JEAN #25 - DISCOURS SUR LA PAIN DE VIE

(Jean 6:22-71)

Par Ed Miller

Le texte qui suit est la transcription d'un message donné en anglais. La forme orale a été conservée, mais des titres de sections ont été ajoutés pour faciliter la lecture. (NdT)

Bonjour et bienvenue dans notre vingt-cinquième leçon sur ce merveilleux évangile de Jean.

Alors que nous regardons à nouveau dans la Parole de Dieu, j'aimerais vous rappeler que la raison pour laquelle nous nous réunissons pour étudier la Bible n'est pas d'abord pour connaître la Bible, mais pour connaître le Seigneur. Comme nous sommes en Jean 6 et que nous parlons du miracle de la multiplication des pains pour les 5 000 personnes plus les femmes et les enfants, j'aimerais partager un verset de ce chapitre avant que nous priions ensemble.

Il s'agit de Jean 6:26-27 qui dit: « Jésus leur répondit: En vérité, en vérité, je vous le dis, vous me cherchez, non parce que vous avez vu des miracles, mais parce que vous avez mangé des pains et que vous avez été rassasiés. Travaillez, non pour la nourriture qui périt, mais pour celle qui subsiste pour la vie éternelle, et que le Fils de l'homme vous donnera; car c'est lui que le Père, que Dieu a marqué de son sceau. »

Alors que j'ai préparé mon coeur pour cette leçon, je vois ici qu'il y a un groupe de personnes, des milliers d'entre eux, qui tiennent dans leurs mains le miracle du Seigneur, et ils le mettent dans leur bouche, puis ils l'avalent et cela devient ensuite une partie d'eux-mêmes. Et lorsque tout fut terminé, Jésus leur a dit qu'ils avaient raté l'essentiel. Ils ont raté la chose importante. Avoir cela dans votre main, dans votre bouche, l'avaler et rater le point important est une chose terrible. Par conséquent, alors que nous nous approchons de la Parole de Dieu, nous pouvons la toucher et l'ingurgiter. Puis demandons au Seigneur de nous aider à ne pas rater ce qu'il y a sur Son coeur à ce sujet.

Prions:

Notre Père, nous Te remercions tellement pour Ta précieuse Parole, et pour le privilège que nous avons de nous rassembler pour nous arrêter quelques instants et pour penser à Toi. Merci de tourner nos yeux d'une façon toute nouvelle vers Toi. Nous Te remettons cette étude, et nous Te demandons de nous guider dans notre méditation et nos pensées. Je prie que Tu puisses protéger Ton peuple de ce qui a pour origine l'homme et que Tu puisses donner Christ à notre coeur. Merci pour toute Ta parole. Merci pour Ta parole vivante. Et merci pour Ton Saint-Esprit qui nous a promis de nous montrer Christ. Nous Te remettons cette étude. Dans le nom de Jésus. Amen.



RÉSUMÉ

Très bien, merci de prendre le chapitre 6 de Jean. J'aimerais vous rappeler que le livre de Jean comporte trois histoires, chacune d'entre elles fait partie d'une plus grande histoire. Voici comment le chapitre se décompose.

• Versets 6:1-15: Le miracle de la multiplication des pains pour les 5 000 sans compter les femmes et les enfants.
• Versets 6:16-21: La mer déchainée.
• Versets 6:22-71: Le discours sur le pain de vie.

Chaque partie de ce chapitre est reliée de façon vitale aux autres. On pourrait penser qu'il s'agit de récits différents, mais il s'agit en réalité d'une grande et unique révélation du Seigneur Jésus-Christ. Dans le miracle des pains et des poissons, le Seigneur Jésus nous donne une révélation de Lui-même. Dans le récit de la mer déchainée, Il teste les disciples pour voir si ce principe a ou non touché leurs coeurs. Pour voir le lien entre ces deux récits, nous pouvons lire Marc 6:51-52 qui dit: « Puis il monta vers eux dans la barque, et le vent cessa. Ils furent en eux-mêmes tout stupéfaits et remplis d'étonnement; car ils n'avaient pas compris le miracle des pains, parce que leur coeur était endurci. »

Est-ce que vous voyez de quelle façon le Saint-Esprit relie ces deux événements ensemble? Les disciples étaient supposés avoir appris quelque chose du miracle de la multiplication des pains pour les 5 000 hommes, parce que lorsqu'Il est monté dans le bateau, Il a dit qu'ils n'avaient rien retiré de ce miracle. Voilà de quelle manière ces deux histoires sont liées. De la même façon, le Seigneur poursuit ensuite avec le discours de Christ en tant que le pain de vie. Vous pouvez donc aussi voir un lien entre ces deux histoires qui sont : Christ est le pain de vie et la multiplication des pains. Il y a là un lien. Toutes ces histoires sont donc liées les unes aux autres. En d'autres termes, Christ présente premièrement une vérité à travers le miracle, ensuite Il teste cette vérité et enfin si jamais vous avez tout raté, Il explique cette vérité. Voilà ce que nous trouvons dans le chapitre 6. Nous allons maintenant continuer de suivre le plan que nous trouvons en Jean 20:30-31.

Jean 20:30-31 dit: « Jésus a fait encore, en présence de ses disciples, beaucoup d'autres miracles, qui ne sont pas écrits dans ce livre. Mais ces choses ont été écrites afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et qu'en croyant vous ayez la vie en son nom. »

« Ces choses ont été écrites afin que... » C'est de cette manière que Jean nous dit pour quelle raison il a écrit son évangile. De ce texte nous avons retiré trois questions, pour que nous sachions qui est Christ, pour que nous puissions avoir la foi, et pour que nous puissions avoir la vie. C'est pour ces raisons que Jean nous a donné ce livre. A la fin de notre étude de Jean, j'espère que nous Le connaîtrons mieux, j'espère que nous Lui ferons davantage confiance et j'espère que nous profiterons davantage de Lui, afin que nous puissions avoir la vie qu'Il a promis.

