GENESE #7 - LE RESULTAT DU PECHE

(Genèse 3:7-8)

Par Ed Miller

Le texte qui suit est la transcription d'un message donné en anglais. La forme orale a été conservée, mais des titres de sections ont été ajoutés pour faciliter la lecture. (NdT)

Bonjour et bienvenue dans notre septième leçon sur ce merveilleux livre de la Genèse.

Prions:

Père, nous Te remercions pour les merveilleuses provisions de notre salut. Tu as payé une dette que nous ne pouvions jamais payer. Merci pour notre Seigneur Jésus et pour le Sang qui a été versé pour nous, pour notre rédemption. Alors que nous nous penchons à nouveau vers Ta Parole, nous prions que le Saint-Esprit, dont le ministère est de nous instruire dans la Parole de Dieu, puisse dévoiler le Seigneur Jésus à nos coeurs, et ainsi remplir Son ministère, afin que nos yeux, les yeux de notre coeur, puissent être fixés d'une façon toute nouvelle sur Lui, pour qu'en Le contemplant, nous puissions être changés. Nous Te le demandons au Nom de Jésus. Amen.



RESUME

Nous sommes dans le chapitre 3 de la Genèse. Nous avons déjà vu ensemble les chapitres 1 et 2 qui parlent du Créateur, de Sa recréation. Dans notre précédente leçon, nous avons introduit les chapitres 3 et 4 qui concernent la chute dans le péché et les terribles résultats qui ont suivi. Je me suis efforcé de montrer pourquoi Genèse 3 est un des chapitres les plus stratégiques de la Bible. Il indique de quelle manière toute la race humaine est tombée dans le péché et à quel point le mal est profond. Il n'était pas possible à l'homme, semble-t-il, de tomber plus complètement dans le péché, ainsi qu'il est montré dans ce chapitre 3. Là, l'homme a touché le fond et il n'aurait pu tomber plus bas. Cela fut une chute complète; de ce fait, il a besoin d'un salut complet et d'un Sauveur complet. De plus, le problème décrit dans ce chapitre 3 nécessite le reste entier de la Bible pour que soit révélé le remède de Dieu. Tout ce qui est écrit après Genèse 3 n'est autre que l'histoire de notre Rédemption, et montre comment Dieu règle le problème qui a résulté de la chute de l'homme ainsi que le relate le chapitre 3.

Regardons ensemble à nouveau ce que nous avons vu dans notre précédente leçon, à propos de la tentation et de la chute dans le péché. Nous avons souligné que pour tromper l'homme, Satan devait auparavant attaquer le caractère, les attributs et la personne de Dieu Lui-même. La façon dont il agit de nos jours, est la même qu'à cette époque. Il dénigre la Parole de Dieu, les Ecritures, la Bible. Genèse 2:16-17 était la seule « Bible » dont disposaient Adam et Eve en ce temps-là. C'était là, en quelque sorte, « toutes les Ecritures » en leur possession. La Parole qu'ils avaient consistait en ceci: « L'Éternel Dieu donna cet ordre à l'homme: tu pourras manger librement de tous les arbres du jardin; mais tu ne mangeras pas de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras sûrement. » Toute leur Bible se résumait en une seule phrase. Lorsque vous considérez ce que Satan a fait à cette parole, vous avez une belle illustration de ce qu'il continue de faire lorsqu'il approche la Parole de Dieu.

Dans les versets 2:16-17, nous découvrons les trois moyens que Satan a utilisés pour inciter Eve à déformer la Parole de Dieu. Premièrement, Eve a ôté le mot grâce de la Bible. La Bible n'était constituée que d'une seule phrase, mais vous remarquez qu'elle a enlevé les mots « tous » et « librement »; ainsi, Eve a retranché le mot « grâce. » Elle a également ajouté quelque chose à la Bible. Elle a ajouté le mot « toucher » et ce faisant, elle a ajouté « la loi » à la Bible. Dieu n'avait nullement dit qu'ils ne devaient pas toucher le fruit. Il avait seulement dit: « ne mangez pas »; Il n'avait pas dit « ne touchez pas ». Ainsi, sa réponse à Dieu donnait une vision déformée de Dieu, le montrant plus sévère, plus strict, plus austère qu'Il ne l'est dans la réalité.

En finalité, elle n'a pas seulement retranché quelque chose à la Parole de Dieu pour y ajouter autre chose, mais elle a également altéré la Parole de Dieu. Elle a changé la Parole de Dieu et ce faisant, elle l'a affaiblie. Elle a restreint son autorité. Dieu avait dit: « Tu mourras certainement. » Eve a modifié cette affirmation et il en a résulté: « De peur que vous ne mouriez ». Voyez-vous comment Eve a changé tout cela? Satan agit constamment ainsi. Il agit en sorte d'amener les personnes soit à retrancher la « grâce » de la Parole soit à y ajouter la « loi » ou diminuer l'autorité de l'Ecriture. Il était aisé de découvrir la ruse lorsque la « Bible » n'était constituée que d'un seul verset. Mais Dieu nous a donné cet exemple pour servir d'illustration. En déformant la seule « Bible » qu'ils avaient, Satan est parvenu à éloigner Adam et Eve de l'unique base sûre dont ils disposaient, qui garantissait leur union avec Dieu et leur dépendance envers Lui. Dès l'instant où la « Bible » fut déformée, il était aisé pour Satan de faire passer Dieu pour un monstre égoïste.

Dès que l'autorité de la Bible a été amoindrie, il devint facile pour Satan de recourir à des insinuations du genre: « Comment Dieu peut-Il être votre ami? En fait, Il ne fait que prétendre s'intéresser à vous. Pourquoi ne vous laisse-t-Il pas toute liberté? Il ne vous donne pas toutes les bénédictions possibles. Il vous accorde Ses dons à contrecoeur. Il ne désire pas que vous possédiez tout. Il ne veut pas que vous soyez sages. Comment pouvez-vous croire qu'Il est un ami? Il vous prive de tant de choses. Pourquoi devriez-vous être dépendants de Dieu, alors que vous pouvez être comme Dieu, connaissant le bien et le mal? Dieu n'est pas suffisant; vous ne serez jamais heureux aussi longtemps que vous accepterez d'être limités par Sa volonté révélée. Il y a du bonheur en dehors de Dieu et de Sa volonté. » Toutes ces insinuations sont arrivées après que Satan ait ébranlé les fondations sur lesquelles Eve reposait. Satan a déformé la Parole de Dieu, il a « enlevé la grâce », « ajouté la loi », « amoindri l'autorité de l'Ecriture »; maintenant il peut dire tout ce qu'il veut, parce que la vraie fondation n'est plus.

C'est par ce moyen que Satan a pu tromper Adam et Eve. Satan s'est attaqué à la Parole de Dieu, insinuant qu'elle n'était pas suffisante, qu'ils avaient besoin de plus pour être satisfaits, contents et heureux. C'est ainsi que nous avons terminé notre dernière leçon. Dans la leçon d'aujourd'hui, j'aimerais dire encore deux ou trois choses au sujet de la tentation et de la chute, puis nous examinerons les conséquences de la chute.



