HEBREUX #9 - LES OBSTACLES A NOTRE REPOS EN CHRIST

(Hébreux 3 et 4)

Par Ed Miller

Le texte qui suit est la transcription d'un message donné en anglais. La forme orale a été conservée, mais des titres de sections ont été ajoutés pour faciliter la lecture. (NdT)

Bonjour et bienvenue dans notre neuvième leçon de cette merveilleuse épître aux Hébreux.

Prions:

Père, merci à nouveau parce que nous pouvons venir à ce livre pour mieux Te connaître. Nous Te demandons de nous détacher du monde et de ses préoccupations qui sont légitimes. Aide-nous à nous concentrer de façon nouvelle sur notre Seigneur Jésus. Merci parce que Tu vas nous guider. Que notre étude Te soit agréable. Nous prions au nom de Jésus. Amen.



RÉSUMÉ

Commençons en résumant notre dernière étude qui concerne les chapitres trois et quatre. L'épître aux Hébreux présente le ministère actuel du Seigneur Jésus, assis à la droite de Dieu et les chapitres trois et quatre nous parlent du repos dans le Seigneur. Alors qu'est-ce que le repos dans le Seigneur? Il faut être au clair à ce sujet, car Il y a de nombreuses approches erronées et bien des incompréhensions. Nous avons essayé de cerner la réponse à travers l'illustration donnée aux versets 4:9-10: « Il y a donc un repos de sabbat réservé au peuple de Dieu. Car celui qui entre dans le repos de Dieu se repose de ses oeuvres, comme Dieu s'est reposé des siennes. » Dieu se reposa, et donc, nous devons nous reposer en Christ de la même manière.

Repos ne signifie pas, ici, cessation d'activité ou passivité. Pourrait-on imaginer Dieu ne faisant plus rien parce que tout est parfaitement au point et fonctionne sans besoin d'intervention? Non! Notre Dieu est impliqué en toutes choses, à tout moment, dans l'univers entier. Il tient tout ensemble, moment après moment. Jésus Lui-même nous le confirme en Jean 5: 17: « Mon Père agit jusqu'à présent; moi aussi, j'agis. » Nous pouvons donc déclarer que le repos de Dieu n'est pas la cessation d'activité.

Et comme dans le langage courant, nous parlons de repos par opposition à la fatigue, on pourrait croire que ce repos est la disparition de la fatigue. Mais Dieu n'était pas exténué après avoir créé l'univers. Esaïe 40:28 l'atteste: « Ne le sais-tu pas? Ne l'as-tu pas appris? C'est le Dieu d'éternité, l'Éternel, Qui a créé les extrémités de la terre; Il ne se fatigue point, il ne se lasse point; On ne peut sonder son intelligence. » Ainsi donc, il ne peut pas non plus s'agir de l'affranchissement de la fatigue.

En réalité, le repos de Dieu est la satisfaction de Dieu de l'oeuvre parfaitement réalisée. En effet, à la fin de chaque jour de création, Dieu a dit: « C'est bon », et finalement « C'est très bon », après le sixième jour.

On pourrait en déduire que, pour nous, le repos signifie d'entrer dans l'oeuvre achevée de la rédemption, sans y ajouter. En fait, c'est bien plus que cela. Ce n'est pas un privilège qui nous serait attribué automatiquement. Examinons attentivement les passages suivants:

Hébreux 3:11: « Je jurai donc dans ma colère: Ils n'entreront pas dans mon repos! »
Hébreux 3:18: « Et à qui jura-t-il qu'ils n'entreraient pas dans son repos, sinon à ceux qui avaient désobéi? »
Hébreux 4:3: « Pour nous qui avons cru, nous entrons dans le repos, selon qu'il dit: Je jurai dans ma colère: Ils n'entreront pas dans mon: repos! »
Hébreux 4:5: « Et ici encore: Ils n'entreront pas dans mon repos! »
Hébreux 4:10: « Car celui qui entre dans son repos se repose de ses oeuvres, comme Dieu s'est reposé des siennes. »

On voit bien qu'il s'agit d'entrer dans Son repos à Lui, et non d'un repos qui serait inhérent à notre personne. Par conséquent lorsqu'Il dit: « Entrez dans mon repos », ce n'est pas un don qu'Il nous fait. Il s'agit du repos que Lui éprouve. Et Il nous invite à partager le repos que Lui éprouve sans plus nous inquiéter de ce qui se passe dans notre existence.

