HEBREUX #36 - INTRODUCTION HEBREUX 12

(Hébreux 11:31)

Par Ed Miller

Bonjour et bienvenue dans notre trente-sixième leçon sur cette merveilleuse épître aux Hébreux.

Alors que nous ouvrons la Parole de Dieu, j'aimerais que nous nous rappelions de ce principe d'étude biblique qui est indispensable. Ce n'est pas un principe qui est simplement utile. Il y a toutes sortes de choses qui sont utiles. Les atlas, les concordances et les commentaires sont tous utiles, mais il n'y a qu'un seul principe indispensable: c'est venir comme un petit enfant devant Dieu et Lui ouvrir votre coeur. Dieu prend plaisir à se révéler. Il a promis que si nous venions comme des petits enfants, Il allait nous révéler ces choses. J'ai trouvé une merveilleuse prière dans Esdras 9:8 qui dit: « Et cependant l'Éternel, notre Dieu, vient de nous faire grâce en nous laissant quelques réchappés et en nous accordant un abri dans son saint lieu, afin d'ouvrir nos yeux et de nous donner un peu de vie au milieu de notre servitude. » N'est-ce pas une merveilleuse prière? Que Dieu puisse nous ouvrir les yeux et nous donner un peu de vie au milieu de notre servitude.

Prions:

Père nous Te remercions à nouveau parce que Tu nous rassembles. Nous Te prions que nous puissions être complètement détachés de tout ce qui pourrait nous distraire de notre Seigneur Jésus. Nous Te prions que nous puissions nous concentrer sur Toi. Merci d'enlever le voile et ouvre nos yeux. Nous savons que lorsque nous voyons Christ, nous sommes transformés à Son image et nous sommes libérés d'une nouvelle façon. Nous Te demandons donc Seigneur de nous donner un peu de vie au milieu de notre servitude, par une nouvelle révélation du Seigneur Jésus. Nous Te remercions d'avance parce que Tu vas nous aider. Nous nous attendons à Toi. Au nom précieux de Jésus. Amen.



RESUME

Je vous ai déjà dit que le chapitre 11 d'Hébreux est une grande transition entre les deux sections du livre d'Hébreux. De nombreuses personnes considèrent les dix premiers chapitres comme étant très « lourds » parce qu'ils comportent beaucoup de doctrines et d'enseignements. Ils présentent le ministère présent de notre Seigneur Jésus dans les cieux. Vous vous rappelez que le verset clé de tout le livre est Hébreux 8:1-2 qui dit: « Le point capital de tout ce qui vient d'être dit, c'est que nous avons un tel souverain sacrificateur, qui s'est assis à la droite du trône de la majesté divine dans les cieux, comme ministre du sanctuaire et du véritable tabernacle, qui a été dressé par le Seigneur et non par un homme. »

Nous avons plusieurs fois insisté sur le fait que c'est terrible lorsque le point principal ne reste pas le point principal. Le point principal est bien mis en avant pour nous. Le point principal n'est pas que Jésus est un Grand Prêtre. Il est un Grand Prêtre, mais ce n'est pas le point principal. Le point principal n'est pas que nous faisons confiance à Jésus. C'est un grand point, mais ce n'est pas le point principal. Le point principal est le suivant: nous avons un tel Grand Prêtre. Nous L'avons. Que nous le servions comme nous devrions Le servir, que nous Lui fassions confiance comme nous le devrions, que nous L'aimions comme nous le devrions, que nous nous soumettions à Lui comme nous le devrions, que nous L'adorions comme nous le devrions, le fait reste que nous l'avons tout de même. Même si nous faisons des erreurs et que nous nous éloignons, nous L'avons tout de même.

C'est le point que Dieu a mis en avant pendant ces huit premiers chapitres. Nous avons un tel Grand Prêtre. Il est maintenant au ciel et le message d'Hébreux répond à la question: « Mais que fait-Il maintenant? » La plupart des chrétiens savent ce qu'Il est venu faire. Il a vécu une vie parfaite. Il est mort d'une mort de substitution, Il a été enseveli, Il est ressuscité et Il est monté au ciel. Nous connaissons l'oeuvre achevée. Nous savons ce qu'Il a fait, mais que fait-Il maintenant et de quelle façon cela affecte-il ma vie? Voilà le sujet d'Hébreux. Jésus a un ministère maintenant dans le ciel. Il n'est pas juste en train d'attendre que sonne l'heure de Son retour. Ce n'est pas ce qu'Il est en train de faire. Il est très occupé en tant que notre Grand Prêtre. Il est notre intercesseur. Il est notre avocat. Il est le médiateur de la Nouvelle Alliance et Il est très actif dans le ciel. Hébreux 9:24 dit: « Car Christ n'est pas entré dans un sanctuaire fait de main d'homme, en imitation du véritable, mais il est entré dans le ciel même, afin de comparaître maintenant pour nous devant la face de Dieu. » Ce qu'Il fait là-haut est pour vous et pour moi. Vous êtes constamment le sujet de son ministère, Il vous sert constamment.

