JEAN #37 - CHRIST LA VIE - PARTIE 2

(Jean 11:1-57)

Par Ed Miller

Le texte qui suit est la transcription d'un message donné en anglais. La forme orale a été conservée, mais des titres de sections ont été ajoutés pour faciliter la lecture. (NdT)

Bonjour et bienvenue dans notre trente-septième leçon sur ce merveilleux évangile de Jean.

Prions:

Père nous Te remercions parce que Tu nous as donné Ta précieuse parole, pour que nous puissions Te connaître et vivre avec Toi dans une communion ininterrompue. Nous Te demandons de guider notre méditation alors que nous étudions le chapitre 11 de Jean. Je prie Seigneur que par Ta grâce Tu puisses dévoiler le Seigneur Jésus à nos coeurs d'une façon vivante. Si je devais dire quelque chose qui soit contraire à Ton coeur, je prie que Tu puisses protéger Ton peuple de cela. Merci pour le privilège que nous avons de nous retrouver autour de Ta parole. Nous Te remettons cette étude, dans le nom merveilleux de notre Seigneur Jésus. Amen.



RÉSUMÉ

Dans toutes nos études des récits que l'on trouve dans Jean, nous essayons de répondre aux questions qui nous sont suggérées au verset 20:31 qui dit: « Mais ces choses ont été écrites afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et qu'en croyant vous ayez la vie en son nom. » Jean nous dit donc pourquoi il a écrit son évangile. C'est pour que nous sachions qui est Jésus, pour que nous sachions ce qu'est la foi et pour ce que nous sachions ce qu'est la vie.

Comme son objectif est si clairement exprimé, nous avons pris ces trois questions qui est Christ, qu'est-ce que la foi, et qu'est-ce que la vie. A travers tous les chapitres de Jean, nous nous sommes posés ces questions et nous avons essayé d'y répondre. Qui est Christ? Qu'est-ce que la foi et qu'est-ce que la vie? Dans notre étude de Jean 11, nous avons déjà répondu aux questions qui est Christ et qu'est-ce que la foi? Nous avons commencé à répondre à la question qu'est-ce que la vie?

Laissez-moi juste revoir avec vous les réponses principales que nous avons mises en évidence. Jean 11:25-26 dit: « Jésus lui dit: Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort; et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela? » Les paroles de Jésus à Marthe sont: « Je suis la résurrection et la vie. » Qui est Christ dans ce chapitre? Il est la résurrection et la vie.

Maintenant qu'est-ce que la foi selon Jean 11? Comme Lazare est mort, il n'est pas l'illustration de la foi. Ce sont Marie et Marthe qui illustrent la foi. Et comme dans ce chapitre la foi est en lien avec l'épreuve, en effet Dieu a testé très fortement leur foi dans ce chapitre, j'ai pensé que 1 Pierre 1:8 décrit parfaitement la foi de Marthe et Marie. Ce verset dit: « lui que vous aimez sans l'avoir vu, en qui vous croyez sans le voir encore, vous réjouissant d'une joie ineffable et glorieuse. »

Vous vous rappelez que lorsque Marie et Marthe ont envoyé un messager au Seigneur Jésus pour Le faire venir, Il a délibérément décidé de reporter Son départ. Cela a donc été une épreuve pour leur foi. Elles se sont demandées pourquoi Il n'est pas venu lorsque Lazare était encore malade mais en vie, Il aurait pu empêcher la mort. Jésus désirait qu'elles puissent Le connaître pas uniquement comme Celui qui prévient la mort, mais comme Celui qui est plus que vainqueur de la mort. Par conséquent, Ses façons de faire avec elles étaient assez mystérieuses. Elles ont lutté avec tout cela.

1 Pierre 1:8 dit: « Lui que vous aimez sans l'avoir vu, en qui vous croyez sans le voir encore. » Je pense que cela est une image de Marthe et Marie. Elles ont été sévèrement testées dans leur foi, mais elles aiment encore le Seigneur. Elles ont été sévèrement testées dans leur foi, mais elles faisaient confiance au Seigneur. Qu'est-ce que la foi? C'est croire au Seigneur et faire confiance au Seigneur même lorsqu'Il semble détaché et lointain. Même lorsque Ses voies sont mystérieuses.

Dans notre précédente leçon nous avons vu la troisième question: qu'est-ce que la vie? Voici à nouveau ce que dit Jean 11:25-26: « Jésus lui dit: Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort; et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela? » Encore une fois, si Christ est la résurrection et la vie, alors qu'est-ce que la vie? La réponse est que la vie c'est connaître Christ en tant que la résurrection et la vie. C'est dans la mesure où je Le connais de cette façon que je vis.

Dans notre précédente discussion, j'ai souligné que ce n'est pas dire la même chose de façon différente. Il n'est pas en train de dire: « Je suis la résurrection » et voici une autre manière de le dire: « Je suis la vie. » Non, la résurrection est une chose et Le connaître comme la vie est une autre chose.

Il y a de nombreuses personnes qui Le connaissent comme la résurrection, mais ne sont pas encore arrivées à Le connaître comme la vie. Dans cette merveilleuse histoire, Lazare illustre la merveille de connaître Christ en tant que la résurrection et la merveille de connaître Christ en tant que la vie. Le verset 11:43 dit: « Ayant dit cela, il cria d'une voix forte: Lazare, sors! » Lorsque Lazare est sorti de la tombe, Il découvrit Christ en tant que la résurrection. Cela a été littéralement vrai, il est vraiment mort et il est réellement revenu à la vie, mais cela est également une réalité spirituelle. Lorsque Dieu nous appelle à sortir de la mort, lorsqu'Il pardonne nos péchés, lorsque nous devenons des chrétiens, lorsque nous mettons d'abord notre confiance dans le Seigneur, c'est comme s'Il nous appelle à sortir de la tombe et nous pouvons Le connaître en tant que la résurrection.