Nous avons déjà considéré la première question, qui est Christ, en détail dans les deux premières histoires. Qui est Christ dans le premier récit, la multiplication des pains pour les 5 000 hommes? Notre réponse est qu'Il est la source de toute suffisance. Il est Celui qui est adéquat. Il est Celui qui est suffisant. Rappelez-vous de quelle façon les disciples sont continuellement retournés vers le Seigneur pour avoir plus. Après s'être vidés, ils sont revenus tout le temps à nouveau parce qu'Il est le tout suffisant et Il est la source qui pourvoit.

Dans notre précédente leçon, nous avons répondu à la même question à partir de la seconde histoire, la mer déchaînée. Selon les versets 6:16-21 qui est Christ? Rappelez-vous que je vous ai montré que la relation entre le Seigneur et les disciples lors de cet épisode était à trois niveaux différents.

Dans la première scène, Jésus était sur la montagne en train de prier pendant que les disciples étaient sur la mer déchainée. Dans la seconde scène, Il était sur l'eau en train de marcher désirant les dépasser pendant qu'ils étaient en train de ramer. Ensuite dans la troisième scène, Il était avec eux dans la barque et ils ont atteint la plage. Chacune de ces positions du Seigneur Jésus par rapport aux disciples nous rapporte une histoire spirituelle. Je suggère que le Seigneur Jésus sur la montagne, alors qu'Il était loin et invisible, comme absent selon le point de vue des disciples, illustre la pure foi, mettre sa confiance en un Dieu que l'on ne peut pas voir. Jésus marchant sur l'eau, sur la mer déchainée est une sorte de mélange entre la foi et la vie, parce qu'Il leur est apparu comme un fantôme et ils ne savaient pas s'Il était un ami ou un ennemi.

Comme je vous l'ai dit dans notre précédente leçon, mon coeur naturel aimerait bien mieux avoir le Seigneur dans un endroit où je peux Le voir et où je peux ressentir Sa présence, et duquel je peux me sentir proche. De façon naturelle, nous choisissons naturellement d'être subjectifs plutôt qu'objectifs. Mais la foi est premièrement objective. Ainsi selon cette histoire, voici la réponse à la question qui est Christ. Selon le récit de la mer déchainée, Il est Celui qui s'occupe tout le temps de moi, comme je suis et où je suis pour m'emmener à la place où Il désire que je sois. Jésus dans la barque illustre la vue. Là-bas tout était physique et matériel. Les disciples pouvaient Le toucher et Le voir. Au niveau terrestre, Jésus dans la barque est plus désirable que Jésus sur la montagne ou que Jésus marchant sur l'eau.

Que se passe-t-il si je ne peux pas mettre ma confiance en Lui alors qu'Il est sur la montagne? Il vient alors près de vous en marchant sur l'eau. Et que se passe-t-il si je ne peux pas non plus Lui faire confiance dans cette situation? La réponse est qu'Il monte directement dans la barque, et Il commence à faire des miracles pour moi, pour apporter la paix dans mon coeur et m'emmener à la destination souhaitée. Ainsi qui est Christ? Il est Celui qui pourvoit. Il est Celui qui donne. Il est Celui qui est suffisant. Qui est Christ selon le deuxième récit? Il est Celui qui s'occupe tout le temps de moi comme je suis et où je suis pour m'emmener à la place où Il désire que je sois.



CHRIST, LA NOURRITURE ET LA BOISSON DE VIE

Comme nous l'avons fait dans notre précédente leçon, nous allons considérer les deux questions qu'est-ce que la foi et qu'est-ce que la vie, pour que nous puissions en avoir une vue complète selon ce troisième récit, le discours sur le pain de vie qui est Christ dans ce grand sermon. Le Seigneur Jésus prend 50 versets, les versets 6:22-71, pour expliquer ce qu'Il a sur le coeur, pourquoi Il a fait ce miracle et ce qu'Il voulait tester lors de la tempête.

Plutôt que de lire les 50 versets dans leur ensemble, laissez-moi vous donner une réponse rapide à la question qui est Christ. Je pense que vous pouvez trouver la réponse juste à partir du titre de cette section. Il s'agit du sermon sur le pain de vie. Alors qui est Christ? Voici une série de versets:

Jean 6:26-27 dit: « Jésus leur répondit: En vérité, en vérité, je vous le dis, vous me cherchez, non parce que vous avez vu des miracles, mais parce que vous avez mangé des pains et que vous avez été rassasiés. Travaillez, non pour la nourriture qui périt, mais pour celle qui subsiste pour la vie éternelle, et que le Fils de l'homme vous donnera; car c'est lui que le Père, que Dieu a marqué de son sceau. »

Jean 6:31-33 dit: « Nos pères ont mangé la manne dans le désert, selon ce qui est écrit: Il leur donna le pain du ciel à manger. Jésus leur dit: En vérité, en vérité, je vous le dis, Moïse ne vous a pas donné le pain du ciel, mais mon Père vous donne le vrai pain du ciel; car le pain de Dieu, c'est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde. »

Jean 6:35 dit: « Jésus leur dit: Je suis le pain de vie. Celui qui vient à moi n'aura jamais faim, et celui qui croit en moi n'aura jamais soif. »

Jean 6:47-51 dit: « En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi a la vie éternelle. Je suis le pain de vie. Vos pères ont mangé la manne dans le désert, et ils sont morts. C'est ici le pain qui descend du ciel, afin que celui qui en mange ne meure point. Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel. Si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement; et le pain que je donnerai, c'est ma chair, que je donnerai pour la vie du monde. »

Jean 6:57-58 dit: « Comme le Père qui est vivant m'a envoyé, et que je vis par le Père, ainsi celui qui me mange vivra par moi. C'est ici le pain qui est descendu du ciel. Il n'en est pas comme de vos pères qui ont mangé la manne et qui sont morts: celui qui mange ce pain vivra éternellement. »

Très bien, Jésus s'identifie Lui-même très clairement à plusieurs reprises.