Les dix premiers chapitres développent donc les grandes doctrines, puis nous arrivons aux chapitres 12 à 13 que nous appelons la section pratique. De quelle façon tout ce qui est décrit dans les dix premiers chapitres se manifeste-t-il dans ma vie? Quelle est alors la transition entre la section pratique et la section doctrinale? La réponse est le chapitre 11, qui est le chapitre au sujet de la foi. De quelle façon puis-je prendre ces lourdes doctrines et les rendre réelles dans ma vie? La réponse est par un simple pas de foi. C'est pour cette raison que le chapitre 11 se trouve entre ces deux grandes sections du livre d'Hébreux. Il fait le lien entre la doctrine et la foi. Tout le ministère de Christ devient pratique lorsque nous faisons un simple pas de foi.

Nous avons fait dix-sept leçons sur le chapitre 11 et nous avons terminé cette partie de transition et arrivons maintenant à ce que nous appelons le résultat, le sous-produit de ces grandes doctrines et du ministère présent de Christ. En d'autres termes, si je rentre réellement dans les chapitres 1 à 10, à quoi ressemblera ma vie? La réponse est dans les chapitres 12 et 13. Voilà à quoi votre vie ressemblera. Si vous entrez réellement dans sa Prêtrise, voici à quoi ressemblera votre vie.

Lorsque j'arrive aux chapitres 12 et 13, que je vois certaines de ces choses pratiques et que je regarde dans mon miroir en disant: « Ma vie ne ressemble pas à cela. J'aimerais ressembler aux chapitres 12 et 13, mais ce n'est pas le cas », qu'est-ce que je suis alors supposé faire? Peut-être que vous direz: « Je vais essayer de les faire fonctionner. » Non, cela ne fonctionnera jamais. Les chapitres 12 et 13 sont le fruit des chapitres 1 à 10. Si ce fruit n'est pas dans ma vie, alors j'ai besoin de retourner à nouveau dans les chapitres 1 à 10 pour regarder à nouveau à mon Grand Prêtre. Je vais continuer de regarder à Lui jusqu'à ce que cela se manifeste. Cela ne va pas se passer parce que je suis une certaine discipline spirituelle en commençant à avoir des méditations quotidiennes, en priant davantage ou en jeûnant davantage. Ce n'est pas comme cela que nous devons faire. La bonne façon de faire est de regarder à nouveau à Christ et ensuite Dieu manifestera tout cela dans ma vie.

Très bien, nous en arrivons maintenant au chapitre 12 et ce que j'aimerais faire dans l'introduction à ce merveilleux chapitre, avant de plonger au coeur du chapitre, c'est passer en revue certains points techniques. Les deux premiers versets du chapitre 12 sont si riches, si complets, si remplis d'expressions profondes que certaines personnes ne sont jamais arrivées au verset 12:3. Elles sont comme bloquées dans les versets 12:1-2. Il y a sept merveilleuses expressions dans ces versets et dans cette leçon nous allons en considérer cinq et nous verrons les deux autres une autre fois. J'aimerais donc étudier avec vous ces cinq simples expressions et vous partager ce que je pense être la pensée du Saint-Esprit pour ces expressions.

Hébreux 12:1-2 dit: « Nous donc aussi, puisque nous sommes environnés d'une si grande nuée de témoins, rejetons tout fardeau, et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance dans la course qui nous est ouverte, ayant les regards fixés sur Jésus, l'auteur de la foi, et celui qui la porte à la perfection, qui, en vue de la joie qui lui était réservée, a souffert la croix, méprisé l'ignominie, et s'est assis à la droite du trône de Dieu. » Dans ces deux versets il y a des expressions qui ont comme divisé les enfants de Dieu. Ce que j'aimerais faire, c'est reprendre les éléments de ces versets pour que nous soyons tous sur le même plan, parce que toutes les expressions de ces versets sont une préparation pour les versets 12:3-4. Voici les cinq expressions:

• une si grande nuée de témoins;
• rejetons tout fardeau;
• le péché qui nous enveloppe si facilement;
• ayant les regards fixés sur Jésus;
• l'auteur de la foi, et celui qui la porte à la perfection.



UNE GRANDE NUEE DE TEMOINS

Pour aller au coeur du chapitre 12, considérons pour l'instant ces cinq expressions. La première expression est: « nous sommes environnés d'une si grande nuée de témoins. » Voilà la compréhension populaire de ce passage, qui je pense est en porte à faux avec le contexte et avec ce que Dieu a sur le coeur. Le verset 12:1 introduit merveilleusement bien la vie chrétienne avec l'image de la course athlétique, d'une course à pieds. Vous pouvez voir cela à travers l'expression « courons avec persévérance dans la course qui nous est ouverte. » Comme la vie chrétienne est une course, certaines personnes disent que toutes les images de ce passage sont en lien avec le stade romain. En d'autres termes, ce passage ne fait pas seulement référence à la piste sur laquelle courent les athlètes et où ils font des compétitions, mais il décrit également les gradins sur lesquels les spectateurs sont assis et encouragent les coureurs. Ils disent donc qu'il faut s'imaginer cet amphithéâtre romain avec la piste faisant tout le tour et dans les tribunes il y a cette nuée de témoins, qui sont assis en train d'encourager les athlètes.

