HEBREUX #18

Par Ed Miller

Le texte qui suit est la transcription d'un message donné en anglais. La forme orale a été conservée, mais des titres de sections ont été ajoutés pour faciliter la lecture. (NdT)

Bonjour et bienvenue dans notre dix-huitième leçon sur cette merveilleuse épître aux Hébreux.

Prions:

Père, nous Te remercions parce que Tu n'es pas limité de quelque façon que ce soit par l'un au l'autre de Tes instruments. Tu peux passer outre toute circonstance et parler à nos coeurs. Par conséquent, nous Te remercions pour chaque partie du livre d'Hébreux et nous Te remercions pour la grande révélation de notre Seigneur Jésus, en tant que notre Grand Prêtre selon l'ordre de Melchisédek. Nous Te demandons d'ouvrir encore aujourd'hui notre coeur et notre pensée, pour comprendre et saisir ce qu'il y a sur Ton coeur. Merci parce que Tu vas venir à notre rencontre, non parce que nous le mériterions pour une raison ou une autre, mais parce que Notre Seigneur Jésus le mérite, et nous venons Te demander cela en Son nom merveilleux. Amen.



RESUME

Cela fait déjà quelques leçons que nous avons passées sur les chapitres 5 à 10 dans le livre d'Hébreux. Nous n'avons pas tout vu, car cela serait impossible, chaque partie de la Bible est illimitée et vous ne pouvez jamais tout voir. Même après avoir passé dix millions d'années dans les cieux, vous serez encore en train de vous émerveiller au sujet de Jean 3:16. Nous avons essayé de voir les choses les plus importantes, et à partir du verset 8:1 nous savons que le point principal, le plus important de tout ce qui a été dit est que nous avons un tel Grand Prêtre. A cause du fait qu'Il est prêtre selon l'ordre de Melchisédek et que nous sommes également des prêtres, nous sommes des prêtres selon l'ordre de Melchisédek. Selon l'apôtre Pierre, nous sommes des prêtres royaux et cela n'est possible que selon l'ordre de Melchisédek. Vous ne pouviez pas être prêtres et rois sous l'ordre d'Aaron.

Lors de nos deux dernières leçons, nous avons étudié le contraste entre le nouvel ordre et l'ancien ordre. L'ancien ordre est parfois nommé « selon la tribu de Lévi » en tant qu'ordre lévitique et parfois nommé « selon le premier grand prêtre Aaron », en tant qu'ordre d'Aaron. Laissez-moi vous redonner une liste de versets liés au sacerdoce du Seigneur Jésus.

•Verset 5:6: « Comme il dit encore ailleurs: tu es sacrificateur pour toujours, selon l'ordre de Melchisédek. »
•Verset 5:10: « Dieu l'ayant déclaré souverain sacrificateur selon l'ordre de Melchisédek. »
•Versets 6:19-20: « Cette espérance, nous l'avons comme une ancre de l'âme, sûre et solide; elle pénètre au-delà du voile, là où Jésus est entré pour nous comme précurseur, ayant été fait souverain sacrificateur pour toujours, selon l'ordre de Melchisédek. »
•Verset 7:11: « Si donc la perfection avait été possible par le sacerdoce Lévitique, -car c'est sur ce sacerdoce que repose la loi donnée au peuple, -qu'était-il encore besoin qu'il parût un autre sacrificateur selon l'ordre de Melchisédek, et non selon l'ordre d'Aaron? »
•Verset 7:17: « Car ce témoignage lui est rendu: tu es sacrificateur pour toujours selon l'ordre de Melchisédek. »

Vous voyez que ce n'est pas mon idée, ce n'est pas moi qui ai décidé qu'Il serait un Prêtre selon l'ordre de Melchisédek. C'est Dieu qui a décidé cela et c'est un nouvel ordre.

Un des messages puissants que l'on trouve dans les chapitres 5 à 10, est que lorsque le nouvel ordre arrive, l'ancien ordre doit laisser la place. Voici quelques références sur cette vérité:

•Verset 7:12: « Car, le sacerdoce étant changé, nécessairement aussi il y a un changement de loi. »
•Versets 7:18-19: « Il y a ainsi abolition d'une ordonnance antérieure, à cause de son impuissance et de son inutilité, car la loi n'a rien amené à la perfection, -et introduction d'une meilleure espérance, par laquelle nous nous approchons de Dieu. »
•Verset 8:7: « En effet, si la première alliance avait été sans défaut, il n'aurait pas été question de la remplacer par une seconde. »
•Verset 8:13: « En disant: une alliance nouvelle, il a déclaré la première ancienne; or, ce qui est ancien, ce qui a vieilli, est près de disparaître. »