LA CHUTE D'ADAM ET EVE A ETE COMPLETE

J'aimerais encore souligner une chose déjà mentionnée, à savoir que lorsque Adam et Eve ont chuté, leur chute a été totale. J'entends par-là qu'il n'était pas possible pour l'homme de tomber plus bas, dès l'instant où Adam et Eve ont chuté. Le verset 3:6 dit: « La femme vit que l'arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu'il était précieux pour ouvrir l'intelligence; elle prit de son fruit, et en mangea; elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d'elle, et il en mangea. » Une attention particulière a été dirigée sur les trois domaines dans lesquels Eve a été tentée.

Il est dit en premier lieu, qu'Eve vit que l'arbre était bon à manger. Deuxièmement, elle a vu (compris) qu'il était agréable à la vue. Enfin, qu'il était précieux pour ouvrir l'intelligence. A ce propos, un commentateur a fait remarquer qu'Eve a été tentée dans tous les domaines des désirs habituels de l'homme. En d'autres termes: bon à manger, c'est là un désir normal: manger. Agréable à la vue, c'est un désir normal: profiter des choses. Précieux pour ouvrir l'intelligence est aussi un désir normal: celui de posséder. En eux-mêmes, ces désirs de manger, de profiter et de posséder ne sont pas mauvais. Ils peuvent être des désirs normaux et saints. Les gens sont anormaux s'ils ne connaissent pas ces sortes de désirs. 1 Timothée 6:17 ne dit-il pas: « Dieu donne avec abondance toutes choses pour que nous en jouissions. »

En eux-mêmes, nos pulsions et nos désirs ne sont pas nécessairement mauvais. Prenons par exemple les pulsions sexuelles que Dieu a mises en nous. Ce n'est pas un péché, c'est une chose normale, légitime. Le désir d'être habillé, nourri, d'avoir un toit, sont aussi des désirs normaux. Le désir d'être libre n'est pas un désir mauvais. Le désir de choisir est un désir normal.

Même le désir de connaître, d'acquérir la sagesse et d'apprendre n'est pas un péché en lui-même. Pour autant que ces désirs normaux s'exercent dans les limites de la volonté révélée de Dieu, alors ils sont sûrs. Mais dans le cas d'Adam et Eve, Satan étant intervenu, son intervention a été l'essence même de la chute car il a poussé Adam et Eve à agir indépendamment de Dieu. Il les a encouragés à abandonner leur confiance dans le Seigneur pour agir de leur propre chef. Voilà ce qui a été cause de la chute. Satan utilise les désirs normaux, qui ne sont pas des péchés, pour nous faire agir indépendamment de Dieu. Ainsi, de façon délibérée, Adam a dit « non » à Dieu.

Plusieurs commentateurs ont fait le lien entre Genèse 3:6 et 1 Jean 2:16. Dans le Nouveau Testament 1 Jean 2:16 dit: « Tout ce qui est dans le monde, la convoitise de la chair, la convoitise des yeux, et l'orgueil de la vie, ne viennent point du Père, mais viennent du monde. » Ensuite, les gens disent que lorsque Eve a vu que l'arbre était bon à manger, elle a été tentée au niveau de la convoitise de la chair. Lorsqu'elle a vu qu'il était agréable à la vue, elle a été tentée au niveau de la convoitise des yeux. Et lorsqu'elle a vu qu'il permettait d'ouvrir l'intelligence, elle a été tentée au niveau de l'orgueil de la vie. En d'autres termes, il y aurait eu une chute complète dans tout ce qui n'était pas du Père.

Il y a une autre référence du Nouveau Testament que les étudiants de la Bible mettent aussi en parallèle avec Genèse 3:16; je fais ici référence à la tentation de notre Seigneur Jésus dans le désert. Ces deux épisodes sont rapportés dans Matthieu 4 et Luc 4. Bien qu'ils soient tous deux cités dans le Nouveau Testament, les deux évangiles ne les rapportent pas dans le même ordre. Lorsque Satan a tenté notre Seigneur Jésus pour qu'Il transforme les pierres en pain, il a cherché à L'atteindre à travers la convoitise de la chair. Ensuite, lorsque Satan Lui a montré tous les royaumes du monde et leur gloire pour les Lui donner, il L'a tenté sur la base de la convoitise des yeux. Enfin, lorsque Satan a suggéré à Jésus de se jeter du haut du temple pour être miraculeusement secouru par les anges, il L'a tenté au niveau de l'orgueil de la vie.

Dire que les tentations d'Eve se sont situées dans les trois domaines des désirs normaux que sont: faire, profiter et posséder, ou bien dire, comme beaucoup l'ont fait, qu'elle a été tentée dans les trois domaines que sont: le corps, l'âme et l'esprit, ou bien dire encore que Dieu a permis que Satan la tente dans les domaines de la pensée, des émotions et de la volonté, quelle que soit la façon dont nous considérons ces différents aspects, qu'ils fassent référence au côté physique, esthétique ou intellectuel, de quelque manière que nous considérions les choses, une certitude: Adam et Eve ont été tentés et ils ont chuté aussi complètement qu'on le peut, de toutes les manières possibles, dans le jardin d'Eden. Notre Seigneur Jésus, en tant que dernier Adam, a été tenté dans les mêmes domaines que l'ont été Adam et Eve, non pas toutefois dans un jardin luxurieux, mais dans un désert aride, et Il a été victorieux, Il a remporté une victoire totale. Adam et Eve ont connu une chute totale, complète, lors de leur tentation; notre Seigneur Jésus-Christ a remporté une victoire complète lors de Sa tentation dans des domaines identiques.

Tous les péchés sont inclus dans les désirs liés à la nourriture, les désirs liés à la vue et les désirs liés à vouloir devenir sage. Tous les péchés sont inclus dans la convoitise de la chair, la convoitise des yeux et l'orgueil de la vie. C'est une image qui inclut tous les péchés. Les théologiens ont un mot pour décrire cela, ils appellent cela la dépravation. « Dépravation » vient d'un mot latin qui signifie « devenir tordu ». C'est être pervers, corrompu. Qu'est-ce que l'on entend par-là? Cela veut dire que lorsque l'homme a péché, sa nature est devenue tordue instantanément. La direction de sa vie, la direction de son coeur, est devenue corrompue et maintenant chaque humain qui vient au monde, naît avec un parti pris contre Dieu. L'homme a été tordu, détourné de Dieu. De ce fait, l'homme naît donc en rébellion contre Dieu. Naturellement, instinctivement, volontairement, chaque fois, l'homme choisira le péché à la place de Dieu, parce que l'homme a été corrompu. Il a été corrompu et il a reçu une nature pécheresse. L'homme a perdu son inclination à choisir Dieu et le bien. Il n'a plus aucune capacité à le faire.

