heure. »
Jean 13:1: « Avant la fête de Pâque, Jésus, sachant que son heure était venue de passer de ce monde au Père, et ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, mit le comble à son amour pour eux. »
Jean 17:1, lors de la prière sacerdotale: « Après avoir ainsi parlé, Jésus leva les yeux au ciel, et dit: Père, l'heure est venue! Glorifie ton Fils, afin que ton Fils te glorifie. »

Quelle merveilleuse heure! S'il n'y avait pas eu ce moment, alors notre Seigneur Jésus serait né et aurait vécu en vain. Cette heure devait arriver et elle est arrivée dès que ces Grecs sont venus. Lorsqu'ils sont venus, Il a dit: « L'heure est venue. » Jésus a dit: « Si les Grecs désirent réellement me voir, alors je dois devenir ce grain de blé et mourir. »

Dans cette conversation Il a également dit au verset 12:32: « Et moi, quand j'aurai été élevé de la terre, j'attirerai tous les hommes à moi. » Vous voyez, Jésus parle de personnes en recherche. Il est venu dans ce monde parmi les siens mais les siens ne l'ont pas accepté, il y a pourtant une poignée de gentils qui désirent réellement Le connaître et L'adorer. Il dit donc qu'Il doit aller à la croix et qu'ensuite Il attirera tous les hommes, pas uniquement les Grecs, pas uniquement les Juifs, Il attirera tous les hommes à Lui, mais Il doit d'abord accomplir cette heure.

Laissez-moi vous donner le développement pratique de ce principe, puis nous reviendrons sur le contexte. Ce que le Seigneur fait ici, Il le fait souvent dans la vie de Ses enfants. Il nous arrive de faire appel au Seigneur, mais selon toute apparence il semblerait qu'Il nous ignore. Il semblerait qu'Il n'entende pas nos requêtes. Lorsque cela arrive Il vous répond en fait en faisant quelque chose plutôt qu'en disant quelque chose. Cela nous prendra du temps même si nous avons l'éternité devant nous pour voir ce que Dieu a fait. Je suis sûr qu'au niveau terrestre, les Grecs pensaient que Dieu les ignorait et n'avait pas répondu à leur question.

Ne soyez pas découragé lorsque vous en appelez au Seigneur et qu'il semble qu'Il vous ignore. Il ne vous ignore pas. Vous savez à cause de ce principe, il m'est arrivé d'être encouragé lorsque je n'ai pas reçu de paroles du Seigneur. Il m'est arrivé de ne pas pouvoir trouver une parole ou un verset et j'ai été encouragé qu'Il était en train de faire quelque chose de plus grand qu'aucune parole qu'Il ne pourrait me dire. Et j'ai pu voir souvent la grâce de Dieu de cette manière. Ainsi, ne soyez pas découragé s'il semble que Dieu vous ignore. Il ne vous ignore pas, Il se réjouit de vous, Il chante à cause de vous. Non seulement Il vous aime mais Il est aussi amoureux de vous. C'est une incroyable vérité.

Qui est Christ ici? Il est le grain de blé qui doit mourir pour produire beaucoup de fruits. Ce grain de blé devient une puissante illustration. Nous avons ici un grand paradoxe. Si le grain de blé reste en vie il est stérile et reste improductif. Mais le grain de blé qui meurt est celui qui est vivant et qui peut produire du fruit. Si vous posez une graine dans un tiroir et que vous revenez dix ans plus tard, elle sera encore seule. J'ai lu que l'on avait retrouvé des graines dans la main d'une momie. On a replanté ces graines et la vie a jailli à nouveau. On a retrouvé des graines dans des vases près de la mer morte, on a estimé que ces graines étaient vieilles de 2 000 ans. On a planté ces graines et elles ont commencé à pousser.

Ce que je veux illustrer avec cela est qu'à moins qu'un grain de blé ne meure, il demeure seul mais s'il meurt, il porte beaucoup de fruit. Si notre Seigneur Jésus n'était pas mort, s'Il n'était pas devenu le grain de blé qui est mort, Il aurait vécu seul parce qu'Il n'a jamais péché. Le salaire du péché c'est la mort. Jésus, Lui, aurait vécu sans interruption, mais Il aurait aussi vécu seul pour toute l'éternité.