Il y a quatre caractéristiques dans le nouvel ordre qui sont en complète contradiction avec l'ancien ordre. Toutes ces caractéristiques sont illustrées par le seul récit historique que nous avons au sujet de Melchisédek, et que l'on trouve en Genèse 14. C'est lorsque l'on prend en compte ces quatre principes que ce qui est ancien disparaît. Voici ces quatre caractéristiques. La première caractéristique est que dans le nouvel ordre, Melchisédek apparaît lorsque la guerre est terminée, lorsque la guerre est gagnée. Cela signifie que la question du péché a pour toujours été réglée. Hébreux 9:27-28 dit: « Et comme il est réservé aux hommes de mourir une seul fois, après quoi vient le jugement, de même Christ, qui s'est offert une seul fois pour porter les péchés de plusieurs, apparaîtra sans péché une seconde fois à ceux qui l'attendent pour leur salut. » Vous vous rappelez que lorsque Melchisédek est apparu pour la première fois dans l'Ancien Testament, cela fut juste après la première guerre mondiale. Genèse est en effet le premier récit d'une guerre sur cette planète. Neuf rois se sont affrontés dans cette guerre et lorsque cela fut terminé, c'est le vrai roi qui est venu sur le devant de la scène. Ce roi était Melchisédek. Le point important est qu'Il est apparu après que la guerre soit terminée.

De nombreuses personnes pensent qu'Hébreux 9:28 fait référence à la seconde venue de Christ, et qu'Il apparaîtra une seconde fois. Il se peut que cela fasse un peu référence à son retour sur terre, mais ce n'est pas le contexte. Ce n'est pas de cela dont il parle. Ce verset fait référence au fait que Jésus vient la première fois pour s'occuper du péché, et la seconde fois en tant que Melchisédek pour bénir. C'est de cela dont il parle. Laissez-moi expliquer Hébreux 9:27-28 de cette manière. Les hommes meurent et qu'est-ce qui suit? Le jugement. Christ meurt et qu'est-ce qui suit? Le salut. Vous voyez c'est l'exact opposé, et c'est pour cela que l'auteur nous rend attentifs à tout cela.

Nous avons vu que dans l'ancien ordre, il n'y avait rien d'autre que du travail pour les prêtres et cela, parce que la bataille n'était pas encore terminée. Ils s'occupaient chaque jour du péché. Ils ne pouvaient jamais s'asseoir. Ecoutez ce que dit Hébreux 10:11-12: « Et tandis que tout sacrificateur fait chaque jour le service et offre souvent les mêmes sacrifices, qui ne peuvent jamais ôter les péchés, lui, après avoir offert un seul sacrifice pour les péchés, s'est assis pour toujours à la droite de Dieu. » Qu'est-ce qui fait que dans le nouvel ordre, selon Melchisédek, la nécessité des activités du parvis extérieur soit annulée? La réponse est que la guerre est terminée. Il s'agit de l'oeuvre achevée de Christ. Tout ce qui était accompli dans le parvis extérieur, était en lien avec le péché. Mais maintenant tout cela est passé. L'oeuvre est terminée.

Les prêtres offraient cinq sacrifices ou offrandes différentes pour le péché. L'une illustrait la repentance. L'une illustrait la confession des péchés. L'une illustrait la soumission totale. L'une illustrait le fait de faire des promesses et des voeux au Seigneur. Et l'une illustrait une consécration totale. N'avez-vous jamais entendu un message sur la repentance, la confession, la soumission, les promesses faites à Dieu ou une totale consécration? Dans le parvis, les prêtres faisaient grand cas des sacrifices du matin qui consistaient à commencer sa journée avec Dieu, et des sacrifices du soir qui consistaient à terminer sa journée avec Dieu. Avez-vous déjà entendu des messages sur ce sujet? Le point que je veux souligner est que tout cela fait partie de l'ancien ordre. C'est toujours en lien avec le péché. Mais maintenant l'oeuvre est terminée et par conséquent cela élimine complètement le besoin de tout ce travail dans le parvis.

Il y avait également du travail à faire dans le lieu saint. Vous vous rappelez que les prêtres devaient rassembler les ingrédients et garder du pain frais sur la table de proposition. Ils devaient également entretenir le chandelier pour qu'il brûle. Ensuite, ils devaient préparer du parfum pour que l'autel des parfums exhale continuellement une bonne odeur. Toutes ces occupations sont maintenant terminées dans le nouvel ordre. Si l'oeuvre achevée de Christ élimine le besoin d'activité dans le parvis, qu'est-ce qui élimine le besoin d'activité dans le lieu saint? La réponse est la nouvelle alliance et tout spécialement cette partie citée en Hébreux 8:11: « Aucun n'enseignera plus son concitoyen, ni aucun son frère, en disant: connais le Seigneur! Car tous me connaîtront, depuis le plus petit jusqu'au plus grand d'entre eux. » Dans la nouvelle alliance tous les gens ont leurs yeux tournés sur le Seigneur Jésus. Ils sont tous focalisés sur le Seigneur.

