EPHESIENS #5

(Ephésiens 2:1-10)

Par Ed Miller

Le texte qui suit est la transcription d'un message donné en anglais. La forme orale a été conservée, mais des titres de sections ont été ajoutés pour faciliter la lecture. (NdT)



RESUME

Bonjour et bienvenue dans notre cinquième leçon sur cette merveilleuse épître aux Ephésiens. Le grand message d'Ephésiens peut être résumé par les cinq derniers mots du verset 3:8: « Les insondables richesses de Christ. » Chaque croyant est un multimilliardaire en Christ! Il est fabuleusement riche en Christ. Dans ce livre, le Saint-Esprit présente les choses sous deux aspects.

Premièrement, Il nous montre que Jésus-Christ Lui-même est notre grand trésor! C'est Lui qui est riche au-delà de toute mesure. Nous avons d'immenses richesses en Christ, mais rien n'est aussi merveilleux que le Christ Lui-même. Il est notre richesse la plus précieuse. Il est l'essence de notre héritage. Toutes les autres choses sont liées à Lui. Il est tout; Il est le centre; Il est TOUT. Chaque bénédiction, considérée indépendamment de Lui, finit par devenir froide et insipide. Le pardon est une chose merveilleuse, mais pas autant que Celui qui pardonne. La victoire est une chose merveilleuse, mais elle n'est rien comparée à Celui qui est victorieux. Une chose est précieuse parce qu'elle est liée à Lui. C'est la prééminence de Christ qui donne de la valeur à Ses dons.

Deuxièmement, nous avons vu que le Saint-Esprit veut nous rendre attentifs à nos immenses richesses en Christ, qui sont si abondantes qu'elles ne peuvent être évaluées, bien qu'Il souligne qu'elles ne représentent qu'un acompte. Ce ne sont que les arrhes, elles ne forment qu'une petite partie de ce qui est à nous, de ce que l'on recevra. Pensez à un chrétien honnête, pensez au chrétien le plus sincère auquel vous pouvez imaginer. Pensez à un chrétien affamé qui recherche Dieu. Eh bien, même ce chrétien-la n'a pris qu'une goutte de ce qui est disponible, tout un océan s'étend encore devant lui. Cet héritage à venir attend que nous ayons de nouvelles capacités. Nous avons parlé de cette vérité que nous sommes des multimilliardaires en Christ, que Christ est insondable, inépuisable, qu'Il est entièrement satisfaisant et éternel. Nous sommes en Lui, et tout ce qui est à Lui est à nous en vertu de notre union avec Lui.

Laissez-moi à nouveau vous exposer les grandes parties de ce livre. Nous avons divisé le livre en deux. Nous avons appelé les chapitres 1 à 3, « des ressources illimitées. » Et ensuite les chapitres 4 à 6, « des responsabilités illimitées. » C'est basé sur la vérité que l'on demandera beaucoup à celui qui aura beaucoup reçu. Les responsabilités découlent bien entendu des ressources. Jusqu'à présent nous avons discuté des chapitres 1 à 3, nos richesses en Christ, « les ressources illimitées. » Pour l'instant nous ne sommes arrivés qu'au chapitre 2. Voici comment j'ai divisé les 6 chapitres.

I. Chapitre 1 à 3 Les ressources illimitées
a. Chapitre 1 Le point de vue de Dieu
b. Chapitre 2 Le point de vue de l'homme
c. Chapitre 3 Comment s'approprier les richesses, comment y entrer
II. Chapitre 4 à 6 Les responsabilités illimitées
a. Chapitre 4 Le point de vue de Dieu
b. Chapitre 5 Le point de vue de l'homme
c. Chapitre 6 Comment y entrer



SAUVES DE, PAR ET POUR

La dernière fois, nous avons commencé à voir le chapitre 2. Ce chapitre se divise en deux parties. Les versets 2:1-10 qui sont le résumé de nos richesses, et les versets 2:11-22 que nous avons simplement appelés l'objectif de nos richesses. Le chapitre 2 nous dit que nous avons été sauvés de, sauvés par, et sauvés pour. Nous sommes sauvés de tous nos péchés, nous sommes sauvés par une grâce créatrice, et nous sommes sauvés pour être une habitation de Dieu en Esprit, un endroit où Dieu habite. Nous avons également vu que les versets 2:1-10, soulignent les trois temps de notre salut. Les versets 2:1-3 parlent de notre salut passé. Les versets 2:4-6 parlent de notre salut présent. Et les versets 2:7-10 parlent de notre salut futur. Non seulement Il a fait des choses merveilleuses pour nous dans le passé, mais Il en fait aussi pour nous maintenant dans le présent, et Il en fera encore pour nous dans le futur.

Nous avons médité sur ce si grand salut. Relisons à nouveau les versets 2:1-10, puis je ferai encore quelques commentaires sur ce passage: « Vous étiez morts dans vos offenses et dans vos péchés, dans lesquels vous marchiez autrefois, selon le train de ce monde, selon le prince de la puissance de l'air, de l'esprit qui agit maintenant dans les fils de la désobéissance. Nous tous aussi, nous étions de leur nombre, et nous vivions autrefois selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées, et nous étions par nature des enfants de colère, comme les autres... Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts dans nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c'est par grâce que vous êtes sauvés); il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus Christ, afin de montrer dans les siècles à venir l'infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus Christ. Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu. Ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie. Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus Christ pour de bonnes oeuvres, que Dieu a préparées d'avance, afin que nous les pratiquions. » Il y a des choses si belles et si merveilleuses dans ce passage que cela ressemble presque à un conte de fée. Cela semble trop beau pour être vrai.

Le texte commence dans les profondeurs (du péché), atteint les hauteurs (les lieux célestes), et se poursuit dans un futur sans fin, l'éternité. Lorsque Dieu nous a sauvés, nous étions morts dans nos péchés, nous étions sous l'influence de Satan, de la même manière que l'air influence notre corps. Nous étions des fils de la désobéissance, c'est-à-dire liés à la désobéissance comme un fils est lié à ses parents. Nous étions esclaves de la convoitise de notre chair, nous étions sous la colère de Dieu. C'est ainsi qu'Il nous a trouvés, c'est dans ce trou que nous étions et c'est là où Il nous a rencontrés. Je ne pense pas que l'on puisse dépeindre une situation plus désespérée que celle que nous trouvons ici dans le chapitre 2.