Le merveilleux cantique d'Isaac Watts, dit: « Lorsque je contemple cette merveilleuse croix sur laquelle le prince de la gloire est mort. » Mais notre repos ne provient pas de la contemplation de l'oeuvre achevée de Christ. Dieu se repose parce que Sa justice et Sa sainteté sont parfaitement comblées. Et pour nous, il s'agit d'entrer dans ce sentiment de satisfaction de Dieu. C'est la réponse à cette première question (Qu'est-ce que le repos de Dieu?).

Nous traiterons la seconde question dans notre prochaine leçon: lien entre le repos et la Bible, la parole de Dieu. C'est nécessaire car ce passage fait référence à la Parole de nombreuses fois:

• Verset 3:7: « Aujourd'hui, si vous entendez sa voix... »
• Verset 3:15: « Aujourd'hui, si vous entendez sa voix... »
• Verset 4:7: « Aujourd'hui si vous entendez sa voix... »
• Versets 4:11-13: « Efforçons-nous donc d'entrer dans ce repos, afin que personne ne tombe en donnant le même exemple de désobéissance. Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu'une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu'à partager âme et esprit, jointures et moelles; elle juge les sentiments et les pensées du coeur. Nulle créature n'est cachée devant lui, mais tout est à nu et à découvert aux yeux de celui à qui nous devons rendre compte. »

Finalement, la troisième question consiste à distinguer ce qui peut faire obstacle à notre entrée dans le repos en Jésus. Il n'y a qu'une seule réponse à cette question. Un examen superficiel pourrait faire croire que

• Satan peut nous empêcher d'entrer dans le repos
• La peur pourrait nous empêcher d'entrer dans le repos
• L'anxiété et l'inquiétude peuvent nous empêcher d'entrer dans le repos
• La rébellion pourrait nous empêcher d'entrer dans le repos
• L'immaturité pourrait nous empêcher d'entrer dans le repos
• Les faux enseignements pourraient nous empêcher d'entrer dans le repos
• L'immaturité pourrait nous empêcher d'entrer dans le repos.

Nous pourrions donc penser que de nombreux facteurs peuvent nous empêcher d'entrer dans le repos. Mais d'après Hébreux 3 et 4, nous discernons qu'une seule chose peut nous empêcher de nous reposer en Christ.

Avant d'entamer l'analyse détaillée de cette troisième question, rappelons les deux illustrations qui sont données sur le repos en Jésus. L'une est positive et l'autre négative. Nous avons déjà examiné l'illustration positive qui nous enseigne comment entrer dans le repos selon les versets 4:9-10 qui l'attestent: « Il y a donc un repos de sabbat réservé au peuple de Dieu. Car celui qui entre dans le repos de Dieu se repose de ses oeuvres, comme Dieu s'est reposé des siennes ».

Et que les versets 4:3-4 confirment: « Pour nous qui avons cru, nous entrons dans le repos, selon qu'il dit: Je jurai dans ma colère: Ils n'entreront pas dans mon repos! Il dit cela, quoique ses oeuvres eussent été achevées depuis la création du monde. Car il a parlé quelque part ainsi du septième jour: Et Dieu se reposa de toutes ses oeuvres le septième jour. » C'est là l'illustration positive, Dieu s'est reposé.



