EPHESIENS #6

(Ephésiens 2:11-22)

Par Ed Miller

Le texte qui suit est la transcription d'un message donné en anglais. La forme orale a été conservée, mais des titres de sections ont été ajoutés pour faciliter la lecture. (NdT)

RESUME

Bonjour et bienvenue dans notre sixième leçon sur cette merveilleuse épître aux Ephésiens. Le message d'Ephésiens peut être résumé en ces mots: « Les richesses insondables de Christ. » Le message que Dieu désire imprimer dans nos coeurs, à travers l'étude d'Ephésiens, est que chaque chrétien est un multimilliardaire en Christ Jésus. Chaque chrétien est fabuleusement riche dans le Seigneur. Ephésiens présente le fait que nous sommes riches comme un fait accompli, pas comme une promesse qui doit être réclamée, comme le pensent beaucoup de chrétiens. Ce n'est pas une promesse, c'est un fait historique. C'est un fait que l'on doit accepter. Pour être riche, si je suis né de nouveau bien sûr, je n'ai rien à faire, rien à croire, rien auquel je doive me soumettre. C'est Christ qui m'a rendu riche lorsqu'Il est mort sur la Croix et que j'ai été identifié avec Lui. En fait, cela s'est passé avant la fondation du monde. Chaque chrétien a été placé en Christ, et c'est là que nos richesses commencent. Son histoire est notre histoire. L'Eglise, en tant que Corps de Christ, est tout aussi riche que la Tête.

Voici le plan que nous avons suivi. Nous avons appelé les chapitres 1 à 3, « les ressources illimitées. » En d'autres termes, cela décrit nos richesses. Ensuite nous avons appelé les chapitres 4 à 6, « les responsabilités illimitées. » Dans nos cinq premières leçons, nous avons parlé des ressources illimitées. Voici ce que nous avons vu jusqu'à présent. Dans le chapitre 1, nous avons vu nos richesses du point de vue de Dieu, à savoir la façon dont Il nous voit en Christ. La dernière fois nous avons commencé à voir le deuxième résumé de nos richesses dans les versets 2:1-10, du point de vue des hommes. Nous avons vu que Dieu nous a offert un salut en trois volets. Il s'agit du salut passé, du salut présent et du salut futur dans les siècles à venir. Dieu nous exposera aux siècles des siècles pour montrer Sa grâce, sous les yeux remplis d'adoration de tout l'univers. Ensuite nous avons répondu à la question: « Comment Dieu accomplit-Il tout cela? La réponse est par la grâce créatrice. Il nous a créés puis Il nous a recréés. Ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie.



TROIS QUESTIONS: DE QUOI, PAR QUOI, POUR QUOI?

Dans cette leçon, nous verrons les versets 2:11-22. Laissez-moi les mettre en perspective pour les voir comme un tout. Si vous faites un pas en arrière pour voir le chapitre 2 dans un plan plus large, vous remarquerez qu'il pose et répond à ces trois questions. Les versets 2:1-7 posent la question: « De quoi avons-nous été sauvés? » Les versets 2:8-10 posent la question: « Par quoi avons-nous été sauvés? » Les versets 2:11-22 posent la question: « Pour quoi ou plutôt pour Qui avons-nous été sauvés? » Nous avons déjà considéré les versets 2:1-7, « De quoi avons-nous été sauvés? » Oh! quelle horrible description que celle du temps où nous étions perdus. Nous avons été sauvés de nous-mêmes, de Satan, du péché, de l'enfer, de la colère de Dieu, de la loi, et de tout ce qui est mauvais. Nous avons aussi considéré les versets 2:8-10, « Par quoi avons-nous été sauvés? » C'est par une grâce créatrice. Nous étions si morts, si perdus, sans espérance, sans force lorsqu'Il nous a trouvés. Il n'y a ici aucune place pour la fierté chrétienne, il n'y a aucune place pour le mérite chrétien. C'est une grâce créatrice du début à la fin, de A à Z, c'est 100% de grâce créatrice. Que Dieu puisse imprimer cela dans notre coeur.