Jean 6: 27 dit: « La nourriture qui subsiste pour la vie éternelle. »
Jean 6: 32 dit: « Le vrai pain du ciel. »
Jean 6: 35 dit: « Jésus leur dit: Je suis le pain de vie. Celui qui vient à moi n'aura jamais faim, et celui qui croit en moi n'aura jamais soif. »
Jean 6: 48 dit: « Je suis le pain de vie. »
Jean 6: 50 et 58 disent: « Le pain qui est descendu du ciel. »
Jean 6: 51 dit: « Le pain vivant. »

Ainsi qui est Christ? J'aime le dire de cette manière et dire que Jésus est la nourriture et la boisson de la vie. Tout cela est illustré par le pain. Vous voyez, Il se nomme pain, mais ensuite Il parle au sujet de manger et de boire, il s'agit donc de nourriture et de boisson.

Vous aurez remarqué que la foule à qui Jésus parle est très éloignée des réalités spirituelles. Ils ont raté le point. Ils n'ont pas compris qu'Il était le pain de vie. C'est pour cette raison que le Seigneur Jésus leur dit qu'ils ne Le recherchent pas parce qu'Il est le pain de vie, mais juste pour remplir leurs estomacs. Nous avons commencé notre étude avec Jean 6:26-27 et nous avons vu que vous pouvez prendre ce pain dans vos mains, dans votre bouche et dans votre estomac et pourtant rater le point important. Eh bien c'est exactement ce que cette foule a fait. Voici ce que dit Jean 6:14-15: « Ces gens, ayant vu le miracle que Jésus avait fait, disaient: Celui-ci est vraiment le prophète qui doit venir dans le monde. Et Jésus, sachant qu'ils allaient venir l'enlever pour le faire roi, se retira de nouveau sur la montagne, lui seul. »

Vous voyez, si vous regardez à cette scène avec vos yeux physiques vous direz: « Ils ont tout compris! » Au verset 6:15, nous voyons qu'ils veulent Le faire roi! Voilà à quel point ils L'apprécient ainsi que tout ce qu'Il a fait, mais pourtant Jésus leur dit qu'ils n'ont pas saisi le vrai point, ils ne voulaient pas que Jésus soit leur roi parce qu'Il est le pain de vie, leur nourriture et leur boisson. Ils Le désiraient parce qu'Il était le pain. Il ne s'agit pas de la même chose que le pain de vie. Leur vision de la vie était matérielle et charnelle, du domaine de Mammon. C'était une vue toute charnelle, ils couraient après un pain qui périssait.

Laissez-moi maintenant appliquer cela au Seigneur Jésus et à nous puisque nous sommes unis à Lui. Est-ce que vous réalisez que si le Seigneur Jésus n'avait pas évité cette foule pour aller sur cette montagne pour prier, mais qu'Il s'était laissé faire, Il serait devenu une mauvaise sorte de roi des rois? Vous voyez, la foule désirait faire de Lui un roi, mais pas la bonne sorte de roi des rois. Ils étaient juste focalisés sur la nourriture qui dépérit. Notre Seigneur n'aurait jamais fait cela, mais nous qui sommes unis à Lui, nous sommes parfois amenés à le faire et c'est pour cette raison que j'aimerais vous rendre attentifs à cela et vous donner un petit avertissement.

Ceci dit, lorsque je donne un avertissement je le prends tout le temps d'abord pour moi-même. Personnellement, j'ai été très éprouvé et exténué parce que j'ai souvent essayé d'initier des choses dans ma vie chrétienne. Cela semble très spirituel de dire cela, mais j'ai décidé que je ne vais plus essayer d'initier les choses, je vais juste les laisser arriver. Je n'essaie donc pas de faire que les choses arrivent. En fait, c'est l'opposé qui est vrai. S'il y a quelque chose qui se passe qui je pense peut venir de Dieu, j'essaie d'y verser de l'eau, en référence à ce qu'Elie a fait sur le mont Carmel. Je ne peux pas rendre les choses plus difficiles pour Dieu parce qu'Il peut brûler ce qui est trempé, mais je peux les rendre plus difficiles pour les hommes.

Par conséquent, je verse délibérément de l'eau et s'il se passe quelque chose, je me dis que cela est peut-être la volonté de Dieu. Je n'ai pas peur de verser de l'eau sur les grandes opportunités. Mais lorsque je dis que je vais juste laisser les choses arriver d'elles-mêmes, et que je ne vais pas les initier, il y a un danger avec cela. Cela sonne spirituel, mais il y a un danger parce que ce n'est pas toute la vérité. Si jamais Jésus avait réagi de cette façon en disant: « Je ne vais rien faire et juste laisser les choses se passer », Il aurait fini par être la mauvaise sorte de roi parce que le peuple désirait Le forcer et être roi.