Le verset 11:44 dit: « Et le mort sortit, les pieds et les mains liés de bandes, et le visage enveloppé d'un linge. Jésus leur dit: Déliez-le, et laissez-le aller. » Il est vrai que Lazare est sorti de la tombe et qu'il était vivant. Mais il était également attaché par ses habits de mort. Il est sorti de la tombe, mais il était encore dans ses habits de mort. Jésus a donc dit: « Déliez-le. Libérez-le. Et laissez-le aller. » J'ai suggéré que lorsqu'Il nous appelle à sortir de la tombe, nous Le connaissons en tant que la résurrection et lorsque finalement Il nous libère de nos habits de mort, alors nous commençons à Le connaître en tant que la vie.

Dans notre précédente leçon je vous ai dit que pour certaines personnes, et cela a été mon cas, il y a un temps non négligeable qui s'écoule entre le fait de Le connaître en tant que la résurrection et le fait de Le connaître en tant que la vie. Dans mon cas cela a duré sept longues années. J'ai mis ma confiance dans le Seigneur en 1958, mais cela n'a été qu'en 1965 où Il a commencé à me remettre les idées en place et où j'ai commencé à Le connaître en tant que la vie. Cela n'a pas besoin de prendre sept années, cela n'a pas besoin de prendre sept minutes.

C'est ce que j'aime dans le chapitre 11, cela n'a pas pris longtemps pour Lazare. Il est sorti de la tombe en moins d'une minute, et la minute suivante il est sorti de ses habits de mort. Il n'est donc pas nécessaire que s'écoule une longue période entre ces deux expériences. Mais c'est pourtant le cas pour de nombreux chrétiens. Lorsque nous mettons pour la première fois notre confiance dans le Seigneur, nous sommes si jeunes et aveugles et cela prend ensuite un long moment avant que nous nous consacrions à 100 % au Seigneur. C'est la volonté du Seigneur que chaque chrétien puisse Le connaître en tant que la résurrection. C'est également la volonté du Seigneur que chaque chrétien puisse Le connaître en tant que la vie.

Lorsque je suis devenu chrétien, j'étais une personne qui faisait peur. J'étais si zélé et j'essayais de faire « ingurgiter » l'évangile à toutes les personnes que je rencontrais. En agissant de la sorte, j'ai repoussé loin du Seigneur de nombreuses personnes dont certaines de ma famille. Je viens d'un arrière-plan luthérien, et ce qui m'est arrivé était si « anti luthérien » pour eux, que je suis devenu comme un ennemi à leurs yeux. Imaginez-vous Lazare en train de se promener avec ses habits de mort, eh bien c'est comme cela que j'étais. Bien entendu je ne le savais pas, moi je croyais que je voyais bien et que j'étais vivant. Mais si quelqu'un vient vers vous dans ses habits de mort en disant: « Vous savez Jésus vous aime et vous pouvez être comme moi », vous risquez de fuir dans une autre direction. C'est pourtant comme cela que j'étais pendant sept années parce que je ne connaissais pas Jésus en tant que ma vie.



LAZARE A OBÉI PAR LA VIE DE JÉSUS

Voici pour ce qui est des rappels. J'aimerais maintenant que nous nous focalisions sur connaître Christ en tant que la vie. Voici très clairement ce que je veux dire lorsque je parle de connaître Jésus en tant que la vie. Puis à partir du texte, j'aimerais illustrer comment Dieu nous emmène à cet endroit où nous pouvons découvrir Christ en tant que notre vie.

J'aimerais vous raconter à nouveau cette histoire avec mes propres mots, et ensuite je pense que vous verrez les applications spirituelles. Lorsque Lazare est mort, c'était la fin de la vie de Lazare. Lorsqu'il était dans la tombe, sa vie était terminée. Il était mort. Il ne pouvait plus raisonner, il était mort. Il ne pouvait plus voir, il était mort. Il ne pouvait plus entendre, il était mort. Il ne pouvait plus parler, il ne pouvait faire aucun travail. Il ne pouvait pas servir, il ne pouvait pas créer, il ne pouvait pas aller. Vous ne pouviez pas lui faire du mal. Il était mort. Vous ne pouviez le frapper, l'insulter. Il était mort. Il ne pouvait pas aimer. Il ne pouvait pas ressentir. Il ne pouvait pas apprécier. Et il ne pouvait pas pécher. Il était mort à la vie de Lazare.

Tout cela était littéral, il est réellement mort. Mais cela illustre quelque chose de spirituel. Il y a quelque chose de très merveilleux qui est arrivé lorsque Jésus a donné un commandement à un homme mort. Lazare est mort. Il ne peut rien faire. Il ne peut certainement pas obéir à Dieu. C'était un homme mort.

Dans notre précédente leçon, je vous ai dit à quel point j'ai lutté pour décrire ce qui est arrivé ici. J'étais effrayé par le mot « résurrection. » La raison est parce que nous savons quand la résurrection vient. Lors de cette résurrection nous serons ressuscités avec un corps immortel, sans la possibilité de mourir à nouveau. Nous savons que Lazare a été ressuscité, mais il est à nouveau mort et son corps est maintenant dans une tombe. Le mot « résurrection » n'est pas réellement le bon mot parce qu'il a été ressuscité dans un corps mortel et pas comme notre Seigneur Jésus, qui a été ressuscité dans un corps immortel. J'ai donc évité cela parce qu'une fois ressuscité, le corps de Lazare était encore corruptible et périssable.

Je désire aussi éviter d'utiliser le mot que j'ai étudié dans le passé, c'est ressuscitation. Je pensais que cela aurait pu être un bon mot, mais lorsque je l'ai cherché dans un dictionnaire, j'ai vu que cela signifiait que l'on n'était pas réellement mort. Par conséquent, je ne pouvais pas non plus utiliser ce mot. J'ai pourtant trouvé un mot dans la Bible qui est utilisé de cette façon. C'est lorsque Dieu a fait sortir de la mort le fils de la veuve. 1 Rois 17:22 dit: « L'Éternel écouta la voix d'Élie, et l'âme de l'enfant revint au dedans de lui, et il revit. » Je vais donc utiliser ce mot revivre. Une des raisons pour lesquelles j'aime beaucoup cela est parce que je connais de nombreux chrétiens qui prient tout le temps pour le réveil. Si vous pensez au réveil comme étant le fait de revenir à la vie, quel miracle que cela est! En fait si un réveil n'atteint pas ce genre de miracle, c'est-à-dire le fait que Dieu fait revivre, ramène les gens d'entre les morts, ce n'est pas réel et ce réveil finira par tarir.