SEULE L'INCRÉDULIÉ PEUT NOUS EMPÊCHER D'ENTRER DANS LE REPOS

Passons à l'illustration négative: Israël n'est pas entré en Canaan, et a fait demi-tour à Kadès Barnéa. Voici ce que rapporte Hébreux 3: 16-19: « Qui furent, en effet, ceux qui se révoltèrent après l'avoir entendue, sinon tous ceux qui étaient sortis d'Égypte sous la conduite de Moïse? Et contre qui Dieu fut-il irrité pendant quarante ans, sinon contre ceux qui péchaient, et dont les cadavres tombèrent dans le désert? Et à qui jura-t-il qu'ils n'entreraient pas dans son repos, sinon à ceux qui avaient désobéi? Aussi voyons-nous qu'ils ne purent y entrer à cause de leur incrédulité. »

Nous voyons que c'est l'incrédulité seule qui peut nous empêcher d'entrer dans le repos. Mais cela peut s'exprimer de différentes manières.

• Aux versets 3:8-11, c'est formulé comme un coeur dur:

N'endurcissez pas vos coeurs, comme lors de la révolte, Le jour de la tentation dans le désert, Où vos pères me tentèrent, Pour m'éprouver, et ils virent mes oeuvres pendant quarante ans. Aussi je fus irrité contre cette génération, et je dis: Ils ont toujours un coeur qui s'égare. Ils n'ont pas connu mes voies. Je jurai donc dans ma colère: Ils n'entreront pas dans mon repos.

• On trouve l'incrédulité au verset 3:12 comme étant « un coeur mauvais et incrédule. »

« Prenez garde, frère, que quelqu'un de vous n'ait un coeur mauvais et incrédule, au point de se détourner du Dieu vivant. »

• et au verset 3:18: comme étant de la « désobéissance »

« Et à qui jura-t-il qu'ils n'entreraient pas dans son repos, sinon à ceux qui avaient désobéi. »

• Nous retrouvons la même idée de désobéissance au verset 4:6:

« Or, puisqu'il est encore réservé à quelques-uns d'y entrer, et que ceux à qui d'abord la promesse a été faite n'y sont pas entrés à cause de leur désobéissance. »

Mais quelle que soit l'expression utilisée - un coeur dur, un coeur mauvais ou un coeur qui met Dieu à l'épreuve - elle exprime l'incrédulité. Le peuple d'Israël n'a pas pu entrer dans le repos à cause de son incrédulité. Cela est valable pour le chrétien qui n'est pas dans le repos du Seigneur. Puisque c'est une illustration biblique, il faut analyser la question le plus sérieusement possible. C'est ce que nous allons faire.

Le récit d'Israël faisant demi-tour à Kades Barnéa est rapporté en Nombres 13 et 14 et Deutéronome 1: les Israélites veulent envoyer des espions pour parcourir le pays de Canaan. Dix d'entre eux font, à leur retour, un rapport négatif, et deux seulement font un rapport positif. Dans notre épître, nous apprenons qu'Israël n'est pas entré dans le repos pour avoir recouru à des espions. C'est en cela que se situe son incrédulité.

En effet, qui a eu l'idée d'envoyer les espions dans le pays? Voici ce que dit Nombres 13:1-2: « L'Éternel parla à Moïse, et dit: « Envoie des hommes pour explorer le pays de Canaan, que je donne aux enfants d'Israël. Tu enverras un homme de chacune des tribus de leurs pères; tous seront des principaux d'entre eux. »

Si c'était le seul verset sur ce sujet, nous pourrions en conclure que c'était l'idée de Dieu. Mais voici ce que Moïse dit en Deutéronome 1:22: « Vous vous approchâtes tous de moi, et vous dîtes: Envoyons des hommes devant nous, pour explorer le pays, et pour nous faire un rapport sur le chemin par lequel nous y monterons et sur les villes où nous arriverons. Cet avis me parut bon; et je pris douze hommes parmi vous, un homme par tribu. » Nous avons ici un tout autre son de cloche. Moïse dit au peuple: « Rappelez-vous que vous êtes venus vers moi, et m'avez demandé d'envoyer des espions. » Ainsi donc, le peuple veut envoyer des espions, Moïse apprécie le projet et Dieu le permet.