Ensuite vous arrivez au verset 2:4 où vous lisez, « Mais Dieu! » Quel glorieux « mais Dieu! » Et le verset 2:6 nous dit que de cet horrible gouffre, « Il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus Christ. » En d'autres termes Il nous a emmenés de tout en-bas à tout en haut, des profondeurs aux hauteurs, du plus bas au plus haut. C'est là où Dieu nous amène dans ce chapitre. Si le Saint-Esprit ne nous le révèle pas et ne le rend pas vivant, cela ne touchera pas vraiment notre coeur, et nous prendrons cela à la légère: « Oh! oui, c'est vrai j'étais au fond lorsque Dieu m'a trouvé et maintenant je suis sauvé, loué soit Dieu... » Nous ne pouvons pas réellement y entrer avant que Dieu ne l'imprime dans notre coeur. Je pense que si nous comprenions vraiment la réalité de tout cela, nous ne pourrions pas arrêter de louer, d'adorer Dieu, c'est si merveilleux. C'est dans ce salut passé que nous nous sommes arrêtés la dernière fois. Nous avions juste commencé à voir comment, dans Sa grâce créatrice, Il nous a fait asseoir avec Christ dans les lieux célestes. Voilà le plan que nous aimerions suivre dans cette leçon. J'aimerais d'abord partager encore quelques pensées au sujet du salut présent, nous sommes assis avec Lui. Ensuite j'aimerais faire quelques commentaires au sujet du salut futur. Enfin, j'aimerais attirer votre attention sur les versets 2:8-10, le comment.

Voici donc quelques pensées complémentaires au sujet du salut présent, au sujet de nos richesses concernant notre état actuel, assis avec Lui dans les lieux célestes. Je pense que le chrétien moyen comprend assez bien l'oeuvre de grâce dans le salut passé. Il est vrai que personne ne réalise vraiment la réalité du gouffre dont nous avons été sauvés, vous ne pouvez pas vraiment en comprendre la réelle profondeur. Mais la plupart des gens arrivent à saisir quelque peu ce sujet de « je ne suis plus où j'étais. Dieu a fait une chose merveilleuse, lorsqu'Il m'a sauvé. » Certaines personnes ont une idée sur l'endroit où elles étaient, et elles savent que par le salut de Dieu, elles ne sont plus ce qu'elles étaient. Elles disent: « J'étais mort, j'étais perdu, j'étais séparé, je me sentais sale. Maintenant Christ est venu dans ma vie, et je ne me sens plus coupable, je me sens propre, je sais que si je meurs, j'irai au ciel. » Beaucoup ont donc une certaine idée au sujet du salut passé. Beaucoup de personnes savent qu'elles sont sauvées, elles savent qu'elles sont propres, elles savent que Dieu est venu dans leur vie. Il se peut même qu'elles disent, je commence à aimer Dieu, je commence à être intéressé par les choses de Dieu et le peuple de Dieu, et elles peuvent même commencer à en jouir, cela peut aller jusque là.



NOUS AVONS ETE DELIVRES DE QUELQUE CHOSE MAIS AUSSI POUR QUELQUE CHOSE

Pourtant lorsque l'on en vient au temps présent, il semble qu'il va vous falloir parcourir le monde entier pour trouver une douzaine de personnes ayant commencé à comprendre ce que veut dire être assis avec Christ dans les lieux célestes. C'est une chose que de connaître le gouffre dont vous avez été tirés, mais c'en est une autre de connaître la hauteur où vous avez été élevés. Loué soit Dieu pour la délivrance, mais nous n'avons pas seulement été délivrés de quelque chose, nous avons aussi été délivrés pour quelque chose. Vous pourrez saisir votre salut présent dans la mesure où vous comprendrez pour quelle chose vous avez été délivrés. Les chrétiens ne semblent pas avoir la moindre notion sur ce que veut dire être ressuscité avec Christ, et assis avec Lui dans les lieux célestes.

Avant d'aborder à nouveau la vérité que nous sommes assis avec Lui, permettez-moi de tenter de corriger une très mauvaise compréhension. Certains chrétiens enseignent que tous les enfants de Dieu ne sont pas assis avec Christ dans les lieux célestes. Ils enseignent que tous n'ont pas été élevés avec Christ à la droite de Dieu. En réalité c'est un peu plus subtil que cela. Ils regardent à ceux qui ne se reposent pas en Christ, ils regardent à ceux qui luttent et se battent avec leurs faibles et propres moyens pour essayer de plaire au Seigneur, et ils en déduisent qu'ils n'ont pas la vie abondante, et qu'ils ne sont pas assis avec Christ dans les lieux célestes. Ils disent que ces chrétiens doivent apprendre à s'asseoir, car Christ est assis et ils ont aussi besoin de s'asseoir.

Lorsqu'ils regardent à ceux qui vivent dans la pauvreté, certains vont jusqu'à dire qu'en plus d'avoir reçu Christ, ils ont besoin d'une deuxième bénédiction, ou d'une troisième ou d'une quatrième. Ils disent que tout le monde n'est pas béni avec toutes les bénédictions spirituelles, ceux qui luttent n'ont pas de bénédictions. Leur coeur se serre en disant combien ils aimeraient que les autres aient aussi toutes les bénédictions. Ils disent: « C'est si merveilleux de connaître Jésus, si merveilleux d'être assis avec Lui dans les lieux célestes et j'aimerais que cela soit vrai de tous les chrétiens. » Ils disent avoir une relation intime avec Dieu, une relation avec Christ, mais les autres sont toujours face contre terre. Ils pèchent, confessent, et se repentent puis luttent de toutes leurs forces mais finissent par retomber sur leur face. Ensuite ils confessent à nouveau, se repentent et crient, consacrent à nouveau leur vie à Christ et se soumettent à nouveau. Ils passent par ce cycle sans arrêt et toute leur vie chrétienne n'est qu'un immuable recommencement. Ils commencent et tombent et recommencent à nouveau, et ainsi de suite. Ils semblent ne jamais devoir arriver quelque part.

J'appelle cela une mauvaise conception « mortelle » parce que cela viole l'une des vérités les plus basiques de notre rédemption. C'est que chaque chrétien est multimilliardaire en Christ Jésus. Tous les chrétiens sont également riches. Tous les chrétiens sont bénis de la même façon. Si tous les chrétiens ont toutes les bénédictions alors comment quelqu'un peut-il être plus béni que quelqu'un d'autre. Tous les chrétiens ont toutes les bénédictions. Tous les chrétiens, indépendamment de leur expérience en Christ, ont les mêmes bénédictions. Pensez au chrétien le plus charnel que vous puissiez imaginer, eh bien lui aussi est assis avec Christ dans les lieux célestes. S'il a été sauvé, si le Seigneur a vraiment touché son coeur alors il est assis avec Christ. Etre assis avec Christ est une chose accomplie. Ce n'est pas une oeuvre à accomplir.

