EPHESIENS #4: Introduction aux versets 2:1-10

(Ephésiens 2:1-10)

Par Ed Miller

Le texte qui suit est la transcription d'un message donné en anglais. La forme orale a été conservée, mais des titres de sections ont été ajoutés pour faciliter la lecture. (NdT)



RESUME

Bonjour et bienvenue dans notre quatrième leçon sur cette merveilleuse épitre aux Ephésiens. Nous avons pris comme clé pour le livre d'Ephésiens les cinq derniers mots du verset 3:8: « les richesses insondables de Christ. » C'est cela le message d'Ephésiens, les richesses insondables de Christ. Comme vous le savez et comme je le sais, sans l'illumination de l'Esprit de Dieu, nous ne pouvons pas réaliser et apprécier combien Jésus est riche, et combien nous sommes riches dans notre union avec le Seigneur Jésus. Il faut que le Seigneur nous le révèle. Le thème de ce livre peut se résumer en ces mots: chaque chrétien (et il n'y a aucune limite en cela), chaque chrétien est un multimilliardaire en Christ.

Regardez l'expression que nous avons au verset 2:7: « L'infinie richesse de sa grâce. » Le langage humain n'est pas suffisant pour décrire ces richesses, l'infinie richesse de Sa grâce. La grâce est suffisamment riche en elle-même. Mais lorsque vous prenez ce mot « grâce » qui est si riche et que vous le faites précéder de « l'infinie richesse », vous empilez superlatif sur superlatif pour que Dieu attire notre regard dans la bonne direction, à savoir la grandeur de notre richesse en Christ. L'infinie richesse nous montre la valeur et l'abondance de Sa grâce, la libéralité dont Dieu fait preuve en répandant sur nous Sa grâce. Ensuite Il le met en contraste avec les richesses de ce monde. Ses richesses sont insondables, inépuisables, satisfaisantes, éternelles, et bien plus. Parler de ces choses ne nous permet pas de les saisir, Il faut que Dieu dévoile à notre coeur toute l'étendue de notre richesse en christ. Je crois que Dieu aimerait que tous ceux qui étudient Ephésiens entrent dans leurs richesses en Christ.

Laissez-moi vous rappeler le plan du livre. Nous avons divisé le livre en deux. Nous avons appelé les chapitres 1 à 3, « les ressources illimitées », en d'autres termes, il n'est pas possible de dire tout ce qu'Il a fait pour nous. Il n'a fait que commencer à en parler. Après en avoir parlé, et parlé et parlé, Il dit pourtant que ce ne sont que les arrhes. Ce n'est qu'un acompte, ce n'est que le commencement. Ainsi, nous avons des richesses illimitées en Christ. Les chapitres 4 à 6 sont le résultat de nos richesses illimitées, ce sont « nos responsabilités illimitées. » A qui on a beaucoup donné, beaucoup sera demandé. Mais ces responsabilités ne doivent pas nous faire peur, car la grâce en fait des responsabilités bénies. Si nous ne devions compter que sur notre chair, sur nos propres forces, cela serait des responsabilités terribles. Mais à cause de nos ressources illimitées, remplir ces responsabilités qui nous incombent en tant qu'enfants de Dieu est aussi naturel que de respirer.

Voilà maintenant le plan, chapitre par chapitre:

I. Chapitre 1 à 3 Les ressources illimitées
a. Chapitre 1 Le point de vue de Dieu
b. Chapitre 2 Le point de vue de l'homme
c. Chapitre 3 Comment s'approprier les richesses, comment y entrer
II. Chapitre 4 à 6 Les responsabilités illimitées
a. Chapitre 4 Le point de vue de Dieu
b. Chapitre 5 Le point de vue de l'homme
c. Chapitre 6 Comment y entrer

Jusqu'à présent nous avons vu le chapitre 1 qui se découpe naturellement en deux parties. Les versets 1:1-14 forment la première partie, c'est le grand résumé de nos richesses, et cela constitue la plus longue phrase de la Bible. Dans l'original grec, elle fait 270 mots. Elle est pleine et déborde de toutes les richesses que nous avons en Christ. Comment Dieu considère-t-Il nos richesses? Que voit-Il de Son point de vue? Comment le livre d'Ephésiens débute-t-il? En fait ce chapitre ne dit pas que les chrétiens sont riches. C'est Christ qui est riche. Et du point de vue de Dieu, tout ce qu'Il voit, c'est Jésus. C'est tout ce que Dieu voit. C'est Lui qui est excellent. C'est Lui qui se distingue entre dix mille (cf. Cantiques 5:10). C'est Lui qui réjouit le coeur du Père. C'est Lui qui fait toujours plaisir au Père, et personne d'autre. C'est Christ qui occupe tout le champ de vision de Dieu le Père et tout Son coeur. A partir de l'illustration qui nous est donnée dans les versets 1:1-14, on comprend que Dieu ne voit les chrétiens que dans leur union avec Christ. Dieu ne voit que Christ. Christ est la Tête, les chrétiens forment le Corps, et c'est parce qu'Il est si riche que nous le sommes aussi. Du point de vue de Dieu, Il vous voit uniquement dans votre relation avec Lui, comme étant un avec Lui dans votre union avec Christ.

L'Eglise, ce n'est pas de nombreuses personnes. L'Eglise est une. Lorsque j'étais enfant, ma grand-mère m'a fait prendre des leçons de natation, mais je n'ai jamais été et ne serai jamais un bon nageur. Je pense savoir pourquoi. C'est parce que j'ai du mal à croire que l'eau puisse me porter. Je crois, au contraire, que ce sont mes mouvements qui me maintiennent à la surface. Je pense que plus je bouge mes bras et mes jambes, plus j'ai de chances de me maintenir au-dessus de l'eau. Et parce que je n'ai jamais appris à me reposer sur l'eau, je ne serai jamais un bon nageur. Les mouvements sont supposés vous faire avancer, pas vous maintenir au-dessus de l'eau. Mais les mouvements que je fais servent à me soutenir au lieu d'avancer. En prenant des leçons de natation, j'ai au moins appris que lorsque ma tête est en-dehors de l'eau, je ne peux pas couler.