Ce que j'essaie de dire est que tout ce qui vient dans notre vie n'est pas nécessairement la volonté de Dieu. Nous disons: «Nous n'allons rien faire, nous allons juste laisser les choses se passer. » Mais nous pensons qu'ainsi lorsque quelque chose se passe, nous serons sûrs que c'est la volonté de Dieu. Vous voyez, ces personnes sont venues et ont dit d'une seule voix: « Faisons de Lui notre roi. » Au niveau terrestre il aurait été facile de dire: « Il y a là une porte ouverte, je ne l'ai pas recherché, je n'ai pas essayé d'être roi. Ils sont venus eux-mêmes vers moi. Je n'ai pas essayé d'être roi. C'est eux qui sont venus. » Il y avait là une multitude de conseillers. C'est eux qui ont initié tout cela. Si Jésus avait répondu favorablement à l'attente de la foule, Il serait devenu la mauvaise sorte de roi et aurait raté la vraie volonté de Dieu.

Ce n'est pas parce que quelqu'un vient frapper à votre porte avec une merveilleuse opportunité ou une merveilleuse invitation que vous devez sauter sur l'occasion, nous devons faire attention et ne pas laisser cela se passer. Nous disons simplement: « Laissons cela se passer. » Tout ce qui arrive dans ma vie, chaque occasion et opportunité n'est pas forcément la volonté de Dieu. Je suggère que vous fassiez soit ce qu'Elie a fait et que vous versiez de l'eau pour être sûrs ou que vous fassiez ce que Jésus a fait. Eloignez-vous pour être seuls et priez. C'est cela qu'Il a fait. Il est monté sur la montagne et Il a prié, il y a beaucoup de sagesse là-dedans.

Nous devons laisser les choses se passer et ne pas chercher à ce qu'elles se passent. Mais nous devons également être sensibles pour résister aux choses qui ne sont pas la volonté de Dieu. La foule ne voulait pas d'un Messie spirituel. Ils désiraient juste un docteur, ils désiraient juste quelqu'un pour les nourrir et faire la pluie et le beau temps. Ils désiraient avoir quelqu'un qui pouvait tout contrôler et rendre la vie plus facile. J'ai dit que dans ce discours sur le pain de vie, Jésus donne toute l'explication sur ce qu'Il illustre dans le miracle et qu'Il a testé sur la mer. De quelle manière ce discours nous emmène plus loin dans la réponse à la question: qui est Jésus dans le miracle et lors de la tempête? Vous voyez, lors du miracle, la réponse était : Christ est Le tout suffisant. Il est la source de tout, Il est Celui qui donne les poissons et multiplie les poissons. Il donne le pain et multiplie les pains. Mais vous noterez que dans Ses explications, Il dit qu'Il n'est pas uniquement Celui qui donne le pain, Il est également le pain. C'est Lui qui s'est donné Lui-même. En lien avec cela, j'aime le verset 6:27 qui dit: « Travaillez, non pour la nourriture qui périt, mais pour celle qui subsiste pour la vie éternelle, et que le Fils de l'homme vous donnera; car c'est lui que le Père, que Dieu a marqué de son sceau. »



CHRIST EST LE DONATEUR ET LE DON

Dans ce verset nous trouvons un donateur et un don. Qui est le donateur de la nourriture qui subsiste pour la vie éternelle? D'après le verset 6:27, c'est le Fils de L'homme. Il est Celui qui donne la nourriture. Selon ce verset qu'est-ce que la nourriture qui subsiste pour la vie éternelle? La réponse est que c'est le Seigneur Jésus-Christ. Il est le pain de vie. Le Fils de l'homme se donne Lui-même. Voilà la pleine explication. Il n'est pas uniquement Celui qui pourvoit, Il est également la provision. Il est Celui qui se donne Lui-même. Il est Celui qui donne le pain de vie, et Il est la nourriture et la boisson de la vie.

Veuillez remarquer qu'à ce point du discours, Jésus fait intervenir Moïse comme étant celui qui donne la manne. Voici ce que disent les versets 6:30-33: « Quel miracle fais-tu donc, lui dirent-ils, afin que nous le voyions, et que nous croyions en toi? Que fais-tu? Nos pères ont mangé la manne dans le désert, selon ce qui est écrit: Il leur donna le pain du ciel à manger. Jésus leur dit: En vérité, en vérité, je vous le dis, Moïse ne vous a pas donné le pain du ciel, mais mon Père vous donne le vrai pain du ciel; car le pain de Dieu, c'est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde. »

Vous voyez, ils ne pouvaient pas se détacher de l'aspect physique. Ils considéraient Moïse comme le donateur et la manne comme le don. Il se glorifiait en Moïse parce que Dieu l'a utilisé comme instrument pour faire descendre la manne du ciel, la nourriture qu'ils mangeaient. Jésus a dit qu'ils ont mangé cette nourriture et qu'ils sont morts. Vous voyez, dans ce discours, dans cette explication complète, Jésus dit que Moïse n'était pas le donateur et que la manne n'était pas le pain. Il ne s'agit que d'une image. Moïse n'est pas le donateur et la manne n'est pas le pain. Le donateur est Dieu et le pain est Dieu. Le donateur est Christ et le pain est Christ. J'aime faire le lien entre Jean 6 et 1 Corinthiens 6:13 qui dit: « Les aliments sont pour le ventre, et le ventre pour les aliments; et Dieu détruira l'un comme les autres. Mais le corps n'est pas pour l'impudicité. Il est pour le Seigneur, et le Seigneur pour le corps. »