Cela nous emmène à la troisième question: « Pour quoi ou plutôt pour Qui avons-nous été sauvés? » Lisons les versets 2:11-22: « C'est pourquoi, vous autrefois païens dans la chair, appelés incirconcis par ceux qu'on appelle circoncis et qui le sont en la chair par la main de l'homme, souvenez-vous que vous étiez en ce temps-là sans Christ, privés du droit de cité en Israël, étrangers aux alliances de la promesse, sans espérance et sans Dieu dans le monde. Mais maintenant, en Jésus Christ, vous qui étiez jadis éloignés, vous avez été rapprochés par le sang de Christ. Car il est notre paix, lui qui des deux n'en a fait qu'un, et qui a renversé le mur de séparation, l'inimitié, ayant anéanti par sa chair la loi des ordonnances dans ses prescriptions, afin de créer en lui-même avec les deux un seul homme nouveau, en établissant la paix, et de les réconcilier, l'un et l'autre en un seul corps, avec Dieu par la croix, en détruisant par elle l'inimitié. Il est venu annoncer la paix à vous qui étiez loin, et la paix à ceux qui étaient près; car par lui nous avons les uns et les autres accès auprès du Père, dans un même Esprit. Ainsi donc, vous n'êtes plus des étrangers, ni des gens du dehors; mais vous êtes concitoyens des saints, gens de la maison de Dieu. Vous avez été édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus-Christ lui-même étant la pierre angulaire. En lui tout l'édifice, bien coordonné, s'élève pour être un temple saint dans le Seigneur. En lui vous êtes aussi édifiés pour être une habitation de Dieu en Esprit. » Vous serez peut être intéressés de savoir que le mot grec pour « sans Dieu » est le mot « Atheos » d'où vient notre mot athée. Avant d'être sauvés, nous étions des athées.



PLAN

Nous consacrerons deux leçons à ce passage. Dans cette leçon, j'aimerais survoler le texte et voir comment le Saint-Esprit l'a articulé. Et la prochaine fois, nous l’étudierons avec davantage de détails. C'est un passage si riche qu'il n'est pas possible voir tout d'un coup. Laissez-moi vous proposer un petit plan que j'aimerais suivre dans cette leçon. Premièrement, j'aimerais répondre à cette grande question « pour quoi sommes-nous sauvés? » Nous sommes sauvés de nos péchés, sauvés par la grâce créatrice, mais quel est le but de notre salut? Quel en est l'objectif? Vers quoi allons-nous? Lorsque nous aurons vu cela, j'aimerais vous montrer la base ou la fondation de cet incroyable objectif. Cela ne serait pas possible sans cette fondation. Ensuite nous en tirerons des applications pratiques pour nos vies.



NOUS SOMMES SAUVES POUR ETRE UNE HABITATION DE DIEU EN ESPRIT

Essayons maintenant de répondre à la question: « pour quoi sommes-nous sauvés? » à partir des versets 2:11-22. Je pense que le point culminant se trouve dans les derniers mots du dernier verset: « une habitation de Dieu en Esprit. » Comme on l'a déjà vu, l'épître aux Ephésiens considère l'Eglise comme un Corps plutôt que comme des croyants individuels. L'objectif de notre salut est que toute l'Eglise, tous les enfants de Dieu, soient une habitation pour Dieu. C'est vers cela qu'Il se dirige, c'est pour cela qu'Il nous a créés. Il veut habiter en nous, Il veut vivre en nous. Nous sommes Son Eglise, Sa résidence, Son adresse, là où Il vit, Sa maison. Les choix que nous faisons dans la vie révèlent notre caractère. Vous pouvez dire beaucoup de choses d'une personne à travers les choix qu'elle fait. Je le vois dans mes enfants en regardant les choix qu'ils font. Le fait que Dieu ait fait des choix nous en dit aussi long sur Lui. Par exemple le fait qu'Il ait choisi les choses basses plutôt que les élevées, les choses pauvres plutôt que les riches, les choses humbles plutôt que celles que le monde exalte, tout cela nous en dit beaucoup au sujet de Dieu. Cela révèle Son caractère.

Mais je pense qu'une des plus grandes révélations du caractère de Dieu c'est qu'Il ait choisi l'Eglise; c'est une chose incroyable. L'Eglise est constituée de pécheurs rachetés, d'hommes et de femmes qui n'étaient rien et qui n'avaient rien, qui ne pouvaient pas être plus bas. Je pense que c'est vraiment une des révélations les plus formidables de toute la Parole de Dieu. Oui, Dieu a choisi l'Eglise pour être Son habitation. Avec toute Sa puissance, Son omnipotence, Il aurait pu créer n'importe quelle chose pour y habiter, quelque chose de magnifique. Regardez simplement les choses merveilleuses qu'Il a créées dans l'univers. Mais Il a choisi des personnes pour y habiter. Voilà l'objectif de notre salut. Le grand privilège de l'Eglise, la grande fonction de l'Eglise, du peuple de Dieu, est d'être la maison de Dieu. C'est une chose incroyable. C'est aussi inconcevable pour les anges que pour les hommes. Personne n'aurait pu le deviner à moins que cela ne soit dévoilé dans la Bible. Nous n'aurions pas pu découvrir Son choix s'Il ne l'avait écrit ici.