Le chapitre 1 d'Ephésiens présente Christ comme la Tête, et l'Eglise comme le Corps. Regardez les versets 1:20-23: « Il l'a déployée en Christ, en le ressuscitant des morts, et en le faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes, bien au-dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance, de toute dignité, et de tout nom qui peut se nommer, non seulement dans le siècle présent, mais encore dans le siècle à venir. Il a tout mis sous ses pieds, et il l'a donné pour tête suprême à l'Église, qui est son corps, la plénitude de celui qui remplit tout en tous. »

J'aime le dire de cette manière. Ma Tête est dans les cieux, en sureté au-dessus de l'eau, car Christ est ma Tête. Il est exalté au-dessus de toutes choses, Il est à la droite de Dieu dans les lieux célestes. Et parce que Christ est ma Tête, et qu'Il est exalté au-dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance, de toute dignité, et de tout nom qui peut se nommer, parce que la Tête est victorieuse, le Corps ne va pas couler. Parfois l'Eglise pense être dans une mauvaise situation, elle dit: « regardez toutes les difficultés que nous traversons. Nous allons couler. » Non, le Corps ne peut pas couler, si la Tête est au-dessus de l'eau. Christ est notre Tête, Il est au-dessus de l'eau, Il a été exalté dans les lieux célestes et par conséquent, nous sommes sains et saufs. En vérité, nous ne pouvons pas être plus en sûreté que là où nous sommes en Christ. C'est ainsi que Dieu nous voit en Christ. Il est la Tête, nous sommes en Lui en tant que membres sains et saufs, assis dans une glorieuse victoire dans notre Union avec Christ. Avant de pouvoir, par l'Esprit de Dieu, nous voir comme Dieu nous voit en Christ, nous ne pourrons jamais entrer dans nos richesses en Christ. Voilà ce qui concerne la première partie du chapitre 1, les versets 1 à 14.



EN AYANT CHRIST, VOUS AVEZ TOUT CE QUI EST EN CHRIST

Le chapitre se termine ensuite par une prière. Les versets 1:15-23 sont une prière. Après avoir répandu ce qu'il a sur le coeur concernant notre place en Christ, l'apôtre, inspiré par Dieu, commence à prier et il n'a qu'une seule demande importante sur le coeur. Verset 1:16-18: « je ne cesse de rendre grâces pour vous, faisant mention de vous dans mes prières, afin que le Dieu de notre Seigneur Jésus Christ, le Père de gloire, vous donne un esprit de sagesse et de révélation, dans sa connaissance, et qu'il illumine les yeux de votre coeur, pour que vous sachiez quelle est l'espérance qui s'attache à son appel, et quelles sont les richesses de la gloire de son héritage dans les saints. » Il leur dit d'abord combien ils sont riches et ensuite il commence à prier: « ouvre leurs yeux Seigneur, montre-leur leurs richesses, enlève le voile de leurs yeux, donne-leur la révélation, illumine les, oins leurs yeux avec un collyre, permets-leur de voir. »

Vous voyez, il ne peut pas prier pour qu'ils soient bénis parce qu'ils le sont déjà, verset 1:3, « avec toutes les bénédictions spirituelles dans les lieux célestes. » Il ne peut pas prier que Dieu fasse quelque chose pour eux parce qu'en Christ, Dieu a déjà tout fait pour eux. La seule chose que Paul puisse faire, c'est prier « ouvre leurs yeux, Seigneur, tu ne peux pas les rendre plus riches alors ouvre leurs yeux sur les richesses qu'ils ont déjà. Montre-leur ce qui est déjà à leur disposition à cause du Seigneur Jésus-Christ. » Je ne vais pas reprendre les détails de cette prière que nous avons vue la dernière fois. Mais avant de quitter le chapitre 1 qui est le premier résumé de nos richesses en Christ selon le point de vue de Dieu, j'aimerais encore faire quelques commentaires au sujet des versets 1:22-23: « Il a tout mis sous ses pieds, et il l'a donné pour tête suprême à l'Église, qui est son corps, la plénitude de celui qui remplit tout en tous. » Dans le verset 1:22, on peut mettre « pour tête suprême » entre parenthèse, cela donne donc « Il L'a donné à l'Eglise. » Ce que dit ce verset, c'est que Dieu « L »'a donné à l'Eglise. Le don de Dieu a l'Eglise, c'est LUI. Il L'a donné Lui, Christ, à l'Eglise.

En lisant le verset 1:19, où Paul prie qu'Il leur ouvre les yeux sur « l'infinie grandeur de la puissance » qui est à leur disposition pour vivre la vie chrétienne, vous pourriez penser que Dieu a donné de la puissance à l'Eglise. Mais Dieu n'a pas donné de la puissance à l'Eglise. La fin de ce chapitre nous dit ce qu'Il a donné à l'Eglise. C'est Lui, Christ, qu'Il a donné à l'Eglise, pas la puissance. Un jour j'ai entendu un chrétien prier: « Seigneur, donne-moi de la puissance. » Et je me demandais intérieurement ce qu'il allait faire s'il recevait la puissance. Vous n'avez pas besoin de la puissance. Vous avez besoin de Christ, et en ayant Christ, vous avez tout ce qui est en Christ, et cela inclut la puissance.



RECHERCHEZ DIEU ET PAS SES ATTRIBUTS

En lisant le verset 1:17, vous pourriez être amenés à désirer que le Seigneur vous donne l'Esprit de sagesse et qu'Il donne Sa sagesse à l'Eglise. Mais ce n'est pas la sagesse, c'est Lui qu'Il a donné à l'Eglise. Si vous lisez attentivement ce verset, vous verrez que Paul ne prie pas pour la sagesse, mais pour la sagesse qui permet de connaître Christ, pour la sagesse et la révélation dans la connaissance de Christ. Ce n'est pas la même chose. Voilà le don de Dieu pour l'Eglise. Rien ne peut se substituer à Christ. Frères et soeurs dans le Seigneur, laissez-moi vous encourager à être sur vos gardes envers tout substitut au Seigneur Jésus Christ, même si ce substitut est spirituel et bon. Ne « soyez pas amoureux » des attributs de Dieu comme s'ils étaient distincts de Dieu Lui-même. Ne « soyez pas amoureux » de l'amour de Dieu. « Soyez amoureux » du Dieu qui est amour, de la personne elle-même. C'est avec Dieu que nous devons avoir une relation. Vous n'avez pas à courir après Sa puissance, Sa patience, Sa sagesse ou Sa volonté. Courez après Lui, car en L'ayant Lui, vous aurez tout ce qui Lui appartient. Bien entendu si vous L'avez Lui, vous avez aussi de façon surabondante tous les attributs de Dieu. Si seulement les chrétiens pouvaient voir Christ comme le don de Dieu pour l'Eglise, ils pourraient faire de grands pas dans les richesses qu'ils ont en Christ.



CHRIST EST LA TETE AU-DESSUS DE TOUTES CHOSES

Reprenons le verset 1:22: « et il l'a donné pour tête suprême à l'Église. » D'autres versions ont « il l'a donné pour être la tête sur toutes choses à l'Église. » Que veut-il dire par là? Cela va plus loin que ce qu'il dit en 5:23: « Christ est la tête de l'Église. » Christ est la Tête de l'Eglise, et l'Eglise est le Corps, constitué des membres de Christ. C'est vrai, ils sont un. Mais Il est aussi la Tête sur toutes choses pour l'Eglise. Qu'est-ce que cela signifie? Laissez-moi le paraphraser pour vous en donner l'essence. Dieu a permis qu'Il soit la Tête de toutes choses au bénéfice de l'Eglise.