Beaucoup raisonnent de cette manière: « Ce sont ceux qui croient et qui ont la foi qui sont assis avec Christ. Ce sont ceux qui se soumettent et qui ne retiennent rien qui sont assis avec Christ. Ce sont ceux qui ont faim et soif de connaître le Seigneur qui sont assis avec Christ. Ce sont ceux qui s'engagent vraiment à Son service, qui entrent dans Son programme de rédemption sur la terre, et qui partagent Sa passion. » Ils ne voient pas que le chrétien rétrograde est aussi assis avec Christ, que le chrétien qui est illettré est aussi assis avec Christ. Certains chrétiens ont des pensées confuses, rien n'est clair pour eux, ils semblent ne rien connaître, ne sont-ils pas aussi assis avec Christ dans les lieux célestes? Certains pensent que non, car à leurs yeux, pour être assis avec Christ dans les lieux célestes, vous devez être un super saint, appartenir à un groupe ésotérique, vous devez avoir une vie de renoncement, une vie de repos, une sorte de relation mystique avec le Seigneur, et marcher comme si vous n'apparteniez pas vraiment à ce monde. Vous devez L'aimer de tout votre coeur, âme et pensée, plus que vous aimez votre épouse, votre mari ou vos enfants, ou même votre propre vie, ensuite vous serez assis avec Christ.



SON HISTOIRE REMPLACE LA VOTRE MAINTENANT

Voyez-vous, la Bible n'enseigne pas cela. Ce n'est pas pour un groupe spécial, car Dieu n'a pas de préférence. Dieu n'a qu'une seule famille, Dieu n'a qu'un seul Corps, et tout le Corps de Christ, l'Eglise, est assis avec Christ dans les lieux célestes. En tant que membres de ce corps, vous êtes identifiés avec Lui. Lorsqu'Il est mort, vous êtes morts, lorsqu'Il a été enseveli, vous avez été ensevelis. Il est ressuscité et en tant que partie de Son corps, vous êtes aussi ressuscités. Il a été élevé dans les cieux et vous étiez en Lui. Il s'est assis et vous vous êtes assis, parce que vous êtes en Christ. Je sais que parfois c'est difficile de saisir la réalité que nous somme assis avec Christ dans les lieux célestes et de voir toute notre histoire entièrement intégrée à la sienne.

J'ai une habitude qui chagrine beaucoup mon épouse, mais je m'améliore, je ne le fais plus si souvent. J'avais l'habitude d'écrire mes notes dans ma Bible, j'ai vraiment beaucoup de notes dans ma Bible. Il m'arrive parfois de croiser quelqu'un qui n'a pas de Bible, et je lui donne ma Bible, et ensuite je dois en acheter une autre. Eh bien lorsque je donne ma Bible, je donne aussi mes notes, pourquoi? Parce que mes notes étaient dans ma Bible. Souligner bien le mot « dans. » Elles y étaient de telle manière que vouloir les séparer de ma Bible reviendrait à la détruire. Dès que j'ai mis mes notes dans ma Bible, mes notes ont cessé d'avoir leur propre histoire, et elles ont « pris l'histoire » de ma Bible. Si quelque chose arrive à ma Bible alors la même chose arrive à mes notes. Partout où ma Bible va, mes notes vont aussi. Tout cela parce mes notes sont dans ma Bible, et mes notes suivent l'histoire de ma Bible.

De même que mes notes et ma Bible sont devenues un et que mes notes ont pris l'histoire de ma Bible, de la même manière, tout cela est arrivé à tous les chrétiens. Vous avez été placés en Christ, de la même manière que mes notes ont été placées dans ma Bible. Lorsque vous avez été placés en Christ, votre histoire s'est arrêtée, et vous avez pris Son histoire. Vous êtes allés partout où Il est allé. Vous avez fait tout ce qu'Il a fait. Vous avez hérité Son histoire. A la Croix, Il n'a pas seulement mis vos péchés de côté, Il vous a aussi mis de côté. Vous êtes en Christ, Il est mort, vous êtes morts, Il est ressuscité, vous êtes ressuscités, Il a été élevé, vous êtes élevés, Il s'est assis à la droite de Dieu, vous êtes assis à la droite de Dieu. Vous êtes assis dans les lieux célestes avec Christ, parce que ce n'est plus votre histoire, c'est la Sienne.

Laissez-moi vous poser cette question. Quand avons-nous été placés en Christ? Quand ai-je été placé en Christ? Est-ce que c'est la première fois où j'ai compris, accepté l'évangile et fait confiance à Jésus? J'ai reçu Christ en 1958. Ai-je été placé en Christ il y a 24 ans? (ce message a été donné en 1982 NdT) Est-ce que je me suis assis avec Christ dans les lieux célestes il y a 24 ans? Non, c'est mieux que cela. Peut-être direz-vous que cela fait 2000 ans, lorsque Jésus est mort sur la croix, lorsqu'Il est ressuscité et qu'Il s'est assis à la droite de Dieu, il y a 2000 ans lorsque Son corps physique a été mis sur la Croix. C'est vrai, mais ce n'est pas techniquement exact.

Regardez les versets 1:3-4: « Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ, qui nous a bénis avec toutes les bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ! En lui Dieu nous a élus avant la fondation du monde. » C'est une chose vraiment incroyable! Que Dieu l'imprime dans votre coeur. Avant la fondation de la terre, avant que vous ne soyez nés, avant qu'Adam ne soit créé, avant qu'il n'y ait un océan ou même un ciel au-dessus, avant qu'il y ait un seul ange, lorsqu'Il n'y avait que Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu le Saint-Esprit, dans la pensée, dans le dessein et le conseil de Dieu, c'est là que vous avez été placés en Christ. J'ai été placé en Christ avant la création de la terre. C'est à ce moment que j'ai été assis avec Christ. Cela ne s'est pas seulement passé il y a 24 ans, cela ne s'est pas seulement passé il y a 2000 ans, il n'y a pas de nombre assez grand pour dater le moment où j'ai été placé en Christ. C'est dans l'éternité passée, dans la pensée et le dessein de Dieu que j'ai été placé en Christ. C'est une chose si grande qu'elle ne peut être saisie que par la foi. Je vous encourage à enlever tout ce qui vous bloque et à le croire de tout votre coeur.