Ainsi ce n'est qu'à travers la mort que le potentiel de la fécondité devient actuel. Le grain de blé est l'illustration du vrai fruit. Il doit mourir et ensuite par une mort prolifique cela apporte cette merveilleuse vie. C'est ce paradoxe qui est si difficile à comprendre.



LA FOI C'EST ACCEPTER DE MOURIR POUR PORTER PLUS DE FRUIT

Notre deuxième question est selon ce chapitre: qu'est-ce que la foi? Jean 12:24-26 dit: « En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul; mais, s'il meurt, il porte beaucoup de fruit. Celui qui aime sa vie la perdra, et celui qui hait sa vie dans ce monde la conservera pour la vie éternelle. Si quelqu'un me sert, qu'il me suive; et là où je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu'un me sert, le Père l'honorera. »

Est-ce que vous avez remarqué de quelle façon Il associe les deux idées? Jésus est le grain de blé et qu'est-ce que la foi? C'est Le suivre Lui et devenir le grain de blé. C'est la volonté de suivre le Seigneur, de mourir avec Lui pour que nous puissions porter du fruit. En d'autres termes, Il est le grain de blé et si vous gardez votre vie vous la perdrez. Vous êtes également le grain de blé. Je suis le grain de blé. Tous les gens qui Le suivent sont le grain de blé.

Qu'est-ce que cela signifie que de mourir en tant que le grain de blé? On a un jour demandé à George Muller le secret de sa vie chrétienne. Il était assis sur une chaise et a répondu le plus simplement du monde: « Un jour George Muller est mort. » Puis il a commencé à détailler sa pensée. Il a dit: « Il est mort à sa propre opinion. » Et il a baissé sa tête: « Il est mort à ses propres désirs. » Et il a davantage baissé sa tête: « Il est mort à ses amis. » Et il a davantage baissé sa tête: « Il est mort à ses plans. » Et il a davantage baissé sa tête. Et le frère qui a rapporté cela dit qu'à la fin il était assis sur sa chaise avec sa tête entre ses genoux. C'est cela le secret de la vie chrétienne. Un jour George Muller est mort.

Au niveau terrestre Jésus dans Jean 12:27-28 dit: « Maintenant mon âme est troublée. Et que dirais-je?... Père, délivre-moi de cette heure?... Mais c'est pour cela que je suis venu jusqu'à cette heure. Père, glorifie ton nom! Et une voix vint du ciel: Je l'ai glorifié, et je le glorifierai encore. » Je sais que Jésus est l'homme parfait, mais Il pose la question: « que dirais-je?... Père, délivre-moi de cette heure?... » Le fait qu'Il pose la question illustre le fait qu'il faut un miracle de Dieu. Ce n'est pas une chose facile pour le grain de blé de mourir, de tomber en terre. Notre coeur naturel aimerait dire: « Père sauve-moi de cette heure. » Parce que c'est une heure qui est effrayante. C'est pour cette raison que certains chrétiens, même s'ils vont au ciel, ne se sont jamais pleinement soumis au Seigneur. C'est trop effrayant. Ils ne se sont pas pleinement consacrés au Seigneur. Eux ils disent à Dieu: « Père, délivre-moi de cette heure. »

Si Jésus a été troublé lorsqu'Il a dit: « Maintenant mon âme est troublée », à l'idée de devenir le grain de blé et mourir, nous devons aussi être troublés 10 000 fois plus à cause de ce même processus. Le fait de se soumettre complètement et entièrement à Dieu peut paraître effrayant et cela ne semble pas être très logique. Dieu nous a donné ce que nous avons, pourquoi est-ce que nous devrions tout abandonner? Nous nous sentons en sécurité dans notre petite coquille. Nous ne désirons pas mourir à cela parce que nous pensons être protégés de l'environnement hostile autour de nous.

