EPHESIENS #15

(Ephésiens 6:10-24)

Par Ed Miller

Le texte qui suit est la transcription d'un message donné en anglais. La forme orale a été conservée, mais des titres de sections ont été ajoutés pour faciliter la lecture. (NdT)



RESUME

Bonjour et bienvenue dans notre quinzième leçon sur cette merveilleuse épître aux Ephésiens. Nous en arrivons à notre dernière leçon sur le livre d'Ephésiens mais cela ne veut pas dire que nous ayons épuisé tout ce qu'il renferme. En fait, nous avons à peine commencé à étudier le livre d'Ephésiens ensemble. Nous espérons avoir touché certaines des choses importantes que Dieu a voulu souligner ici et qui sont sur Son coeur. Nous avons vu Son oeuvre achevée et le fait que Dieu est un Père, l'unité du Corps, le fait que tous les chrétiens sont un, les richesses de notre union avec le Seigneur Jésus, la plénitude de Dieu et la simplicité de la foi. Nous avons touché certaines de ces choses importantes, parce qu'elles sont soulignées plusieurs fois à travers toute l'épître. Mais l'accent le plus fort, nous l'avons appelé le thème du livre, que nous avons essayé de garder à l'esprit tout au long de cette étude. Il est résumé au verset 3:8: « les richesses insondables de Christ. » Chaque chrétien est un multimilliardaire dans son union avec le Seigneur Jésus-Christ. Et chaque groupe de chrétiens est un groupe de multimilliardaires dans leur union avec le Seigneur Jésus-Christ.



DIEU NE VOUS DIT JAMAIS CE QUE VOUS DEVEZ FAIRE AVANT DE VOUS MONTRER D'ABORD CE QU'IL A FAIT

Nous avons intitulé les trois premiers chapitres: « des ressources illimitées », parce qu'il y a tant de choses en Christ. Ces trois chapitres expliquent tout ce que Dieu est pour nous, et tout ce que Dieu a fait pour nous rendre riches en Christ Jésus. Nous avons intitulé la deuxième partie du livre, les chapitres 4 à 6: « des responsabilités illimitées. » On demandera beaucoup à celui qui a beaucoup reçu. Malheureusement, de nombreux enseignants de la Parole de Dieu mettent l'accent involontairement sur la section des responsabilités de ce livre. D'ailleurs ils en font souvent de même pour toute la Bible. Ils disent qu'en priorité, nous devons parler de nos devoirs de chrétiens, de nos responsabilités, et de la discipline de la vie chrétienne. Dieu ne vous dit jamais ce que vous devez faire avant de vous avoir montré d'abord ce qu'Il a fait. Ensuite, tout ce que vous avez à faire est en réalité un résultat, un fruit de tout ce qu'Il a fait. Ce que nous faisons doit être fondé sur Son oeuvre achevée. Si ce n'est pas le cas alors c'est du légalisme, et cela sans exception. C'est pourquoi Dieu commence avec le chapitre 1 au lieu du chapitre 4, parce qu'Il veut d'abord poser une fondation d'où découleront les résultats que Dieu désire. Si nous sommes fondés dans les chapitres 1 à 3 alors les chapitres 4 à 6 seront vrais dans notre vie.

Une des bénédictions que nous avons dans notre famille, c'est qu'une fois par semaine, nous partons dîner avec un de nos six enfants. Ce sont des moments merveilleux parce que cela nous permet d'avoir la communion avec l'un après l'autre. Récemment nous avons emmené notre fils Steven; il a fait quelque chose qui me permet d'avoir une illustration pour ce message. Il avait un milk-shake mais les 3/4 de sa paille étaient en dehors du milk-shake. Il essayait péniblement de boire son milk-shake. Finalement, découragé, il s'est arrêté de le boire et a demandé une autre paille parce que celle qu'il avait ne fonctionnait pas bien. Il n'arrivait pas à goûter ce merveilleux milk-shake. C'était amusant de le voir essayer d'aspirer pour en retirer un peu de glace. En fait il ne fallait pas aspirer davantage, mais plonger la paille plus profondément dans le verre. Ainsi, il aurait vu qu'il était plus facile de boire ce milk-shake. Dans les faits, lorsque nous l'avons fait pour lui, sa soif a été satisfaite et il n'a pas demandé un autre milk-shake. Je crois que c'est une illustration de la vie et de ce que Dieu veut nous dire.



