HEBREUX #24 - LA FOI DE SARAH

(Hébreux 11:11-12)

Par Ed Miller

Le texte qui suit est la transcription d'un message donné en anglais. La forme orale a été conservée, mais des titres de sections ont été ajoutés pour faciliter la lecture. (NdT)

Bonjour et bienvenue dans notre vingt-quatrième leçon sur cette merveilleuse épître aux Hébreux.



RESUME

Dans notre étude d'Hébreux, nous sommes arrivés à Hébreux 11.Si Hébreux 11 est connu pour être le chapitre au sujet de la foi: c'est parce que le Saint-Esprit a sélectionné de nombreux événements et individus de l'Ancien Testament et les a utilisés pour illustrer la simplicité de la foi. En lui-même, Hébreux 11 est probablement le plus grand chapitre sur la foi dans la Bible. Mais dans le livre d'Hébreux, et nous devons étudier cela dans son contexte, ce n'est pas simplement un chapitre au sujet de la foi. Hébreux 11 est un chapitre de transition. En d'autres termes, il fait le lien entre ce qui est avant et ce qui vient après.

Qu'est-ce qui est arrivé avant Hébreux 11? La réponse est Hébreux 1 à 10. Nous avons appelé Hébreux 1 à 10 la doctrine. Ce sont des enseignements, des instructions. Dans Hébreux 1 à 10, nous avons la doctrine que le Dieu-Homme, le Seigneur Jésus, est notre Grand Prêtre selon l'ordre de Melchisédek. Voilà la doctrine. Qu'est-ce qui vient après Hébreux 11? La réponse est Hébreux 12 à 13, le reste du livre. Nous appelons cela la section pratique, le résultat, le fruit. Qu'est-ce qui sera vrai dans ma vie, si je crois réellement que le Dieu-Homme est mon Grand Prêtre selon l'ordre de Melchisédek? La réponse est les chapitres 12 et 13. Comment puis-je alors passer des chapitres 1 à 10 à 12 et 13? La réponse est par la simplicité de la foi. C'est pour cette raison qu'Hébreux 11 est placé entre les deux sections du livre. C'est parce que cela me donne le comment. Le livre d'Hébreux ne me laisse pas tout simplement en train de me gratter la tête, en me disant: « Qui est cet Homme-Dieu? De quelle manière ces deux aspects de Sa personne sont-ils unis ensemble? Quel est Son sacerdoce? Comment est-ce que cela fonctionne? Qui est Melchisédek? » Toutes ces choses sont de la doctrine. Et c'est toujours par la simplicité de la foi que les choses deviennent applicables et pratiques. C'est là où nous sommes arrivés dans ce chapitre de transition.



LA FOI N'EST JAMAIS PLUS FORTE QUE CE EN QUOI NOUS METTONS NOTRE CONFIANCE

Nous avons considéré les illustrations de Dieu une par une, pour nous permettre de voir les aspects variés de la foi qui feront que les doctrines deviendront pratiques. On n'y trouve pas toutes les choses qui concernent le sujet de la foi. Il ne s'y trouve que les illustrations qui nous permettront de bien comprendre la première partie d'Hébreux et de nous conduire dans la seconde partie. Je vous rends attentifs au fait que les illustrations de la foi mentionnées ici, nous ramènent toujours à notre union avec Christ. Je vous rends attentifs à cela parce qu'à la base, la foi doit avoir un objet. La foi n'est jamais plus forte que ce en quoi vous mettez votre confiance. Si vous mettez votre confiance en quelque chose de faible, vous pouvez avoir toute la foi du monde, mais cela ne vous aidera pas. Si je fais quatre-vingt-dix kilogrammes et que je désire marcher sur de la glace qui peut supporter quatre-vingt kilogrammes, toute la foi du monde ne sera pas suffisante pour traverser, à cause de la fragilité de ce en quoi j'ai mis ma confiance.

Puisqu'une petite foi permet de saisir un grand Christ, il ne s'agit pas de savoir combien de foi vous avez, mais en quoi vous mettez votre foi. De nombreux chrétiens sont tombés dans l'erreur qui consiste à mettre leur foi dans leur foi. Ils pensent que c'est en ayant plus de foi ou une foi plus forte qu'ils pourront réussir. Ils prient: « Seigneur donne-moi une foi plus sincère. Augmente ma foi. » Est-ce que vous réalisez que lorsque les disciples ont demandé au Seigneur d'augmenter leur foi, ils ont été presque toujours repris par le Seigneur? Vous n'avez pas besoin de davantage de foi, vous avez simplement besoin du bon objet pour votre foi. J'ai besoin de faire confiance à Jésus et vous avez besoin de mettre votre confiance en Jésus. Plus vos yeux sont sur le Seigneur Jésus, moins vous aurez en réalité besoin de foi.

Voilà où nous sommes arrivés. Pour l'instant nous avons vu cinq illustrations.