Vous me direz peut être: « C'est facile d'être assis ici pendant une étude biblique et d'entendre toutes ces belles choses qui nous font du bien. Mais tu sais, je ne suis pas un super chrétien, je ne suis pas comme les autres, je comprends lentement, je n'ai pas de don et je suis faible et je ne serai jamais capable de m'asseoir avec d'autres chrétiens, avec des super saints. Ils sont si près de Dieu. Certaines des personnes que j'ai rencontrées ne luttent pas avec leur foi comme moi je le fais. J'ai vraiment des difficultés. Ils ont tout mais moi je n'ai que des morceaux. Lorsque je regarde à certains de ces chrétiens, ils ne se tracassent jamais, ils ne se découragent jamais. Je ne peux tout simplement pas me représenter assis avec Christ dans les lieux célestes, avec ceux qui semblent si proches de Dieu. Ils semblent tellement jouir de cela, et lorsque je regarde à moi-même, je me dis que je ne suis pas là-bas, je ne suis pas assis avec Christ, je me sens tellement en-dessous des autres chrétiens. »

Ne croyez pas cela un seul instant. C’est indépendant de votre passé ou de votre histoire présente, c’est l'histoire de Dieu qui est votre véritable histoire, et votre histoire s'est arrêtée, car Il vous a placés en Christ avant la fondation du monde. Si vous pensez que ce qui compte, c'est l'histoire que vous vivez maintenant, vous devriez plutôt revoir votre position. La vie que vous vivez maintenant n'est pas la vie la plus importante. La vie qui compte c'est celle que vous vivez dans la personne de votre Substitut. Celle que vous vivez maintenant est juste une vie en plus qui vous permet de mieux connaitre Dieu, mais ce n'est pas celle-ci qui compte. La vie qui compte est celle qui est cachée avec Christ en Dieu (cf. Colossiens 3:4). » C'est Son histoire, votre histoire s'est terminée avant que vous ne soyez nés. N'est-ce pas une chose incroyable? Il y a des milliers d'années, vous avez été placés dans Son Fils pour faire partie de Son corps. Et ce qui est arrivé à la Tête est arrivé au Corps. Votre union avec Christ est un fait, un fait avéré. C'est autant un fait que votre anniversaire.

Vous me direz peut être: « Je ne me perçois pas étant assis avec Lui », mais cela ne change rien au fait que vous êtes assis avec Christ dans les lieux célestes. Vous ne pouvez pas être davantage assis avec Christ que vous ne l'êtes maintenant. Vous direz peut être: « Je ne crois pas que je suis assis avec Christ. » Mais cela ne change pas les faits. Que vous le croyez ou non, vous êtes assis avec Christ. Votre incroyance ne le fera pas disparaître. Et la foi ne le rendra pas plus ou moins proche. La foi ne rend pas les choses plus vraies, elle les rend juste plus réelles. Vous ne pouvez pas la rendre plus vraie en y croyant. La meilleure illustration de cela, ce sont ceux qui nient qu'il y ait un vrai enfer. Cela ne peut rien changer aux faits. La foi ne change pas les faits. Vous ne pouvez pas empêcher le matin de venir en le reniant. Il viendra, car les faits sont les faits. Et nous ne les faisons pas venir en y croyant. Certains chrétiens souffrent parce qu'ils ne réalisent pas toutes ces choses.



LA DIFFERENCE ENTRE ETRE DEBOUT ET ASSIS

Laissez-moi vous donner un principe. En avançant en Christ, on doit apprendre à reconnaitre avant de réaliser. La plupart des chrétiens essaient de rendre les choses réelles. Ils rencontrent certains faits et ils se concentrent sur eux pour essayer de les rendre réels. Ils disent: « Peut-être que si je médite sur le fait que j'ai été crucifié avec Christ, cela deviendra plus réel. » N'essayez pas de rendre quoi que ce soit réel. Reconnaissez-le comme étant vrai. Chaque chrétien, même vous, est assis avec Christ dans les lieux célestes. Croyez-le de tout votre coeur, parce que c'est le point de départ du salut présent.

Que veut dire être assis avec Christ? Pour beaucoup de chrétiens, ce concept d'être assis avec Christ semble si lointain. Je pense qu'il est bon de commencer en voyant ce que cela signifie pour Christ Lui-même. Hébreux 10:11-12 nous le dit: « Et tandis que tout sacrificateur fait chaque jour le service et offre souvent les mêmes sacrifices, qui ne peuvent jamais ôter les péchés, lui, après avoir offert un seul sacrifice pour les péchés, s'est assis pour toujours à la droite de Dieu. » Ce que nous dit l'auteur de l'épître aux Hébreux, par le Saint-Esprit, c'est que Son oeuvre était finie et c'est pour cela qu'Il s'est assis. On entend parfois certaines personnes dirent: « J'ai été debout toute la journée, j'attends avec impatience de pouvoir m'asseoir. » Elles veulent dire par là qu'elles vont se reposer quand leur travail sera terminé. Tout leur labeur est derrière elles. Ce passage d'Hébreux fait un contraste entre les prêtres qui se tiennent debout et le Christ qui est assis. Les prêtres restent toujours debout car leur travail n'est jamais terminé, ils sont toute la journée debout. Mais Christ est assis car Son oeuvre est terminée, elle est finie.

Que signifie donc pour moi d'être assis avec Christ? Cela veut dire que je partage Son oeuvre terminée. Il s'est assis parce que Son oeuvre est terminée, et je suis assis avec Lui parce que je suis participant à Son oeuvre qui est achevée. Pourquoi les chrétiens sont-ils dépeints comme étant assis et non debout? La réponse est parce que nous n'avons rien à faire. C'est une merveilleuse vérité. Il ne nous reste rien à faire. Réalisez-vous que la sixième parole de Christ sur la Croix contient tout ce qui nous sera nécessaire dans le futur et pour l'éternité? Savez-vous ce qu'est la sixième parole de Christ à la Croix? « Tout est accompli. » (cf. Jean 19:30) Tout est accompli, laissez cela pénétrer votre coeur, tout est accompli. Pour que Jésus puisse dire, « Tout est accompli », cela lui a coûté beaucoup de souffrances. Tous les efforts des anges réunis n'auraient pas pu contribuer un tant soit peu à ce qu'Il a fait. Il l'a fait tout seul et Il a dit, c'est terminé. Quelqu'un m'a dit l'autre jour, la vie chrétienne est un dur travail. Non, ce n'est pas exact. Elle n'est pas un travail simple non plus. Elle n'est pas un travail du tout. Elle n'est ni un travail difficile, ni facile. Elle n'est pas du tout un travail. Tout est accompli.

