GALATES #9 - Le Résultat de la Pure Grâce partie 2

(Galates 6:1-18)

Par Ed Miller

Le texte qui suit est la transcription d'un message donné en anglais. La forme orale a été conservée, mais des titres de sections ont été ajoutés pour faciliter la lecture. (NdT)



RESUME

Bonjour et bienvenue dans notre neuvième leçon sur cette merveilleuse épître de Galates. Parmi les commentaires sur Galates que je possède, j'en ai un de G. Christopher Willis qui s'appelle « Merveilleuse Grâce », je trouve que c'est un beau titre pour cette épître aux Galates. Nous avons exprimé le thème de ce livre par « Jésus et rien de plus. » A l'époque de Paul, les judaïsants voulaient ajouter quelque chose à Christ, ajouter quelque chose au simple message. Ils disaient: « Jésus n'est pas suffisant, eegarder à Jésus n'est pas suffisant. Vous devez également être circoncis, respecter les lois sur le sabbat, les lois sur la diététique et les lois sur la séparation. » Il en a résulté que les églises de la région de Galatie sont tombées dans un grand esclavage. Ils jouissaient d'une grande liberté lorsqu'ils regardaient à Christ seul, lorsqu'ils regardaient simplement au Seigneur, mais ensuite lorsque toutes ces règles leur ont été imposées, ils sont tombés dans un terrible esclavage. Leurs vies ont été saturées de demandes impossibles à observer. De plus ils ont dû supporter la culpabilité puis l'échec. Ils n'étaient pas capables de vivre au niveau du standard que ces judaïsants leur avaient imposé. De ce fait, leur vie chrétienne était devenue misérable, contrairement à ce que Dieu désirait pour eux.

C'est pourquoi le Saint-Esprit a envoyé l'apôtre Paul dans cette région et Il l'a fait d'une merveilleuse manière, à travers une maladie qu'il a dû affronter. Paul n'avait pas prévu d'aller en Galatie. Ce n'était pas son itinéraire, mais c'était sur l'itinéraire de Dieu. A travers sa maladie, Paul est arrivé là-bas et il a pu ainsi leur apporter le message de la pure grâce. Nous avons choisi le verset 5:1 comme verset clé: « C'est pour la liberté que Christ nous a affranchis. Demeurez donc fermes, et ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude. » Paul les rappelle à la simplicité, à retourner au Seigneur seul. Paul montre que Jésus-Christ seul est entièrement satisfaisant. Nous n'avons pas besoin de Lui ajouter quoi que ce soit. En fait lorsque nous Lui ajoutons quelque chose, nous le changeons complètement, ce n'est plus du tout le même Seigneur. Le plan que nous avons suivi est très simple, chapitres 1 et 2 le messager de la pure grâce, chapitres 3 et 4 le message de la pure grâce, et chapitres 5 et 6, où nous sommes maintenant, le résultat de la pure grâce.

Nous sommes maintenant arrivés au chapitre 6, la dernière partie du livre, l'apogée du but du salut. Laissez-moi vous rappeler deux ou trois choses que nous avons vues dans notre précédente leçon sur le chapitre 5. Nous avons vu trois grands thèmes, la liberté, la foi et le fruit de l'Esprit qui est l'amour. Nous avons vu la nature de chacun d'entre eux. Comme le montre le verset 5:6, nous avons souligné que la liberté n'est pas l'absence de légalisme, la circoncision ne signifie rien, mais l'incirconcision ne signifie rien non plus. Nous ne jouissons pas de la liberté juste parce que nous avons abandonné une liste d'obligations, de règles et de d'ordonnances humaines. Cela ne nous apporte pas nécessairement la liberté. La liberté n'est pas non plus la licence, faire tout ce que je veux. La Bible n'enseigne pas de « Regarder à Jésus et de vivre comme on le veux. » La liberté c'est accomplir ce que nous devons faire, pas ce que nous voulons faire. Nous avons cette liberté à cause de Celui qui vit en nous. Le Saint-Esprit est Celui qui nous rend libres. Nous avons ensuite considéré la foi. D'après le verset 5:6 la foi est agissante par l'amour. Tout comme c'est la nature du soleil de briller, la nature du vent de souffler, la nature du feu de brûler, c'est la nature de la foi d'agir, de fonctionner. Si elle ne fonctionne pas, ce n'est pas la vraie foi. Chaque fois que je regarde réellement à Christ, ma vie produira du fruit, cela fonctionnera. Enfin nous avons vu dans les versets 5:22-23, que le fruit de l'Esprit est l'amour, la ressemblance à Dieu. C'est un fruit, vous n'avez donc pas besoin de lutter pour le produire, vous n'avez pas à y travailler, cela arrive lorsque vous regardez à Christ par la foi. Voilà où nous nous sommes arrêtés.

Le chapitre 6 continue de répondre à la question: quel sera le résultat de cette pure grâce si je regarde réellement à Christ seul? Ne pensez pas que si je n'ajoute rien à Jésus, rien ne se passera. C'est l'opposé qui est vrai. Si vous regardez en réalité à Christ, alors Dieu accomplira Son programme rédempteur sur la terre. Il ne le fera pas d'une autre manière. Vous aurez des fruits, c'est cela le génie du christianisme. J'ai entendu un merveilleux sermon par Dwight Pentecost, il est professeur au séminaire théologique de Dallas. Il dit que le mot liberté qui est utilisé dans le Nouveau Testament est lié à votre élément, l'élément pour lequel vous êtes créés. Il en donne deux exemples. Il dit qu'un oiseau a été créé pour voler dans les airs, c'est son élément. Il est heureux et libre lorsqu'il vole dans les airs. Un poisson a été créé pour nager dans l'eau, c'est son élément. Il est libre lorsqu'il est dans l'eau. Vous savez ce qui arrive lorsque vous mettez un oiseau dans l'eau, vous obtenez beaucoup de problèmes et vous n'avez pas la liberté. Vous avez un oiseau qui est esclave parce qu'il n'est pas dans son élément. Je suppose également que vous obtenez un poisson esclave si vous le mettez dans un nid, dans un arbre, parce que cela n'est pas l'élément pour un poisson.

Dwight Pentecost dit ensuite que de la même manière, nous avons été créés pour vivre en union avec Christ, pour être en communion avec Dieu. C'est notre élément. Il n'y aura pas de liberté avant que nous ne vivions dans l'élément pour lequel nous avons été créés. C'est lorsque nous regardons à Christ seul que nous somme libres et à aucun autre moment, parce que c'est notre élément. Pourquoi est-ce que la plupart des chrétiens se sentent-ils comme un poisson hors de l'eau? Je crois que la réponse est qu'ils ne sont pas rentrés dans leur élément. Ils n'ont pas découvert leur élément. C'est la douce communion avec Dieu qui est l'air que nous respirons, qui est la nourriture que nous mangeons, qui est l'environnement dans lequel nous vivons et où nous nous déplaçons. C'est la pure grâce qui est le vrai élément pour le chrétien. C'est dans la mesure où Dieu nous montre la vérité sur la pure grâce, qu'Il manifestera aussi la vérité de l'épître aux Galates. C'est pour la liberté que Christ nous a libérés. C'est cela notre élément, la communion avec Dieu.