Hébreux 11:3: L'illustration de la création.
Hébreux 11:4: L'illustration d'Abel
Hébreux 11:5-6: L'illustration d'Hénoc
Hébreux 11:7: L'illustration de Noé
Hébreux 11:8-19: Deux illustrations d'Abraham

Voilà ce que nous avons vu jusqu'à présent. Nous n'avons pas encore considéré l'illustration de Sara que l'on trouve en Hébreux 11:11-12. Nous l'avons mise de côté parce que Dieu nous donne deux illustrations au sujet d'Abraham, et je désirais d'abord considérer le cas d'Abraham. Mais maintenant nous revenons à Sara. Hébreux 11:11-12 dit: « C'est par la foi que Sara elle-même, malgré son âge avancé, fut rendue capable d'avoir une postérité, parce qu'elle crut à la fidélité de celui qui avait fait la promesse. C'est pourquoi d'un seul homme, déjà usé de corps, naquit une postérité nombreuse comme les étoiles du ciel, comme le sable qui est sur le bord de la mer et qu'on ne peut compter. »

Pour bien saisir ce que le Saint-Esprit désire souligner ici, et pour apprécier Sara et sa confiance dans le Seigneur, laissez-moi mettre en avant les choses auxquelles le Saint-Esprit nous rend attentifs. J'aimerais que vous remarquiez, et ce n'est pas uniquement ici, il y a également un autre endroit, que lorsque Dieu nous rend attentifs à la foi de Sara, c'est en lien avec Abraham. En d'autres termes, il ne s'agit pas de Sara seule. Il s'agit de Sara et d'Abraham. Ce n'est pas le seul endroit dans la Bible où l'on utilise l'illustration de la foi de Sara. En 1 Pierre 3:1-6, nous trouvons une autre illustration de la foi de Sara. En fait dans ce passage, elle est appelée la mère de la foi. Vous savez qu'Abraham est le père de la foi, eh bien Sara est la mère de la foi et nous sommes ses enfants, si nous croyons de la même façon qu'elle l'a fait.

On peut remarquer que dans le récit de 1 Pierre 3, on voit à nouveau que Sara est unie à Abraham. Nous ne pouvons pas comprendre la foi de Sara sans la mettre en lien avec celle d'Abraham. Mais comme nous ne sommes pas dans le livre de 1 Pierre, focalisons-nous sur Hébreux 11. Comme nous l'avons fait pour les autres illustrations, il nous sera utile de nous remémorer l'histoire de Sara dans la Genèse. Ce que j'aimerais donc faire, c'est simplement donner suffisamment d'informations sur l'arrière-plan de cette histoire, afin que le principe que nous en tirerons soit tout à fait clair. Veuillez noter l'expression du verset 11:11: « malgré son âge avancé. » En d'autres termes, Sara était très âgée.

Habituellement les femmes n'aiment pas donner leur âge. Peut-être que vous serez intéressés de savoir que dans votre Bible, la seule femme dont on nous donne l'âge est Sara. Elle est la seule dont nous connaissions l'âge. Selon Genèse 23:1, lorsque Sara est décédée, elle avait cent vingt-sept ans. Elle a donc vécu jusqu'à un âge bien avancé. Abraham a encore vécu trente-huit ans après que sa première femme soit morte. Mais l'âge auquel l'auteur fait référence en Hébreux n'est pas cent vingt-sept ans lorsqu'elle est décédée, mais à celui que l'on trouve en Genèse 17:17. Genèse 17:17 nous dit qu'elle avait quatre-vingt-dix ans lorsqu'elle est tombée enceinte. C'est à cet âge que j'aimerais vous rendre attentifs. C'est à cet âge que fait référence le verset 11:11 lorsqu'il dit: « malgré son âge avancé. »

Combien de femmes de quatre-vingt-dix ans connaissez-vous qui sont enceintes ou sont tombées enceintes? Vous n'en avez probablement jamais rencontrées. En Romains 4, nous trouvons un autre commentaire sur ce sujet. Romains 4:19 dit: « Et, sans faiblir dans la foi, il ne considéra point que son corps était déjà usé, puisqu'il avait près de cent ans, et l'épuisement du sein de Sara. » Ici on nous parle de « l'épuisement du sein de Sara ». Pour comprendre l'illustration de Dieu sur la foi, il faut que vous compreniez que Sara était « deux fois morte ». Ce que je veux dire par cela est que Genèse 11:30 dit: « Sara fut stérile. Elle n'avait pas d'enfant. » Par conséquent, son sein était déjà mort avant de mourir. Son sein était mort parce qu'elle était stérile. En d'autres termes, elle n'était pas capable d'avoir des enfants. Qu'est-ce qui se passe lorsque qu'une femme qui est stérile devient âgée? Elle ne peut pas avoir d'enfant parce qu'elle est stérile et lorsqu'elle devient vieille, elle a encore moins de chance d'en avoir. Dieu est en train de souligner l'absolue impossibilité pour Sara de pouvoir un jour porter du fruit, c'est-à-dire d'avoir des enfants.

Je vous ai dit que dans son illustration de la foi, elle est liée à Abraham. Ce qui est dit d'Abraham est également dit de Sara. Hébreux 11:12 dit: « C'est pourquoi d'un seul homme, déjà usé de corps, naquit une postérité nombreuse comme les étoiles du ciel, comme le sable qui est sur le bord de la mer et qu'on ne peut compter. » Le problème n'est donc pas uniquement que Sara ne peut pas avoir d'enfant, mais Sara a également dépassé l'âge d'avoir des enfants, ainsi que son mari. Tous les deux sont morts par rapport au fait d'avoir des enfants. Abraham avait, à cette époque, cent ans et nous lisons qu'il est déjà usé de corps.

