GALATES #6 - Le Message de la Pure Grâce partie 2

(Galates 4:1-11)

Par Ed Miller

Le texte qui suit est la transcription d'un message donné en anglais. La forme orale a été conservée, mais des titres de sections ont été ajoutés pour faciliter la lecture. (NdT)



RESUME

Bonjour et bienvenue dans notre sixième leçon sur cette merveilleuse épître de Galates.

Prions:

Père, nous Te prions qu'en étudiant ce merveilleux livre de Galates, nous puissions passer un bon moment dans Ta parole, simplement en voyant le Seigneur Jésus. Délivre-nous de cette approche académique qui est si détachée et qui nous laisse si froid. A la place, nous Te prions de nous donner une révélation de notre Seigneur Jésus-Christ. Combien nous Te louons pour Ton Saint-Esprit qui est dans nos coeurs et de ce que Tu ne nous as pas laissés seuls dans l'étude ce livre. Nous Te louons pour ce livre et nous nous attendons à Toi. Manifeste en nous une attitude d'enfant dépendant, nous Te prions de nous nourrir. Au nom de Jésus. Amen.

J'aimerais vous mettre à nouveau à coeur le thème de ce livre. Rappelez-vous que Galates n'était pas une ville mais une grande région qui comportait de nombreuses églises. Les chrétiens de cette région avaient été détournés. Dis de façon sarcastique, l'Evangile était trop simple pour eux, trop facile, pas assez compliqué. Lorsqu'ils ont, pour la première fois, mis leur confiance dans le Seigneur, tout était glorieux, tout était merveilleux et facile. Ils ne regardaient qu'à Jésus seul. Ils étaient venus en tant que pécheurs impuissants, ils avaient regardé à Christ avec une foi toute simple et sur cette base, Dieu les avait rencontrés dans leur besoin. A cette époque là, Christ était suffisant pour eux, Il avait répondu à toutes les demandes de leur coeur. Mais par la suite, de faux enseignants sont venus dans les églises de Galatie. C'étaient des « judaïsants. » Ils disaient: « Nous savons que la communion avec Dieu est bonne. C'est un bon point de départ, mais ce n'est pas suffisant. » Vous avez besoin de plus que cela. Ne soyez pas si élémentaires; ne soyez pas si naïfs. Il faut qu'un jour dans votre vie chrétienne, vous arriviez aux choses plus profondes. »

Ainsi ces judaïsants sont venus et ont poussé les chrétiens de Galates vers « les choses plus profondes. » Ils leur disaient: « Christ c'est très bien, mais vous avez également besoin d'autres choses. » Leur argument était: « Pourquoi pensez-vous que Dieu nous a donné Moïse? Pourquoi pensez-vous que Dieu nous a donné toutes ces cérémonies? Pourquoi pensez-vous que Dieu nous a donné toutes les lois? Vous devez croire mais également obéir. Commencez par croire, mais ensuite vous devrez obéir. Vous devez être circoncis, observer les lois cérémoniales, le sabbat et les nouvelles lunes. » Les judaïsants ont donc mis sur les chrétiens de Galatie des tonnes de règles et de prescriptions au point qu'à l'époque où cette lettre a été écrite, cela les avait brisés. Ils étaient à nouveau retombés sous l'esclavage, ils avaient perdu leur simple joie, leur liberté, ils avaient perdu l'histoire d'amour qu'ils avaient avec Jésus, après avoir mis leur confiance en Lui. La vie chrétienne était devenue pour eux un fardeau au lieu d'une grande joie.

Voici les sujets et la situation que le Saint-Esprit traite dans cette merveilleuse lettre de Galates. Regardez le verset 5:1 que nous utilisons comme notre passage clé: « C'est pour la liberté que Christ nous a affranchis. Demeurez donc fermes, et ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude. » Le message de Galates est un appel à un retour à la simplicité, un retour à un coeur sans partage. Ce livre crie haut et fort: « N'ajoutez rien à Christ. » Parce qu'ajouter quelque chose à Christ, c'est Le changer complètement. C'est L'abandonner. C'est détériorer le vrai Evangile. Il existe une doctrine qui décrit cette vie qui consiste à regarder à Jésus et rien d'autre. Cette doctrine est appelée la pure grâce. Nous avons donc résumé le message de Galates comme le message de la pure grâce, regarder à Jésus avec foi et rien de plus. Le livre va plus loin que la doctrine de la pure grâce puisqu'il nous montre ce qui se passe si l'on regarde à Jésus seul, c'est le résultat de la pure grâce. Le résultat de la pure grâce est bien évidemment la liberté qui en découle.

Voilà le plan que nous suivons, chapitre 1 et 2, le messager de la pure grâce, chapitre 3 et 4, le message de la pure grâce, et ensuite les chapitres 5 et 6, le résultat de la pure grâce. En d'autres termes, si le message de la pure grâce brûle dans mon coeur, les chapitres 5 et 6 montrent à quoi ressemblera ma vie. Dans nos leçons, nous sommes arrivés aux chapitres 3 et 4, le message de la pure grâce. Nous avons terminé notre discussion concernant les deux premiers chapitres, et dans notre dernière leçon nous avons considéré le chapitre qui est la première partie de ce message de la pure grâce. Nous avons terminé notre précédente leçon en voyant la vraie signification de la loi. Pourquoi Dieu a-t-il donné la loi? Dans le chapitre 3, Dieu nous montre trois raisons pour lesquelles Il a donné la Loi. Ce n'est pas pour que nous soyons justifiés. Ce n'est pas pour nous sauver. Ce n'est pas pour nous apporter quelque chose de plus. Il nous a donné la loi pour nous pousser vers l'Alliance Eternelle, la Nouvelle Alliance. Il nous a donné la loi pour nous montrer nos péchés. Il nous a également donné la loi pour qu'elle soit un gardien et pour nous protéger jusqu'à ce que la postérité vienne. Il nous a donné la loi comme un pédagogue, comme un tuteur, pour nous conduire à Christ. Toutes les choses au sujet de la loi avaient pour dessein de nous conduire à Christ.

Cela nous amène au chapitre 4, la continuation de l'explication de la pure grâce. Si le chapitre 3 nous donne l'objectif de la loi, le chapitre 4 nous donne l'objectif de la pure grâce. C'est simplement l'autre côté de la vérité. Il est difficile de trouver un autre chapitre dans le Nouveau Testament qui nous donne une description comme celle que nous donne Galates 4. J'aimerais appeler Galates 4, « la grâce à son meilleur niveau. » Si vous lisez ce chapitre, vous verrez à quel point il est plein de grâce. En Esaïe 5:4 Dieu pose une question à travers le prophète. Alors qu'il considère Israël il dit: « Qu'y avait-il encore à faire à ma vigne, Que je n'aie pas fait pour elle? » Dieu pose la question: « Qu'est-ce que j'aurais pu faire de plus? » Eh bien, lorsque vous en avez fini avec le chapitre 4 de Galates, votre coeur a envie de crier: « Qu'est-ce que Dieu aurait pu faire de plus? » Lorsque vous avez bien saisi le chapitre 4, vous vous rendez compte que Dieu a tout fait, et il n'y a rien de plus à faire. Dans le Chapitre 4, l'intention du Saint-Esprit est de vous submerger par la pure grâce.