Voici une illustration pour que cela soit plus clair. Ces deux versets nous remettent en question quand on se tracasse, qu'on s'inquiète et qu'on est anxieux face aux circonstances de la vie. D'après ce passage, Dieu est souverain, Il gouverne. Il n'est pas la Tête de certaines choses ou de la plupart. Non, Il est la Tête de toutes choses au bénéfice de l'Eglise. Si vous considérez les routes romaines avec vos yeux naturels alors vous direz qu'elles ont été bâties pour répandre la puissance impériale de Rome sur toute la terre. Mais lorsque vous regardez avec les yeux de votre coeur, alors vous voyez la vérité. Il est la Tête au-dessus de toutes choses au bénéfice de l'Eglise, et ces routes romaines ont été construites pour un apôtre nommé Paul et pour ceux qui ont marché sur ses traces. Ces routes ont été construites pour les chrétiens, pas pour répandre l'empire romain, mais pour répandre l'Evangile.

Il est la tête au-dessus de toutes choses pour l'Eglise. Un frère de nom de Bill O'Dell m'a dit qu'un jour pour retourner en Angleterre, il a dû changer de train et qu'il croit que Dieu a retardé un train à Londres juste pour lui. Pensez-vous que Dieu puisse retarder un train rempli de passagers juste pour Bill? C'est son imagination qui lui joue des tours, n'est-ce pas? Je ne sais pas si Dieu l'a fait ou pas, mais je ne trouve pas que cela soit difficile à accepter parce qu'Il est la Tête au-dessus de toutes choses au bénéfice de l'Eglise. Je ne crois pas qu'il soit trop enfantin de croire que Christ gère, contrôle et gouverne toutes les circonstances pour accomplir Son objectif rédempteur sur la terre. Je n'ai aucun mal à croire que Dieu puisse retarder des bus, des trains et des avions, et qu'Il va agir sur les gouvernements pour leur faire prendre des décisions qui aideront à répandre Son Evangile. Il est la Tête au-dessus de toutes choses pour l'Eglise.

Pensez-vous que les grandes avancées que nous avons vues dans la société, l'ont été uniquement pour le bien de l'homme et l'avancement de sa culture. Personnellement, je ne le crois pas un seul instant. Je crois que l'électricité a été un don de Dieu pour l'Eglise, que la radio a été découverte pour l'Eglise et la télévision a été découverte pour répandre l'Evangile. Chaque nouveau média a été planifié pour l'Eglise. La littérature et la presse ont été inventées pour le peuple de Dieu. La musique a été écrite pour l'Eglise et pour le peuple de Dieu. Il est la Tête au-dessus de toutes choses pour l'Eglise. Je crois que cela fait partie des richesses que nous avons en Christ. Il y a certainement eu des abus, mais il est clair que vous pouvez croire de tout votre coeur, qu'Il est la Tête au-dessus de toutes choses au bénéfice de l'Eglise. Chacun d'entre nous, en méditant quelques instants, pourrait trouver des illustrations de la souveraineté de Dieu contrôlant les circonstances pour que Son objectif soit accompli et cela même dans nos propres vies. C'est exactement ce que dit Romains 8:28-29: « Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein. Car ceux qu'il a connus d'avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l'image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères. » C'est juste une autre façon de le dire.



L'EGLISE, UN TEMOIGNAGE CORPORATIF UNIQUE

Considérons encore autre chose au sujet du verset 1:23: « qui est son corps, la plénitude de celui qui remplit tout en tous. » Je pense que nous avons l'habitude, et c'est juste, de penser à notre relation avec Christ comme une relation individuelle, au lieu de nous voir comme faisant partie d'un Corps ayant une relation corporative avec Christ. Si je vous demandais, êtes-vous en Christ? vous penseriez probablement à vous-mêmes, et pas à toute l'Eglise sur la terre, en Chine, en Afrique, en Espagne et sur toute la surface de la terre. Pourtant dans le livre d'Ephésiens, toujours à nouveau, Dieu ne parle pas d'individus mais d'un groupe, du peuple de Dieu de façon corporative comme étant un, comme un tout. Je sais qu'en tant qu'individu, 100% de Dieu est dans mon coeur. Il n'y a pas qu'une partie de Dieu, Il y est en entier. Dieu ne se découpe pas en petits morceaux pour donner une fine tranche à celui-ci et une autre à celui-là. Chaque chrétien a 100% de Dieu dans son coeur. Seule la foi peut accéder à une chose aussi grande, mais c'est l'enseignement de la Parole de Dieu. Pourtant bien qu'il soit vrai que chaque chrétien possède l'inépuisable plénitude de la Déité en lui, et qu'il peut exprimer la plénitude de Dieu qui remplit tout en tous, l'Eglise seule peut faire rayonner Christ d'une façon toute spéciale. Je suis un petit individu, et vous êtes un petit individu, et bien que vous soyez rempli de Dieu, vous ne pouvez pas émettre la lumière que seul le peuple de Dieu dans son ensemble peut émettre de façon corporative dans ce monde. Je crois que c'est ce qu'il veut dire ici.

Voici comment cela fonctionne pratiquement. Selon votre faim, votre capacité, vos besoins et où vous en êtes à un moment donné, Dieu, dans Sa merveilleuse sagesse, Sa grâce et Son amour, vous ouvre les Ecritures et vous montre Christ. Cela répond aux besoins de votre coeur et vous donne exactement les révélations dont vous avez besoin pour vous amener plus loin. Et Il fait la même chose pour moi. La révélation que vous avez de Christ peut être différente de la révélation que je peux avoir de Christ, et peut être différente de la révélation qu'aura un chrétien C ou un chrétien D. Car Il nous rencontre là où nous sommes, et Il nous donne ce que nous pouvons recevoir. Ses révélations dépendent de nos capacités. Ainsi chacun d'entre nous avons une vue différente de Dieu, parce que nous sommes tous uniques, nous sommes tous différents. Christ brille différemment à travers chacun de nous, mais ensemble nous portons un témoignage de la part de Dieu sur la terre, nous avons de l'influence, nous sommes lumière et sel sur la terre, bien plus que nous pourrions le faire en tant qu'individu. L'Eglise est Son Corps, la plénitude de Celui qui remplit tout en tous d'une manière toute spéciale. Nous n'en connaissons pas assez au sujet de la gloire de Dieu à travers le peuple de Dieu. Parfois nous somme trop égoïstes et indépendants, nous restons à part. N'arrêtez pas de poursuivre le Seigneur pour vous-mêmes, mais reconnaissez aussi que Dieu a un témoignage corporatif à travers le Corps.