LE RISQUE DES PRIERES EXAUCÉES

Dieu permet parfois certaines choses sur l'insistance des hommes, sans que cela soit Sa parfaite volonté. Par exemple, la nomination de Saül comme Roi. Le peuple désirait un roi, mais ce n'était pas le plan de Dieu (cf. 1 Samuel 8:7). Ce n'était pas non plus dans l'idée de Dieu que Balaam parte avec Balak (cf. Nombres 22:20). Mais Dieu l'a laissé faire. Le divorce n'a jamais été dans la volonté de Dieu, mais Dieu l'a permis à cause de la dureté des coeurs (cf. Matthieu 19:18). Il faut faire bien attention à ce que nous demandons dans la prière. Il se peut que vous l'obteniez. Le Psaume 106:15 nous met en garde: « Il leur accorda ce qu'ils demandaient; Puis il envoya le dépérissement... »

Un exposé plus complet de cette question se trouve dans Romains 1.

Romains 1:24: « C'est pourquoi Dieu les a livrés à l'impureté. »
Romains 1:26: « C'est pourquoi Dieu les a livrés à des passions infâmes.»
Romains 1:28: « Dieu les a livrés à leur sens réprouvé, pour commettre des choses indignes.»

Dieu ne les a pas abandonnés, mais ils ont tellement insisté pour faire le mal que Dieu les a livrés à leurs mauvais penchants, et les a laissé faire.

C'est ce qui se passe dans notre récit à Kades Barnéa. Envoyer des espions n'était pas la volonté de Dieu. En effet, le prophète Ezékiel y fait référence de nombreuses années plus tard:

Ezékiel 20:6 dit: Ce jour-là, je leur ai juré de leur faire quitter le pays d'Egypte pour une contrée que j'avais explorée à leur intention, où ruissellent le lait et le miel, et qui est un joyau entre tous les pays. »

Dieu avait déjà espionné le pays pour eux. Ils n'avaient pas besoin de le faire eux-mêmes. C'est une chose grave et sérieuse que d'envoyer des espions dans un pays que Dieu a déjà espionné. Les Israëlites n'avaient pas besoin de voir de leurs yeux. C'est aussi notre problème, nous devons vivre par la foi et non par la vue. Les espions rapportaient ce qu'ils voyaient. Cela incarne la sagesse humaine, et la marche par la vue. Cela a empêché Israël d'entrer dans le pays promis! Ils ont marché par la vue et non par la foi et ont ainsi raté le repos de Dieu. Des chrétiens, aujourd'hui, ratent le repos du Seigneur parce qu'ils envoient « des espions », ou en écoutent. Parfois même, deviennent-ils eux-mêmes espions! Ce sont des obstacles contre le repos. Nous devons donc faire très attention.

Retournons maintenant à notre illustration, en demandant au Seigneur de nous montrer le danger d'être espion ou d'écouter les espions. Moïse a donc envoyé douze anciens, un par tribu. Ils devaient explorer le pays selon Nombres 13:18-21: « Moïse les envoya pour explorer le pays de Canaan. Il leur dit: Montez ici, par le midi; et vous monterez sur la montagne. Vous verrez le pays, ce qu'il est, et le peuple qui l'habite, s'il est fort ou faible, s'il est en petit ou en grand nombre; ce qu'est le pays où il habite, s'il est bon ou mauvais; ce que sont les villes où il habite, si elles sont ouvertes ou fortifiées; ce qu'est le terrain, s'il est gras ou maigre, s'il y a des arbres ou s'il n'y en a point. Ayez bon courage, et prenez des fruits du pays. C'était le temps des premiers raisins. »

D'après Nombres 13:25, ils ont parcouru le pays pendant 40 jours. Cela correspond au jugement prononcé par la suite. Ils seront condamnés à errer dans le désert pendant quarante ans, une année pour chaque jour d'espionnage. Lorsque les espions sont revenus, ils ont rapporté un très bel échantillon prouvant la richesse du pays selon Nombres 13:23-24: « Ils arrivèrent jusqu'à la vallée d'Eschcol, où ils coupèrent une branche de vigne avec une grappe de raisin, qu'ils portèrent à deux au moyen d'une perche; ils prirent aussi des grenades et des figues. » Il a fallu deux hommes pour porter une grappe de raisin. Voilà à quel point le pays était riche.