Lorsque Jésus a fait revivre Lazare, Il l'a libéré de la « vie de Lazare », la vie de laquelle il venait de mourir. Voici la première phrase que Lazare a entendue. Jean 11:43 dit: « Ayant dit cela, il cria d'une voix forte: Lazare, sors! » J'aimerais vraiment que vous puissiez saisir l'impact de cela. Rappelez-vous que Jésus s'adresse à un homme mort. Il est dans la tombe. Et selon le récit, la décomposition du corps a probablement déjà commencé. Marthe dit: « Il sent déjà. »

Quelles sont les possibilités pour que Lazare obéisse à ce commandement? Vous voyez la réponse est avec la vie de Lazare, aucune. Lazare ne peut pas obéir à ce commandement. Il ne pouvait même pas lever un petit doigt. Il ne pouvait pas ouvrir ses yeux. Il ne pouvait pas s'asseoir. Il ne pouvait pas se lever. Il ne pouvait pas marcher. Il ne pouvait rien faire. C'est pour cette raison qu'il est très intéressant de lire cela lorsqu'il est sorti de la tombe. Vous pouvez vous demander comment il a fait cela parce qu'il est emballé comme une momie de la tête aux pieds. Je ne sais comment il a pu sortir de la tombe, mais il est arrivé à en sortir.

Le fait que Jésus demande à un homme mort de sortir illustre l'impossibilité pour Lazare d'obéir à Dieu en dehors d'un puissant miracle. Ce premier commandement représente tous les commandements que Lazare va recevoir. Il était tout aussi impossible pour Lazare d'obéir à n'importe lequel des commandements que d'obéir au commandement « Lazare, sors! » C'est le premier commandement et ce n'est pas possible.

Je pense à ma propre vie et aux nombreux commandements que Dieu donne. Je suis si reconnaissant qu'Il a commencé à m'enseigner à quel point la vie chrétienne est impossible. Lorsque Jésus dit: « aime ton épouse comme Christ a aimé l'église, tends l'autre joue ou fais un second mille, réjouis-toi dans toutes les tribulations, sois reconnaissant en toutes choses, sois parfait comme ton père céleste est parfait. » Mais comment est-ce que cela est possible? Comment est-ce que je peux faire de telles choses? La réponse est que vous pouvez faire cela par la puissante main de Dieu et par aucune autre façon.

Ainsi si jamais Lazare devait un jour se lever et vivre une vie d'obéissance à la volonté de Dieu, obéir aux commandements de Dieu et vivre dans une communion avec Dieu, alors il aurait besoin d'une autre vie. La vie de Lazare ne suffit pas pour faire cela. Il avait besoin d'une autre vie. Et il a obéi, nous pouvons lire le récit de cela. Comment est-ce que Lazare a fait pour obéir? La réponse est que Jésus a dit: « Je suis la résurrection et la vie. » Lazare a obéi par une autre vie. Ce n'était pas la sienne. C'était une vie divine, c'était une vie de miracle. Il a obéi par la puissance de Celui qui s'appelait Lui-même la vie.

Lazare avait en réalité deux vies. Il est sorti de la tombe, il avait donc la vie de Lazare et il avait cette nouvelle vie, cette vie de miracle par laquelle il peut obéir à Dieu. Une de ces vies est tout enveloppée dans des habits de mort et l'opprobre de la mort est encore sur lui. Et aussi loin que va le récit, la vie de Lazare même s'il était vivant, il ne pouvait toujours pas voir et parler, il ne pouvait pas bouger sa main, il ne pouvait pas marcher, ses pieds étaient tout entourés et cela illustre l'impuissance de Lazare de vivre par lui-même. Cela illustre l'impuissance que j'ai de vivre par moi-même et que j'ai par conséquent besoin d'une autre vie. Dans ce récit il y avait une autre vie en action. Une vie qui lui a permis de faire l'impossible et une vie qui a étonné toutes les personnes qui ont été témoins de cela ce jour-là et les jours qui ont suivi.

Rappelez-vous que la Bible n'est pas uniquement un récit de ce qui s'est passé. Cela est vrai, cela s'est passé littéralement. Mais c'est également l'histoire de la rédemption. En d'autres termes, c'est également une histoire de la rédemption, c'est une parabole. Cela nous raconte également une histoire. C'est un récit de ce qui s'est passé pour illustrer spirituellement ce qui peut arriver, ce que Dieu aimerait qui arrive. Et cela nous montre ce qu'il y a sur le coeur de Dieu.

L'histoire de Lazare est l'histoire de la vie chrétienne. C'est l'histoire de venir à connaître le Seigneur en tant que la résurrection, me prenant hors de la mort et en tant que la vie, me permettant de vivre une vie d'obéissance en faveur du Seigneur. C'est donc une histoire, mais en la regardant d'une autre façon c'est également comment mourir à notre ancienne vie, et comment être relevé d'entre les morts pour vivre une nouvelle vie.

Dans l'Ancien Testament, nous voyons la vérité sous forme de semence, sous forme embryonnaire. Dans les évangiles, nous voyons la vérité sous forme de bourgeons, qui n'est pas encore complètement développée, dans les épîtres vous avez la vérité sous forme pleinement développée. C'est là où Dieu explique la vérité. Ce que vous trouvez en Jean 11 est simplement ce que nous connaissons tellement bien, Galates 2:20 dit: « J'ai été crucifié avec Christ; et si je vis, ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m'a aimé et qui s'est livré lui-même pour moi. » Vous voyez alors que l'apôtre Paul entre dans la théologie de cela il dit: « Je suis mort, mais je vis. Mais pas moi, Christ vit. Je vis mais c'est Lui qui vit en moi. » Il y a maintenant deux vies et je dois comprendre de quelle façon je peux arrêter de vivre la vie de Ed, et commencer à vivre par une vie qui n'est pas la mienne. C'est de cela dont il question ici.