C'EST LE SAINT-ESPRIT QUI MANIFESTE LES VERTUS DU CHAPITRE 6, PAS MOI

Dans ce chapitre final, alors que Paul expose par le Saint-Esprit ce qu'est cette liberté, il devient très pratique. Il décrit les caractéristiques qui seront dans votre vie, si vous regardez réellement à Christ. J'aime appeler cela le test objectif de la vie dans la Nouvelle Alliance. Voilà ce que je veux dire par cela. Si je considère le chapitre 6 et que j'y trouve des choses qui devraient être dans ma vie, mais qui n'y sont pas, que dois-je faire? Vous voyez, pendant des années, j'ai pensé que si elles n'étaient pas dans ma vie, je devrais les y mettre. Mais je peux vous dire qu'il en découle un énorme esclavage. Laissez-moi vous donner quelques illustrations. Je ne connais pas grand-chose au sujet des voitures, mais je sais qu'elles devraient pouvoir bouger. Imaginons que je sorte voir ma voiture, et qu'elle ne bouge pas. Je pourrais dire: « Je vais la pousser, cela la fera avancer! » Mais je risque de finir vraiment épuisé et dans un grand esclavage en allant d'un endroit à l'autre en poussant ma voiture. Il y a une autre façon de faire, je pourrais remplir le réservoir avec du carburant. Si je mettais de l'essence à l'intérieur, cela ferait une grande différence pour aller d'un point A à un point B. Cette fois-ci, je voyagerais en tant que passager. La vie chrétienne, ce n'est pas pousser, c'est conduire. Heureux ceux qui ont découvert que « le carburant » est le Saint-Esprit, qu'Il est la puissance de Dieu qui nous fait avancer.

Voici une autre illustration. Imaginons que je possède une pièce de métal qui doit être pliée selon un certain angle. Si j'utilise mes muscles, je vais au devant de beaucoup de problèmes et de douleurs. Non, cette pièce de métal n'a pas besoin de muscle, elle a besoin d'un feu bien chaud. Parce que si vous la mettez dans le feu, vous pourrez la plier. La vie chrétienne n'est pas d'avoir des muscles. Le Saint-Esprit peut nous modeler et nous conformer à Celui qu'Il aimerait que nous soyons. Si j'allais dans un verger et que j'y trouvais un arbre qui devrait avoir des pommes, mais qui n'en a pas, je pourrais aller dans une épicerie et acheter un cageot de pommes, revenir et les attacher sur l'arbre. Mais quel gâchis ce serait! C'est lié au principe de la vie. Si cet arbre ne porte pas de fruits, alors il a un problème plus profond. Peut-être que c'est lié au sol, à la nature de l'arbre ou à une maladie. Mais il faut que vous vous occupiez du problème à la racine.

De la même manière, lorsque vous arrivez au chapitre 6 de Galates, si ces caractéristiques ne sont pas dans votre vie, ne commencez pas à pousser, n'utilisez pas vos muscles, ne vous mettez pas à vous décorer comme un sapin de Noël en essayant d'accrocher à votre vie toutes ces vertus. Si ces qualités ne sont pas présentes, c'est que vous n'avez pas saisi, vous ne vous êtes pas emparés, vous n'êtes pas entrés dans le message de la pure grâce. Cela doit alors vous pousser à nouveau vers Christ, vous diriger à nouveau vers Lui. Vous devez alors regarder à votre coeur et dire: « Seigneur, cela devrait y être! Agis en moi, montre-moi à nouveau Christ. » Alors ces choses seront dans votre vie, vous n'aurez pas besoin de les y mettre. C'est donc un test. C'est un examen. Regardez le chapitre 6 et regardez ensuite à votre vie pour voir si ces vertus sont là. Attention, je ne vous dis pas de vous engager dans une morbide introspection de votre propre coeur, cela peut être dangereux. Considérez juste votre vie et regardez si elles sont là. Et si elles n'y sont pas, alors courrez vers Jésus, courrez à nouveau vers le Seigneur. Regardez à Christ, pour que Dieu mette ces choses dans votre vie. Toutes ces choses sont des miracles. Nous ne pouvons pas créer ces choses, nous ne pouvons pas les imiter, nous ne pouvons pas les simuler. C'est Dieu qui doit les faire apparaître. Si elles ne sont pas présentes, c'est que nous ne regardons pas à Christ, car ce sont des fruits.



L'OBJECTIF EST DE CONNAITRE DIEU, PAS GALATES

Laissez-moi vous donner un simple plan du chapitre 6 avant de le développer. Il y deux sections au chapitre 6. La première qui couvre les versets 6:1-10, nous montre cinq résultats de la vie spirituelle, cinq caractéristiques. Ensuite dans les versets 6:11-18, l'apôtre Paul conclut tout le message de Galates en donnant son témoignage personnel. Après ces deux parties, je donnerai encore ma propre conclusion. J'ai si peur qu'en arrivant à la fin d'une série de leçons, cela ne reste qu'une étude académique, qui ne sert qu'à remplir des pages. Dieu veut que nous allions plus loin que juste comprendre les six chapitres de Galates. Nous sommes ici pour connaître Dieu. Nous sommes ici pour voir le Seigneur. En guise de conclusion, j'aimerais poser ensuite trois questions et y répondre pour ainsi résumer ainsi tout ce que nous avons vu. Nous lirons les versets 6:1-10: « Frères, si un homme vient à être surpris en quelque faute, vous qui êtes spirituels, redressez-le avec un esprit de douceur. Prends garde à toi-même, de peur que tu ne sois aussi tenté. Portez les fardeaux les uns des autres, et vous accomplirez ainsi la loi de Christ. Si quelqu'un pense être quelque chose, quoiqu'il ne soit rien, il s'abuse lui-même. Que chacun examine ses propres oeuvres, et alors il aura sujet de se glorifier pour lui seul, et non par rapport à autrui; car chacun portera son propre fardeau. Que celui à qui l'on enseigne la parole fasse part de tous ses biens à celui qui l'enseigne. Ne vous y trompez pas: on ne se moque pas de Dieu. Ce qu'un homme aura semé, il le moissonnera aussi. Celui qui sème pour sa chair moissonnera de la chair la corruption; mais celui qui sème pour l'Esprit moissonnera de l'Esprit la vie éternelle. Ne nous lassons pas de faire le bien; car nous moissonnerons au temps convenable, si nous ne nous relâchons pas. Ainsi donc, pendant que nous en avons l'occasion, pratiquons le bien envers tous, et surtout envers les frères en la foi. »