Laissez-moi vous raconter l'expérience d'un grain de blé à travers ma propre vie et expérience. Le Seigneur a dû profondément s'occuper de moi en 1965. J'avais si peur de me soumettre au Seigneur! Je pensais qu'Il allait me faire violence. Je pensais que si je me soumettais à Lui, Il allait me faire du mal. Je pensais que je devrais aller dans un drôle d'endroit pour apprendre une drôle de langue et Il ne me laisserait pas me marier et avoir des enfants. Je pensais qu'Il était juste là pour m'attraper. J'avais si peur de donner ma vie au Seigneur Jésus!

Eh bien un jour il y a eu un grain de blé, qui était assis confortablement avec d'autres graines, dans un merveilleux sac dans une merveilleuse étable. Ils ont entendu des bruits de pas et ont vu s'approcher le grand et gros fermier. Son ombre est tombée sur eux. Les graines se sentaient tellement en sécurité alors qu'elles étaient en communion dans leur petite coquille. Elles savaient que le fermier était venu pour elles. Le fermier a attrapé les grains et le Seigneur doit parfois le faire pour nous. Et ils ont été séparés l'un de l'autre, les uns allant de ce côté et les autres de l'autre côté. La minute d'avant ils étaient dans la lumière et la minute d'après dans les ténèbres. Ils ont ensuite été mis dans cette grande machine qui a commencé à les répandre sur toute la surface du champ. Puis le fermier est passé avec ses grandes bottes et a justement marché sur la petite graine. Elle a été poussée dans la terre. Le petit grain s'est demandé: « Mais qu'est-ce qui se passe? » Cela n'a servi à rien pour le petit grain de se défendre, de crier et de pleurer, son seul espoir était que sa grosse coquille puisse être une protection suffisante. Il attendait donc dans sa petite coquille que le pire arrive. Ce grain est resté longtemps dans la terre, dans le froid et dans le noir. Il pensait ne plus jamais voir la lumière du soleil.

Il a d'un coup entendu un son et a pensé que quelqu'un venait le délivrer. Non, c'était un grand tracteur avec une énorme lame qui venait pour travailler la terre. Tout d'un coup ce petit grain s'est retrouvé un peu partout. Tout l'environnement était différent et tout était sens dessus dessous. Ce petit grain s'est trouvé dans le plus grand et profond trou qu'il n'avait jamais vu. Dans ce trou il est devenu froid, amer et a commencé à craquer. C'était un craquement douloureux. Sa coque a finalement été brisée. Son dernier espoir de protection, la coquille, avait pourri et s'est brisée. Immédiatement le froid et les ténèbres se sont engouffrés.

Le temps que ce grain est resté dans cet état dépend de nombreux facteurs dont nous n'allons pas parler, mais tout d'un coup ce grain de blé a senti une jolie petite queue pointer le bout de son nez. Pour ce grain de blé, c'était excitant de voir cela. Alors qu'il admirait cette petite queue, c'est une autre qui est apparue sur sa tête, et plus tard des petits cheveux ont poussé sur tout son corps. Il n'arrivait pas à croire ce qui arrivait. Il a commencé à se transformer. Ce sont de drôles de choses qui ont commencé à arriver. Il a commencé à monter et descendre, à se déformer, à s'allonger et soudain il a éclos et percé la terre jusqu'à la lumière du jour, aux pieds d'un grand fermier, debout devant lui avec un grand sourire sur le visage.

C'est la biographie d'un grain de blé. Il n'arrivait pas à croire ce qu'il a vu. Il y avait tout un champ de bons grains éclatants qui dansaient sous l'action du vent. Il n'était plus seul. Il n'y avait pas uniquement un grain de blé mais des milliers. C'étaient tous ses amis et ils remplissaient tout le champ. Voilà la biographie d'un grain de blé. Qu'est-ce que la foi? C'est accepter de mourir et devenir ce grain de blé de sorte que vous puissiez porter plus de fruit.

