JEAN #38 - CONCLUSION DU CHAPITRE 11 - INTRODUCTION DU CHAPITRE 12

Par Ed Miller

Le texte qui suit est la transcription d'un message donné en anglais. La forme orale a été conservée, mais des titres de sections ont été ajoutés pour faciliter la lecture. (NdT)

Bonjour et bienvenue dans notre trente-huitième leçon sur ce merveilleux évangile de Jean.

Laissez-moi vous partager un verset d'Esaïe qui nous dit à quoi ressembleront les choses lorsque Jésus sera Roi. C'est littéral mais cela a aussi des implications spirituelles. Esaïe 32:1 et 4 disent: « Alors le roi régnera selon la justice, et les princes gouverneront avec droiture. Le coeur des hommes légers sera intelligent pour comprendre, et la langue de ceux qui balbutient parlera vite et nettement. » J'ai pensé que cela était une chose si merveilleuse parce que j'aimerais cette vérité maintenant. J'aimerais que le Seigneur règne, j'aimerais discerner la vérité et j'aimerais pouvoir parler vite et clairement.

Prions:

Père nous Te remercions parce que nous pouvons prendre du temps pour nous focaliser sur notre Seigneur Jésus. Merci pour Ta précieuse parole. Nous prions pour que nous puissions nous centrer sur Toi, et profiter de Ta Parole. Nous Te remercions pour Jean 11, pas pour ce que je crois que cela signifie mais pour tout ce que Tu as prévu que cela signifie. Merci de manifester cela dans notre coeur. Nous Te prions dans le nom merveilleux de notre Seigneur Jésus. Amen.



RÉSUMÉ

Merci de prendre Jean 11. Notre objectif est de parcourir tout le livre de Jean et de suivre le thème qu'il a lui-même suggéré dans les versets 20:30-31 qui disent: « Jésus a fait encore, en présence de ses disciples, beaucoup d'autres miracles, qui ne sont pas écrits dans ce livre. Mais ces choses ont été écrites afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et qu'en croyant vous ayez la vie en son nom. » Jean nous dit ici pourquoi il a écrit ce chapitre. C'est pour que nous puissions connaître Jésus, pour que nous puissions croire en Jésus, et qu'en croyant nous puissions expérimenter la vie en Son nom. Chaque chapitre dans l'évangile de Jean répond à ces trois questions. Et non pas uniquement chaque chapitre, mais également chaque récit dans chaque chapitre répond à ces trois questions. En trouvant les réponses à ces trois questions, je pense que vous pouvez saisir ce que Dieu a à nous dire dans l'évangile de Jean.

Mais comme nous étudions l'évangile de Jean, j'aimerais que nous allions un peu plus profondément que ces trois questions. En d'autres termes, il y a une histoire principale dans Jean 11. Il s'agit de la résurrection de Lazare d'entre les morts. C'est assez clair. Nous avons donc répondu à ces trois questions en lien avec cette histoire. Mais il y a des commentaires additionnels que le Seigneur Jésus a fait et qui nous intéressent beaucoup. Je pense que nous ne devrions pas les omettre ou passer au-dessus d'eux. Nous n'allons pas passer en revue chaque verset et chaque mot, mais nous allons voir cela d'une façon générale. Il y a de grandes déclarations qui sont faites dans ce chapitre et je pense que nous devrions les étudier. Ainsi même si nous avons déjà vu le coeur du chapitre 11, il y a trois passages additionnels qui contiennent de grandes vérités de Dieu et que j'aimerais au moins mentionner. Dans un sens, ces passages sont déconnectés de l'histoire de Lazare. Mais dans un autre sens ils sont connectés.



L'ENDROIT LE PLUS SÛR EST LA VOLONTÉ DE DIEU

Le premier est Jean 11:7-10. C'est important parce que cela concerne un merveilleux principe de guidance. Ce qui est vrai du Seigneur est également vrai du serviteur du Seigneur. Ce qui est vrai du Roi est également vrai du sujet du roi. Ici la guidance est illustrée dans la vie du Seigneur. Avant de lire le passage, laissez-moi vous donner l'arrière-plan de cela. Dans Jean 10, plusieurs semaines avant les événements du chapitre 11, il était à la fête de la dédicace. Notre Seigneur Jésus a fait la grande affirmation que Lui et le Père était un. Jean 10: 30-31 dit: « Moi et le Père nous sommes un. Alors les Juifs prirent de nouveau des pierres pour le lapider. » Cela s'est passé plusieurs semaines avant le chapitre 11. C'est pour cette raison que Jésus et les disciples ont quitté la région à ce moment précis. Jean 10:39 dit: « Là-dessus, ils cherchèrent encore à le saisir, mais il s'échappa de leurs mains. » Jésus est parti parce qu'ils essayaient de Le tuer.

C'est pour cette raison que les disciples étaient si perplexes lorsqu'ils ont entendu que Lazare était malade et qu'après quatre jours notre Seigneur a décidé de retourner. Voici leur confusion et la réponse du Seigneur Jésus. Jean 11:7-10 dit: « et il dit ensuite aux disciples: Retournons en Judée. Les disciples lui dirent: Rabbi, les Juifs tout récemment cherchaient à te lapider, et tu retournes en Judée! Jésus répondit: N'y a-t-il pas douze heures au jour? Si quelqu'un marche pendant le jour, il ne bronche point, parce qu'il voit la lumière de ce monde; mais, si quelqu'un marche pendant la nuit, il bronche, parce que la lumière n'est pas en lui. »

Qu'est-ce que le Seigneur Jésus veut dire avec cette expression: « N'y a-t-il pas douze heures au jour? » Il arrive parfois que lors de la première lecture des réponses du Seigneur Jésus nous nous grattions la tête en disant: « Mais qu'est-ce qu'il veut dire? » Les disciples ont posé une simple question: « Vas-tu retourner en Judée? Ils ont essayé de te tuer là-bas. « Est-ce que tu vas retourner? » Et sa réponse a été: « N'y a-t-il pas douze heures? » Lorsque vous lisez certaines de Ses réponses, vous vous demandez de quoi Il est en train de parler.