Le choix de Dieu pour Sa maison met en lumière, d'après ma compréhension, non seulement qui est Dieu, mais aussi la magnificence des choses qu'Il a choisies. Tout cela nous est dit sur l'Eglise. On y voit la grandeur de sa fonction et le grand privilège qui est le sien. Je crois que l'omnipotence de Dieu n'aurait pas pu créer une position plus privilégiée. L'Eglise est le choix éternel de Dieu pour en faire Son habitation, pour y demeurer. Nous sommes appelés à être Sa demeure, une place toute spéciale où Il peut vivre, Sa résidence. C'est là une des révélations les plus précieuses de Dieu dans la Bible. Non seulement nous sommes sauvés à jamais, ce qui est déjà très élevé, mais en plus, vous serez exposés aux siècles des siècles pour qu'Il puisse jouir de vous. Et pour couronner le tout, vous serez l'habitation de Dieu en Esprit! Cela devrait nous jeter sur notre face pour adorer le Seigneur. Dieu nous a choisis pour être la demeure de Sa présence divine, la maison de Dieu. Dieu voulait une maison sur cette terre, et Il nous a choisis ensemble, corporativement. Je crois que c'est la destinée éternelle de l'Eglise. Dieu réside en nous, nous sommes Son sanctuaire.

Regardez le verset 1:21: « En lui tout l'édifice, bien coordonné, s'élève pour être un temple saint dans le Seigneur. » Il est probable que les destinataires de cette lettre devaient penser au magnifique temple de Jérusalem en lisant cela, car ils le connaissaient. Considérons cet objectif de notre salut, être un saint temple dans le Seigneur. Dans le verset 1:21, l'apôtre compare l'Eglise spirituelle à un temple physique en construction. Je ne sais pas si vous avez déjà vu un bâtiment en construction, mais il y a beaucoup de bruit et de va et vient. Certains creusent, d'autres martèlent et d'autres mesurent. Même si la construction suit un plan bien déterminé d'un point de vue humain, on a plutôt l'impression d'une grande confusion. Il semble que personne ne sache vraiment ce qu'Il fait. Peut-être l'apôtre avait-il à l'esprit la construction du temple de Salomon lorsqu'il écrit: « Tout l'édifice s'élève bien coordonné. » Peut-être pensait-il à 1 Roi 6:7: « Lorsqu'on bâtit la maison, on se servit de pierres toutes taillées, et ni marteau, ni hache, ni aucun instrument de fer, ne furent entendus dans la maison pendant qu'on la construisait. » Toutes les pierres avaient été préparées à l'avance, elles étaient parfaitement taillées et simplement déplacées jusqu'au chantier et mises ensemble comme un grand puzzle. Chacune avait sa propre place.

De la même manière il dit que l'Eglise « s'élève bien coordonnée. » Notez cette expression dans le verset 2:21: « S'élève pour être un temple saint. » La même idée est exprimée au verset 2:22: « Vous êtes aussi édifiés pour être une habitation de Dieu en Esprit. » Pierre utilise la même métaphore en 1 Pierre 2:5: « Vous-mêmes, comme des pierres vivantes, édifiez-vous pour former une maison spirituelle, un saint sacerdoce. » Habituellement lorsque vous pensez à la construction d'un bâtiment, vous pensez à des choses inanimées. Vous pensez à des pierres mortes, des vitres mortes, des briques mortes, et des clous morts et à tout ce qu'il faut pour construire une maison. Tout est mort. Mais ce bâtiment est unique, c'est la maison de Dieu, c'est la demeure de Dieu en Esprit. Son temple n'est pas construit avec des pierres mortes, mais avec des pierres vivantes. Je ne sais pas ce que cela évoque pour vous, mais c'est un peu difficile à imaginer. Ce sont des pierres qui sont mises ensemble et coordonnées pour faire une maison pour Dieu.



UN TEMPLE DE PIERRES VIVANTES

Un bâtiment humain, une maison par exemple, est la somme de tout ce qui est nécessaire à sa construction. Une fenêtre n'est pas une maison, une porte n'est pas une maison, un sol n'est pas une maison, un mur n'est pas une maison. Il faut mettre tout cela ensemble pour avoir une maison. Pourtant, l'Eglise n'est pas bâtie ainsi. Chaque pierre est vivante et chaque pierre est un temple miniature, et Dieu habite dans ce temple de la même façon qu'Il habitera dans le Temple lorsqu'il sera finalement terminé. Chaque chrétien individuel est un avant-goût de ce que sera le tout lorsqu'il sera achevé. Chaque corps de chrétien est le temple du Saint-Esprit. Veuillez à nouveau noter le mot « s'élever » au verset 2:21, essayez d'imaginer cela. Voici un bâtiment, dont tous les éléments sont coordonnés ensemble, dont les pierres sont vivantes et dont chacune est un temple miniature, et qui grandit. Il grandit de deux façons:

Premièrement, il grandit à travers le nombre des pierres. Chaque conversion, chaque repentance, chaque fois qu'une personne est sauvée, le temple grandit. Lorsque quelqu'un est sauvé en Chine, en Russie, en Alaska, en Afrique, en Inde ou en Espagne le temple grandit, pierre après pierre. Chaque pierre est mise côte à côte, et Dieu sait quand la dernière personne recevra Christ. Tout cela a été déclaré avant la fondation du monde. Chaque pierre est préparée, taillée, ciselée, et polie. Et chaque jour, le temple grandit. Des pierres mortes reviennent à la vie et deviennent des pierres vivantes.

