HEBREUX #3 - FIN DE L'INTRODUCTION ET AVERTISSEMENTS
Par Ed Miller

Le texte qui suit est la transcription d'un message donné en anglais. La forme orale a été conservée, mais des titres de sections ont été ajoutés pour faciliter la lecture. (NdT)

Bonjour et bienvenue dans notre troisième leçon sur cette merveilleuse épître aux Hébreux.

Prions: Père, nous Te remercions tellement pour Ta parole si précieuse; merci de nous guider alors que nous considérons à nouveau ce merveilleux livre d'Hébreux. Nous prions que Tu ouvres les yeux de notre coeur pour que nous puissions nous focaliser sur notre Seigneur Jésus et saisir ce qu'il y a sur Ton coeur. Merci de nous guider; nous Te remettons cette étude dans le nom merveilleux de notre Seigneur Jésus. Amen.



RESUME

Dans nos deux premières leçons, nous avons commencé à introduire ce merveilleux livre d'Hébreux. Nous continuerons et terminerons l'introduction dans cette troisième leçon. Laissez-moi vous résumer le grand thème du livre. Ce livre est unique, parce que c'est le seul livre dans la Bible, que ce soit dans l'Ancien ou le Nouveau Testament, qui attribue à Jésus le titre de Prêtre. La seule exception est le passage prophétique du Psaume 110:4. Nulle part ailleurs dans la Bible, notre Seigneur Jésus est désigné comme Prêtre. Il n'est pas seulement un Prêtre, Il est également un Grand Prêtre, un Souverain Sacrificateur.

Lorsqu'Il a vécu pendant 3 ans et demi sur la terre dans Son corps, Il n'était pas en train d'accomplir le ministère d'un Prêtre. Il était l'Agneau, Il était le sacrifice. Il est vrai que l'on trouve comme des avant-goûts de Son futur ministère de Prêtre. Il a prié pour Pierre, et Jean 17 est ce que les commentateurs appellent la prière sacerdotale. Mais ce n'est qu'Hébreux qui nous dit très directement que Jésus est un Prêtre. Par conséquent, c'est Hébreux qui nous donne cette grande révélation, qui est la révélation de Jésus en tant que Prêtre.

J'aimerais également vous rappeler qu'Hébreux est comme Romains. C'est un livre fondamental. Romains nous dit tout ce que Jésus a fait dans le passé. Il est venu, Il a vécu, Il est mort et Il est revenu à la vie. Hébreux nous dit ce que Jésus est en train de faire maintenant, dans le ciel. Romains nous dit donc ce que Jésus a fait, puis suivent 8 livres qui sont les épîtres sur l'Eglise. Si j'entre dans ce qu'Il a fait, alors ma vie ressemblera à ces 8 livres. Hébreux est un autre livre fondamental sur ce qu'Il est en train de faire maintenant, et il est également suivi de 8 livres. Si j'entre dans ce qu'Il est en train de faire maintenant, ma vie ressemblera à ces 8 livres qui suivent le livre d'Hébreux. C'est ainsi que Dieu a ordonné ces livres dans Sa providence.

Hébreux est donc un livre fondamental. Hébreux est bien entendu bâti sur l'oeuvre achevée de Christ; c'est pour cela qu'au bout de trois versets, vous lisez que Jésus s'est assis; Il a terminé, Il a achevé Son travail. Tout le livre d'Hébreux est basé sur cette oeuvre achevée. Hébreux 8:1-2 est un de nos passages clés: « Le point capital de tout ce qui vient d'être dit, c'est que nous avons un tel souverain sacrificateur, qui s'est assis à la droite du trône de la majesté divine dans les cieux, comme ministre du sanctuaire et du véritable tabernacle, qui a été dressé par le Seigneur et non par un homme. » Nous avons un tel souverain sacrificateur, et Il sert. Il est en train de faire quelque chose. Un autre passage, qui va dans le même sens, c'est les versets 4:14-15 qui disent: « Ainsi, puisque nous avons un grand souverain sacrificateur qui a traversé les cieux, Jésus, le Fils de Dieu, demeurons fermes dans la foi que nous professons. Car nous n'avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché. »

Le livre d'Hébreux nous parle du ministère présent de notre Seigneur Jésus dans le ciel, en tant que notre Prêtre. Alors que nous avançons, je vais plusieurs fois vous rendre attentifs au fait que c'est lié de façon incroyable avec notre vie chrétienne, parce que comme vous le savez, chaque chrétien est un prêtre. Nous sommes une race de prêtres royaux. De nombreux chrétiens, qui essaient de parler du sacerdoce des croyants, étudient les lévites, et le sacerdoce lévitique. Mais nous ne sommes pas prêtres selon l'ordre des lévites. De la même façon que Jésus était un prêtre selon l'ordre de Melchisédek, notre sacerdoce est également selon l'ordre de Melchisédek. Ainsi nous recevons Sa vie, la vie du ciel en nous.

Si vous étudiez le livre des Actes, vous verrez qu'il n'est pas fait mention de « Missionnaire », à part Jésus. Il est le seul Missionnaire, et nous sommes des canaux missionnaires. Il n'y a pas non plus de serviteur; Il n'y a que Jésus qui soit un serviteur, mais Il vit, en tant que serviteur, à travers nous. Nous sommes Ses canaux pour servir. De la même manière, il n'y a pas d'autre prêtre que Jésus. Et alors qu'Il manifeste Sa vie à travers nous, nous devenons des prêtres. Vous voyez, Il est un intercesseur, cela fait partie de Son sacerdoce, et alors qu'Il se manifeste en nous, nous devenons des intercesseurs. Il est un avocat, Il se lève pour ceux qui sont sous la condamnation, et nous le sommes également lorsqu'Il se manifeste à travers nous. Il est le médiateur de la Nouvelle Alliance, comme nous pouvons l'être à travers Sa vie. Par conséquent nous étudions Son sacerdoce, mais en l'étudiant, nous étudions également le nôtre et la manifestation de Sa vie à travers nous en tant que prêtre. Voilà donc ce qui est unique dans Hébreux.