Nous avons besoin de comprendre le contexte pour saisir cela parce que nous savons que notre Seigneur Jésus est profond et Il exprime tout le temps le coeur de Son Père. Je pense qu'un passage de l'Ancien Testament qui peut contenir la même vérité, que « N'y a-t-il pas douze heures au jour? » est Proverbes 10:9. Ce verset dit: « Celui qui marche dans l'intégrité marche avec assurance, Mais celui qui prend des voies tortueuses sera découvert. » Je pense que c'est ce que le Seigneur avait à l'esprit. C'est une autre manière de dire: « Vous avez peur d'aller en Judée à cause des dangers qui sont là-bas. Mais j'ai appris que la Judée est la volonté de Dieu. Et je n'ai pas peur de la volonté de Dieu. » C'est ce que le Seigneur aurait pu dire. Puis Il utilise l'illustration si un homme marche la nuit il ne peut pas voir, il est donc facile de trébucher par-dessus une brique ou une pierre. Mais lorsque vous marchez le jour, lorsque le soleil brille, vous pouvez voir tout cela, et contourner ces problèmes. Ainsi si vous marchez dans la lumière vous ne trébucherez pas. Mais si vous marchez dans la nuit, il y a une grande possibilité de trébucher.

Je pense que Jésus désirait dire: « Je n'ai pas à me soucier des Juifs qui veulent essayer de me lapider parce que je marche dans la lumière, je marche dans la volonté de mon Père. Mais si je marchais la nuit, en dehors de la volonté de Dieu, alors je devrais me faire du souci. Je ne serais pas en sécurité, il n'y aurait du danger. Mais aussi longtemps que je marche dans la volonté de Dieu, je suis sain et sauf. »

Vous voyez, Satan aimerait nous tenter de rester en dehors de la volonté de Dieu pour être sains et saufs. C'est une chose très subtile. La place la plus sûre dans le monde entier est la volonté de Dieu. Supposez par exemple que Dieu me donne le fardeau de porter Sa Parole, Son évangile, dans une partie dangereuse de ce globe. Imaginons qu'Il me demande d'aller dans un pays islamique comme Il a guidé plusieurs personnes à le faire. Je pourrais raisonner de cette façon: « Je ne peux pas aller là-bas, c'est trop dangereux d'aller là-bas. Comment est-ce que je pourrais emmener ma famille dans un endroit comme celui-là? C'est dangereux en Iran, c'est dangereux en Afghanistan, c'est dangereux en Russie, c'est dangereux en Corée du Nord. » La réalité est la suivante: si Dieu m'a appelé à aller dans un de ces endroits, est-ce que vous connaissez l'endroit le plus dangereux pour moi? C'est là où j'habite actuellement. C'est cela la place la plus dangereuse pour moi, si jamais Dieu m'a appelé quelque part d'autre. Tous les endroits qui ne sont pas dans la volonté de Dieu sont dangereux. Et tous les endroits qui sont dans la volonté de Dieu sont sains et saufs. Ne me comprenez pas mal. Lorsque je dis sain et sauf, je ne veux pas faire croire que le chrétien est exempt de la souffrance, des difficultés ou même du martyr. Je ne veux pas du tout dire cela. Nous sommes sains et saufs pas dans le sens de la protection, je ne serai pas blessé, mais dans le sens où nous accomplissons l'objectif rédempteur de Dieu dans le monde pour notre vie.

Une vie passée dans la volonté de Dieu est tout le temps assez longue pour accomplir l'objectif de Dieu. Si comme les disciples de Dieu nous cherchons à prolonger notre vie en évitant la volonté de Dieu, nous nous plaçons en grave danger. Notre Seigneur Jésus marche tout le temps pendant la journée, Il marche tout le temps pendant les douze heures de la journée. Il fait tout le temps ce qui plaît à Son Père. Et ce qui est vrai du Roi est également vrai du fils du roi. Ce qui est vrai du Seigneur est également vrai de ceux qui suivent le Seigneur.

Christ ne justifie pas seulement Son retour en Judée. Mais Il encourage Ses disciples à retourner avec Lui. Vous savez que Thomas a fini par faire ce commentaire au verset 11:16: « Allons aussi, afin de mourir avec lui. » Il se dit: « Ils ne vont pas uniquement le lapider mais ils vont également nous lapider. » Je vous rends attentifs à cela parce que j'aimerais vous montrer à quel point la volonté de Dieu est importante. Nous ne devons jamais penser que nous sommes plus en sécurité si nous n'accomplissons pas la volonté de Dieu. Sa volonté est la place la plus sûre où nous pouvons être sur terre.

Vous voyez nous nous posons habituellement la mauvaise question. Nous nous demandons: « Est-ce que cela est dangereux? » Mais cela est la mauvaise question. La question n'est pas: « Est-ce que cela est dangereux? » La question est: « Est-ce que cela est la volonté de Dieu? » C'est la question que nous devons nous poser. Si nous suivons la volonté de Dieu, cela va plutôt prolonger notre vie.