Romains 4 ne parle pas uniquement de l'épuisement du sein de Sara, mais voici à nouveau ce que dit Romains 4:19: « Et, sans faiblir dans la foi, il ne considéra point que son corps était déjà usé, puisqu'il avait près de cent ans, et l'épuisement du sein de Sara. » Abraham fait donc le constat que son corps est usé et que le sein de Sara est épuisé. Il a reçu la promesse qu'il aurait un fils et il s'assoit pour y penser. Et alors qu'il y pense, il se dit: « Il n'y a aucune possibilité. Sara est stérile et âgée, je suis aussi âgé, nous sommes comme morts tous les deux, cela ne peut pas arriver. » Vous devez comprendre cela sinon vous ne pourrez pas comprendre de quelle façon le Saint-Esprit nous rend attentifs à la foi de Sara. Quelle a été la première réponse d'Abraham, lorsqu'il a appris que son épouse de quatre-vingt-dix ans allait être enceinte et qu'il allait être père à cent ans?



RIRE À CAUSE DE LA FOI OU DE L'INCREDULITE

Genèse 17:17 dit: « Et Abraham tomba la face contre terre, et il rit, et il dit en son coeur: Naîtra-t-il un enfant à un centenaire? Et Sara, une femme de quatre-vingt-dix ans, enfantera-t-elle? » Ne lisez pas cela à la légère. Au début, je pensais qu'Abraham a ri parce que c'était trop gros pour le croire et qu'il prenait cette annonce plutôt comme une blague. Mais je ne le crois pas à cause de Romains 4:20 qui dit: « Mais à l'égard de la promesse de Dieu, il ne douta point par incrédulité, mais il fut fortifié par la foi, donnant gloire à Dieu. » Et Romains 4:18 dit aussi: « Espérant contre toute espérance, il crut. » Et comme il est dit qu'il tomba la face contre terre, puis-je vous suggérer qu'il est tombé sur sa face en adoration et a ri. Il a reconnu qu'ils étaient tous les deux comme morts. Il a reconnu l'impossibilité de tout cela, mais lorsqu'il a entendu le Seigneur en parler, il y a cru et il était si reconnaissant envers le Seigneur qu'il y ait cette possibilité, qu'il est tombé sur sa face et a ri.

C'est en contraste par rapport à Sara. Abraham est tombé sur la face en riant, mais quelle a été la réponse de Sara? Voici ce que disent les anges qui viennent visiter Abraham et Sara en Genèse 18:9-15: « Puis ils lui dirent: Où est Sara, ta femme? Il répondit: Elle est là dans la tente. Et il dit: Certainement je reviendrai chez toi l'an prochain, et voici Sara ta femme aura un fils. Et Sara entendait cela à l'entrée de la tente, derrière lui. Or Abraham et Sara étaient des vieillards, fort avancés dans la vie; Sara était hors d'âge. Et Sara rit en elle-même en se disant: Vieille comme je suis, aurais-je encore du plaisir? Et mon seigneur est vieux. Et l'Eternel dit à Abraham: Pourquoi donc Sara a-t-elle ri en se disant: Est-ce que vraiment j'enfanterai, vieille comme je suis? Y a-t-il rien qui soit trop merveilleux pour l'Eternel? A cette saison je reviendrai vers toi l'an prochain, et Sara aura un fils. Et Sara nia disant: Je n'ai pas ri; car elle eut peur. Mais il lui dit: Non, car tu as ri. »

Vous voyez, le rire de Sara était davantage un signe d'incrédulité que d'adoration. Juste en passant, je désirais souligner le fait qu'en 1 Pierre 3:6, il nous est dit que le fait que Sara a appelé Abraham son Seigneur a été mis au crédit de sa foi. Eh bien ce n'est qu'en Genèse 18:12 que nous lisons qu'elle dit cela, et ce qui est merveilleux c'est que l'on trouve cela dans une phrase qui marque son incrédulité. Elle dit: « Vieille comme je suis, aurais-je encore du plaisir? Et mon seigneur est vieux. » Et Dieu met cela au crédit de sa foi. N'est-ce pas incroyable de voir comment Dieu écoute vos paroles et s'il s'y trouve quelque chose qu'Il peut récompenser, Il le fera? Mais c'est un autre sujet.

Abraham a ri, mais il croyait Dieu. Sara, elle, a ri par incrédulité puis l'a nié disant: « Non je n'ai pas ri. » Mais Dieu dit: « Si tu l'as fait. » Cela correspond assez à ce que Luc décrit au sujet de Zacharie le père de Jean Baptiste et Marie la vierge de Nazareth. Les deux ont reçu la visite d'un ange leur annonçant une chose impossible. A Zacharie, on a dit que sa femme déjà âgée allait avoir un enfant. A Marie, on a dit que bien qu'elle soit vierge, elle allait concevoir par la puissance du Saint-Esprit. Ils ont tous les deux réagi de la même façon en disant: « Mais comment est-ce que cela est possible? » Dieu a blâmé Zacharie pour son incrédulité, mais cela a été mis au crédit de la foi de Marie. Ce sont les mêmes paroles parce que Dieu voit le coeur. Abraham a ri et c'est de la foi. Mais Sara a ri et c'est de l'incrédulité. C'est possible parce que Dieu voit le coeur.