Mon coeur est compatissant envers les chrétiens qui luttent pour vivre, car ils n'ont pas vu par révélation qu'ils sont déjà assis avec Christ dans les lieux célestes. Ils luttent avec la vie chrétienne, ils essaient de plaire à Dieu, ils essaient de servir Dieu, ils essaient d'arrêter de pécher, ils essaient d'abandonner ceci où cela, ils essaient de gagner les perdus ou de gagner le monde, ils essaient de ne pas être anxieux, ils essaient d'être braves, ils essaient de s'aimer les uns les autres, ils essaient d'avoir l'unité, ils essaient d'être patients et tout le reste. Ils sont toujours sur leurs genoux en train de confesser et de se repentir. Ils sont toujours occupés et préoccupés.

Tout cela parce qu'ils n'ont pas appris à être assis avec Christ dans les lieux célestes. Ils passent leur temps à courir pour Jésus. Je connais cela, j'ai été de ceux-là. Je remercie Dieu pour le jour où Il a commencé à ouvrir mes yeux sur le fait que je suis assis avec Christ dans les lieux célestes. J'avais l'habitude de penser que j'étais comme un petit Atlas et que tout le poids de la terre était sur mes épaules. Je n'avais pas réalisé que le gouvernement du monde était sur Son épaule. (cf. Esaïe 9:5) Vous voyez, vous ne pouvez pas rendre cela plus simple. Vous n'avez pas besoin de l'appeler « la vie plus profonde » et le rendre mystérieux. Ce n'est pas du tout une vie plus profonde. Vous ne pouvez pas faire plus simple. Lorsque quelqu'un vient me demander: « Qu'est-ce qu'un chrétien est supposé faire? » Vous êtes tentés de lui dire: « assieds-toi. » Mais si vous répondez « assieds-toi », vous ne dites pas la vérité. Car la vérité, c'est qu'il est déjà assis dans les lieux célestes en Jésus-Christ. Et si vous lui dites de s'asseoir, vous lui demandez de faire une autre oeuvre. C'est comme si vous l'invitiez à la grâce à travers le légalisme. Vous ne pouvez pas davantage vous asseoir que vous ne pouvez vous reposer. Essayez un soir de vous reposer, essayez de trouver le sommeil, et vous verrez ce qui arrivera. C'est le meilleur moyen pour rester éveillé. Essayez de vous endormir, de vous reposer, vous ne pouvez pas le faire de vous-même.

Imaginez qu'un ami soit assis devant vous, et que vous lui disiez: « Assieds-toi, assieds-toi! » Vous conviendrez qu'il serait ridicule de lui dire de s'asseoir, puisqu'il est déjà assis. Si j'insiste, il risque fort d'être très embarrassé, car il ne saura pas quoi faire. Certaines personnes disent aux chrétiens qu'ils doivent s'asseoir alors qu'ils sont déjà assis. Tout ce dont ils ont besoin, c'est d'avoir leurs yeux « ouverts » non seulement pour voir qu'ils ont été ressuscités des morts, mais aussi que dans l'union avec Christ, ils ont été élevés, qu'ils partagent Son histoire, et qu'ils sont assis, dans les lieux célestes, au-dessus de tout nom qui peut être nommé, au-dessus de toutes les puissances, principautés et dominations. Le chrétien est bien plus haut que tout cela, infiniment plus haut. Paul priait que Dieu ouvre les yeux de Son peuple, pour qu'ils puissent avoir l'esprit de sagesse et de révélation dans la connaissance de Christ. Paul ne priait pas pour que les chrétiens s'assoient, il priait pour qu'ils « voient » qu'ils étaient déjà assis avec Christ.



NOTRE SALUT FUTUR

Paul ne nous parle pas seulement de notre salut passé et présent, mais après avoir souligné le fait que nous sommes assis avec Christ, il nous introduit dans un aspect encore plus merveilleux de notre salut. Il s'agit du salut futur. Il nous montre comment notre salut embrasse le futur. Voici le verset 2:7: « Afin de montrer dans les siècles à venir l'infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus Christ. » Laissez-moi mentionner deux choses à propos de ce verset. Le premier point concerne l'expression: « les siècles à venir » et le second point le mot « montrer. » A quoi font référence « les siècles à venir? » C'est encore une expression sans fin. Les siècles à venir incluent le siècle durant lequel l'apôtre Paul a vécu et où il a écrit ces choses. Les « siècles à venir » incluent aussi les temps qui ont suivi le premier siècle, dont le nôtre, jusqu'à ce que Jésus revienne et que l'on appelle communément « la dispensation de l'Eglise. » Les « siècles à venir » comprennent aussi la seconde venue de Christ, et la préparation du millénium, les mille ans de règne de Christ. Mais cela va plus loin encore, car cela inclut les siècles jusque dans l'éternité, pour toujours et toujours et toujours.

Dieu nous a retirés des profondeurs et nous a élevés bien au-dessus, dans les lieux célestes. Les effets de ce qu'Il a fait se feront encore sentir dans les siècles à venir. Pendant les siècles à venir, pendant des centaines, des milliers, des millions, des milliards d'années, et des billions d'années, nous continuerons encore de parler et de chanter, de nous courber devant Dieu, de l'adorer, pour tout ce que contient le mot Salut selon Dieu! Et nous, nous disons simplement: « Oh! Il a été sauvé. » Mais lorsque Ephésiens parle du salut, il pense au salut passé, au salut présent et au salut qui s'étend dans le futur et aux siècles des siècles. Sa vue du salut est si large. Mais nous, nous avons une vue tellement vague et réduite de ce que tout cela représentera dans les siècles à venir.



NOUS SERONS EXPOSES COMME UNE OEUVRE D'ART

Regardons à nouveau le verset 2:7: « Afin de montrer » dans les siècles à venir. Le verbe montrer est le verbe « exposer. » Essayez de saisir ce qu'il veut dire. Il est en train de parler d'une grande célébration, il parle de quelque chose qui arrive à son apogée. Lorsque l'architecte a fini un grand édifice, arrive le jour où il le montre à tout le monde. Des gens de tous horizons sont invités et on fait une grande cérémonie, on félicite l'architecte pour la chose merveilleuse qu'il a faite et on l'applaudit. Imaginez l'artiste ou le sculpteur qui travaille de longues années sur son oeuvre d'art, et enfin arrive le jour où il la dévoile à tout le monde, où l'oeuvre est exposée dans une galerie et rendue visible au public, afin que tous puissent la voir. Et lorsque tout le monde est rassemblé, on commence à encenser l'artiste pour son oeuvre merveilleuse. Il en est de même lorsqu'une armée revient du champ de bataille. Ce jour là, le drapeau est hissé, la fanfare joue, les confettis s'envolent et la foule acclame les braves soldats qui ont combattu pour leur pays. Voilà ce que le Saint-Esprit essaie de décrire avec ce mot grec « exposer. » Je vous ai dit la dernière fois qu'il y a dans le verset 2:10 un mot merveilleux pour décrire votre salut et le miens: « poeima », nous sommes Son ouvrage, le produit d'un artiste habile. Nous sommes Son oeuvre d'art.