Laissez-moi vous donner une application de cette vérité. Il se peut que vous vous dites: « Je ne suis pas dans la position où je peux éviter la volonté de Dieu pour essayer de prolonger ma vie. » Il se peut que cela touche certaines personnes mais pas tout le monde. Voici une autre application. Il se peut que je désire prolonger mon ministère en essayant d'éviter la volonté de Dieu, ou de prolonger mon influence en essayant d'éviter la volonté de Dieu. Je vais essayer d'illustrer ce que je veux dire par cela à travers mon expérience. Il y a beaucoup de portes qui se sont ouvertes devant moi. J'ai eu le privilège de partager la parole de Dieu dans de nombreux endroits. Mais imaginons que Dieu ouvre mes yeux sur une nouvelle vérité, qui va à l'encontre de la vérité prônée par ceux qui m'ont invité à leur conférence ou dans leur église. Il se peut que j'ai la tentation de dire: « Si j'enseigne cette nouvelle lumière que j'ai reçu, il se peut que des portes d'opportunité se ferment devant moi. » Pour sauver mon ministère, pour préserver les opportunités que j'ai, il se peut que j'évite la lumière que j'ai reçue. Le point est le suivant, s'il s'agit de la volonté de Dieu, alors laissons les portes closes. Ce n'est pas réellement un ministère si vous devez éviter de dire certaines vérités pour l'accomplir.

Nous n'avons jamais besoin d'essayer de préserver notre ministère, notre service, nos opportunités ou notre vie, en mettant de côté la lumière que Dieu nous a donnée. Je ne veux pas dire que nous devons rechercher les problèmes. Nous devons être sages, mais ce n'est pas parce que certains chrétiens vont dans une autre direction que nous devons avoir honte de la volonté de Dieu. Si Dieu vous a donné une lumière alors marchez dans cette lumière. Si Dieu vous a montré quelque chose alors embrassez cela. Votre ministère est sauf, il fermera une porte et ouvrira une autre. Chers frères et soeurs marchez durant les douze heures de la journée que Dieu vous a donnée. Vu mon âge, je pense que mes douze heures sont bientôt terminées et j'aimerais marcher dans la lumière que Dieu m'a donnée.

Il est arrivé un jour qu'une réunion de Georges Whitefield a fini dans la violence. Des personnes voulaient le lapider, on raconte qu'il a dit: « Je suis immortel jusqu'à ce que mon oeuvre sur terre soit terminée. » Il a encore vécu longtemps après cela et a prêché de nombreux sermons. Je pense que c'est cela le point important et j'aimerais vous rendre attentifs à cela, parce que si vous marchez dans la volonté de Dieu vous êtes immortels jusqu'à ce que tout ce que Dieu a prévu pour vous soit fini.

J'aimerais encore faire une observation particulière au sujet de ce point particulier. C'est en lien avec le fait que les disciples ont appris à travers cette expérience que la volonté de Dieu est un endroit sûr. Jésus était content et Il a dit: « Je suis content pour vous parce que vous pouvez apprendre que la volonté de Dieu est sûre et certaine. » Je vous rends attentifs à cela parce que pour qu'ils puissent apprendre cela, Lazare devait mourir. C'est incroyable de voir comment Dieu peut enseigner une chose à une personne et ce qu'il peut utiliser pour y arriver. Il ne semble pas y avoir de lien entre la maladie et la mort de Lazare et le fait que les disciples devaient apprendre qu'il était normal de marcher dans la volonté de Dieu, même si les circonstances pouvaient paraître dangereuses.

J'ai souvent partagé le fait que la vérité de Dieu dans nos vies est rédemptrice. En d'autres termes, la plupart des choses qui arrivent dans votre vie, ne sont pas pour vous, c'est pour votre épouse, vos enfants, vos voisins, les personnes avec qui vous travaillez et celles avec qui vous vous réunissez. C'est tout le temps pour quelqu'un d'autre et parfois pour des personnes qui viendront des générations après nous. Nous ne pouvons pas commencer à imaginer tout ce que Dieu fait dans nos vies.

Lazare est donc tombé malade et vous vous demandez pourquoi? Lazare ne savait pas pourquoi. Lazare est tombé malade afin que les disciples puissent apprendre à quel point la volonté de Dieu est sûre, pour que Marthe et Marie puissent apprendre que Jésus est Celui qui est vainqueur de la mort et pas uniquement Celui qui peut l'empêcher, pour que les personnes qui ont entouré les deux soeurs aient une part à jouer dans la liberté du peuple de Dieu en roulant la pierre et en déliant Lazare de ses bandelettes. Lazare nous aide aussi à comprendre que nous sommes sans excuse, comment vivre une vie de ressuscité. Dieu a fait tellement à travers la maladie et la mort de Lazare.

Chaque fois que Dieu fait quelque chose dans votre vie, il le fait pour toutes les personnes qui sont dans votre cercle d'influence. Lazare était mort et donc absolument pas conscient de tout cela. Nous sommes tous inconscients et nous n'avons pas encore commencé à comprendre pourquoi Dieu permet tout cela dans notre vie. Lorsque les choses arrivent, nous devons simplement faire avec Sa volonté, nous courber et le remercier, recevoir cela avec foi et faire confiance à Dieu pour qu'Il l'utilise.

Qui est capable s'il devient malade de se dire: « Je pense que Dieu aimerait que je sois malade parce que Dieu aimerait enseigner à quelqu'un que la volonté de Dieu est une place sûre et certaine? » Nous ne sommes pas capables d'arriver à cette conclusion. C'est pour cette raison que nous devons Le remercier, lui faire confiance et nous appuyer sur Lui.



PRIER POUR PARLER À DIEU ET INSTRUIRE LES HOMMES

Très bien, laissons cela de côté, considérons maintenant les versets 11:41-42 qui contiennent la prière que Jésus a faite devant la tombe de son ami Lazare: « Ils ôtèrent donc la pierre. Et Jésus leva les yeux en haut, et dit: Père, je te rends grâces de ce que tu m'as exaucé. Pour moi, je savais que tu m'exauces toujours; mais j'ai parlé à cause de la foule qui m'entoure, afin qu'ils croient que c'est toi qui m'as envoyé. » Je trouve cela très intéressant parce que le Seigneur Jésus utilise Ses prières, pas uniquement pour adorer Son Père, ce qu'il a clairement fait, mais également pour instruire les personnes qui étaient en train d'écouter.