Notre verset clé, Hébreux 8:1 commence de cette façon: « Le point capital de tout ce qui vient d'être dit, c'est... » Je vous rends attentifs à ce détail, parce que cela apparaît dans le huitième chapitre. Si vous lisez sept chapitres et qu'ensuite on vous dise: « Voici le point principal » et si vous ratez le point principal, alors, c'est votre faute. Pourtant, il y a tant de personnes qui étudient Hébreux et qui ratent le point principal. Le point principal n'est pas que Jésus est un Grand Prêtre. Le point principal n'est pas que Jésus est un Souverain Sacrificateur. Le point principal n'est pas que vous fassiez confiance à Jésus votre Grand Prêtre. Ce n'est pas que vous Lui obéissiez. J'espère que vous Lui obéissez, j'espère que vous Le servez, j'espère que vous L'honorez, mais ce n'est pas le point principal. Le point principal dans Hébreux c'est que nous avons un tel souverain sacrificateur. Vous L'avez. Il se peut que vous ne Le serviez pas comme vous le devriez, mais vous L'avez. Il se peut que vous ne Lui obéissiez pas comme vous le devriez, mais vous L'avez. Il se peut que vous ne compreniez pas Ses façons de faire et les chemins par lesquels Il vous conduit, mais vous L'avez. Et c'est là, toute la force du livre d'Hébreux. Christ est notre Grand Prêtre, dans les lieux célestes et nous L'avons.

A la fin de notre dernière leçon, je vous ai montré que l'auteur d'Hébreux était très brillant. Il a écrit quelques-unes des plus belles pages en grec de toute la Bible. On trouve dans Hébreux, 153 mots du vocabulaire grec, que l'on ne trouve nulle part ailleurs dans la Bible. Il utilise 167 mots que l'apôtre Paul n'a jamais utilisés dans aucune de ses 13 épîtres. Cette personne, assurément, ne manquait pas de vocabulaire. Elle maîtrisait bien la langue grecque. Je vous rends attentifs à ce détail, car cette personne aime à répéter les choses. Si une personne n'est pas limitée dans son vocabulaire, mais veille à répéter les mêmes choses, comme le mot « meilleur » 13 fois, « parfait » 14 fois ou « éternel » 15 fois, alors nous devons faire très attention. Toutes ces répétitions ont pour objectif d'apporter de la stabilité et de l'assurance dans le coeur du croyant.

Souvenez-vous du contexte; ce livre a été écrit entre 2 et 5 ans avant l'an 70 ap. JC. Cela signifie que quelques années plus tard, tout allait être balayé par le général Titus alors qu'il rentrerait dans Jérusalem pour la détruire. Les croyants étaient sur le point de tout perdre. Ils s'inquiétaient donc de tout ce qu'ils allaient perdre, parce qu'ils étaient attachés au sacerdoce, aux sacrifices, à Moïse, au temple et à la loi. Mais l'auteur d'Hébreux leur dit: « Laissez-tomber tout cela. Vous devez fixer vos regards sur Jésus, faire la course et regarder à Lui. Vous L'avez, Lui. La seule chose que vous avez réellement, est quelque chose que vous ne pouvez pas voir. » Ensuite il dit que Dieu va secouer toutes les autres choses, afin qu'ils ne s'attachent qu'à ce qui est solide. Voilà donc l'idée qui est derrière Hébreux.

Comme de nombreux commentateurs de la Bible, nous avons divisé le livre en deux sections. Les versets 1:1-10:21 forment la partie enseignement, c'est la section doctrinale. C'est ce que nous apprenons au sujet de Son ministère de ce qu'Il fait maintenant en tant qu'intercesseur, en tant

qu'avocat et en tant que médiateur. C'est la section d'enseignement. Le passage, comprenant les versets 10:22-13:15, forme la section pratique. Veuillez remarquer les expressions suivantes:

• Verset 10:22: « Approchons-nous avec un coeur sincère. »
• Verset 10:23: « Retenons fermement la profession de notre espérance.
• Verset 10:24: « Veillons les uns sur les autres pour nous exciter à la charité et aux bonnes oeuvres. »

Ensuite vous avez le chapitre 11 qui est une sorte de parenthèse sur la foi puis il revient en disant:

• Verset 12:1: « Rejetons tout fardeau, et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance dans la course qui nous est ouverte. »
• Verset 12:28: « Montrons notre reconnaissance en rendant à Dieu un culte qui lui soit agréable. »
• Verset 13:13: « Sortons donc pour aller à lui, hors du camp, en portant son opprobre. »
• Verset 13:15: « Offrons sans cesse à Dieu un sacrifice de louange. »

Nous sommes donc ici dans la section pratique. Après que nous ayons appris tout ce qu'Il fait, alors approchons-nous, retenons, veillons, rejetons, courons, montrons, sortons et offrons. Nous avons donc appelé une partie « la doctrine » et l'autre « la pratique » mais nous ramenons tout au message du livre. Les versets 1:1-10:21 correspondent à « la vie du ciel. » Et les versets 10:22-13:25 correspondent à « la vie sur la terre. » Et c'est cela le message d'Hébreux, il s'agit de la vie du ciel, pour la vie sur la terre.