Mais dix des espions ont toutefois dressé un mauvais rapport de la mission. Seuls deux des espions Caleb et Josué, furent positifs selon Nombres 13:27-28: « Voici ce qu'ils racontèrent à Moïse: Nous sommes allés dans le pays où tu nous as envoyés. A la vérité, c'est un pays où coulent le lait et le miel, et en voici les fruits. Mais le peuple qui habite ce pays est puissant, les villes sont fortifiées, très grandes; nous y avons vu des enfants d'Anak. Les Amalécites habitent la contrée du midi; les Héthiens, les Jébusiens et les Amoréens habitent la montagne; et les Cananéens habitent près de la mer et le long du Jourdain. Caleb fit taire le peuple, qui murmurait contre Moïse. Il dit: Montons, emparons-nous du pays, nous y serons vainqueurs! Mais les hommes qui y étaient allés avec lui dirent: Nous ne pouvons pas monter contre ce peuple, car il est plus fort que nous. Et ils décrièrent devant les enfants d'Israël le pays qu'ils avaient exploré. Ils dirent: Le pays que nous avons parcouru, pour l'explorer, est un pays qui dévore ses habitants; tous ceux que nous y avons vus sont des hommes d'une haute taille et nous y avons vu les géants, enfants d'Anak, de la race des géants: nous étions à nos yeux et aux leurs comme des sauterelles. »



LE DANGER DE LA VUE NATURELLE

Pourquoi est-il si dangereux d'envoyer des espions? D'abord, cela affaiblit la foi, car nos facultés sont limitées. Après avoir parcouru le pays de long en large, les espions ont dit: « Il est bon. » Selon Deutéronome 1:25: « Ils prirent dans leurs mains des fruits du pays, et nous les présentèrent; ils nous firent un rapport, et dirent: C'est un bon pays, que l'Éternel, notre Dieu, nous donne. »

Malheureusement leurs yeux ont également vu autre chose selon Deutéronome 1:28: « Où monterions-nous? Nos frères nous ont fait perdre courage, en disant: C'est un peuple plus grand et de plus haute taille que nous; ce sont des villes grandes et fortifiées jusqu'au ciel; nous y avons même vu des enfants d'Anak. » En d'autres termes, il y avait des géants dans le pays. Lors de leur exploration, ils ont vu la force de leurs ennemis.

Par rapport à notre sujet sur le repos, nous pourrions dire qu'ils se sont fixés sur les circonstances. Voilà où conduit la vue naturelle. On regarde et on voit la force de l'ennemi. Nombres 13:33-34 dit: « Le pays que nous avons parcouru, pour l'explorer, est un pays qui dévore ses habitants; tous ceux que nous y avons vus sont des hommes d'une haute taille; et nous y avons vu les géants, enfants d'Anak. »

Bien sûr, c'est exact! Les yeux naturels voient les problèmes, les ennemis. Les espions ont vu des habitants vaillants et nombreux, des villes fortifiées. Cela n'encourage guère la foi. Cela s'appelle marcher par la vue et non par la foi. Les problèmes de la société autour de nous pourraient causer le découragement de notre foi. Comment, dans ces conditions, être en repos dans nos coeurs? Nos yeux sont très affûtés lorsqu'il s'agit de voir les circonstances.