Je me suis souvent demandé s'il était juste d'utiliser une prière pour parler aux gens, au lieu de parler à Dieu. J'ai déjà été encouragé à conduire les gens dans la prière bien que je sache que certaines personnes dans l'audience ne connaissaient pas le Seigneur Jésus, ou au moins n'ont pas confessé publiquement le Seigneur Jésus. Je me suis surpris à ne pas parler à Dieu, mais à prêcher aux hommes. Dans ma prière je disais: « Oh, Seigneur merci d'être mort pour nous, merci parce que cela n'est pas par les oeuvres, mais par la pure grâce et la simple foi. Et que nous pouvons venir à Toi à tout moment... » J'étais en fait en train de prêcher dans ma prière. Je suis si reconnaissant de lire que Jésus a fait cela. Il a dit: « Je ne prie pas uniquement comme parlant à Dieu, mais également pour toutes les personnes assises autour de nous, pour qu'elles puissent savoir que tu es celui qui fait cela. » Jésus a donc prié afin que les hommes puissent être instruits.

Je pense qu'il y a une mauvaise façon de prier, pour être entendu des hommes. En fait Jésus a fait des commentaires à ce sujet. Les pharisiens faisaient cela. Ils désiraient que les gens sachent lorsqu'ils donnaient aux pauvres. Ils avaient l'habitude de faire sonner de la trompette lorsqu'il était temps de donner l'aumône. Tous les pauvres se rassemblaient autour d'eux pour recevoir l'aumône. Bien entendu Jésus voit dans les coeurs et il leur dit: « Vous faites cela juste parce que vous désirez être vus des hommes. Vous ne voulez pas donner aux pauvres, vous désirez que les hommes sachent que vous donnez aux pauvres. » Il y a donc une mauvaise façon de prier pour être entendu des hommes, mais également une bonne façon pour instruire les autres.

J'aimerais vous donner une illustration au sujet d'une autre prière, que Jésus a faite publiquement pour notre bien à tous et qui n'était pas uniquement entre Dieu et Lui. Je fais référence à la prière qu'Il a faite dans le jardin de Gethsémané. Jean ne nous donne pas la prière, mais les autres auteurs le font. Matthieu 26:38-45 dit: « Il leur dit alors: Mon âme est triste jusqu'à la mort; restez ici, et veillez avec moi. Puis, ayant fait quelques pas en avant, il se jeta sur sa face, et pria ainsi: Mon Père, s'il est possible, que cette coupe s'éloigne de moi! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux. Et il vint vers les disciples, qu'il trouva endormis, et il dit à Pierre: Vous n'avez donc pu veiller une heure avec moi! Veillez et priez, afin que vous ne tombiez pas dans la tentation; l'esprit est bien disposé, mais la chair est faible. Il s'éloigna une seconde fois, et pria ainsi: Mon Père, s'il n'est pas possible que cette coupe s'éloigne sans que je la boive, que ta volonté soit faite! Il revint, et les trouva encore endormis; car leurs yeux étaient appesantis. Il les quitta, et, s'éloignant, il pria pour la troisième fois, répétant les mêmes paroles. Puis il alla vers ses disciples, et leur dit: Vous dormez maintenant, et vous vous reposez! Voici, l'heure est proche, et le Fils de l'homme est livré aux mains des pécheurs. »

Nous savons que lorsque Jésus a fait cette prière il était seul. Luc 22 nous dit qu'Il était à une distance d'environ un jet de pierre de Pierre, Jean et Jacques. Les autres disciples étaient bien plus loin. Jésus était seul lorsqu'Il a prié cette prière. De toutes les prières que Jésus a faites, il me semble que celle-ci, à Gethsémané, était la plus intime entre Lui et Son Père.

Jésus est mort entre l'an 30 et 33 selon la façon dont vous évaluez le temps. Matthieu, Marc et Luc n'écriront pas avant l'an 60. En d'autres termes, cette prière que Jésus a faite lui tout seul, n'a été mise en lumière que 30 ans après qu'Il l'ait faite. Le Saint-Esprit a inspiré Matthieu, Marc et Luc pour enregistrer cette prière. Matthieu 26:39 dit: « Puis, ayant fait quelques pas en avant, il se jeta sur sa face, et pria ainsi: Mon Père, s'il est possible, que cette coupe s'éloigne de moi! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux. » Je crois que cette prière, tout comme celle faite devant la tombe de Lazare, était pour nous et non pas pour Lui. Il n'a pas prié cela pour Lui-même. La première fois que vous lisez cela il semblerait qu'Il ne désire pas aller à la croix. Il semblerait qu'Il cherche un moyen pour y échapper. Il dit: « S'il est possible, que cette coupe s'éloigne de moi. » Il semblerait qu'Il veuille bien aller à la croix mais uniquement s'il n'y a pas d'autres moyens.

Mais nous savons à partir d'autres passages que ce n'est pas de cette manière qu'Il est allé à la croix. Hébreux 12:2 dit: « Ayant les regards sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi, qui, en vue de la joie qui lui était réservée, a souffert la croix, méprisé l'ignominie, et s'est assis à la droite du trône de Dieu. » Voici la vision de Gethsémané vue de l'intérieur. Il est dit: « en vue de la joie qui lui était réservée, a souffert la croix. » Il a vu ce à travers quoi Son âme devait passer et Il a été satisfait.