Cela dit, lorsque nous parlons de dépravation totale ou disons que l'homme a subi une chute complète, cela ne signifie pas que tous les individus sont mauvais. Regardez autour de vous, vous constaterez que sur ce plan, certaines personnes sont pires que d'autres. Elles ne sont pas toutes aussi mauvaises les unes que les autres. Cela ne signifie pas que l'homme est aussi mauvais qu'on peut l'être, car il n'y a pas de limites au mal. A ce propos, nous ne devons pas penser, parce que nous avons mis notre confiance en Christ, que nous ne pouvons pas faire le mal autant que le ferait une personne non sauvée et perverse. Cela reste toutefois possible, chaque fois que nous détournons nos regards de Christ. Nous sommes alors capables de commettre n'importe quel péché, même les plus dégradants. Ne pensez pas que le simple fait d'être devenu chrétien, vous en rend exempt. Des milliers de personnes peuvent témoigner que si nous détournons nos regards de Jésus, nous pouvons aller très loin dans le péché.

Je n'entends pas par-là que l'homme a perdu sa libre volonté. Non, l'homme a encore ce que la Bible appelle une volonté libre de choisir. Il est encore moralement libre, mais il n'a plus la capacité de vivre pour Dieu. Si vous prenez un oiseau qui s'est cassé une aile, il a encore le désir de voler, mais il n'a plus la possibilité de le faire. Pourtant, il a encore la libre volonté de le faire. Il peut choisir de vouloir voler, mais il ne peut pas le faire. Un lépreux qui est en train de se noyer a besoin d'être sauvé deux fois. Il a besoin d'être sauvé de la noyade et ensuite de la lèpre. Il a donc besoin d'être sauvé deux fois. A cause du péché, l'homme a succombé à une chute complète et il est dans la position d'un lépreux en train de se noyer. Il a hérité d'une maladie qui détruit son corps, et il n'est pas capable de nager jusqu'au rivage; c'est pour cela que Dieu doit intervenir sinon il ne sera jamais capable de se sauver lui-même.

Vous pouvez l'énoncer de la façon dont vous le désirez. Vous pouvez dire que la chute de l'homme a atteint son corps, son âme et son esprit. Vous pouvez dire que l'homme a chuté au niveau de sa pensée, de ses émotions et de sa volonté. Vous pouvez dire que l'homme a chuté de façon complète, et qu'il est totalement dépravé. Cela signifie la même chose. Genèse 3 enseigne que l'homme a besoin de Jésus. L'homme a besoin du salut. Lorsqu'il s'est rebellé, lorsqu'il s'est détourné de Dieu, cela l'a tué. Et ainsi, son esprit et son âme ont pris une mauvaise orientation. Ils ont été tordus, pervertis, déformés, pollués, et maintenant toute sa nature se détourne de Dieu; elle s'est alignée sur le mal et le péché. Ainsi, l'homme a désespérément besoin d'être secouru. S'il n'est pas secouru, il sera perdu à jamais. Il n'a aucune capacité pour reprendre le chemin qui mène vers Dieu. C'est ce que nous entendons par: une chute complète.

J'aimerais ajouter un commentaire à propos du succès de Satan dans la tentation et la chute. Je voudrais également faire des remarques au sujet de la tentation d'Eve, puis donner quelques conseils pratiques. Il n'y a là rien de très profond. C'est en fait très simple, mais il se peut que quelqu'un se trouve dans la situation d'Eve. Il se pourrait en effet qu'une personne soit tentée par la convoitise des yeux, la convoitise de la chair ou l'orgueil de la vie. J'aimerais donc, à ce propos, faire trois remarques qui, me semble-t-il, auraient été de nature à aider Eve. Je n'étais pas présent pour aider Eve, mais voici des conseils pour aider n'importe qui.



RESTER LOIN DE LA SOURCE DE TENTATION

En premier lieu, en Genèse 3:6, lorsque Satan a tenté Eve, nous la voyons, semble-t-il, tourner autour de l'arbre de la connaissance du bien et du mal. Elle se trouvait dans le voisinage de l'arbre. Elle en était si proche qu'elle a pu prendre de son fruit, en manger, et en donner à son mari. Ma suggestion est la suivante: « Eve, ne t'approche pas de cet arbre. Ce n'est pas très difficile, Eve, puisqu'il t'est interdit; ne reste pas dans son voisinage. Mieux vaut t'en éloigner. » Je ne prétends pas que Satan aurait échoué dans sa tentative de séduire Eve, mais je crois qu'elle lui a facilité les choses en « traînant » autour de cet arbre interdit. Elle n'aurait pas dû se tenir là; elle s'est mise dans une situation de vulnérabilité. Il eut été bien plus prudent pour elle, de se tenir à l'écart, loin de l'arbre de la connaissance du bien et du mal. Dans un même ordre d'idée, Jérémie nous a mis en garde lorsqu'il a écrit sa prophétie. Le peuple d'Israël ne désirait sûrement pas être emmené en Assyrie, aussi, Dieu, à travers Jérémie, lui donne cet avertissement: « Que faites-vous sur la route qui mène en Assyrie? Vous ne finirez pas en Assyrie, si vous ne prenez pas la route de l'Assyrie. »

Il arrive que des chrétiens déclarent vouloir vivre pour la gloire de Dieu. Très bien! Dans ce cas, qu'ils prennent la route qui mène à la gloire de Dieu. Vous ne pouvez tout simplement pas terminer avec la gloire de Dieu, si vous ne prenez pas la route qui mène à la gloire de Dieu. Si vous ne désirez pas aller en Assyrie, alors quittez la route qui mène en Assyrie. « Eve, éloigne-toi de cet arbre! » Certains chrétiens semblent même prendre plaisir à voir jusqu'où ils peuvent aller sans commettre de péché. Fréquemment, des chrétiens viennent à moi, et me questionnent à propos de choses douteuses ou de pratiques discutables. Régulièrement, on me demande s'il est correct pour un chrétien de faire ceci ou cela? Pourquoi donc certaines personnes posent-elles de telles questions? Si c'est douteux, c'est très certainement mauvais et sale.

Certains chrétiens aiment savoir jusqu'à quel point ils peuvent "s'approcher du précipice" sans y tomber, sans pécher. Mais pour quelle raison désireriez-vous vous approcher du précipice? Tracez une ligne sur le sol et ne la franchissez jamais. Certaines personnes disent: « J'ai vraiment un problème avec la convoitise de la chair. » Dans ce cas n'allez pas parcourir des yeux les présentoirs de magazines. Que faites-vous là? Eloignez-vous de "cet arbre", si c'est là votre problème. Eloignez-vous de toutes choses qui pourraient vous pousser à pécher. Peut-être que vous direz: « J'ai un problème avec les commérages. Alors ne fréquentez pas ceux qui commèrent. Ne passez pas votre temps avec ceux qui risquent de vous entraîner dans ce travers. Ne fréquentez pas les endroits de cette sorte, qui risquent d'être pour vous des occasions de chute! Eve aurait dû se tenir à une grande distance de cet arbre. Je ne prétends pas qu'elle n'aurait pas chuté, mais sans doute aurait-elle été bien plus en sécurité.