DIEU NOUS VOIT EN CHRIST ET LE MONDE VOIT CHRIST EN NOUS

Il y a bien sûr un mystère dans chacune des vérités qui concernent Dieu, car la Bible est infinie et on ne peut atteindre le fond d'aucun verset. Même dans les cieux et dans l'éternité, vous n'arriverez pas au bout de Jean 3:16, parce que c'est la Parole infinie d'un Dieu infini. Mais à la fin de ce chapitre 1, il y a un incroyable mystère. J'aimerais m'exprimer avec précaution afin que vous compreniez précisément ce que je veux dire. C'est une chose incroyable pour moi de voir que Christ se considère comme « incomplet » sans les membres de son Eglise. Le mot grec traduit par « complet » est un mot étrange parce que nous avons parfois du mal à le comprendre, c'est le mot « parfait. » Vous me direz sûrement, « mais comment l'Eglise peut-elle rendre Christ parfait, Il est déjà parfait. » Je ne parle pas bien sûr de Son caractère moral, mais de Son témoignage sur la terre. Quand les membres du peuple de Dieu recherchent Christ de façon individuelle, s'attachent à Lui et grandissent en Lui, ils deviennent un témoignage dans le monde, et ils rendent Christ parfait. Christ est alors rendu complet et parfait en eux. Nous devons accepter le mystère que contient cette plénitude. C'est une chose incroyable, et c'est ainsi qu'il conclut cette section concernant nos richesses en Christ du point de vue de Dieu. La première partie nous dit que Dieu nous voit en Christ, et ensuite il termine le chapitre en disant que le monde voit Christ en nous, car l'Eglise est la plénitude de Celui qui remplit tout en tous. Voilà pour le chapitre 1.



LE SALUT EST PRESENT, PASSE ET FUTUR

Prenons maintenant le Chapitre 2 qui est le deuxième résumé de nos richesses en Christ. Les versets 2:1-10 nous donnent le résumé et dans la suite du chapitre, Paul tente de bien l'imprimer dans nos coeurs. Lisons les 10 premiers versets: « Vous étiez morts dans vos offenses et dans vos péchés, dans lesquels vous marchiez autrefois, selon le train de ce monde, selon le prince de la puissance de l'air, de l'esprit qui agit maintenant dans les fils de la désobéissance. Nous tous aussi, nous étions de leur nombre, et nous vivions autrefois selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées, et nous étions par nature des enfants de colère, comme les autres... Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts dans nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c'est par grâce que vous êtes sauvés); il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus Christ, afin de montrer dans les siècles à venir l'infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus Christ. Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu. Ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie. Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus Christ pour de bonnes oeuvres, que Dieu a préparées d'avance, afin que nous les pratiquions. » Voilà une façon simple de voir le fil conducteur derrière ce passage. Si vous regardez bien, vous verrez que les versets 1:1-3 sont en rapport avec le passé. Les versets 1:4-6 sont en rapport avec le présent. Les versets 1:7-10 sont en rapport avec le futur, ce qui arrivera.



ATTENTION A LA FACON DONT ON UTILISE LE MOT SALUT

J'aimerais le dire de la manière suivante, le second résumé de nos richesses en Christ peut se voir comme un salut en trois parties. Il s'agit du salut passé, du salut présent et du salut futur. Vous êtes probablement familiers avec le vocabulaire théologique que l'on utilise pour décrire cela. Le salut passé est la justification, le salut présent est la sanctification, et le salut futur est la glorification. On peut en tirer qu'il faut faire attention à la façon dont on utilise le mot salut. Parfois nous rendons les choses confuses en n'utilisant pas les mots de la même façon que Dieu dans la Bible. Nous utilisons souvent le mot salut d'une façon limitée au lieu de l'utiliser comme Dieu l'utilise. En d'autres termes, nous le restreignons au salut passé.

Habituellement, lorsque nous parlons du salut, nous voulons dire être sauvés. J'entends parfois les gens dire: « C'est vrai qu'il est sauvé, mais c'est tout ce qu'il a, le salut! » Comme pour dire: « Pauvre homme, il n'a que le salut. » Cela vient d'une utilisation limitée du mot salut. Ce qui est impliqué dans cette phrase est que le salut n'est pas suffisant. « Tout ce qu'il a, c'est le salut, il a besoin d'autres choses. » De quoi d'autre avez-vous besoin? Si vous employez ce mot dans toute sa signification, vous avez tout, vous n'avez besoin de rien d'autre que le salut. Lorsque vous parlez du salut, vous parlez de tout. Lorsque vous l'utilisez de la même façon que Dieu, il n'y a pas de place pour une deuxième oeuvre de grâce, parce que vous avez toutes les grâces lorsque vous recevez le salut. C'est une folie de croire qu'un chrétien a besoin de quelque chose de plus que le salut. Ne pensez pas simplement au salut au temps passé. C'est merveilleux, mais ce n'est pas tout ce qu'il y a dans le merveilleux mot « salut. »

On raconte l'histoire d'une jeune fille de l'armée du salut, qui distribuait de la littérature évangélique. Malheureusement, elle rencontra un grand érudit grec du dix-neuvième siècle, Brooke Foss Westcott. Elle lui tendit un trac et lui demanda: « Monsieur, avez-vous le salut? » Il répondit, voulez-vous dire: « sotheis, j'ai été sauvé », ou alors « sezosmenos, je suis en train d'être sauvé », ou encore « sozomenos, je serai sauvé »? Il peut sembler avoir été un peu rude en disant cela, mais il a 100% raison bibliquement. Le Salut, c'est plus qu'être sauvé. Le Salut inclut cela mais aussi le fait que nous sommes assis dès maintenant dans les lieux célestes et aussi le fait que pour les temps éternels à venir, nous serons dans notre corps glorifié. Tout cela est inclus dans notre salut. C'est pourquoi Paul peut écrire en Romain 13:11: « le salut est plus près de nous que lorsque nous avons cru. »

C'est vrai que j'ai le salut, mais c'est aussi vrai que je ne suis pas encore sauvé. Ces deux choses sont vraies, il n'y a pas de contradiction. Il ne faut pas utiliser cela d'une mauvaise façon sinon vous risquez de soulever davantage de problèmes que vous ne pouvez en résoudre, et ce n'est pas ce que nous voulons faire. Ce qui est clair, c'est que c'est ainsi que Dieu utilise le mot Salut. Le résumé de nos richesses n'est pas seulement ce que Dieu nous a donné pour ce que nous étions dans le passé mais Il nous a aussi donné quelque chose pour maintenant, et Il a également prévu des provisions pour notre futur éternel. Si nous voulons saisir le fait que nous sommes des multimilliardaires en Christ, nous ne pouvons pas limiter les mots de la Bible.