LA RECOLTE EST DE LA MEME NATURE QUE LA SEMENCE

Avant de lister les cinq caractéristiques, j'aimerais vous donner la clé non seulement de cette section mais également un résumé de tout le livre. Je veux parler des versets 6:7-8: « Ne vous y trompez pas: on ne se moque pas de Dieu. Ce qu'un homme aura semé, il le moissonnera aussi. Celui qui sème pour sa chair moissonnera de la chair la corruption; mais celui qui sème pour l'Esprit moissonnera de l'Esprit la vie éternelle. » Avant je pensais que ces versets ne s'appliquaient qu'au contexte immédiat, c'est-à-dire au verset 6:6, à la libéralité, et à la générosité. Mais c'est plus large que cela, ils s'appliquent à toute la section et même à tout le livre. Paul est en train de dire que la vie chrétienne, c'est semer des graines. Voilà tout ce qu'est la vie chrétienne. C'est un temps de semence. Ensuite il y a un temps de récolte. Il dit qu'il y a deux façons de semer, nous en avons discuté dans tout le livre, il y a deux façons de vivre. Vous pouvez semer pour la chair, c'est-à-dire vivre par les lois, par les oeuvres, par ce que vous faites ou alors vous pouvez semer pour l'Esprit, c'est-à-dire vivre par la grâce, par ce que Dieu fait. Ce sont les deux seules façons de semer. Paul dit que vous pouvez choisir entre les deux. Si vous le désirez, vous pouvez « jouer » à la vie chrétienne, et prétendre que vous vivez la vie chrétienne. Mais un jour arrivera la moisson.

Au verset 6:7, Paul demande: « Qui pensez-vous tromper? Sûrement pas le Seigneur, nous ne pouvons pas le tromper. » Lorsque vous ajoutez quelque chose à Christ, vous ne faites que vous tromper vous-mêmes. Vous finirez par récolter ce que vous avez semé. En semant pour la chair, vous récolterez la corruption. Il y a beaucoup de choses qui pourraient être dites sur semer et récolter, mais dans ce livre le sujet est qu'il y a deux façons de vivre. Chaque jour de notre vie, nous répandons des graines, nous semons. Si nous vivons par nos propres forces, alors nous récolterons ce qui en découle. Si nous vivons par les forces du Seigneur, alors nous récolterons ce qui en découle. Nous ne pouvons pas échapper à la récolte. Nous pouvons défendre autant que nous le souhaitons les oeuvres de la mort et déclarer à quel point c'est spirituel, mais la récolte arrive. Il y aura un jour un test. Paul se sentait concerné par ces chrétiens de Galates, parce que jouer un jeu ne pouvait les conduire d'abord que dans l'esclavage et ensuite dans la corruption. Il les avait vraiment à coeur, il ne souhaitait pas qu'ils tombent dans ce genre de liens. Des milliers de chrétiens ne réalisent pas que lorsqu'ils sèment pour la chair, ils ne peuvent pas moissonner une récolte spirituelle. De nombreuses personnes sèment pour la chair et espèrent une moisson spirituelle. Mais cela n'arrivera jamais! Dieu nous donne la nature comme illustration. Semez du blé, vous récolterez du blé. Semez du maïs, vous récolterez du maïs. Semez de l'orge, vous récolterez de l'orge. Vous ne pouvez récolter que ce que vous semez.

Laissez-moi vous donner une illustration biblique. C'est un exemple que l'on trouve dans Genèse mais je vous citerai un passage d'Hébreux 12 qui nous parle d'Esaü. Hébreux 12:15-17: « Veillez à ce que nul ne se prive de la grâce de Dieu; à ce qu'aucune racine d'amertume, poussant des rejetons, ne produise du trouble, et que plusieurs n'en soient infectés; à ce qu'il n'y ait ni impudique, ni profane comme Ésaü, qui pour un mets vendit son droit d'aînesse. Vous savez que, plus tard, voulant obtenir la bénédiction, il fut rejeté, quoiqu'il la sollicitât avec larmes; car son repentir ne put avoir aucun effet. » Hébreux 12 nous dit qu'Esaü a semé pour le chair, il a choisi un plat physique pour son corps physique et il a rejeté l'héritage spirituel. Il ne voulait pas de la façon de faire spirituelle. Il a choisi la façon de faire physique et ensuite il a pleuré parce qu'il n'a pas pu avoir de récolte spirituelle. Dieu dit donc ici: « Ne soyez pas comme Esaü. Si vous semez pour la chair, alors ne soyez pas étonnés si vous n'avez pas de récolte spirituelle dans votre vie, lorsque vous ne voyez pas le fruit de l'Esprit. Ne semez pas d'une façon pour ensuite pleurer parce que vous ne pouvez pas avoir de récolte. Dans notre dernière leçon nous avons vu l'amour avec toutes ses facettes, comme la joie, la paix, la patience, la bienveillance, la douceur et ainsi de suite. Si vous ne regardez pas à Christ seul, ne pleurez pas si vous n'avez pas la joie et la paix dans votre vie. Vous ne pouvez pas l'avoir, c'est un fruit de l'Esprit. Si vous ne regardez pas à Christ seul, vous sacrifiez la joie et la paix, vous rejetez tout cela, par conséquent ne pleurez pas pour cela. Vous ne l'aurez jamais sans la pure grâce. Si vous ne regardez pas à Christ seul, ne soyez pas étonnés si la patience, la gentillesse ou la bonté ne sont pas dans votre vie. Tout cela vient lorsque l'on regarde à Christ. Certains pleurent: « Oh, pauvre de moi, je n'ai pas de contrôle de moi dans ma vie! D'autres personnes l'ont mais il semble que ce ne soit pas mon cas. » Mais la Bible dit: « Ne pleurez pas comme Esaü », si vous décidez de ne pas semer selon l'Esprit, vous obtiendrez ce que vous semez. Les versets 6:7-8 sont donc un merveilleux résumé de tout le livre de Galates.



PREMIER RESULTAT DE LA GRACE: L'HUMILITE

Considérons maintenant ces cinq résultats, ces cinq caractéristiques de la pure grâce. Supposons que par la grâce de Dieu, nous prenions ce sac de semences avec le mot « pure grâce » dessus, et que nous vivions de cette façon, que nous commencions à semer selon la pure grâce de Dieu. Laissez-moi mentionner les cinq caractéristiques. La première est au verset 6:1, nous l'appellerons simplement l'esprit de l'humilité. L'esprit d'humilité est un résultat de la pure grâce. Le Saint-Esprit à travers Paul illustre ces vérités par une personne qui est surprise en faute. D'autres versions disent « attrapée en train de fauter. » Dans ce verset, il ne parle pas de quelqu'un de rebelle ou qui a prémédité le péché, mais de quelqu'un qui a été surpris en train de le commettre. Lorsque cet homme s'est levé le matin, il n'avait aucune intention de commettre ce péché, il savait qu'il pouvait pécher, nous péchons tous, mais il n'était pas conscient que ces choses allaient arriver. Mais à un moment de la journée, dans un moment de faiblesse, il est tombé. La tentation s'est présentée à lui et il est tombé. Je pense que nous serions tous des menteurs si nous disions que nous n'avons jamais été surpris par la tentation. Nous avons tous expérimenté cela. Il se peut que tout d'un coup nous soyons en face d'un magazine « sale », dans la présence de quelqu'un qui fait des suggestions impures, que nous nous trouvions avec des personnes qui font des blagues déplacées ou qu'il y ait une tentation de voler ou de frauder. Nous pouvons également perdre notre sang-froid lorsque nous voyons une injustice, et que de mauvaises paroles sortent de notre bouche, alors qu'elles ne le devraient pas. Nous avons tous été surpris par une tentation soudaine.