NE PAS REMETTRE EN CAUSE LA PAROLE DE DIEU

La seconde observation est celle-ci: Eve a parlementé avec Satan. Elle a discuté avec Lui au sujet de la volonté de Dieu. Ils ont eu une conversation. Elle a tenu une sorte de conférence. Elle s'est posé des questions. Elle a entretenu des doutes. Elle a commencé à raisonner à propos d'une chose qui était 100 % claire. Assurément, ce fut là sa grande erreur. Nous devons éviter d'être proche de la source du péché et ne pas en parler. Nous sommes souvent occupés à parler du péché! Pourquoi parlons-nous du péché, de la convoitise, de la chair, du mal, des mauvaises choses et de Satan? Nous sommes tellement occupés à parler de Satan de nos jours. Il ne se préoccupe pas de savoir si l'on dit des mauvaises choses à son sujet, pourvu que l'on parle de lui, Il est fier et très satisfait. Nous ne devrions même pas nous préoccuper de Satan! Nous devrions penser aux choses qui sont pures et bonnes (cf. Philippiens 4:8). Eve n'aurait jamais dû avoir cette conversation avec Satan.



ETRE PRET A ETRE REPRIS

Une troisième observation: il n'est pas dit qu'Eve ait consulté son mari, que Dieu avait pourtant placé au-dessus d'elle, et elle n'a pas non plus consulté le Seigneur. Même si elle s'était laissée aller à écouter attentivement les propos de Satan, il lui eut été facile de dire: « Laisse-moi parler de ce sujet avec le Seigneur. » Et lorsqu'Il serait venu dans la fraîcheur de la soirée, elle aurait pu Lui dire: « J'ai eu une conversation avec le serpent et voici ce qu'il m'a dit... » Ne pensez-vous pas que le Seigneur lui aurait tout expliqué? Bien sûr qu'Il l'aurait fait. Personnellement, je ne suis pas de ceux qui encouragent à recourir aux conseillers chrétiens. Je pense qu'il y a eu de nombreux abus dans ce domaine. Il ne manque pas de gens se déclarant co-conseillers avec Christ, mais qui ne vous conduisent pas vraiment à Christ. Ces personnes prétendent vous donner la réponse mais elles prennent la place de Christ. C'est très dangereux. Mais puis-je vous suggérer ceci, en raison de cela: si un jour, vous vous interrogez à propos de la volonté de Dieu, comme ce fut le cas pour Eve, parlez-en avec les anciens que Dieu a placés au-dessus de vous. Recherchez les pieux conseils, vous souvenant qu'il est dit: « Le salut est dans le grand nombre des conseillers » (cf. Proverbes. 24:6)

Normalement, Eve aurait dû en parler avec son mari avant de céder à la tentation. Elle n'a vraisemblablement aucune excuse de ne pas l'avoir fait; elle aurait dû en parler avec Dieu; elle aurait dû en parler avec le Seigneur. Mais Eve a échoué dans chacun de ce domaine. Puis-je suggérer que vous et moi serons tentés d'une façon ou d'une autre? Alors, tenons-nous loin de la source du péché. Si vous désirez ne pas pécher, tenez-vous à l'écart de tout ce qui vous conduit au péché. Eloignez-vous! S'il y a dans votre vie, un domaine dans lequel vous savez être faibles, restez-en éloignés. Gardez de la distance! Si quelqu'un vous exhorte dans ce sens pour vous aider, ne le prenez pas mal. Ne le réprimandez pas. Les frères et les soeurs doivent s'aider les uns les autres; si vous voyez une faiblesse chez quelqu'un, vous pouvez lui dire (dans l'amour): « Frère, soeur, vous ne devriez pas vous tenir dans cet endroit, souvenez-vous de votre passé et de vos faiblesses. » Louons le Seigneur pour ces frères et ces soeurs, louons le Seigneur pour eux et ne nous aigrissons pas contre eux.



EN PARLER AVEC DIEU

Enfin, évitez toute conversation inutile. Nous ne devrions pas faire des plaisanteries au sujet du péché, ni parler de ce genre de chose; mieux vaut remettre ces questions au Seigneur dans la prière. C'est une grande vérité! S'il y a une chose qui vous gêne, que vous ne comprenez pas, agissez comme il est dit en Philippiens 2:5 à ce sujet: « Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus-Christ. » et ensuite en Philippiens 3:15 Paul ajoute: « et si vous êtes en quelque point d'un autre avis, Dieu vous éclairera aussi là-dessus. » Si quelque chose reste obscur pour vous, allez simplement au Seigneur et dites-lui: « Seigneur tu as dit que si quelqu'un pensait différemment, Tu Te révéleras à Lui. C'est pourquoi, maintenant, montre-moi. » Vous savez, si Satan y parvient, il fera peser sur vous un sens de culpabilité générale sans que vous parveniez jamais à identifier la vraie cause du problème. Mais en agissant ainsi, vous pourrez faire la différence entre les tourments qui viennent de Satan, et la conviction que donne le Saint-Esprit. Satan est général; le Saint-Esprit est spécifique. Le Saint-Esprit vous montrera exactement ce qu'il en est. S'il y a quelque chose dans votre vie qui vous gêne, dites simplement: « Seigneur, Tu as promis que Tu Te révéleras à nous, si d'une manière ou d'une autre, nous sommes d'un avis différent sur un sujet. » Si Dieu ne vous montre rien, cela vient du Malin; ne vous inquiétez plus à ce sujet.

Ces points étant éclaircis, nous sommes amenés à notre discussion sur les résultats du péché. Nous ne sommes qu'en Genèse 3, mais nous allons considérer plus loin les conséquences de la chute dans la famille, ceci étant illustré par Caïn et Abel. Ensuite, nous considérerons les résultats de la chute au niveau de la race, cela étant illustré par les jours de Noé. Mais dans un premier temps, considérons les résultats de la chute au niveau de l'individu, illustrés par Adam et Eve.



LA CHUTE A CONDUIT AUX SENTIMENTS DE CULPABILITE, DE HONTE ET DE PEUR

Les résultats de la chute en relation avec l'individu se situent sur quatre niveaux que nous allons examiner. Tout d'abord, les versets 3:7-8 disent: « Les yeux de l'un et de l'autre s'ouvrirent, ils connurent qu'ils étaient nus, et ayant cousu des feuilles de figuier, ils s'en firent des ceintures. Alors ils entendirent la voix de l'Éternel Dieu, qui parcourait le jardin vers le soir, et l'homme et sa femme se cachèrent loin de la face de l'Éternel Dieu, au milieu des arbres du jardin. » Le premier résultat de la chute a été la culpabilité. Ils ont dû faire face à la culpabilité, à la honte, et ils se sont cachés loin de Dieu. C'était là un comportement qu'Adam et Eve n'avaient jamais connu auparavant. Nous lisons cela sans trop l'approfondir, mais il nous faut réaliser qu'à cet instant, leurs yeux s'étant ouverts, ils ont pris conscience qu'ils étaient impurs; ils étaient impropres à être vus, regardés. Tel fut l'effet produit par la découverte de leur nudité.