Lorsque vous voyez ce que la pure grâce accomplit, alors vous voyez combien il est stupide d'essayer d'y ajouter quelque chose, d'y ajouter un petit travail de la chair, parce que tout est si parfait. Ce chapitre nous montre Paul essayant de rendre les Galates honteux de retourner au légalisme en soulignant à leurs yeux tout ce que la pure grâce a fait pour eux. Laissez-moi vous donner un petit plan du chapitre avant de considérer la première partie. Le chapitre 4 se divise de façon naturelle en trois parties. Nous appellerons les versets 4:1-11 l'objectif de la pure grâce. Dans les versets 4:12-20, il donne la méthode de la pure grâce, c'est la partie stratégique de ce chapitre. Même si la première partie est fantastique, la deuxième partie, la méthode, comment cela marche dans ma vie, est vraiment merveilleuse. Finalement dans les versets 4:21-31, il donne la consommation de toutes choses à travers une grande allégorie. Nous considérerons cela sous la forme de trois sections, et dans cette leçon nous verrons les 11 premiers versets.

Lisons les versets 4:1-11: « Or, aussi longtemps que l'héritier est enfant, je dis qu'il ne diffère en rien d'un esclave, quoiqu'il soit le maître de tout; mais il est sous des tuteurs et des administrateurs jusqu'au temps marqué par le père. Nous aussi, de la même manière, lorsque nous étions enfants, nous étions sous l'esclavage des rudiments du monde; mais, lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d'une femme, né sous la loi, afin qu'il rachetât ceux qui étaient sous la loi, afin que nous recevions l'adoption. Et parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé dans nos coeurs l'Esprit de son Fils, lequel crie: Abba! Père! Ainsi tu n'es plus esclave, mais fils; et si tu es fils, tu es aussi héritier par la grâce de Dieu. Autrefois, ne connaissant pas Dieu, vous serviez des dieux qui ne le sont pas de leur nature; mais à présent que vous avez connu Dieu, ou plutôt que vous avez été connus de Dieu, comment retournez-vous à ces faibles et pauvres rudiments, auxquels de nouveau vous voulez vous asservir encore? Vous observez les jours, les mois, les temps et les années! Je crains d'avoir inutilement travaillé pour vous. »



CHRIST A VECU PAR LES OEUVRES

Regardez le verset 4:4: « Lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d'une femme, né sous la loi. » Dans notre précédente étude, nous avons parlé de ce verset et du sens des mots: « Christ était né sous la loi. » Christ n'est pas un bon exemple de la vie chrétienne. Jésus n'a pas vécu comme nous sommes appelés à vivre, c'est-à-dire par la foi. Il a vécu par les oeuvres. Il est né sous la loi et Il a vécu par la loi. Il a parfaitement obéi à la loi. Je vais donc considérer que vous avez bien compris que ce que je vais dire est basé sur le fait que Jésus est venu sous la loi, a vécu sous la loi et a satisfait la loi en toutes choses. Tout ce que Paul va maintenant expliquer est basé sur la vie, la mort, la résurrection et l'oeuvre achevée de notre Seigneur Jésus-Christ. Alors que nous regardons ces onze versets, et que nous commençons à voir l'objectif de la grâce, j'aimerais attirer votre attention sur la façon dont le verset 4:5 commence. Le verset 4:5 commence avec les mots: « Afin qu'il. » Christ est venu afin qu'Il... Vous voyez, Dieu ne vous laisse pas l'occasion d'imaginer la raison pour laquelle Il a envoyé Son Fils, Il vous le dit. Lorsque les temps ont été accomplis, Christ est venu, il est né d'une femme, né sous la loi. Pourquoi? Afin qu'Il... et ensuite Paul donne quatre raisons de Sa venue. Ces quatre raisons sont les objectifs de la grâce. Lorsque nous aurons vu ces quatre raisons alors nous verrons qu'il est vraiment fou d'ajouter quelque chose à Sa venue. Considérons maintenant ces quatre objectifs.

Premièrement, au verset 4:5, pourquoi Christ est-Il venu? « Afin qu'il rachetât ceux qui étaient sous la loi. » Voilà la première raison, c'est pour vous racheter, vous qui étiez sous la loi. Rappelez-vous que vous devez voir cela dans le contexte. Regardez le verset 3:10 et vous verrez pourquoi c'est une si grande rédemption: « Car tous ceux qui s'attachent aux oeuvres de la loi sont sous la malédiction; car il est écrit: Maudit est quiconque n'observe pas tout ce qui est écrit dans le livre de la loi, et ne le met pas en pratique. » Lorsque Christ nous rachète de la loi, Il nous rachète également de cette malédiction de la loi. Lorsque vous prononcez le mot racheter, vous devez penser au sang. Le mot racheter implique le rachat à un certain prix. Vous ne pouvez pas racheter quoi que ce soit sans payer un prix. Lorsque la Bible dit que nous avons reçu la rédemption, que nous avons été rachetés, cela signifie libérer en payant un prix. Selon le contexte des chapitres 3 et 4, la loi avait deux prises sur l'homme. J'imagine la loi tenant les hommes par le cou avec ces deux mains. Pour que Christ puisse nous délivrer, Il a dû enlever les deux mains de la loi. Quelles étaient ces deux mains qui menaçaient toute l'humanité?

La première prise que la loi avait sur nous était l'obéissance active. Ce que je veux dire par obéissance active, c'est que la loi exigeait que nous vivions une vie parfaite. Nous ne devions jamais échouer, jamais trébucher, jamais pécher et ne jamais faire d'erreur. Et non seulement selon la lettre de la loi, mais également selon l'esprit de la loi. Si vous n'étiez pas capables de vivre d'une façon 100% parfaite alors la loi allait vous détruire. La colère de Dieu tomberait sur vous et vous détruirait. Voici la première main; imaginons maintenant que vous puissiez survivre à cela, bien que vous ne le puissiez pas, quelle était l'autre main avec laquelle la loi vous étranglait? La réponse est l'obéissance passive. L'autre côté de la loi disait que si vous échouez, vous devez en payer le prix. Bien entendu la sentence encourue par un pécheur « fini » contre un Dieu « infini » signifie une peine éternelle. D'un côté la loi demandait la perfection, et d'un autre côté la peine associée à la désobéissance, le salaire du péché, c'était la mort.