Je peux concevoir qu'au niveau terrestre, c'est une situation dont on peut rire. Toute cette idée peut faire rire. Du fruit venant du sein d'une femme stérile et âgée et d'un homme qui a déjà cent ans, ce n'est pas possible. En Genèse 18:10 il est dit: « Je reviendrai vers toi à cette même époque; et voici, Sara, ta femme, aura un fils. » Vous voyez, Dieu promet de revenir lorsque le bébé sera né. Hébreux 11:11 dit: « C'est par la foi que Sara elle-même, malgré son âge avancé, fut rendue capable d'avoir une postérité. » Cela est au début et Genèse 18:10 dit que Dieu ne lui a pas uniquement donné la puissance pour concevoir, mais qu'Il se manifestera également pour l'accouchement, et j'ai trouvé que cela était vraiment une précieuse vérité et une merveilleuse promesse. Dans le récit de la Genèse, nous n'avons aucun signe qui montre que Dieu est revenu lorsque l'enfant de la promesse est né. Mais nous savons qu'Il l'a fait. Je trouve que c'est une merveilleuse parole à partager avec quelqu'un qui attend un enfant. Dieu est celui qui permet de devenir enceinte et Il dit qu'Il sera également là pour l'accouchement.

Mais cela n'est pas le principe que nous aimerions illustrer. Cela illustre sûrement le fait que Dieu est l'alpha et l'oméga, le début et la fin, le premier et le dernier, l'auteur de la foi et le consommateur de la foi, et qu'Il est Celui qui a commencé une bonne oeuvre et qui l'achèvera. Ceci dit, vous connaissez la fin de l'histoire. Genèse 21:1-2 dit: « L'Eternel se souvint de ce qu'il avait dit à Sara, et l'Eternel accomplit pour Sara ce qu'il avait promis. Sara devint enceinte, et elle enfanta un fils à Abraham dans sa vieillesse, au temps fixé dont Dieu lui avait parlé. » Genèse 21:6-7 dit: « Et Sara dit: Dieu m'a fait un sujet de rire; quiconque l'apprendra rira de moi. Elle ajouta: Qui aurait dit à Abraham: Sara allaitera des enfants? Cependant je lui ai enfanté un fils dans sa vieillesse. » Vous voyez ce qui arrive? Dieu a changé le rire d'incrédulité en rire de la foi. Est-ce que vous savez ce que signifie le nom d'Isaac? Isaac signifie « il rit. » Il n'est pas surprenant pour moi que celle qui a eu un rire d'incrédulité puisse dire: « J'ai un grand nom pour mon enfant. Appelons-le « il rit » parce que ce n'est que par la puissance de Dieu qu'il peut y avoir le rire de la foi. » C'est comme cela que leur fils a été appelé « il rit. »

Voilà pour ce qui est des faits. Retournons maintenant à notre passage d'Hébreux 11:11-12: « C'est par la foi que Sara elle-même, malgré son âge avancé, fut rendue capable d'avoir une postérité, parce qu'elle crut à la fidélité de celui qui avait fait la promesse. C'est pourquoi d'un seul homme, déjà usé de corps, naquit une postérité nombreuse comme les étoiles du ciel, comme le sable qui est sur le bord de la mer et qu'on ne peut compter. » Au niveau terrestre, la manifestation de la foi de Sara et d'Abraham, peu importe à quel point tout cela peut sembler risible et absurde, comporte un moment où Abraham et Sara se sont mis ensemble pour avoir des relations intimes. Je ne vais pas insister là-dessus parce que c'est délicat d'en parler, mais vous pouvez tous voir comment à la fin, la foi est fonction de la volonté. Cela dépasse l'intellect et peu importe à quel point cela vous fait rire et même si vous doutez, le vieil homme et la vieille femme ont dû avoir suffisamment de foi pour s'unir dans une union intime pour concevoir un enfant.



DIEU PRODUIT DU FRUIT LORSQUE LA NATURE EN EST INCAPABLE

Mais le fait que la foi est un problème lié à la volonté n'est pas le point que le Saint-Esprit souligne ici. C'est vrai, mais ce n'est pas le sujet ici. Laissez-moi donc vous le donner. Le point mis en avant ici, selon le verset 11:11 est de faire confiance au Dieu qui est fidèle pour produire du fruit lorsque la nature ne peut rien faire. Voici comment c'est le cas ici. Sara et Abraham devaient faire confiance à Dieu pour qu'Il puisse produire du fruit là où la nature ne pouvait rien faire. Isaac est l'illustration de Dieu du fruit surnaturel.

Comment puis-je produire du fruit? Voilà la question, voilà le problème. Vous vous rappelez que lorsque Sara était stérile, elle a essayé de tomber enceinte. Elle a essayé d'avoir des enfants. Elle n'a pas accepté le fait d'être stérile. Lorsque cela n'a pas réussi, elle a essayé à nouveau et à nouveau et à nouveau. Elle a essayé de produire du fruit à travers Agar sa servante. Vous connaissez la triste histoire. Hébreux 11 commence après que son « sein soit épuisé », lorsqu'il était mort. Sara a dû un jour cesser d'essayer de produire du fruit avec un sein mort, et chaque chrétien doit aussi un jour abandonner l'idée de produire du fruit pour Dieu.

Laissez-moi essayer de vous expliquer cela en termes de réalité spirituelle et tout cela sera probablement plus clair. Voilà la réalité, chaque chrétien et cela sans exception, les jeunes, les vieux, les matures, les immatures, ceux qui recherchent le Seigneur et ceux qui sont rétrogrades, chaque chrétien a « un sein stérile. » Il n'y a pas un seul chrétien sur la planète qui puisse produire du fruit pour Dieu. Nous avons besoin de comprendre cela. Souvent lorsque les chrétiens demandent: « Avez-vous eu du fruit? », ce dont ils parlent est « gagner des âmes », la mission, l'évangélisation ou le fait de conduire quelqu'un à la foi en Jésus-Christ qui sauve.