Paul demande quelle est notre attitude envers une personne qui a été surprise par le péché, qui est devenue la victime du péché, et qui est tombée dans une tentation parce qu'elle n'y était pas préparée. Paul dit que si vous n'êtes pas spirituels, si vous vivez par les oeuvres, voilà ce que sera votre attitude, vous serez très critiques, sévères et durs envers elle. Pourquoi en est-il ainsi? A cause de la nature de la loi. La loi ne peut pas vous restaurer. Elle ne peut que vous condamner. Elle ne peut que dire: « coupable. » Ceux qui vivent selon la loi sont comme la loi. Ils regardent les autres de haut et disent: « Coupable. Avez-vous vu cette personne? Honte à elle. Elle a péché contre Dieu. »

Paul dit au verset 6:1 ce que sera votre attitude, si vous vivez par la grâce, si vous êtes spirituels. Elle sera bien différente. Parce que la loi n'a pas de provision pour la restauration, mais la grâce en a, et ceux qui vivent par la grâce seront comme la grâce. Ils auront un coeur qui désire restaurer. Comment le chrétien spirituel restaure t-il selon le verset 6:1? Il le fait dans un esprit de douceur, dans un esprit de bienveillance. Il ne regarde pas à Jésus plus quelque chose. Il ne regarde pas à Jésus plus à sa propre fidélité, plus à ses propres mérites, plus à sa propre habileté à résister à la tentation, plus à sa propre préparation. Non, ce chrétien dans le verset 6:1, comprend la grâce de Dieu et sait que lui également pourrait être surpris. Voyez-vous, dans le chapitre 6:1, la seule différence entre celui qui est appelé spirituel et celui qui est surpris en faute? Selon le verset 6:1, la seule différence est que l'homme spirituel n'a pas été tenté, mais l'autre si. Dans la même situation, avec la même pression, dans la même circonstance, cette même tentation aurait pu faire tomber le chrétien spirituel. Regardez à nouveau le verset 6:3:« Si quelqu'un pense être quelque chose, quoiqu'il ne soit rien, il s'abuse lui-même » Le chrétien spirituel connaît sa propre faiblesse. Il sait à quel point il est fragile dans les mêmes circonstances. Il sait qu'il peut être tout autant surpris et faible en face de la même tentation.

Détournez vos regards de Christ et il n'y plus de limite à ce qui peut arriver dans votre vie. Tous les chrétiens sont capables de commettre les mêmes péchés que la personne la plus impie sur terre. A tout moment où nous ne regardons pas à Christ, nous sommes susceptibles de tous les commettre. L'homme spirituel reconnaît qu'il n'est qu'une plume lorsque le vent de la tentation souffle, qu'il peut être mis à terre en un court instant. Il ne pense pas qu'il est quelqu'un, il sait qu'il n'est rien. Il est venu vers Dieu en tant que rien et Dieu l'a reçu. Il sait qu'il n'est que poussière et qu'il est faible. Lorsqu'un chrétien spirituel voit un chrétien qui est tombé, une soeur qui est tombée, il ne les considère pas avec un regard hautain pour les condamner, en étant critique. Le mot utilisé au verset 6:1 pour « redresser » est un mot tiré de la médecine, c'est le mot utilisé pour remettre en place un os qui n'est plus à sa juste place. Remettre en place un membre disloqué. C'est la première caractéristique de quelqu'un qui vit par la pure grâce. C'est son attitude envers ceux qui sont tombés, envers les rétrogrades, envers les pécheurs. Il ne pointe pas son doigt accusateur en disant: « Oh, regardez, ils sont tombés dans le péché! » Non il a l'humilité qui réalise qu'à tout moment, il peut lui arriver la même chose. La seule différence entre le spirituel et celui qui est tombé, c'est que l'un a été tenté et pas l'autre. Je ne sais pas ce que Jésus voulait dire dans cette prière qu'Il nous a appris à prier: « Ne nous conduis pas dans la tentation. » Je pense que cela a un lien ou un autre avec ce verset. Je ne sais pas tout ce qu'Il voulait dire par cela. Mais je peux vous dire que c'est une prière incroyable parce que chacun d'entre nous peut être tenté, et nous pouvons tomber. Vous ne pouvez pas travailler pour obtenir cette attitude envers le pécheur, c'est un miracle de Dieu, que de ressentir cela. C'est un puissant miracle de Dieu et c'est une oeuvre du Saint-Esprit. Vous ne pouvez pas simuler cet esprit d'humilité.



DEUXIEME RESULTAT DE LA GRACE: LA COMPASSION

Considérons le deuxième résultat de la pure grâce, on le trouve dans les versets 6:2-5, c'est un esprit de compassion. Regardez le verset 6:2: « Portez les fardeaux les uns des autres. » Ensuite prenez le verset 6:5: « Chacun portera son propre fardeau. » Cela semble être une contradiction. La réalité est que ces deux mots sont différents dans le grec. Le mot dans le verset 6:2 n'est pas le même que celui dans le verset 6:5. Le mot utilisé dans le verset 6:2 est un surpoids écrasant. C'est un poids, c'est oppressif, c'est une charge qui vous écrase, une charge qui peut vous tuer si vous ne l'enlevez pas de votre dos. Vous pouvez traduire le mot du verset 6:5 par responsabilité: « Chacun portera sa propre responsabilité. » C'est le même mot qui est utilisé pour décrire le paquetage du soldat. Parmi les choses avec lesquelles j'ai beaucoup de mal, c'est que certains chrétiens pensent qu'ils sont exempts de « paquetage », de responsabilités. Chaque chrétien est responsable ou devrait se sentir responsable. J'ai du mal lorsque quelqu'un me propose des avantages parce que je prêche l'évangile. Je ne comprends pas pourquoi un chrétien devrait recevoir une ristourne dans un magasin ou avoir une place de parking à lui. Nous sommes appelés à porter les surcharges les uns des autres. Mais nous ne devons pas porter les « paquetages » les uns des autres. Un chrétien spirituel à un esprit de compassion, mais la compassion n'a pour objet que ceux qui ont une charge de trop. La compassion n'a pas pour objet de libérer quelqu'un de ses propres responsabilités. Certains pensent que les chrétiens sont vraiment des profiteurs. Il y a des chrétiens qui ne veulent pas faire face à leurs responsabilités et qui, lorsqu'ils ont un problème, s'appuient sur les autres chrétiens pour les aider à sortir de là où leur propre irresponsabilité les a fait aller. Ils refusent de travailler, ils gaspillent leurs opportunités et ensuite ils s'attendent à ce que les chrétiens les tirent d'affaire. Ils ne veulent pas accomplir leurs responsabilités, ils disent simplement: « Dieu va pourvoir. » C'est de la présomption.