A partir du verset 3:7, nous constatons qu'ils avaient honte d'être vus, même l'un par l'autre et ils ont dû se cacher l'un à l'autre. Ensuite, Dieu est venu durant la douceur du soir; ici, je ne suis pas certain de ce que cela représente. Certains pensent qu'il s'agit de ce moment, après seize heures, quand le soleil descend, lorsque c'est le soir. Le mot hébreu signifie « dans la brise de la journée ». Certains font le rapprochement avec Dieu, venant vers Elie avec une voix douce et subtile, dans le vent, dans l'esprit, et comme Dieu est esprit, Il se manifeste donc comme une brise en Eden. Mais quoiqu'il en soit, peu importe la façon dont Dieu a manifesté Sa présence, la première chose qu'Adam et Eve ont faite fut d'essayer de se dérober aux regards de Dieu. Ils ont tenté de se cacher. Le mot du jour était: dissimulation. Le verset 3:8 dit: « L'homme et sa femme se cachèrent loin de la face de l'Éternel Dieu. » Pourquoi? Parce que tel est le premier résultat du péché.

Ce qu'ils éprouvaient à présent, c'était la culpabilité et la honte. Au-dedans d'eux, ils réalisaient qu'ils ne pouvaient pas se tenir dans la présence de Dieu. Ils savaient qu'ils ne pouvaient pas être vus de Dieu. Si Dieu était venu pour maudire Satan, le serpent, ou pour maudire la femme ou l'homme, vous vous attendriez sûrement à ce qu'ils aient peur et qu'ils se cachent. Si Dieu venait avec une voix comme le tonnerre, n'essayant pas de se cacher, qui ne tenterait de se mettre à l'abri? Mais Dieu n'avait même pas encore commencé à les maudire. Dieu n'avait encore rien fait de cela. Il n'avait encore rien dit au sujet de leur péché. Il n'avait même pas encore maudit le serpent. Il n'avait pas encore maudit la femme et l'homme. Il n'y avait pas une seule ombre de colère en Lui. Dieu n'a dit qu'une seule chose: « Adam, où es-tu? » Dieu s'est simplement manifesté et aussitôt, ils ont essayé de trouver un abri, de se dissimuler, de courir au loin comme le feraient des insectes sous une pierre, lorsque vous la soulevez.

N'est-pas une chose incroyable? Avant la chute, Sa présence et Sa voix étaient leur plus grande joie. Ils marchaient en communion avec Dieu, dans le Paradis de Dieu; ils vivaient dans la gloire à travers cette communion avec Dieu. Puis, maintenant, soudainement, quelque chose s'est passé, ils ont fui de terreur. Maintenant, la présence du Seigneur les terrorise. Dans le verset 3:9, Dieu appelle l'homme et dit: « Où es-tu? » Avez-vous remarqué qu'Adam n'a pas répondu à la question posée par Dieu? Dieu a demandé: « Où es-tu? » Mais Adam répond à la question: « Pourquoi te caches-tu? » Il ne répond pas à la question: « Où es-tu? » Adam répond: « J'ai entendu ta voix dans le jardin, et j'ai eu peur, parce que je suis nu, et je me suis caché. » Cela ne répond pas à la question: « Où es-tu? » Voyez-vous, c'est là quelque chose de tout nouveau pour Adam et Eve. Ayant péché contre Dieu, leur premier réflexe est de courir loin de Dieu. C'est ainsi que tout a commencé, par un désir de fuir loin du Seigneur, s'éloigner de Sa présence. A cet instant, ils ressentaient leur culpabilité et leur honte.

Dans notre culture « moderne », nous craignons d'utiliser le mot culpabilité; les psychologues ne l'emploient même pas. Ils l'appellent: complexe de culpabilité. Ils n'aiment pas l'idée de culpabilité. Ainsi, dès les premiers signes, le pécheur court vers son « docteur pour la tête », parce qu'il a péché contre Dieu et qu'il se sent coupable. Mais on lui sort un diagnostic de complexe de supériorité. Ensuite, le docteur explique à quel point cela est malsain; il essaie de lui parler pour le guérir de cette chose. Il dit, par exemple, qu'il ne devrait pas se sentir accusé, qu'il devrait se pardonner lui-même et ainsi de suite. Dans la plupart des cas, il ne s'agit pas d'un complexe de culpabilité, il s'agit d'une bonne vieille culpabilité, ce n'est pas du tout un complexe de culpabilité. Es-ce que vous avez remarqué qu'Adam et Eve se sont couverts eux-mêmes avec des feuilles de figuiers? C'est parce qu'ils se sentaient nus? Mais alors, pourquoi, après avoir cousu des feuilles de figuiers pour s'en revêtir, ont-ils quand même sauté derrière les buissons pour se dissimuler? Les feuilles de figuiers ne suffisaient pas? En réalité, ces feuilles n'étaient pas capables de couvrir leur nudité. Leur nudité était d'ordre moral. Ils avaient une profonde nudité, et ils ne pouvaient pas se tenir dans la présence de Dieu. Ils ont expérimenté une réelle culpabilité. La honte qu'ils ont éprouvée était bien réelle.

Quand des conseillers humains incitent les gens à se détourner de la culpabilité et de la honte qu'ils éprouvent, ils les détournent en fait de la réalité. C'est une chose mauvaise, les gens ont besoin de faire face à la culpabilité et à la honte, s'ils veulent en être délivrés. Il ne sert à rien de fuir la vérité. Les gens ont besoin du Seigneur. Ce que nous vous montrons ici s'est passé il y a bien longtemps dans le jardin d'Eden, en Genèse 3. Cette chose se répète toujours, partout dans le monde, lorsque l'homme pèche. Voilà donc le premier résultat du péché: l'homme a péché et la culpabilité s'est manifestée. Le résultat a été la honte, la confusion et la peur de Dieu. loin de Dieu pour se cacher. Nous ne nous étendrons pas à présent, bien que ce soit très intéressant Puis l'homme a fui pour vous montrer dans la Bible les endroits utilisés par le pécheur pour se soustraire au regard de Dieu.

Voici deux exemples entre autres. Onésime le pécheur, après avoir volé Philémon, s'est enfui se réfugier à Rome. La foule est un endroit propice pour se cacher; de nombreux pécheurs se dissimulent dans la foule. Les ténèbres aussi sont un endroit que les hommes affectionnent plutôt que de venir à la lumière. Nous lisons qu'il faisait nuit lorsque Judas a trahi le Seigneur. Voici ce que dit Job 38:12-13: « As-tu commandé au matin? As-tu montré sa place à l'aurore, pour qu'elle saisisse les extrémités de la terre, et que les méchants en soient secoués? » Dieu nous donne ici une merveilleuse image. Imaginez une nappe pleine de miettes des gâteaux que vous venez de manger. Vous secouez la nappe et les miettes s'envolent partout. Et bien, Job ici décrit la lumière comme se tenant aux extrémités des ténèbres, prenant les ténèbres pour les secouer comme une nappe, et ainsi, en faire s'envoler les pécheurs. Pourquoi? Parce qu'ils se cachent dans les ténèbres: c'est leur cachette.

Un endroit où l'on peut aussi se cacher, c'est au milieu des pécheurs. Jean 15:19 dit en effet: « Si vous étiez du monde, le monde aimerait ce qui est à lui; mais parce que vous n'êtes pas du monde, et que je vous ai choisis du milieu du monde, à cause de cela le monde vous hait. » Lorsque le peuple d'Israël a érigé le veau d'or, rappelons-nous comment il a utilisé le bruit pour cacher sa faute. La Bible dit en Exode 32:6: « Le peuple s'assit pour manger et pour boire; puis ils se levèrent pour se divertir. » Il y avait de la musique et grand bruit; lorsque Josué et Moïse sont redescendus de la montagne, ils se sont exclamés: « Mais quel est ce bruit? » Cela sonnait fort, comme une victoire. Etaient-ils donc confrontés à une sorte d'épreuve? Non, ils n'ont fait que se cacher « derrière ce bruit » en raison de leur péché.