Les espions ont perçu, non seulement la force de leurs ennemis, mais ont pris conscience de leur propre faiblesse, en se comparant à eux. Nombres 13:30-33 dit: « Caleb fit taire le peuple, qui murmurait contre Moïse. Il dit: Montons, emparons-nous du pays, nous y serons vainqueurs! Mais les hommes qui y étaient allés avec lui dirent: Nous ne pouvons pas monter contre ce peuple, car il est plus fort que nous. Et ils décrièrent devant les enfants d'Israël le pays qu'ils avaient exploré. Ils dirent: Le pays que nous avons parcouru, pour l'explorer, est un pays qui dévore ses habitants; tous ceux que nous y avons vus sont des hommes d'une haute taille; et nous y avons vu les géants, enfants d'Anak, de la race des géants: nous étions à nos yeux et aux leurs comme des sauterelles. » Nos yeux sont excellents pour discerner les circonstances difficiles et notre propre faiblesse!

On fait parfois ce constat: « Nous sommes faibles. Nous ne disposons pas des moyens nécessaires. Nous sommes insignifiants. Nous ne pouvons rien faire. Les circonstances sont contre nous. » Chers amis en Christ, il ne fait aucun doute que le bras de l'ennemi est fort, et il ne fait aucun doute que notre bras est faible. Mais ce sont là les constatations de notre vue. Cela ne va jamais jusqu'aux bras de notre Seigneur. La vue naturelle ne voit que le bras de l'ennemi. C'est ce que perçoivent les espions: ils ne voient jamais le bras fort et tout puissant du Seigneur. Et comme les espions n'ont pas la capacité de voir le bras du Seigneur, ils ne peuvent marcher par la foi.

Voici ce que dit Deutéronome 1:28: « Où monterions-nous? Nos frères nous ont fait perdre courage, en disant: C'est un peuple plus grand et de plus haute taille que nous; ce sont des villes grandes et fortifiées jusqu'au ciel; nous y avons même vu des enfants d'Anak. »

C'est terrible, car ce sont les anciens d'Israël qui parlent ainsi. Il est lamentable de voir des responsables décourager la foi des autres. Malheureusement cela arrive. Ils voient le bras de l'ennemi, leur propre bras faible, mais non pas le bras du Seigneur. Il est clair que nous allons perdre courage en percevant des circonstances difficiles et notre incapacité à les gérer. Il n'y a alors aucune chance de réussite.

Avez-vous remarqué combien ils ont déconsidéré Dieu en ne prenant pas au sérieux ce que Dieu leur a dit:

Deutéronome 4:20: « Mais vous, l'Eternel vous a pris, et vous a fait sortir de la fournaise de fer de l'Egypte, afin que vous soyez un peuple qui lui appartient en propre, comme vous l'êtes aujourd'hui. »
Deutéronome 4:37-38: « Il a aimé tes pères, et il a choisi leur postérité après eux; il t'a fait lui-même sortir d'Egypte par sa grande puissance; il a chassé devant toi des nations supérieures en nombre et en force, pour te faire entrer dans leur pays, pour t'en donner la possession, comme tu le vois aujourd'hui. » La réaction du peuple ne tarde pas:
Deutéronome 1:26-27: « Mais vous n'avez pas voulu y monter, et vous avez été rebelles à l'ordre de l'Eternel, votre Dieu. Vous murmurâtes dans vos tentes, et vous dîtes: C'est parce que l'Eternel nous hait, qu'il nous a fait sortir du pays d'Egypte, afin de nous livrer entre les mains des Amoréens et de nous détruire. »

Dieu dit qu'il a agi par amour à leur égard. Mais une fois les espions revenus avec leur compte-rendu, le peuple conclut: «Dieu doit nous haïr!» A force de ne voir que les espions, les circonstances et notre faiblesse, on peut finir par croire: « Dieu ne s'intéresse pas à moi. Dieu ne m'aime pas. Il est indifférent à mon sort. Ce n'est qu'un spectateur. Il ne s'implique pas dans ma vie. Il ne voit pas ma situation. Il m'a abandonné! » Ceci est à l'opposé du repos! Tout a échoué parce que les espions ne voyaient que les circonstances, leur propre faiblesse sans compter sur le Seigneur. En conséquence, le peuple a perdu courage pour en arriver à dire: « Dieu nous hait! »