Il vous faut enlever de vos pensées notre façon limitée d'utiliser ce mot, afin d'en saisir le plein sens, celui que Dieu Lui-même utilise. J'ai un jour entendu quelqu'un dire: « je ne veux pas aller à telle ou telle église parce que tout ce qu'ils font, c'est prêcher le salut. » Effectivement s'ils ne prêchent pas le salut dont parle la Bible, il se peut que vous ayez des réticences à aller dans ce genre d'Eglise. Vous pourriez dire: « je n'ai pas envie d'entendre l'Evangile chaque week-end. » Pourtant normalement cela ne devrait pas vous poser de problème, puisque que l'Evangile contient ceci et cela et il n'y a rien d'autre que l'Evangile. Il n'y rien si ce n'est de bonnes nouvelles. Bien entendu je sais ce que sous entend la personne qui dit cela. Elle veut dire qu'ils ne font que prêcher une partie du Salut, la première partie, le tiers de l'Evangile. Ce n'est parfois qu'une question de sémantique, mais cela peut être vraiment une tout autre direction. Ne dites pas: « un tel est fort pour souligner le salut, mais faible pour parler de la victoire. » Vous ne pouvez pas être fort sur le Salut, et faible sur la victoire. La victoire est le Salut, c'est la deuxième partie du Salut, c'est ainsi que Dieu utilise ce mot. Vous ne pouvez pas être fort sur une partie et pas sur une autre. Il y a une contradiction dans le fait de dire que quelqu'un prêche l'Evangile, mais pas la victoire. C'est la même chose, c'est la Bonne Nouvelle.

La plupart des personnes l'expliquent de cette façon:

• La justification est le salut de la culpabilité et de la sanction du péché
• La sanctification est le salut présent de la puissance et de l'esclavage du péché
• La glorification est le salut futur du résultat et de la présence du péché

Enfin le salut passé, présent et futur est le Salut du péché mais également être avec Dieu. Nous développerons cela dans les chapitres qui viennent mais je souhaitais juste vous le souligner.



LE SALUT PASSE

Considérons maintenant le passage 2:1-3, le Salut Passé. Que fait Paul dans ces trois versets? Je crois que le Saint-Esprit, à travers l'apôtre Paul, fait une très belle chose dans ces trois versets. Il est très beau de s'arrêter et de regarder en arrière vers le côté sombre de votre conversion, de se rappeler à quoi vous ressembliez avant que Dieu ait pitié de vous et qu'Il vous sauve. Il y a une mauvaise manière de le faire, mais aussi une façon bonne et saine. Nous avons besoin de voir ce à quoi nous avons été appelés, mais aussi parfois de se rappeler de quoi nous avons été délivrés. On peut étudier ces versets comme une théologie stérile et froide, et ce n'est pas ce que je veux faire. Vous pourriez par exemple considérer ces versets et noter qu'il y a sept points qui montrent la dépravation de l'homme. Mais il y a aussi une façon de l'étudier qui pousse notre coeur à manifester de la gratitude pour la grande grâce du Seigneur qui nous a délivrés. Je prie que Dieu manifeste cela dans nos coeurs.

J'ai entendu le témoignage d'un homme qui disait: « je ne suis pas ce que j'aimerais être et je ne suis pas ce que je devrais être et je ne suis pas ce que pourrais être et je ne suis pas ce que je serai dans le futur, mais loué soit Dieu, je ne suis plus ce que j'étais! » Eh, bien c'est ce que Paul fait ici dans ces trois versets. Il regarde en arrière à ce que vous étiez. Il retourne avant le moment où vous avez mis votre confiance dans le Seigneur. Dans ces trois versets, le Saint-Esprit utilise trois expressions pour montrer combien le cas des saints était désespéré avant que Dieu ne leur manifeste de la pitié.



NOUS ETIONS MORTS DANS NOS OFFENSES ET NOS PECHES

La première se trouve au verset 2:1: « morts dans vos offenses et dans vos péchés. » Au verset 2:5 vous trouvez la même chose: « morts dans nos offenses. » Il n'est pas possible de saisir cette description sans l'aide de l'Esprit de Dieu. Nous citons si souvent ces versets en les prenant à la légère: « il est mort dans ses offenses et dans son péché... » Il est assez difficile de s'imaginer ce que le Saint-Esprit voulait dire, lorsqu'Il a choisi cette tournure de phrase, « mort dans vos offenses et dans vos péchés. » C'est un peu difficile de s'imaginer les perdus comme des carcasses vivantes, mais c'est pourtant cette tournure qu'Il a choisie pour nous montrer qu'aux yeux de Dieu, un pécheur est en train de pourrir et de sentir comme un cadavre qui git dans un tombeau. C'est l'idée qu'il y a là derrière.

L'objectif de cette forte illustration est de mettre en valeur les versets 2:8-9: « C'est le don de Dieu. Ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie. » Si vous avez vu la vérité que vous étiez mort, alors il n'y aucune raison de se glorifier si l'on vient vous sauver. Parce qu'une personne morte est une personne morte et elle ne peut rien faire. Elle ne peut même pas appeler à l'aide. C'est pourquoi Dieu utilise cette forte illustration. A travers les images que l'on voit parfois à la télévision, on peut imaginer à quoi ressemble un terrain jonché de cadavres en train de se décomposer, et combien l'air doit y être irrespirable. C'est cette illustration que Dieu utilise pour montrer ce qu'est une âme séparée de Dieu. J'ai lu cette citation de Charles Spurgeon: « Dans l'antre de l'enfer, rien n'est plus répugnant que les pécheurs qui y sont. » Il dit que la pire chose en enfer, ce sont les pécheurs, même le feu n'est pas pire qu'eux, car il n'y a que la mort, la séparation d'avec Dieu.



NOUS ETIONS INFLUENCES PAR LE PRINCE DE LA PUISSANCE DE L'AIR

Regardez maintenant le verset 2:2: « le prince de la puissance de l'air. » Que veut dire Dieu en appelant Satan « le prince de la puissance de l'air? » Un commentateur a dit qu'il est appelé ainsi parce qu'il passe plus de temps en l'air qu'il n'en passe sur la terre. Personnellement, je ne sais pas où il passe son temps, c'est peut-être comme cela, mais peut-être pas. Un autre dit que cela signifie que Satan, en tant que prince de l'air, a la puissance de faire apparaître le vent et la tempête comme il l'a fait à l'époque de Job. Cela veut dire qu'il est capable d'agir sur le temps. Un autre commentateur dit, je cite: « Il y a tant de démons qu'ils remplissent l'air comme des mouches. Il n'y a pas d'endroit entre la terre et le firmament où il n'y ait pas de démons. L'air en est plein, c'est pour cela que Satan est appelé Belzébul, le Seigneur des mouches, car il y a sous ses ordres autant de démons que de mouches dans l'air. Voilà pourquoi il est appelé le prince de la puissance de l'air. » C'est peut-être pour une de ces raisons, ou pour toutes ces raisons, ou pour une autre raison qu'il est appelé le prince de la puissance de l'air, mais comme chacun des commentateurs a le droit de suggérer ce que cela peut signifier, je me permets de vous dire aussi ma pensée concernant ce que Dieu veut communiquer dans ce contexte.

