GALATES #4 -Introduction aux chapitres 3 et 4

Par Ed Miller

Le texte qui suit est la transcription d'un message donné en anglais. La forme orale a été conservée, mais des titres de sections ont été ajoutés pour faciliter la lecture. (NdT)



RESUME

Bonjour et bienvenue dans notre quatrième leçon sur cette merveilleuse épître de Galates. Avant de continuer où nous nous en étions arrêtés, laissez-moi à nouveau vous présenter l'esprit du livre. Nous avons appelé le message de Galates, le message de la pure grâce. Dans le Nouveau Testament, plusieurs livres traitent du sujet du Salut par la pure grâce. En réalité, je pense qu'ils s'y réfèrent tous! Mais il n'y a que Romains et Galates qui soient entièrement dédiés au message de la pure grâce. C'est leur thème. J'aime ce qu'un commentateur a dit concernant ces deux livres. Il a dit: « Romains est la pure grâce dans la salle de classe. Galates est la pure grâce dans la rue. » C'est vrai. Romains présente une doctrine de la grâce que vous pouvez étudier de fond en comble. Mais Galates parle de l'endroit où vous vivez, Galates se passe dehors, dans la rue, c'est la pure grâce dans la vie. Il y a plusieurs façons d'étudier la vérité de la pure grâce, mais nous l'avons résumée par ces mots: Jésus-Christ seul. Dans Galates, c'est ainsi que le Saint-Esprit le révèle. C'est le message de Galates. C'est Jésus et rien de plus. Il ne faut rien ajouter à Christ. Considérez à nouveau le verset 1:2: « Tous les frères qui sont avec moi, aux Églises de la Galatie » et rappelez-vous que le livre de Galates n'était pas adressé à une seule église. Il était adressé à toutes les églises de Galatie, parce que la Galatie n'était pas simplement une ville, mais une région. Le problème auquel les chrétiens de Galatie faisaient face, s'était étendu à toute une région. C'était comme une épidémie qui se propageait comme un feu dévorant. Galates est une réponse au problème que posaient ceux que l'on nomme Judaïsants et qui troublaient les chrétiens de cette région.

Ces hommes étaient des juifs très fidèles à Moïse et à la loi. Ils ne souhaitaient pas abandonner toutes les lois, les règles et les rituels. Ils avaient grandi avec Moïse et avec la loi. Ils croyaient qu'il y avait une place pour Jésus et pour la loi. Ils ne disaient pas: « Nous n'avons pas besoin de Jésus. » Ils disaient: « Gardez Jésus, gardez la grâce, mais ajoutez y quelque chose. C'est Jésus plus d'autres choses. » Le livre des Actes nous montre que ces gens suivaient Paul, et lorsque Paul quittait un endroit, ils y arrivaient pour répandre leur propre message qui était: « Jésus n'est pas suffisant, vous devez également être circoncis. Cela fait partie de la loi, vous ne pouvez pas aller au ciel à moins d'être circoncis. Jésus n'est pas suffisant, vous avez également besoin des lois, du sabbat, de la diététique et d'observer les jours de fête. » Ils ajoutaient toutes ces choses à l'Evangile. Considérez les versets 4:9-11; où Paul dit: « Mais à présent que vous avez connu Dieu, ou plutôt que vous avez été connus de Dieu, comment retournez-vous à ces faibles et pauvres rudiments, auxquels de nouveau vous voulez vous asservir encore? Vous observez les jours, les mois, les temps et les années! Je crains d'avoir inutilement travaillé pour vous. » Ils respectaient toutes ces fêtes particulières, les jours, les mois, les temps et les années, et ainsi de suite. Ils avaient commencé à perdre de vue cette merveilleuse vérité que Jésus est tout suffisant, que Jésus seul est suffisant.Dans les versets 1:6-7, nous avons vu que le Saint-Esprit, à travers Paul, prend la chose très au sérieux. Il dit: « Je m'étonne que vous abandonniez si rapidement celui qui vous a appelés par la grâce de Christ, pour passer à un autre Évangile, qui n'en est pas un autre; mais il y a des gens qui vous troublent, et qui veulent pervertir l'évangile du Christ. » Paul souligne très fortement que si vous ajoutez quoi que ce soit au vrai Evangile, ce n'est plus le vrai Evangile. Vous ne pouvez pas ajouter quelque chose au vrai Evangile sans le changer. Nous avons dit qu'ajouter quelque chose à Christ, c'est Le changer complètement. Ce n'est plus le même Evangile. Il dit: « Vous avez abandonné Christ. Vous avez déserté. Vous avez jeté le vrai Evangile par la fenêtre. Vous avez transformé la bonne nouvelle en mauvaise nouvelle. » C'est pour cette raison que le vrai Dieu nous a donné dans les six chapitres de Galates, un des livres les plus puissants, complets, directs, et allant au coeur du problème, de toute la Bible. C'est une défense de la vérité de la pure grâce, mais c'est également une offensive contre tout ce qui voudrait se lever contre la vérité de la pure grâce. Paul a vu des chrétiens entrer dans une glorieuse liberté à cause du message de la pure grâce, et maintenant il les voyait retomber sous un terrible esclavage parce qu'ils oubliaient le message de la pure grâce. Paul n'avait aucune pitié pour le légalisme et pour les légalistes. Galates est une sorte de marteau qui pulvérise les erreurs des légalistes.

Le verset  5:1 dit: « C'est pour la liberté que Christ nous a affranchis. Demeurez donc fermes, et ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude. » C'est notre verset clé, c'est un merveilleux passage. Il y a quelque temps, j'ai entendu un prédicateur dire lors de son sermon: « Aider, c'est entraver. » Il parlait bien sûr de notre relation avec le Seigneur. Chaque fois que nous essayons d'aider Dieu, nous entravons Dieu. Voilà le message de Galates, Jésus n'a pas besoin d'aide, Lui ajouter quelque chose, c'est Le changer complètement. Dans un commentaire, j'ai lu que « Galates est vieux jeu. » « Vieux jeu » signifie qui n'est plus à la mode, mais cela ne veut pas dire qu'il n'est pas actuel. Le message de Galates est encore actuel, mais il est réellement « vieux jeu », dans ce sens qu'il n'est pas populaire de nos jours. Même les communautés qui semblent les plus justes doctrinalement peuvent vous encourager à ajouter quelque chose à Christ. Bien entendu, de nos jours nous n'ajoutons pas la circoncision, les lois de sabbat ou les fêtes juives.

Nous avons nos propres problèmes. Nous ajoutons le baptême à Jésus, la communion, la dîme, les temps de méditation, les cultes du dimanche, l'engagement, les programmes, le témoignage, l'assiduité aux réunions et tout un tas de choses. Des milliers et des milliers de chrétiens vivent dans un esclavage horrible parce que partout on ajoute plein de choses à Jésus. Ils n'ont pas compris le message de la pure grâce. Nous avons appelé les chapitres 1 et 2, le messager de la pure grâce. Paul y démontre, en ajoutant une preuve après l'autre, qu'il est un messager de la pure grâce. Les chapitres 3 et 4, que nous allons commencer à étudier dans cette leçon, forment le message de la pure grâce. Après s'être présenté lui-même comme le messager de la pure grâce, l'Apôtre commence à dévoiler ce qu'est le message de la pure grâce. Enfin, nous avons appelé les chapitres 5 et 6, les résultats du message de la pure grâce.