Dans cette introduction, j'aimerais attirer votre attention sur une dernière chose. Tous ceux qui ont sérieusement étudié le livre d'Hébreux, attirent notre attention sur un point précis. Les commentateurs diffèrent sur la façon dont ils l'approchent et le développent, mais ils l'ont tous souligné. Vous ne pouvez pas lire Hébreux et ne pas le remarquer. En parcourant les 13 chapitres d'Hébreux, et en considérant le ministère de notre Seigneur Jésus dans les cieux, vous remarquez combien tout est rempli d'avertissements, de sérieux avertissements, et même de très sérieux avertissements. Certains des avertissements les plus forts de la Bible, se trouvent dans le livre d'Hébreux. L'auteur s'attache à développer le thème, puis il donne un sérieux avertissement et retourne à son thème; ensuite, il donne un autre avertissement. Il y six grands avertissements dans Hébreux. En voici les références:

• Versets 2:1-4
• Versets 3:7-19
• Versets 4:11-13
• Versets 5:11-6:20
• Versets 10:26-31
• Versets 12:25-29

En fait, dans un certain sens, tout le livre d'Hébreux est un grand avertissement. En effet, le peuple de Dieu était tenté de s'attacher à ce qui est temporel, aux images, plutôt qu'à Christ, la réalité. Comme je l'ai dit, tout était sur le point d'être balayé. Lorsque nous parcourrons le livre, nous verrons les avertissements de façon individuelle, mais dans cette leçon d'introduction, j'aimerais montrer quelques principes généraux concernant tous les avertissements, et spécialement ceux contenus dans le livre d'Hébreux.



NOUS AVONS BESOIN D'AVERTISSEMENTS

Mon premier principe général, c'est simplement que les avertissements sont nécessaires. Nous avons besoin d'être avertis. J'ai besoin d'être averti et vous avez besoin d'être avertis. L'Eglise a besoin d'être avertie. Que Dieu nous fasse la grâce de ne jamais négliger les avertissements! Certains chrétiens n'aiment pas être avertis. Personnellement, j'ai besoin d'être averti, et je pense que tous les chrétiens ont besoin d'être avertis. Je désire tout spécialement être averti par ceux qui ont un coeur pour Dieu, qui m'aiment et qui s'intéressent à mon âme et à mon union avec le Seigneur. En lien avec cela, j'aime Proverbes 27:6 qui dit: « Les blessures d'un ami prouvent sa fidélité. » Par conséquent nous avons besoin d'être avertis.

Lorsque j'étudie les Ecritures, je suis étonné de voir que souvent, les personnages bibliques ont rencontré des problèmes lorsqu'ils étaient âgés, alors même qu'ils étaient censés en connaître davantage sur Dieu et sur eux-mêmes. Lorsque Salomon était jeune, nous lisons en 1 Roi 3:7: « Maintenant, Éternel mon Dieu, tu as fait régner ton serviteur à la place de David, mon père; et moi je ne suis qu'un jeune homme, je n'ai point d'expérience. » Combien Salomon a manifesté de la sagesse en disant cela. Mais ensuite, étant devenu vieux, il n'a pas écouté les avertissements. Vous connaissez son livre sur l'Ecclésiaste; c'est son mauvais témoignage sur ce qui s'est passé. Qu'est-il arrivé à Salomon à la fin de sa vie? Il s'est passé qu'il ne disait plus: « Je ne suis qu'un jeune homme, je n'ai point d'expérience. » Il pensait, au contraire, qu'avec les années, il connaissait quelque chose. Si un jour, il m'arrive de ne plus me considérer comme un enfant devant le Seigneur, pensant avoir de l'expérience, alors je suis en grand danger.

Elisée a également connu des difficultés lorsqu'il fut un croyant âgé. David a eu son plus grand problème spirituel lorsqu'il fut un croyant âgé. Quand Moïse a-t-il commis le péché qui l'a empêché d'entrer dans le pays promis? Était-ce lorsqu'il était jeune ou vieux? La réponse: c'était à la fin, lorsqu'il était vieux. Nous avons tous besoin d'avertissements, et je crois que les croyants âgés ont besoin d'être avertis plus fortement que les jeunes chrétiens, parce que d'une façon ou d'une autre, nous pensons peut-être que nous sommes arrivés, que nous comprenons, que nous maîtrisons et de ce fait, nous nous confions en nous-mêmes. Par conséquent, les avertissements sont très, très importants. Et, de cette façon, le livre d'Hébreux prend une importance toute particulière parce qu'il est rempli d'avertissements.

Outre ce principe général qui veut que nous ayons tous besoin d'avertissements, laissez-moi vous en indiquer d'autres, qui peuvent être appliqués à tous les avertissements et tout spécialement aux six avertissements qui sont dans Hébreux.



LA FAÇON DONT ON APPROCHE UN SUJET EST AUSSI IMPORTANTE QUE LE SUJET LUI-MEME

Les avertissements dans Hébreux sont très forts, et alors que nous les parcourrons, nous verrons qu'ils sont également très controversés. Les gens aiment les textes d'Hébreux, parce qu'ils leur apportent des munitions pour prouver ceci ou cela. Personnellement, je suis persuadé que notre approche, par rapport à un certain sujet, peut être plus importante que le sujet lui-même. C'est pour cela que j'aimerais commencer, en vous montrant quelle sera notre approche des avertissements dans Hébreux. Parce que l'approche est tout. Je peux gagner une discussion avec mes arguments, mais perdre un frère ou une soeur. Quel est alors le gain?