CHRIST EST NOTRE SUBSTITUT PAR SA VIE ET PAR SA MORT

Ainsi, la Bible dit, que lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé Son Fils pour nous racheter de la malédiction de la loi. Comment l'a-t-il fait? Premièrement par une obéissance active. Christ a vécu la vie que nous ne pouvions pas vivre. Parfois lorsque nous disons que Christ est notre substitut, nous voulons dire par là qu'Il est notre substitut dans la mort. C'est vrai mais Il est également notre substitut dans la vie. Il a vécu la vie que vous ne pouviez pas vivre et Il est mort de la mort dont vous ne pouviez pas mourir. Christ a donc vécu selon cette obéissance active de telle sorte que la loi a finalement retiré une main et a dû dire: « Très bien, je suis satisfaite avec l'obéissance active. Tu as vécu à la hauteur de toutes mes attentes. » Mais il y avait l'autre main sur notre gorge prête à nous détruire. Ensuite Christ est allé à la croix et par l'obéissance passive, Il a payé le salaire du péché, chaque chose que la loi attendait de nous, jusqu'à ce que la loi enlève son autre main et dise: « Je ne demande rien d'autre. Je ne demande plus aucune obéissance active et passive. » Christ a tout fait parfaitement, Il nous a rachetés et libérés des obligations de la loi. La loi ne peut plus maintenant nous dire: « Je réclame une obéissance active. » Et elle ne peut plus dire: « Je réclame un paiement. » Tout cela parce que Christ est venu et cela fut la première raison de Sa venue. Pour nous racheter de la loi, de Sa main intraitable, de Sa malédiction, de Ses demandes, de Ses obligations.

Regardez le verset 5:8-9: « Autrefois, ne connaissant pas Dieu, vous serviez des dieux qui ne le sont pas de leur nature; mais à présent que vous avez connu Dieu ou plutôt que vous avez été connus de Dieu, comment retournez-vous à ces faibles et pauvres rudiments, auxquels vous voulez de nouveau vous asservir encore? » Paul dit: « Je ne comprends pas. Christ est venu et vous a délivrés du joug de la loi, Il a enlevé l'emprise que la loi avait sur vous, de telle sorte que la loi ne peut plus vous demander ni obéissance active, ni passive. Alors pourquoi retournez-vous en arrière? Cela n'a pas de sens. Vous avez commencé dans l'Esprit, voulez-vous maintenant être rendus parfaits par la chair. » Paul ne pouvait pas comprendre que maintenant libres des obligations de la loi, ils retournaient se mettre à nouveau sous un d'esclavage. Je pense que chaque personne qui a des enfants s'est un jour entendu dire par l'un d'entre eux: « J'aimerais le faire moi-même. Merci, je n'ai pas besoin de ton aide, laisse-moi faire. » Le résultat c'est que vous avez du nettoyer le chantier après cela. C'est bien sûr amusant lorsqu'il s'agit de petits enfants. Mais c'est vraiment triste lorsque nous regardons vers Dieu, à la lumière de tout ce que Jésus a fait pour nous, et que disons: « J'aimerais le faire moi-même. »

Des milliers de chrétiens vivent de cette façon. Ils prétendent le faire par eux-mêmes au lieu de se confier dans la raison pour laquelle Dieu a envoyé son Fils. C'est ainsi que nous ajoutons à la pure grâce. C'est une insulte à la pure grâce que de prétendre ajouter quelque chose à Son obéissance active parfaite. C'est également une insulte envers le Seigneur que de vouloir ajouter quelque chose à Son obéissance passive. Et de plus, cela nous place sous un terrible esclavage. Cela devrait être suffisant pour nous garder loin du légalisme à toujours. Nous sommes libres, le légalisme ne peut pas nous toucher ou nous attraper. Nous n'avons aucune obligation par rapport à la loi, la loi est totalement satisfaite. Pourtant le Saint-Esprit nous donne cela comme une des plus petites évidences de la pure grâce. Si c'est tout ce que vous savez, cela devrait vous suffire pour vous inciter à rester loin du légalisme et à louer Dieu de vous avoir délivrés de la loi.



EN CHRIST, NOUS SOMMES ADOPTES EN TANT QUE FILS

Mais Paul dit que la grâce fait plus que cela. Paul dit: « Pourquoi ajoutez-vous quelque chose à Christ. Premièrement elle vous a libérés de la loi, deuxièmement pourquoi Christ est-il venu? » Le verset 4:5 dit: « Afin que nous recevions l'adoption. » Voilà la seconde raison. Christ n'est pas seulement venu pour nous délivrer de la loi mais également pour que nous recevions l'adoption en tant que Fils. Pour bien saisir cela, laissez-moi vous donner un arrière-plan de l'adoption. Il n'y a que l'apôtre Paul qui parle d'adoption. Il le mentionne cinq fois:

Romains 8:15: « Et vous n'avez point reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte; mais vous avez reçu un Esprit d'adoption, par lequel nous crions: Abba! Père! »
Romains 8:23: « Et ce n'est pas elle seulement; mais nous aussi, qui avons les prémices de l'Esprit, nous aussi nous soupirons en nous-mêmes, en attendant l'adoption, la rédemption de notre corps. »
Romains 9:4: « Car je voudrais moi-même être anathème et séparé de Christ pour mes frères, mes parents selon la chair, qui sont Israélites, à qui appartiennent l'adoption, et la gloire, et les alliances, et la loi, et le culte. »
Galates 4:45: « Dieu a envoyé son Fils, né d'une femme, né sous la loi, afin qu'il rachetât ceux qui étaient sous la loi, afin que nous recevions l'adoption. »
Ephésiens 1:4-5: «En lui Dieu nous a élus avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et irrépréhensibles devant lui, nous ayant prédestinés dans son amour à être ses enfants d'adoption par Jésus-Christ, selon le bon plaisir de sa volonté. »

Lorsque Paul utilise le mot adoption dans Romains, il a une chose en vue, un aspect de l'adoption. Lorsqu'il l'utilise dans Galates, il a un autre aspect en vue. Et lorsqu'il l'utilise en Ephésiens il a encore un autre aspect à l'esprit. Dans Ephésiens, il en parle au temps passé. Dans Galates, il en parle au temps présent. En Romains, il en parle au temps futur. Mais il s'agit toujours de la même adoption. Il y a une chose qui peut nous conduire sur une fausse piste, c'est que les mots changent de sens selon les langues. Des cultures différentes utilisent les mêmes mots mais avec des significations différentes. Dans notre société, adopter veut dire prendre dans votre famille quelqu'un qui est né dans une autre famille. Il devient alors membre à part entière de votre famille. Il prend votre nom et tout le reste. J'ai demandé à mon épouse Lillian de m'aider à penser à toutes les personnes que nous connaissons qui ont adopté des enfants. Nous connaissons au moins six couples différents qui ont adopté des enfants. Dans chaque cas, ces enfants viennent d'une autre famille, mais sont maintenant de vraies filles et de vrais fils de la famille. A l'époque du Nouveau Testament, l'adoption n'était pas du tout comme cela. Si nous voulons saisir la beauté de ce que Dieu nous donne ici par pure grâce, nous devons comprendre l'adoption comme elle se pratiquait à cette époque. Nous devons retourner à l'époque des Romains et voir comment elle était utilisée.