Adoniram Judson Gordon a écrit un merveilleux livre intitulé « La double vie. » Et ce n'est rien de plus que ce que je vous partage ici. Il y a deux vies et je n'ai plus besoin de vivre par ma vie. Hudson Taylor, qui a été missionnaire en Chine, dans son livre « Secret spirituel », est le premier à avoir utilisé l'expression la vie échangée. Il y explique de quelle façon il a échangé sa vie pour celle de Christ. Le Major Ian Thomas qui est le fondateur de l'organisation « Torchbearers », a écrit un merveilleux livre appelé « La vie de Christ qui sauve. » Il décrit la découverte de ce dont nous parlons ici. Le secret de la vie de Christ est la vie de Christ qui sauve. C'est la même chose que Frederick Julius Huegel a découvert et qu'il relate dans son merveilleux livre « Os de ses os » où il dit que nous sommes unis à Christ et qu'il ne s'agit plus de la vie de notre vie, mais de la vie de Christ. La vie chrétienne n'a jamais été vécue que par une seule personne.

La seule personne qui ait vécu la vie chrétienne est Jésus. Et la seule personne qui puisse à nouveau la vivre est Jésus-Christ. C'est cela la dynamique et la merveille de l'expérience chrétienne. C'est ce qui est si triste parce que de nombreuses personnes ne font que la moitié du chemin. Elles apprennent à connaître Jésus en tant que leur résurrection, elles savent qu'elles n'iront pas dans ce terrible endroit lorsqu'elles mourront. Elles sont sauvées ou nées de nouveau, elles sont devenues des chrétiennes, elles Le connaissent comme la résurrection. Mais ensuite elles marchent dans leurs habits de mort. Il n'y a pas de différence dans leur vie. Elles n'ont pas changé. Elles continuent de lutter en essayant de faire des choses. Elles ont besoin d'apprendre que Jésus est la vie.

Retournons à Jean 11. Je pense que le Seigneur Jésus a fait grâce à Lazare de sortir de ses habits de mort pour illustrer l'impuissance d'essayer de vivre par notre ancienne vie. Jean 11:44 dit: « Et le mort sortit, les pieds et les mains liés de bandes, et le visage enveloppé d'un linge. Jésus leur dit: Déliez-le, et laissez-le aller. » Tout cela n'est rien de moins que ce nous trouvons dans Romains 7. Si vous avez de l'expérience avec le Seigneur alors vous avez dû expérimenter Romains 7. Mais j'espère qu'ensuite vous avez pu avancer jusqu'à Romains 8.

Plusieurs personnes se demandent comment elles peuvent sortir de Romains 7 et entrer dans Romains 8. Je peux vous donner une suggestion, le dernier verset nous le dit: « Dites merci. » Paul écrit: « Qui me délivrera du corps de cette mort?... Grâces soient rendues à Dieu par Jésus-Christ notre Seigneur!... » Peu importe à quel point la lutte est forte dans le chapitre 7, c'est aussi simple que de dire merci pour en sortir. Habituellement nous sommes si occupés à dire s'il te plaît que nous oublions de dire merci. Nous n'avons pas besoin de vaincre la résistance de Dieu. Nous devons nous saisir de son infinie volonté. Il désire que nous rentrions dans l'expérience de la vie en Christ. Considérez les versets suivants:

Romains 7:18: « Ce qui est bon, je le sais, n'habite pas en moi, c'est-à-dire dans ma chair: j'ai la volonté, mais non le pouvoir de faire le bien. » Romains 7:24: « Misérable que je suis! Qui me délivrera du corps de cette mort?... » Romains 8:2: « En effet, la loi de l'esprit de vie en Jésus Christ m'a affranchi de la loi du péché et de la mort. »

Paul nous dit qu'il y a un temps où l'on découvre que l'on ne peut rien faire. Peu importe la force avec laquelle je lutte. J'ai la haine du péché et l'amour pour la volonté de Dieu. Mais je remarque que je ne suis pas capable de réussir. Qui va pouvoir me délivrer? Romains 8:2 dit alors: « La loi de l'esprit de vie en Jésus-Christ m'a affranchi de la loi du péché et de la mort. »

Ce que j'aimerais faire c'est vous montrer à travers cette merveilleuse illustration de quelle manière Dieu libère une personne de ses habits de mort, pour qu'elle puisse vivre en ayant Jésus-Christ en tant que sa vie. Jean 11:38-44 dit: « Jésus frémissant de nouveau en lui-même, se rendit au sépulcre. C'était une grotte, et une pierre était placée devant. Jésus dit: Ôtez la pierre. Marthe, la soeur du mort, lui dit: Seigneur, il sent déjà, car il y a quatre jours qu'il est là. Jésus lui dit: Ne t'ai-je pas dit que, si tu crois, tu verras la gloire de Dieu? Ils ôtèrent donc la pierre. Et Jésus leva les yeux en haut, et dit: Père, je te rends grâces de ce que tu m'as exaucé. Pour moi, je savais que tu m'exauces toujours; mais j'ai parlé à cause de la foule qui m'entoure, afin qu'ils croient que c'est toi qui m'as envoyé. Ayant dit cela, il cria d'une voix forte: Lazare, sors! Et le mort sortit, les pieds et les mains liés de bandes, et le visage enveloppé d'un linge. Jésus leur dit: Déliez-le, et laissez-le aller. »

J'aimerais vous faire remarquer que le Seigneur Jésus, donne deux commandements à Marie, Marthe et aux autres personnes. L'un se trouve dans le verset 11:39: « Ôtez la pierre. » Vous vous souvenez que les gens ont résisté à ce commandement à cause de la vue répulsive qui était derrière la pierre. Quoi qu'il en soit il s'agit du premier commandement: « Ôtez la pierre. »

Nous trouvons un deuxième commandement au verset 11:44: « Déliez-le, et laissez-le aller. » Ces deux commandements « Ôtez la pierre » et « Déliez-le, et laissez-le aller » sont le privilège que nous avons dans l'aide que nous pouvons apporter à quelqu'un pour libérer la vie de Christ. Pourquoi est-ce que Jésus a demandé aux gens de rouler la pierre? Ce n'est pas parce qu'Il ne pouvait pas le faire tout seul. Si Jésus pouvait délivrer Lazare de la mort, alors Il pouvait sûrement aussi enlever la pierre. Jésus dit avant dans Son enseignement que si l'on avait une foi comme un grain de sénevé, on pouvait envoyer une montagne dans la mer. Jésus aurait même pu faire sortir Lazare de cette tombe sans faire bouger la pierre.