LE MESSAGE DE LA PURE GRACE EST LE MESSAGE DE TOUTE LA BIBLE

Je vous propose maintenant de commencer notre étude sur les chapitres 3 et 4. Les chapitres 3 et 4 contiennent le message, la doctrine, l'enseignement de la pure grâce. Ces deux chapitres nous expliquent que la pure grâce est le message de toute la Bible, pas uniquement du Nouveau Testament. La pure grâce est le message de la Bible entière. C'est le message de l'Ancien et du Nouveau Testament. C'est la vérité, toute la vérité et rien que la vérité. Il a toujours été question de la pure grâce. C'est la pure grâce maintenant et il s'agira toujours de la pure grâce, c'est ce que Paul montre dans les chapitres 3 et 4. Dans cette leçon, nous allons faire une sorte d'introduction aux chapitres 3 et 4. J'aimerais vous donner un petit arrière-plan pour ensuite mieux saisir ces deux chapitres et en recevoir le maximum de bénéfice. Il y a deux façons d'étudier un passage, vous pouvez l'étudier de façon thématique ou de façon détaillée, verset par verset. Nous verrons ce passage de façon plus détaillée, mais dans cette leçon, j'aimerais le considérer de façon thématique.

Dans ces deux chapitres, le Saint-Esprit semble mettre l'accent sur quatre grandes choses. Je vous propose donc de voir ces quatre éléments de façon thématique. Une des choses sur lesquelles le Saint-Esprit revient plusieurs fois dans ces deux chapitres est la loi. Quel est le lien entre la pure grâce et la loi? Nous devons comprendre ce que Dieu veut dire lorsqu'Il parle de Loi. La deuxième chose qu'Il met en avant est le Seigneur Jésus-Christ. De quelle façon Christ est relié à la loi et à la pure grâce. La troisième chose sur laquelle Il revient est Abraham, et sa relation avec le salut. Abraham est en fait l'illustration de la façon dont tout le monde dans l'Ancien Testament parvient au salut. Et finalement j'aimerais vous montrer le lien de tout cela avec nous, et le rendre pratique. Je pense que si nous pouvons avoir une vue de ces quatre grandes choses, la loi, la relation de Christ avec la loi, les saints de l'Ancien Testament illustrés par Abraham, et nous-mêmes, nous serons bien préparés pour étudier ces chapitres en détails.

Commençons avec notre premier point, la pure grâce et sa relation avec la loi. Considérons les passages suivants:

• Verset 3:2: « Voici seulement ce que je veux apprendre de vous: Est-ce par les oeuvres de la loi que vous avez reçu l'Esprit, ou par la prédication de la foi? » 

• Versets 3:10-14: « Car tous ceux qui s'attachent aux oeuvres de la loi sont sous la malédiction; car il est écrit: Maudit est quiconque n'observe pas tout ce qui est écrit dans le livre de la loi, et ne le met pas en pratique. Et que nul ne soit justifié devant Dieu par la loi, cela est évident, puisqu'il est dit: Le juste vivra par la foi. Or, la loi ne procède pas de la foi; mais elle dit: Celui qui mettra ces choses en pratique vivra par elles. Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous-car il est écrit: Maudit est quiconque est pendu au bois, afin que la bénédiction d'Abraham eût pour les païens son accomplissement en Jésus Christ, et que nous reçussions par la foi l'Esprit qui avait été promis. »

• Verset 3:17: « Voici ce que j'entends: une disposition, que Dieu a confirmée antérieurement, ne peut pas être annulée, et ainsi la promesse rendue vaine, par la loi survenue quatre cents trente ans plus tard. »

• Verset 4:4: « Mais, lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d'une femme, né sous la loi, afin qu'il rachetât ceux qui étaient sous la loi. »

• Verset 4:21: « Dites-moi, vous qui voulez être sous la loi, n'entendez-vous point la loi? Car il est écrit qu'Abraham eut deux fils. »



LA LOI EN TANT QU'EXPRESSION DU CARACTERE DE DIEU

Dans ces deux chapitres, partout où vous regardez, vous voyez la loi, la loi, la loi. Il est facile de voir que cela tient une place proéminente. Robert C. Mc Quilkin a écrit un petit livre appelé « La loi de Dieu et la grâce de Dieu. » Dans ce livre, il dit que le mot loi est utilisé de dix façons différentes dans le Nouveau Testament. J'ai essayé de les retracer. En réalité je pense qu'il y a des utilisations qui se recoupent, mais je suis sûr que ce mot est au moins utilisé de quatre façons différentes. Galates utilise ce mot de trois façons différentes, il est important de bien les voir. Permettez-moi de vous les montrer, et de montrer comment cela s'insère dans le message de Galates. La première utilisation est également la plus forte, la plus grande, c'est la loi de Dieu en tant que caractère de Dieu, en tant qu'expression de Dieu. Parfois on utilise l'expression gloire de Dieu. Lorsque Paul dit en Romains 3:23 que nous avons tous péché et que nous sommes privés de la gloire de Dieu, il aurait pu dire de la loi, mais il dit que nous sommes privés de la gloire, parce la loi est tout ce que Dieu est. C'est Dieu qui s'exprime Lui-même. Pris dans ce sens, dans le sens de la loi morale, de Sa perfection, de Son standard, de Son caractère, tout ce qui va contre Lui dans l'univers, pèche. C'est pour cela que je dis que c'est la grande loi, c'est le caractère de Dieu. Ceux qui n'utilisent pas la Bible appellent parfois cela la loi de ce qui est vrai et faux. Mais c'est la loi de Dieu.  Dieu est parfait et si vous faites quoi que ce soit contre Lui alors, même si ce n'est pas dans la Bible et si ce n'est pas un commandement, vous le faites contre cette loi. C'est la loi de Dieu, Son caractère, Son expression. C'est la grande loi qui régit tout l'univers.

La seconde utilisation du mot loi est parfois appelée la loi de Moïse ou les dix commandements, le standard moral. Par exemple: « Ne vole pas, ne mens pas, ne fais pas d'adultère et ainsi de suite. » De quelle façon la loi de Moïse est elle reliée à la loi de Dieu? Eh bien la loi de Moïse c'est exactement la même chose, mais sur le papier, ou à l'époque, sur la pierre. C'est la même chose mais sous une forme écrite. Il n'y a pas de différence entre la loi de Moïse, les dix commandements, et la loi de Dieu. Les dix commandements sont l'expression du caractère de Dieu. C'est la sainteté de Dieu. C'est lorsque Dieu l'a finalement écrite, merveilleuxl a mis ce parfait standard en langage humain, que nous avons eu la loi de Moïse. Mais la loi de Moïse et la loi de Dieu sont les mêmes. L'une est mise par écrit mais pas l'autre. Dieu a attendu longtemps avant de l'écrire, mais elle existait déjà avant d'être exprimée par écrit. C'est pour cela que les gens ont péché même s'ils n'avaient pas la loi écrite. Certaines personnes pensent que la loi de Moïse était plus facile que la loi de Dieu, comme si Dieu avait abaissé Son standard. Mais le Seigneur Jésus a attiré l'attention sur le fait que la loi de Moïse incluait la loi de la lettre ainsi que la loi de l'esprit. Certains pensent que Dieu a abaissé Son standard aux dix « petites lois de Moïse » pour qu'ils puissent parvenir à observer la loi de Dieu. Quelqu'un a même dit à Jésus: « Je les ai observés depuis mon enfance. » Jésus nous rend attentifs au fait que si nous violons la loi de Moïse dans son sens large, dans son esprit, nous avons également péché. Si nous avons des désirs envers une personne autre que notre conjoint, nous avons commis un adultère, même si nous ne sommes pas passés à l'acte. Si vous haïssez dans votre coeur, c'est la même chose que de commettre un meurtre. Si vous avez un seul péché dans votre pensée, dans votre coeur ou vos pensées, c'est la même chose que si vous l'aviez fait. La loi de Moïse est donc tout aussi grande que la loi de Dieu. La loi de Moïse a simplement été écrite.