Il s'agit d'un verset vraiment incroyable: « Les aliments sont pour le ventre, et le ventre pour les aliments; et Dieu détruira l'un comme les autres. » Si au lieu de l'estomac Paul utilisait un arbre comme image, il pourrait par exemple dire: « L'arbre est fait pour le feu » et cela est vrai, mais pas complètement parce que vous pouvez faire autre chose avec un arbre. Vous pouvez également dire: « un arbre est fait pour fabriquer des meubles ou des étagères » ou « un arbre est fait pour donner des fruits et de la nourriture », ou encore « un arbre est un abri pour les oiseaux », ou « un arbre est fait pour avoir du papier. »

C'est pour cette raison que Dieu nous a donné un arbre, pour faire du papier, des jouets, des outils ou des armes. Il y a beaucoup de façons d'utiliser un arbre. Un arbre est là pour être décoré avec des ornements de Noël. Il y a de nombreuses utilités pour les arbres. Mais lorsque vous utilisez l'estomac en tant qu'illustration, vous ne pouvez pas trouver de nombreux objectifs pour l'estomac. Ainsi il dit que l'estomac est pour les aliments. Que pouvez faire d'autre avec un estomac? C'est juste fait pour cela. L'estomac est pour les aliments. C'est pour cette raison que Paul utilise cette illustration, c'est parce que cela n'est pas fait pour autre chose. C'est juste fait pour cela.

Le verset continue en disant: « ...et le corps est fait pour le Seigneur... » N'est-ce pas une chose incroyable? « ...et le Seigneur est pour le corps... » Peut-être que vous direz qu'il y a beaucoup d'utilités pour le corps. Non, il n'y en a pas beaucoup, il n'y en a qu'une. Votre corps est fait pour le Seigneur. De la même façon que les aliments ont été faits pour l'estomac, votre corps a été fait pour le Seigneur. De la même façon que votre estomac est satisfait lorsque les aliments entrent, de la même façon le coeur est satisfait lorsque le Seigneur est la nourriture et la boisson. Je peux vous dire que cela est une merveilleuse chose à expérimenter. Le Seigneur est la nourriture et la boisson de la vie. Dans ce discours, Jésus donne donc la pleine explication du miracle. Il est en même temps le donateur et le don. Et lorsqu'Il se donne, Il se donne Lui-même.



DIEU VEUT SE FAIRE CONNAITRE À NOUS

Laissez-moi vous donner deux applications avant d'aller plus loin. Voici la première. Comme la pleine explication est que Dieu se donne Lui-même, lorsque vous êtes dans une tempête et que Dieu teste quelque chose dans votre vie, et je peux vous dire que cela va vous arriver parce que chaque fois qu'Il vous révèle quelque chose, Il va ensuite tester la réalité dans les tempêtes de la vie ; lorsque vous êtes dans cette tempête, ne faites pas l'erreur que font beaucoup de chrétiens en se posant cette question: « Qu'est-ce que Dieu essaie de m'enseigner à travers cette expérience? » Il n'essaie pas de vous apprendre quoi que ce soit. Il n'essaie pas de vous enseigner une leçon. Nous pensons souvent que Dieu est comme un grand professeur et qu'Il essaie de nous enseigner quelque chose, et comme nous n'arrivons pas à comprendre, Il recommence son enseignement.

Il est le donateur et Il se donne Lui-même. L'objectif de la tempête est que vous puissiez Le connaître Lui! Et non pas pour que vous puissiez apprendre une leçon. L'objectif de la tempête est que je puisse Le connaître Lui. Chaque tempête est là pour vous emmener plus loin dans la connaissance du Seigneur. Il est fidèle. Il est miséricordieux. Il est amour. Il est patient. Il est fort. Tout est en lien avec notre marche avec Lui. Si vous passez par une tempête en essayant de trouver ce que Dieu est en train de vous enseigner, vous finirez par devenir un théologien. Mais Dieu ne veut pas faire de vous un théologien. Il essaie de marcher avec vous d'une façon intime et dans une relation ininterrompue. Il s'agit juste de connaître le Seigneur. Ainsi dans sa pleine explication, Il nous dit qu'Il est un donateur. Mais qu'est-ce qu'Il donne? Il se donne Lui-même.

TOUT CE QUE DIEU NOUS DONNE EST EN CHRIST

Voici une seconde application de tout cela. Lorsque vous n'êtes pas dans la tempête, mais lorsque vous recherchez juste le Seigneur, comme Il est le donateur et le don Lui-même, ne recherchez rien d'autre que Lui. En lien avec cela, j'aime Romains 8:32 qui dit: « Lui, qui n'a point épargné son propre Fils, mais qui l'a livré pour nous tous, comment ne nous donnera-t-il pas aussi toutes choses avec lui? »

Nous n'avons pas besoin de courir après de nombreuses choses, parce qu'elles sont données avec Lui. Dieu nous donne librement toutes choses avec Lui. La seule chose que Dieu nous ait donnée est Son Fils. Il ne nous donne pas quelque chose appelée la force. Les chrétiens prient: « S'il te plaît Seigneur donne-moi la force. Seigneur donne-moi la patience. Seigneur donne-moi la sagesse. Seigneur donne-moi l'amour. Seigneur donne-moi un coeur qui pardonne. Seigneur donne-moi Jésus. » Si vous avez Jésus, en réalité vous aurez aussi un coeur qui pardonne, vous aurez l'amour, la patience, la force et ainsi de suite. Il s'agit donc ici d'une merveilleuse explication. Qui est Christ dans ce récit? La réponse est qu'Il est la boisson et la nourriture de la vie. Il est Celui qui donne et le don en même temps. C'est cela que le Seigneur désire nous partager dans ce récit.