Ceci dit, parce que la consécration fait si peur, le grain de blé a inventé des substituts aux fruits pour que les gens puissent être trompés en pensant qu'il l'a fait sans réellement l'avoir fait. Jean 12:24 dit: « En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul; mais, s'il meurt, il porte beaucoup de fruit. » Si le grain de blé ne meurt pas il reste seul, stérile, sans fruit. Il peut arriver parfois que le grain de blé veuille porter du fruit mais il a peur de mourir. Ce qu'il fait est qu'il rassemble d'autres grains de blé autour de lui qui ne désirent pas mourir, pour qu'ils ne se sentent plus seuls. Il y a de nombreux grains de blé qui ne sont pas morts et maintenant vous avez une pile de grains, un groupe de grains. Il se peut même que parfois le groupe devienne très grand, 30, 40, 100, 1000, 10 000, 100 000, 1 000 000. Quel grand ministère c'est lorsque vous mettez 1 000 000 grains de blé ensemble. Mais ils sont tous seuls.

Jésus, en parlant de nous, a dit que nous étions un temple, des pierres vivantes, pas un tas de pierres, mais des pierres vivantes qui grandissent ensemble. Nous ne sommes pas un tas de graines, mais un champ de blé. Ce n'est pas la même chose. Il y a de nombreuses églises qui ne sont rien de plus qu'une pile de graines. C'est un tas de personnes mortes. Elles se regroupent mais ne sont pas vivantes. Ce sont simplement des grains qui refusent de mourir.

J'ai lu cette merveilleuse phrase: « Vous pouvez couper une pomme en deux et compter les pépins, mais il n'est pas possible de compter les pommes qu'il y a dans un pépin. » Pensez à cela. C'est une merveilleuse vérité. Il n'y a pas de fin à la vie qui peut venir d'une graine. Frères et soeurs en Christ, ne soyez pas effrayés de mourir afin que vous puissiez porter beaucoup de fruit. Sinon vous restez juste tout seul, et il se peut que vous trouviez d'autres personnes qui restent seules et peut-être que vous trouverez un peu de réconfort dans le fait d'avoir de la communion avec elles. Mais si vous remettez votre vie dans les mains du Seigneur, Il ne va pas vous faire violence, mais vous verrez ce que signifie vraiment la vie.

Cette idée de juste réunir des grains ensemble et d'essayer d'augmenter la taille de la pile et de construire toujours de plus grandes granges que sont certaines églises pour contenir ces graines, et ensuite d'essayer de trouver des animations pour que les plus jeunes graines ne quittent pas la pile, est une triste chose. Et il y a de nombreux enfants de Dieu qui sont simplement des semences qui ne sont pas mortes.

Qui est Christ? Il est le grain de blé qui est prêt à mourir, pour pouvoir porter beaucoup de fruit. Qu'est-ce que la foi? La foi c'est suivre le Seigneur Jésus, et devenir le grain de blé qui est prêt à mourir. La seule alternative est bien entendu de rester seul, sans porter de fruit, inutile et centré sur soi-même. C'est une vie tragique.

Peut-être que vous êtes de ceux qui ont encore besoin de découvrir ce qui est enfermé en vous, ce que Dieu a planifié, la beauté de votre vie. Vous n'avez aucune idée de ce que Dieu a planifié avant que vous ne soyez prêts à tout laisser de côté. Aurez-vous jamais l'occasion de raconter votre histoire? Chaque grain a son histoire. Je ne sais pas ce qui va se passer si jamais vous osez tout donner à Jésus en se soumettant et se consacrant au Seigneur. Je ne sais pas quelle histoire vous allez raconter, mais la foi n'est pas essayer de fuir son heure. Et que dirais-je?... Père, délivre-moi de cette heure?... Mais c'est pour cela que je suis venu jusqu'à cette heure. Père glorifie Ton nom.

Prions:

Père nous Te remercions pour Ta parole, pour ces merveilleux Grecs qui sont venus Te voir et la façon dont Tu as répondu avec Ton coeur et cette action en disant que Tu dois aller à la croix. Tu as dis que s'ils Te recherchaient réellement alors Tu devais devenir le grain de blé et mourir, pour que Tu puisses porter beaucoup de fruit. Merci de nous enseigner ce que cela signifie que d'être des personnes qui suivent l'Agneau. Fais-nous grâce d'être prêts à tout mettre de côté afin que nous puissions porter du fruit. Nous Te le demandons au nom de Jésus. Amen.

Jean 41