LES LOIS CEREMONIALES

Il y a d'autres lois qui sont appelées les lois cérémoniales. Cet ensemble de règles n'était pas une expression du caractère de Dieu. Lorsque Dieu a donné cet ensemble de lois, c'était pour faire d'Israël un peuple entièrement différent de tous les autres peuples dans le monde. Ils avaient des lois sur la nourriture, sur le code vestimentaire et sur la vie sociale. Les pharisiens du Nouveau Testament avaient divisé ces différentes lois en 365 lois négatives, et 248 lois positives. Ils avaient donc 613 lois différentes, qu'ils disaient être réduites au minimum. Il y en avait d'autres mais celles-ci les regroupaient toutes. Par conséquent si vous pouviez garder ces 613 lois alors vous pouviez être un bon juif, un bon hébreux. Voici donc trois utilisations du mot loi. Parfois il fait référence au caractère de Dieu, que vous ne pouvez pas violer. Parfois cela faisait référence à la loi mise par écrit, appelée la loi de Moïse. C'est aussi saint que Dieu est saint. C'est aussi pur que Dieu est pur. Ensuite il y avait ces lois cérémoniales qui avaient pour objectif de séparer Israël pour le rendre différent de tous les autres peuples.



LA LOI EN TANT QUE FACON DE VIVRE

Il y encore une autre utilisation du mot loi, et elle est très importante dans Galates. C'est la loi en tant que règle de vie. C'est la loi en tant que philosophie, ce sont les principes qui dirigent votre vie. Vivre par la loi en tant que façon de vivre était la même chose que vivre par les oeuvres. Dans ce sens, la loi ne vous dit pas ce que vous faites, mais comment vous le faites. Je peux faire des choses par la loi, par les oeuvres. Le fait que les gens n'ont pas vu l'utilisation de la loi de cette façon a amené beaucoup de confusions dans le message de l'Evangile. Vous avez déjà entendu cette expression: « pas sous la loi. » C'est une expression biblique. Les chrétiens aiment cette expression, ils disent: « Je ne suis pas sous la loi. » Laissez-moi vous poser cette question. Sous quelle loi n'êtes-vous pas? Pouvez-vous dire: « Je suis chrétien, je ne suis pas sous le caractère de Dieu. » Vous devriez faire attention avant de dire pareille chose. Bien sûr que nous sommes sous la loi de Dieu, sous le caractère de Dieu, nous ne pouvons pas nous y soustraire. Le caractère de Dieu est la sainteté de Dieu. Tous les chrétiens sont sous le caractère de Dieu. C'est là où les personnes antinomiennes (c'est-à-dire contre la loi) font une erreur. Ces personnes disent: « Vivez comme vous le voulez, vous êtes maintenant chrétiens, vous n'êtes plus sous la loi. » Essayez de dire à un policier qui vous arrête pour un excès de vitesse que vous êtes chrétien et que vous n'êtes plus sous la loi. Il vous regardera sûrement de travers, et vous devrez payer l'amende. Les chrétiens sont sous le caractère de Dieu, et comme la loi de Moïse n'est rien de plus que le caractère de Dieu sous une forme écrite, cette idée que les chrétiens ne sont pas sous les dix commandements est fausse. Bien sûr que vous êtes sous les dix commandements. Ce n'est pas parce que vous êtes sauvés que vous pouvez aller faire n'importe quoi et voler. Cela violerait la nature de Dieu. Vous ne pouvez pas mentir, Dieu est vrai, cela contredit son caractère saint. Les dix commandements sont autant d'actualité pour le chrétien qu'ils ne l'ont jamais été. Nous sommes sous les dix commandements.

Alors que veut-on dire en disant que nous ne sommes plus sous la loi? Nous ne sommes plus sous la loi en tant que façon de vivre, en tant que règle de vie. J'aime le dire de cette façon, je dois observer la grande loi, celle de Dieu, mais je ne suis pas sous la loi pour observer la loi. Je ne suis pas sous les oeuvres en tant que règle de vie, pour observer la loi. Laissez-moi vous donner l'autre côté de l'image. De la même façon qu'il y a une grande loi et qu'il y a une loi qui est une façon de vivre, il y a une grande grâce et une grâce en tant que façon de vivre. Parfois lorsque nous utilisons le mot grâce, nous pensons à tout ce que Dieu a fait pour nous. Je mérite l'exact opposé mais Dieu a tout fait, c'est cela la grâce. Mais qu'est-ce que je veux dire par: « Je vis par la grâce? » C'est la grâce en tant que façon de vivre. Je suis sous la grande loi, le caractère de Dieu, les dix commandements, mais je ne suis pas sous la loi pour observer la loi, mais sous la grâce pour vivre la loi. Je suis encore responsable de vivre une vie sainte, mais je n'ai plus besoin de dépendre de moi pour le faire. Je ne suis pas sous la loi en tant que façon de vivre pour observer les dix commandements, je suis maintenant sous la grâce en tant que façon de vivre, pour observer les dix commandements. Si je suis sous la loi, je suis quelqu'un qui oeuvre, si je suis sous la grâce, je suis quelqu'un qui fait confiance. C'est tout ce que cela veut dire. En tant que façon de vivre, je ne suis plus quelqu'un qui oeuvre mais quelqu'un qui fait confiance.



LA RESPONSABILITE D'OBEIR EST A NOUS MAIS LA PUISSANCE EST A DIEU

Le Nouveau Testament n'enseigne pas, comme certains le disent, de jeter les dix commandements par la fenêtre. Pas du tout, vous ne pouvez pas rejeter les dix commandements, c'est le caractère de Dieu. C'est l'expression de la sainteté de Dieu. Voici l'Evangile, voici la bonne nouvelle, c'est que les chrétiens, pour pouvoir respecter le saint standard de Dieu, ne dépendent plus de ce qu'ils font. Ils dépendent de ce que Dieu fait, ils peuvent faire confiance à Dieu, ils sont sous Sa grâce pour leur permettre de vivre une vie sainte. Nous ne pourrons jamais rejeter les commandements de Dieu. Je n'ai pas à observer la loi de Moïse avec ma force, mais je dois garder la loi de Moïse par la grâce, c'est la différence. Il y a deux erreurs qui arrivent lorsque vous ne voyez pas qu'ici, la loi est une façon de vivre. J'ai déjà mentionné la première, vous devenez insouciants, et vous pensez que vous n'avez pas à vivre une vie sainte et que vous n'avez pas à obéir aux standards de Dieu. La responsabilité d'obéir est la nôtre, mais la puissance n'est pas à nous. L'obligation nous revient mais la puissance nous vient de Dieu, par l'Esprit de Dieu. Il y a beaucoup de chrétiens qui vivent avec cette « foi facile et légère » et qui disent: « Oh, je suis chrétien, je vis par la grâce, je n'ai qu'à regarder à Jésus! Ne me parlez pas de règles, ne me parlez pas de sainteté, je n'ai pas envie d'entendre parler de commandements, je ne suis pas sous la loi. » Ils n'ont pas compris Galates, ils n'ont pas compris la Bible, ils sont sous les commandements de Dieu, mais ils ne sont pas sous la loi pour observer la loi. Ils sont sous la grâce pour observer la loi.