A l'époque du Nouveau Testament, l'adoption se passait dans la famille, pas en dehors de la famille, mais dans la famille. Personnellement nous avons six enfants. Si j'étais citoyen romain, que je vivais à cette époque, et que j'avais six enfants nés dans ma famille, enfantés par ma femme, je ne pourrais pas adopter un étranger. Je ne pourrais qu'adopter mon propre enfant. Il n'y a pas de moyen d'adopter quelqu'un en dehors de ma famille. C'est comme cela que le mot adoption était utilisé dans le Nouveau Testament. Cela vient de deux mots grecs, « Huios » qui est le mot le plus intime pour fils et « Thesis » qui signifie placer. Le mot adoption signifie placer un fils. Dans la société Romaine, les esclaves étaient chargés de s'occuper des enfants. Ils emmenaient les enfants à l'école, ils jouaient avec les enfants, ils mangeaient avec les enfants, ils vivaient avec les enfants. Chaque fois que vous voyez des enfants Romains, vous voyez également des esclaves s'en occuper. Les esclaves étaient des baby-sitters à plein temps. Les esclaves disaient aux enfants: « Maintenant va te laver les mains. Habille-toi. Rentre à six heures. Mange ta soupe. Prépare-toi à aller au lit. Non, tu ne peux pas sortir. Range ta chambre. » Ce sont les esclaves qui élevaient les enfants et leur apprenaient des règles et des règles et des règles. Les enfants ne pouvaient pas bouger tant que les esclaves ne leur disaient pas de bouger. Voilà ce que Paul avait à l'esprit dans les versets 4:1-2: « Or, aussi longtemps que l'héritier est enfant, je dis qu'il ne diffère en rien d'un esclave, quoiqu'il soit le maître de tout; mais il est sous des tuteurs et des administrateurs jusqu'au temps marqué par le père. » Le fils était légalement l'héritier de toutes choses, parce qu'il était né dans la famille. Il était l'héritier légal de tout. Mais pas de façon pratique, pas tout de suite. Dans la pratique c'était un esclave parce qu'il avait besoin de recevoir des ordres de tout le monde. Bien qu'il soit l'héritier, bien qu'il soit le fils, même si, sur le papier, l'héritage lui était destiné, il n'en profitait pas encore. Il vivait comme un esclave selon des règles et des réglementations, sous le dictat de gardiens et d'hommes. Il ne pouvait pas bouger. C'est quelque chose qui doit être très désagréable que d'être légalement riche et pratiquement pauvre. De tout posséder sur le papier mais pas dans la vie.

J'aime ces paroles dans Galates 4:2: « Jusqu'au temps marqué par le père. » Qu'est-ce que cela signifie? Quel était ce temps marqué par le père? La réponse est l'adoption. C'était la date où un père disait à son fils: « Très bien, tu es maintenant assez âgé. Tu n'es plus sous un esclave. Tu n'es plus sous un maître. Tu n'es plus sous un gardien. Tu as grandi, tu es passé de la minorité à la majorité. Tu es maintenant un adulte. » C'était un grand jour dans la société romaine. Un commentateur a décrit l'adoption de la manière suivante: « Lorsqu'un enfant était admis dans la pleine possession de tous les privilèges de fils. » C'était un grand jour lorsqu'un fils était accueilli en tant qu'adulte. On enlevait à l'enfant sa toge d'enfant appelée « toga praetexta » qu'il devait porter durant toute son enfance, et son père le revêtait de la toge d'adulte appelée « toga virilis » ou « toge libera. »

L'enfant était tellement content d'entrer en possession des privilèges d'un adulte. Maintenant il pouvait voter. Maintenant il pouvait gérer de l'argent. Maintenant il pouvait acheter des propriétés. Maintenant il pouvait se marier. Maintenant il pouvait combattre pour son pays. Et maintenant le meilleur de tout, il pouvait donner des ordres aux esclaves autour de lui, ceux qui lui avaient donné des ordres pendant son enfance. C'était un grand jour pour un enfant, c'était un jubilé, il avait atteint l'âge. Tout ce qui était légalement à lui, était maintenant à sa disposition pour être utilisé par lui de façon pratique. C'était à lui de l'utiliser au mieux. L'âge de l'adoption n'était pas fixe. C'est le père qui décidait de la date, elle variait d'un enfant à un autre. Parfois cela pouvait être quatorze ou quinze ans. Parfois il fallait attendre vingt ou vingt et un ans avant que le père n'adopte son fils. Tout dépendait de la maturité. Mais lorsque ce jour arrivait, tout leur était remis et ils entraient dans leurs privilèges. Voilà l'adoption du Nouveau Testament.

Vous voyez, le Saint-Esprit, à travers Paul, utilise cet exemple comme illustration pour vous dire: « Savez-vous ce que la pure grâce a fait pour vous? Non seulement elle vous a délivré des mains de la loi. Mais elle vous a également donné l'adoption en tant que fils. » Cette adoption vous ne l'avez pas seulement sur du papier mais vous avez tous ses privilèges en réalité. En tant qu'enfant de Dieu, vous avez avancé en âge. Paul dépeint les légalistes et les chrétiens de Galatie qui les suivaient comme étant ceux qui sont encore sous des gardiens et des surveillants. Ils avaient encore une liste comme: « Surtout n'oubliez pas de vous levez à l'heure et de passer suffisamment de temps à faire ceci, à lire cela. Allez à l'église, priez, distribuez de la littérature et témoignez. Et n'oubliez pas de donner la dîme. » Ils avaient toutes ces règles et leur vie chrétienne était un esclavage. Mais la paix de Dieu qui surpasse toute compréhension, la plénitude du Saint-Esprit, le repos de Dieu, l'intimité de la relation et de la communion avec Lui, la vie dans les cieux, sont les privilèges du chrétien. Mais les chrétiens légalistes de Galatie ne l'avaient que sur le papier. Tout cela était à eux, ils étaient des fils, mais ils vivaient comme des esclaves. Ils avaient tout mais ils n'y étaient pas encore entrés. C'est terrible d'être un fils mais de ne pas être adopté selon l'image qui est utilisée ici. Des milliers de chrétiens sont des fils, mais n'ont pas encore été adoptés. Ils sont potentionnellement adoptés en Christ, mais ils n'y sont pas encore rentrés, ils n'ont pas pris leur place en tant que fils.

Arrivé à ce point, Paul aurait pu donner la liste de tous les privilèges qui vont avec l'adoption. Mais il ne le fait pas. Parce qu'il est plus préoccupé par le fait que l'adoption puisse saisir leur coeur, que par tous les avantages qui en découlent. Plus tard dans les autres lettres qu'il a écrites, il dévoilera tout ce que l'adoption signifie. Mais ici son souci c'est qu'ils puissent, et nous aussi, être saisis par le fait de l'adoption. L'adoption est le don de Dieu à ses enfants et à personne d'autres. Imaginez que nous puissions monter dans les plus hauts cieux et trouver la plus haute intelligence qui ait été créée comme les anges, les séraphins et les chérubins. Si nous pouvions les voir, revêtus dans leur sainteté, courbés devant Dieu. Bien que leurs capacités soient des millions de fois plus grandes que les nôtres, si nous pouvions nous approcher de l'un d'eux, et lui dire, (je parle comme un fou): « Séraphin, tu es une des créatures les plus intelligentes et douées, tu es au-dessus des enfants de hommes, tu as la puissance de détruire des armées d'homme. Ta vitesse peut t'emmener en un instant au bout de la création. Tu es une merveilleuse créature de Dieu. Lève-toi, ne couvre plus ta face, va vers Dieu, regarde dans Ses yeux et appelle-Le, Père. » Il serait choqué si vous lui disiez quelque chose de ce genre. Il tremblerait à cette pensée. Il se dirait que c'est une trahison, un blasphème, et il dirait: « Non ce n'est pas mon privilège. J'ai été créé pour rester sur ma face. J'ai été créé pour adorer Dieu, pour Le craindre. Je soumets à Dieu toute la force de mon être, je ne vis que pour Sa volonté et Son plaisir. Le privilège de venir devant Dieu, de Le regarder dans les yeux et de L'appeler Père, c'est ton privilège, pas le mien. » Les anges de Dieu ne peuvent pas faire cela; c'est le privilège des enfants adoptés de Dieu.