Paul considère les chrétiens dans le passé avant qu'ils ne soient sauvés, ce qu'ils étaient avant que le Seigneur ne vienne, et il dit, « mort dans vos péchés. » Lorsque vous étiez morts dans vos péchés quelle influence Satan avait-il sur votre vie? Je crois que la réponse est celle-ci. Lorsque j'étais mort dans mes péchés, Satan exerçait sur moi autant d'influence que l'air en exerce sur mon corps. Je pense que c'est cela le sens. Il est le prince de la puissance de l'air, et Dieu veut nous montrer que Satan a autant d'influence sur les incroyants que l'air sur notre corps. C'est juste une autre illustration pour nous montrer combien la situation d'un pécheur est sans espoir. Dans quel pétrin étions-nous! Nous ne comprenons pas vraiment de quoi nous avons été délivrés. Il y a un temps où tous ceux qui sont dans cette salle étaient morts dans leurs offenses et transgressions et Satan exerçait sur vous, que vous le sachiez où non, autant d'influence que l'air exerce sur votre corps. C'est vraiment une situation horrible, elle est sans espoir.



NOUS ETIONS DES FILS DE LA DESSOBEISSANCE

Regardez encore le verset 2:3 et l'expression, « fils de la désobéissance. » J'ai six enfants et laissez-moi illustrer cela avec mon plus jeune fils. Le 14 août 1979, le Seigneur nous a donné à Lillian et à moi Steven Edward, notre fils. Lorsqu'il est né, il m'appartenait comme un fils appartient à son père. Il appartenait à Lillian comme un fils appartient à sa mère. J'étais son père, il était fils d'Edward. Avant d'être sauvés, vous étiez fils de la désobéissance, vous apparteniez à la désobéissance, comme un enfant appartient à ses parents. C'est ce qu'il essaie de dire et d'illustrer. Vous étiez parents avec la désobéissance, vous n'aviez pas le choix, vous deviez pécher. Vous deviez obéir à vos parents, et le nom de votre père était désobéissance. Il en était ainsi avant que vous ne soyez sauvés.

Laissez-moi vous poser cette question. J'ai été sauvé en 1958, ai-je déjà désobéi au Seigneur depuis ce jour? Bien sûr que j'ai désobéi. Je peux le dire à ma honte, j'ai souvent désobéi au Seigneur. Mais écoutez bien, pas une seule fois je n'ai désobéi au Seigneur en tant que fils de la désobéissance. Je ne suis plus un fils de la désobéissance, je suis un enfant de Dieu. Vous avez aussi désobéi au Seigneur depuis que vous avez été sauvés, mais avant d'être sauvés, c'était la direction de votre vie. Vous étiez liés à la désobéissance, comme un enfant est lié à ses parents. Mais pas une seule fois depuis que vous avez été sauvés, et ce malgré vos rebellions, vous avez désobéi en tant que fils de la Désobéissance. Regardez en arrière, vous étiez morts. Regardez en arrière, Satan avait de l'influence sur votre vie comme l'air influence votre corps. Regardez en arrière, vous étiez liés à la désobéissance et cela se manifestait de bien de manières, dans vos pensées, dans vos paroles et dans vos actions. C'était un passé horrible...



NOUS MARCHIONS SELON LE TRAIN DE CE MONDE

On trouve une autre expression en 2:2 et 2:3 et qui signifie la même chose: « marcher selon le train de ce monde », « vivre selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées. » Quelle image abjecte de l'esclavage. Partout dans la Bible, le péché est présenté comme un maître cruel avec un fouet dans sa main. Pensez à votre passé. Si vous êtes honnêtes, vous devez reconnaître ce que Dieu a écrit ici, vous n'aviez pas le choix, vous deviez pécher. Vous ne pouviez pas vous en sortir, vous étiez paralysés, vous n'aviez aucune puissance, vous étiez pieds et poings liées par un maître appelé Péché. Vous étiez esclaves de ce monde, de ses façons de faire, de sa philosophie, de ses idées, de sa convoitise et de ses passions. Vous voulez voir toute l'étendue de votre richesse en Christ? Alors regardez en arrière pour voir ce que vous étiez avant d'être sauvés: morts, influencés par Satan, fils de la désobéissance, esclave de votre convoitise, de vos passions, de vos désirs et de la propension à pécher de votre ancienne nature. Avant la Croix, vous subissiez une terrible soumission. Du point de vue des hommes, si nous voulons voir nos richesses, nous devons voir de quoi nous avons été sauvés.



NOUS ETIONS DES ENFANTS DE COLERE

Prenez le verset 2:3 et l'expression « nous étions par nature des enfants de colère. » C'est une des expressions les plus fortes dans la Bible au sujet du péché originel. Lorsque vous voyez un nouveau né, il semble beau et innocent, mais en fait c'est un enfant de colère. Il est venu dans ce monde en tant qu'enfant de colère. Parfois on dit, il ressemble à son père. Oui c'est vrai, à Adam, il est tout comme son père. Il est né dans le péché, c'est un enfant de colère. C'est un enfant de colère dans le sens où en grandissant, il sera détestable, aigri, fier, vindicatif et plein d'animosité. Mais il est aussi enfant de colère dans le sens où il a mérité la colère de Dieu qui tombe sur les enfants de la désobéissance. Quel passé! Nous étions morts, influencés par satan, fils de la désobéissance, marchant selon le train de ce monde et selon la convoitise de notre nature, des enfants de colère. Voilà ce qu'était notre passé.

Je me rappelle avoir un jour entendu quelqu'un parler sur les versets 2:1-10. Cette personne ne cessait de revenir au début du verset 2:5: « mais Dieu », « mais Dieu », « mais Dieu », « mais Dieu. » Ensuite elle a dit que ces mots étaient les deux mots les plus glorieux de ce passage, « mais Dieu!» Regardez à votre passé, « mais Dieu! » N'est-ce pas une chose fantastique! J'étais mort, « mais Dieu!» Satan avait de l'influence sur moi comme l'air influence mon corps, « mais Dieu!» J'étais un fils de la désobéissance, « mais Dieu!» J'étais un enfant de colère, « mais Dieu!» J'étais esclave et vivait selon ce monde, « mais Dieu!»