Un autre problème surgira si vous ne comprenez pas la loi en tant que façon de vivre. Galates 5:4 dit: « Vous êtes séparés de Christ, vous tous qui cherchez la justification dans la loi; vous êtes déchus de la grâce. » Beaucoup de chrétiens ont perdu leur assurance et leur sécurité en lisant un verset comme celui-ci. Ils pensent: « Oh je suis déchu de la grâce! J'ai perdu mon salut. J'ai péché, je suis tombé de la grâce. » Non, il faut lire le contexte, regardez ce que Paul est en train de dire. Vous êtes tombés de la grâce en tant que façon de vivre, et vous êtes retombés sous la loi en tant que façon de vivre. Il ne dit pas qu'ils ont perdu leur salut. Il dit qu'ils ont cessé de Lui faire confiance et ont recommencé à nouveau à faire, à travailler. Ils sont déchus de la grâce en tant que façon de vivre et maintenant ils sont de retour à la loi en tant que façon de vivre. Ils se sont coupés eux-mêmes de Christ. Cela ne veut pas dire qu'ils ont perdu leur salut. Cela signifie que les Galates sont repartis dans les oeuvres au lieu de rester dans la foi.

Puisqu'il y a tant d'abus et d'incompréhension au sujet de la loi de Dieu, j'aimerais vous inciter à la prudence quand vous parlez de la loi de Dieu. Lorsque vous dites: « Je ne suis pas sous la loi », soyez certains d'être au clair sur ce que vous entendez par là. Assurez-vous de bien comprendre qu'il n'est pas question du caractère de Dieu et de Son haut standard de sainteté, de l'expression de Dieu. Nous ne sommes pas sous la loi dans le sens de ce que nous faisons pour la garder. A la façon dont certains chrétiens parlent de la loi, on voit qu'ils ne la comprennent pas. C'est parfois désespérant et cela brise votre coeur. Un cher frère que j'aime tellement m'a dit un jour: « Ne me parle pas de cette camelote de loi! Je vis par la grâce. » C'est incroyable. Il ne parlait pas de la loi en tant que façon de vivre, mais il parlait des commandements de Dieu. Il ne voulait pas entendre parler des commandements. Je peux vous dire que ce n'est pas de la camelote. C'est pour cela que Paul dit en Romains 7:12: « La loi donc est sainte, et le commandement est saint, juste et bon. » Il n'y a rien de mauvais dans la loi, elle est aussi sainte que Dieu est saint. La loi est parfaite. Le psalmiste dit: « Combien j'aime ta loi! » (cf. Psaumes 119:97) Le psalmiste voulait dire par là, j'aime Dieu. Lorsque vous aimez la loi, vous aimez le Seigneur, parce que l'Un et l'autre ne peuvent être dissociés. Mais nous ne sommes pas livrés à nos propres ressources pour vivre au niveau de ce haut standard. Si vous abaissez la loi, vous abaissez Dieu, parce que la loi exprime le caractère de Dieu.

Regardons maintenant le deuxième sujet qui revient dans ces passages, c'est la relation de Christ par rapport à la loi. Voici quelques versets:

• Versets 3:10-12: « Car tous ceux qui s'attachent aux oeuvres de la loi sont sous la malédiction; car il est écrit: Maudit est quiconque n'observe pas tout ce qui est écrit dans le livre de la loi, et ne le met pas en pratique. Et que nul ne soit justifié devant Dieu par la loi, cela est évident, puisqu'il est dit: Le juste vivra par la foi. »

• Verset 3:13: « Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous-car il est écrit: Maudit est quiconque est pendu au bois. »

• Versets 4:4-5: « Lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d'une femme, né sous la loi, afin qu'il rachetât ceux qui étaient sous la loi... »

Le Saint-Esprit aimerait que nous comprenions à quel point la grâce est merveilleuse, et par conséquent Il s'attache à nous montrer la relation que le Seigneur Jésus avait par rapport à la loi. Laissez-moi vous poser cette question dont la réponse va sans doute vous surprendre. Si vous deviez parcourir le Nouveau Testament pour trouver la meilleure illustration de la vie chrétienne, si vous deviez trouver un modèle, qui nommeriez-vous? J'aimerais un exemple, j'aimerais trouver quelqu'un que je peux suivre. Qui choisisseriez-vous comme étant la meilleure illustration de la vie chrétienne? Si vous dîtes que vous pensez au Seigneur Jésus, vous avez tort. Le Seigneur Jésus n'est pas une bonne illustration de la vie chrétienne, en réalité c'est même le contraire. Il est la plus mauvaise illustration de la vie chrétienne dans le Nouveau Testament. De tous ceux à qui vous pourriez penser, personne n'est plus éloigné que le Seigneur Jésus-Christ. C'est un mauvais exemple. Paul est un bon exemple, Pierre est un bon exemple, Tite ou Barnabas, n'importe qui mais pas Jésus. Expliquons la chose.



JESUS A MERITE TOUTES LES BENEDICTIONS A CAUSE DES oeUVRES QU'IL A FAITES

Vous êtes sans doute en train de vous dire: mais qu'est-ce qu'il nous enseigne là? Je dis cela parce que Jésus n'a pas vécu par la pure grâce, Il a vécu par les oeuvres. Jésus a vécu à chaque instant de Sa vie par les oeuvres. Il n'a pas vécu par la foi. Voilà ce que disent les versets 4:4-5: « ...Dieu a envoyé son Fils, né d'une femme, né sous la loi, afin qu'il rachetât ceux qui étaient sous la loi... » J'aimerais que vous pensiez à cette première loi dont j'ai parlé, la loi de Dieu, le haut standard, l'expression de Dieu. Dieu a promis de grandes bénédictions à travers l'Ancien Testament. A ceux qui obéiraient, Il a promis qu'ils auraient la vie, la prospérité et les bénédictions. Il a promis qu'ils hériteraient la terre. Il a promis de grandes bénédictions à ceux qui allaient obéir à la loi. Mais Il a également dit: « Si vous péchez, vous mourrez. » Mais si on obéit à la loi, Il a promis de grandes bénédictions. L'homme a terriblement violé la loi de Dieu, l'homme a péché contre Dieu, il a péché contre Dieu dans tous les domaines sans exception. En tant qu'homme, le Seigneur Jésus avait cette grande loi devant Lui. Il est né sous la loi, né d'une femme, et est venu pour vivre par les oeuvres, Il est venu pour satisfaire la loi. Il est venu pour obéir parfaitement à la loi, et pas seulement à la lettre, mais également à l'esprit de la loi.

C'est ainsi qu'Il a vécu 33 ans et demi sur la terre. Il a aimé la loi de Dieu et Il a obéit à la loi de Dieu. Il a oeuvré et oeuvré mais Il n'a jamais péché, pas une seule fois. Toujours à nouveau il dit: « Je suis venu pour faire la volonté de Mon Père. Je fais toujours ce qui Lui est agréable. » C'était quelqu'un qui faisait les choses qui étaient agréables à Dieu. Il voulait toujours faire ce qui est bien envers Dieu. Il a dit qu'Il n'est pas venu pour détruire la loi. Il n'est pas venu pour vivre par la grâce, Il a dit qu'Il est venu accomplir la loi. Il a dit qu'Il allait accomplir chaque iota de la loi. (cf. Matthieu 5:17-18) Et c'est ce qu'Il a fait. Pendant 33 ans et demi, Il n'a jamais péché avec Ses yeux, Il n'a jamais péché avec Ses mains, Il n'a jamais péché avec Son coeur, Il n'a jamais péché avec Sa bouche, Ses pieds ne l'ont jamais emmené là où Il ne devait pas aller. Il a toujours obéi à Dieu. Et si la loi pouvait parler, elle dirait: « C'est vrai Seigneur, Tu as réussi, Tu l'as fait. Tu as respecté absolument tous mes commandements, je suis absolument satisfait. Tu ne peux pas faire mieux. »