De nos jours, quand on parle de la musique moderne, les gens disent fréquemment: « C'est le rythme qui vient de Satan. » D'autres encore disent: « Les paroles viennent de Satan. » Avez-vous déjà entendu ces propos? Voyez-vous, ce qui me gêne dans cette musique moderne, c'est qu'elle est très forte. Savez-vous pourquoi cela me gêne personnellement? Parce que la Bible montre que c'est un endroit où l'on peut se cacher. Les gens se cachent dans le bruit; là, ils n'entendent pas la voix subtile de Dieu. La plupart du temps, les hommes utilisent ce moyen pour fuir loin de Dieu. Bien sûr, ils ne l'admettront jamais, mais ils courent se cacher dans la foule. A l'opposé, comme le fit Elie, la solitude peut être aussi une place où l'on se cache loin de Dieu. Des gens comme Ananias et Saphira ont cherché à se cacher sous les dessous de l'hypocrisie. Il existe de nombreuses possibilités pour se cacher loin de Dieu. Jonas a acheté un ticket pour partir en voyage; de nombreuses personnes essaient de faire ainsi. Enfin, Félix le gouverneur s'est caché derrière son emploi du temps, il était tout simplement trop occupé. Ainsi, nous le voyons, il existe de nombreux endroits où « se cacher. »

Le premier résultat du péché est donc la culpabilité, la honte, le fait de fuir loin de Dieu et de se cacher loin de Lui. L'homme a craint de faire face à Dieu; il a trouvé des centaines d'endroits où se cacher. A ce point du récit, Adam n'a pas encore confessé son péché. Il a admis son péché, mais ne l'a pas confessé. Il y a toute une différence entre admettre son péché et le confesser. De nombreux chrétiens pensent que c'est la même chose. Ils pensent que s'ils l'ont reconnu et nommé, ils l'ont confessé. Mais ce n'est pas le cas. Il nous faut bien le comprendre. Admettre le péché, n'est pas le confesser. A ce point du récit, Adam a admis sa nudité, mais il n'a pas encore confessé son péché. Ainsi en est-il du premier résultat du péché: culpabilité, peur, honte et désir de fuir loin de Dieu; une tendance à se couvrir, se cacher et tout ce genre d'attitude envers Dieu.



LA CHUTE A CONDUIT AU SALUT PAR LES OEUVRES

Le second résultat de la chute, nous le voyons dans ce même verset 3:7: « Les yeux de l'un et de l'autre s'ouvrirent, ils connurent qu'ils étaient nus, et ayant cousu des feuilles de figuier, ils s'en firent des ceintures. » Le principe que Dieu nous révèle ici est éternellement vrai. Le premier résultat de la chute est la culpabilité, la honte, la peur et le besoin de fuir loin de Dieu. Le second résultat de la chute est le salut par les oeuvres. Nous le voyons dans ce verset. L'homme a cherché à se couvrir lui-même avec des feuilles qu'il a lui-même arrachées. L'homme essaie de se revêtir avec ses oeuvres. Adam pensait que sa nudité n'était que physique, mais comme nous l'avons souligné, le problème est bien plus profond. Preuve en est qu'ils doivent encore se cacher après s'être couverts de feuilles. Depuis Adam et Eve, qui ont été les premiers à tenter de se couvrir eux-mêmes avec des feuilles de figuiers, tous les pécheurs du monde entier ont cherché à se couvrir eux-mêmes avec une couverture de leur choix, espérant ainsi se tenir devant Dieu sans éprouver la honte.

A ce point du récit, Adam et Eve n'avaient pas encore réalisé ce qu'était la corruption. Ils n'ont pas compris ce qu'était le déclin. Ils n'avaient pas réalisé que ces feuilles de figuier, qu'ils venaient d'arracher d'une branche vivante, allaient maintenant sécher, se rabougrir et se flétrir. Voilà donc toute la valeur de leurs oeuvres dont ils pensent se couvrir, se réclamer. Cette image illustre bien toutes les tentatives des hommes de gagner le salut par les oeuvres. Les habits qu'ils se sont fabriqués, ils les ont faits ayant pour objectif de couvrir leur culpabilité, leur honte, leur peur, de manière à se rendre présentables devant Dieu. Voilà ce que nous appelons le salut par les oeuvres. Toute l'histoire humaine a été comme l'histoire de ces feuilles de figuier. Ces feuilles de figuier sont à l'origine de la religion. Je pense que chacun d'entre nous, nous savons que le christianisme, c'est Christ. C'est une Personne. Ce n'est pas une religion. La religion n'est rien d'autre que l'homme essayant de se revêtir de ses oeuvres devant Dieu. Voilà ce qu'est la religion. Mais le christianisme n'est pas une religion. Le christianisme diffère de toutes les religions du monde entier. Chaque religion cherche à nous enseigner comment nous pouvons nous approcher de Dieu, de quelle manière nous pouvons faire le plein d'oeuvres, mais, sachons-le bien, ce ne sont là que des « feuilles de figuier », ce que la Bible appelle des oeuvres mortes. Pour imager cette réalité, voilà ce qui est dit en Esaïe 28:15: « Nous avons la fausseté pour refuge et le mensonge pour abri. » Voilà comment l'homme espère atteindre Dieu.

Lorsque j'ai préparé cette leçon, j'ai lu de nombreux commentaires sur ce point particulier. Certaines personnes ont suggéré que dans leur condition d'avant la chute, avant qu'ils n'aient péché, Adam et Eve étaient éclatants de lumière. Je veux parler de leur corps qui resplendissait comme le visage du Seigneur Jésus sur la montagne de la Transfiguration. C'était peut-être comme la peau du visage de Moïse qui rayonnait. C'était peut-être comme l'éclat que nous aurons un jour, lorsque nous brillerons avec éclat, comme les étoiles. Certains pensent qu'à la différence des animaux, qui eux n'irradient pas de lumière, Adam et Eve brillaient comme le soleil dans sa gloire et qu'ils rayonnaient. Ils disent qu'ils étaient très lumineux. Ensuite, ils disent que lorsqu'ils ont péché, cette lumière s'est éteinte. Ils pensent que c'est un des chocs qu'ils ont connu; immédiatement, ils ont réalisé que quelque chose s'était passé. Je ne sais pas si tel fut le cas ou non, mais une chose est certaine, cela s'est produit spirituellement. Je ne sais pas si c'était littéral ou non. Mais si cela a été littéral, combien leurs feuilles de figuier ont dû leur sembler ternes, occupés qu'ils étaient à s'en revêtir.