DIEU NOUS DONNE L'OCCASION DE PARTICIPER DANS LA LIBÉRATION DE LA VIE DE CHRIST

Je pense qu'Il voulait illustrer le fait que nous avons un ministère. Nous avons une part à jouer pour aider les autres à connaître Christ en tant que leur vie, et c'est un grand privilège. Jésus ne voulait pas mettre un fardeau sur ces gens lorsqu'Il a dit « Roulez la pierre. » Il ne voulait pas mettre un fardeau sur eux lorsqu'Il a dit: « Déliez-le, et laissez-le aller. » Lorsqu'Il est ressuscité d'entre les morts, notre Seigneur Jésus est passé à travers la pierre qui était devant Sa tombe parce qu'il avait un corps immortel. Il aurait aussi pu faire un miracle avec Lazare. Mais je pense qu'Il ne l'a pas fait parce qu'Il désire que Son peuple ait le privilège d'aider les autres à entrer dans la vie de résurrection, la vie du Seigneur Jésus Lui-même.

Le Seigneur nous laisse donc rouler la pierre. Qu'est-ce que cela signifie? Il nous laisse délier quelqu'un de ses habits de mort? Qu'est-ce que cela signifie? Comment pouvons-nous rouler la pierre, et comment pouvons-nous délier quelqu'un de ses habits de mort pour le laisser aller?

Je pense que nous pouvons avoir un peu de lumière si nous considérons la pierre qui a été roulée de la tombe de notre Seigneur Jésus, parce que Dieu nous dit ce que cela était supposé signifier. Lorsque cette pierre a été roulée devant le tombeau de Jésus, vous auriez pu mettre une affiche dessus disant: « Bonne nouvelle, espérance. »

Malheureusement, lorsque Marie de Magdala a regardé à la pierre elle a réagi en disant: « Mauvaise nouvelle. » Elle a mal compris la raison pour laquelle elle a été déplacée. Elle était supposée dire: « Bonne nouvelle. » Elle a couru en disant: « Ils ont volé le corps du Seigneur. Ce n'est rien qu'une mauvaise nouvelle. » Par là elle montre qu'elle a mal compris la signification de la pierre déplacée.

Nous pouvons maintenant transposer cette vérité de la bonne nouvelle de la pierre roulée à la tombe de Lazare. Il arrive parfois que nous rencontrions un frère ou une soeur qui a goûté au Seigneur, ils ont mis leur confiance dans le Seigneur, ils sont des chrétiens, mais ils sont encore dans les liens. Ils sont encore liés dans leurs habits de mort. Dieu peut alors nous donner le privilège de rouler une pierre de devant un frère ou une soeur.

Comme vous le savez, rouler la pierre est absolument inutile si ce n'est suivi par la voix de Jésus disant: « Lazare, sors! » Nous ne pouvons aider personne à obtenir la vie. Si Jésus ne relève pas quelqu'un d'entre les morts nous ne pouvons rien faire. Je suis si reconnaissant que le Saint-Esprit ait parlé de l'hésitation de Marthe. Elle était hésitante à obéir. Jean 11:39 dit: « Jésus dit: Ôtez la pierre. Marthe, la soeur du mort, lui dit: Seigneur, il sent déjà, car il y a quatre jours qu'il est là. » Vous voyez Marthe savait ce qu'il y avait derrière la pierre. Elle savait que cela était corrompu, c'était mort, c'était répulsif, cela sentait mauvais. Et c'est pour cette raison qu'elle a dit: « Non. »

Je peux vous dire que j'ai aussi déjà ressenti l'hésitation de Marthe. Dieu m'a dit: « Ôte la pierre. » Mais dans mon coeur je me suis dit: « Seigneur cela pue là-derrière. Est-ce que tu es sûr que je dois rouler la pierre? » Dans mon incrédulité les choses me paraissaient sans espoir.

Lorsque je vois des personnes qui disent connaître le Seigneur, je vois leur mariage qui sent, leurs relations sentent, leurs enfants ont des problèmes, ils ont des addictions ou ont des problèmes avec la loi. Ils se disent chrétiens mais vivent comme des hypocrites. Je me dis alors: « Seigneur, pas eux; il n'y a pas d'espoir là-bas. » Est-ce que vous vous rappelez des trois hébreux lorsqu'ils sont sortis de la fournaise dans le livre de Daniel? Il n'y avait aucune odeur de feu sur eux. Mais il m'arrive de rencontrer des chrétiens qui sentent tellement mauvais et je me dis: « Seigneur s'il Te plaît ne me demande pas de rouler la pierre de devant eux. »

Je crois que ce que Dieu est en train de dire ici, et que nous devons comprendre, est: « Frères et soeurs en Christ, ne perdez jamais espoir, peu importe à quel point une personne peut sembler corrompue, peu importe à quel point une situation peut puer. Ne laissez pas vos bien-aimés bloqués derrière cette pierre. Roulez cette pierre et annoncez-leur que Christ peut faire quelque chose dans leur situation. » Dieu peut faire quelque chose quelle que soit la situation. La situation n'est pas sans espoir. Ce que nous faisons lorsque nous roulons la pierre est que nous annonçons simplement une bonne nouvelle. Il y a ici des solutions, peu importe si les choses semblent terribles.