Pourtant, la foi n'est pas aveugle. Caleb et Josué avaient conscience de leur faiblesse et de la force de l'ennemi. Mais ils ont vu également plus loin d'après Nombres 13:30: « Caleb fit taire le peuple, qui murmurait contre Moïse. Il dit: Montons, emparons-nous du pays, nous y serons vainqueurs! »

De leur part, c'est là une parole de foi. Et Nombres 14:6-9 d'ajouter: « Et, parmi ceux qui avaient exploré le pays, Josué, fils de Nun, et Caleb, fils de Jephunné, déchirèrent leurs vêtements, et parlèrent ainsi à toute l'assemblée des enfants d'Israël: Le pays que nous avons parcouru, pour l'explorer, est un pays très bon, excellent. Si l'Eternel nous est favorable, il nous mènera dans ce pays, et nous le donnera: c'est un pays où coulent le lait et le miel. Seulement, ne soyez point rebelles contre l'Eternel, et ne craignez point les gens de ce pays, car ils nous serviront de pâture, ils n'ont plus d'ombrage pour les couvrir, l'Eternel est avec nous, ne les craignez point! » Quel merveilleux encouragement! Quelle belle parole de foi!

Imaginez que quelqu'un vienne vous dire: « Oui, tout va mal! Oui vous êtes faibles! Mais n'oubliez pas le Seigneur. N'oubliez pas tout ce qu'Il peut faire. » C'est ainsi que s'exprime l'auteur de l'épître aux Hébreux: « Ne faites pas ce qu'Israël a fait. Ils ont envoyé des espions. Ils ont parcouru le pays par la vue et non par la foi. » Moïse a ajouté son propre témoignage à celui de Josué et de Caleb en Deutéronome 1:29-31: « Je vous dis: Ne vous épouvantez pas, et n'ayez pas peur d'eux. L'Eternel, votre Dieu, qui marche devant vous, combattra lui-même pour vous, selon tout ce qu'il a fait pour vous sous vos yeux en Egypte, puis au désert, où tu as vu que l'Éternel, ton Dieu, t'a porté comme un homme porte son fils, pendant toute la route que vous avez faite jusqu'à votre arrivée en ce lieu. »



LA GRANDE RESPONSABILITÉ DES BERGERS

Il n'est pas seulement nuisible d'écouter les espions parce qu'ils découragent la foi, mais aussi parce que ce sont généralement des leaders qui font autorité. Les espions envoyés en Canaan n'étaient pas de simples membres du peuple, ils faisaient partie des responsables. Voici ce que dit Nombres 13:2-3: « Envoie des hommes pour explorer le pays de Canaan, que je donne aux enfants d'Israël. Tu enverras un homme de chacune des tribus de leurs pères; tous seront des principaux d'entre eux. Moïse les envoya du désert de Paran, d'après l'ordre de l'Éternel; tous ces hommes étaient chefs des enfants d'Israël. »

Sur le plan naturel, tout cela semble très logique. Ils se sont dit: « Dieu nous a donné une intelligence, alors utilisons-la. Nous devons être sages et trouver la meilleure stratégie pour notre attaque. » Oui, tout cela est de bon sens, c'est de la bonne politique rationnelle et paraît très judicieux. Cependant, Jérémie 23, parle de bergers qui dispersent le troupeau, et qui n'en prennent pas soin et l'apôtre Jacques d'avertir: « Mes frères, qu'il n'y ait pas parmi vous un grand nombre de personnes qui se mettent à enseigner, car vous savez que nous serons jugés plus sévèrement. » (cf. Jacques 3:1)

C'est vraiment une grande responsabilité d'être enseignant. Et c'est regrettable de voir des responsables être cause de découragement, et de perte de foi. Que Dieu fasse miséricorde aux responsables qui n'ont pas compris le message de la grâce de Dieu.