Verset 2:4-5: Dans cette horrible condition, « Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ. » J'ai un livre d'Henry Melvill, et dans ce livre, il fait ce commentaire: « Vous pouvez connaître la profondeur d'un trou en mesurant la longueur de la corde nécessaire pour vous en faire sortir. » Cela a du sens, n'est-ce pas? La réelle profondeur du trou dans lequel nous étions n'est pas mesurée par ces mots, « mort dans le péché », « influencé par satan », « fils de la désobéissance », « vivant selon notre chair », « enfant de colère. » Cela ne montre pas la réelle profondeur du trou dans lequel nous sommes. Nous voyons la longueur de la corde dont Dieu a eu besoin pour nous sortir lorsque nous mesurons ce qu'Il a dû payer pour pouvoir nous atteindre là où nous étions. Ensuite seulement nous commençons à voir et à mesurer dans quel horrible gouffre nous étions. Combien notre situation était horrible et sans issue avant Sa venue!



NOUS AVONS ETE RECREES, PAS AMELIORES

Prenons maintenant les versets 2:8-10, où Paul conclut tout cela, nous reviendrons sur le salut présent et futur dans nos prochaines leçons: « Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu. Ce n'est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie. Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus Christ pour de bonnes oeuvres, que Dieu a préparées d'avance, afin que nous les pratiquions. » Nous reviendrons sur ces versets à la fin de toute cette section, pourtant pour ne pas terminer sur cette mauvaise note de notre condition passée, mais mettre l'accent sur les merveilleux mots « mais Dieu », laissez-moi vous dire quelques mots sur le verset 2:10. « Nous sommes Son ouvrage, créés en Jésus-Christ pour de bonnes oeuvres. » Nous avons un terrible passé, mais comment nous a-t-Il vivifiés, comment nous a-t-Il ressuscités ensemble avec Christ? Je crois que le verset 2:10 nous donne la réponse: par une Grâce Créatrice. J'aime cette expression, « créés en Christ Jésus. » Ne soyez pas effrayés par ce mot et n'en minimisez pas le sens. Dieu utilise ce mot car c'était le seul mot disponible pour communiquer ce qui était nécessaire pour sauver des gens qui étaient morts, influencés par Satan, fils de la désobéissance, esclaves de leur propre nature, et enfants de colère. Rien d'autre ne pouvait les aider, à part tout recommencer. Ils avaient besoin d'être recréés, c'est pour cela qu'Il dit: « ayant été créés en Jésus Christ. »

Nous étions en si mauvaise condition que rien ne pouvait en être récupéré. Il n'y avait absolument aucune amélioration possible. Pas une once, pas un gramme, ne pouvait être réutilisé de tout cela. Il fallait une nouvelle création. Le mot création utilisé ici est le même que celui utilisé en Genèse « Il a créé à partir de rien. » Quand il nous a sauvés, il a commencé à partir de rien. Il n'avait rien pour commencer. La grâce n'est pas grande à cause de qu'elle trouve lorsqu'elle arrive dans notre vie. La grâce est grande à cause de ce qu'elle amène avec elle lorsqu'elle arrive dans notre vie. Elle commence avec rien, puis elle nous crée. De même qu'il n'y a pas d'évolution physique, il n'existe pas d'évolution spirituelle. La personne qui n'est pas sauvée, le pécheur, n'a pas de commencement jusqu'à ce que Dieu le crée, c'est ainsi que cela a commencé. Il y a plus de théologie dans cette vérité qu'il n'y en a dans bien des séminaires. Seul Dieu peut nous l'enseigner. S'il est vrai que Dieu a commencé avec rien, et qu'ensuite Il a dû à nouveau tout recommencer, comme Il l'a fait au commencement de la création, quelle est la place des mérites? Comment se glorifier? Comment pouvez-vous dire, j'étais un bon garçon, j'ai été à l'église, j'ai été baptisé, j'ai fait ceci et cela. Dieu a commencé avec rien. Il a tout créé à partir de rien, pour que personne ne se glorifie dans sa présence. C'est pourquoi j'appelle cela une Grâce créatrice.



NOUS SOMMES SON OEUVRE D'ART

Regardons à nouveau le verset 2:10. Non seulement il dit que nous avons été créés en Christ, mais il dit aussi que nous sommes Son ouvrage. Le mot grec utilisé ici est un mot vraiment merveilleux, c'est le mot « poeima » d'où nous vient notre mot poème. Pour bien comprendre l'impact de cela, il faut se rappeler ce qu'un poème signifiait pour les grecs anciens. Un poème était l'oeuvre d'un artiste. Ce mot n'est utilisé que deux fois dans la Bible. Le premier est dans Romains 1:20, qui parle de la création physique et qui l'appelle Son poème. Les choses qu'Il a faites, les choses qu'il a créées sont des poèmes. Le deuxième emploi de ce mot est ici, les chrétiens sont Son poème, ils sont Son oeuvre d'art. Il vous a créés à partir de rien et a fait de vous un poème, littéralement une oeuvre d'art. Lorsque vous regardez la création physique, vous tombez en admiration devant la perfection, la beauté, l'harmonie de la création de Dieu. Je n'ai pas encore eu l'occasion de voir beaucoup cette création de Dieu. Je n'ai pas vu le grand canyon, ou le désert. J'ai vu quelques lacs, des montagnes et la mer. Il y a beaucoup de beauté dans la création, des fleurs, des animaux, des insectes et ainsi de suite. Il y a beaucoup de beauté. Tout cela est appelé le poème de Dieu. Ensuite il prend les chrétiens et Il les appelle Son poème, Son ouvrage.

Je ne veux pas aller trop loin dans ce sens car cette notion d'ouvrage nous amène dans le salut présent, et nous verrons cela la prochaine fois. Cela implique que ce n'est pas encore terminé. Cela implique que lorsque Dieu commence une symphonie, Il ne la laisse pas inachevée. Ce qu'Il a commencé, Il l'achèvera aussi parce que vous êtes Son ouvrage. C'est pourquoi, étant Son ouvrage, vous pouvez avoir de l'espoir. Vous regardez peut être votre vie et vous dites: « oh, ma vie est pleine de choses non crucifiées. » Quand Dieu va-t-il agir? Ensuite vous pouvez revenir à cela, et voir que vous êtes Sa création, vous êtes Son ouvrage.



CREES POUR DE BONNES OEUVRES

Considérons autre chose encore dans le verset 2:10, il est dit « ayant été créés... pour de bonnes oeuvres, que Dieu a préparées d'avance, afin que nous les pratiquions. » Je reviendrai encore sur ce sujet mais j'aimerais déjà dire cela. Ne pensez pas que les bonnes oeuvres dans ce verset correspondent à des actes ou des actions particulières. Une sorte de service chrétien, comme faire une visite, ou donner de l'argent ou quelque chose semblable. Dans ce contexte, les bonnes oeuvres sont mises en opposition avec les oeuvres des personnes non sauvées qui marchent selon le cours de ce monde, qui sont influencées par le prince de la puissance de l'air et qui vivent selon les convoitises de leur chair. Mais le chrétien lui marche dans les bonnes oeuvres. Ce n'est pas un acte spécifique, mais c'est plutôt toute une vie, c'est une direction de vie.