Voici une autre illustration; par exemple, il peut y avoir une grande controverse à propos de la souveraineté du Seigneur. Cela arrive, parce que certains l'approchent comme étant un grand problème. Ils étudient la Bible pour résoudre le problème de la souveraineté de Dieu. Mais ce n'est pas un problème, c'est la solution à tous les problèmes. Réalisez-vous la différence qu'il y aura si vous approchez la souveraineté de Dieu comme étant la solution au lieu d'un problème? L'un est un endroit où l'on peut se reposer, l'autre vous amènera à vous creuser la tête pour tenter de comprendre des choses qui vous dépassent. Par conséquent la façon dont nous approchons quelque chose est très importante.



LES MOTS SONT UTILISÉS DE DIFFÉRENTES FAÇONS

Laissez-moi vous montrer quatre principes que nous suivrons, alors que nous étudierons ces merveilleux avertissements. Le premier principe, pour une bonne approche, est simplement celui-ci: rappelez-vous que les mots sont utilisés de différentes manières. En d'autres termes, un même mot dans un contexte peut signifier une chose et dans un autre contexte, il peut signifier autre chose. Par exemple, quelqu'un dira que le mot « sel » est mauvais, car Dieu change le pays fertile en pays salé. (cf. Psaume 107:33-34). Mais Jésus dit également que nous sommes le sel de la terre, et ça, c'est bon. Ainsi, les mots peuvent être utilisés de façon différente. Voici un autre exemple: Dieu est comparé à un lion rugissant, mais Satan est aussi comparé à un lion rugissant, car les mêmes mots peuvent être utilisés dans un sens différent. Vous devez donc faire attention à la façon dont la Bible utilise les mots. Dans certains cas, c'est Dieu qui est le semeur et ce qu'Il sème est bon. Dans d'autres cas, c'est Satan qui vient semer; c'est lui qui sème les graines. Quelqu'un dira peut-être que dans la Bible, le levain est mauvais; pourtant, la Bible dit que le Royaume de Dieu est comme du levain et donc parfois, c'est positif.

Il faut que vous examiniez de quelle façon les mots sont utilisés. Il y a de bons bergers et il y a de mauvais bergers. Il y a de bons fruits et de mauvais fruits. Ce n'est pas parce que vous voyez le nombre 7, que c'est le nombre de Dieu, et que cela signifie perfection. Ce n'est pas toujours le cas. Parfois 7 signifie simplement 6 plus 1. Par exemple, il est dit que Job avait 7 fils. Cela ne signifie pas qu'il avait le nombre parfait de fils. Cela signifie simplement qu'il en avait 6 plus 1. Il avait 7 fils. Nous devons donc faire très attention aux mots. Chaque fois que vous voyez le mot rouge dans la Bible, n'en déduisez pas qu'il s'agit du sang de Jésus. Esaïe 1:18 dit: « Si vos péchés sont comme le cramoisi, ils deviendront blancs comme la neige. »

Je vous rends attentifs à cela, car il y a un mot qu'Hébreux utilise d'une façon différente du reste du Nouveau Testament. Je veux parler du mot: salut. Habituellement, lorsque nous pensons au salut, nous pensons à Actes 4:12 qui dit: « Il n'y a de salut en aucun autre; car il n'y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés. » En d'autres termes, le salut signifie que j'ai mis ma confiance en Jésus, en tant que mon Sauveur personnel, et lorsque je mourrai, je n'aurai pas besoin d'aller en enfer. J'ai le salut. Mais le terme salut n'est pas toujours utilisé de la façon dont Luc l'utilise dans Actes.

Dans la Bible, c'est le livre de Romains qui est le grand livre au sujet du salut. Mais Romains divise le salut en plusieurs parties. La première partie de Romains parle du salut passé. Les théologiens appellent cela la justification, c'est le salut de la peine et de la culpabilité du péché. Romains parle ensuite du salut présent, les théologiens l'appellent la sanctification. C'est le salut de la domination et de la puissance du péché. Enfin, Romains nous parle du salut futur, de la glorification. C'est le salut où le péché même n'existe plus.

J'ai lu une belle illustration de cela. C'est une anecdote qui est arrivé à Brooke Foss Westcott. C'était un brillant érudit de la Parole de Dieu, du dix-neuvième siècle. Il a été professeur à l'université de Cambridge, et évêque de Durham. Il est particulièrement connu à cause de sa révision du Nouveau Testament Grec qu'il a mené avec le docteur Fenton John Anthony Hort. On raconte l'histoire d'une jeune fille de l'armée du salut, qui distribuait de la littérature évangélique. Elle rencontra cet homme et lui tendit un trac. Elle ne savait pas qu'il était le fameux docteur Wescott. Tout ce qu'elle savait, c'est qu'elle aimait Jésus et qu'il se pouvait que lui ne Le connaisse pas. Elle lui demanda donc: « Excusez-moi Monsieur, êtes-vous sauvé? » Il répondit: « Pardonnez-moi? » Elle répondit: « Avez-vous le salut? » Voilà la réponse qu'il donna à cette jeune fille de l'armée du salut: « Le salut? Voulez-vous dire: « Sotheis, j'ai été sauvé » ou alors « Sezosmenos, je suis en train d'être sauvé » ou encore « Sozomenos, je serai sauvé »?