Dans ce discours, vous n'avez pas uniquement la pleine explication de qui est Christ, mais vous avez également la pleine explication de ce qu'est la foi et la pleine explication de ce qu'est la vie. Nous ne terminerons pas cela dans cette leçon, mais laissez-moi déjà commencer par vous exposer ce qu'est la foi dans ce passage.



LA FOI EST VENIR À CHRIST

En considérant les miracles, nous en avons déduit que la foi c'était venir vers Christ. Dans tout ce chapitre, la foi c'est venir vers le Seigneur Jésus. Eh bien le Seigneur va maintenant s'étendre sur ce sujet. Pour bien imprimer cela dans votre coeur, j'aimerais à nouveau souligner la conclusion de ce chapitre. Parce que de nombreuses personnes sont étonnées par la façon dont ce chapitre se termine.

Jean 6:49-61 dit: « Vos pères ont mangé la manne dans le désert, et ils sont morts. C'est ici le pain qui descend du ciel, afin que celui qui en mange ne meure point. Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel. Si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement; et le pain que je donnerai, c'est ma chair, que je donnerai pour la vie du monde. Là-dessus, les Juifs disputaient entre eux, disant: Comment peut-il nous donner sa chair à manger? Jésus leur dit: En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme, et si vous ne buvez son sang, vous n'avez point la vie en vous-mêmes. Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle; et je le ressusciterai au dernier jour. Car ma chair est vraiment une nourriture, et mon sang est vraiment un breuvage. Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang demeure en moi, et je demeure en lui. Comme le Père qui est vivant m'a envoyé, et que je vis par le Père, ainsi celui qui me mange vivra par moi. C'est ici le pain qui est descendu du ciel. Il n'en est pas comme de vos pères qui ont mangé la manne et qui sont morts: celui qui mange ce pain vivra éternellement. »

Jean 6:66 dit: « Dès ce moment, plusieurs de ses disciples se retirèrent, et ils n'allaient plus avec lui. »

Lorsque notre Seigneur Jésus utilise des expressions très fortes comme par exemple « manger ma chair » et « boire mon sang », Il le fait délibérément de façon controversée. Ici Jésus n'utilise pas seulement un langage énigmatique, mais aussi un langage qui est très fort et non seulement un langage très fort mais également offensif. Dans ce discours, Jésus était vraiment très offensif. Au verset 6:60 les juifs disent: « Cette parole est dure; qui peut l'écouter? » Au verset 6:66 il est écrit: « Dès ce moment, plusieurs de ses disciples se retirèrent, et ils n'allaient plus avec lui. » Tout cela à cause de cette phrase très forte que Jésus a dite.

Je parle comme un fou, mais est-ce que Jésus ne savait pas que ce langage allait être fort mal compris et que cela allait leur donner de mauvaises pensées et idées? « Manger ma chair », est-ce que cela ne ressemble pas à du cannibalisme ou à une sorte de perversion? Et « boire mon sang », est-ce que cela ne ressemble pas à du vampirisme? C'étaient des pratiques interdites dans le judaïsme. Est-ce que vous réalisez que boire du sang était interdit dans la loi de Moïse? Selon la loi de l'Ancien Testament, les juifs n'avaient même pas le droit de manger le sang des animaux, en d'autres mots de la viande saignante.

Mon épouse qui mange la viande saignante aurait fait une très mauvaise juive de l'Ancien Testament, elle aime beaucoup la viande saignante. Tout cela pour dire que ces paroles n'étaient absolument pas en accord avec la tradition juive. Lorsque les juifs ont entendu Jésus dire qu'il fallait manger Sa chair et boire Son sang, sinon nous n'avons pas la vie en nous, ils ont été très choqués.

ETRE DISPONIBLE POUR DIEU INDÉPENDAMMENT DE CE QU'IL VEUT FAIRE AVEC NOUS

Nous savons de part notre vécu d'union avec le Seigneur et à partir du contexte que Jésus était probablement juste en train de dire: « Participez à la vie de Christ par la foi, sinon vous n'aurez pas de vie spirituelle. » C'est de cette façon que nous comprenons ces paroles, mais pourquoi est-ce que Jésus a utilisé un langage aussi fort? Pourquoi est-ce qu'Il a utilisé un langage si offensant qui pouvait être si facilement mal compris? Le contexte montre que les auditeurs de Jésus n'étaient pas spirituels. Ces personnes n'étaient pas réelles. Et je pense qu'ici Jésus utilise délibérément un langage fort, pour mettre un rocher de scandale devant ceux qui n'étaient pas réels. Il y a d'autres passages des Ecritures qui enseignent la même chose. En d'autres termes, Jésus utilise ce langage fort pour les repousser.

Comme je vous l'ai déjà montré, le chapitre 6 est un grand passage sur le fait d'attirer. Il y a beaucoup d'éléments dans ce passage qui illustrent que Dieu attire les gens à Lui. Voici quelques versets sur ce sujet:

Jean 6:37 dit: « Tous ceux que le Père me donne viendront à moi, et je ne mettrai pas dehors celui qui vient à moi. »
Jean 6:44 dit: « Nul ne peut venir à moi, si le Père qui m'a envoyé ne l'attire; et je le ressusciterai au dernier jour. »
Jean 6:64-65 disent: « Mais il en est parmi vous quelques-uns qui ne croient point. Car Jésus savait dès le commencement qui étaient ceux qui ne croyaient point, et qui était celui qui le livrerait. Et il ajouta: C'est pourquoi je vous ai dit que nul ne peut venir à moi, si cela ne lui a été donné par le Père. »

Nous avons ici affaire à un grand chapitre sur le fait que Dieu attire les personnes qui Le désirent. Mais il s'agit aussi d'un grand chapitre sur le fait que Jésus met un rocher de scandale devant ceux qui ne désirent pas être attirés et qui ne sont pas réels.