Je pense qu'une des grandes choses, que Dieu nous aide à faire en tant que chrétiens, est de prendre les cas les plus difficiles et ensuite exposer leurs carcasses puantes au Seigneur. Puis nous pouvons élever ces personnes et dire: « Seigneur je sais que cela sent et je ne vois pas de possibilités pour que cela aille mieux. Mais Tu as les paroles de puissance et Tu peux le faire. » Alors pensez à la personne la plus « morte » que vous connaissez, et par un simple pas de foi rappelez-vous que Dieu vous a donné un privilège. En parlant de rouler la pierre au loin, nous voulons parler de prier, de venir vers le Seigneur et de remettre votre bien-aimé au Seigneur tout comme les soeurs ont écrit à Jésus en disant: « Seigneur, voici, celui que Tu aimes est malade. » Peut-être que vous aurez ensuite des opportunités pour partager l'évangile, mais nous ne devons pas forcer les gens.

C'est de cette manière que Dieu nous laisse participer à la libération de la vie de Christ. Marthe croit que Dieu finira par faire quelque chose dans le futur. Marthe dit: « Je sais qu'il ressuscitera à la résurrection, au dernier jour. » Mais Jésus la ramène au présent en disant: « Je suis la résurrection. » Vous vous dites peut-être: « Je pense que Jésus va faire quelque chose dans le futur. » Oui c'est vrai, mais est-ce que vous pensez qu'il peut faire quelque chose dès maintenant?

J'aime à faire le lien entre ce passage et Ezéchiel 37, parce que dans Jean 11, le processus de corruption n'a fait que commencer. Et même si cela est au début du processus de corruption, mon coeur veut croire que cela est impossible. Dieu a donné à Ezéchiel une vision où la corruption n'a pas uniquement commencé. Mais où elle a accompli son oeuvre finale. Il s'agit de la vision des ossements désséchés.

Ezéchiel 37:1-10 dit: « La main de l'Éternel fut sur moi, et l'Éternel me transporta en esprit, et me déposa dans le milieu d'une vallée remplie d'ossements. Il me fit passer auprès d'eux, tout autour; et voici, ils étaient fort nombreux, à la surface de la vallée, et ils étaient complètement secs. Il me dit: Fils de l'homme, ces os pourront-ils revivre? Je répondis: Seigneur Éternel, tu le sais. Il me dit: Prophétise sur ces os, et dis-leur: Ossements desséchés, écoutez la parole de l'Éternel! Ainsi parle le Seigneur, l'Éternel, à ces os: Voici, je vais faire entrer en vous un esprit, et vous vivrez; je vous donnerai des nerfs, je ferai croître sur vous de la chair, je vous couvrirai de peau, je mettrai en vous un esprit, et vous vivrez. Et vous saurez que je suis l'Éternel. Je prophétisai, selon l'ordre que j'avais reçu. Et comme je prophétisais, il y eut un bruit, et voici, il se fit un mouvement, et les os s'approchèrent les uns des autres. Je regardai, et voici, il leur vint des nerfs, la chair crût, et la peau les couvrit par-dessus; mais il n'y avait point en eux d'esprit. Il me dit: Prophétise, et parle à l'esprit! prophétise, fils de l'homme, et dis à l'esprit: Ainsi parle le Seigneur, l'Éternel: Esprit, viens des quatre vents, souffle sur ces morts, et qu'ils revivent! Je prophétisai, selon l'ordre qu'il m'avait donné. Et l'esprit entra en eux, et ils reprirent vie, et ils se tinrent sur leurs pieds: c'était une armée nombreuse, très nombreuse. »

En dehors de ce que cela signifie prophétiquement, vous pouvez voir quelle image graphique que cela est. Les os étaient dispersés dans les champs, pas uniquement ceux d'une personne mais de milliers. Toute la chair avait pourri, brûlée par le soleil et il n'y avait plus d'espoir. Pourtant Dieu a soufflé et il les a ramenés à la vie. Ce que je veux souligner avec cela est que nous avons tous des bien-aimés et que nous ne devons pas perdre espoir. Avec le Seigneur, il n'y a jamais de moment où il est trop tard où il n'y a plus d'espoir ou une impossibilité. C'est cela ce que signifie que de rouler la pierre de devant la tombe. Nous ne pouvons pas faire revivre les os, mais nous pouvons rouler la pierre. Ce n'est jamais trop tard, peu importe l'état ou la situation.

Jean 11:44 dit: « Et le mort sortit, les pieds et les mains liés de bandes, et le visage enveloppé d'un linge. Jésus leur dit: Déliez-le, et laissez-le aller. » Nous n'avons pas uniquement le privilège d'annoncer la bonne nouvelle, mais nous avons également une part à jouer dans la liberté des enfants de Dieu. En d'autres termes, Dieu nous donne le privilège d'aider ces personnes gentiment et patiemment qui viennent d'être délivrées d'une vie de péché, de mauvaises habitudes et de corruption, en les aidant à se débarrasser avec patience et avec amour de leurs liens de mort. Dieu nous donne le privilège de nous occuper de nos bien-aimés avec patience et amour. Il arrive que les chrétiens soient si critiques envers les autres, et nous pouvons leur faire tellement de mal. Dans le récit Jésus n'a pas cherché des personnes ordonnées, qui connaissent le grec et l'hébreu et qui sont allées aux séminaires pour aider Lazare à sortir de ses habits de mort. Non, pas du tout. Dans ce récit Jésus a permis à la famille et aux amis de prendre part dans la libération de la vie de Dieu.

Les chrétiens ont besoin de savoir qu'ils n'ont pas en eux-mêmes ce qu'il faut pour vivre la vie chrétienne. Mais ils ont Celui dont ils ont besoin, ils ont Jésus, ils ont la vie de Christ. Nous devons leur dire cela avec gentillesse et patience. Et même s'ils chutent à nouveau et sentent mauvais, nous leur réexpliquons tout à nouveau et Dieu pourra au final nous utiliser pour les libérer.