C'est bien plus grand que cela. Le fruit peut inclure le fait de gagner des âmes. Ceci dit, il est intéressant de voir que dans le Nouveau Testament, ce n'est jamais le cas, à part peut-être dans un cas qui peut faire supposer cela dans Jean 4, où Jésus parle des champs qui blanchissent. Mais à part ce cas, je ne peux trouver d'autres passages. Lorsque l'on parle de fruit, on parle de caractère, de vertus et de manifestation du Seigneur Jésus, comme en Galates 5:22-23 qui dit: « Mais le fruit de l'Esprit, c'est l'amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la fidélité, la douceur, la maîtrise de soi, la loi n'est pas contre ces choses. » Voilà ce que je veux dire lorsque je parle de fruit.

Quelle est la possibilité pour moi en tant que chrétien d'aimer? La réponse est aucune, parce que je suis stérile. Quelle est la possibilité pour moi en tant que chrétien d'exercer la patience? La réponse est aucune, je suis stérile. Et ce qui est vrai de la patience est également vrai de la joie, de la paix, de la bonté, de la bienveillance, de la fidélité, de la douceur et de la maîtrise de soi. Selon les récits bibliques, lorsque Sara était stérile, elle n'avait pas la foi. Elle a essayé, essayé, essayé pour que son sein puisse concevoir un enfant. C'est pitoyable de voir des chrétiens lutter et lutter pour essayer de vivre la vie chrétienne, sans jamais reconnaître le fait qu'ils sont stériles et qu'ils ne sont donc pas capables de produire du fruit. Il est presque impossible de les convaincre qu'ils sont stériles.



LA CHAIR NE PEUT PAS ETRE AMELIOREE

Les chrétiens se fâchent avec eux-mêmes chaque fois qu'ils ratent et ils disent: « Oh, non, j'ai encore raté. J'aurais tant désiré réussir. J'ai essayé si fort de pardonner. J'ai essayé si fort d'être patient et d'abandonner le péché, mais je n'ai pas réussi. » Avez-vous déjà essayé de faire cela? C'est impossible. Je ne peux pas arrêter d'être jaloux, envieux, etc. Jean 3:6 dit: « Ce qui est né de la chair est chair. » Cela sera toujours la chair et Jésus n'est pas venu pour améliorer la chair. Il n'est pas venu pour me changer. Je ne peux pas être changé et vous ne pouvez pas être changés. Peu importe à quel point nous aimons chanter ce refrain: « Change-moi Seigneur », cela n'arrivera pas. Votre changement viendra, mais ce sera à la résurrection. Dieu ne vous changera pas et c'est pour cela que le message de la vie chrétienne n'est pas un changement, mais un échange. C'est Sa vie contre la mienne, Sa vie à la place de la mienne. Ce n'est pas ma vie qui est améliorée et qui va mieux, car je suis stérile et je ne peux pas m'améliorer.



DIEU NE NOUS AIDE PAS, IL EST NOTRE AIDE

Il y a tant de personnes qui font comme Sara qui, lorsqu'elle a vu qu'elle était stérile, a essayé de trouver une parade au problème de sa stérilité. Elle a essayé d'aider Dieu. Les chrétiens font pareil, ils demandent à Dieu de les aider. Mais Dieu ne va pas vous aider. Il est votre aide! Ce n'est pas la même chose. Dieu ne va pas vous aider à avoir plus de patience. Les chrétiens prient comme cela: « Seigneur donne-moi un peu plus de patience. Je n'en avais pas assez la semaine dernière, j'en ai besoin de plus cette semaine. » Cela ne va pas se passer comme cela. Ce que Dieu a fait avec Sara, c'est qu'Il a attendu qu'elle ait quatre-vingt-dix ans et qu'elle réalise finalement que son sein stérile est également maintenant mort, et qu'elle ne pourra pas avoir d'enfant parce qu'elle est trop âgée. Elle n'a pas réalisé qu'elle ne pouvait pas porter du fruit lorsqu'elle était stérile, par conséquent Dieu a dû attendre jusqu'à ce qu'elle devienne vieille et faible et qu'elle arrive finalement à la place où elle dit: « Je sais que je ne peux pas produire du fruit. »

C'est un glorieux moment pour Dieu d'emmener quelqu'un à voir finalement que « son sein stérile est mort. » Aussi longtemps que vous pensez que votre sein peut produire quelque chose, vous allez essayer et essayer et essayer. Et vous continuerez d'échouer, de rater. Mais par la grâce de Dieu, un jour viendra où vous direz: « Non seulement mon sein est stérile, mais il est également vieux. Cela n'a jamais marché et cela ne marchera jamais. » Selon Hébreux 11:11, la foi de Sara a commencé lorsque malgré son âge avancé, elle fut rendue capable d'avoir une postérité, parce qu'elle crut à la fidélité de celui qui avait fait la promesse. C'est à ce moment qu'elle a ri à la suggestion que le Seigneur avait faite et a dit: « Ce n'est pas possible. Ma capacité pour concevoir, ma capacité pour devenir enceinte, ma capacité pour produire du fruit, ma capacité pour recevoir la semence de la vie est passée. Je n'ai plus qu'une seule espérance maintenant. C'est un Dieu fidèle qui peut produire du fruit dans un sein stérile qui est maintenant mort. » Et maintenant Dieu dit qu'Il peut finalement commencer à faire quelque chose.