Dieu a promis de grandes bénédictions à tous ceux qui observeraient la loi. Et Son Fils est venu et Il a observé la loi. Je parle comme un insensé mais pensez-vous que Jésus aurait pu aller vers la loi et lui dire: « Loi, tu as promis de grandes choses à tous ceux qui allaient obéir. J'ai vécu sur terre pendant trente trois ans et demi, et je n'ai jamais péché. Je n'ai jamais péché à l'intérieur, ni à l'extérieur. J'ai obéi à tout. Paye-moi ce qui me revient. Tu me dois quelque chose. Je l'ai mérité car j'ai travaillé dur. Je suis venu en tant qu'homme représentant la race humaine. Tu ne peux pas me demander une seule chose de plus. »

Vous savez ce que la loi répondrait? Elle dirait: « Pas si vite Jésus. Tu as raison, Tu n'as jamais péché, Tu as obéi à tous les préceptes. Tu as vécu une vie parfaite. Mais je ne suis pas satisfait, il y a plus. Tu vois, Tu as obéi à tous ce que j'ai demandé, mais Tu représentes ceux qui ont enfreint ma loi, et j'ai lancé des avertissements à ceux qui enfreindraient ma loi. Par conséquent je ne serai pas satisfait jusqu'à ce que non seulement tout ce que j'ai demandé soit observé, mais également jusqu'à ce que toutes mes menaces soit exécutées. Il doit y avoir une peine pour la désobéissance. Pour satisfaire complètement la loi, tu dois non seulement obéir à tous les commandements, mais toutes les menaces doivent également être mises à exécution. Si Tu fais cela, j'accomplirai ma promesse de bénédiction. » Le reste c'est l'histoire de l'Evangile.

Il s'est humilié Lui-même pour nous, Il s'est soumis à la mort, Lui le Juste pour les injustes. Son corps a souffert, Sa tête a été couronnée d'épine, Ses mains et Ses pieds ont été percés, Il a sué des gouttes de sang, Il a crié d'agonie. Il n'a pas vécu par la foi. Il n'a pas vécu par la pure grâce, comme nous sommes supposés le faire. Mais il a travaillé, Il a oeuvré, Il a travaillé comme aucun autre fils d'Adam n'a jamais travaillé. Il était à l'ouvrage, Il faisait un travail. De Son point de vue, ce n'était pas la grâce, c'était les oeuvres. Le salut n'a pas été pour Lui un don. Il l'a gagné, Il l'a acheté, Il a travaillé dur pour l'avoir; Il l'a mérité. Et lorsqu'Il s'est trouvé sur la croix, Il a crié: « Tout est accompli. » Qu'est-ce qui a été accompli? La réponse est: Son travail, Ses oeuvres. Il a travaillé très dur pour tout cela. Il n'a pas vécu par la grâce, Il a oeuvré pour cela. La loi demandait la perfection et Il l'a vécue, Il a obéi à la loi. La loi exigeait une sanction pour le péché, et Il est mort sur la croix, Il a payé, par Sa mort la sanction pour le péché. Il a vécu à la hauteur de toutes les demandes du saint standard de Dieu. Dieu ne pouvait pas demander davantage que ce qu'Il a fait.

Lorsque le Seigneur Jésus est sorti du tombeau lors du premier matin de pâques, Il en est sorti mort par rapport à la loi. Il a satisfait la loi de façon positive, et Il a satisfait la Loi de façon négative. Il a satisfait la loi activement, Il a satisfait la loi passivement. En toutes choses, Il a vécu à la pleine mesure du saint caractère de Dieu. Il n'y avait rien d'autre qu'il ait besoin de faire. Et parce que cela fut un travail bien fait, Dieu l'a hautement exalté et Il Lui a donné un nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu'au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre. Tous les trophées, toutes les couronnes, et toute la gloire Lui ont été remis. Il L'a mérité, Il l'a gagné. Et ensuite toutes les bénédictions qui avaient été promises par la loi ont été données à notre Seigneur Jésus. Vous voyez, si vous ne comprenez pas ce point, le fait que Jésus par les oeuvres, par les luttes, par le travail, par l'effort, a satisfait aux demandes de la Loi alors vous n'avez pas compris l'Evangile. Parce que cela fait partie de l'Evangile. Toutes les bénédictions spirituelles ont été données à Jésus Christ.

Suivons maintenant les arguments de Paul. Le verset 3:10 dit: « Car tous ceux qui s'attachent aux oeuvres de la loi sont sous la malédiction; car il est écrit: Maudit est quiconque n'observe pas tout ce qui est écrit dans le livre de la loi, et ne le met pas en pratique. » Paul demande aux Galates: « Avez-vous vu la vie du Seigneur Jésus? Vous voulez vraiment vivre par la loi? Etes-vous prêts à faire cela? » Voilà ce que ce verset ne dit pas: « Maudit est quiconque n'observe pas presque tout ce qui est écrit dans le livre de la loi. » Il dit: « Maudit est quiconque n'observe pas tout ce qui est écrit dans le livre de la loi. » Il parle de toute la loi. Imaginons que je réussisse à respecter 70% de la loi, cela ne serait pas suffisant pour me présenter devant Dieu et aller au ciel. Si j'avais respecté 90% de la loi, ce n'est pas si mal, eh bien je devrais aller en enfer pour toujours. Car il est écrit: « Maudit est quiconque n'observe pas tout ce qui est écrit dans le livre de la loi. » 90% ne me suffirait pas pour aller au ciel. Imaginons que je puisse respecter 99,999999% de la loi, est-ce que je mériterais le ciel? Je devrais aller dans le feu éternel, si j'avais respecté 99,999999% de la loi. Rien, en dehors de l'infinie perfection, ne pourra jamais m'amener au ciel.

C'est ce que Paul dit ici: « Vous voulez y aller par les oeuvres. Mais savez-vous ce que cela signifie? Est-ce que vous savez ce que cela veut dire que de vivre par les oeuvres? Etes-vous prêts à vivre par tout ce qui est écrit dans la loi? Parce que si vous ne le faites pas, vous êtes maudits. Maudit est quiconque n'observe pas tout ce qui est écrit dans le livre de la loi. » Vous voyez, ce n'est pas le degré de péché, c'est le fait de pécher qui nous disqualifie. Vous direz peut-être: « Oh je ne suis pas aussi mauvais qu'Hitler! » Cela ne fait rien, si vous péchez une seule fois, vous êtes morts. Car il est écrit: « Maudit est quiconque n'observe pas tout ce qui est écrit dans le livre de la loi. » C'est le fait de pécher qui nous disqualifie, et non le degré de péché. Ensuite il nous dit au verset 3:13: « Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous. » D'après l'érudit de grec Archibald T. Robertson le mot grec que Paul utilise ici est « intercepter. » Christ nous a rachetés en interceptant la malédiction pour nous. Vous voyez la loi avait lancé une malédiction sur toute la race humaine, mais Jésus l'a interceptée. N'est-ce pas merveilleux? C'est tombé sur Lui au lieu de tomber sur vous ou sur moi. C'est pour cela que Paul prêchait Christ seul. Seul Christ pouvait satisfaire la loi. Seul Christ a vécu par la loi de sorte que toutes les bénédictions puissent Lui être attribuées. Seul Christ pouvait payer le prix. Ce qui est une dette pour Christ est un don pour nous. Ce que Lui a gagné par Sa sueur, Il nous le donne pour rien. Si vous essayez de travailler pour cela, vous serez sous une malédiction. C'est pour cela qu'il dit que cela doit être reçu par une simple foi.