Si vous avez vos yeux sur le Seigneur, est-ce que vous pensez que j'ai besoin de venir vers vous, pour vous dire à quel point il est important de nourrir votre âme, de faire du pain frais chaque jour et de garder du pain sur la table? Si vous regardez au Seigneur, vous savez tout cela et je n'ai pas besoin de vous le dire. Est-ce que vous pensez que si vous regardez au Seigneur, j'ai besoin de vous rappeler de laisser votre petite lumière briller? Non, je n'ai pas besoin de vous dire de laisser briller votre petite lumière, si vous regardez au Seigneur. Est-ce que vous pensez que j'ai besoin de venir vers vous, pour vous dire qu'il y a une mauvaise odeur dans votre vie, que vous avez à arrêter cela et que vous devez mettre de l'ordre, si vous regardez au Seigneur? Si vous regardez au Seigneur, je n'ai pas besoin de vous dire cela.



AVANT LE VOILE C'EST LE SACERDOCE LEVITIQUE, APRES C'EST LE SACERDOCE SELON MELCHISEDEK

Ainsi l'oeuvre achevée de Christ met fin à toutes les activités fatigantes du parvis, et la nouvelle alliance est le fait que tout le monde regarde à Jésus, élimine les activités du lieu saint. Maintenant, je n'ai donc plus qu'à m'asseoir et à profiter du Seigneur. Voilà pour ce qui est de la première caractéristique que je désirais vous rappeler: la guerre est gagnée, le problème du péché est réglé, l'oeuvre achevée a mis fin aux activités du parvis, et la nouvelle alliance a mis fin aux activités du lieu saint. Il ne vous reste plus que le Saint des Saints. Tout ce qui est de l'autre côté du voile correspond à Melchisédek. Une fois que vous êtes passés à travers le voile, vous êtes entrés dans l'ordre de Melchisédek, tout ce qui se trouve avant le voile fait partie du sacerdoce de Lévi. C'est donc un point important à voir.

La deuxième caractéristique est la première chose que nous lisons au sujet de Melchisédek, à savoir que lorsqu'Il vient, Il vient pour bénir. Sous le nouvel ordre tout est bénédiction. Le sacerdoce selon Aaron n'avait qu'une bénédiction. Une fois par an, après le grand jour des expiations le grand prêtre venait et disait: « Que l'Éternel te bénisse, et qu'il te garde! » (cf. Nombres 6:24-26). Cette bénédiction ne durait que jusqu'à ce que quelqu'un pèche. Et ensuite c'était terminé. Voilà combien de temps cette bénédiction durait et je peux vous dire que cela ne durait pas très longtemps. Mais sous le nouvel ordre, Melchisédek vient rappeler à Abraham à quel point il est riche, en tant que possesseur du ciel et de la terre. Voilà la nouvelle alliance, vous êtes riches en Christ. Les gens sous l'ancienne alliance n'avaient pas ce genre de bénédiction.

La troisième caractéristique est qu'après que Melchisédek soit venu pour le bénir, il a offert du pain et du vin à Abraham. Vous vous rappelez sûrement cette merveilleuse histoire? C'est une image du rafraîchissement et de la communion. Vous pouvez finalement vous asseoir à table et prendre un repas. Mais tant que votre travail n'est pas terminé, vous ne pouvez pas vous asseoir. Les prêtres de l'ancienne alliance n'avaient, eux, jamais le temps de s'asseoir.

Finalement, la quatrième caractéristique est que Melchisédek a reçu la dîme de la main d'Abraham. C'est l'image d'une personne qui peut profiter de la victoire. Il est important de se rappeler d'où Abraham a reçu la dîme. Il s'agissait de ce qui avait été pris à l'ennemi. Abraham et ses hommes venaient juste de gagner une guerre, et c'est en prenant du butin pris à l'ennemi qu'Abraham a donné la dîme à Melchisédek. Pourquoi les prêtres de l'ancien ordre ne peuvent-ils donner la dîme de ce qui a été pris à l'ennemi? C'est simplement parce qu'ils n'ont aucun butin car la guerre n'est pas encore terminée. Ils sont encore en train de combattre l'ennemi et c'est pour cela qu'ils ne peuvent rien donner. Il s'agit donc d'une réponse sous forme de soumission d'Abraham, après sa victoire. A cause de cette grande victoire, Abraham se donne au Seigneur.

J'espère que vous pouvez voir à partir de ces quatre caractéristiques que l'ancien ordre est condamnation, pauvreté spirituelle, esclavage et défaite. Le nouvel ordre, lui, est liberté, bénédiction, rafraîchissement et victoire. C'est bien entendu cet ordre que nous désirons.