TOUT CE QUE DIEU ME COMMANDE DE FAIRE EST IMPOSSIBLE

Vous voyez, il n'y a finalement plus de lutte chez Sara pour essayer de vivre la vie chrétienne. Sara est maintenant l'image de quelqu'un qui a décidé d'arrêter d'essayer. C'est un glorieux jour pour un chrétien de venir à la place où il admet qu'il ne peut pas vivre la vie chrétienne. Quel merveilleux moment où le chrétien accepte qu'il ne peut pas aimer. Dieu m'a appelé à aimer Lillian. Qu'y a-t-il de plus naturel que d'aimer cette merveilleuse femme? Je ne peux pas l'aimer comme Christ a aimé l'Eglise, alors comment vais-je pouvoir aimer mes ennemis et prier pour ceux qui me persécutent? Je ne peux pas tendre l'autre joue. Je ne peux pas faire un second mile. Je ne peux pas regarder comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles je peux être exposé. Je ne peux pas rendre grâce en toutes choses. Ce n'est pas possible. Tout ce que Dieu me commande de faire est impossible. Jésus dit: « Etends ta main sèche. Mais c'est impossible, ma main est sèche. » Jésus dit: « Prends ton lit et marche. Mais c'est impossible, je suis paralysé. » Jésus dit: « Petite fille lève-toi. C'est impossible, je suis morte. » Jésus dit: « Lazare, sors. Mais c'est impossible je suis mort en train de pourrir derrière cette pierre et comme Marthe l'a dit, cela sent déjà mauvais. »

A cause de mon sein « qui est mort », je ne suis même pas capable d'aimer ma famille comme Dieu s'attend à ce que je l'aime. Je ne peux rien produire. Ainsi Sara est finalement arrivée à la place au-delà du sein épuisé, jusqu'au sein mort où il était risible de penser qu'il pouvait en sortir quelque chose et maintenant par la foi, elle va être capable de produire du fruit. Je ne peux pas dire suffisamment que tous les chrétiens doivent réaliser qu'ils sont stériles. Il faut qu'il y ait un moment où les chrétiens arrêtent de croire que s'ils essaient davantage, s'ils prient davantage, s'ils jeûnent davantage, s'ils se lèvent plus tôt, s'ils lisent toute la Bible en un an, s'ils vont à l'église, s'ils ont des moments de méditation, s'ils participent au repas du Seigneur, s'ils servent les autres, alors cela les aidera à ne plus être stériles.

La réalité c'est que vous ne pouvez pas venir en aide à votre sein stérile et mort. Mais maintenant Sara est arrivée au-delà de cela, elle a accepté qu'elle ne pouvait rien faire, et elle a appris à demeurer en Christ comme il est écrit en Jean 15:4-5: « Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s'il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi. Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire. » Pourquoi continuons-nous à lutter avec cela? Pourquoi ne pouvons-nous pas simplement le croire? Nous ne pouvons rien faire en dehors de Christ.

D'après Hébreux 11, Dieu avait une promesse à donner à Sara et elle crut à la fidélité de celui qui avait fait la promesse. Voilà la vérité qui nous est rapportée en Romains 7:4 qui dit: « De même, mes frères, vous aussi vous avez été, par le corps de Christ, mis à mort en ce qui concerne la loi, pour que vous apparteniez à un autre, à celui qui est ressuscité des morts, afin que nous portions des fruits pour Dieu. » Voilà le message de la foi de Sara.

Laissez-moi vous donner ce test objectif. Si vous considérez votre vie chrétienne jusqu'à présent, avez-vous déjà été déçus par votre vie chrétienne? Vous êtes-vous déjà sentis mal parce que vous avez raté et avez-vous déjà souhaité avoir une nouvelle opportunité pour essayer de faire les choses d'une autre manière? Si vous répondez: « oui », alors c'est le signe que vous n'avez pas encore compris l'évangile du « sein stérile. » Parce que si vous avez été déçus, cela montre que vous vous attendiez à réussir, cela montre que vous aviez une espérance, et si vous avez la moindre espérance que votre « sein stérile » puisse produire quelque chose, c'est que vous n'avez pas reconnu qu'il est stérile. Chaque fois que vous êtes déçus par votre vie chrétienne, vous êtes en train de dire: « J'attendais mieux de moi. Je m'attendais à pouvoir faire mieux que cela. » Mais vous ne pouvez pas mieux faire et si c'était à refaire, vous rateriez à nouveau.



DIEU DONNE LE COMMANDEMENT ET LA PROVISION POUR L'ACCOMPLIR

Ceux qui ont compris l'Evangile ne sont pas déçus par leur vie. En fait lorsqu'ils ratent, ils se réjouissent, ils tombent sur leur face comme Abraham l'a fait en adoration, ils louent Dieu et rient et ils disent: « Comme j'ai été stupide de penser que je pouvais le faire. Comme c'est stupide de ma part de penser que je pouvais être patient, gentil, compatissant et que je pouvais être le mari que Dieu voulait que je sois quand Il m'a créé. C'est stupide. » Mais il y a un Dieu qui a promis qu'Il allait me donner la capacité de concevoir. Est-ce que cela signifie que je ne peux pas aimer mon épouse Lillian comme Christ a aimé l'Eglise? Si je le peux, parce que pour toutes les choses qu'Il commande, Il donne également les provisions pour les accomplir. Tous les commandements sont également des promesses. Toutes les choses que Dieu commande sont également accompagnées des capacités pour les appliquer par la puissance du Saint-Esprit qui vit dans ma vie, c'est la vie de Dieu. Tout comme celui de Sara mon sein stérile est mort, il ne peut rien concevoir.