Je ne sais pas si cela a déjà touché votre coeur, mais que Dieu puisse imprimer cela dans votre coeur. Les anges ne sont pas les fils de Dieu. Les anges dans le ciel ne sont pas adoptés. Les anges dans le ciel ne sont pas en Christ Jésus. Ils ne sont pas dans la famille de Dieu. Ils ne sont pas nés de nouveau. Ils n'ont pas été lavés avec le sang. Christ n'est pas mort pour les anges. Pas un seul d'entre eux ne peut appeler Dieu son Père, pas un seul. Cela vous appartient, cela m'appartient. Le chrétien est la plus grande chose que Dieu ait jamais créée, et cependant, nous sommes tombés si profondément dans le péché. Nous ne réalisons pas notre grand privilège et la dignité dont Dieu nous a revêtus en nous créant à Son image.

1 Jean 3:1 dit: « Voyez quel amour le Père nous a témoigné, pour que nous soyons appelés enfants de Dieu! Et nous le sommes. » C'est une merveille de la grâce! Les chrétiens légalistes doivent rendre les anges de Dieu et les démons confus. Nous avons tant de privilèges en tant qu'enfant de Dieu, et si souvent nous les considérons avec tant d'indifférence. Les anges doivent vraiment se poser des questions à cause de notre comportement. Nous sommes chargés de privilèges et de bénédictions, comment notre coeur peut-il être si dur et froid lorsque l'on prononce Son Nom? Dans le ciel, lorsque l'on prononce le nom de Dieu, les anges adorent, et le diable tremble. Et si souvent nous en parlons d'une manière si désinvolte. Si seulement nous pouvions voir par révélation, tout le sens de l'adoption. L'appel que Paul lance aux chrétiens de Galates est: « Pourquoi vivez-vous comme des enfants qui n'ont pas été adoptés? » Il ne doute pas de leur salut, il sait qu'ils sont des enfants de Dieu. Mais ils vivent comme des esclaves.



LES LEGALISTES DISENT QU'IL FAUT TRAVAILLER POUR JOUIR DE NOS PRIVILEGES

Avant de quitter cette seconde bénédiction, laissez-moi mettre en contraste ce que les judaïsants disaient aux chrétiens et ce que le Saint-Esprit leur disait à travers Paul. Voilà comment on peut résumer ce que les judaïsants disaient: « Vous devez travailler pour obtenir vos privilèges. » Ils disaient: « Si vous faites ceci ou cela, si vous vous faites circoncire, si vous observez la loi du sabbat, si vous êtes des gens séparés, alors vous pourrez profiter de vos privilèges. Alors vous pourrez profiter de la vie chrétienne. » Je peux vous dire que c'est vraiment la façon opposée pour profiter de la vie chrétienne. J'aimerais être bien clair à ce sujet. Le judaïsme n'est pas mort, le légalisme n'est pas en voie d'extinction, il y en a partout, et il écrase le peuple de Dieu partout. Il y en a encore qui essaient de nous dire que pour jouir de nos privilèges, nous devons faire quelque chose. Ils ont une liste de choses que vous devez faire pour pouvoir profiter de vos privilèges. C'est du Galatianisme. Vous vous demandez peut être pourquoi votre coeur semble être si sec, alors que vous entendez des chrétiens donner des témoignages. Quelqu'un viendra peut-être vers vous et dira: « Veux-tu savoir pourquoi ta vie est si sèche? C'est parce que tu n'es pas fidèle dans ta lecture quotidienne, durant ton temps de méditation. Il faut que tu aies un programme d'étude systématique, de la discipline, que tu prennes le temps nécessaire, que tu trouves un endroit bien tranquille, que tu y passes beaucoup de temps et ensuite tu pourras jouir de la vie chrétienne. » Malheureusement si vous êtes comme moi, essayez-le, mais cela ne marchera pas. Vous en reviendrez vide, et vous vous demanderez pourquoi. Mais il y a toujours quelqu'un pour vous dire pourquoi.

Quelqu'un vous dira peut être alors: « C'est parce que tu n'es pas engagé. Ne sais-tu pas que si tu veux être un bon chrétien, tu dois être occupé? Tu dois être actif et engagé. » Malheureusement si vous êtes comme moi, vous allez l'essayer. Vous allez commencer à enseigner, à chanter, à collecter de l'argent, à organiser des soirées missionnaires. Vous allez commencer à faire plein de choses, à distribuer des tracts, à visiter, à prêcher et à faire tout ce qui est possible. Mais lorsque tout sera fini, vous regarderez en arrière et vous vous direz: « Il doit y avoir plus que cette vie chrétienne. Comment se fait-il que je sois encore si misérable, toutes les autres personnes semblent jouir de la vie chrétienne! Mais moi je suis exténué et si misérable. Où est donc cette paix qui dépasse toute intelligence? Où est cette vie de repos et de contentement en Christ? »

Quelqu'un viendra vers vous en souriant et dira: « C'est parce que tu n'es pas séparé. Tu dois être séparé. Comment peux-tu t'attendre à que Dieu fasse quelque chose, si tu vis une vie de compromis? Tu as ceci et cela dans ta vie. Débarrasse-toi de cela. Tu ne devrais pas aller dans cette église, change d'église. Change d'amis, change de passe temps. Ne fume pas, ne va pas avec les gens qui font cela. » Et ils vous donnent toutes sortes de règles et de règlements. De telle sorte que vous finissez par casser votre télévision, par arrêter d'aller au cinéma, vous jetez votre boîte de Monopoly parce qu'elle contient des jetons, et plein d'autres choses. Mais ensuite vous vous demandez pourquoi votre coeur est encore un tel champ de bataille. Il n'y a pas de fin à cela. Les judaïsants disent toujours que pour jouir de vos privilèges, vous devez faire quelque chose, faire des oeuvres, et ils ont plein d'oeuvres différentes. Ils disent que vous devez abandonner le matérialisme, mettre votre vie en ordre, faire de l'ordre dans votre maison, mettre vos enfants dans une école chrétienne, faire des marches contre ceci, signer des pétitions pour cela, supporter financièrement les missionnaires, se lever tôt, méditer, partager la communion avec les frères, rompre le pain ensemble, et ainsi de suite. Vous pouvez faire votre propre liste. Ils disent que pour jouir de vos privilèges, vous devez travailler pour eux.