Tout cela nous parle du salut par les oeuvres. Mais, dès l'Ancien Testament, Dieu a rejeté la tentative de l'homme de se couvrir lui-même avec des feuilles de figuier. Il y a une relation semble-t-il entre ce récit et la malédiction prononcée par le Seigneur Jésus à l'égard du figuier maudit dans le Nouveau Testament. C'est exactement la même chose. Avec ses feuilles, le figuier du Nouveau Testament faisait croire qu'il produisait du fruit, ce qui ne lui était pas possible en cette saison; c'est pourquoi, le Seigneur l'a maudit (cf. Matthieu 21:19).



LA CHUTE A CONDUIT A L'AUTOJUSTIFICATION

b l'avons vu, le premier résultat de la chute fut donc la culpabilité, la honte, la peur et le besoin de se cacher loin de Dieu. Le second effet est le salut par les oeuvres: l'homme a cherché à se couvrir lui-même pour cacher sa nudité. Le troisième effet de la chute est montré en Genèse 3:11-13: « Et l'Éternel Dieu dit: qui t'a appris que tu es nu? Est-ce que tu as mangé de l'arbre dont je t'avais défendu de manger? L'homme répondit: La femme que tu as mise auprès de moi m'a donné du fruit de l'arbre, et j'en ai mangé. Et l'Éternel Dieu dit à la femme: Pourquoi as-tu fait cela? La femme répondit: le serpent m'a séduite, et j'en ai mangé. » Ainsi, le troisième résultat de la chute et du péché fut l'autojustification. A ce propos, il y a une grande différence entre David et Adam. Dans le Psaume 51:4, David dit: « J'ai péché contre toi seul, et j'ai fait ce qui est mal à tes yeux, en sorte que tu seras juste dans ta sentence, sans reproche dans ton jugement. » David a cherché sa justification uniquement en Dieu, tandis qu'Adam a essayé de se justifier lui-même, lorsqu'il a péché. Une des caractéristiques de l'autojustification c'est que nous faisons endosser la responsabilité aux autres, nous accusons les autres. Voulez-vous une preuve qu'Adam et Eve ont chuté, en voici une. C'est là une preuve irréfutable de leur condition pécheresse: blâmer quelqu'un d'autre, rejeter ses propres responsabilités.

Ainsi, Adam a blâmé Eve, Eve a blâmé le serpent et cela a atteint un summum lorsque Adam a finalement blâmé Dieu et L'a rendu responsable. Combien la chute de l'homme a été vraiment complète! Il se sent coupable et honteux, court se cacher loin de Dieu; il se présente devant Dieu avec cet habit qui a séché, qui se rabougrit et se flétrit, qui est corrompu, avec lequel il pense pouvoir se tenir devant Dieu - (c'est le salut par les oeuvres) - et non content de cela, voici que maintenant, il se tourne vers les autres, les blâme tous à cause de ses péchés et accuse même Dieu. Quand nous lisons ces choses, il nous est difficile d'admettre qu'il a osé trouver l'audace de rendre Dieu responsable de sa chute honteuse. Il nous est très difficile de l'admettre quand nous considérons l'environnement dans lequel Dieu l'avait installé, dans ce merveilleux jardin d'Eden où Dieu venait Lui-même le gratifier de Sa présence; et pourtant il en a toujours été ainsi depuis la chute de l'homme.

L'homme est capable de blâmer n'importe qui à part lui-même. Il peut tout rationaliser. Il dira que ce n'est pas sa faute, il va blâmer ses circonstances. Il dira que c'est la faute du temps. Il dira que la raison pour laquelle il est bougon, c'est parce que le temps est pluvieux, triste ou froid. Peut-être que quelqu'un dira: « Nous avons eu dix-sept chutes de neige cette année et c'est pour cette raison que je suis de mauvaise humeur. Ce n'est pas ma faute, c'est à cause de l'hiver. » Un autre dira: « Je suis impatient, mais ne me blâmez pas. C'est la faute de ma voiture qui est tombée en panne. » Il semble que ce ne soit jamais de notre faute, la cause vient toujours d'ailleurs. Il peut exister un millier de raisons pour blâmer autrui. Pour ma part, il me semble incroyable de voir comment ces choses se sont passées. Mais il nous faut l'admettre, c'est maintenant inscrit dans notre nature.

Un jour, j'ai vu mon beau-frère, déchaîné, frapper sa voiture, parce qu'il s'était fait mal avec un tournevis. Il s'en est pris à sa voiture et lui a lancé des outils, en criant: « Quelle stupide voiture. Regarde ce que tu as fait! Je saigne! » Mais la voiture est inanimée, elle est morte. Nous parlons parfois de cette stupide montre, de ce sale stylo qui ne fonctionne pas. Nous blâmons toutes les choses dans ce monde, et puis, nous nous blâmons nous-mêmes. Nous disons par exemple: « C'est lui qui m'a poussé à le faire. C'est lui qui me l'a demandé. C'est lui qui l'a fait. Regarde ce que tu as fait, c'est de ta faute. » Il est tellement facile de blâmer les autres ou de blâmer notre environnement.

Ainsi, nous passons notre temps à blâmer le Seigneur. J'ai même un jour rencontré quelqu'un qui m'a dit: « Je ne serai pas sauvé, parce que Dieu ne m'a pas élu, je ne fais pas partie des élus. Je ne suis pas parmi les personnes choisies. » Bien entendu, nous tournons les choses pour les rendre spirituelles. Lorsque nous négligeons de faire quelque chose, nous disons: « Dieu ne me l'a pas mis à coeur, Dieu ne m'a pas donné ce fardeau. » Non, tout cela revient à blâmer Dieu. Il en est ainsi. A moins que Dieu ne fasse une oeuvre de grâce, l'homme ne sera jamais guéri. L'homme passera constamment son temps à blâmer les autres. Il essaiera toujours de couvrir sa culpabilité et sa honte. Il essaiera de fuir loin de Dieu. Il cherchera à présenter à Dieu un salut par les oeuvres.



LA CHUTE A CONDUIT A LA MALEDICTION

Nous avons déjà examiné trois des résultats de la chute; voici maintenant le quatrième: la malédiction de Dieu. Nous en parlerons dans notre prochaine leçon dans laquelle nous regarderons en premier lieu la malédiction de Dieu sur le serpent, sur la femme et sur l'homme en une seule fois. Une raison pour laquelle nous le verrons la prochaine fois, c'est que je ne désire pas terminer sur ce point négatif. Nous ne désirons pas uniquement entendre parler de tous ces effets résultant de la chute, car nous aimerions également voir Christ. Nous verrons donc ce quatrième résultat de la chute dans notre prochaine étude. Ensuite, nous considérerons six évidences de la grâce de Dieu. Présentement, j'aimerais vous donner trois illustrations de la grâce de Dieu.