JESUS A TOUT RECU PAR LES oeUVRES, NOUS RECEVONS TOUT EN LUI PAR LA GRACE

A partir de ce point dans cette épître, mais on le voit également dans les autres, il semble que Paul ne sache plus qu'utiliser l'expression: « en Christ Jésus. » Il est si excité que toutes les bénédictions aient été données à Christ. Il n'y a rien qu'il n'ait pas reçu. Tout le caractère de Dieu a été déposé sur Christ de telle sorte que Christ se tient debout, débordant de tous côtés, de tout temps; il y a vraiment énormément de bénédictions en Christ, vous pouvez le croire. Et elles sont toutes en Christ. Paul voit cela, et dit aux Galates: « Vous êtes en Christ, et vous savez ce qui est en Christ. Et vous faites des efforts pour y entrer. Etes-vous fous? Qui vous a ensorcelés? Que s'est-il passé dans votre tête? Vous êtes fous si vous pensez ajouter quelque chose à Christ. Christ a tout mérité et tout est en Lui. » Paul est tout retourné en considérant ce qui est en Christ, et il ne peut pas comprendre pourquoi les Galates ne voient pas la toute suffisance de Jésus, et pourquoi ils veulent ajouter quelque chose à Christ. Il leur dit qu'ils sont participants de tout ce qu'Il est, de tout ce qu'Il a fait et de tout ce qu'Il a. Il leur dit: « Vous êtes morts avec Lui, vous êtes ressuscités avec Lui, vous vivez avec Lui, vous êtes assis avec Lui, vous reviendrez avec Lui. » Regardez le verset 3:27: « Vous tous, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ. Il n'y a plus ni Juif ni Grec, il n'y a plus ni esclave ni libre, il n'y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes un en Jésus Christ. Et si vous êtes à Christ, vous êtes donc la postérité d'Abraham, héritiers selon la promesse. »

Il commence à leur montrer ce que nous avons en Christ. Il dit que nous sommes aimés d'un amour qui est basé sur Lui. Notre filiation est basée sur Sa filiation. Jésus est l'Héritier et nous sommes héritiers à travers l'héritier. Nous sommes glorifiés en Lui avec Sa gloire. Et il continue en parlant de « en Christ », « en Christ. » Il parle des églises qui sont en Christ Jésus. Il parle de personnes qui sont en Christ Jésus. Nous sommes trouvés en Christ, préservés en Christ, sanctifiés en Christ, enracinés en Christ, édifiés enChrist, rendus parfaits en Christ. Nos conversions sont en Christ Jésus. Il parle de notre foi en Christ, de notre espérance en Christ, de notre amour en Christ, de notre réjouissance dans le Seigneur, de notre joie dans le Seigneur. On nous dit de penser en Christ, de nous déplacer en Christ, de marcher en Christ, de parler en Christ. Nous travaillons dans le Seigneur, nous souffrons dans le Seigneur, nous sommes conquérants et nous triomphons dans le Seigneur. Nous nous réjouissons les uns avec les autres dans le Seigneur. Nous devons nous recevoir les uns les autres dans le Seigneur. Les épouses doivent se soumettre à leur mari dans le Seigneur. Les enfants doivent obéir à leurs parents dans le Seigneur. Nous gardons la vérité comme elle est en Jésus-Christ. On nous dit de nous marier seulement en Jésus. Nous devons rechercher la volonté de Dieu en Christ Jésus. Lorsque quelqu'un meurt, il meurt dans le Seigneur, lorsqu'il est enseveli il dort en Jésus. Il est appelé un mort en Christ. Lorsque nous apparaîtrons, nous apparaîtrons en Christ Jésus. Paul ne peut pas s'arrêter. Il dit: « Mais regardez tout ce que vous avez. Vous pensez pouvoir ajouter encore quelque chose à cela. C'est cela la pure grâce. »

Si vous ne comprenez pas que Christ l'a fait par les oeuvres, alors vous ne comprendrez pas pourquoi vous n'avez pas à le faire par les oeuvres. Vous devez voir que c'est par ce chemin qu'Il a marché, sinon vous serez toujours en train de vous demander si vous aussi vous devez y travailler. Lorsque vous voyez que Lui l'a fait par les oeuvres, alors vous saurez pourquoi vous l'avez reçu par la grâce. Il l'a mérité et ensuite Il vous l'a donné, et tout ce que vous avez à faire c'est de prendre. C'est pour cela que nous recevons tout par grâce. Mais Il n'a jamais vécu par la grâce, Il a vécu par les oeuvres pour qu'Il puisse les gagner. C'est pour cela qu'Il a reçu la gloire, c'est pour cela qu'Il l'a méritée et ensuite Il nous la donne gratuitement.

Cela nous amène au troisième sujet qui revient dans ces passages. Nous avons vu ce qu'est la loi et la relation du Seigneur Jésus par rapport à la loi. Considérons maintenant Abraham en tant qu'illustration du salut des saints de l'Ancien Testament. Considérons quelques versets qui parlent d'Abraham.

• Versets 3:6-7: « Comme Abraham crut à Dieu, et que cela lui fut imputé à justice, reconnaissez donc que ce sont ceux qui ont la foi qui sont fils d'Abraham. »

• Verset 3:14: « Afin que la bénédiction d'Abraham eût pour les païens son accomplissement en Jésus Christ, et que nous reçussions par la foi l'Esprit qui avait été promis. »

• Versets 3:16-18: « Or les promesses ont été faites à Abraham et à sa postérité. Il n'est pas dit: et aux postérités, comme s'il s'agissait de plusieurs, mais en tant qu'il s'agit d'une seule: et à ta postérité, c'est-à-dire, à Christ. Voici ce que j'entends: une disposition, que Dieu a confirmée antérieurement, ne peut pas être annulée, et ainsi la promesse rendue vaine, par la loi survenue quatre cents trente ans plus tard. Car si l'héritage venait de la loi, il ne viendrait plus de la promesse; or, c'est par la promesse que Dieu a fait à Abraham ce don de sa grâce. » 

• Verset 3:29: « Et si vous êtes à Christ, vous êtes donc la postérité d'Abraham, héritiers selon la promesse. »

• Versets 4:21-41: « Car il est écrit qu'Abraham eut deux fils, un de la femme esclave, et un de la femme libre. Mais celui de l'esclave naquit selon la chair, et celui de la femme libre naquit en vertu de la promesse. Ces choses sont allégoriques; car ces femmes sont deux alliances. L'une du mont Sinaï, enfantant pour la servitude, c'est Agar, - car Agar, c'est le mont Sinaï en Arabie, -et elle correspond à la Jérusalem actuelle, qui est dans la servitude avec ses enfants. Mais la Jérusalem d'en haut est libre, c'est notre mère; car il est écrit: Réjouis-toi, stérile, toi qui n'enfantes point! Éclate et pousse des cris, toi qui n'as pas éprouvé les douleurs de l'enfantement! Car les enfants de la délaissée seront plus nombreux Que les enfants de celle qui était mariée. Pour vous, frères, comme Isaac, vous êtes enfants de la promesse; et de même qu'alors celui qui était né selon la chair persécutait celui qui était né selon l'Esprit, ainsi en est-il encore maintenant. Mais que dit l'Écriture? Chasse l'esclave et son fils, car le fils de l'esclave n'héritera pas avec le fils de la femme libre. C'est pourquoi, frères, nous ne sommes pas enfants de l'esclave, mais de la femme libre. »