Le chrétien qui marche dans l'Esprit, et c'est pour cela que vous devez marcher dans l'Esprit, sera sensible pour voir s'il s'agit de surcharge ou de responsabilité. Il ne prendra pas la responsabilité de quelqu'un d'autre. C'est pour cela que nous devons regarder à Christ. Il viendra en aide à celui qui est écrasé sous un surpoids mais pas à celui qui n'accomplit pas ses responsabilités. La grâce se dépense en aidant celui qui est faible. Je vous ai déjà parlé dans une précédente leçon, de cette accusation que si vous regardez à Christ, vous serez taxés de paresseux. Eh bien, ce passage enseigne tout à fait l'opposé. La grâce se sent concernée par les hommes et les femmes qui sont sous un surpoids, sous une charge qui les écrase. Elle vient en aide aux cas les plus difficiles. La grâce ne tourne jamais le dos aux orphelins, aux veuves, aux prisonniers et à ceux qui n'ont pas de toit ou qui ont faim. La grâce n'est pas paresseuse, elle porte les fardeaux. La grâce vous permet de répandre votre vie dans la vie de quelqu'un d'autre. Elle pleure sur la femme battue, et sur l'enfant que l'on abuse. Elle oeuvre, prie, pleure et aime l'alcoolique, et la femme qui a chuté. Elle va vers les autres, elle s'intéresse aux personnes plus âgées. Tous ceux qui sont sous une charge qui les écrase seront touchés par celui qui est réellement spirituel, qui regarde à Christ. Il a un coeur compatissant pour toutes les victimes. Qu'elles soient les victimes d'un crime, de la pauvreté, du chômage, de la maladie ou de toute autre chose. Seul celui qui est rempli de l'Esprit peut réellement prendre part aux fardeaux de ceux qui sont surchargés. Le légaliste ne portera jamais les fardeaux des autres. Il prétend le faire, mais il ne peut pas le faire. Il se peut qu'il vous invite à l'église mais il ne répandra pas sa vie pour vous. Il ne s'engagera pas à porter votre fardeau. C'est la caractéristique d'un chrétien qui vit selon la pure grâce. Il porte et supporte à un prix incroyable pour lui-même. Il est sensible, il voit bien les choses. Il ne libèrera pas quelqu'un de ses responsabilités, mais il sera là pour porter la surcharge. C'est à nouveau un miracle de Dieu. C'est une oeuvre de l'Esprit de Dieu, que de produire l'humilité lorsqu'un pécheur tombe et de produire la compassion pour s'impliquer dans la vie des autres. Tout cela est une oeuvre de l'Esprit de Dieu. Voilà pour le deuxième résultat de la grâce.



TROISIEME RESULTAT DE LA GRACE: LA GENEROSITE

Le troisième résultat de la grâce est montré dans les versets 6:6-8. Il aura un esprit de générosité. Le chrétien qui regarde à Christ sera généreux. Il sera un chrétien qui donne, il aidera l'oeuvre du Seigneur. Lorsque vous arrivez à un passage comme celui-ci, il y a plusieurs choses qui vous viennent à l'esprit. Une des choses est que je n'aimerais pas que l'on pense que je demande de l'argent. Il y a deux raisons pour lesquelles je n'ai pas peur de dire ce que cela signifie. La première est parce que c'est dans la section des résultats. Si votre coeur regarde réellement à Christ, vous serez généreux, vous serez un donateur. La question que l'on peut soulever est bien sûr: est-il juste pour un groupe ou un individu de demander de l'argent pour supporter l'oeuvre du Seigneur? Je ne veux pas essayer de lire dans le coeur des gens et de juger les motifs des uns ou des autres, mais je pense que la règle générale est qu'il n'est jamais juste de demander de l'argent. Je réalise qu'il y a de nombreux charlatans et certains essayent simplement de voler les pauvres chrétiens. Mais il y a parfois des gens honnêtes qui veulent simplement vous présenter leurs besoins de telle sorte que vous puissiez prier de façon intelligente, et apporter le tout au Seigneur. Mais comme la générosité est un résultat, je pense que la règle générale est que la demande d'argent est dans la même catégorie que la circoncision ou n'importe quelle autre loi. La générosité est un résultat, c'est un fruit. Ce n'est pas une loi. Il ne s'agit pas de dire: « Vous devez faire des dons. Vous devez donner la dîme. Vous devez supporter la mission. Vous devez supporter l'évangélisation. Vous devez supporter l'église locale. » Non, ce n'est pas le message. Le message est que vous donnerez si vous regardez réellement à Christ. Personne n'a le droit de venir vous voir pour vérifier comment vous gérez vos finances personnelles. Non, la générosité est un résultat de la pure grâce. Si le Seigneur possède votre coeur, Il possède également votre compte en banque. Il n'y a pas de questions à se poser à ce sujet, parce que tout est lié à la soumission au Seigneur Jésus.

La seconde raison pour laquelle je n'hésite pas à parler de donner est parce que cela se trouve dans le contexte des versets 6:7-8, qui parle de la récolte qui arrive. Vous voyez, cela souligne l'autre côté de la vérité sur les dons. Laissez-moi l'illustrer. Imaginez ce grand jour où nous nous tiendrons devant le tribunal de Christ. Devrons-nous en ce grand jour répondre pour notre égoïsme? Cela ne fait aucun doute, oui nous devrons en répondre. L'égoïsme n'est pas à l'image de Christ. Voici l'autre côté, devrons-nous répondre pour notre générosité? Et la réponse est à nouveau, oui nous devrons en répondre. Réalisez-vous que vous pouvez faire autant de tort à travers votre générosité que vous pouvez en faire par votre égoïsme. La générosité, à la différence de l'égoïsme, n'est pas mauvaise en elle-même. L'égoïsme est simplement mauvais en lui-même. Mais la générosité est mauvaise lorsqu'elle est dans la chair.