NE PAS CONFONDRE L'IMAGE ET LA REALITE

J'aimerais revenir sur un point au sujet de l'ordre ancien. J'ai souligné le fait que l'ancien ordre n'arrive pas à venir à bout du péché. Voici ce que disent les versets 10:1-4: « En effet, la loi, qui possède une ombre des biens à venir, et non l'exacte représentation des choses, ne peut jamais, par les mêmes sacrifices qu'on offre perpétuellement chaque année, amener les assistants à la perfection. Autrement, n'aurait-on pas cessé de les offrir, parce que ceux qui rendent ce culte, étant une fois purifiés, n'auraient plus eu aucune conscience de leurs péchés? Mais le souvenir des péchés est renouvelé chaque année par ces sacrifices; car il est impossible que le sang des taureaux et des boucs ôte les péchés. »

Si l'ancien ordre ne pouvait pas s'occuper du péché, c'est parce que l'ancien ordre n'était qu'une image. Il ne possédait que l'image du pardon et pas le pardon réel. Il ne faisait qu'illustrer le vrai pardon. Le sang des taureaux, des boucs et des agneaux ne pouvait pas apporter un réel pardon. Il n'y a pas une seule « goutte » de réalité dans une image. Une image illustre la réalité, mais ce n'est pas la réalité. Si vous avez besoin d'un ami et que je vous donne l'image d'un ami, est-ce que vous serez satisfaits? Si vous avez faim et que je vous donne l'image d'un bon steak, est-ce que cela vous satisfera? Si vous avez froid et que je vous donne l'image d'un beau feu, est-ce que cela pourra vous aider? Il n'y a aucune réalité dans une image. Une image est une image. Ce n'est pas réel, cela ne fait que faire référence et pointer vers ce qui est réel.

Si je souligne cela, c'est parce que certaines personnes se méprennent sur ce que je veux dire lorsque je dis: « Laissez tomber ce qui est vieux. » Dans le parvis, il y avait des images de la repentance, de la confession, du fait de faire des voeux, de la consécration et certaines personnes pensent que je veux dire: « Mettez de côté la repentance, la confession et la consécration. » Dans le lieu saint, il y a des images de l'étude biblique, de la nécessité d'être un témoin, de la sainteté et de la séparation et ils pensent que je veux dire: « Mettez de côté les études bibliques, la nécessité d'être un témoin, la sainteté et la séparation ». Non, nous ne rejetons pas la réalité, mais je dis: « Mettez de côté les images. » Ce sont les images qui sont passées, pas la réalité. La réalité reste.

Je crois dans la soumission totale, dans la consécration totale, dans le fait d'avoir un moment de méditation, dans le fait de terminer la journée avec Dieu, dans le fait de rassembler du matériel et de garder du pain frais sur la table, dans le fait de garder la flamme allumée et dans le fait de faire monter une odeur agréable de votre vie. Tout cela, ce sont des réalités et nous désirons embrasser ces réalités. Mais nous vous avertissons, dans l'ancienne alliance, ils embrassent l'image comme si c'était la réalité et c'est de cela dont nous devons être libérés. Sous l'ancienne alliance, ils prenaient grand soin de l'image et pensaient avoir la réalité.

Laissez-moi vous donner un exemple actuel qui est le jeûne. Avez-vous déjà entendu parler du jeûne? Le jeûne est une image. Ce n'est pas une réalité, c'est une image. Cela illustre une réalité spirituelle. De nombreuses personnes respectent l'image, elles jeûnent et elles pensent qu'elles sont spirituelles parce qu'elles respectent l'image. Vous n'êtes pas spirituels lorsque vous respectez l'image. Vous n'êtes spirituels que lorsque vous embrassez la réalité qui est derrière l'image. Si vous désirez savoir ce qui est imagé par le jeûne, alors lisez Esaïe 58 qui vous donne la description complète de ce que signifie le jeûne. Ce passage vous donne également la description complète de ce que signifie le sabbat.

De la même manière, le baptême d'eau est une image, ce n'est pas la réalité. Vous savez ce que vous recevez avec le baptême? Vous recevez de l'eau. C'est tout ce que vous recevez par le baptême d'eau, il n'y a aucune réalité là-dedans. De nombreuses personnes respectent l'image et pensent qu'elles ont la réalité.

Il se peut que je marche sur une terre très sainte avec cela, mais je peux également prendre l'image de la table du Seigneur. C'est également une image. Il n'y a pas de réalité dans la table du Seigneur. Ce n'est qu'une image. Il y a pourtant des milliers de chrétiens qui y participent et ils pensent que parce qu'ils y ont participé, ils reçoivent une grâce spirituelle, et qu'ils sont plus proches du Seigneur parce qu'ils ont respecté l'image.

Si je cite certaines images, vous me direz sûrement: « Oui, nous pouvons mettre ces images de côté. » Par exemple, le fait de saisir les serpents (cf. Marc 16:18). C'est dans la Bible, mais c'est une image. Que pensez-vous de l'application de mouchoirs oints? Certaines personnes font cela et c'est dans la Bible (cf. Actes 19:12). Mais c'est une image. Tout le monde dira: « Oui, on peut laisser tomber ces images. » Que pensez-vous du lavement des pieds? Etes-vous déjà allés à une réunion de lavement des pieds? J'ai un jour été invité à y participer, mais pour moi cela n'a pas été une réunion de lavement des pieds, cela a plutôt été une réunion de « relavement » des pieds, parce que je me les suis lavés avant. Je ne désirais pas être embarrassé mais par là-même, j'ai enlevé tout le sens de cette image. Ce ne sont que des images, et donc nous disons que nous pouvons mettre de côté l'imposition des mains, le fait de saisir des serpents et le lavement des pieds, parce que ce ne sont que des images.