En lien avec cela, j'aimerais citer 1 Pierre 2:6-8, faites attention à Christ qui est mis en parallèle avec un roc. Ce passage dit: « Car il est dit dans l'Ecriture: Voici, je mets en Sion une pierre angulaire, choisie, précieuse; et celui qui croit en elle ne sera point confus. L'honneur est donc pour vous, qui croyez. Mais, pour les incrédules, la pierre qu'ont rejetée ceux qui bâtissaient est devenue la principale de l'angle, et une pierre d'achoppement et un rocher de scandale; ils s'y heurtent pour n'avoir pas cru à la parole, et c'est à cela qu'ils sont destinés. »

Est-ce que vous voyez ce que Pierre dit ici? Il dit que pour ceux qui croient, Christ est la pierre angulaire, un rocher précieux et de grande valeur. Mais pour les autres, pour ceux ne croient pas, Christ est également une pierre, c'est une pierre d'achoppement et un rocher de scandale. Le contexte de 1 Pierre 2 est l'union avec Christ. En d'autres termes, nous sommes unis à Christ la Pierre. Et comme nous sommes unis à Christ la pierre précieuse, nous sommes aussi des diamants et nous sommes unis à Christ le rocher de scandale. Pour nous tous qui sommes unis à Christ, nous serons parfois un diamant et nous serons parfois un rocher de scandale.

Habituellement lorsque les chrétiens parlent de rocher de scandale, ils en parlent en disant qu'il faut éviter d'être cela. Ils disent: « Ne soyez pas un rocher de scandale. » Cela est vrai, mais il est également vrai qu'il y a une façon correcte d'être un rocher de scandale dans notre union avec Christ. Laissez-moi vous donner une illustration de l'Ancien Testament. Un de mes titres favoris pour les chrétiens, les croyants, estle reste.

Un jour j'ai été repris par une personne que je respecte beaucoup. Elle m'a dit: « Tu appelles souvent les chrétiens comme étant le reste, mais tu ne devrais pas faire cela, il s'agit d'un terme de l'Ancien Testament. Le terme dans le Nouveau Testament est les vainqueurs. » Elle disait donc que dans l'Ancien Testament le terme est le reste et dans le Nouveau Testament il s'agit des vainqueurs. Quoi qu'il en soit pour moi le terme reste est un de mes préférés et je continue de l'utiliser. On connait Michée 5 parce que ce chapitre parle de la naissance de Jésus à Bethléem. Mais il contient également un merveilleux passage sur le reste. Michée 5:7-8 dit: « Le reste de Jacob sera au milieu des peuples nombreux comme une rosée qui vient de l'Eternel, comme des gouttes d'eau sur l'herbe: elles ne comptent pas sur l'homme, elles ne dépendent pas des enfants des hommes. Le reste de Jacob sera parmi les nations, au milieu des peuples nombreux, comme un lion parmi les bêtes de la forêt, comme un lionceau parmi les troupeaux de brebis: lorsqu'il passe, il foule et déchire, et personne ne délivre. »

N'est-ce pas merveilleux, le reste de Jacob sera comme une rosée, comme des gouttes d'eau sur l'herbe. Habituellement lorsque nous désirons être utilisés par le Seigneur, c'est cela que nous disons. Nous disons: « Seigneur fais que je sois une bénédiction. Laisse-moi être comme une rosée et comme des gouttes d'eau sur l'herbe. » C'est le verset 5:7, mais ensuite vient le verset 5:8 qui dit: « Le reste sera comme un lion parmi les bêtes de la forêt, comme un lionceau parmi les troupeaux de brebis, qui déchire. »

Est-ce que c'est important pour vous si Dieu vous utilise en tant que rosée et des gouttes d'eau sur l'herbe ou en tant que lion qui déchire? Vous voyez, les deux choses sont vraies du reste et les deux choses sont vraies du Seigneur. Il est une pierre précieuse et Il est un rocher de scandale. Et nous aussi comme nous sommes unis à Lui, nous sommes parfois comme une rosée. Ma prière, lorsque je viens enseigner un groupe, est que je puisse être comme une rosée, que je puisse être une bénédiction, que je puisse être comme une pluie salutaire sur la végétation. Je prie que les personnes qui entendent mon enseignement, puissent être encouragées et puissent se tourner vers le Seigneur comme une rosée de la part du Seigneur.

Eh bien je peux vous dire que je ferais bien de désirer aussi être un lion qui déchire. Il y a un autre côté. Par conséquent, le Seigneur attire les gens qui désirent venir, mais Il repousse délibérément les gens qui ne désirent pas venir et Il utilise parfois un langage très fort, au lieu d'essayer de faire un compromis et d'essayer de ne pas le dire comme cela est. Il arrive parfois que vous deviez dire les choses comme elles sont et Dieu vous utilisera comme de la rosée.

Avant je ne savais pas quand demander à Dieu de faire de moi une rosée ou un lion. Mais maintenant, j'ai trouvé une solution à cela pour mon propre coeur. Je ne prie pas: « Utilise-moi comme une rosée » et je ne prie pas: « Utilise-moi comme un lion. » Maintenant ma prière est: « Seigneur fais que je sois utile. » Si je suis simplement entre Ses mains, uni à Lui, cela ne devrait pas faire de différence s'Il m'utilise en tant qu'une pluie bienfaisante ou en tant qu'un lion. Prions simplement pour que nous puissions être dans une attitude dans laquelle nous puissions être utilisés.