Vous savez lors du dernier souper, lorsque le Seigneur Jésus a brisé le pain et qu'Il a remercié puis qu'Il a versé le vin et qu'Il a remercié, il ne s'agissait pas d'une prière que l'on fait avant le repas. Il n'a pas simplement dit: « Avant que nous mangions prenons le temps de prier. » Ce n'était pas une prière pour remercier. Il savait ce que le vin et le pain signifiaient. Il remerciait Son Père pour le privilège d'aller à la croix. Par conséquent lorsqu'Il est allé à la croix, Il n'est pas allé à reculons, Il n'a pas cherché un moyen de s'en sortir. Il n'a pas essayé d'éviter tout cela. Alors pourquoi a t'Il prié cette prière?

Vous savez Dieu répond toujours aux prières du Seigneur Jésus. Il est le parfait Fils de Dieu donc Dieu Lui répond tout le temps. Comme Ses prières sont tout le temps accomplies, lorsqu'Il a prié: « Mon Père, s'il est possible, que cette coupe s'éloigne de moi », si cela avait été possible la coupe se serait éloignée. Je sais que cela n'était pas possible. Vous voyez Il n'a pas fait cette prière pour Lui-même. Il a fait cette prière pour nous pour que nous sachions que cela n'est pas possible d'avoir une autre façon d'être sauvé, parce que Ses prières n'auraient pas été accomplies. Il n'a pas fait cela pour Lui, Il ne désirait pas éviter la croix. Il a prié cela pour que nous sachions pour toujours, qu'il n'y a pas d'autre possibilité de sauver ma pauvre âme ou votre pauvre âme, que par le moyen de la mort de notre cher Seigneur Jésus.

Je trouve plus d'assurance dans ce verset sur le fait que Jésus est le seul moyen d'être sauvé, que je n'en trouve dans les paroles de Pierre en Actes 4:12 qui dit: « Il n'y a de salut en aucun autre; car il n'y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés. » Comme cela est clair. Je suggère que la prière de Jésus à Gethsémané est même plus forte. « S'il est possible que cette coupe s'éloigne de moi. » Elle ne s'est pas éloignée, ce n'était pas possible. Cette prière était pour moi pour que je sache qu'il n'y a qu'une seule façon d'être sauvé.



DIEU PEUT AUSSI UTILISER LES HOMMES QUI S'OPPOSENT À LUI

L'autre chose que j'aimerais encore mentionner avant que nous quittions le chapitre 11, est cette très étrange prophétie de Caïphe. Jean 11:47-53 dit: « Alors les principaux sacrificateurs et les pharisiens assemblèrent le sanhédrin, et dirent: Que ferons-nous? Car cet homme fait beaucoup de miracles. Si nous le laissons faire, tous croiront en lui, et les Romains viendront détruire et notre ville et notre nation. L'un d'eux, Caïphe, qui était souverain sacrificateur cette année-là, leur dit: Vous n'y entendez rien; vous ne réfléchissez pas qu'il est dans votre intérêt qu'un seul homme meure pour le peuple, et que la nation entière ne périsse pas. Or, il ne dit pas cela de lui-même; mais étant souverain sacrificateur cette année-là, il prophétisa que Jésus devait mourir pour la nation. Et ce n'était pas pour la nation seulement; c'était aussi afin de réunir en un seul corps les enfants de Dieu dispersés. Dès ce jour, ils résolurent de le faire mourir. »

Ne semblerait-il pas que Caïphe soit un grand prophète de Dieu? Il dit: « Il est dans votre intérêt qu'un seul homme meure pour le peuple, et que la nation entière ne périsse pas. » On dirait qu'il parle de la mort de substitution de Jésus à la place de tout le peuple. On dirait qu'il est en train de prêcher l'évangile. Mais la réalité est que Caïphe n'est pas un croyant. Actes 5 dit qu'il est un sadducéen. Les sadducéens étaient les libéraux de l'époque, les modernistes. Ils ne croyaient pas dans les choses spirituelles. Ils ne croyaient pas dans tous ces miracles. Il n'est pas en train de faire une prophétie de façon délibérée et consciemment. Il n'était pas en train d'embrasser Christ, il rejetait Christ. C'est devant ce même Caïphe que Jésus devra ensuite se tenir lors d'une comparution illégale avant qu'Il ne soit crucifié.

C'est une personne qui hait Christ et non pas un amoureux du Seigneur. En fait du passage il ressort qu'il fait cela pour des raisons politiques. Il explique donc au sanhédrin que soit eux allaient mourir, soit Lui devait mourir. Si Jésus continue de vivre, Rome va s'élever contre eux et ils vont perdre le temple et leur identité nationale. Leur seul espoir est de se débarrasser de cet homme. C'est lui ou eux. Le grand prêtre avait peur parce que cet homme devenait trop populaire, certaines personnes pensaient qu'il était le Messie et s'ils avaient l'audace de l'élever en tant que roi, Rome viendrait les combattre, ils allaient détruire le temple, prendre leur identité et les Juifs allaient redevenir des esclaves comme en Egypte. C'est pour cette raison que la réunion s'est terminée avec le verset 11:53 qui dit: « Dès ce jour, ils résolurent de le faire mourir. » Caïphe n'était pas en train de prophétiser une bonne chose.

Proverbes 21:30 dit: « Il n'y a ni sagesse, ni intelligence, ni conseil, en face de l'Éternel. » N'est-ce pas un merveilleux verset? Personne ne peut s'opposer à l'Eternel. Psaumes 76:10 dit: « L'homme te célèbre même dans sa fureur, quand tu te revêts de tout ton courroux. » N'est-ce pas une belle expression: « L'homme te célèbre même dans sa fureur. » Dieu règne malgré tout ce que les hommes peuvent faire, Il est assis sur le trône.