Ensuite, nous arrivons à des sujets un peu plus ardus. On se demande: « Mais est-ce que je peux également mettre de côté l'image du jeûne, du baptême et de la table du Seigneur? » Car ces images semblent être davantage spirituelles. Mais en réalité, ce sont toutes des images. Est-ce que vous réalisez que la nation d'Israël n'est qu'une image? Dans la Bible, ce n'est qu'une image, pourtant les gens regardent vers cette nation et disent: « Dieu a un grand programme en vue pour cette nation... » Mais c'est une image. Est-ce que vous réalisez que l'église locale est une image? Le mot « ancien » signifie simplement une personne mature. Le mot « pasteur » signifie quelqu'un qui donne à manger à quelqu'un. Le mot « diacre » signifie serviteur. Ce ne sont que des images.

Malheureusement, les hommes ont souvent embrassé les images comme si elles étaient la réalité. Par conséquent, Dieu, à travers cela, nous dit: « En apprenant ce que signifie être un prêtre royal, vous aurez de moins en moins à faire avec l'image et davantage avec la réalité. » Nous ne désirons pas rejeter la réalité. Nous embrassons la réalité.

Sous le nouvel ordre, la guerre est terminée. Mais de nos jours, il y beaucoup de discussions au sujet du combat spirituel. Est-ce que vous avez déjà entendu des choses comme: « Faites attention, il y a des ennemis là dehors. » Je ne veux pas dire qu'il n'y a pas de vérités bibliques au sujet du combat spirituel. Je dis simplement soyez prudents. Si votre vision du combat spirituel contredit d'une façon ou d'une autre l'oeuvre achevée de Christ, alors vous êtes en danger. Il y a de nombreuses personnes qui regardent au combat spirituel comme si la guerre n'était pas terminée, comme s'il y avait encore des batailles que nous devions faire. La même chose est vraie au sujet de la repentance, sur le fait d'être la victime de nos péchés passés ou sur le péché qui nous habite. Les gens se demandent: « Mais comment vais-je bien pouvoir avoir la victoire sur mes passions et mes convoitises? »

Tout ce que j'essaie d'illustrer ici, est qu'il y a des images et des réalités, et que les images sont liées à l'ancien système et la réalité au nouveau. Je ne dis pas que les images sont fausses, mais je dis: « N'ayez pas juste l'image en elle-même. Soyez certains qu'avec l'image, vous ayez également la réalité. » Il est mieux de juste saisir la réalité, mais si vous avez besoin des deux, alors prenez les deux. Quelqu'un m'a un jour demandé: « Es-tu sûr de vouloir mettre de côté toutes les images? » J'ai répondu: « Je pense que je le fais. » Puis il a dit: « Qu'en est-il du mariage? » Et je me suis dit: « Oh, oh, je dois effectivement faire attention! »

Ceci dit, je pense que vous avez saisi le point que je désirais souligner. Cela sonne comme étant trop beau pour être vrai, que sous le nouvel ordre je n'ai pas besoin de m'inquiéter au sujet du combat spirituel; je n'ai pas à lutter pour connaître la volonté de Dieu; je n'ai pas à faire dans un examen morbide de moi-même, pour savoir si je me suis bien repenti ou si je confesse bien mes péchés tous les jours; je n'ai pas à me demander si je devrais faire davantage de promesses au Seigneur, je n'ai pas à me demander si je suis totalement soumis ou consacré. Tout cela est le passé et maintenant nous avons la réalité.



LAISSER TOMBER CE QUI EST ANCIEN MAIS POUR RECEVOIR QUOI?

L'auteur d'Hébreux, nous encourage à laisser tomber ce qui est vieux. Mais la question qui se pose alors est: « Si je laisse tomber ce qui est vieux, qu'est-ce qui me reste? » Vous avez bien entendu le Seigneur. Vous avez cela et c'est suffisant. Mais Hébreux nous parle également des autres choses que nous avons. Considérez les versets suivants:

•Versets 12:18-24: « Vous ne vous êtes pas approchés d'une montagne qu'on pouvait toucher et qui était embrasée par le feu, ni de la nuée, ni des ténèbres, ni de la tempête, ni du retentissement de la trompette, ni du bruit des paroles, tel que ceux qui l'entendirent demandèrent qu'il ne leur en fût adressé aucune de plus, car ils ne supportaient pas cette déclaration: si même une bête touche la montagne, elle sera lapidée. Et ce spectacle était si terrible que Moïse dit: je suis épouvanté et tout tremblant! Mais vous vous êtes approchés de la montagne de Sion, de la cité du Dieu vivant, la Jérusalem céleste, des myriades qui forment le choeur des anges, de l'assemblée des premiers-nés inscrits dans les cieux, du juge qui est le Dieu de tous, des esprits des justes parvenus à la perfection, de Jésus qui est le médiateur de la nouvelle alliance, et du sang de l'aspersion qui parle mieux que celui d'Abel. »
•Versets 12:28-29: « C'est pourquoi, recevant un royaume inébranlable, montrons notre reconnaissance en rendant à Dieu un culte qui lui soit agréable, avec piété et avec crainte, car notre Dieu est aussi un feu dévorant. »
•Verset 13:10: « Nous avons un autel dont ceux qui font le service au tabernacle n'ont pas le pouvoir de manger. »
•Verset 13:14: « Car nous n'avons point ici-bas de cité permanente, mais nous cherchons celle qui est à venir. »