Vous pouvez imaginer l'embarras de cette pauvre fille de l'armée du salut; elle désirait simplement témoigner de sa foi. Mais le point important c'est qu'il utilisait ce mot de façon correcte. Le mot salut est utilisé de différentes façons. C'est le même mot pour une chose différente. J'ai entendu des critiques, contre certaines églises, de ce genre: « Tout ce qu'ils enseignent là-bas, c'est le salut. » Disant cela, ces personnes voulaient peut-être dire qu'ils étaient faibles au sujet de la mission, de la victoire en Christ ou au sujet de l'union avec Christ. Dire que tout ce qu'ils prêchent est le salut, est en fait, une contradiction dans les termes, car ce que ces gens veulent dire, c'est que certaines églises ne prêchent probablement pas un plein salut, mais uniquement un petit coin du salut. Car le salut inclut tellement d'autres choses. Ecoutez, alors que je vous cite ces trois passages:

Romains 10:9: « Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton coeur que Dieu l'a ressuscité des morts, tu seras sauvé. Car c'est en croyant du coeur qu'on parvient à la justice, et c'est en confessant de la bouche qu'on parvient au salut. » Cela correspond au salut qui est la justification. Cela signifie que lorsque je mourrai, j'irai au ciel. Jésus m'a sauvé et a lavé mes péchés, j'ai cru en Lui, je suis sauvé.
Romains 5:10: « Car si, lorsque nous étions ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils, bien plus, étant réconciliés, serons-nous sauvés par sa vie. » Mais je pensais que j'étais sauvé? Qu'est-ce que cela veut dire: serons-nous sauvés par sa vie. Il s'agit du salut présent, de la sanctification, de ce qui ce passe maintenant. Connaissez-vous le Major Ian Thomas? Il a écrit un merveilleux livre appelé « La vie de Christ qui sauve. (« The saving life of Christ NdT»). Il a basé son livre sur ce passage particulier « serons-nous sauvés par sa vie. » De nombreuses personnes sont sauvées de leurs péchés, de l'enfer, mais elles n'ont pas appris à être sauvées par Sa vie.
Romains 13:11: « Cela importe d'autant plus que vous savez en quel temps nous sommes: c'est l'heure de vous réveiller enfin du sommeil, car maintenant le salut est plus près de nous que lorsque nous avons cru. » Vous êtes en droit de vous dire: « Quoi? Je pensais que lorsque j'ai cru pour la première fois, j'ai reçu le salut. Comment peut-il être plus proche de moi que lorsque j'ai cru au début? » La réponse est que cela signifie autre chose, c'est en rapport avec ce qui est à venir c'est à dire la glorification, le retour du Seigneur et notre corps glorifié.

Dans chaque cas, il s'agit du salut. J'ai été sauvé, je suis sauvé, je serai sauvé. Ces trois choses sont toutes vraies. Je pense que vous avez bien compris que ce mot est utilisé de façons différentes.

Retournons maintenant à Hébreux. Certaines personnes utilisent le chapitre 6 d'Hébreux pour justifier le fait que les chrétiens puissent perdre leur salut. Avez-vous déjà entendu cela? Vous ne pouvez pas imaginer à quel point les avertissements que l'on trouve dans Hébreux sont devenus des champs de batailles. Il se peut que vous ne soyez pas au courant du langage très fort que l'on trouve dans Hébreux, qui menace les croyants de perdre leurs bénédictions. J'espère que lorsque nous en aurons terminé avec ce livre, vous serez bien plus familiers avec tous ces avertissements, et tout spécialement avec les chapitres 6 et 10. Il y a certaines personnes qui soutiennent une doctrine qu'elles appellent la sécurité éternelle et elles défendront cette doctrine jusqu'à la mort. Ils disent: « Une fois sauvé, toujours sauvé. » Elles disent: « Vous pouvez tomber sur le pont du bateau, mais vous ne pouvez pas tomber du bateau. Une fois que vous avez mis votre confiance dans le Seigneur, vous êtes en sécurité, vous pouvez perdre la communion, mais vous ne pouvez pas perdre la filiation. » Et ils combattront pour cette doctrine.

D'autre part, certains disent: « Soyez prudents, soyez prudents. Vous pouvez perdre le salut; il y a des versets qui avertissent de cela en disant qu'il vous faut persévérer jusqu'à la fin. Mais qu'en est-il, si vous ne persévérez pas jusqu'à la fin, si vous péchez délibérément, et si vous rétrogradez. » Lorsqu'ils voient un chrétien professant qui dit qu'il a été sauvé, mais qui maintenant vit comme un diable, les uns suggèrent qu'il a perdu le salut mais les autres disent qu'en fait, il ne l'a jamais été et que ce n'était qu'une simulation. Ce qui est intéressant, c'est que les textes les plus forts, pour les deux parties, se trouvent dans Hébreux. Les deux parties se basent sur des textes d'Hébreux pour s'affronter.

En tant que personne appelée par le Seigneur à partager Sa parole, il serait déshonnête de ma part de dire: nous allons considérer le livre d'Hébreux, et mettre de côté tous ces merveilleux avertissements que l'on trouve dans le livre d'Hébreux. Je pense que cela serait malhonnête. En tout cas, gardez cela comme un principe, les mots sont utilisés de façons différentes. A la question pouvez-vous perdre votre salut? Il faut répondre: qu'entendez-vous par le mot salut? De quelle façon Hébreux utilise-t-il ce mot? L'auteur d'Hébreux nous met en garde sur le fait que nous pouvons perdre quelque chose, mais de quoi veut-il parler? C'est pour cette raison que nous devons savoir que les mots sont utilisés de façon différente.