La question est donc: qui sont ces témoins? De nombreux commentateurs disent que ce sont des spectateurs célestes. En d'autres termes, ce serait les esprits d'hommes et de femmes qui ont été rendus parfaits. Ce sont ceux qui étaient vivants et qui maintenant sont morts, ce sont nos bien-aimés décédés. Ce sont les saints de tous les âges qui nous ont quittés. Ils sont assis dans les tribunes, et comme c'est maintenant notre tour de courir, ils sont en train de nous regarder courir. Ils sont là-haut assis dans les airs en train de nous encourager. C'est une scène très visuelle pour l'imagination, que ceux qui sont maintenant dans la gloire et qui ont déjà couru la course deviennent maintenant les spectateurs de notre propre course. Vous pouvez donc vous imaginer Abraham assis dans les cieux en train de crier: « Cours mon gars, cours. N'abandonne pas. Tu peux y arriver. Cours. » On peut imaginer Moïse dire: « Ne sois pas découragé. Cours. Dieu va ouvrir une voie devant toi. Il a ouvert la mer rouge. » On peut aussi imaginer Elie dire: « Il y en a sept mille qui n'ont pas courbé le genou. Continue de courir. » Voici ce que certaines personnes pensent au sujet de l'identité de ces témoins.

J'ai un livre dans lequel se trouve un sermon appelé « La galerie. » C'est un sermon basé sur ce verset où l'auteur décrit ces témoins. Il va même plus loin, il dit que ce ne sont pas uniquement les bien-aimés décédés qui nous regardent, mais également les anges dans les cieux et le Seigneur Lui-même qui nous encouragent. Ainsi cette galerie est remplie de personnes qui nous encouragent. Voici un passage de ce sermon: « Je m'arrête. Je suis époustouflé avec la majesté et la joie à la vue de cette scène. Imaginez la galerie du Roi. La galerie des anges. La galerie des prophètes et des apôtres. La galerie des martyrs. La galerie des saints. La galerie de nos amis. La galerie de nos semblables. Oh, la majesté de ce cercle de lumière et d'amour! Il y a des foules et des foules qui sont là. Comment rester debout lorsque l'on observe l'univers? Il y des myriades d'yeux qui nous regardent de là-haut. Il y a des myriades de coeurs qui battent de sympathie pour nous. Comment oserions-nous jamais pécher à nouveau? Comment pourrions-nous jamais à nouveau être découragés? Courons. Courons. Courons. »

Voilà je pense que vous avez saisi la compréhension populaire de cette nuée de témoins. Cela nous introduit bien entendu à la question très intéressante qui est: nos bien-aimés qui nous ont quittés, peuvent-ils voir ce qui se passe ici-bas, alors que nous courons la course? Est-ce que la Bible dit ou enseigne quoi que ce soit à ce sujet? Est-ce qu'ils savent ce qui se passe ici? Est-ce qu'ils nous regardent? Je pense qu'il y a beaucoup de curiosité non biblique au sujet de ceux qui nous ont quittés. Vous savez qu'il existe des témoignages de personnes qui disent être décédées, être allées au ciel puis qui sont revenues à la vie, qui ont ensuite écrit des livres et qui ont donné des témoignages sur ce qu'elles ont vu. Ces personnes parlent souvent de tunnel, de musique et de lumière que l'on aperçoit de l'autre côté où se trouve le Seigneur Jésus. Elles disent qu'elles Le voient avec les marques des clous dans Ses mains et dans Ses pieds.

Pour être honnête avec vous, je suis assez nerveux au sujet de tels témoignages. C'est à cause d'Hébreux 9:27 qui dit: « Et comme il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement. » Il n'est pas question de mourir deux fois mais qu'une seule fois. A part les exceptions que sont la résurrection du Seigneur Jésus, celle du fils de la veuve de Naïn ou encore de Lazare, il est réservé aux hommes de mourir une seule fois. Est-ce que je veux dire que ceux qui disent avoir vécu ces choses mentent? Non, je ne peux pas dire qu'ils mentent, mais je pense que j'ai raison de dire qu'ils se trompent. Comme vous le savez, selon la Bible la mort ce n'est pas lorsque le coeur s'arrête de battre. Ce n'est pas non plus lorsqu'il n'y a plus d'activité dans le cerveau. Jacques nous donne la définition de la mort. Jacques 2:26 dit: « Le corps sans l'esprit est mort. » Lorsque l'esprit quitte le corps alors il est mort. Puis selon un autre passage, lorsque l'esprit quitte le corps il y a alors un grand gouffre et l'on ne peut pas revenir. Je répète, je ne sais pas si ces personnes ont eu des hallucinations, si elles ont rêvé, si elles avaient beaucoup de température et qu'elles ont eu des visions, mais personnellement je ne me fie pas à ces témoignages.