En laissant tomber ce qui est ancien, nous avons Christ, la montagne de Sion, la cité du Dieu vivant, la Jérusalem céleste, les myriades qui forment le choeur des anges, l'assemblée des premiers-nés, les esprits des justes parvenus à la perfection, le médiateur de la nouvelle alliance, le sang de l'aspersion de Christ, un royaume inébranlable, un autel et une cité qui est à venir. Nous allons terminer cette section avec le verset 8:1: « Le point capital de tout ce qui vient d'être dit, c'est que nous avons un tel souverain sacrificateur. » Voilà ce que nous avons. Je propose maintenant que nous quittions les chapitres 5 à 10, et j'aimerais dans la suite de cette leçon introduire la section suivante.

Dans les chapitres 5 à 10, après l'appel à laisser tomber l'ancien ordre et à embrasser le nouvel ordre, le Saint-Esprit nous donne ensuite le chapitre 11, qui est le fameux chapitre sur la foi où Il utilise, comme illustration, la vie de nombreux saints qui ont mis leur confiance en Dieu. Je pense que l'on peut dire que le chapitre 11 est sans aucun doute le chapitre le plus connu du livre d'Hébreux. Habituellement, les 10 premiers chapitres sont appelés les chapitres doctrinaux et les chapitres 12 à 13 sont appelés les chapitres pratiques, le sous-produit de la doctrine. Il n'est pas trop surprenant pour moi de voir qu'entre les chapitres doctrinaux et pratiques vous trouviez ce chapitre sur la foi. En d'autres termes, ce chapitre nous dit de quelle façon nous pouvons rendre la doctrine pratique, comment je peux rendre ces choses réelles dans ma vie et dans mon coeur.

Cela ne signifie pas que les chapitres 1 à 10 ne sont pas pratiques, et cela ne signifie pas que les chapitres 12 et 13 ne sont pas doctrinaux, ils sont les deux. Mais d'une façon générale, les dix premiers chapitres sont doctrinaux et les deux derniers sont pratiques, et entre les deux vous avez la foi, et cela a pour objectif de rendre ce qui est doctrinal très pratique dans nos vies.

Laissez-moi faire deux observations générales sur ces chapitres afin que nous commencions tous au même niveau. J'aimerais vous donner deux observations générales avant de regarder les choses plus en détail. Si vous parcourez rapidement ce chapitre, vous pouvez voir pourquoi on en parle comme le chapitre qui contient les récits des géants de la foi. La première observation est qu'il y a dix-neuf personnes différentes qui y sont mentionnées, qui ont mis leur foi dans le Seigneur. En plus de ces gens, on fait également référence à différents groupes: Israël en tant que nation, les juges, les prophètes, et des hommes et des femmes dont le monde n'était pas digne. Dans chaque cas, il est répété par la foi, par la foi. Ils ont tous mis leur confiance en Christ.



LE DANGER DE REGARDER AUX HOMMES DE FOI OU A LA FOI

Il y a deux dangers dans lesquels nous risquons de tomber en étudiant un chapitre comme celui-ci. Le premier danger est que nous devenions centrés sur l'homme. Nous pouvons être tentés de regarder à ces géants de la foi pour essayer de les imiter. Je suis malheureusement tombé dans ce piège dans ma vie chrétienne, pas à cause de cette liste dans le chapitre 11, mais à cause des biographies chrétiennes. Je suis passé par une période de ma vie, où je ne lisais que des biographies chrétiennes. J'aimais les biographies chrétiennes et tout spécialement les biographies missionnaires. J'ai étudié la vie de personnes comme Hudson Taylor, Jim Elliot ou encore David Levingston. Mais je ne suis pas Charles Spurgeon. Je ne suis pas Dwight Moody. Je ne suis pas Handley Moule. Je suis moi et vous êtes vous. C'est cela que Dieu nous a appelés à être. Le danger en lisant ces livres, est d'essayer de devenir la personne dont vous lisez la biographie. Certains aimeraient peut-être devenir un Albert Benjamin Simpson ou un Aiden Wilson Tozer. Peut-être qu'ils se disent que s'ils suivent leur discipline spirituelle, ils pourront devenir comme eux. Mais c'est un danger que de regarder à des hommes ou des femmes de foi.