Imaginez par exemple que vous voyez quelqu'un qui a des besoins financiers. Vous vous dîtes alors: « Ces personnes sont dans les difficultés et nous avons en abondance, dois-je l'aider dans ses besoins? » Peut-être, mais peut-être pas. C'est pour cela que vous devez marcher dans l'Esprit. Parce que Dieu est peut-être en train de s'occuper de ces personnes et a fait apparaître des besoins financiers dans leur vie, pour les humilier et pour les abaisser et si nous venons avec notre générosité, nous risquons de travailler à l'encontre de ce que fait le Seigneur. Il se peut que Dieu ait mis sur eux un fardeau et nous venons les en libérer. Ainsi, nous nous retrouvons en train de combattre l'action de Dieu. C'est pour cela qu'il est si important de vivre par l'Esprit. Parce que même notre générosité peut agir contre nous. C'est lié au principe que nous avons vu tout à l'heure. Nous devons aider à porter les surpoids écrasants, mais laisser les gens assumer leur responsabilité. Il y a une petite ligne de démarcation et seul le Seigneur peut nous montrer la différence. Le point est le suivant. Si mon coeur est rempli de l'amour du calvaire, je serai un donateur, je serai généreux. Si je dois lutter pour ce que je donne, si j'ai du mal à être généreux, et aider à l'oeuvre du Seigneur, alors je dois examiner à nouveau ma relation avec Christ. Tout tourne autour de ce point, est-ce que je regarde à Jésus seul?



QUATRIEME RESULTAT DE LA GRACE: LA PERSEVERANCE

Le quatrième résultat de la grâce se trouve dans les versets 6:9: « Ne nous lassons pas de faire le bien; car nous moissonnerons au temps convenable, si nous ne nous relâchons pas. » Le chrétien spirituel persévère jusqu'à la fin. Il n'abandonne pas, il ne se fatigue pas. Vous voyez, les légalistes finissent exténués, la chair finit par se lasser. Je peux parler par expérience sur ce sujet. En 1965 j'ai fini exténué. Je loue le Seigneur pour le jour où j'ai fini exténué. Mais je loue le Seigneur pour le fait qu'il y avait également à cette époque des chrétiens spirituels pour me décharger de mon fardeau écrasant; ils étaient là lorsque je suis tombé. Les chrétiens spirituels ne vivent pas avec leur propre puissance. Ils vivent de la puissance du Seigneur, ils vivent par la puissance d'un Autre. C'est l'autre facette de cette doctrine que nous appelons la sécurité éternelle. Certains appellent cela la persévérance des Saints. Mais c'est une expression inexacte. Il s'agit de la persévérance du Seigneur, c'est pour cela que nous pouvons aller jusqu'au bout. C'est pour cela que nous sommes sûrs de notre fin, c'est parce que Dieu n'abandonne jamais. C'est Lui qui nous rend capables. Un chrétien spirituel ne se lasse pas d'aimer son prochain. Il n'est pas exténué lorsqu'il vient en aide à une personne en difficulté. Même s'il doit prier pendant de longues années, il continue de prier. Il continue de prier sachant que Dieu va répondre à ses prières. Lorsqu'il n'est pas apprécié, qu'il est mal compris, et mal traité, il continue parce qu'il le fait pour le Seigneur. Il le fait pour faire du bien au coeur du Seigneur. Vous voyez, les légalistes abandonneront après quelques désappointements. Si certaines personnes ne sont pas d'accord avec eux, ils abandonnent tout et partent. Le chrétien spirituel travaille avec espoir. Il se confie dans le Seigneur, Il tire sa force de Dieu. Et même lorsqu'il reste seul, il continue de se réjouir dans le Seigneur. Voilà la quatrième caractéristique.



CINQUIEME RESULTAT DE LA GRACE: UN COEUR DESINTERESSE

Voyons enfin une dernière caractéristique. C'est presque comme si Paul disait: « Laissez-moi maintenant inclure tout ce que j'aurai pu oublier. » C'est pourquoi dans le verset 6:10, il donne cette caractéristique qui inclut tout: « Ainsi donc, pendant que nous en avons l'occasion, pratiquons le bien envers tous, et surtout envers les frères en la foi. » Qu'est-ce qui n'est pas inclus dans « pratiquons le bien? » Et qui n'est pas inclus dans « envers tous? » Vous voyez tout est là, tout ce qu'il aurait pu omettre est inclus dans ce verset. Nous appelons cette caractéristique un coeur désintéressé, un coeur ouvert à tous. C'est un coeur qui est toujours ouvert à toute opportunité pour aider n'importe qui, avec n'importe quoi en n'importe quelle circonstance. C'est le coeur de Christ, la vie de Christ. Le chrétien spirituel est prêt à servir chacun, et ensuite Paul ajoute « et surtout envers les frères en la foi. » Il est ouvert à toute personne et à tout besoin. Il ne pose pas la question: « A quelle église appartiens-tu? » Il ne demande pas: « Qu'est-ce que j'aurai en retour? » C'est simplement un coeur rempli de l'amour du calvaire qui est répandu pour tous les hommes, pour tous les besoins. C'est désintéressé. Il ne pense pas à lui-même. Il est toujours là pour se donner lui-même tout comme notre Seigneur Jésus.

Laissez-moi résumer. La personne spirituelle aura un coeur humble. Elle aura un coeur compatissant. Elle aura un coeur généreux. Elle aura un coeur persévérant. Elle aura un coeur désintéressé. Posez-vous simplement la question, est-ce que ces choses sont dans votre vie? Vous voyez, c'est à cela que ce chapitre nous appelle. Mais si elles n'y sont pas, ne devenez pas frustrés en vous disant: « Que vais-je faire? Vais-je devoir commencer à porter les fardeaux des autres et à donner? » Non ce n'est pas le sujet. Vous devez courir vers Jésus, regarder à Christ dans une simple foi, jusqu'à ce que cela vienne comme un fruit. Ne vous inquiétez pas du fruit. L'arbre portera du fruit en sa saison. Il y a des saisons ou l'arbre ne porte pas de fruit, et pendant lesquelles Dieu ne s'attend pas à ce qu'il en porte. Ne vous inquiétez pas au sujet des fruits, inquiétez-vous au sujet des racines. Assurez-vous que vous vous agrippez bien au sol et que vous absorbez les aliments du sol, du soleil et de la pluie.

Laissez-moi maintenant vous montrer comment Paul termine cette lettre. Lisons les versets 6:11-18: « Voyez avec quelles grandes lettres je vous ai écrit de ma propre main. Tous ceux qui veulent se rendre agréables selon la chair vous contraignent à vous faire circoncire, uniquement afin de n'être pas persécutés pour la croix de Christ. Car les circoncis eux-mêmes n'observent point la loi; mais ils veulent que vous soyez circoncis, pour se glorifier dans votre chair. Pour ce qui me concerne, loin de moi la pensée de me glorifier d'autre chose que de la croix de notre Seigneur Jésus-Christ, par qui le monde est crucifié pour moi, comme je le suis pour le monde! Car ce n'est rien que d'être circoncis ou incirconcis; ce qui est quelque chose, c'est d'être une nouvelle créature. Paix et miséricorde sur tous ceux qui suivront cette règle, et sur l'Israël de Dieu! Que personne désormais ne me fasse de la peine, car je porte sur mon corps les marques de Jésus. Frères, que la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ soit avec votre esprit! Amen! »