L'idée que ce passage d'Hébreux fasse référence à nos bien-aimés qui nous ont quittés, qui nous voient et qui nous encouragent va à l'encontre de deux réalités. Premièrement, cela va à l'encontre du mot qui est utilisé, parce que nulle part ce mot témoin n'est utilisé dans le sens de spectateur. Ce n'est pas ce que ce mot signifie. Ce mot signifie « ceux qui testifient. » Ces personnes témoignent. En d'autres termes, il y a une nuée de témoins qui nous ont laissé un témoignage. Nous venons juste de lire le chapitre 11 et nous y trouvons là une nuée de témoins. Nous avons vu leur témoignage et c'est cela qui nous encourage. La deuxième chose qui voile l'idée derrière le mot témoin est le contexte du passage. Dans le chapitre 11, nous avons lu au sujet de personnes qui ont fait confiance à Jésus alors qu'elles étaient vivantes. Nous avons lu au sujet de Moïse, d'Hénoc, de Noé, des parents de Moïse, de Sarah, d'Abraham, etc. Nous avons vu leur foi. Tout cela nous encourage parce que nous pouvons courir de la même façon qu'eux ont couru.

Si je tombe raide mort maintenant, j'espère que la façon dont j'ai couru la course puisse encourager mes six enfants, mes dix-neuf petits-enfants et mon arrière petit-enfant. J'espère que le témoignage que je leur laisserai sera un encouragement. Mais je ne pense pas que je passerai mon temps à encourager ma famille à partir du ciel. Je pense que si je suis dans la présence du Seigneur, il est possible que je sois occupé avec quelque chose de mieux que ce qui se passe ici-bas. Je vais être honnête avec vous, si j'avais le choix entre tomber sur ma face pour adorer mon Seigneur Jésus ou vous regarder vous ici-bas, je suis sûr que je ne choisirai pas de vous regarder vous. Je serais vraiment surpris si ma chère mère, qui est maintenant avec le Seigneur depuis vingt-neuf ans, se penchait par-dessus les grilles du ciel en train de crier « Cours, fiston, cours. » Je ne pense pas que les gens là-haut font cela.

Cette nuée de témoins est la nuée de ceux qui ont laissé un témoignage. Il s'agit des saints de l'Ancien Testament, des saints du Nouveau Testament, de nos bien-aimés qui sont partis avant nous, des livres que vous avez dans vos bibliothèques et des chrétiens normaux qui sont partis en laissant un témoignage, et parce qu'il y a une telle nuée de témoignages sur le fait que Dieu est si fidèle et si grand, alors cela devrait nous encourager à penser que nous pouvons courir comme eux ont couru. Si Dieu a eu pitié d'eux, alors Il aura également pitié de nous. S'Il a été patient avec eux, Il sera également patient avec nous. Je crois que c'est cela la nuée de témoins.



REJETER TOUT FARDEAU

Prenons maintenant l'expression « rejetons tout fardeau » du verset 12:1. Le grec fait référence à la longue toge que les gens avaient l'habitude de porter. Je pense que vous avez déjà vu des images des personnes du Nouveau Testament, où l'on voit les gens marcher avec de longues robes qui sont habituellement blanches. C'est ce que ce verset appelle le fardeau. N'oubliez pas que le contexte ici est que la vie chrétienne est une course à pieds. Comment allez-vous vous en sortir dans une course, si vous portez une longue robe? Peut-être avez-vous appris une autre expression dans la Bible, c'est « ceignez vos reins » ensuite vous serez capables de courir un peu. En tous les cas, l'idée ici est que si vous portez une longue robe, alors c'est encombrant pour vous. Il est fort possible que vous trébuchiez sur votre face avant d'avoir fait cinq pas.

L'auteur nous dit donc ici qu'il y a des choses qui empêchent de bien courir. Vous savez qu'un athlète a envie d'être mince et en forme afin de pouvoir courir plus vite. Tout ce qui peut empêcher de faire la course est un fardeau. Je vais vous dire de façon simple ce que c'est, puis vous l'expliciter plus tard. C'est tout ce qui n'est pas Jésus qui peut être un frein et empêcher de courir. Il se peut que mon fardeau soit différent du vôtre et que le vôtre soit différent du mien; ce qui peut être un empêchement pour vous peut ne pas l'être pour moi, et ce qui peut être un empêchement pour moi peut ne pas l'être pour vous, mais nous avons ici un principe général. Cela peut être un encombrement social, un encombrement lié au travail, un encombrement domestique, un encombrement religieux ou un encombrement lié à l'éducation, c'est tout ce qui vous empêche de courir. Dans Philippiens, Paul décrit également la vie chrétienne comme une course à pieds. Il est écrit en Philippiens 3:13 « oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est en avant. » Il s'agit d'oublier quoi? Toutes nos défaites et toutes nos victoires, et tout ce qui empêche de bien courir.