Le second danger est que même si je ne deviens pas centré sur une personne, je risque de devenir centré sur la foi. C'est un autre danger. Je vous ai déjà rendu attentifs aux versets 3:3-6. Ce passage nous dit que Christ a bâti Moïse et que maintenant Il est également le bâtisseur de la maison que nous sommes. C'est donc Christ qui est notre bâtisseur. S'il y a quelque chose de bon dans notre vie, c'est parce que c'est Christ qui l'a bâti et non pas la foi. Ce n'est pas la foi, mais Christ Lui-même, l'objet de la foi. Il est intéressant de voir que la Bible ne donne jamais de définition de la foi. Il se peut que vous regardiez au verset 11:1 en disant: « Cela ressemble à une définition parce que ce verset dit: Or la foi est une ferme assurance des choses qu'on espère, une démonstration de celles qu'on ne voit pas. » Ce n'est pas une définition, c'est une description. La foi est trop grande pour être définie. C'est comme pour les mots « crainte » ou « gloire. » Dieu ne définit pas ces mots, Il ne fait que les décrire.

Qu'est-ce que la foi? La foi, c'est regarder; la foi, c'est rechercher; la foi, c'est croire; la foi, c'est venir; la foi, c'est obéir; la foi, c'est manger; la foi, c'est boire; la foi, c'est demeurer; la foi, c'est le repos. Qu'est-ce que la foi? C'est tout cela. Par conséquent, Dieu ne nous donne qu'une direction et ces illustrations ont pour objectif de nous aider dans notre cheminement. Je suis si reconnaissant qu'Hébreux 11 soit suivi d'Hébreux 12. Parce qu'Hébreux 12:1-2 dit: « Ayant les regards fixés sur Jésus. » Dans le chapitre 11, nous voyons la foi, la foi, la foi, la foi, mais ensuite on nous dit de détourner nos yeux de ces hommes et de ces femmes, et de les fixer vers Jésus. On voit que Dieu a mis ici les choses en ordre.



LA FOI EST EN MEME TEMPS ACTIVE ET PASSIVE

La seconde observation est que dans les versets 11: 33-38, nous trouvons deux listes. De ces deux listes, nous pouvons tirer le principe suivant: la foi est en même temps active et passive. Au début du passage, on trouve une liste de personnes qui ont fait des choses par la foi. Il est dit dans les versets 11:33-35: « Par la foi, ils vainquirent des royaumes, exercèrent la justice, obtinrent des promesses, fermèrent la gueule des lions, éteignirent la puissance du feu, échappèrent au tranchant de l'épée, guérirent de leurs maladies, furent vaillants à la guerre, mirent en fuite des armées étrangères. Des femmes recouvrèrent leurs morts par la résurrection. » Habituellement lorsque vous allez vers les chrétiens pour leur demander: « Qu'est-ce que cela signifie que de mettre sa confiance en Dieu, que d'avoir foi dans le Seigneur? » Ils penseront habituellement à cette première liste. Ils diront quelque chose comme: « C'est faire confiance à Dieu pour voir des miracles, pour qu'Il pourvoit, pour qu'Il délivre, pour qu'Il réponde aux prières, pour qu'Il oeuvre ou pour qu'Il fasse quelque chose pour moi. » Il s'agit d'une foi en action. Il s'agit d'un Dieu à l'oeuvre, qui agit.

Regardez maintenant la deuxième liste. Il est dit dans les versets 11:35-38: « D'autres furent livrés aux tourments, et n'acceptèrent point de délivrance, afin d'obtenir une meilleure résurrection; d'autres subirent les moqueries et le fouet, les chaînes et la prison; ils furent lapidés, sciés, torturés, ils moururent tués par l'épée, ils allèrent çà et là vêtus de peaux de brebis et de peaux de chèvres, dénués de tout, persécutés, maltraités, eux dont le monde n'était pas digne, errants dans les déserts et les montagnes, dans les cavernes et les antres de la terre. » Personnellement, je n'aime pas cette liste. Pourtant, ils ont fait tout cela par la foi. C'est tout autant de la foi que la première liste. Vous voyez, certains ont été délivrés par la foi, et certains n'ont pas été délivrés par la foi.

Il nous faut la même foi pour être délivrés que pour ne pas être délivrés. Certains ont vu Dieu pourvoir à leur besoin et les sauver. Mais certains n'ont pas été sauvés. Je suis sûr qu'ils ont prié, je suis sûr qu'ils ont demandé à Dieu de les aider, mais ils n'ont pas obtenu de l'aide. Pourtant d'après Hébreux 11, ces deux groupes de personnes l'ont fait par la foi. Si je vous disais: « Dieu vous appelle à vivre par la foi, préféreriez-vous être dans la colonne 1 ou dans la 2. » Je pense que la majeure partie des chrétiens diraient: « Dieu m'a appelé à vivre par la foi et j'espère qu'Il m'a mis dans la colonne 1. » Personnellement, c'est cette foi que je désire, j'aimerais avoir la foi de la première liste, pas la foi qui n'accepte pas d'être délivrée de l'épée. J'aimerais bien la foi qui permet de fermer la gueule des lions et d'éteindre la puissance du feu. J'aimerais que Dieu puisse faire un miracle.