DANS SA GRACE, DIEU N'A PAS ANEANTI LES HOMMES

Donc, laissez-moi maintenant vous donner rapidement trois illustrations du « miracle » de la grâce de Dieu. La première image de Sa grâce se trouve de Genèse 4 à Apocalypse 22. J'entends par là que le miracle de Dieu tient au fait qu'Il ne nous a tout simplement pas anéantis. Voilà la première illustration de Sa grâce. Le miracle ne tient pas dans le fait que Dieu les a maudits, mais dans le fait que Dieu ne leur a pas donné ce qu'ils méritaient. Voilà une image de la grâce de Dieu. Je parle bien entendu en insensé, mais si j'avais été Dieu, je les aurais tous anéantis! Je les aurais détruits en raison de ce qu'ils avaient fait. Et ils le méritaient. Mais nous lisons qu'après la chute ils respirent encore, ils vivent encore, ils marchent encore sur la terre. Il est vrai qu'ils ont été jetés hors du jardin et qu'ils vont connaître des difficultés, mais ce que nous apprend l'Ecriture, c'est qu'Adam et Eve auront des relations et puis ensuite des enfants. Voilà la grâce de Dieu. C'est en raison de Sa grâce que Dieu ne les a tout simplement pas détruits. Voilà un premier aspect de la grâce.



DANS SA GRACE, DIEU PREND L'INITIATIVE

Dieu ne nous force pas à sortir de notre « cachette »; Il cherche plutôt à nous attirer hors de notre cachette; c'est ainsi qu'Il agit, toujours. Il aurait pu tout simplement "agripper" Adam par la peau du cou et le forcer à se confesser. Dieu savait où était Adam, puisqu'Il est omniscient. Ainsi, lorsque Dieu dit: « Où es-tu? », ce n'est pas comme s'Il disait: « Mais où a-t-il bien pu passer? J'aimerais le voir, mais je n'arrive pas à le trouver. » Dieu savait où était Adam. Dieu n'essaie pas d'obtenir une information pour trouver Adam. S'il l'avait désiré, Il aurait pu utiliser Son omniscience, puis aller droit vers le buisson et agir ensuite comme Nathan l'a fait avec David en 2 Samuel 12:7, lorsqu'il a pointé son doigt entre ses deux yeux pour lui dire: « Tu es cet homme-là! » Dieu aurait pu faire ainsi, mais non, Il ne l'a pas fait. Agissant ainsi, Il n'aurait pas pu montrer Sa grâce. Il a premièrement révélé que l'homme était perdu et deuxièmement, qu'Il allait le trouver.

Il est intéressant de comparer la première question, dans l'Ancien Testament: « Où es-tu? » Genèse 3:9, et la première question dans le Nouveau Testament: « Où doit naître le roi des juifs? » (cf. Matthieu 2:4). Il y a là un lien intéressant. Nous avons dit que le premier résultat de la chute fut la culpabilité de l'homme, qui a couru loin de Dieu; si Dieu ne l'avait pas appelé, il serait encore en train de courir. Il ne s'arrêterait jamais de courir. C'est pour toujours et à jamais qu'il courrait se cacher loin de Dieu, jusqu'à ce que pour finir, il arrive en enfer. Ce qui est montré ici est toujours vrai. La vérité, c'est que l'homme ne cherche pas Dieu aussi longtemps que Dieu ne le cherche pas. L'homme qui cherche Dieu, n'est rien de moins que l'homme répondant à Dieu qui le cherche.



DANS SA GRACE, DIEU POURVOIT AU SALUT

Nous allons terminer avec une troisième illustration de l'indicible grandeur de la grâce de Dieu. Le verset 3:21 dit: « L'Éternel Dieu fit à Adam et à sa femme des habits de peau, et il les en revêtit. » Non seulement Dieu prend l'initiative et invite l'homme à venir à Lui, mais en outre, c'est Lui qui pourvoit pour le salut. C'est Lui qui couvre Adam et Eve. Dès le début, ils ont ainsi appris que c'est uniquement par la vie que l'on peut racheter une vie. Dieu ne peut pas accepter qu'Adam et Eve se tiennent debout dans leurs habits flétris. Dieu n'acceptera pas que l'homme vienne à Lui « avec ses propres oeuvres. »

Nous lisons souvent cela sans nous y arrêter. Mais voir cet animal mort, cela a dû interpeller Adam et Eve. A l'époque où nous vivons, chacun d'entre nous a souvent eu l'occasion de côtoyer la mort. Nous avons vu la mort d'animaux, quelquefois aussi la mort parmi des membres de notre famille ou parmi nos amis. Nous voyons fréquemment la mort: nous savons ce qu'est la mort. Mais eux ne le savaient pas. Ils ne l'avaient jamais vue. Ils n'avaient aucune idée de ce qu'était la mort. Et tout d'un coup, Dieu prend un animal et le sacrifie. C'était peut- être un agneau ou un boeuf, nous ne le savons pas. En tous cas, Dieu prend un animal. Observez bien maintenant; vous désirez voir l'Evangile? Le voici! C'est Dieu qui a choisi un animal, pas l'homme. L'homme devait se tenir à côté de Dieu, le regardant sacrifier l'animal. L'homme ne pouvait pas le faire. Ensuite, ils l'ont regardé, tandis qu'Il préparait des vêtements acceptables à partir de la peau de l'animal. Tout cela est le travail de Dieu. Le verset 3:21 dit: « Et il les en revêtit. » Ils n'étaient même pas capables de se revêtir tout seul! Je me demande à quoi cela ressemblait. Dieu ne leur a pas tendu un vêtement en disant: « Cela devrait faire l'affaire. » Non, Dieu n'a pas dit cela. Il les a Lui-même habillés. Il a vêtu Adam et Il a vêtu Eve.

Nous avons vu, succinctement, trois merveilleuses illustrations de la grâce. Dieu ne nous inflige pas ce que nous méritons. Il paie une dette qui ne Lui revient pas. J'étais débiteur, et je ne pouvais pas payer. J'avais besoin de quelqu'un pour me purifier de mes péchés. Dieu ne nous a pas donné ce que nous méritons. Vous avez mis votre foi en Christ; vous êtes sauvés! Vous rappelez-vous lorsqu'Il vous a trouvés? Vous étiez cachés quelque part derrière un « arbre. » Vous ne le recherchiez pas. C'est Lui qui vous a cherchés. Il est venu à votre rencontre... Il vous a envoyé de la littérature, une cassette, ou peut-être, dans votre vie, un instrument humain. Voilà comment vous êtes venus à Lui. C'est Lui qui est venu vous chercher. Ensuite, toutes ces choses que vous avez peut-être tenté de Lui présenter n'étaient en fait, à Ses yeux, que des « feuilles de figuier flétries. » Il les a toutes prises et vous a montré une autre robe, une robe de Justice, une robe de Sainteté et Il vous en a revêtu en Christ Jésus; maintenant vous vous tenez propres devant Dieu. Tout cela est une image, qui est montrée dès le début de l'Ancien Testament. Il y a encore d'autres images de Sa grâce, mais je désirais simplement vous en montrer quelques-unes avant de terminer.

Prions:

Seigneur, merci pour ce que nous savons au sujet de ce passage. Nous en savons tellement peu, pourtant nous voyons Seigneur qu'il y a ici tant de choses; cela est une merveilleuse image de notre cher Seigneur Jésus, Ton Bien-Aimé, que Tu nous as donné. Nous Te remercions pour cette merveilleuse provision, et nous prions que Tu puisses attirer nos coeurs à Toi dans la gratitude, l'adoration et la louange. Nous Te remercions Seigneur de ce que Tu as commencé de produire ces choses en nos coeurs. Nous Te prions au nom du Seigneur Jésus.

Genèse #8