Bien que Caïphe soit quelqu'un qui rejette Christ, et qu'il ait dit exactement ce qu'il désirait dire, inconsciemment il a dit ce que Dieu désirait qu'il dise. C'est une incroyable chose que Dieu ait mis une prophétie dans la sale bouche de cet homme Caïphe. Caïphe a inconsciemment donné une prophétie. Il a dit: « qu'il est dans votre intérêt qu'un seul homme meure pour le peuple. » Par cela il voulait dire: « C'est Lui ou nous, débarrassons-nous de Lui. » Dieu voulait dire: « C'est mieux qu'un homme meure en tant que substitut pour le peuple. » C'est donc de la bouche de Caïphe le grand prêtre qu'est sortie cette prophétie. C'est comme si Dieu l'avait forcé à dire ces mots. Caïphe ne l'a pas fait exprès. Il ne pensait pas dire cela, il n'a pas essayé de prophétiser, il n'a pas essayé de présenter Jésus comme le Sauveur substitut pour les pécheurs perdus, mais Dieu avait des choses plus profondes à l'esprit.

C'est une des façons que Dieu emploie pour que les gens qui veulent Lui obéir et ceux qui ne veulent pas Lui obéir accomplissent Ses objectifs.

Vous vous rappelez dans l'Ancien Testament l'Assyrie était appelée la verge de la colère de Dieu. C'était une nation qui terrorisait les autres nations et un jour Dieu a décidé de les utiliser contre Son propre peuple. Esaïe 7 nous explique de quelle façon Dieu les a rassemblés. Esaïe 7:18 dit: « En ce jour-là, l'Éternel sifflera les mouches qui sont à l'extrémité des canaux de l'Égypte, et les abeilles qui sont au pays d'Assyrie. » Voici comment Esaïe décrit cette armée. Esaïe 10:6-7 dit: « J'ai lâché contre une nation impie, je l'ai fait marcher contre le peuple de mon courroux, pour qu'il se livre au pillage et fasse du butin, pour qu'il le foule aux pieds comme la boue des rues. Mais il n'en juge pas ainsi, et ce n'est pas là la pensée de son coeur; il ne songe qu'à détruire, qu'à exterminer les nations en foule. »

Les Assyriens pensaient qu'ils ne faisaient que conquérir de nouveaux territoires et nations, mais Dieu dit: « Non, j'ai sifflé, ils sont venus et ils ont accompli mon objectif. » Dieu est sur Son trône. Dans le même ordre d'idée, Balaam ne pensait pas non plus prophétiser sur notre Seigneur Jésus-Christ lorsqu'il a parlé d'un astre qui allait sortir de Jacob. C'est Dieu qui a mis cela dans sa bouche. Nous voyons la même chose dans ce que Joseph a dit à ses frères: « Vous m'avez vendu, Dieu m'a envoyé. Vous aviez médité de me faire du mal: Dieu l'a changé en bien. » Nous voyons par là la façon dont Dieu peut transformer les « mauvaises circonstances » à son avantage.

Ce qui m'abasourdit, c'est l'aveuglement dont les chefs religieux font preuve dans leur raisonnement. Si vous allez au fond de ce que Caïphe a dit voici ce que vous trouverez: « Si nous voulons être sauvés, en tant que nations, nous devons rejeter Christ! » N'est-ce pas incroyable? C'est l'exact opposé qui est vrai. Ils foncent tête baissée vers ce qu'ils essaient d'éviter. Rome va prendre leur temple. Rome va enlever leur identité nationale et tout cela parce qu'ils ont rejeté Christ. C'est l'exact opposé de ce que Caïphe a dit.

N'êtes-vous pas heureux que malgré les stratégies politiques des grands de ce monde, Dieu est assis sur son trône? Je suis si content que ce soit Lui qui gère tout et non pas les hommes. Je ne veux pas dire, que nous ne devons pas voter. Je veux juste dire que Dieu règne malgré ce que les hommes peuvent manigancer de mal.

Laissez-moi encore introduire le chapitre 12 avant de terminer. Nous appelons le chapitre 12 la fin du ministère public du Seigneur. C'est la dernière fois qu'Il s'occupe du monde, ensuite Il ne sera plus qu'avec les disciples. Nous aurons à répondre plusieurs fois à nos trois questions, qui est Christ, qu'est-ce que la foi et qu'est-ce que la vie, parce qu'il y a plus d'une histoire dans le chapitre 12. Dans les versets 12:1-11, nous trouvons l'histoire de Marie de Béthanie qui oint le Seigneur Jésus lors d'un repas. Dans les versets 12:12-19, nous trouvons l'entrée à Jérusalem. Dans les versets 12:12-50, nous trouvons des Grecs qui viennent voir le Seigneur Jésus. Nous traverserons le chapitre en répondant plusieurs fois à ces trois questions.

Comme le chapitre 12 débute en parlant d'un repas, auquel participe Lazare après qu'il soit ressuscité d'entre les morts, il semblerait que ce verset soit simplement la continuation du 11. Mais selon les personnes qui placent les choses dans un ordre chronologique, il y a du temps qui s'est passé entre les deux. Jean n'a pas écrit ce qui s'est passé entre les deux. Mais Matthieu, Marc et Luc le font. Lorsque nous étions dans le chapitre 10, je vous ai dit qu'entre les chapitres 10 et 11 nous pouvons mettre Luc 11:1-17 parce que cela a pris place entre les chapitres 10 et 11. Entre les chapitres 11 et 12 nous trouvons Matthieu 20:17-44, Marc 10:35-52 et Luc 18:31-19:28. Vous voyez tout cela s'est passé entre les chapitres 11 et 12.