Vous savez qu'il est bien plus plaisant de conquérir des royaumes que d'être emprisonné ou vivre dans les cavernes et les antres de la terre. Je vous rends attentifs à cela, parce qu'il existe un grand malentendu au sujet de la foi de nos jours dans les milieux chrétiens. Ils ne voient pas que c'est tout autant actif que passif. Parfois, la foi c'est faire; parfois, la foi c'est lorsque l'on nous fait quelque chose. Les deux sont la foi. Je pense que vous avez connaissance du mouvement qui balaie l'église de nos jours, et qui est appelé l'évangile de la prospérité. L'idée de l'évangile de la prospérité est de dire que tout doit être positif, tout doit être optimiste. Leur slogan est: « Nomme-le et prends-le! » Vous visualisez une chose, vous lui donnez un nom et vous le prenez simplement par la foi. Ensuite, cette chose devient vôtre.

Vous voyez, ce mouvement contredit les derniers versets du chapitre 11. Ils disent des choses comme: « Dieu aimerait que vous viviez dans l'autorité spirituelle. Si tu n'es pas riche, béni et en bonne santé, c'est parce que tu n'as pas assez de foi. » C'est cela qu'ils enseignent. Ils disent que c'est parce que vous ne faites pas assez confiance à Dieu. Ils disent encore: « Prenez les choses par la foi et Dieu vous guérira. Prenez les choses par la foi et Dieu vous bénira. Prenez les choses par la foi et ensuite vous pourrez vendre votre maison, vendre votre voiture, quitter votre travail et Dieu pourvoira à tous vos besoins. Faites confiance à Dieu pour cela. » Ils disent encore qu'il n'y a aucune excuse pour qu'un chrétien soit pauvre, malade et que Dieu ne laissera jamais ses enfants juste vêtus de peaux de brebis et de peaux de chèvres, vivre dans les cavernes et les antres de la terre.

Pourtant, Dieu dit dans Hébreux 11 qu'ils ont fait tout cela par la foi. Ce sont des hommes dont le monde n'est pas digne. Nous allons considérer la foi, mais des deux côtés. Nous étudierons toute l'étendue de la foi, parce que c'est cela que nous donne Hébreux 11. Nous verrons le côté actif et passif. Nous verrons ce que signifie que de faire confiance à Dieu en tout temps. Le point est le suivant: je désire la volonté de Dieu, vous désirez la volonté de Dieu. Si c'est la volonté de Dieu que vous soyez riches, est-ce que vous allez accepter cela? Vous direz sûrement: « Oh, oui cela serait bien. » Si c'est la volonté de Dieu que vous soyez pauvres, est-ce que vous allez accepter cela? Si c'est la volonté de Dieu que vous soyez en bonne santé, est-ce que vous allez accepter cela? Si Dieu permet que la maladie vous atteigne, allez-vous accepter cela? C'est cela que va nous donner Hébreux 11, la pleine mention de la foi, dans toute son étendue, c'est-à-dire ses côtés actifs et passifs car nous avons besoin des deux.

Pour conclure, laissez-moi encore vous donner cet avertissement solennel. Soyons prudents avant que nous ne jugions qui que ce soit qui se trouve dans les colonnes 1 ou 2. Il est si facile, en voyant des personnes qui passent par des épreuves, de dire que c'est parce qu'elles ne font pas confiance à Jésus. Faites attention à cela. Vous ne pouvez pas voir leur coeur. Je ne peux pas voir leur coeur. Ne soyez pas trop rapides à dire de quelqu'un qu'il ne fait pas confiance au Seigneur, s'il passe par des difficultés financières ou des épreuves. Il se peut que cette personne fasse davantage confiance à Jésus que vous. C'est donc un passage très stratégique, car nous voyons là comment Dieu rend la partie doctrinale pratique. C'est par la foi. Avec l'aide de Dieu nous passerons par ces dix-neuf merveilleuses illustrations de personnes qui ont fait confiance au Seigneur.

Prions:

Père céleste, nous Te remercions pour Ta parole. Comme nous aimons ce livre d'Hébreux. Nous prions que Tu puisses rendre cela très réel dans notre coeur. Délivre-nous complètement de l'ancien ordre dans toutes ces formes subtiles. Merci parce que Tu as fait de nous des prêtres royaux, des prêtres qui savent que la guerre est terminée, des prêtres qui savent à quel point ils sont riches en Christ, des prêtres qui ont le temps de s'asseoir et de communier avec leur Dieu, des prêtres qui possèdent le butin des ennemis en tant que signe de la victoire. Nous nous réjouissons tout simplement en Toi, Seigneur. Alors que nous en venons à cette section pratique, enseigne-nous comment avoir la foi. Nous Te le demandons au nom de Jésus. Amen.

Hébreux #19