Ces espions étaient en position d'autorité et ils étaient majoritaires. Cela semble incroyable de voir en Nombres 14:10, le peuple d'Israël prendre des pierres pour lapider non pas les dix qui ont fait un mauvais rapport, mais Josué et Caleb. Il semble que le peuple de Dieu se lève toujours contre ceux qui disent: « Regardez Jésus, ne regardez que Lui. » Ce sont eux que le peuple de Dieu veut lapider. Les autres peuvent vivre tranquilles. Mais un jour, ils auront des comptes à rendre! On donne généralement raison à la majorité pensant trouver la sécurité dans la multitude des conseillers. Mais prenons garde aux espions qui marchent par la vue et non par la foi et qui peuvent décourager.



LE DANGER D'AVOIR FOI DANS LA FOI

Examinons encore le passage de Nombres 14 que nous reprendrons dans notre prochaine leçon. Après le désastreux rapport des espions, le peuple reconnaît son erreur et veut prendre une nouvelle initiative. Ils se disent: « OK, regardons à la foi. » Mais il est tout aussi dangereux de compter sur la foi que de s'appesantir sur sa faiblesse. Selon Nombres 14: 39-45: « Moïse rapporta ces choses à tous les enfants d'Israël, et le peuple fut dans une grande désolation. Ils se levèrent de bon matin, et montèrent au sommet de la montagne, en disant: Nous voici! nous monterons au lieu dont a parlé l'Éternel, car nous avons péché. Moïse dit: Pourquoi transgressez-vous l'ordre de l'Éternel? Cela ne réussira point. Ne montez pas! car l'Éternel n'est pas au milieu de vous. Ne vous faites pas battre par vos ennemis. Car les Amalécites et les Cananéens sont là devant vous, et vous tomberez par l'épée. Parce que vous vous êtes détournés de l'Éternel, l'Éternel ne sera point avec vous. Ils s'obstinèrent à monter au sommet de la montagne; mais l'arche de l'alliance et Moïse ne sortirent point du milieu du camp. Alors descendirent les Amalécites et les Cananéens qui habitaient cette montagne; ils les battirent, et les taillèrent en pièces jusqu'à Horma. »

Le pas suivant consiste à dire: « Ok, nous nous sommes trompés. Nous n'aurions pas dû écouter ces dix espions. Nous allons faire confiance à Dieu, nous avons la foi. Peu importe les géants, nous allons entrer dans le pays.» Moïse les avertit: « Mais n'avez-vous pas compris? Le Seigneur n'est pas avec vous. Ce n'est pas votre foi qui fera la différence, c'est le Seigneur. » Maintenant ils avaient foi dans leur foi! Deutéronome 1:43 (Version MRDS) mentionne leur présomption: « Vous avez eu la présomption de gravir la montagne en dépit des ordres du Seigneur. »

C'est comme si le peuple disait: « Nous allons foncer par la foi. Maintenant nous savons quoi faire car tout est un problème de foi. » En réalité, c'est l'objet de la foi qui importe. La foi, en elle-même, n'a pas de valeur. Christ est tout. Et si Christ n'est pas avec vous, vous irez à l'échec. Nous en reparlerons dans notre prochaine leçon, et j'aimerais vous montrer la différence entre la présomption et la foi. Comment faire la différence? La réponse biblique est très claire à ce sujet.

Prions:

Père, nous Te remercions pour ces deux illustrations de Hébreux 3 et 4. Dieu s'est reposé, mais Israël a échoué à cause de son incrédulité. Seigneur enseigne-nous à travers ces exemples ce que signifie: se reposer en Jésus. Délivre-nous complètement des espions sous toutes leurs formes subtiles. Merci Seigneur parce qu'après avoir péché en nous fixant sur le bras fort de notre ennemi, et la faiblesse de notre chair, nous pouvons nous appuyer sur le bras bien plus fort de Dieu. Manifeste cela en nous et délivre-nous de la présomption. Nous Te prions au nom de Jésus. Amen.

Hébreux #10