Ce passage d'Ephésiens décrit l'oeuvre de Dieu dans nos vies en tant qu'individus, et dans l'Eglise, comme étant accomplie. Il dépeint la magnificence de la grâce, le jour où le dernier pécheur est sauvé, et que le dernier saint revêt la robe de la justice qui n'est pas la sienne. Lorsque finalement nous revêtons notre nouveau corps, que nous nous tenons dans des robes blanches et dans notre corps ressuscité, que tous les ennemis ont été défaits, et que le dernier Ennemi a aussi été détruit, Il dit alors des mots dans lesquels nous ne pouvons pas encore entrer, « c'est fini. » Tout le processus du salut est terminé. Ensuite Il vous rend saints, irréprochables, sans tache, ni ride, l'Epouse de Christ et Il enlève le voile. A ce moment-là, les yeux des anges, des archanges et des séraphins contemplent une oeuvre de grâce, pour que dans les siècles à venir Il puisse exposer la grâce de Dieu en vous et la grâce de Dieu en moi.

La grandeur de toute réalisation est mesurée par la taille et le nombre d'obstacles qu'il faut surmonter. Plus les obstacles sont nombreux et difficiles, plus la réalisation ou l'exploit est grand. Regardez ce qu'Il a fait en vous, regardez comment Il a travaillé en moi. Ce que Dieu a commencé, Il le continuera jusqu'au jour de Christ, Il n'a pas encore enlevé le voile, nous ne sommes pas encore prêts à être exposés. Il est comme un forgeron qui reprend plusieurs fois son travail. Il chauffe son fer, le tord, le redresse, l'aplatit, le remet au feu et recommence jusqu'à obtenir l'oeuvre d'art souhaitée. Et dans l'éternité future, Il enlèvera le voile qui nous recouvre aux yeux de l'univers entier et les anges seront abasourdis en contemplant cette oeuvre de grâce dans l'Eglise, dans Son Corps, Son Eglise. Et tout cela « afin de montrer dans les siècles à venir l'infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus Christ. » Quel jour lorsque tout l'univers sera rassemblé pour célébrer et louer l'Artiste. Quel jour nous attend, où tout l'univers commencera à chanter la réalité de la gloire de l'Agneau qui est digne de recevoir l'honneur, la louange, la gloire, la puissance, la domination et la majesté aux siècles de siècles. Ephésiens 2:7 nous dit comment sera le salut futur. Les chrétiens seront exposés de la même manière qu'un champion expose son trophée le jour de son triomphe. C'est une grâce immense, c'est la grâce qu'Il a manifestée envers les chrétiens qui sera exposée. Il y aura comme une grande galerie et les chrétiens seront les d'oeuvres d'art. J'ai souvent pensé que je serai si abasourdi en rencontrant Gabriel, ou Michaël, et que je ne serai pas capable de dire quoique ce soit en voyant ces anges. C'est peut-être vrai, je ne sais pas, mais je suis sûr que l'autre sens sera vrai. Gabriel a hâte de vous voir, Michaël aussi. Un jour ils adoreront Dieu quand ils verront ce que la grâce de Dieu en Christ a accompli dans les chrétiens. Nous serons exposés aux siècles des siècles. J'aime faire le lien entre ce verset et Apocalypse 22:3: « Ses serviteurs le serviront. » Je ne sais pas tout ce que je ferai au ciel, mais je sais cela, je Le servirai en montrant Sa merveilleuse grâce. Nous Le servirons en montrant Sa merveilleuse grâce dans les siècles à venir.

Je ne sais pas tout ce que contient un verset comme celui-là. Je réalise que la grâce est si merveilleuse qu'elle ne perdra jamais sa gloire. Même aux siècles des siècles, elle ne diminuera jamais et ne s'arrêtera jamais. Je ne suis pas découragé parce que je ne connais pas tout de la grâce maintenant. Je suis faible au sujet de la grâce et vous aussi. Nous utilisons le mot « salut » d'une façon si limitée et si faible... comme si ce n'était qu'une assurance pour nous préserver de l'enfer. C'est cela mais c'est beaucoup plus. Il nous a sortis de la mort, nous a élevés jusque dans les lieux célestes et nous a fait asseoir avec Christ dans Sa gloire triomphante. Ensuite Il manifeste cette grâce créatrice dans nos coeurs afin que lorsque tout sera terminé, nous soyons exposés, nous soyons la merveille de l'Eternité! Tout le monde admirera l'oeuvre de la main de Dieu en nous. C'est une chose merveilleuse.



NOUS AVONS RECU LE SALUT MAIS NOUS L'ATTENDONS ENCORE

Romains 10:10 et Romains 13:11 sont tous deux vrais. Romains 10:10 dit: « Car c'est en croyant du coeur qu'on parvient à la justice, et c'est en confessant de la bouche qu'on parvient au salut, selon ce que dit l'Écriture. » C'est vrai. Lorsque j'ai mis ma confiance en Jésus en 1958, j'ai reçu le salut. Mais Romains 13:11 est aussi vrai: « Le salut est plus près de nous que lorsque nous avons cru. » N'est-ce pas une chose incroyable, dans un sens je ne l'ai pas encore, « le salut est plus près de nous que lorsque nous avons cru. » Le salut est plus proche de moi de 24 ans par rapport au moment où j'ai cru pour la première fois. Il y a un aspect futur dans le salut. Si l'un de vous a du mal à croire que le salut a un aspect futur, je vais vous donner un petit test pour le prouver. Prenez une aiguille et enfoncez-la dans votre doigt. Si vous ressentez quelque chose, si cela vous fait mal, alors vous savez que vous n'avez pas encore votre nouveau corps. Vous savez que vous n'avez pas encore le salut futur. L'oeuvre d'art n'est pas encore terminée. Regardez simplement dans un miroir. Regardez simplement votre vie. Regardez tout le pays qu'il faut encore conquérir. Regardez les pensées non crucifiées qu'il y a encore dans votre coeur, et vous verrez ainsi que vous n'êtes pas encore prêts à être exposés. C'est pourquoi Il n'enlève pas encore le voile mais, dans les siècles qui viennent, nous serons exposés. Nous sommes impatients, mais Dieu Lui ne l'est pas. Il n'a pas fini ce qu'Il est en train de faire.