En 1847 un petit livre a été publié par Théodore Monod qui s'appelle « Regarder à Jésus ». C'est un petit livre très riche qui a été puissamment utilisé par Dieu. Voici juste quelques lignes de ce livre:

• Regarder à Jésus et non pas à soi-même;
• Regarder à Jésus et non pas au monde;
• Regarder à Jésus et non pas à Satan;
• Regarder à Jésus et non pas à nos crédos.
• Regarder à Jésus et non pas à nos méditations ou nos prières. Vous voyez il s'agit de détourner nos yeux de tous ces encombrements, même si certains d'entre eux sonnent bien, pourtant ils sont tous un encombrement. Le point important est que tout ce qui capte notre attention en dehors du Seigneur Jésus peut nous encombrer.



L'INCREDULITE, LE PECHE QUI NOUS ENVELOPPE SI FACILEMENT

Prenons maintenant l'expression « le péché qui nous enveloppe si facilement. » D'autres versions disent: « le péché qui nous retient », « le péché qui s'accroche si facilement à nous », « le péché qui nous assiège », « le péché qui nous cerne de tous côtés et nous enlace si facilement. » Lorsque j'étais à l'école biblique, nous avions des sessions de discussions durant desquelles nous nous posions la question: « Quel est le péché qui t'enveloppe? » Dans ces réunions, c'est la convoitise qui était le plus souvent citée. C'était écouter des histoires « croustillantes », avoir des pensées mauvaises et impures, être esclave de la pornographie et tout ce genre de choses. D'autres disaient: « C'est la mondanité. Posséder des choses, acheter des habits, écouter de la musique, avoir de l'argent, des propriétés et des voitures. »

J'ai entendu de nombreuses personnes dire que ce péché qui nous enveloppe est comme l'écharde dans la chair de Paul. Dieu a laissé un blanc afin que nous puissions ensuite remplir le blanc avec notre péché. Certaines personnes diront peut-être: « Mon péché est les ragots. Le mien est l'impatience. Le mien est l'intempérance. Le mien est la difficulté à pardonner. Le mien est la nicotine ou la drogue. Le mien est le trop plein de confiance en moi. » De nombreuses personnes disent que le péché qui nous enveloppe si facilement est particulier à chacun. Mais est-ce que c'est cela que le Saint-Esprit avait à l'esprit dans Hébreux 12:1? Je ne crois pas que le Saint-Esprit fait référence à un péché individuel et personnel avec lequel vous vous battez peut-être. Ce verset suit le chapitre 11 qui est le grand chapitre sur la foi passive et active. Nous avons déjà vu tout cela. Je pense que dans le contexte d'Hébreux le péché qui nous enveloppe, le péché à son apogée, est le même pour chacun d'entre nous. Nous avons tous le même.

Ce péché est l'incrédulité, c'est l'opposé du chapitre 11. Ce qui signifie que vous essayez de courir la course, la vie chrétienne sans mettre votre confiance en Dieu, sans avoir foi dans le Seigneur, sans regarder à Jésus et à ce moment vous êtes faits. A tout moment dans la vie où nous détournons les yeux du Seigneur, nous sommes finis. Chacun d'entre nous avons des fardeaux différents. Nous avons des robes différentes qui nous empêchent d'avancer, mais nous avons tous le même péché qui nous enveloppe et c'est l'incrédulité. Il ne s'agit pas de choses individuelles comme la fainéantise, l'extravagance, la boulimie, l'insensibilité, ou quelque chose comme cela. Il s'agit juste de l'incrédulité.

La grande nuée de témoins est donc composée de ceux qui nous ont précédés et qui nous encouragent à travers leurs exemples. Le fardeau, la robe qui nous empêche d'avancer, est tout ce qui freine la course. Le péché qui nous enveloppe si facilement est toujours le péché d'incrédulité.



DETOURNER NOS REGARDS DES AUTRES CHOSES ET LES FIXER SUR JESUS

Cela nous conduit à notre quatrième expression: « ayant les regards fixés sur Jésus. » Nos mots français ne sont pas aussi précis que ceux de la langue grecque et de nombreuses beautés sont perdues parce que nous ne lisons pas dans la langue originale. Il y a de nombreuses nuances dans le grec. Nos mots français ne sont pas aussi riches que certains des mots grecs. Il y a une grande force dans la langue grecque. Kenneth Wuest a écrit une version du Nouveau Testament où il utilise autant de mots nécessaires en anglais pour retranscrire aussi précisément que possible les mots grecs. Il avait décidé que si cela prenait une phrase, il utilisera une phrase. Si cela prenait un paragraphe, il prendra tout un paragraphe. Si cela prenait une page, pour communiquer la définition d'un seul mot, alors il utilisera toute une page. Voilà l'idée qu'il avait lorsqu'il a écrit sa traduction.

Voici de quelle façon il traduit cette merveilleuse expression. « Ayant les regards fixés sur Jésus » ne retranscrit pas complètement ce que l'auteur avait à l'esprit. Cela ne communique qu'une idée positive qui est « regarder à Jésus. » Mais dans le grec on trouve une notion positive et négative. Notre expression française ne donne qu'une seule facette, le grec a deux faces. Voilà de quelle façon Kenneth Wuest traduit cette expression: « regarder au loin et vers Jésus. » N'est-ce pas une merveilleuse traduction? L'idée derrière est que vous ne pouvez pas vraiment regarder à quelque chose à moins que vous détourniez vos yeux de ce que vous êtes en train de regarder. Pour regarder à Jésus, il me faut détourner les yeux des autres choses que j'étais en train de regarder.