Nous avons donc un ministère, nous pouvons aller vers le Seigneur et dire: « Celui que Tu aimes est malade. » Nous pouvons rouler la pierre et dire: « Il y a ici une solution pour toi. » Puis nous pouvons patiemment, doucement, tendrement, nous occuper d'eux. C'est ensuite à travers les instruments que sont une famille aimante que la vie de Christ peut être libérée.

Voilà ce que l'on lit en Jean 12:1-2 lorsque tout fut terminé: « Six jours avant la Pâque, Jésus arriva à Béthanie, où était Lazare, qu'il avait ressuscité des morts. Là, on lui fit un souper; Marthe servait, et Lazare était un de ceux qui se trouvaient à table avec lui. » Dans le chapitre 11 Lazare est un corps en train de pourrir. Dans les versets 12:1-2, il est assis à table avec le Seigneur Jésus. Jean 12:9-11 dit: « Une grande multitude de Juifs apprirent que Jésus était à Béthanie; et ils y vinrent, non pas seulement à cause de lui, mais aussi pour voir Lazare, qu'il avait ressuscité des morts. Les principaux sacrificateurs délibérèrent de faire mourir aussi Lazare, parce que beaucoup de Juifs se retiraient d'eux à cause de lui, et croyaient en Jésus. »

Dieu a fait revenir huit fois des personnes d'entre les morts et une des choses qu'elles ont toutes en commun est que nous n'avons par écrit aucune des paroles qu'elles ont dites par après. C'est comme si Dieu mettait un voile sur tout cela. Mais il y a également un principe spirituel lié avec cela. Si vous reveniez d'entre les morts et que vous alliez à un banquet, vous n'auriez sûrement pas à dire grand-chose. Si vous reveniez de la tombe et que vous vous installiez à table, vous seriez une attraction. Je vous suggère que lorsque j'étais moi-même dans mes habits de mort en train d'essayer de gagner les gens pour Jésus, je ne faisais que les repousser. Maintenant je m'installe simplement à table et je profite du Seigneur, et cela devient une attraction. Lorsqu'un chrétien vit par la vie de Christ, comme Lazare vivait par la vie de Christ, il y a une attraction.

Voici donc ce que nous apprenons en Jean 11. Qui est Christ? Il est la résurrection et la vie. Qu'est-ce que la vie? C'est croire le Seigneur et mettre sa confiance dans le Seigneur, même dans Sa façon mystérieuse de s'occuper de nous. Qu'est-ce que la vie? C'est connaître Jésus en tant que la résurrection et la vie.



JÉSUS S'OCCUPE DE NOUS LÀ OÙ NOUS EN SOMMES, COMME NOUS SOMMES

Avant que je n'en termine avec le chapitre 11, j'aimerais encore vous rendre attentifs à un principe. Nous l'avons déjà souligné, mais je ne pense pas que nous puissions trop le souligner. Il s'agit de la vérité de comment le Seigneur s'occupe de Marie et Marthe. Le principe peut être explicité en ces mots: Dieu s'occupe tout le temps de nous, là où nous en sommes et dans l'état où nous sommes, pour nous emmener à la place où Il désire que nous soyons.

Plus nous entrons dans le coeur, la vie et les émotions de ces deux femmes, plus nous verrons le coeur de Dieu. J'aimerais que nous considérions Marthe et Marie, en tant qu'individu. Habituellement nous les associons ensemble. Nous les étudions habituellement à partir de Luc 10 et c'est Marthe qui reçoit souvent les coups. C'est une grande tentation de les utiliser en les combinant. Mais dans ce chapitre, la clé est de les voir en tant qu'individu. Je ne dis pas que c'est mauvais de les étudier ensemble, mais elles sont différentes. Ce ne sont pas les mêmes personnes. Elles ont beaucoup de choses en commun, mais ce sont également deux personnes distinctes. Marthe n'était pas Marie et Marie n'était pas Marthe.

Voici maintenant ma question: lorsque deux personnes différentes, comme l'est de l'ouest, ont le même problème en même temps, comment est-ce que Jésus s'occupe d'elles alors qu'elles sont si différentes? Est-ce qu'Il s'occupe d'elles de la même manière? Je crois que ce chapitre est une merveilleuse illustration de la façon dont le Seigneur s'adapte pour nous rejoindre là où nous en sommes. Marie et Marthe étaient les mêmes, elles avaient beaucoup de choses en commun. Elles étaient soeurs d'un même frère. Elles aimaient toutes les deux leur frère. Toutes les deux ont envoyé quelqu'un auprès de Jésus, parce qu'il est écrit au verset 11:3: « Les soeurs envoyèrent dire à Jésus: Seigneur, voici, celui que tu aimes est malade. » Elles aimaient toutes les deux le Seigneur Jésus même si elles l'exprimaient de façon différente. Marthe était occupée à servir Jésus parce qu'elle L'aimait, elle désirait être une bonne hôtesse, et Marie même si elle était différente aimait aussi le Seigneur Jésus. Elles avaient toutes les deux du chagrin. Elles ont toutes les deux perdu un membre de la famille. Elles ont toutes les deux perdu leur frère. Elles ont toutes les deux lutté dans leur foi, elles ont toutes les deux dit la même chose: « Si tu avais été là, Il ne serait pas mort. » Elles avaient toutes les deux le même problème. Mais elles sont différentes.

Un commentateur l'a exprimé de cette manière: « Marthe est plutôt prose et Marie plutôt poète. » Marthe était plutôt une femme d'organisation, active et occupée en désirant exprimer son amour envers le Seigneur. Mais Marie était calme, silencieuse et émotionnelle. Dans le chapitre 12, elle est profonde dans sa réflexion et dans ce chapitre elle est profonde dans sa tristesse. Mais elles sont différentes. Marie n'est pas Marthe et Marthe n'est pas Marie.