Laissez-moi encore dire un mot sur Romains 13:11: « Le salut est plus près de nous que lorsque nous avons cru. » Cela nous donne aussi la méthode biblique pour faire face à la vieillesse. Vous pouvez être amenés à partager ce passage avec quelqu'un. Il y a deux façons de considérer la vieillesse. Une des façons est de dire, j'ai 24 ans de moins à vivre que lorsque j'ai cru pour la première fois. En d'autres termes, la vie défile et je perds du terrain. On peut le voir de cette façon. Ou alors on peut dire que je suis 24 ans plus proches de mon salut, que lorsque j'ai cru pour la première fois. C'est comme cela que la Bible le considère. Nous nous rapprochons, nous avançons. Vous n'avez pas besoin de dire: « Oh, je vieillis, je perds mes moyens, je perds du terrain. » Non, non, vous ne perdez pas de terrain, vous gagnez du terrain. Je ne perds rien du tout, j'avance vers le jubilé. Et plus je m'approche du jubilé, plus la valeur des choses présentes et matérielles diminue. Voilà ce dont nous parlent les versets 2:1-7, ce qu'Il a fait, où je suis et ce qui m'attend. Tout cela est dans le salut.

La dernière fois, nous avons regardé le verset 2:10, et nous avons répondu à la question: comment Dieu a-t-il fait tout cela? La réponse est par Sa grâce créatrice. Nous sommes Sa création, nous avons été créés en Christ Jésus. Nous avons eu besoin d'une création de Dieu pour rendre cela possible. Il m'a créé moi et Il vous a créés vous. Votre vie chrétienne est autant une création de Dieu que les vallées, les montagnes, les mers, les fleurs, les oiseaux et les poissons. Toutes ces choses sont des créations de Dieu, tout comme votre vie chrétienne et la mienne. Nous étions dans une telle situation que sans une grâce créatrice, rien n'était possible. Le seul qui pouvait intervenir était Dieu.



LA FOI ET TOUT LE PROCESSUS DU SALUT SONT UN DON DE DIEU DU DEBUT A LA FIN

Regardons maintenant les versets 2:8-9: « Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu. Ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie. » Ces deux versets sont appréciés et très connus parmi le peuple de Dieu. Habituellement ils sont utilisés pour montrer au pécheur inconverti qu'il ne peut pas lever le petit doigt pour aider à son propre salut. Ce n'est pas par les oeuvres afin que personne ne se glorifie. C'est Dieu qui doit le faire. J'aimerais vous rendre attentifs à deux expressions du verset 2:8, « cela ne vient pas de vous » et « c'est le don de Dieu. » A quoi le mot « cela » fait-il référence? Certains disent: « à la foi. » Ils lisent le verset comme cela: « Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela, c'est-à-dire la foi, ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu. » En d'autres termes, ils veulent montrer que même la foi avec laquelle vous faites confiance à Dieu est un don de Dieu, et qu'elle ne trouve pas son origine en l'homme. Puis-je croire sans la grâce de Dieu? La Bible répond très clairement par non. La foi est un don de grâce. Mais je crois qu'Ephésiens 2:8, n'est pas un texte très adéquat pour prouver cela. C'est présent ici, mais il y a des textes plus appropriés pour illustrer cela.

Malheureusement il peut parfois arriver que vous affaiblissiez la vérité de Dieu en utilisant un texte qui ne soit pas adéquat. Si vous voulez montrer que la foi est un don de grâce à partir d'Ephésiens vous pouvez le faire en utilisant le verset 6:23 par exemple: « Que la paix et l'amour avec la foi soient donnés aux frères de la part de Dieu le Père et du Seigneur Jésus Christ! » De là vous pouvez résolument dire que la foi vient de Dieu. Vous pouvez aussi prendre Actes 18:27, en parlant d'Apollos il est écrit: « Quand il fut arrivé, il se rendit, très utile à ceux qui avaient cru par la grâce de Dieu (1). » Vous voyez, on ne peut accomplir aucun acte de foi sans que l'Esprit saint ne nous le donne intérieurement, il doit être inspiré par Dieu.

La grâce de Dieu est la base de toute vie spirituelle. Lorsque nous parlons de notre salut, nous devrions faire attention à bien redonner à la foi les choses qui appartiennent à la foi, et à Dieu les choses qui appartiennent à Dieu. Et la foi appartient à Dieu! Nous Lui rendons cela. Je ne veux pas détrôner Christ en exaltant la foi. Qu'en est-il alors du mot « cela » dont nous avons parlé? « Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous. » Il s'agit de tout le processus du salut, le salut passé, le salut présent et le salut futur. C'est cela le contexte, c'est de cela dont il parle. Ce grand salut, passé, présent et futur ne vient pas de vous-mêmes. Vous voyez, cela inclut la foi, et tout le processus du salut. Mais il ne faut pas le limiter à la foi, car cela comprend aussi la repentance, la faim, la soif, la recherche, la prière et la révélation, le pardon et toutes les autres choses. Tout le processus du salut, (toutes les bénédictions de Dieu), tout est un don de Dieu du début à la fin. Il ne s'agit que de grâce. Cela commence par la grâce, cela continue par la grâce et cela se termine par la grâce. C'est la grâce qui vous a amenés jusque-là et c'est la grâce qui vous conduira plus loin.



TOUT EST GRACE D'UN BOUT A L'AUTRE

Il est pour moi incroyable de voir combien de personnes croient que la grâce n'intervient qu'au début et à la fin de notre vie chrétienne, et qu'entre les deux, tout dépend des oeuvres. Pourtant tout le processus est gouverné par la grâce. Certains diront: « Oui, il est vrai que lorsque nous avons été sauvés, la grâce était nécessaire car nous étions morts dans nos péchés, nous ne pouvions rien faire. Impossible de faire quelque chose quand on est mort. » Mes amis, si Jésus revient avant que cette étude soit finie et qu'Il nous prenne avec Lui dans les airs, quelle sera notre part là dedans? Allez-vous sauter, allez-vous bouger vos bras, allez-vous tenir votre tête comme Superman? Quelle part aurez-vous dans l'enlèvement? Je vous le dis, c'est par grâce, cela a commencé par la grâce et cela finira par la grâce, nous n'avons aucune part. Il va vous changer en un clin d'oeil, Il vous donnera un nouveau corps, et vous vous élèverez dans le ciel. Avant de savoir ce qui nous arrive, nous serons dans un nouveau monde appelé l'Eternité, dans la présence du Seigneur.