Deuxièmement, le temple grandit en capacité. Chaque pierre individuelle grandit aussi. Chaque pierre vivante est un mini temple, une habitation de Dieu en Esprit. Et non seulement les pierres sont ajoutées les unes aux autres comme pour faire une grande pile, mais la pile grandit d'elle-même à mesure que chaque pierre augmente en capacité grâce au flux de la vie de Dieu, Dieu y habitant par l'Esprit. Chaque pierre vivante grandit à mesure que la vie de Dieu augmente et augmente. C'est ainsi que le temple s'élève, et nous en faisons partie. J'en fais partie et vous en faites partie, c'est l'objectif de notre salut. C'est l'apogée de L'Eglise. Dieu sait lorsque chaque pierre aura atteint sa capacité et lorsque la dernière pierre sera posée. Quel jour glorieux ce sera, lorsqu'Il prendra Son épouse, et que toute l'Eglise rayonnera et reflétera la gloire de Celui qui y réside.

Nous avons commencé par la fin alors revenons un peu en arrière pour voir comment tout cela va se réaliser et être rendu possible. Quelle est la base et le fondement de toute cette belle destinée? Ephésiens est un livre de victoire, c'est un livre au sujet des lieux célestes. C'est un livre qui traite de l'honneur et de la gloire de Celui qui nous a rachetés. Pourtant le Saint-Esprit n'oublie pas un seul instant sur quoi toute cette victoire est fondée, la Croix de Christ.

• Verset 2:15: « Anéanti par sa chair »
• Verset 2:16: « Par la croix »



LE FONDEMENT RESTE LA CROIX DE CHRIST

Le Saint-Esprit ne s'éloigne jamais de la fondation. Personnellement, lorsque j'ai entendu et compris pour la première fois le message de la victoire, je me suis comme éloigné de la Croix. J'ai commencé à poursuivre la victoire, Christ et la vie de Christ, et je pensais en avoir terminé avec la Croix et le Sang, je pensais ne plus en avoir besoin. La réalité c'est que plus vous poursuivez le Seigneur, plus vous avez besoin du précieux Sang de Jésus. Chaque jour vous avez besoin du précieux Sang de Jésus.

Lorsque nous étudions nos richesses en Christ dans ce livre, tout est fondé sur le Sang de Christ. Lorsque nous considérons le fait que nous sommes unis à Lui, et assis avec Lui dans les lieux célestes, c'est en raison du précieux Sang de Christ. Et aussi profondément que nous regardions dans l'océan infini de Sa grâce, quelle que soit la profondeur à laquelle nous allions, tout cela n'est possible qu'en raison de Son oeuvre à la Croix. Et la destinée de l'Eglise dont nous parlons ici, le fait que Dieu soit en train de nous façonner pour être un édifice de pierres vivantes, un temple, Sa demeure, cela aussi est basé sur le Sang de Christ. C'est Dieu qui nous donne, par le Sang de Christ, des raisons d'espérer. C'est Dieu qui est responsable de tout cela, c'est Lui qui est l'auteur de l'espérance. C'est Lui qui nous parle de tous les bénéfices liés au Sang si nous nous reposons dans Son oeuvre accomplie. Dieu ne peut pas décevoir l'espérance qu'Il a Lui-même créée. Il ne se moque jamais de nous, Il ne le peut pas. Lorsque je trouve mon repos dans Son oeuvre achevée, s'Il n'est pas content de moi, alors Il est en conflit avec Lui-même! Nous avons donc des raisons d'espérer. Tout le contexte des versets 2:11-22, est enrobé de la Croix et de l'amour, et il est étroitement lié à notre destinée qui est d'être ce grand édifice dans lequel Dieu habite et rayonne dans le monde entier.



LE MUR DE SEPARATION EST RENVERSE

Laissez-moi vous donner quelques informations sur l'arrière-plan pour rendre tout cela plus clair. Le verset 2:14 dit: « Car il est notre paix, lui qui des deux n'en a fait qu'un, et qui a renversé le mur de séparation. » Qu'est-ce que « le mur de séparation? » Il existe une réponse simple et une autre qui comporte davantage d'informations sur l'arrière-plan. C'est le mur de séparation entre les juifs et les païens. Comme vous le savez sans doute, les juifs et les païens étaient aussi séparés que les extrémités de la terre peuvent l'être. Les juifs et les non-juifs se haïssaient les uns les autres, et pour ma part, je pense que les juifs avaient davantage de haine envers les non-juifs que les non-juifs envers les juifs. Il nous est difficile d'imaginer l’incroyable gouffre qui existait entre les juifs et les païens.