UNE IMAGE FORTE ILLUSTRE UN POINT IMPORTANT

Très bien, voici le second principe à utiliser pour approcher ces textes. Les images fortes et les hyperboles sont utilisées par Dieu pour communiquer des points importants. Vous ne devriez pas avoir peur du langage fort, mais plutôt comprendre ce que ce langage veut souligner. Dieu utilise un langage fort à travers toute la Bible. Je vous propose de prendre Jean 15:5-6 comme exemple: « Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire. Si quelqu'un ne demeure pas en moi, il est jeté dehors, comme le sarment, et il sèche; puis on ramasse les sarments, on les jette au feu, et ils brûlent. »

Il s'agit de paroles très fortes. De nombreuses personnes prennent simplement le verset 15:6, et disent: « Vous voyez ce qui vous attend si vous en demeurez pas en Christ. Vous serez rejetés, vous sècherez, on fera de vous un sarment et on vous jettera au feu pour brûler. Vous irez en enfer lorsque vous mourrez. » La question est: « Est-ce de cela dont Jean parle ici? » Nous devons considérer ces paroles dans leur contexte. Ce sont des paroles fortes, mais est-ce que le contexte nous parle du ciel et de l'enfer? Vous direz peut-être: « Il s'agit certainement d'un chrétien, parce qu'avant il demeurait en Christ et maintenant ce n'est plus le cas. Seuls les chrétiens demeurent en Christ. » Oui, c'est vrai, mais le contexte est le fait de porter du fruit. Cela est clair, Jésus dit: « Si vous demeurez en moi, vous porterez du fruit. Si vous ne demeurez pas vous ne porterez pas de fruit. » Le langage fort qui suit l'est par rapport à ce point. En d'autres termes, ce que Jésus dit, c'est: « Si vous ne demeurez pas en Moi, vous êtes inutiles en ce qui concerne le fait de porter du fruit. » Dans ce cas, nous n'avons pas plus de chance de porter du fruit qu'une branche qui a été coupée, qui s'est desséchée et qui est jetée dans le feu. Nous devenons inutiles en ce qui concerne le fait de porter du fruit. C'est un langage fort qu'Il utilise ici, mais il ne dit pas: si vous ne demeurez pas en moi, vous mourrez et vous irez en enfer. Non, Jésus ne dit pas cela ici. Il dit que si vous ne demeurez pas en Lui, il n'y a aucune possibilité de produire du fruit.

Dans Hébreux, vous avez un passage très similaire. Hébreux 6:7-8 dit: « Lorsqu'une terre est abreuvée par la pluie qui tombe souvent sur elle, et qu'elle produit une herbe utile à ceux pour qui elle est cultivée, elle participe à la bénédiction de Dieu; mais, si elle produit des épines et des chardons, elle est réprouvée et près d'être maudite, et on finit par y mettre le feu. » Ici aussi, nous sommes face à un langage très fort. Ce qu'il faut alors se demander, c'est quel point important ce langage fort veut-il souligner? On peut faire beaucoup de tort, et cela est arrivé, en prenant les paroles fortes de Dieu et en les dirigeant sur le mauvais sujet. Nous devons connaître le langage fort de Dieu, mais nous devons également connaître le sujet de Dieu. Un langage fort illustre un sujet fort.

Voici une autre illustration de la même chose à partir du livre de Galates. Galates est le livre qui nous enseigne comment vivre par la grâce. Si vous désirez savoir comment vivre par la grâce, alors il vous faut étudier Galates. Sous la conduite de l'Esprit, Paul, l'auteur nous dit qu'il y a deux façons de vivre. Vous pouvez vivre par la Loi, c'est-à-dire par ce que vous faites ou vous pouvez vivre par la foi, c'est-à-dire par ce que Dieu fait. Vous pouvez vivre à partir de vos propres ressources, ou à partir des ressources de Dieu. Lorsque je mets ma confiance en Ed Miller, je vis par la loi. Lorsque je vis en faisant confiance à Jésus, je vis par la grâce. Si vous vivez par la loi en tant que règle de vie, il y aura des liens dans votre vie. Si vous vivez par la grâce, en tant que règle de vie, alors il y aura des fruits dans votre vie. Voilà le sujet du livre de Galates.

Lorsque Paul a quitté les Galates, ils avaient cessé de mettre leur confiance en eux et avaient mis leur confiance en Jésus. Ils sont passés de la loi à la grâce, en tant que règle de vie. Et ils appliquaient cela de façon merveilleuse. Mais ensuite, quelques judaïsants étant venus, ils les ont influencés en détournant leurs yeux de Christ. Les gens de Galatie ont alors recommencé à mettre leur confiance en eux-mêmes. C'est alors que Paul leur dit: « Après avoir commencé par l'Esprit, voulez-vous maintenant finir par la chair? » Il leur demande pourquoi ils ne continuent pas simplement comme ils ont commencé. Il leur dit: « Vous aviez commencé votre vie chrétienne en regardant à Jésus, vous étiez passés de la loi à la grâce en tant que façon de vivre. Et que se passe-t-il maintenant? Vous êtes retournés à ce que vous aviez abandonné; vous mettez à nouveau votre confiance en vous-mêmes. »

Tel est le langage que Paul utilise pour décrire leur détachement de Christ. Galates 5:4 dit: « Vous êtes séparés de Christ, vous tous qui cherchez la justification dans la loi; vous êtes déchus de la grâce. » Lorsqu'une personne, mal instruite, vient à la Bible, et lit des paroles comme « séparés de Christ » ou « déchus de la grâce » elle risque fort de se méprendre sur ce que Paul voulait dire. Ce verset ne dit pas: « Vous qui avez un jour mis votre confiance en Christ, et qui, de ce fait, avez été unis à Lui, étant devenus membre de Sa famille, maintenant, vous ne faites plus partie de sa famille, vous êtes coupés de Christ, vous ne bénéficiez plus de la grâce et vous irez en enfer lorsque vous mourrez? » Non, Paul n'est pas en train de dire cela. Il dit qu'en retournant à la loi en tant que règle de vie, vous avez quitté la grâce, en tant que règle de vie. Et comme vous ne mettez plus votre confiance en Jésus, en tant que votre règle de vie, vous êtes séparés de Lui, vous êtes séparés de la vie de Christ, de la vie du cep qui coule à travers vous pour produire le fruit.