LE SAINT-ESPRIT DIT QU'IL FAUT JUSTE RECEVOIR NOS PRIVILEGES

Mais le Saint-Esprit ne dit pas cela. Le Saint-Esprit dit: « Adoption, adoption. Vous voulez être adoptés? Vous êtes fatigués d'être simplement un enfant sous la garde d'un manager, d'un tuteur et d'un esclave. Vous voulez savoir comment être adoptés? » Lisons le verset 4:5: « Afin que nous reçussions l'adoption. » Il s'agit juste de recevoir l'adoption! Oh, quel mot merveilleux! J'aime le mot recevoir. Pour que nous puissions recevoir l'adoption. Savez-vous comment nous pouvons être adoptés? Vous n'avez qu'à le recevoir. C'est un don de Dieu, il n'y a rien à faire. Vous n'avez pas à travailler pour cela, vous avez juste à le recevoir. Christ a acheté tous ces privilèges pour nous. Et maintenant Il dit: « C'est pour ceux qui les recevront. » La simplicité de toute la vie chrétienne est dans ce petit mot recevoir. Prenez, prenez simplement. Je me rappelle, au début lorsque je lisais dans Ephésiens et que je considérais cette armure, je me disais: « Oh, là là! Je ne suis vraiment pas prêt à affronter les ennemis. » Il y avait le casque, le bouclier, la cuirasse et toutes ces choses. Mais un jour le Saint-Esprit m'a montré la simplicité de l'armure. Il est écrit: « Prenez toute l'armure de Dieu. » Il s'agit juste de la prendre. C'est toute l'armure... de Dieu. Dieu est l'armure! Prenez simplement Dieu. Vous voyez, alors que Paul est en prison lorsqu'il rédige Ephésiens, il voit un soldat dans son armure, et il dit: « Il ressemble vraiment à un chrétien dans son armure. » Et il commence à décrire à quoi ressemble l'armure du chrétien. Et ensuite il dit simplement: « Prenez-la. Prenez-la simplement. Revêtez-vous de toute l'armure de Dieu. »

Comment recevez-vous l'adoption? Les légalistes veulent bien sûr vous faire croire que c'est une récompense de la foi. Que vous devez la mériter. Ils disent: « Faites quelque chose de bien et Dieu vous récompensera avec les bénédictions de la vie chrétienne. » Pas du tout! C'est un don de la foi. Alors que vous avancerez avec le Seigneur, vous verrez que toujours à nouveau l'ennemi voudra faire d'un point de départ un objectif. Cela semble être une chose merveilleuse que d'avancer vers l'adoption. Il est beau de penser qu'un jour dans le futur, nous pourrons être adoptés. Mais ce n'est pas un objectif. C'est un point de départ. La plénitude de Dieu, le repos de Dieu, la vie remplie de l'Esprit, le fruit de l'Esprit ne sont pas des choses que vous recevez par degré, c'est quelque chose que vous recevez en un seul coup, par un simple pas de foi. Vous ne montez pas progressivement vers votre adoption, comme quelqu'un monte à une échelle. Vous recevez l'adoption en un instant, et vous devenez libres de toutes ces règles et de tous ces maîtres qui voulaient contrôler votre vie. Vous voyez, les judaïsants disaient: « Soyez saints pour être en mesure d'être saints. » Mais vous ne pouvez pas être saints pour être en mesure d'être saints. Dieu dit simplement: « Recevez-le, vous êtes saints, en Christ Jésus. » Prenez-le par la foi, croyez-le simplement. Ce simple pas de foi nous libère. A tout instant, tout chrétien qui le veut, peut passer de l'état d'enfant qui est un esclave, à l'état d'adoption. Satan aimerait tellement que nous continuions de voir cela comme un but à atteindre mais c'est un point de départ. Non seulement la pure grâce nous libère de la loi, mais elle nous adopte, elle nous place sous les privilèges de fils. C'est un privilège pour tous les enfants de Dieu. Voilà donc la seconde raison pour laquelle Jésus est venu.



L'ESPRIT EN NOUS CRIE ABBA

Vous penserez sûrement que c'est déjà suffisant. C'est déjà merveilleux que la pure grâce me délivre de la malédiction de la loi, et que je n'ai plus à être sous la malédiction et sous l'obéissance active et passive. Et qu'en plus elle me donne accès à tous les privilèges de l'adoption. Mais la pure grâce fait plus que cela. La troisième raison se trouve au verset 4:6 qui dit: « Et parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé dans nos coeurs l'Esprit de son Fils, lequel crie: Abba! Père! » Laissez-moi vous poser trois questions avant que nous regardions le principe. Qu'est ce que cet « Esprit de son Fils? » Que signifie le mot « Abba? » Et pourquoi crier « Abba! Père! » est une image de la pure grâce? Considérons d'abord le fait que « Dieu a envoyé dans nos coeurs l'Esprit de son Fils. » Vous direz peut-être que c'est facile à comprendre, l'Esprit de son Fils est tout simplement la troisième personne de la trinité. Il y a Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu le Saint-Esprit. C'est le Saint-Esprit, l'Esprit de son Fils. C'est vrai, mais pourquoi est-il ici appelé l'Esprit de son Fils? Vous me direz peut-être: « Parce que tout ce qui tourne autour du Saint-Esprit est lié à Jésus. » C'est vrai que dans la révélation de Dieu aux hommes, Il a fait que Christ soit central dans la trinité, et le ministère du Saint-Esprit est de nous tourner vers Christ. Dès le début Il a été le Père de notre Seigneur Jésus parce qu'Il a été conçu par le Saint-Esprit. Lorsque son ministère a commencé, Il a été baptisé par le Saint-Esprit. Sur la Croix, Il s'est offert Lui-même par le Saint-Esprit à Dieu. Son Esprit est Son don à l'Eglise qui est Son Corps. C'est pour vous et pour moi. C'est le Saint-Esprit qui nous ouvre les Ecritures, qui illumine nos yeux et qui nous enseigne.

Mais je pense qu'il y a un autre sens en présentant ici le Saint-Esprit, en tant qu'Esprit de Son fils, Jésus. Je sais que c'est le Saint-Esprit, je ne dis pas que ce n'est pas Lui. Mais c'est plus que cela. Parfois nous utilisons l'expression l'esprit d'un homme pour parler des dispositions d'une personne. Peut-être avez-vous entendu dire d'une personne qu'elle a un bon esprit ou un esprit doux. Cela indique l'attitude et la disposition d'une personne. Quel a été l'Esprit de Jésus? Qu'est-ce que l'Esprit de son Fils? Quelles ont été les dispositions de Christ? Je crois que l'attitude de Christ, Ses dispositions, l'Esprit du Sauveur, ressemblaient à l'attitude d'un enfant envers Son père, une dépendance pleine et entière envers Dieu. Laissez-moi encore répondre à la seconde question et ensuite je vais vous illustrer tout cela. Que signifie le mot « Abba! Abba Père. » Ce sont en réalité des mots de deux langues différentes. « Abba » est écrit en Araméen, Père en Grec. Il est difficile de traduire le mot Abba. Abba était le son que prononçait un petit enfant pour dire papa. C'était le premier mot que pouvait prononcer un petit enfant hébreu. Il ne disait pas « papa » ça c'est notre langue, il disait « Abba. » C'est la plus simple expression pour Père. Ce mot Abba est utilisé trois fois dans le Nouveau Testament, dans Romains 8:15, ici en Galates 4:6 et l'autre est en Marc 14:36.