A cause de cette référence au verset 6:11: « Voyez avec quelles grandes lettres je vous ai écrit de ma propre main », plusieurs personnes pensent que c'est parce qu'il avait un problème de vue qu'il a dû écrire avec de grandes lettres et que cette phrase y fait référence. Paul termine ce glorieux livre avec un témoignage personnel. Il montre que le message de la pure grâce a affecté sa propre vie. Alors qu'il termine cette épître, il fait trois choses. Premièrement il montre le contraste entre la raison pour laquelle les judaïsants se glorifient et la raison pour laquelle lui se glorifie. De quoi les judaïsants se glorifiaient-ils? Ils se glorifiaient d'une vie facile, qui n'allait pas à contre courant. Vous voyez, leur message ne leur coutait rien, tout était prévu pour satisfaire la chair. Mais de son côté au verset 6:14, Paul se glorifie de la Croix. Il parle d'une double crucifixion. Je ne pense pas que l'on pourrait trouver une phrase plus forte pour montrer sa séparation pour le Seigneur. Il était complètement séparé du monde, il était crucifié par rapport au monde et le monde était crucifié par rapport à lui. Réalisez-vous que seule une double crucifixion pourra vous faire du bien? Vous en avez besoin et j'en ai besoin. Comment pouvons-nous l'obtenir? Comment Paul l'a-t-il reçue? Ce n'est certainement pas par le renoncement à soi, il l'a reçue en regardant à Christ. Lorsqu'il a regardé à Christ par une simple foi, il a été crucifié pour le monde, et le monde a été crucifié pour lui. Vous voyez en ce moment même, si vous regardez à Christ, Galates 6:14 devient votre témoignage. En ce moment même si je regarde à Christ, Galates 6:14 devient mon témoignage. Je suis crucifié pour le monde et le monde est crucifié pour moi. Si nous pouvions ajouter une toute petite chose à Christ de nous-mêmes, alors vous savez que nous nous glorifierions dans cet ajout, nous nous glorifierions de ce que nous aurions ajouté à Jésus. Mais Jésus n'en veut pas.



LE MESSAGE DE LA GRACE NE NOUS COUTE RIEN POUR LE RECEVOIR, MAIS IL NOUS COUTE TOUT DANS CE QUI EN RESULTE

Le message de la grâce ne nous coûte rien pour le recevoir, mais il nous coûte tout dans ce qui en résulte. Cela nous coutera quelque chose, nous serons hors du camp, comme l'était l'apôtre Paul. Les légalistes aiment à penser que ce sont eux qui payent un prix. Non, ils ne payent pas de prix. Ils vont vous dire à quel point ils sont actifs, occupés et engagés. Mais ce n'est que de la fierté, c'est pour cela qu'ils vous en parlent, ils veulent que vous sachiez tout ce qu'ils font. Il n'y a pas de secret dans leur engagement. Ce n'est que se glorifier dans la chair. C'est celui qui vit par la pure grâce qui fait le vrai travail. C'est lui qui porte les fardeaux des autres, c'est lui qui souffre, c'est lui qui paye le prix, et qui s'implique dans la vie et les souffrances des autres. C'est lui qui bien sûr subit la persécution.

Paul fait une autre chose au verset 6:15. Alors qu'il termine cette épître, il veut à nouveau nous rendre attentifs au principe de la vie. Il dit au verset 6:15: « Car ce n'est rien d'être circoncis (faire des oeuvres) ou incirconcis (l'absence d'oeuvre); ce qui est quelque chose, c'est d'être une nouvelle créature. » La seule chose qui importe n'est pas ce que tu fais ou ne fais pas, mais es-tu en train d'être changé par la grâce de Dieu? Il nous rend attentifs au caractère, pas à ce que vous faîtes mais à ce que vous êtes devant Dieu, une nouvelle création. Finalement au verset 6:17 il dit: « Que personne désormais ne me fasse de la peine, car je porte sur mon corps les marques de Jésus. » Ce mot « marque » est un mot très fort dans le grec. A cette époque les romains marquaient les esclaves de la même façon que les cow-boys marquaient leurs bêtes. Chacun avait sa propre marque distinctive et ils la brûlaient sur la chair des esclaves. Paul en tant que combattant de Christ avait également une marque sur sa chair. Il avait des traces de coups et des bleus de tous côtés. Si vous lisez 2 Corinthiens 6 et 11, vous verrez par quelles épreuves et persécutions il est passé. Paul dit: « Vous voulez vous glorifier dans la marque de votre chair, la circoncision. C'est cela votre marque? » Et ensuite il montre ses propres marques sur son corps et sur son dos, et dit: « J'ai également des marques. Les légalistes ne reçoivent pas des marques comme celles-ci, lorsqu'ils prêchent dans le sens du courant. Vous recevez des marques comme celles-ci lorsque vous prêchez contre le courant. » Il continue en disant: « J'ai été racheté par la grâce, et je suis fier d'être la possession d'un autre. Voici mes marques d'esclaves. Je suis content d'être l'esclave de Christ. J'ai été marqué, je Lui appartiens et j'en suis fier. C'est comme s'il disait: « Ces marques m'immunisent contre tout ce que vous avez à dire. » Par conséquent, que personne désormais ne me fasse de la peine. Je ne vais plus discuter avec vous de la grâce, je ne vais pas vous donner dix milles raisons pour lesquelles je crois dans la grâce de Dieu. A partir de maintenant ce sont mes marques qui vont raconter mon histoire. A partir de maintenant, c'est ma vie qui va parler pour moi.

Si vous ne pouvez pas voir comment je vis, et y voir la grâce de Dieu, alors vous n'avez aucun droit de croire ce que j'enseigne à partir de la Bible. Vous devez être capables de le voir dans ma vie. Si vous ne le voyez pas dans ma vie, je n'ai plus aucune puissance, je n'ai plus de message. » Voila ce que Paul est en train de dire. Il dit: « Que personne désormais ne me fasse de la peine, car je porte sur mon corps les marques de Jésus. » C'est ainsi qu'il finit cette glorieuse épître.



« JAMAIS ESCLAVE » SIGNIFIE TOUJOURS « ENCORE ESCLAVE »

Maintenant pour bien conclure ce livre, laissez-moi vous poser trois questions et y répondre. Cela nous permettra de bien résumer ce grand message de liberté et de victoire. La première question est la suivante: quel est le point de départ de la liberté? Voici la réponse. Le point de départ de la liberté est l'esclavage, pas la liberté. Personne n'a jamais connu le message de la liberté, à moins qu'il n'ait connu la réalité de l'esclavage dans sa vie. Je crois qu'un des versets les plus tristes de la Bible est Jean 8:33: « Nous sommes la postérité d'Abraham, et nous ne fûmes jamais esclaves de personne; comment dis-tu: Vous deviendrez libres? » Voilà ce que les juifs ont dit à Jésus. A tout point de vue, ils mentaient lorsqu'ils disaient cela. Ils avaient été sous l'esclavage des Egyptiens, puis des Babyloniens et lorsqu'ils ont dit cela ils étaient sous l'esclavage des Romains. Le fait de prononcer cette phrase: « Nous ne fûmes jamais esclaves de personne » révèle qu'ils n'ont jamais étaient libérés de l'esclavage. « Jamais esclave » signifie toujours « encore esclave. » Frères et soeurs, si vous réalisez qu'il y des liens dans votre vie, vous avez fait un pas de géant vers le message de la liberté. Cela ne va pas contre le message de liberté, c'est le point de départ du message de la liberté. Vous ne pouvez pas connaître la liberté sans les liens. Je ne veux pas commencer à louer Dieu pour les liens, mais si vous n'avez pas de liens, vous ne pouvez pas avoir de liberté. La liberté commence avec l'esclavage.