Abraham, Abraham. Pourquoi Paul parle-t-il tellement d'Abraham? Quelle est son intention? Il parle de lui pour deux raisons. Premièrement parce que les judaïsants étaient fiers d'Abraham. Ils utilisaient Abraham pour prouver que l'on peut ajouter à Jésus. Mais Paul rend leur argumentation caduque. La deuxième raison, et la plus importante, c'est que les judaïsants accusaient Paul d'apporter un nouveau message. Mais Paul voulait montrer que son message n'était pas nouveau. En réalité il est aussi vieux que le jardin d'Eden, et même plus ancien que le jardin d'Eden, parce que cela a commencé dans la pensée de Dieu dans l'éternité passée, avant la fondation du monde. Les judaïsants disaient: « Nous voulons la loi, nous voulons l'Ancien Testament. Nous avons Abraham, et Moïse comme pères. Abraham est le père des Hébreux. » Paul leur répond: « Jusaïsants, lisez votre Bible. Vous pensez comprendre l'Ancien Testament. Comment Moïse a-t-il été sauvé? Comment David a-t-il été sauvé? Comment Abraham a-t-Il été sauvé? Comment tous ceux dont nous parle L'Ancien Testament ont-ils été sauvés? » La réponse est: par pure grâce, comme vous mêmes êtes sauvés. Combien ils étaient fiers d'Abraham. Paul a utilisé Abraham en tant qu'illustration. Comment Abraham a-t-il été sauvé? Les judaïsants répondraient: « par la loi. » Mais Paul dit au verset 3:17: «  Non pas par la loi, elle est survenue quatre cents trente ans plus tard. Il était déjà mort et enterré avant que la loi ne vienne. Il ne pouvait pas être sauvé par la loi de Moïse, il était enterré lorsqu'elle est venue. » Alors les judaïsants ont dit: « C'est par la circoncision qu'il a été sauvé. » Paul répond en Romains 4:10: « Quand a-t-il été circoncis, avant ou après avoir été sauvé? Après. Il a été circoncis après avoir été sauvé. Ce n'est donc pas par la circoncision qu'il a été sauvé. »



L'AGE DE LA GRACE COMMENCE DANS L'ETERNITE PASSEE

Regardez le verset 3:6: « Comme Abraham crut à Dieu, et que cela lui fut imputé à justice. » Abraham a été sauvé en mettant sa confiance en Dieu.  N'oubliez pas qu'avec Abraham, vous revenez très loin en arrière dans l'Ancien Testament. Abraham a été sauvé par pure grâce. Laissez-moi vous mettre en garde contre le fait d'appeler l'Ancien Testament l'âge de la loi, et le Nouveau Testament, l'âge de la grâce. Ce n'est pas juste. L'Ancien Testament est tout autant l'âge de la grâce que le Nouveau Testament. Moïse n'a pas vécu sous la loi. Il a vécu à l'époque de la loi mais sous la grâce. Il a toujours été question de la grâce. Si vous voulez appeler le Nouveau Testament de l'âge de quelque chose, appelez-le l'âge de l'Eglise, cela est juste, mais ne l'appelez pas l'âge de la grâce. L'âge de la grâce n'a pas commencé avec le Calvaire ou la Pentecôte. Le Calvaire et la Pentecôte n'ont été que des étapes plus avancées dans l'âge de la grâce. L'âge de la grâce commence dans l'Eternité passée, dans la pensée de Dieu. Certaines personnes sont confuses sur la façon dont les personnes de l'Ancien Testament ont été sauvées. Elles disent: « Les saints de l'Ancien Testament regardaient en avant vers Christ, et nous nous regardons en arrière. » Si vous pouvez vous rappeler le jour où vous avez mis votre confiance en Christ, vous devez vous rappeler que vous n'avez pas regardé en arrière. Lorsque vous avez mis votre confiance en Christ, vous avez regardé en-haut. Les saints de l'Ancien Testament n'ont pas non plus regardé en avant. Prenez par exemple l'apôtre Pierre au moment où Jésus allait être crucifié, il n'a pas regardé en avant, il a essayé de l'empêcher. Il ne voulait pas que Jésus aille à la croix, il ne regardait pas en avant vers la Croix.



LES JUIFS ONT REJETE L'ANCIEN TESTAMENT

Voilà ce qui est arrivé. Les saints de l'Ancien Testament ont fait comme vous, ils ont regardé en-haut, à notre Sauveur, dans une simple foi. C'est le sacrifice des animaux qui regardait en avant, qui annonçait ce qui allait arriver, mais eux regardaient en-haut. C'est le sacrifice qui était l'image de Christ. Le sacrifice des animaux regardait en avant vers la venue de Christ. Mais eux ils ont été sauvés exactement de la même façon que vous et moi. Cela se passe toujours de la même façon. Que vous soyez dans le jardin d'Eden, que ce soit Noé ou quelqu'un d'autre, peu importe, ils ont tous été sauvés par la simple foi, en regardant à Christ. Pour les judaïsants, il était inconcevable d'admettre qu'ils ne comprenaient pas leur propre Bible. Ils pensaient qu'ils avaient compris l'Ancien Testament. C'est comme les juifs de nos jours. Ne dîtes pas que les juifs croient dans l'Ancien Testament, et que les chrétiens croient dans le Nouveau Testament. Les juifs ont rejeté l'Ancien Testament. Ils n'y croient pas, s'ils y croyaient, ils seraient sauvés. L'Ancien Testament est rempli de Christ, mais ils n'acceptent pas Christ. Les juifs ne croient pas dans leur Ancien Testament. Ils l'ont, mais ils n'y croient pas.

Paul a mentionné deux choses au sujet d'Abraham qui les a vraiment ébranlés. La chose première se trouve dans les versets 3:7 et 3:29. Le verset 3:7 dit: « Reconnaissez donc que ce sont ceux qui ont la foi qui sont fils d'Abraham. » Le verset 3:29 dit: « Et si vous êtes à Christ, vous êtes donc la postérité d'Abraham. » Vous voyez, ces judaïsants aimaient dire qu'ils étaient les enfants d'Abraham. Ils disaient: « Nous appartenons à Abraham, il est notre Père, il est le Père des Hébreux. » Mais Paul dit: « Non, il est le Père des croyants, pas le Père des Hébreux. » Chaque chrétien est un fils d'Abraham. Je ne sais pas si vous êtes familiers avec ce merveilleux fait biblique: vous êtes un juif, que vous le vouliez ou non. Vous êtes un juif, un vrai juif, un juif spirituel. Vous savez pourquoi cela les a tellement touchés, nous verrons cela plus loin avec Isaac et Ismaël, c'est parce que Paul a dit à ces judaïsants qui aimaient Moïse et Abraham: vous n'êtes pas juifs, vous êtes païens! Mais vous ne pouvez pas dire à un juif qu'il est un païen, ils détestent qu'on les appelle ainsi. Pourtant Paul dit que tous ceux qui ne croient pas en Jésus sont des païens, et tous ceux qui vivent par la foi sont des juifs. Pour un juif, s'entendre dire que les païens sont des juifs et que les juifs sont des païens, cela les a ébranlés parce qu'ils ne comprenaient pas leur propre Bible.

Ensuite Paul ajoute encore les versets 3:14 et 3:29 où il dit: « Non seulement tous les chrétiens sont les enfants spirituels d'Abraham, mais toutes les promesses qui ont été faites à Abraham sont valables pour les enfants d'Abraham. » C'est nous. J'aime le verset 3:8 qui dit: « Toutes les nations seront bénies en toi! » Vous vous dîtes peut être: « Oh, ce n'est pas pour moi, c'est pour Abraham! C'est parce qu'Abraham était la lignée par laquelle Christ allait venir. » Non, si vous êtes croyants, ces bénédictions sont pour vous. Chaque promesse faite à Abraham est pour vous, pour tous les croyants. Vous voyez Abraham était lié à Christ, parce qu'Il a cru et il fut une bénédiction pour toute la terre. Etes-vous reliés à Christ parce que vous avez cru? Alors vous êtes une bénédiction pour toute la terre. N'attribuez pas cela uniquement à Abraham.