C'est un langage très fort. Paul dit, en effet, qu'ils sont « séparés de Christ » et « déchus de la grâce. » De nombreuses personnes ont pris ces textes et les ont utilisés pour prouver leur conviction qu'il est possible de perdre son salut. C'est un langage très fort, mais c'est parce qu'il souligne un point important. Quel est ce point important? C'est que nous devons vivre par la grâce, et non par notre vie; nous devons vivre par la vie de Christ. Paul leur dit simplement qu'ils ne doivent pas se séparer de Sa vie sinon, ils ne pourront pas vivre par Lui et produire du fruit. C'est un langage très fort que Paul emploie ici.

Très bien, retournons à Hébreux. Dans le genre « langage fort », Hébreux a aussi de quoi nous choquer. Considérez encore ces paroles fortes que l'on trouve dans Hébreux 6:4-6: « Car il est impossible que ceux qui ont été une fois éclairés, qui ont goûté le don céleste, qui ont eu part au Saint Esprit, qui ont goûté la bonne parole de Dieu et les puissances du siècle à venir, et qui sont tombés, soient encore renouvelés et amenés à la repentance, puisqu'ils crucifient pour leur part le Fils de Dieu et l'exposent à l'ignominie. » Réalisez-vous les dommages que ces versets ont pu faire, lorsqu'on les a sortis de leur contexte. Certaines personnes sont allées vers des chrétiens rétrogrades et en se basant sur cet avertissement, leur ont dit: « Vous êtes tombés loin de Christ. Il est impossible maintenant que vous receviez à nouveau la grâce et le Saint-Esprit, vous ne pouvez plus être renouvelés, sinon vous crucifiez à nouveau le Fils de Dieu. Par conséquent, c'en est fini pour vous. » C'est un langage très fort. Je prie que lorsque nous étudierons cela ensemble, Dieu puisse nous montrer le point très important qu'Il désire souligner ici. Il nous faut savoir de quoi Il parle ici; ensuite, Son langage deviendra tout ce qu'il y a de plus clair.

Voici maintenant ce que l'on trouve dans les versets 10:28-31: « Celui qui a violé la loi de Moïse meurt sans miséricorde, sur la déposition de deux ou de trois témoins; de quel pire châtiment pensez-vous que sera jugé digne celui qui aura foulé aux pieds le Fils de Dieu, qui aura tenu pour profane le sang de l'alliance, par lequel il a été sanctifié, et qui aura outragé l'Esprit de la grâce? Car nous connaissons celui qui a dit: A moi la vengeance, à moi la rétribution! et encore: Le Seigneur jugera son peuple. C'est une chose terrible que de tomber entre les mains du Dieu vivant. » Mes amis, ce passage est très dur! Lorsque vous lisez des versets comme ceux là, vous avez plutôt intérêt à savoir de quoi il parle lorsque l'auteur dit: « Celui qui aura foulé aux pieds le Fils de Dieu » et « qui aura outragé l'Esprit de la grâce » Alors que vous avancez dans le Seigneur, ne soyez pas choqués par les langages forts. Mais demandez au Saint Esprit quel point important ces paroles fortes cherchent à illustrer. Demandez quelle est la grande vérité sous-jacente.

N'appliquez surtout pas ces paroles de travers, sinon Satan viendra vous donner une conviction de péché là où Dieu essaie de vous conforter. Satan aime également vous conforter dans ce que vous faites, là où Dieu vient vous donner une conviction de péché. Par conséquent, nous devons suivre le cheminement du Saint-Esprit pour comprendre Son langage fort.



TENIR COMPTE DU CONTEXTE

Voici maintenant un troisième principe. Non seulement les mots peuvent être utilisés avec des sens différents, et un langage fort illustre un point important, mais étudiez tout dans le contexte. C'est un des principes de base de l'étude de la Bible. Etudiez tout le message du livre. Etudiez le contexte immédiat d'un passage particulier. C'est simplement un bon principe pour l'étude de la Bible. Il est intéressant de voir qu'il y a quelque chose que l'auteur d'Hébreux fait à chaque fois. C'est-à-dire, qu'il donne six avertissements et qu'il fait six fois la même chose: après avoir donné l'avertissement, il l'illustre à partir de l'Ancien Testament et ensuite, il l'applique. La raison pour laquelle c'est important, et pour laquelle j'aime cela, c'est que dans le cas où je rate le point important dans l'avertissement, l'illustration peut m'aider à le trouver. En donnant l'illustration, je peux savoir exactement ce qu'est le point qu'il désire souligner. L'auteur donne l'avertissement, puis il l'illustre et enfin il l'applique. C'est cet ordre que nous suivrons lorsque nous étudierons le livre d'Hébreux.

Laissez-moi juste vous donner les illustrations que l'auteur utilise. Dans le premier avertissement, l'illustration de l'Ancien Testament est l'Ancienne Alliance, le don de la loi. Ceux qui n'ont pas vécu à la hauteur de la loi ont dû en subir les conséquences, ceux qui ne vivent pas à la hauteur de la Nouvelle Alliance en subiront les conséquences. Dans le deuxième avertissement, l'illustration est Israël dans le désert, c'est rater l'entrée dans le pays promis. Vous avez la même idée dans le troisième avertissement, il prend la même illustration, il s'agit encore d'Israël dans le désert. Dans l'avertissement numéro 4, il utilise Abraham comme illustration. L'avertissement commence avec les bébés spirituels. L'auteur leur dit qu'ils devraient en être à la viande mais qu'ils en sont encore au lait. Ils doivent mettre les choses élémentaires de côté, et ensuite il donne un grand avertissement et il utilise Abraham pour illustrer son propos. Dans le cinquième avertissement, l'auteur parle de ceux qui pèchent consciemment et ainsi outragent l'Esprit de grâce, et il utilise un des prophètes et une prophétie en tant qu'illustration. Finalement dans le dernier avertissement, l'auteur parle de choses qui seront ébranlées et inébranlables, et encore une fois il utilise la loi et un prophète en tant qu'illustration.