Nous n'allons pas développer cela mais il y a eu quatre événements différents. Le premier est lorsque la mère de Jacques et Jean, la femme de Zébédée est allée vers Jésus pour essayer de leur trouver des places d'honneur. Nous avons également la guérison des deux aveugles à Jéricho. Nous trouvons également l'histoire de Zachée. Puis Jésus a aussi partagé la parabole des talents. Mais nous enseignons l'évangile de Jean donc nous irons directement dans le chapitre 12. Je désirais pourtant que vous sachiez ce qui se trouve entre ces deux chapitres.

Laissez-moi commencer cette première histoire que l'on trouve dans les 11 premiers versets, Marie de Béthanie qui a oint le Seigneur Jésus pour le jour de son enterrement. Jean 11:3 dit: « Marie, ayant pris une livre d'un parfum de nard pur de grand prix, oignit les pieds de Jésus, et elle lui essuya les pieds avec ses cheveux; et la maison fut remplie de l'odeur du parfum. »

Si tout ce que vous aviez était le récit de Jean, il semblerait que tout ce que Marie a oint ce sont les pieds de Jésus. Mais nous retrouvons la même histoire dans Matthieu 26 et Marc 14. Marc 14:3 dit: « Comme Jésus était à Béthanie, dans la maison de Simon le lépreux, une femme entra, pendant qu'il se trouvait à table. Elle tenait un vase d'albâtre, qui renfermait un parfum de nard pur de grand prix; et, ayant rompu le vase, elle répandit le parfum sur la tête de Jésus. » Avant je pensais qu'à cause de ce verset et à cause des précisions qui sont données sur l'époque qu'il s'agissait de passages différents.

Avant je pensais que Marie a oint Ses pieds au début de la semaine de la passion et la tête à la fin de la semaine de la passion. Mais maintenant je pense qu'il s'agit du même événement et qu'elle a oint Ses pieds et Sa tête une semaine avant la Pâque.

Cette histoire a pris place à Béthanie mais pas dans la maison de Marthe et Marie. C'est dans la maison de Simon le lépreux. On peut probablement comprendre que le lépreux était guéri, sinon ils ne seraient pas dans leur maison pour prendre un repas ensemble. Ils ont fait un grand banquet pour célébrer le Seigneur Jésus et la guérison de Lazare. A ce banquet Marie a oint les pieds et la tête du Seigneur Jésus avec son amour et du parfum. Certaines critiques disent qu'il y a une contradiction. Matthieu dit qu'elle a oint la tête et Jean dit qu'elle a oint les pieds. Si Jean avait précisé seulement Ses pieds, il y aurait eu une contradiction. Ou si Matthieu avait dit seulement Sa tête, il y aurait eu une contradiction. Mais il n'y a pas de contradiction ici. Nous avons simplement le récit complet.

Pour être totalement clair laissez-moi ajouter que Jésus a été oint deux fois dans son ministère. Une fois en Luc 7 par une femme qui n'est pas nommée. Elle est appelée la pécheresse, c'est une femme adultère. Cela ne s'est pas passé à Béthanie, cela a pris place à Capernaüm. Cela ne s'est pas passé dans la maison de Simon le lépreux, mais dans la maison de Simon le pharisien. Cela ne s'est pas passé à la fin de son ministère, mais au début de son ministère. C'est un événement tout différent.

Comme la fin de Luc 7 parle de cette femme pécheresse et que le début de Luc 8 parle de Marie de Magdala, certains disent que c'était Marie de Magdala qui était la femme pécheresse qui a oint les pieds de Jésus. Mais il n'y a pas de réelle preuve de cela, nous ne savons pas si cela a été Marie de Magdala. Ce que nous savons est que Jésus a été oint une fois par Marie et une fois par une pécheresse dont on ne connaît pas l'identité.



LA FOI C'EST SERVIR LE SEIGNEUR DANS L'ADORATION

Plutôt que de commencer avec la question qui est Christ, j'aimerais commencer avec la deuxième question qu'est-ce que la foi? Si vous saisissez réellement ce qu'est la foi, vous comprendrez qui est Christ. Je pense qu'en inversant les deux questions cela donne plus de poids à la question qui est Christ. Laissez-moi vous poser cette question: selon Jean 12:1-11 qui est Christ? J'aimerais y répondre de cette manière: la foi est l'adoration et l'adoration est faire un ministère pour le coeur de Dieu. L'adoration c'est servir le Seigneur.

Il y a beaucoup de choses qui ont été dites sur le verset 11:3, une livre d'un parfum de nard pur de grand prix. Les commentaires nous disent que sa valeur est d'environ une année de travail pour une personne normale. Le coeur de Marie était si plein du Seigneur, qu'elle a compris ce qu'est le réel ministère, le vrai service, la vraie adoration et cela est en lien avec le ministère envers le coeur de Jésus. Il est choquant de lire au sujet de l'amour incalculable de Marie et au sujet de Judas dans la même phrase. Vous ne pouviez pas avoir des personnes plus opposées que Marie de Béthanie et son amour de Jésus et Judas le voleur qui a trahi Jésus.