Comment est-ce que Jésus s'est occupé de Marthe? Sa personnalité ressort dans ce chapitre. Le verset 11:20 dit: « Lorsque Marthe apprit que Jésus arrivait, elle alla au-devant de lui, tandis que Marie se tenait assise à la maison. » Nous voyons ici une différence entre les deux soeurs. Marie savait que Jésus était revenu. Mais elle était brisée et elle est simplement restée à la maison. Elle n'est pas capable de bien gérer tout cela. Elle ne peut pas s'empêcher de pleurer. Mais Marthe était occupée à servir et lorsqu'elle se lève personne ne se demande: « Je me demande où va Marthe? »

Mais voici ce que les gens ont dit lorsque Marie s'est levée en Jean 11:31: « Les Juifs qui étaient avec Marie dans la maison et qui la consolaient, l'ayant vue se lever promptement et sortir, la suivirent, disant: Elle va au sépulcre, pour y pleurer. » Pourquoi est-ce que ces gens pensaient à cela? Parce que cela correspond au tempérament de Marie, elle part pour pleurer. La chose merveilleuse est qu'elle est sortie pour rencontrer Jésus et non pas pour pleurer. Mais ils ne savaient pas cela.

Marthe est sortie voir Jésus, elle voulait simplement parler avec Lui. Ils ont parlé de l'immortalité de l'âme, de la future résurrection du corps et de l'espérance de tous les croyants. Ils parlent et parlent et parlent. C'est pour cette raison que Jésus lui donne un grand sermon. Il a eu une longue conversation avec Marthe. Mais Marie n'a pas besoin d'un verset biblique ou d'un sermon. Elle est choquée, elle ne peut pas parler. Elle n'arrive qu'à dire une phrase et tombe en pleurs aux pieds du Seigneur.

Ces deux femmes sont différentes. Marthe avait besoin de parler, alors Jésus lui a donné Son oreille, et Marie a besoin de pleurer alors Jésus lui donne Ses larmes. Le verset 11:35 n'est-il pas un verset merveilleux: « Jésus pleura? » C'est triste que pour certaines personnes ce verset ne soit que le verset le plus court dans la Bible. La réalité est que c'est 1 Thessaloniciens 5:16 qui est le verset le plus court dans la langue originale. Mais ce n'est pas important. Le point important est que Jésus rejoint ces deux femmes là où elles sont. Marthe a besoin de parler alors Jésus parle. Marie a besoin de pleurer alors Jésus pleure.

Je parle comme un fou mais si vous connaissiez la fin de l'histoire, si vous étiez Dieu, si vous saviez ce que vous allez faire, c'est-à-dire faire revenir Lazare d'entre les morts, est-ce que vous pleureriez sur le chemin qui mène à la tombe? Nous avons ici une merveilleuse révélation du coeur de Dieu. Il sait ce qu'Il va faire, Il va faire revenir Lazare d'entre les morts. Moi j'aurais dit: « Attendez encore cinq minutes et vous allez voir ce que vous allez voir. » Mais ce n'est pas ce que Jésus a fait. Jésus marche avec nous, Il pleure même avec nous bien qu'Il connaisse déjà la glorieuse fin de cette histoire.

Le point que je veux souligner est que Jésus s'occupe tout le temps de nous là où nous en sommes. Nous trouvons trois endroits dans la Bible où Jésus a pleuré. Une fois dans Hébreux 5 pour Lui-même dans le jardin de Gethsémané, une fois en Luc 19 où Il pleure sur Ses ennemis, et ici où Il pleure sur Ses propres enfants. Dieu s'occupe de nous là où nous en sommes. Je me sens si triste pour les chrétiens qui se disent conseillers. Comment peuvent-ils conseiller les gens? Ils n'ont aucune idée de ce que Dieu va faire, parce qu'Il n'agit pas tout le temps de la même façon. Le centurion avait besoin d'une parole, l'homme aveugle avait besoin d'un toucher, la femme courbée avait besoin d'une parole et d'un toucher, l'homme hydropique avait besoin d'être pris dans les bras, Pierre a juste eu besoin d'un regard, Maria de Magdalena a dû être appelée par son nom, Marthe avait besoin d'un sermon et Marie avait besoin de larmes. Jésus s'occupe de nous, là où nous en sommes. Chacun d'entre nous est différent et même si nous vivons la même situation, cela ne signifie pas qu'Il va vous toucher de la même façon qu'Il va me toucher. Le point important est que Jésus s'occupe tout le temps de nous là où nous en sommes et comme nous sommes pour nous emmener à la place où Il désire que nous soyons.

Pour résumer, qui est Christ? Il est la résurrection et la vie. Qu'est-ce que la foi? La foi c'est Lui faire confiance et L'aimer peu importe à quel point les choses peuvent être confuses. Qu'est-ce que la vie? La vie c'est Le connaître en tant que la résurrection et la vie. Nous en avons presque fini avec Jean 11. Dans notre prochaine leçon nous verrons encore trois choses dans ce chapitre. Nous verrons le passage où Jésus dit: « N'y a-t-il pas douze heures au jour? » Nous verrons la prière qu'Il a donnée devant la tombe de Lazare où Il dit: « Pour moi, je savais que tu m'exauces toujours; mais j'ai parlé à cause de la foule qui m'entoure, afin qu'ils croient que c'est toi qui m'as envoyé. » Et j'aimerais voir l'étrange prophétie de Caïphe.

Prions: Père céleste merci pour Ta parole, pas ce que nous pensons que cela puisse vouloir dire, mais pour tout ce que Tu as prévu que cela signifie. Merci de manifester cela dans notre coeur. Merci parce que Tu es la résurrection, merci parce que Tu es la vie et parce que Tu ne nous laisses pas seuls en train d'essayer de vivre cette vie impossible. Merci pour la merveille de ce que Tu la vis à nouveau en nous. Alors que Tu vis en nous, fais-nous grâce de pouvoir rouler la pierre de nos bien-aimés chrétiens qui semblent être dans des situations sans espoir. Donne-nous l'amour et la patience, la tendresse et la compassion, alors que Tu nous donnes le privilège d'enlever ces habits de mort. Nous Te le demandons dans le nom de Jésus. Amen.

Jean 38