Actuellement nous avons des problèmes raciaux dans notre pays, les Etats-Unis; il y a une longue histoire de problèmes de race dans notre pays. Dans de nombreux endroits, la haine règne encore entre les races et la ségrégation continue. Même si vous considérez les problèmes raciaux que nous connaissons actuellement ou à d'autres moments de notre histoire, il n'y a jamais rien eu de semblable à la haine entre les juifs et les païens. La grande fierté d'un juif était de pouvoir retracer son arbre généalogique jusqu'à Abraham. Les juifs s'en glorifiaient constamment. Ils s'identifiaient avec Abraham, et ils reprenaient à leur compte le grand signe de l'alliance que Dieu avait donnée à Abraham, la circoncision. Ayant repris cela à leur compte, ils se sont appelés circoncis. Ils disaient: « Nous sommes les circoncis. » Tous les non-juifs, tous les païens étaient appelés non circoncis, incirconcis. Parfois ils ajoutaient aussi le mot chien. Ils les appelaient: « les chiens incirconcis. » Voilà comment les païens étaient désignés.

Cela a été dur pour eux d'entendre le Saint-Esprit, à travers l'apôtre Paul, leur révéler que Dieu a accepté les enfants spirituels d'Abraham, ceux qui avaient sa foi, et ceux qui avaient été circoncis de coeur. C'était difficile à admettre pour eux car cela signifiait qu'aux yeux de Dieu, de nombreux païens étaient considérés comme des vrais juifs et que beaucoup de juifs étaient regardés comme de vrais païens. Romains 4 a dû leur causer beaucoup de problèmes. C'était un choc pour eux d'apprendre qu'aux yeux de Dieu, ils étaient comme des gentils. J'ai lu par exemple que les juifs orthodoxes de l'époque du Nouveau Testament demandaient d'où venait le bois avant de le brûler. S'il venait d'un arbre des gentils, ils ne le brûlaient pas. Certains ne voulaient même pas utiliser le bois des païens.

Ils mettaient constamment en place des séparations, c'était un peuple séparé. C'est Dieu qui avait institué cela, car dans le plan de Dieu, les juifs devaient être Son canal pour la rédemption du monde. C'est pourquoi Dieu avait dit qu'Il allait les séparer. Malheureusement ils ont mal interprété cela et ils en ont déduit qu'ils étaient un peuple spécial, ils pensaient qu'ils étaient les « chouchous » de Dieu. Par conséquent ils se sont entourés de murs de séparation. Le temple d'Hérode avait les mêmes divisions que les temples de Salomon et de Zorobabel, le Saint des saints et le lieu saint. Il y avait un grand voile qui séparait ces deux endroits. Rappelez-vous que le grand prêtre ne pouvait aller qu'une fois par an au-delà du voile, et seuls certains prêtres pouvaient servir dans le lieu saint, où ils entraient chaque jour.

Mais tout autour il y avait la cour des prêtres, là où tous les prêtres pouvaient rentrer. Pour empêcher l'accès à la cour des prêtres, il y avait un grand mur qui la séparait de la cour des fils d'Israël. Si vous étiez fils d'Israël, si vous pouviez tracer votre généalogie jusqu'à Abraham, alors vous pouviez entrer jusque là. Ensuite ils avaient à nouveau un grand mur qui séparait la cour d'Israël de la cour des femmes. Enfin le mur appelé « mur de séparation » mettait une barrière entre la cour des gentils et le temple Lui-même. Ce mur était un mur de division, les gentils ne pouvaient pas aller plus loin que cela. On passait d'une cour à une autre en montant des marches.

L'idée sous-jacente était que certaines personnes étaient plus proches de Dieu que d'autres. Les gentils eux étaient tout en bas. Ils ne pouvaient pas avoir accès au reste du temple; c'est pour cela qu'il y avait des voiles, des murs, des portes et des marches. Certains de ces murs avaient 5 mètres de haut. Le voile était une façon de dire: vous ne pouvez pas aller vers Dieu, restez dehors. Ces murs étaient très beaux, ils étaient fait de marbre et étaient merveilleusement décorés. Pour les juifs, il était clair que les gentils devaient rester à l'extérieur et que s'ils pénétraient dans le temple, cela pouvait leur coûter la vie. A cette époque les juifs étaient sous le gouvernement romain. Le gouvernement romain leur avait retiré beaucoup de privilèges dont l'exécution de la peine capitale; les juifs ne pouvaient donc pas prendre la vie de quelqu'un. Mais il y avait quelques exceptions à cela, les juifs avaient le droit de mettre à mort quelqu'un qui passait ce mur de séparation. Si un gentil osait passer ce mur, il risquait sa vie.