Considérez Hébreux 12:26-29 qui dit: « ...La voix alors ébranla la terre, et qui maintenant a fait cette promesse: Une fois encore j'ébranlerai non seulement la terre, mais aussi le ciel. Ces mots: Une fois encore, indiquent le changement des choses ébranlées, comme étant faites pour un temps, afin que les choses inébranlables subsistent. C'est pourquoi, recevant un royaume inébranlable, montrons notre reconnaissance en rendant à Dieu un culte qui lui soit agréable, avec piété et avec crainte, car notre Dieu est aussi un feu dévorant. » Est-ce que cela sonne comme une bonne ou une mauvaise nouvelle? Je peux vous dire que je suis vraiment pressé d'arriver à ce passage. Mes amis, le fait que Dieu soit un feu dévorant est probablement la meilleure nouvelle que vous puissiez entendre au sujet du Seigneur. Il ébranle les choses de votre vie qui peuvent être ébranlées, de telle sorte que vous puissiez avoir une fondation solide dans les choses qui ne sont pas ébranlables. C'est incroyable lorsqu'Il vient ébranler les choses. Cela peut faire peur de tomber entre les mains du Dieu vivant, mais Il ébranle les choses de façon délibérée. Tout cela est une bonne nouvelle.

Le point que je veux souligner, et je pense que vous l'avez compris, c'est que vous devez saisir le contexte. Le contexte et le thème d'Hébreux, c'est le ministère présent de Jésus-Christ. Il s'agit du temps présent. Hébreux 3:7 dit: « Aujourd'hui, si vous entendez sa voix. » A travers tout ce livre, l'auteur parle de rentrer dans la Nouvelle Alliance, de vivre dans l'union avec Jésus-Christ et du repos présent. Est-ce que je peux perdre mon salut? Oui, je peux perdre mon salut au temps présent. Oui, je peux rater le fait d'entrer dans le repos. Israël n'a pas perdu son salut, il a été délivré de l'Egypte. Mais le peuple n'est pas entré dans le repos. Tout le livre d'Hébreux est un avertissement au sujet de la possibilité de rater le ministère présent de Jésus Christ. C'est pour cela que le contexte est important. Par conséquent, tous les arguments disant: « On peut perdre son salut » tombent à l'eau. Oui, on peut perdre son salut, mais il s'agit du salut au temps présent, il s'agit du bénéfice du ministère présent du Seigneur Jésus, mais pas le fait d'aller auprès de Jésus lorsque l'on mourra. C'est ce que je vous montrerai lorsque l'on développera le texte.



SIX AVERTISSEMENTS MAIS UN SEUL POINT IMPORTANT

Le dernier principe que j'aimerais souligner, au sujet des avertissements, est le suivant. Je ne l'ai pas vu tout de suite lorsque j'ai commencé l'étude du livre. C'est qu'en réalité, l'auteur ne donne pas six avertissements différents au sujet de six choses différentes, mais il donne six avertissements différents au sujet d'une seule et même chose. L'auteur donne six fois ces avertissements. La première fois, cela ressemble à: « Faites attention, ne vous endormez pas. » Et il termine en disant: « C'est un péché très grave! » Il parle de plus en plus fort. Mais ce qu'il dit c'est: « Attention, le four est chaud. » Voilà comment il commence. Ensuite il dit: « Ne touche pas le four. » Puis il dit: « Enlève tes mains du four. » Enfin il dit: « Ne sois pas si stupide. Le four est chaud. Ne sais-tu pas ce qui va se passer si tu touches le four? » Cela va de plus en plus fort, mais il nous avertit toujours au sujet de la même chose. Tous les avertissements sont en relation avec la même chose. Cela touche à la possibilité de rater le ministère présent de notre Seigneur Jésus Christ. C'est comme cela que nous allons approcher ce livre.

Hébreux est un livre merveilleux. Nous avons besoin d'être avertis. Les mots signifient parfois des choses différentes; nous avons besoin de savoir ce qu'ils signifient. Un langage fort souligne des points importants; nous avons besoin de connaître ces points importants. Les avertissements se trouvent dans un contexte, et nous avons besoin de connaître le contexte de chacun d'entre eux. Et nous avons aussi besoin de savoir quelle illustration illustre tel point. Par conséquent, nous voulons nous attendre à Dieu, pour que nous ne rations pas ce que Dieu désire nous communiquer à travers ce langage si fort, parce qu'il reste la possibilité que certains chrétiens ne rentrent pas dans Son repos. Et s'ils ratent cela, alors ils ne peuvent rien faire.

Prions:

Père, nous Te remercions, pour ce merveilleux livre. Merci pour ces précieux avertissements que Tu as mis dans ce livre. Nous ne désirons pas les négliger, nous ne désirons pas les faire entrer dans notre système de théologie, mais nous désirons savoir ce qu'il y a sur Ton coeur, nous désirons connaître ce contre quoi Tu nous avertis, pourquoi Tu utilises un langage si fort, quel est Ton sujet et comment nous pouvons vivre à la hauteur de ces choses. Alors que nous étudions ce merveilleux livre, enseigne-nous Ta vie, la vie du ciel pour la vie sur la terre. Nous Te le demandons au nom de Jésus. Amen.

Hébreux #4