Je me rappelle lorsque j'étais à l'école biblique Moody, où ils sont très, très, très dispensationalistes, à tel point qu'ils m'ont presque volé mon Ancien Testament. Mais loué soit Dieu, Il me l'a rendu. Ils étaient sur le point de le laisser uniquement aux juifs, mais il n'appartient pas aux juifs. Il appartient à tous les chrétiens, à tous les enfants d'Abraham qui sont des vrais croyants. Avant j'avais l'habitude de regarder aux païens qui pouvaient être des « chrétiens prometteurs », je me disais: « Ah, si seulement celui-ci pouvait être sauvé, quel avantage ce serait pour les chrétiens, Dieu pourrait l'utiliser pour ceci ou cela! » Je suis content qu'il soit écrit ici: « Ce sont ceux qui croient qui reçoivent l'héritage. » Je suis content qu'il n'y soit pas écrit, « ceux qui sont malins », « ceux qui ont du talent », « ceux qui sont habiles. » Mais il est écrit: « ceux qui croient. » Réalisez-vous qu'il n'existe pas de « chrétiens non prometteurs. » Ce n'est pas possible. Si vous êtes un croyant, Dieu va vous utiliser pour bénir le monde entier. N'atténuez pas cette vérité, mais croyez-la de tout votre coeur. Parce que c'est une promesse faite à Abraham, parce que si vous êtes de la postérité d'Abraham et héritiers de toutes les promesses, alors c'est une promesse pour vous. Il n'existe pas de « chrétiens non prometteurs. » Vous vous demandez peut-être: « Mais comment vais-je pouvoir être une bénédiction pour toutes les familles sur la terre? » Je ne sais pas, ce sont les affaires de Dieu. Je ne sais pas comment cela va se produire mais il en sera ainsi si nous vivons par la foi, Dieu va nous utiliser pour bénir la terre entière. Mais si nous ne vivons pas par la foi, alors bien sûr, nous ne serons pas au bénéfice de toutes ces promesses.

La loi est le caractère de Dieu, Christ a vécu sous la loi, Il a vécu sous la loi pour que nous puissions tout recevoir par la grâce. Ce n'est pas nouveau, c'est ainsi qu'Adam a dû être sauvé. C'est de cette façon qu'Eve, Noé, Abraham, Josué, David et Daniel ont dû être sauvés. Tous ceux qui ont été sauvés sur la terre ont été sauvés de la même manière, par la grâce; ce n'est pas nouveau. Et c'est ce que Paul disait à ces judaïsants. Ce n'est pas nouveau, c'est la pure grâce, cela a toujours été ainsi.

Laissez-moi encore introduire quelque chose que nous reprendrons dans notre prochaine leçon. Quel est le lien de tout ceci avec moi? Les versets 3:2-3 disent: « Voici seulement ce que je veux apprendre de vous: Est-ce par les oeuvres de la loi que vous avez reçu l'Esprit ou par la prédication de la foi? Etes-vous tellement dépourvus de sens? Après avoir commencé par l'Esprit, voulez-vous maintenant être rendus parfaits par la chair? » Paul fait grand cas de la façon dont ils ont commencé leur vie chrétienne. J'aimerais que vous vous rappeliez quelques instants cette première fois où Dieu, dans Sa grâce, vous a révélé Christ. Lorsque vous avez été sauvés, comment avez-vous commencé? Avez-vous fait quelque chose pour Dieu? Avez-vous commencé par les oeuvres? Vous voyez, il leur demande de se rappeler comment ils ont commencé. Il dit: « Si vous avez commencé par la foi, et par la pure grâce, et qu'Il a fait quelque chose de si incroyable que de vous sauver et de faire de vous une nouvelle créature, et de vous élever dans les cieux, pourquoi Dieu changerait-Il ensuite de manière de faire si vous avez commencé d'une aussi bonne façon. » Imaginons que vous plantiez un jardin en avril, et qu'il se développe bien, l'année d'après, vous ne vous direz pas: « Cette fois-ci je vais commencer en février pour voir ce qui se passe. » Il leur demande donc: « Si vous le faites bien au début et que cela fonctionne, pourquoi changez vous maintenant? Oh! Galates, vous êtes insensés! »



C'EST LA GRACE DU DEBUT A LA FIN

Si vous regardez à la fin du Salut, il semble n'y avoir aucun problème, vous direz sûrement: « C'est la pure grâce. » Ma mère était une chrétienne, elle est décédée, mais elle est encore chrétienne, elle s'est endormie dans le Seigneur. Elle est enterrée à Thomaston dans le Connecticut. Laissez-moi vous poser une question. Dieu a écrit quelques promesses à son sujet dans cette Bible, et une des choses écrites à son sujet est qu'elle aura un nouveau corps, un corps de résurrection. Elle ne restera pas toujours à Thomaston dans le Connecticut. Quelle est son espérance de recevoir un nouveau corps? Pensez juste à l'endroit où elle est, et à ce qu'elle peut faire. Elle est sous terre. Et je suis sûr que maintenant, une bonne partie de son corps s'est décomposée. Personne dans son bon sens ne dirait que le dernier chapitre de ma vie chrétienne sera accompli par les oeuvres. Si elle reçoit son nouveau corps, ce sera par pure grâce. Il n'y aucune autre façon! Elle n'y arrivera pas par sincérité. Elle n'y arrivera pas par le service chrétien. Elle n'y arrivera pas en distribuant des traités. Si elle reçoit un nouveau corps et qu'elle est enlevée auprès de Dieu, c'est parce que Dieu la prendra, il n'y a pas d'autres moyens.

Nous qui sommes vivants, nous avons l'espérance que Jésus viendra peut-être nous enlever pendant notre vie. Nous serons enlevés, nous serons pris. Quelle est votre espérance à ce propos? Pourrons-nous aider Dieu à le faire en nous inscrivant dans une école de saut en hauteur? Devons-nous nous entraîner à sauter très haut, pour nous préparer pour l'enlèvement. Ce serait stupide, n'est-il pas vrai? Nous savons que pour parvenir à cette fin, notre unique espérance est la pure grâce. Si Dieu ne le fait pas, nous sommes sans espoir. C'est Lui qui doit le faire ou nous resterons ici-bas. Au tout début, lorsque nous avons commencé, nous savons que ce fut la pure grâce, nous n'avons pas pu être sauvés autrement que par pure grâce. La question de Paul est donc: « Si vous savez que cela a commencé par la pure grâce, et que cela finira par la pure grâce, comment se fait-il que vous ayez des problèmes au milieu de votre vie chrétienne? Vous avez commencé par l'Esprit, comment pensez-vous maintenant être rendus parfaits par la chair? » Il commence à leur montrer que toute la vie chrétienne, du début à la fin, est par la pure et pleine grâce de Dieu.

C'est un péché d'être légaliste et d'ajouter quoi que ce soit à la pure grâce de Dieu. Nous reverrons cela la prochaine fois parce que j'aimerais vous montrer de quelle façon Paul s'occupe de ces Galates et les introduit dans ces grandes vérités de la vie maintenant, au présent, par la pure grâce. Nous avons commencé par la pure grâce, nous terminons par la pure grâce, et toutes les choses entre ces deux extrémités doivent être accomplies par la pure grâce. 

Prions:

Père, nous Te remercions pour le message de Galates. Comme  nous Te le demandons si souvent, nous Te prions à nouveau d'éliminer de nos coeurs notre conception personnelle concernant la signification de ces choses, mais veuille nous donner de comprendre tout ce que cela signifie pour Toi. Tu l'as fait écrire il y a si longtemps et maintenant, nous Te demandons de souffler à nouveau sur ce livre et de le rendre vivant dans nos coeurs. Combien nous Te louons pour la pure grâce, et pour la merveilleuse oeuvre achevée de notre Seigneur Jésus-Christ. Garde-nous de vouloir ajouter quelque chose à cette oeuvre parfaitement accomplie. Nous Te le demandons au nom de Jésus.

Galates #5