Jean nous dit que c'est Judas qui a suggéré que cet argent pouvait être utilisé pour autre chose. Jean 12:5: « Pourquoi n'a-t-on pas vendu ce parfum trois cent deniers, pour les donner aux pauvres? » Judas déclare: « C'est un gâchis, pourquoi n'avez-vous pas utilisé cela pour les pauvres? Nous devrions vendre cela et être pratiques. Pourquoi gâchez-vous cela pour oindre la tête et les pieds? » Jean nous dit que c'est Judas qui a d'abord parlé de cela, mais Marc nous dit que plusieurs disciples ont fait cette remarque. Les autres disciples ont soutenu Judas en disant: « C'est une bonne idée pourquoi n'avons-nous pas utilisé cet argent pour autre chose? »

Dans ce chapitre Judas illustre le traitement que Jésus a reçu. Marie de Béthanie illustre le traitement que Jésus mérite. C'est pour cette raison que l'on nous donne ce contraste ici. Marie n'était pas préoccupée par les pauvres. Marie n'était pas préoccupée par l'argent, par le coût. Marie n'était pas préoccupée par les problèmes qu'elle a soulevés. Marie n'était pas préoccupée par les opinions humaines. Marie n'avait qu'une seule préoccupation ce qui pouvait plaire à Jésus. Est-ce que cela va faire plaisir à Jésus? Elle voulait juste avoir un ministère envers Jésus et répandre son parfum sur Jésus.

Les disciples autour d'elle ont désigné son adoration par le mot gâchis. En Jean 17:12, Judas est appelé par Jésus le fils de la perdition. Le mot grec pour perdition et le mot gâchis est le même mot en grec. Judas dit: « Quel gâchis! » Et Jésus dit: « Tu es le fils de la perdition. » Parce qu'il a gâché son âme. Il a tout gâché pour le prix d'un esclave lorsqu'il a vendu le Seigneur Jésus. Comme nous sommes allés loin de nos jours du coeur de ce qu'est l'adoration et le vrai ministère envers le Seigneur. Nous pensons comme Judas a pensé et comme les disciples ont pensé. Nous pensons qu'un vrai ministère doit être pratique et utile. Nous pensons qu'un vrai service chrétien doit être horizontal. Nous pensons que nous devons donner à manger aux pauvres, donner un toit aux sans domicile fixe. Nous pensons que nous devons donner de la soupe, des habits et apporter l'évangile aux incroyants.

La réalité est que le vrai service n'est pas horizontal, il est vertical, c'est entre moi et le Seigneur. Le vrai ministère n'est pas pour accomplir le bien ou pour répondre à un besoin. C'est pour accomplir un ministère auprès du coeur du Seigneur Jésus. Judas et les autres pensaient que cela était un gâchis parce que c'était un ministère qui ne répondait pas à un besoin et par conséquent cela ne pouvait pas être un réel ministère. Ils n'avaient pas à coeur de juste faire plaisir à Jésus.

Ainsi Marie illustre ce qu'est la vraie foi. C'est la colonne vertébrale de la vraie foi. Ce n'est pas nourrir les gens qui ont faim, habiller ceux qui sont nus, visiter les malades ou apporter l'évangile aux incroyants. La foi c'est l'adoration et l'adoration c'est avoir un ministère envers le coeur de Jésus. Nous sommes de nos jours à des millions d'années lumière de Jean 12:1-11.

Si jamais une personne essaie de vivre de cette façon en se disant: « Je le fais juste pour Jésus. Je désire simplement qu'Il soit heureux. Je veux juste plaire au Seigneur. Je n'essaie pas de répondre à un besoin quelconque, je n'essaie pas d'accomplir quelque chose qui soit bien, je veux juste le faire pour Jésus », elle sera immédiatement critiquée. On dira qu'elle est excentrique, qu'elle est fanatique. Son adoration sera appelée un grand gâchis. On dira qu'elle est irréfléchie et pas pratique.

Lorsque vous parcourez l'évangile de Jean, la plupart du temps, les ennemis de Christ, les pharisiens, les scribes, les prêtres et les saducéens, s'élèvent contre le Seigneur. C'est incroyable de voir qu'ici ce sont les disciples du Seigneur Jésus parce que maintenant nous sommes en train d'avancer dans une relation plus profonde alors qu'Il commence à parler à Ses proches. Il est sur le point de partager des choses très profondes, mais les disciples n'ont pas compris ce que Marie a compris, c'est que le vrai ministère est en lien avec faire plaisir au coeur du Seigneur Jésus. C'est cela le vrai ministère. Ils n'ont pas compris cela et ont repris Marie pour ce qu'elle a fait.



CHRIST EST CELUI QUI MÉRITE L'ADORATION ET LE SERVICE

C'est pour cette raison que je désirais commencer avec la question qu'est-ce que la foi. La foi c'est accomplir un ministère pour le coeur de Jésus. Alors qui est Christ? C'est Celui qui mérite cela. C'est Lui qui est le trésor. Il n'y a pas d'autre trésor. A partir du chapitre 12 nous allons commencer à examiner les questions qui est Christ, qu'est que la foi et qu'est-ce que la vie en rapport avec le peuple de Dieu. Tout spécialement dans le chapitre 17, lorsque Jésus se focalise sur Ses disciples, Il va aborder les vérités les plus précieuses, personnelles et intimes, au sujet de notre relation avec Lui. On va parler du cep, des sarments, du lavement des pieds et ainsi de suite.

Qu'est-ce que la foi? La foi est simplement avoir un ministère centré sur le coeur de Jésus. Il ne s'agit pas premièrement de faire quelque chose pour les autres personnes, parce que vous pouvez faire tout cela et rater le Seigneur Jésus.

Prions:

Père nous Te remercions tellement pour Ta parole. Nous Te demandons d'imprimer de façon indélébile dans notre coeur, ce qu'est la réelle adoration et ce qu'est le réel ministère. Nous savons que rien n'est du gâchis si cela est répandu sur Toi. Seigneur enseigne-nous comment avoir un ministère pour Ton coeur pour que nous soyons comme Marie de Béthanie, Te donnant ce que Tu mérites. Merci Seigneur parce que Tu vas manifester cela en nous. Merci de nous emmener plus loin dans les vérités de Dieu. Nous Te le demandons dans le nom de Jésus. Amen.

Jean 39