LA VIE CHRETIENNE EST UN MARIAGE, PAS UN ENTERREMENT

Est-ce que vous vous rappelez lorsque les disciples de Jean sont venus vers Jésus en disant: « Pourquoi jeûnons-nous souvent alors que tes disciples ne jeûnent pas? » Est-ce que vous vous rappelez la réponse que Jésus a donnée? Il a dit: « C'est parce que la vie chrétienne est un mariage, pas un enterrement. » Voilà quelle a été sa réponse. Il a dit: « Ils ont l'époux. Mais le jour viendra où l'époux sera enlevé et ensuite ils pourront être tristes. » (cf. Matthieu 9:14-15) La raison pour laquelle les chrétiens sont attristés de nos jours, est qu'ils ne vivent pas un mariage avec le Seigneur Jésus. Sara, pour sa part, a reçu les capacités pour concevoir.

Pour terminer l'histoire de Sara laissez-moi citer deux versets d'Esaïe et un d'Osée:

Esaïe 54:1: « Réjouis-toi, stérile, toi qui n'enfantes plus! Fais éclater ton allégresse et ta joie, toi qui n'as plus de douleurs! Car les fils de la délaissée seront plus nombreux que les fils de celle qui est mariée, dit l'Eternel. »
Esaïe 54:5: « Car ton créateur est ton époux: l'Eternel des armées est son nom; et ton rédempteur est le Saint d'Israël: il se nomme Dieu de toute la terre. »
Osée 14:8: « C'est de moi que tu recevras ton fruit. »

Voilà pour ce qui concerne l'illustration de Sara. Je vous propose maintenant de prendre la prochaine illustration même si nous ne pourrons que la commencer et que nous devrons la terminer dans notre prochaine leçon.



LA FOI D'ISAAC

Hébreux 11:20 dit: « C'est par la foi qu'Isaac bénit Jacob et Ésaü, en vue des choses à venir. » C'est le seul verset au sujet de la foi d'Isaac. Tous ceux qui connaissent le récit de la Genèse concernant Isaac, se grattent la tête et se demandent: « Mais de quoi est-il en train de parler? » lorsque l'auteur du livre d'Hébreux dit: « C'est par la foi qu'Isaac bénit Jacob et Ésaü, en vue des choses à venir. » On a envie de lui demander: « N'es-tu pas en train de plaisanter? Est-ce que tu te rappelles du récit de la Genèse? » Laissez-moi vous rappeler les faits. Tout comme Sara, la femme d'Isaac, Rebecca, était stérile. Genèse 25:21 dit: « Isaac implora l'Eternel pour sa femme, car elle était stérile, et l'Eternel l'exauça: Rebecca, sa femme, devint enceinte. » Vous vous rappelez que lorsqu'elle a conçu, elle a eu des jumeaux qui sont Jacob et Esaü. Lequel des deux est né le premier, Jacob ou Esaü? Genèse 25:25-26 dit: « Le premier sortit entièrement roux, comme un manteau de poil; et on lui donna le nom d'Esaü. Ensuite sortit son frère, dont la main tenait le talon d'Esaü; et on lui donna le nom de Jacob. Isaac était âgé de soixante-ans, lorsqu'ils naquirent. » Mais avec la naissance des jumeaux, Dieu a également donné une prophétie. L'Eternel dit en Genèse 25:23: « Deux nations sont dans ton ventre, et deux peuples se sépareront au sortir de tes entrailles; un de ces peuples sera plus fort que l'autre, et le plus grand sera assujetti au plus petit. »

Même si Esaü est né le premier, il deviendra le serviteur du deuxième. Le plus vieux va servir le plus jeune. Dieu prédit que Jacob allait recevoir les bénédictions du premier-né, même si c'est Esaü qui était né le premier. La façon dont Dieu allait faire cela est une histoire à part que nous n'aborderons pas dans cette leçon. Le point que j'aimerais souligner est le suivant: bien qu'Esaü soit le premier-né selon la nature, le projet de Dieu était de faire de Jacob le premier-né. Le récit montre qu'Isaac le père a résisté à la volonté révélée de Dieu. C'était la volonté de Dieu que Jacob obtienne la bénédiction, mais Isaac préférait son fils aîné qui était un chasseur habile, alors que son frère Jacob était un homme tranquille qui restait sous les tentes.

Isaac préférait donc Esaü et dans son coeur il se disait: « Même si Dieu veut que je bénisse Jacob, j'aime Esaü. » Isaac a donc résisté à la volonté de Dieu. Le récit de la Genèse nous dit que lorsque Isaac, devenu aveugle, pensait qu'il allait mourir, bien qu'il ait encore vécu quarante ans après cela, il désirait tant bénir Esaü qu'il a mis sur pied un plan secret. Isaac a fait appeler son fils Esaü et lui a dit: « Esaü? va chasser et prépare-moi un bon repas. Après avoir bien mangé, je te bénirai pour que tu reçoives les bénédictions patriarcales. » Isaac a ainsi résisté à la volonté de Dieu.