En 1871, Charles Clermont-Ganneau, a découvert une stèle lors de fouilles sur le site du temple. Elle est actuellement conservée au Musée de Constantinople. On peut y lire: « Qu'aucun étranger ne pénètre au delà de la balustrade qui entoure le lieu saint et n'entre dans l'enceinte! Celui qui serait pris ne devra accuser que lui-même du châtiment qui suivra: la mort. » Vous rappelez-vous les problèmes que l'apôtre Paul a rencontrés à cause de cela? Il était tout heureux de sa liberté en Christ, il savait que la vraie circoncision était celle du coeur, il savait que la filiation avec Abraham était selon la foi et non selon la chair, il savait que la circoncision qui avait de la valeur n'était pas celle faite par la main des hommes, mais celle de tout le corps, accomplie dans le ciel par Dieu. Il savait tout cela. Mais écoutez ce que dit Actes 21:28-29: « En criant: Hommes Israélites, au secours! Voici l'homme qui prêche partout et à tout le monde contre le peuple, contre la loi et contre ce lieu; il a même introduit des Grecs dans le temple, et a profané ce saint lieu. Car ils avaient vu auparavant Trophime d'Éphèse avec lui dans la ville, et ils croyaient que Paul l'avait fait entrer dans le temple. » Les juifs pensaient que Paul avait fait entrer Trophime dans le temple. Devant Félix, les juifs l'on accusé en Actes 24:6: « Il a même tenté de profaner le temple. » A cause de cela, ils se sont saisis de Paul, l'ont traîné hors du temple et étaient prêts à le tuer. Mais parce qu'il y avait beaucoup de tumulte, les romains ont envoyé une cohorte, et s'ils n'étaient pas intervenus, les juifs auraient tué Paul. Ces faits illustrent à quel point c'était une chose très sérieuse de franchir ce mur de séparation.



LE PRIX DE L'UNITE

Retournons maintenant au verset 2:14. Pouvez-vous percevoir combien cela résonnait dans leurs pensées, et l'impact qu'une telle parole pouvait avoir sur eux? Le verset 2:14 dit: « Car il est notre paix, lui qui des deux n'en a fait qu'un, et qui a renversé le mur de séparation, l'inimitié. » Ces versets sont les versets les plus forts concernant la bénédiction de l'unité spirituelle. Au travers du Sang de Christ, Dieu a fait tomber le mur de séparation. Ce grand mur de séparation inclut tous les autres murs, y compris le voile qui sépare le lieu Saint du lieu très Saint, de telle sorte que le chemin pour entrer dans la présence de Dieu est maintenant ouvert pour tout le monde. Il n'y a plus de mur, plus de marche, plus de porte, plus de cour. Il n'y a plus des personnes en-bas et d'autres en-haut, tout le monde est maintenant sur le même niveau. Quelle merveilleuse image.

Ce mur, cette barrière nous rappelle la tragédie des divisions parmi les chrétiens. Quelle tragédie que d'avoir des murs de séparations dans le peuple de Dieu. Ce mur parle de la tragédie du manque d'unité parmi le peuple de Dieu. L'objectif de notre salut n'est pas seulement que Dieu puisse avoir une demeure dans Son peuple, mais que Dieu puisse avoir une demeure dans Son peuple uni, et qu'il n'y ait plus de mur, ni de porte ni de division. C'est quelque chose d'important sur le coeur de Dieu. Nous recherchons si souvent l'unité d'une façon tellement superficielle, et il y a de nos jours, beaucoup de concepts d'unité qui ne sont pas bibliques. Que signifie détruire ces murs? L'unité du mouvement oecuménique n'est pas l'unité d'Ephésiens 2. L'unité qui consiste à mettre de côté nos différences et à coopérer avec les frères chrétiens n'est pas l'unité d'Ephésiens 2. Quand j'étais encore pasteur, nous avions l'habitude de chanter un chant chaque fois que nous rompions le pain ensemble. Il s'appelait « béni soit le lien qui nous unis. » A l'époque cela ne me disait pas trop grand-chose, car je n'avais pas compris en quoi consistait « le lien qui nous unis. » Ephésiens 2 le dit: c'est le précieux Sang du Seigneur Jésus. Il est facile de dire « le mur est tombé, le mur est tombé » mais il a fallu payer un prix pour que ce mur tombe. Il a fallu payer un prix pour cette unité bénie, cela a nécessité un coût.

Je pense que vous êtes familiers avec le fait que la séparation est l'idée de base dans la mort. Quelqu'un qui est mort est séparé de la vie. Comme il a fallu la mort de Christ pour vous puissiez avoir l'unité avec moi et moi avec vous, qu'est-ce qu'il en coûte pour nous d'avoir l'unité? Cela implique la séparation. C'est une chose merveilleuse. Le prix de l'unité est la séparation. Christ a dû être séparé pour que nous puissions être unis. Il a acheté le droit pour que les chrétiens soient un, et qu'ils demeurent unis.