Dans Hébreux 11, Dieu a fait la liste des hommes et des femmes de foi. Nous avons regardé à Abel, à Hénoc, à Abraham, à Jacob, à Joseph et aux autres personnes. Ce sont tous de grandes illustrations. Nous pouvons dire qu'Hébreux 11 est comme une biographie. Est-il bon d'étudier les biographies chrétiennes? La réponse est oui, c'est bon. Mais une fois que vous avez lu cela, vous feriez mieux de détourner vos yeux de cette personne humaine et de les poser sur Jésus. Personnellement, un de mes plus grands hobbies est la lecture des biographies chrétiennes. Dans ma bibliothèque, j'ai plusieurs centaines de biographies chrétiennes. J'aime étudier les biographies. Il est merveilleux d'étudier cela et de voir la foi de ces personnes, mais il faut que j'admette, et mon épouse peut en témoigner, que j'ai fini terriblement exténué par les biographies chrétiennes.

Peut-être que vous vous demanderez: « Mais comment cela est-il possible? » C'est parce que j'ai désiré être les personnes dont j'ai lu les biographies. J'ai essayé de les imiter. Un des hommes qui a eu une grande influence dans ma vie était Frank Sells, qui était un de mes professeurs d'école biblique. J'étais presque en adoration devant lui, à tel point il était devenu important pour moi. L'idée que je veux souligner est qu'il arrive que vous lisiez ces choses et que vous essayez d'être quelqu'un d'autre. Remerciez Dieu pour la nuée de témoins, chacun d'entre nous profite d'une nuée de témoins qui a touché sa vie, mais après avoir regardé à la nuée de témoins, nous devons savoir détourner nos yeux. Louez Dieu pour ces hommes et ces femmes de foi, mais ensuite détournez-vous d'eux. Si je désire courir la course, il faut que je détourne les regards pour regarder vers Jésus.

C'est exactement le point que Paul souligne ici. Nous avons vu toutes ces personnes et maintenant l'auteur nous dit: « Regardez vers Jésus. Arrêtez de regarder à Abraham, Isaac, Jacob, Joseph, Moïse. » Il y a une puissante illustration de cela dans l'Ancien Testament. Jacob désirait tellement avoir la bénédiction. Il croyait qu'à cause de qui il était, c'est-à-dire le cadet de la famille, il était disqualifié en ce qui concerne la bénédiction. La seule façon qu'il a trouvée pour avoir la bénédiction était de devenir son frère. Vous devez vous rappeler la façon dont il a essayé de prendre l'identité de son frère. Il pensait que s'il ressemblait à son frère, s'il agissait comme son frère et s'il sentait comme son frère peut-être qu'il aurait la bénédiction. Dieu a dû l'emmener au moment où il a dû combattre avec Dieu, où il a été abaissé par Dieu qui Lui a demandé son nom. C'est là où Jacob a répondu: « Je suis Jacob. Je suis qui je suis, je suis le trompeur. » Et seulement ensuite Dieu l'a béni.

Vous savez, il n'y a réellement que deux choses que Dieu désire. Il désire être qui Il est et Il désire que vous soyez qui vous êtes. N'essayez pas d'être quelqu'un d'autre, vous êtes si uniques, Dieu aimerait que vous soyez vous et Il aimerait que Lui soit Lui. Ne vous mêlez pas à la trinité. N'essayez pas d'être Dieu, n'essayez pas de faire ce que seul Lui peut faire. Soyez juste qui vous êtes et regardez les bénédictions que Dieu apporte. Par conséquent, nous voulons regarder à certaines de ces merveilleuses biographies puis regarder au loin vers Christ.

En lien avec cela, j'aime le Psaume 25:15 qui dit: « Je tourne constamment les yeux vers l'Éternel, Car il fera sortir mes pieds du filet. » J'aime ce verset parce que c'est un témoignage par rapport au début de ma vie chrétienne. Au le début de ma vie chrétienne, mes yeux étaient sur mes pieds, je regardais comment je pourrais marcher ou courir. Mes yeux étaient sur mes pieds. Je voulais apprendre comment être un chrétien et comment marcher. On m'a dit: « Si tu veux être un bon chrétien, tu dois faire ceci et cela. Tu dois te lever tôt, tu dois rejoindre ceci, tu dois participer à cela, donner ici et avoir la communion avec ceux-ci. » Je regardais à mes pieds. Ensuite je suis passé à quelque chose d'autre dans ma vie appelée « le combat spirituel. » Je pense que cela a détruit de nombreux chrétiens, parce que c'est un reniement du fait que la guerre est terminée. La guerre est terminée, elle ne continue pas. Jésus a déjà gagné la bataille. En tous les cas c'est ce que je faisais. Je regardais à mes pieds, mais un jour Jésus a dit: « Arrête de regarder à tes pieds. » Alors j'ai commencé à regarder au filet. On m'a dit de faire attention à Satan et à la façon dont il pouvait m'attraper. On m'a dit d'étudier ceci et cela. Mais un jour Dieu m'a emmené au Psaume 25:15: « Je tourne constamment les yeux vers l'Éternel, car il fera sortir mes pieds du filet. » Je n'ai pas besoin de regarder à mes pieds, je n'ai pas besoin de regarder au filet. Mes yeux sont continuellement sur le Seigneur, Il fera sortir mes pieds du filet.