Laissez-moi vous parler de Marc 14:36. La scène se passe dans le jardin de Getsémané. Cela se passe le soir avant que Jésus ne meurt sur la Croix; douze heures plus tard, Il sera mort. Son âme est triste jusqu'à la mort. Il transpire des gouttes de sang. Selon Hébreux 5:7, Il a offert des prières et des supplications avec de grands cris et des larmes. Il élève Sa voix. Essayez d'imaginer cela, parce que c'est fantastique. En Marc 14:36 il s'éloigne et Il dit: « Abba, Père, toutes choses te sont possibles, éloigne de moi cette coupe! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux. » Voici Jésus prêt à mourir sur la croix. Quel est l'Esprit de Jésus alors qu'Il est prêt à mourir à notre place? Il lève les yeux vers Dieu et Il dit: « Papa, Abba, Père. » C'est cette ressemblance à un enfant dans son rapport à Son père qui illustre cette merveilleuse relation. Avant je pensais que la chose la plus impressionnante au sujet du jardin de Getsémané était son intensité. Il a transpiré des gouttes de sang. Mais je ne crois plus cela.

La chose qui impressionne le plus mon âme au sujet du jardin de Gethsémané, c'est la ressemblance du Seigneur Jésus à un enfant face à son Père, au moment où Il va accomplir le dessein et le plan du Père. Il a pu crier Abba dans cette sombre heure. Dieu a envoyé l'Esprit de Son Fils, cette attitude, cette disposition, dans notre coeur qui maintenant crie Abba, Papa. Nous venons de considérer l'adoption, eh bien c'est cela, l'esprit de l'adoption. C'est une chose que d'avoir tous les privilèges d'un enfant, mais c'en est une autre d'être conscient de tous les privilèges d'un enfant, d'avoir cette attitude d'enfant. Si Dieu me montrait mes péchés, comme je suis réellement et qu'Il se montrait Lui-même comme Il est, alors je ne crierais pas « Abba. » Je crierais: « A l'aide! » Ou alors je crierais: « Eloigne-toi de moi, oh! Dieu, je suis un homme pécheur. Tu es un Dieu saint. » Mais Il n'a pas mis cet esprit de crainte dans mon coeur. Et Il n'y a pas mis non plus l'esprit de dépendance comme celui d'un ange, de telle sorte que je prie: « Saint, saint, saint. Dieu tout puissant, la terre est pleine de ta Gloire. » Si j'étais juste un ange, une créature dépendante de son Créateur, je ne ferais qu'adorer. Mais il a mis dans mon coeur un esprit qui ne crie pas « à l'aide », « ni Saint! », il crie « Abba, papa, relation, union, Père, Dieu. »

Je suis si reconnaissant que le Saint-Esprit fasse apparaître cela ici. Parce que vous pourriez avoir une fausse idée lorsque nous parlons de majorité, de passer de la minorité à la majorité, et de passer d'enfant à adulte, que maintenant vous êtes un adulte. Quelles sont les caractéristiques d'un adulte en Dieu? C'est « Papa. » En d'autres termes, être comme un enfant face à son père. Plus vous grandissez en Christ, plus vous devenez comme un enfant. Que Dieu puisse faire cela pour chacun d'entre nous. C'est cette ressemblance à un enfant qui dit: « Abba. » Pourquoi Abba? Laissez-moi vous en donner trois raisons. Premièrement à cause de nos capacités. Nous sommes si fiers, nous pensons que nous connaissons quelque chose. Vous vous dîtes peut être: «Oh! moi j'ai étudié la Bible, je possède des commentaires, j'ai lu ceci et cela, je connais quatre mots grecs. » Nous croyons que nous savons quelque chose. Mais nous ne serons jamais capables de dire plus qu'Abba. A cause de nos petites capacités, en ce qui concerne notre relation avec Dieu, nous sommes tous des petits enfants en train d'apprendre Dieu. C'est un des côtés de la vérité. Voici l'autre côté. Imaginons que Dieu multiplie vos capacités actuelles. Imaginons que par un miracle, Dieu multiplie vos capacités par 10 millions. Vous aurez encore à crier « Abba », vous savez pourquoi? Parce que Dieu est infini. Ce n'est pas seulement à cause de vos petites capacités mais également à cause de la grandeur de Dieu. Lorsque vous aurez été dans le ciel pendant un million d'années, vous continuerez à courber vos têtes et à dire: « Abba, Père. » Vous ne pouvez même pas commencer à connaître Dieu parce qu'Il est infini et que vous, vous êtes finis. Ce qui est fini ne peut poursuivre ce qui est infini. Pour toujours et aux siècles des siècles, nous apprendrons Dieu et nous dirons: « Abba, Père. » Tout cela à cause de Son infinité.

Mais il y a une troisième raison pour dire: « Abba. » Si nous regardons attentivement le verset 4:6, nous verrons que ce n'est pas le chrétien qui crie: « Abba. » Le voyez-vous? Il est dit que Dieu a envoyé dans nos coeurs l'Esprit de son Fils. Qui crie? Vous voyez, c'est l'Esprit de Dieu qui crie: « Abba! Père. » Dieu crie pour établir une relation avec Lui dans notre esprit. Cela fait partie de la grâce. Vous vous dîtes peut être: « Comment pourrais-je avoir faim de Dieu? » C'est par l'Esprit en vous. C'est l'inspiration qui cause l'expiration. L'Esprit en nous va languir et crier pour avoir une relation avec notre Père Saint. L'Esprit ne vient pas dans votre coeur en criant: « Eglise locale. » L'Esprit ne vient pas dans votre coeur en criant: « Sauvons les âmes. » L'Esprit ne vient pas dans votre coeur en criant: « Gestion des biens. » L'Esprit ne vient pas dans votre coeur en criant: « Mission. » L'Esprit ne vient pas dans votre coeur en criant: « Unité. » L'Esprit vient dans votre coeur en criant: « Abba, Père. » Tout l'objectif de Dieu dans votre âme est que vous puissiez connaître Dieu. L'Esprit vient en vous pour stimuler ce désir, cette faim, pour vous faire brûler, pour vous pousser vers une relation avec Dieu votre Père. Il implante en vous tous ces désirs et ces envies. Y a-t-il quelque chose de plus merveilleux? Paul dit: « Vous voulez retourner à la loi, vous voulez retourner faire des oeuvres qui vous ont mis sous l'esclavage. Christ vous a libérés de la loi. Christ vous a donné l'adoption et tous les privilèges qui en découlent. Christ a mis l'Esprit dans votre coeur qui crie après Dieu de telle sorte que vous n'ayez même pas à le faire vous-mêmes. » Et il y a davantage encore et je vais vous donner une autre raison de ne pas être légaliste. Dans ce passage le Saint-Esprit ne fait qu'empiler et empiler les grâces, Il nous comble. Et lorsque nous aurons vu tout cela, cela paraîtra tellement stupide de dire: « Je vais me faire circoncire. Je vais respecter cette loi ou cette loi. » Ce que le Saint-Esprit nous donne là est si incroyable. C'est cela la pure grâce, et c'est à cela que Dieu nous appelle. Alors qui a besoin du légalisme? C'est comme mettre un pistolet sur votre tempe et vous voler vous-mêmes. C'est se placer soi-même sous l'esclavage.