MANGER SA CHAIR ET BOIRE SON SANG C'EST DEMEURER EN CHRIST

Qu'est-ce que Jésus désirait dire avec cette parole: « Mangez ma chair et buvez mon sang? » Laissez-moi d'abord vous dire de façon très claire que cela n'a rien à voir avec le repas du Seigneur. Au moment où a lieu notre récit, le Seigneur n'a pas encore institué cela. Les disciples n'auraient pas pu comprendre qu'il s'agit du repas du Seigneur parce qu'il n'avait pas encore été institué. Lorsque Jésus a donné ce discours, Il n'avait pas ce repas à l'esprit.

Laissez-moi vous suggérer la simplicité de ces précieuses paroles : « Mangez ma chair et buvez mon sang. » Lorsque nous en viendrons au chapitre 15, qui parle du cep et des sarments et de demeurer en Christ, alors nous aurons l'image complète sur ce sujet. Mais veuillez noter la dernière expression du verset 6:56: « Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang demeure en moi, et je demeure en lui. » Qu'est-ce que cela signifie que de demeurer en Christ? Nous avons ici la première mention dans Jean au sujet de demeurer en Christ. Eh bien demeurer en Christ signifie simplement « manger Sa chair et boire Son sang. » Est-ce que vous voyez à quel point cela est simple? Mais qu'est-ce que cela signifie que de manger Sa chair et de boire Son sang? Parce que si vous le faites, vous demeurez en Christ et Lui Il demeure en vous.

Je crois que la clé de tout cela se trouve dans le verset 6:35 qui dit: « Jésus leur dit: Je suis le pain de vie. Celui qui vient à moi n'aura jamais faim, et celui qui croit en moi n'aura jamais soif. » Vous voyez, l'idée de manger et de boire se trouve également dans le verset 6:35. Il n'est pas question de manger et de boire, mais il est question d'avoir soif et d'avoir faim, pourtant il s'agit de la même chose. Manger est la même chose qu'avoir faim, et boire est la même chose qu'avoir soif. Celui qui a faim mange et celui qui a soif boit.

Considérez le verset 6:35 et répondez à cette question. Selon ce verset qui est celui qui mange, qui a faim? Il est dit celui qui vient à moi n'aura jamais faim. Qu'est-ce que c'est que manger? C'est venir à Lui. « Celui qui vient à moi n'aura jamais faim. » Voilà ce que cela signifie que de manger, c'est venir à Jésus. Et qu'est-ce que boire selon le verset 6:35? Il est dit: « Celui qui croit en moi n'aura jamais soif. » Boire c'est croire.

Qu'est-ce que cela signifie que de demeurer en Jésus? Cela signifie venir à Lui et croire en Lui. C'est tout ce que cela signifie et c'est si simple. Chaque fois que je viens à Jésus, je demeure en Jésus. Chaque fois que je crois en Jésus, je demeure en Jésus. Chaque fois que je viens à Jésus, je mange Sa chair. Chaque fois que je crois en Jésus, je bois Son sang. Et c'est cela la simplicité de tout cela.

Il s'agit de la pleine explication de ce qu'est la foi. Qu'est-ce que la foi selon ce grand discours? C'est venir à Jésus, c'est croire dans le Seigneur Jésus. Les gens pensent que c'est si compliqué que de demeurer en Christ. Ce n'est pas le cas, c'est très simple. C'est venir à Lui et croire en Lui. Chaque fois que je viens et chaque fois que je crois, je demeure en Christ.

Par conséquent qui est Christ selon ce grand discours? La réponse est qu'Il est le pain et la boisson de vie. Il n'est pas seulement Celui qui donne, Il est également le don. Qu'est-ce que la foi selon ce grand discours? La réponse est demeurer dans le Seigneur Jésus, en venant continuellement à Lui et en croyant continuellement en Lui. Est-ce que vous réalisez que tout ce que Dieu vous a jamais demandé de faire dans votre vie chrétienne, est simplement venir à Jésus et demeurer en Jésus?

Il n'y a rien de plus frustrant qu'une vie chrétienne qui n'a pas compris cela. Les gens qui pensent que la vie chrétienne c'est abandonner ceci et cela, et suivre cette règle ou celle-la, sont si fatigués et chargés. Ils vivent juste sous un grand fardeau. Mais lorsque Dieu se révèle à votre coeur de façon réelle, que Christ est Celui qui donne et le don en Lui-même, et que la simplicité de la vie chrétienne est simplement continuellement venir à Jésus et de continuellement croire en Jésus, alors vous découvrez que c'est cela toute la vie chrétienne. Dieu ne nous a jamais appelé à rien d'autre que cela. Venez simplement à Christ et en croyant en Lui. Laissez les autres boirent de l'eau trouble. Laissez-les autres se battre au sujet de choses théologiques. Laissez les autres rentrer dans tous ces débats et vous, souriez et continuez simplement à venir à Jésus et à croire en Christ, et je peux vous dire que vous apprendrez ce que cela signifie que de demeurer, et nous verrons ensuite en Jean 15 que ceux qui demeurent en Lui portent du fruit. C'est cela la vie chrétienne et ce n'est rien d'autre.

Prions:

Père nous Te remercions tellement parce que Tu es Celui qui pourvoit, merci tellement que Tu es le don. Montre-nous ce que cela signifie que de ne pas travailler pour la nourriture qui périt, mais de continuer de venir à Christ en tant que pain et boisson de la vie. Merci de nous nourrir de cette manière, nous Te le demandons au nom de Jésus. Amen.

Jean 26