Je crois qu'un des plus grands miracles de toute l'histoire de l'Eglise a été le miracle de l'unité de l'Eglise du premier siècle. C'était une chose incroyable. Par nature, ils étaient divisés. Les juifs et les gentils étaient divisés. Les juifs de Palestine et les juifs de la dispersion étaient divisés. Les maîtres et les esclaves étaient divisés. Les esclaves et les hommes libres étaient divisés. Ceux sauvés avant la Croix et ceux sauvés après la Croix étaient divisés. Pourtant, lorsque vous lisez le Nouveau Testament, vous voyez combien ils étaient unis. Ils avaient tant de raisons d'être désunis. Si vous voulez un exemple de ce que la puissance du Sang de Jésus peut faire, vous pouvez le trouver dans l'unité du Nouveau Testament. Le Psaume 133:1 dit: « Voici, oh! qu'il est agréable, qu'il est doux pour des frères de demeurer ensemble! » Ne considérez pas ce miracle comme peu de chose. Christ a dû payer un prix incroyable pour l'unité.



L'UNITE SELON LA BIBLE: UNE TETE COMMUNE

Pour rendre cela plus pratique, laissez-moi vous présenter l'enseignement de la Bible concernant l'unité. Au verset 2:6, pour montrer l'unité des juifs et des gentils, Paul utilise l'expression: « l'un et l'autre en un seul corps. » Nous sommes le Corps de Christ et Christ est la Tête. Dans notre introduction du livre d'Ephésiens, j'ai proposé comme définition de l'unité, l'expression « avoir une tête commune. » Ce que je veux dire par cela, c'est que lorsque vous regardez à Christ comme votre Tête et que moi aussi je regarde à Christ comme ma Tête, nous sommes en parfaite unité les uns avec les autres. C'est automatique. Ce qui fait que mon corps est uni, c'est le fait qu'il y ait une tête commune. Si ma main droite vit pour le plaisir de ma tête, et ma main gauche aussi, alors elles sont coordonnées et peuvent oeuvrer ensemble. Le problème, bien sûr, parmi les chrétiens est que tous ne tirent pas la vie de la Tête.

Exprimons cette vérité d'une façon un peu différente maintenant. Au lieu de l'expliciter en termes de tête, laisse-moi en parler en termes de corps. Cela donne « une vie commune. » C'est une vie commune qui donne l'unité. Le corps profite d'une vie commune, de la même vie. Dieu habite en nous, chacun d'entre nous est une pierre vivante, et plus nous aurons la vie de la Tête, plus nous aurons l'unité. Tout cela à travers une vie commune, Sa vie. Pourquoi est-ce que je crie de douleur lorsque je cogne mon pied? C'est à cause de la vie commune. Savez-vous pourquoi j'ai mal lorsque quelqu'un me tord le bras? C’est parce que la vie qui est dans mon pied est aussi dans mon bras, dans ma jambe et dans mon dos. Toutes les parties de mon corps ont la même vie que les autres parties de mon corps. C'est cette vie commune qui fait que mon corps est un. C'est pour cela que je suis un, c'est parce que j'ai la même vie. Mon bras a la même vie que ma jambe, qui a la même vie que mon dos. Pourquoi est-ce que je souligne cela? C’est parce que les chrétiens qui vivent dans l'union avec Christ ont la même vie, Sa vie. C'est ce qui fait que nous sommes un.

Regardez le verset 2:20: « Vous avez été édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus-Christ lui-même étant la pierre angulaire. » Cela ne veut pas dire que les apôtres et les prophètes sont mon fondement. Alors qu'est-ce que cela veut dire? Ils représentent la parole de Dieu parce qu'ils prêchent la parole. Par conséquent, ma fondation est la parole de Dieu. Pierre n'est pas ma fondation, Esaïe n'est pas ma fondation. Pierre avait une fondation. Quelle était la fondation de Pierre? C'était Christ. Paul avait une fondation. Quelle était la fondation de Paul? Jérémie avait une fondation. Quelle était la fondation de Jérémie? Daniel avait une fondation. Quelle était la fondation de Daniel? Vous êtes édifiés sur leur fondation. Quelle était leur fondation? Vous avez la même fondation qu'eux. Dans ce verset, Christ est appelé la pierre angulaire. Christ est la pierre angulaire de deux façons. La pierre d'angle était la pierre de fondement. Cela veut dire que tout le bâtiment reposait sur elle. Mais c'était aussi la pierre qui unifiait, et c'est cela qu'il souligne ici. C'est la pierre où se rejoignaient les côtés. Voilà ce qu'il veut dire ici. C'est dans la mesure où nous « devenons » centrés sur Christ, c'est-à-dire, où Christ est notre Tête et que nous partageons la même vie, et que nous nous reposons sur la pierre de fondement, que nous serons un. C'est dans la mesure où nous regardons uniquement à Christ que nous serons un.



LA MAUVAISE CHOSE A FAIRE EST D'ESSAYER DE CREER L'UNITE

Les murs de séparation sont une des plus terribles choses dans le christianisme de nos jours. Dieu haït le sectarisme. Dieu haït le dénominationalisme. Dieu ne peut pas accepter tous ces murs de divisions, que les chrétiens ont bâtis en s'isolant eux-mêmes, et en se séparant des autres enfants de Dieu. La plupart de ces murs sont bâtis autour de choses non essentielles. Ne me comprenez pas mal. Comme c'est le Sang de Christ qui permet de faire tomber ces murs de séparation, vous savez que je ne suggère pas que les murs des valeurs morales devraient être enlevés. Le Sang de Christ fait tomber les murs, mais la sainteté restera toujours un mur. N'essayez pas de le faire tomber.