Nous avons également vécu ce genre de chose dans notre famille. En l'an 2000, j'ai été victime d'une attaque cardiaque et il semblait que je n'allais pas survivre. Les gens ont essayé d'encourager les personnes de notre famille en disant: « Le Seigneur règne. Dieu est sur son trône. Rien ne peut arriver à moins que le Seigneur le veuille. » Cela a apporté du réconfort à toutes les personnes de notre famille, à part à mon deuxième fils Daniel. Daniel avait un problème avec cela et il a finalement demandé aux gens: « Voulez-vous s'il vous plaît arrêter de me dire que Dieu est sur le trône. Je sais qu'Il est sur le trône. Je sais qu'Il règne. Et c'est cela mon problème. S'Il désire que mon père meure, je veux aller contre Sa volonté. Je ne veux pas que mon père meure. » Et il est allé contre la volonté de Dieu. Il a dit: « Peu importe ce qu'est la volonté de Dieu. Vous ne m'apportez pas de réconfort en me disant que la volonté de Dieu soit faite. Je ne désire pas la volonté de Dieu. Je ne veux pas que mon père meure. Je désire que mon père vive. Si c'est la volonté de Dieu qu'il meure, je suis désolé de ne pas être spirituel, mais je ne le désire vraiment pas. Je vais choisir d'être contre la volonté de Dieu. »

Voilà où en était Isaac, mais c'était un peu différent parce que Daniel ne connaissait pas la volonté de Dieu. Isaac, lui, connaissait la volonté de Dieu. Isaac savait que le plus jeune allait être servi par le plus âgé, et bien qu'il connaisse la volonté révélée de Dieu, il s'est tout de même élevé contre elle. J'ai soulevé ce point concernant mon fils Daniel, parce que l'on retrouve cette même attitude qui consiste à résister à la volonté de Dieu, chez lui et chez Isaac. Mais dans le cas d'Isaac, c'est un cas encore plus clair, car la volonté de Dieu était connue. Nous retrouvons toute cette histoire dans Genèse 27. Isaac a donc demandé à son fils Esaü d'aller chasser et de lui préparer un repas. Mais Rebecca, l'épouse d'Isaac, a tout entendu et s'est souvenue de la promesse. Elle a donc décidé de trouver un moyen pour que la promesse s'accomplisse. Ainsi Rebecca a expliqué son plan à Jacob. Elle lui a dit: « Ton père est presque aveugle. Il ne peut pas te voir. Tu te présenteras donc à lui et tu prétendras être Esaü. Moi je vais préparer le meilleur repas qu'il ait jamais eu et il pensera que Dieu a pourvu pour la chasse. Tu vas donc aller chez ton père et t'habiller comme ton frère. »

Voici le subterfuge décrit en Genèse 27:15-17: « Ensuite, Rebecca prit les vêtements d'Esaü, son fils aîné, les plus beaux qui se trouvaient à la maison, et elle les fit mettre à Jacob, son fils cadet. Elle couvrit ses mains de la peau des chevreaux, et son cou qui était sans poil. Et elle plaça dans la main de Jacob, son fils, le mets et le pain qu'elle avait préparés. » Esaü devait vraiment être un homme poilu pour que Jacob ait dû prendre la peau des chevreaux et les mettre autour de son cou. Ensuite Genèse 27:22-24 nous narre la rencontre entre Jacob et Isaac son père: « Jacob s'approcha d'Isaac, son père, qui le toucha, et dit: La voix est la voix de Jacob, mais les mains sont les mains d'Esaü. Il ne le reconnut pas, parce que ses mains étaient velues, comme les mains d'Esaü, son frère; et il le bénit. Il dit: C'est toi qui es mon fils Esaü? Et Jacob répondit: C'est moi. » Nous n'allons pas développer tout cela, mais j'aimerais juste dire à ceux qui aimeraient être quelqu'un d'autre pour recevoir les bénédictions de Dieu de rester eux-mêmes! N'essayez pas d'être quelqu'un d'autre parce que vous perdrez les bénédictions.

Le point principal est qu'Isaac a résisté à la volonté de Dieu. Nous avons ici une illustration du fait de marcher par la vue. Isaac ne pouvait pas voir, mais ses autres sens lui disaient que ce n'était pas Jacob. Il a dit: « Tu sens comme Esaü. Tu es poilu comme Esaü. Tu ressembles à Esaü. » Le texte nous rend attentifs aux sens. Selon le récit de la Genèse, Isaac s'est élevé contre la volonté de Dieu. Il a dit: « Je sais ce que Dieu a dit, mais je n'en tiendrais pas compte. Je vais tout de même bénir Esaü et non pas Jacob. » Maintenant relisons Hébreux 11:20: « C'est par la foi qu'Isaac bénit Jacob et Ésaü, en vue des choses à venir. » Ma question est: comment malgré ce que l'on lit en Genèse, Dieu peut dire au sujet d'Isaac: « C'est par la foi qu'Isaac bénit Jacob et Ésaü? » Eh bien c'est ce que nous verrons dans notre prochaine leçon. Nous verrons que c'est une révélation de la foi qui est incroyable et nous avons besoin de voir cela.

Prions:

Père, merci tellement pour la foi de Sara. Enseigne-nous à quel point notre sein est naturellement stérile et mort. Enseigne-nous que le fruit vient de Toi. Rends-nous capables de porter des racines vers le bas et des fruits vers le haut, à travers notre union avec Jésus-Christ. Nous Te remercions également pour la foi d'Isaac, même si nous ne l'avons pas encore développée. Prépare nos coeurs pour comprendre de quelle façon il a mis sa confiance en Dieu. Nous Te le demandons au nom de Jésus. Amen.

Hébreux #25