L'AUTEUR DE LA FOI ET CELUI QUI LA PORTE A LA PERFECTION

Pour résumer, la nuée de témoins est l'encouragement continu que le peuple de Dieu laisse après avoir couru la course. Le fardeau est tout ce qui vous empêche de courir la course. Le péché qui nous enveloppe si facilement est l'incrédulité. L'expression « regarder à Jésus » est positive et négative. Il s'agit de regarder au loin vers Jésus. Ceci nous amène donc à ce cinquième encouragement, le titre de notre Seigneur Jésus: « l'auteur de la foi, et celui qui la porte à la perfection. » Certaines versions disent: « Jésus est l'auteur et le finisseur de la foi. » De toutes les expressions que nous avons vues dans ces deux versets, cette dernière est de loin la plus importante à comprendre. Cela semble si facile. Jésus est l'auteur de la foi et la mène à la perfection. Mais je peux vous dire que vous pouvez passer à côté de ce que le Saint-Esprit voulait dire par ce merveilleux titre.

Laissez-moi d'abord vous dire ce que cela ne signifie pas, même si de nombreuses personnes le pensent. Certaines personnes disent que cela signifie qu'après toute cette liste que Dieu a donnée au chapitre 11 en commençant par Abel, nous sommes finalement arrivés à l'apogée. Certaines personnes disent: « Vous voulez parler de la foi alors regardons comment Jésus a couru. Il est notre plus grand exemple de la foi. Il n'a pas juste un peu plus de foi que Moïse ou qu'Abraham, qui ont fait des erreurs. Mais Jésus est l'auteur et le finisseur de la foi. Il est tout dans le même panier. Il est le grand exemple de la foi. » C'est pour cela qu'ils disent: « Vous avez vu tous ces exemples, maintenant regardez à Jésus qui est le vrai exemple de quelqu'un qui court par la foi. Il sait tout au sujet de la foi, du début à la fin. Ne regardez pas à Joseph, à Moïse ou a Abraham, mais regardez à Jésus, notre grand exemple de foi. » Le verset 12:2 nous dit qu'Il a fait la course avec beaucoup de succès: « Jésus-Christ, en vue de la joie qui lui était réservée, a souffert la croix, méprisé l'ignominie, et s'est assis à la droite du trône de Dieu. » Ces personnes nous disent donc que nous devons courir avec endurance la course qui est devant nous en regardant à Celui qui a toujours couru de cette façon.

Ayant dit ceci, je suis convaincu que c'est l'exact opposé de ce que le Seigneur veut dire par cette expression. Jésus n'est pas présenté comme le dernier, final, meilleur et parfait exemple de ceux qui courent par la foi. Je ne vais pas développer cela ici, car nous l'avons fait dans notre étude de 2 Corinthiens, mais j'aimerais juste rappeler que le Seigneur Jésus n'est pas l'illustration de Dieu de la façon de courir par la foi. Peut-être me direz-vous: « Mais comment cela se fait-il? Nous sommes supposés vivre par la grâce n'est-ce pas? » Mais Jésus n'a pas vécu de cette façon. La définition même du mot grâce empêche cela, parce que la grâce est une faveur imméritée. La grâce est le bien infiniment immérité qui est donné à quelqu'un qui mérite infiniment le mal. Est-ce que c'est le cas pour Jésus? Est-Il imméritant? C'est l'opposé qui est vrai. Jésus n'a pas couru par la foi, Il est né sous la loi, Il a vécu sous la loi et Il a obéi à Dieu, et Il ne vous appelle pas à vivre de la façon dont Il a vécu. Lui Il l'a fait par obéissance. Il se réjouissait de faire la volonté de Dieu. Il a gagné ce qu'Il a reçu, c'est pour cette raison que nous l'appelons « l'oeuvre achevée. » Pour Lui c'était une oeuvre, pour nous c'est un don.

Ce sont deux choses totalement différentes. Nous, nous recevons tout cela à travers un don, Lui l'a fait par les oeuvres. Le grand exemple de la foi dans le Nouveau Testament est donc l'apôtre Paul et non pas Jésus. Jésus n'est pas un grand exemple, Il est inatteignable selon la façon dont Lui a fait les choses. Paul, lui, a vécu sous la grâce par la foi. La question devant nous est donc: que signifie son titre « l'auteur et le finisseur de la foi? » S'Il n'est pas l'exemple suprême de la foi, qu'est-ce que cela signifie? Laissez-moi vous le dire de cette façon et que Dieu vous fasse grâce de croire cela de tout votre coeur. Il est l'auteur de la foi dans votre vie et Il est le finisseur de la foi dans votre vie. Voilà son titre, Il est Celui qui crée la foi en moi afin que je puisse courir et en vous afin que vous puissiez courir. Il est également Celui qui finit la foi. Peut-être que vous vous demandez: « Mais que se passe-t-il si je perds ma foi? » Vous ne le pouvez pas parce qu'Il est le finisseur de la foi.