Je ne veux pas dire: « Enlevons tous les murs, compromettons-nous et inventons une grande dénomination. Faisons taire notre conscience, et voyons où nous pouvons en arriver. » Ce n'est pas du tout de cela dont il s'agit. Nous sommes tous un en Christ, nous sommes tous en Christ, notre tête, Sa vie coule en chaque chrétien. Et autour de Christ, nous pouvons être un, nous pouvons avoir la communion ensemble. J'espère que le Seigneur travaille profondément nos coeurs pour que, sans sacrifier le principe de non-compromission, nous puissions comprendre que tout le peuple de Dieu est fondamentalement un. Je suis un avec tous ceux qui sont un avec Lui. Et vous êtes un avec tous ceux qui sont un avec Lui. Nous sommes dans le même Corps, nous avons la même Tête.

Si vous lisez attentivement, vous verrez qu'il dit: « Qui a renversé le mur. » Il ne dit pas qu'il faut faire tomber le mur maintenant. Quelle différence cela fait! Le mur est déjà renversé. C'est Son Sang qui l'a renversé. Il l'a aboli et l'a anéanti par Sa chair lorsqu'Il est mort. Je vous rends attentifs à cela parce que je crois qu'une des choses les plus terribles que quelqu'un puisse faire est d'essayer de créer l'unité. L'un des plus grands ennemis de l'oeuvre de Christ est l'effort qui est fait pour tenter d'obtenir l'unité. La meilleure façon pour ne pas avoir l'unité est d'essayer d'obtenir l'unité. Essayer d'avoir l'unité est une oeuvre, et c'est une oeuvre de la chair, c'est contre Dieu. L'unité n'est pas créée par le fait d'être ensemble, par le fait de se rencontrer, par des réunions et par l'amitié. Ce n'est pas ainsi que l'on crée l'unité. L'unité est créée lorsque les gens vivent en union avec leur Tête. C'est lorsque les chrétiens, de façon individuelle vivent en union avec Christ, que l'unité est créée. L'unité est un don de Dieu, elle est créée par Dieu, c'est le résultat d'une Tête commune.

La meilleure chose que nous puissions faire, pour accomplir notre but d'être une habitation de Dieu en Esprit, est simplement de demeurer en Christ. C'est simplement de se réjouir d'avoir Christ et de se réjouir avec ceux qui se réjouissent d'avoir Christ. Et de constamment aider les gens à tourner leurs yeux vers Christ et se réjouir lorsqu'ils tournent leurs yeux vers Christ. C'est dans la mesure où cela arrive dans notre vie que sans effort, sans lutte, sans avoir besoin de force, sans avoir à y oeuvrer, nous aurons l'unité. Quelle merveilleuse unité a été achetée par Christ. Je loue le Seigneur pour chaque manifestation d'unité. Mais les manifestations d'unité ne sont pas créatrices d'unité.

Loué soit Dieu pour les différentes manifestations de notre unité, continuez de la manifester. Mais ne mettez pas votre confiance en cela pour créer l'unité. Il n'y a qu'une façon de créer l'unité. Lorsque moi je regarde à Christ et que vous regardez à Christ, alors nous sommes un. Oh, que Dieu puisse envoyer un mouvement dans Son peuple, pour qu'il puisse reconnaître que le mur est renversé, qu'il est déjà renversé et que l'on n'a pas besoin de le faire tomber! Que Dieu puisse ouvrir nos yeux et nous donner l'esprit de sagesse et de révélation pour que nous puissions voir ce qui a été accompli sur la Croix et en particulier une des grandes choses qui y a été faite: des deux, il n'a fait qu'un, en enlevant l'inimitié et en enlevant les barrières. Le peuple de Dieu dans tous les âges est fondamentalement un.



CONCLUSION

Pour conclure, permettez-moi de vous rappeler: nous sommes sauvés de, nous sommes sauvés par et nous sommes sauvés pour. Quelle chose glorieuse! Dieu a un plan, un plan merveilleux, et le Corps de Christ vivant en union avec la Tête est une des choses les plus uniques sur la terre. C'est une chose incroyable. Il n'y a pas de plus grand témoignage, c'est dans cette unité que Dieu a décidé de se faire connaître. « A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l'amour les uns pour les autres » (cf. Jean 13:35). Ce que Dieu recherche, c'est un peuple parfaitement uni ensemble, vivant pour le plaisir de la Tête, l'Habitation de Dieu par l'Esprit. C'est cette unité, cette absence de barrières, de murs et de portes, c'est cela qui marquera le monde.

Ephésiens #7