A LA RACINE DES PECHES, IL Y A L'INCREDULITE

Voici la seconde question: quel est le lien d'où découle tous les autres liens? La réponse est l'incrédulité. La mesure de l'esclavage dans votre vie détermine votre mesure d'incrédulité. J'aime les versets d'Hébreux 12:1-2 qui parlent « du péché qui nous enveloppe si facilement. » Avant, lorsque je lisais ces versets, je pensais que tout le monde avait son propre « péché qui l'enveloppe si facilement. » Pour l'un, c'était la fierté, pour l'autre l'alcool, pour l'autre la colère et chacun avait son propre « péché principal. » Tout cela jusqu'à ce que j'étudie ce passage dans son contexte. Tout le monde a le même « péché qui l'enveloppe si facilement. » Quel est-il? Hébreux 12 vient après Hébreux 11. Ce n'est pas très profond. Hébreux 11 est la chapitre sur la foi. Le péché qui nous enveloppe si facilement est l'incrédulité. C'est le péché qui nous enveloppe si facilement, celui de l'incrédulité. Tout le monde a le même « péché principal. » Il est intéressant de voir que dans tous les versets qui traitent de la liberté dans la Bible, il y a un lien avec l'incrédulité. 2 Corinthiens 3:17 dit: « Là où est l'Esprit du Seigneur, là est la liberté. » La liberté de quoi? Lisez le contexte: de l'incrédulité. Il s'agit toujours de liberté par rapport à l'incrédulité. Jean 16:8-9 dit: « Et quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement: en ce qui concerne le péché, parce qu'ils ne croient pas en moi. » Chaque fois que le Saint-Esprit nous convainc d'un péché, Il nous convainc également du péché d'incrédulité. D'une façon pratique, si le Saint-Esprit vous convainc du péché d'impureté, alors vous devez également confesser l'incrédulité d'où d'écoule l'impureté. Si le Saint-Esprit vous convainc du péché de malhonnêteté, alors vous devez également confesser l'incrédulité d'où découle la malhonnêteté. Si le Saint-Esprit vous convainc du péché de la paresse, de la présomption ou de l'impatience, alors vous devez également confesser l'incrédulité d'où découlent tous ces péchés.

Voyez-vous ce que le Seigneur enseigne? Certaines personnes se demandent pourquoi elles peuvent confesser un péché et tout de suite recommencer à le commettre. Je ne connais pas toute la réponse à cela, mais une des réponses est qu'elles n'ont pas confessé le péché qui est à la racine de tous les autres. Comme la racine, le lien duquel tous les liens découlent est l'incrédulité. Si vous pouviez en cet instant être libérés de l'incrédulité, vous seriez libres de tout. Parce que l'incrédulité est le lien, la racine de laquelle tous les autres liens découlent. A tout moment dans votre vie, vous pouvez être libres de l'incrédulité. Et tout votre corps peut être rempli de lumière. A tout moment dans votre vie, votre seul grand problème, est de croire en Dieu. C'est votre grand problème, et c'est mon grand problème. C'est le seul problème auquel un chrétien aura à faire face, regarder à Christ, mettre sa confiance dans le Seigneur, croire en Dieu. Lorsque l'Esprit de Dieu vous libère de l'incrédulité, alors vous avez la liberté. Là où est l'Esprit du Seigneur, là est la liberté.



UME SIMPLE FOI EN CHRIST EST SUFFISANTE

La question finale est: comment puis-je peux rendre tout cela réel? Comment puis-je y entrer? Comment puis-je être libre de ce lien-racine de l'incrédulité? On trouve la réponse dans de nombreux endroits de la Bible, et à travers tout Galates. Nous pouvons être complètement libres de tout lien et de tout esclavage, par un simple pas de foi dans l'oeuvre achevée de notre Seigneur Jésus-Christ. Il a tout accompli. Vous vous rappelez notre verset clé? C'est Galates 5:1: « C'est pour la liberté que Christ nous a affranchis.» Il ne dit pas: « C'est pour la liberté que Christ va nous libérer. » Nous avons été libérés. C'est déjà fait. Cela a été fait il y a 2000 ans. Frères et soeurs, n'essayez pas de vous libérer, vous êtes libres. Saisissez-le par la plus simple foi. Christ, par Sa mort et Sa résurrection, a déjà accompli votre liberté pour vous. Parfois vous regardez dans votre vie et vous dîtes: « C'est vrai, je suis libre. Je suis glorieusement libre. » Vous entrez dans la liberté du Seigneur et vous jouissez de la plénitude de l'Esprit, et vous pouvez même ressentir Sa présence et vous dîtes: « Je sais que je suis libre. » Vous le savez tout simplement. Parfois vous ne le savez pas. Vous regardez à votre vie et vous dîtes: « Je me sens dans les liens, rien ne semble marcher, tout va de travers! Je ne sais pas si je suis libre. » Alors appropriez-le vous par la foi. Vous êtes tout aussi libres lorsque vous le savez que lorsque vous ne le savez pas. Parce que ce sont des faits. Ce n'est pas quelque chose que le Seigneur doit faire pour vous. C'est quelque chose que le Seigneur a déjà fait pour vous. Vous pouvez donc toujours dire: « Il a brisé tous les liens. » Parfois vous pouvez le dire par la vue et parfois vous devez le dire par la foi. Mais c'est toujours vrai, Il a brisé tous les liens lorsqu'Il est mort pour moi. Paul termine sa lettre avec le verset 6:19: « Frères, que la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ soit avec votre esprit! Amen! »

Prions:

Père, nous nous réjouissons à cause de ce merveilleux livre que Tu nous as donné. Nous Te demandons de manifester dans nos vies tout qu'il signifie pour Toi. Nous désirons ces caractéristiques de la pure grâce dans nos vies. Nous désirons être humbles, compatissants et généreux. Nous désirons avoir un coeur désintéressé. Nous savons qu'il n'y a que Toi qui puisse manifester cela en nous. Donne-nous la grâce de croire que tout est accompli et que Christ a tout fait. Rends-nous capable de nous reposer dans cette oeuvre achevée. Nous te prions de nous libérer de toute incrédulité. Au nom de Jésus. Amen.