Rappelez-vous ce qu'Il a dit à Pierre en Luc 22:31-32: « Simon, Satan vous a réclamés, pour vous cribler comme le froment. Mais j'ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille point; et toi, quand tu seras converti, affermis tes frères. » Est-ce que la foi de Pierre a déraillé? Pas de façon ultime, même si cela a été le cas pendant un moment. Il se peut que nous tombions, mais nous ne tomberons jamais plus bas que les prières de Jésus. Il a prié pour que notre foi ne tombe pas. Vous voyez la raison pour laquelle il est dit « qu'Il a couru en vue de la joie qui lui était réservée, qu'Il a souffert la croix, méprisé l'ignominie, et s'est assis à la droite du trône de Dieu », c'est parce que Dieu termine le cercle qu'Il a commencé dans les chapitres 1 à 10. Il nous parle de notre Grand Prêtre qui est assis dans les cieux. Christ a couru cette course pour devenir l'auteur de notre foi et le finisseur de notre foi. Il s'est assis pour devenir le Grand Prêtre et créer en nous la foi qui peut courir la course.

Ce que je vais dire là embête de nombreux chrétiens, mais la Bible enseigne qu'il n'y a qu'une seule responsabilité chrétienne. Certains disent: « Il y a de nombreuses responsabilités, les responsabilités familiales, les responsabilités dans l'église et les responsabilités financières. » Non! Vous n'avez qu'une responsabilité par rapport à l'Evangile et votre seule responsabilité est de regarder loin de vous et vers Jésus. C'est de cette façon que vous pouvez courir. Peut-être que vous direz: « Mais pourquoi? Pourquoi est-ce que je dois regarder à Jésus? » La réponse est afin qu'Il puisse créer la foi en vous, afin que vous puissiez courir, afin qu'Il puisse perfectionner la foi en vous. Par conséquent, la seule responsabilité pour nous est de regarder loin des autres choses et vers Jésus. Si je fais cela, alors toutes les autres choses prendront naturellement leur place, toutes les autres choses seront automatiques. La vie est intuitive, la vie est automatique. Je n'ai pas besoin d'y travailler. Je n'ai pas besoin de lutter pour cela.

Dans ma bibliothèque j'ai un livre qui a été écrit en 1662. Le titre de ce livre est « Regarder à Jésus » d'Isaac Ambrose. C'est un merveilleux livre. Il fait 695 pages. Tout le sujet est regarder à Jésus. Isaac Ambrose fait ce commentaire et nous allons terminer avec cela: « Nous devons solidement fixer nos yeux sur Jésus, et ne même pas donner le moindre coup d'oeil à tout ce qui est à côté. » N'est-ce pas une merveilleuse expression? Ne donnez pas le moindre coup d'oeil à côté. Regardez juste à Jésus, c'est votre unique responsabilité. Celui qui est au ciel, qui est monté et qui est assis à la droite de Dieu, détient le ministère dont le plaisir est de vous offrir la foi et de perfectionner la foi en vous. Vous allez y arriver, vous allez passer le ruban, vous allez finir la course. Comment est-ce que je peux le savoir? Je le sais parce que Jésus est l'auteur et le finisseur de la foi. J'ai un cher ami, qui est maintenant avec le Seigneur. Il m'a appelé en disant: « J'ai le cancer et je crois que ma foi va défaillir. Pierre a failli, je sais que je vais renier le Seigneur une fois que je ressentirai la douleur. Je ne désire pas faillir. » Je l'ai emmené à ce verset de Hébreux 12:2: « Jésus est l'auteur de la foi et la mène à la perfection. » Son épouse m'a dit qu'il est décédé sachant que le Seigneur mène sa foi à la perfection.

Que le Seigneur nous aide à saisir cela. Je pense que nous devons bien comprendre ces cinq expressions: « une si grande nuée de témoins », « rejetons tout fardeau », « le péché qui nous enveloppe si facilement », « ayant les regards fixés sur Jésus », « l'auteur de la foi, et celui qui la porte à la perfection. » Christ n'est pas votre exemple, Il est votre substitut. Il n'a pas fait les choses en premier afin que vous puissiez les faire ensuite. Il les a faites une fois pour toutes afin que vous n'ayez plus besoin de les faire. Que Dieu puisse imprimer ces choses dans notre coeur. Regardons au Seigneur et ne donnons même pas le moindre coup d'oeil à ce qui est de côté.

Prions: Père, merci tellement, nous Te demandons de manifester ces choses dans notre coeur, prépare-nous maintenant pour cette section pratique, alors que nous commencerons à voir ce que cela signifie que d'être sous l'amour et la correction du Père. Prépare notre coeur pour cela. Nous Te le demandons au nom de Jésus. Amen.

Hébreux #37