Selon ce passage, les bonnes oeuvres ne sont pas la cause du salut, elles sont le résultat du salut. Cela émane d'une simple vérité, le fruit ne crée pas l'arbre, c'est l'arbre qui crée le fruit. Et lorsque Dieu a planté la semence du pommier, il a aussi planté le pommier. En même temps qu'Il a ordonné que la graine soit une semence de pommier, Il a aussi ordonné que le fruit soit une pomme. En d'autres termes, « Il n'a pas dit qu'il y ait un pommier », puis est revenu plus tard pour dire que « maintenant qu'il y ait des pommes. » Non, c'est lorsqu'Il a créé le pommier, c'est lorsqu'Il a planté le pommier qu'Il a aussi planté les pommes. Les fruits étaient déjà dans Sa pensée, tout autant que l'arbre. Nous lisons au verset 1:4:« vous avez été élus en Lui avant la fondation du monde, et choisis en Lui. » Vous direz peut-être: « je n'ai aucun problème à croire que j'ai été choisi en Lui. » Et c'est la même chose avec le fruit. Si vous avez été choisi en Lui, il en est de même du résultat de votre vie, du fruit de votre vie qui date d'avant la fondation du monde. Dieu les a préparés d'avance.

Laissez-moi vous le dire d'une façon très simple. Chaque chrétien est créé par Dieu, en un unique poème, en une oeuvre d'art unique, et avant que la terre ne soit, avant que ne vous soyez né, toute votre vie était planifiée pour vous. Tout était planifié et maintenant vous avez été créé pour marcher dans ce plan que Dieu a déjà préparé. Non seulement, Il vous a préparé et équipé pour le chemin que vous alliez emprunter mais Il a aussi préparé le chemin pour vous. De telle sorte que lorsque vous deux, vous et le chemin, vous vous rencontriez, vous soyez bien équipés. C'est ce qu'Il dit ici. Vous pouvez le croire de tout votre coeur, Dieu vous a équipé pour toutes les rencontres que vous aurez à faire dans la vie. Et Il prépare aussi toutes les opportunités, liées à l'équipement qu'Il vous a déjà donné. Votre passé était horrible, « mais Dieu » vous a créé et Il a un merveilleux dessein pour vous. De quelle façon, nous ne le savons pas. Cela peut-être de la joie, de la tristesse, des difficultés, des tragédies, des opportunités, nous ne le savons pas. Mais mes amis chrétiens; croyez le de tout votre coeur, le chemin sur lequel vous allez marcher est préparé d'avance. Cela a été planifié avant la fondation de monde.

Considérons encore le verset 2:10. Chaque chrétien est unique. Chaque chrétien est différent. Il vous a sauvé et vous a modelé. Lorsqu'Il vous a sauvé, qu'Il vous a recréé, en tant que poème, en tant qu'oeuvre d'art, en tant qu'oeuvre d'un artiste habile, Il a fait quelque chose en vous qu'Il n'a fait en aucun autre chrétien. Il a ensuite jeté le moule, et il n'y aura plus jamais une autre personne comme vous. N'essayez pas de changer, n'essayez pas d'être quelqu'un d'autre. Vous êtes créé en Christ Jésus, vous êtes Son ouvrage. Vous avez été créé pour un chemin sur lequel Il a prévu que vous marchiez, et cela dès avant la fondation du monde. Cela fait partie de vos richesses. Quelques avertissements avant de terminer.



AVERTISSEMENTS

Premièrement, n'essayez pas de mettre quelqu'un dans votre moule. Que vous soyez un carré, un rond, un diamant, ou un rectangle, marchez dans la lumière que Dieu vous a donnée, et n'essayez pas de faire rentrer les autres chrétiens dans votre moule pour essayer de les faire marcher comme vous marchez, parce que vous êtes unique, vous êtes l'ouvrage de Dieu. Vous avez été créé en Jésus-Christ, vous marchez sur un chemin qu'Il a prévu d'avance pour vous. Voilà le premier avertissement.

Deuxième avertissement, ne laissez personne vous faire entrer dans son moule. C'est la même vérité mais vue de l'autre côté. Les personnes essayent de vous culpabiliser, si vous ne marchez pas selon leur chemin, que vous n'avez pas leur fardeau, et que vous ne ressentiez pas les choses comme ils les ressentent, si vous ne suivez pas leur programme et que vous ne les rejoignez pas dans ce qui leur passe par la tête. Ne forcez personne à entrer dans votre moule, et ne laissez personne vous forcer à entrer dans son moule. C'est devant Dieu que vous marchez dans vos responsabilités. Soyez sûr qu'il ne s'agit pas seulement d'idées et de tradition d'hommes. Ne vous soumettez pas à la pression, soyez unique, soyez vous-mêmes. Laissez Dieu montrer au monde ce qu'Il peut faire avec une personne comme vous. Ne copiez pas les autres chrétiens.

Troisièmement, ne jugez pas quelqu'un qui n'est pas dans votre moule. Non seulement, ne le forcez pas, mais ne le jugez pas. Vous ne savez pas ce qu'est le plan de Dieu pour lui. Ne dites pas: « cette personne est si fainéante, elle ne s'implique jamais. » Vous ne savez pas. Il se peut qu'elle ait un ministère pour écrire des lettres, ou un ministère de prière retiré dans sa chambre que les hommes ne verront jamais. Je n'ai pas idée et vous n'avez pas idée de la façon dont Dieu va utiliser un tel ou un tel. Il se peut qu'il ait le don de donner de telle sorte qu'une main ne sache pas ce que l'autre fait. Ce n'est pas parce qu'il ne participe pas à notre programme qu'il est rétrograde. Ne nous jugeons pas les uns les autres.

Ne mettez pas quelqu'un dans votre moule et ne laissez pas les autres vous mettre dans leur moule. Ne jugez pas les autres moules. Nous avons tous un horrible passé, mais loué soit Dieu qui est riche en miséricorde, riche en grâce, Il nous a trouvés, Il nous a créés, Il nous a revivifiés, Il nous a rendus à la vie avec Lui. Nous sommes devenus Son ouvrage, Son oeuvre d'art, et Il a prévu le chemin sur lequel nous devions marcher. Cela n'était que le salut passé, et regardez déjà ce qu'Il a fait. Dans les prochaines leçons, nous verrons le salut présent et futur.

Ephésiens #5