Si cela commence comme un don et si cela se termine comme un don, pourquoi avons-nous tant de mal à croire qu'il s'agit d'un don en totalité. Il ne s'agit que de grâce, de bout en bout. Je ne comprends pas pourquoi certains ont des soucis avec ce qui est au centre du processus. Ils disent: « Cela a commencé comme un don, mais maintenant je dois être sincère, travailler sérieusement, beaucoup prier, consacrer ma vie, me renier, lutter contre le péché, m'engager dans tous les programmes, donner, confesser et tout le reste. Je dois faire tout cela. » Non, vous ne devez pas faire cela, c'est un don de Dieu, c'est la grâce de Dieu, ce n'est pas par les oeuvres. Tout est don, du début jusqu'à la fin, cela ne s'arrête pas.



L'IMPOSSIBILITE DE MERITER QUELQUE CHOSE DE LA PART DE DIEU

Avez-vous déjà pensé et médité à l'impossibilité qu'il y aurait, pour un chrétien, de faire valoir des mérites pour lui-même devant Dieu? Ce serait insensé. On ne peut évoquer la notion de mérite qu'à deux conditions. En premier lieu, cela ne saurait être un devoir qui nous incombe, car dans ce cas, nous sommes tenus de l'accomplir. Deuxièmement, il faut que l'on apporte un profit à la personne de laquelle nous pensons pouvoir obtenir un mérite. En d'autres termes, s'il s'agit d'un devoir auquel nous sommes tenus, où est la notion de mérite? Et ensuite, puisque nous ne pouvons pas enrichir Dieu d'une chose qu'Il ne possède déjà, toute prétention de mérite devant Lui est exclue; penser le contraire s'apparenterait à de l'orgueil et s'obstiner serait même une manière de blasphémer. Reconnaissons ainsi que nous ne pouvons rien ajouter à ce Dieu possède déjà, et qu'à Son égard, nous ne pouvons jamais aller au-delà du devoir, car tout Lui est dû.

Rappelez-vous que Jésus a dit: « Quand vous avez fait tout ce qui vous a été ordonné, dites: « Nous sommes des serviteurs inutiles, nous avons fait ce que nous devions faire. » (cf. Luc 17:10) Dieu est le créateur et nous avons des obligations envers Celui qui nous a créés. Notre obligation est de L'aimer de toute la force qu'Il a mise en nous, de toute notre pensée et de toute notre âme. Notre devoir est également de L'adorer, de Le louer et de Le servir. Et si on agit ainsi de façon parfaite, tout le temps, avec toute notre force et tout notre amour, nous ne sommes pas allés au-delà de notre devoir. Il attend cela de nous car nous sommes Ses créatures. Lorsque nous avons fait tout cela de façon parfaite, nous ne pouvons que dire: « Nous sommes des serviteurs inutiles, nous n'avons pas fait plus que notre devoir. » Les anges dans le ciel n'ont pas de mérite. Si vous alliez voir un ange dans le ciel et que vous lui suggériez qu'il a mérité d'être là au ciel, Il vous répondrait: « Pas du tout, Dieu nous a fait ainsi, nous lui devons tout cela car Il est notre créateur. »

Si vous voulez mériter quelque chose de Dieu, vous devez aussi trouver quelque chose qui n'appartienne pas déjà à Dieu. Bon courage! Parce que vous allez devoir quitter cet univers et en trouver un autre, pour trouver quelque chose qui ne vienne pas d'abord de Lui. Ensuite vous devez trouver un peu de temps dont vous pouvez dire qu'il est à vous et qu'Il ne vous a pas été donné. De sorte que pendant cet instant qui est à vous, vous puissiez Lui donner quelque chose qui ne vienne pas de Lui. Ensuite il vous faudra encore trouver de la force pour prendre cette chose qui ne vient pas de Lui pendant ce temps qui vous appartient, l'offrir à Dieu et seulement ensuite vous pourrez parler de mérite.

Si j'ai 10 euros, que je les donne à Dieu et que je dise: « C'est un don. » Il me répondra: « Désolé ce n'est pas un don, tu me rembourses une dette. » Vous ne pouvez pas faire de don avant d'avoir rempli vos devoirs. Il est impossible pour un chrétien de mériter quelque chose de la part de Dieu, par la nature même des choses. Les anges ont rempli leur obligation et ils ne méritent donc pas l'enfer. Les hommes, eux, n'ont pas rempli leurs obligations. Non seulement l'homme ne peut pas aller au-delà de son devoir mais il n'a même pas rempli son devoir. Par conséquent l'homme, n'ayant pas rempli ses obligations envers Dieu, mérite la colère de Dieu. Mais Dieu a dit: « J'ai un salut à vous donner. » C'est un don de Dieu. Il n'y a aucun mérite possible, c'est un don de Dieu. Ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie. Alors qui reçoit la gloire? Alors qui reçoit la louange?

Frères et soeurs, si jamais le Seigneur vous utilise dans Son grand programme rédempteur, ne prenez jamais la gloire, vous ne pouvez jamais aller au-delà de votre devoir. Vous ne pouvez pas. Vous ne pouvez que remplir vos obligations, vous ne pouvez pas aller au-delà. Ce n'est qu'en allant au-delà de votre devoir que vous pouvez mériter quelque chose de Dieu. Que nous puissions nous courber devant Dieu car c'est vraiment un merveilleux Salut. C'est par grâce que vous avez été sauvés par un salut en trois volets, par grâce à travers la foi. C'est un don de Dieu, ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie.

Prions:

Père nous Te remercions pour Ephésiens 2, et pour tout ce que Tu sais que cela signifie. Seigneur nous n'avons fait qu'effleurer Ta grâce. Nous ne pouvons pas comprendre ce livre. Nous ne pouvons pas comprendre ce salut. Nous Te prions de le manifester dans nos coeurs. Enseigne-nous au sujet de Ta grâce et montre-nous que nous sommes assis avec Christ dans les lieux célestes. Nous Te prions de manifester cela dans nos coeurs. Au nom de Jésus. Amen.

Ephésiens #6

(1)D'autres versions ont: « Quand il fut arrivé, il se rendit, par la grâce de Dieu, très utile à ceux qui avaient cru. » (NdT)[retour]