EN CHRIST, NOUS SOMMES HERITIERS

Regardons maintenant la quatrième raison qui nous est donnée dans Galates 4:7: « Ainsi tu n'es plus esclave, mais fils; et si tu es fils, tu es aussi héritier par la grâce de Dieu. » Nous sommes passés d'esclaves à fils, à adoptés et maintenant à héritiers par la grâce de Dieu. Quel est notre héritage? On retrouve cette même pensée dans Romains 8:17: « Or, si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers: héritiers de Dieu, et cohéritiers de Christ. » En Romains, Il ne dit pas: « Héritier par la grâce de Dieu mais héritier de Dieu, cohéritier avec Christ. » Le mot héritier fait référence à absolument tout ce que Dieu veut donner à Son peuple. Voilà ce qu'est l'héritage. Il dit que c'est à nouveau à travers Dieu. Ce n'est pas à nous à cause des oeuvres, pas à cause du légalisme, pas parce que nous aurions ajouté quelque chose à Christ, mais par grâce. Dans le verset 3:18, Paul a déjà parlé de l'héritage. Ce que le Saint-Esprit nous dit ici est que tout ce qui appartient à Christ appartient également à ceux qui sont à Christ. Et pas seulement cela, mais Christ Lui-même, la source, est à nous, nous héritons Dieu Lui-même! Lorsque vous parlez d'héritage, vous devez inclure le futur éternel. Votre héritage vous emmène bien plus loin que cette vie. Cela implique tout ce que Dieu a, tout ce que Dieu est, cela inclut la résurrection. Cela inclut la réunion avec Christ. Cela inclut ce que nous appelons Ciel, être avec Dieu. Tout cela est votre héritage. Et tout cela est par pure grâce. Vous n'avez pas à travailler pour cela, vous n'avez pas à lever votre petit doigt pour cela, tout cela est à vous par pure grâce. Ainsi commence le chapitre 4. Il nous dit quel est l'objectif de la grâce. La grâce nous libère de la loi, elle nous donne l'adoption, elle nous permet d'avoir l'Esprit de Christ dans nos coeurs qui crie Abba Père et qui recherche une relation avec Dieu et elle fait de nous un héritier de Dieu par Dieu de toutes choses. Malheureusement les chrétiens de Galatie essayaient de compléter leur christianisme en retournant au légalisme. Mais il était inutile de faire cela.



DIEU NOUS CONNAIT POUR QUE NOUS PUISSIONS LE CONNAITRE

Laissez-moi encore ajouter un dernier commentaire avant de terminer. Au verset 4:9 Paul dit: « Mais à présent que vous avez connu Dieu ou plutôt que vous avez été connus de Dieu. » Pourquoi ajoute-il: « Ou plutôt que vous avez été connus de Dieu. » Vous voyez, comme dans toute cette épître, il les exhorte à retourner à la fondation. Il les appelle à retourner à la pure grâce. Notre coeur crie: « Comment puis-je connaître Dieu? » La réponse est: « En tablant sur le fait que Dieu vous connaît vous. » Voilà la fondation de tout cela, c'est là-dessus que la foi peut se reposer. Ma foi ne peut jamais se reposer sur la connaissance que les hommes ont de Dieu ou sur ce que je sais de Dieu. Ma foi doit se reposer sur tout ce que Dieu sait à mon sujet.

Lorsque j'étais étudiant à l'école biblique de Columbia, nous avions un mot d'ordre. C'était « Le connaître et Le faire connaître. » Je pense que chacun d'entre vous en connaît suffisamment sur la pure grâce pour me corriger si je disais: « Cela devrait être pris dans l'autre sens. Je devrais Le faire connaître d'abord, et ensuite Le connaître. » Vous me diriez sûrement: « Non c'est à l'envers. Nous devons d'abord Le connaître et ensuite Le faire connaître. » Mais ce mot d'ordre n'est pas complet, il manque la fondation. Voici le mot d'ordre de Galates: « Etre connu de Dieu, pour connaître Dieu, et pour Le faire connaître. » C'est cela Galates. Nous devons d'abord être connus de Dieu, voilà la grâce. Tout revient à ce que Dieu fait. Nous parlons beaucoup de connaître Dieu et de regarder à Jésus. Mais est-ce que ce sont simplement des mots? Comment puis-je connaître Dieu? Veuillez croire cela de tout votre coeur, c'est une vérité biblique, écoutez bien: « Vous regardez au Seigneur pour avoir la capacité de regarder au Seigneur. » Prenez votre foi, par la foi. Vous faites confiance à Dieu pour pouvoir faire confiance à Dieu. Ce n'est pas compliqué, c'est même très simple. A tout moment vous pouvez regarder vers Dieu et Lui dire: « Je Te fais confiance maintenant pour avoir la foi pour Te faire confiance. Car, en moi-même, je n'ai pas la foi pour Te faire confiance. Manifeste-la en moi. » Dieu viendra à votre rencontre là où vous en êtes. C'est cela la pure grâce, c'est ainsi qu'il faut vivre et ensuite nous pourrons profiter de tous les privilèges qu'Il a mis à notre disposition et dont nous avons parlé.

La partie suivante de Galates 4 que nous verrons la prochaine fois, nous donne la méthode de la pure grâce. Et nous parlerons tout particulièrement des versets 4:18-19. Ces versets nous donnent le comment de la pure grâce. Des milliers de chrétiens ne savent pas ce que cela veut dire d'avoir Christ formé en eux. C'est ce que nous verrons la prochaine fois, c'est la méthode par laquelle Dieu nous emmène dans la pure grâce.

Prions:

Père, nous Te remercions infiniment pour le chapitre 4 de Galates, non pas seulement en raison ce que nous pensons qu'il signifie, mais en raison de tout ce que tout cela signifie pour toi. Manifeste toutes ces réalités dans nos coeurs et dans nos vies. Seigneur, rends-nous capables de regarder à Toi, de telle sorte que Christ puisse être formé en nous et que Tu puisses couler en nous, sans contrainte. Enracine-nous profondément dans la doctrine de la pure grâce. Délivre-nous complètement du légalisme, et de toutes ses formes subtiles. Au nom de Jésus. Amen.

Galates #7