IL NE S'AGIT PAS TRAVAILLER SUR SOI, MAIS DE REVENIR A CHRIST

Dieu ne nous demande pas de travailler davantage mais de « plonger notre paille » plus profondément. Si nous ne recevons pas de nourriture, si tout ce que nous recevons c'est de l'air, des indigestions, et des douleurs, c'est peut-être parce que nous ne nous sommes pas assez enracinés dans la nature de Dieu Lui-même. Si je suis enraciné dans les chapitres 1 à 3, alors j'aimerai mon épouse et je serai capable de gérer ma famille et mes enfants. Je serai capable d'obéir à mes parents et de me soumettre à mon employeur. Mais si ma paille ne plonge pas profondément, je peux vous dire que tout cela, aimer sa femme, élever ses enfants, gérer les relations avec les voisins, sera un horrible esclavage. Tout ce que vous recevrez, c'est de l'air. Dieu ne me demande pas de plonger ma paille en Christ, et aussi d'aimer ma femme, comme s'il s'agissait de faire deux choses. Non, Il dit simplement: « Plonge ta paille en Christ et tu aimeras ton épouse. » C'est un test, cela met en évidence le fait que j'ai plongé ma paille. Si vous n'aimez pas votre épouse comme Christ a aimé l'Eglise, cela veut dire que vous avez besoin de courir à nouveau vers Christ, et non pas d'essayer de travailler sur l'amour, sur la soumission, ou sur l'obéissance. Vous n'avez jamais besoin de travailler sur ces choses. Vous avez uniquement besoin de courir à nouveau vers Christ, et une fois que vous serez ajustés à Lui, ces autres choses se mettront automatiquement en place. Si ce n'est pas automatique, ce n'est pas réel. C'est de la simulation, vous jouez à un jeu. Vous jouez à la vie chrétienne. Ce ne sont que des mots, c'est la différence entre la loi et la grâce. C'est tout le message d'Ephésiens.

Lorsque nous avons discuté des chapitres 4 à 6, nous avons découvert différentes responsabilités que nous avons appelées « des responsabilités bénies. » Ce ne sont pas des responsabilités terrifiantes, elles ne représentent pas un fardeau, ce sont des responsabilités bénies. Elles sont légères, le joug est doux et le fardeau léger parce que c'est le résultat de notre relation. Je ne vais pas reprendre les neuf responsabilités bénies que nous avons vues à travers les chapitres 4 à 6, nous verrons juste la dernière. Regardez le verset 6:10. Ce verset commence par les mots, « au reste » ou « pour conclure. » Il en reste une de plus. Au reste, nous voyons maintenant l'apogée, le sommet, de tout cela. Toutes les choses qui ont été citées nous emmènent vers cette dernière responsabilité. C'est l'objectif, c'est la consommation de l'ensemble. Dans un sens, la section que nous allons maintenant étudier représente le summum du livre d'Ephésiens. Dans les versets 6:10-24, nous avons le point culminant de tout ce qui est sur le coeur de Dieu le Saint-Esprit, de tout ce qu'Il a prévu dont nous devons jouir, de la façon dont nous devons vivre riches. Dans ce passage, Il nous amène vers cette apogée. Il va résumer tout ce qui a été vu avant et le sceller dans notre coeur pour qu'il puisse être réel.

Les versets 6:10-24 disent: « Au reste, fortifiez-vous dans le Seigneur, et par sa force toute-puissante. Revêtez-vous de toute l'armure de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable. Car nous n'avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. C'est pourquoi, prenez toute l'armure de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté. Tenez donc ferme: ayez à vos reins la vérité pour ceinture; revêtez la cuirasse de la justice; mettez pour chaussure à vos pieds le zèle que donne l'Évangile de paix; prenez par-dessus tout cela le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin; prenez aussi le casque du salut, et l'épée de l'Esprit, qui est la parole de Dieu. Faites en tout temps par l'Esprit toutes sortes de prières et de supplications. Veillez à cela avec une entière persévérance, et priez pour tous les saints. Priez pour moi, afin qu'il me soit donné, quand j'ouvre la bouche, de faire connaître hardiment et librement le mystère de l'Évangile, pour lequel je suis ambassadeur dans les chaînes, et que j'en parle avec assurance comme je dois en parler. Afin que vous aussi, vous sachiez ce qui me concerne, ce que je fais, Tychique, le bien-aimé frère et fidèle ministre dans le Seigneur, vous informera de tout. Je l'envoie exprès vers vous, pour que vous connaissiez notre situation, et pour qu'il console vos coeurs. Que la paix et l'amour avec la foi soient donnés aux frères de la part de Dieu le Père et du Seigneur Jésus-Christ! Que la grâce soit avec tous ceux qui aiment notre Seigneur Jésus-Christ d'un amour inaltérable! »

Comme vous pouvez le voir à sa lecture, c'est une section très riche, et bien entendu il y a trop de choses à voir en une seule leçon, si nous voulions les voir en détail. Je crois que si nous faisons un pas en arrière pour considérer ces passages avec un certain recul, nous pourrons saisir le grand mouvement de l'Esprit de Dieu. Et si nous pouvons voir ce qu'Il a sur le coeur alors nous pourrons y retourner plus tard et les considérer dans le détail. Je fais donc confiance à l'Esprit de Dieu pour qu'Il nous donne la grande passion qui est sur Son coeur, les grandes choses, et qu'ensuite dans votre temps libre, vous y retourniez pour voir les différents détails en vous tenant devant le Seigneur.

Laissez-moi vous donner un plan de ce que nous allons voir dans cette leçon pour nous aider à mieux analyser ce texte. Premièrement j'aimerais identifier le grand principe du livre. En d'autres termes, Il nous donne toutes ces responsabilités bénies et ensuite Il dit: « Finalement, considérez celle-ci! C'est la plus importante! C'est une grande responsabilité pour chaque chrétien. » Deuxièmement, comme Il le fait toujours, Il illustre les vérités spirituelles par des choses physiques. Nous verrons l'image physique qu'Il emploie et la vérité spirituelle qu'elle illustre. Ensuite parce que cette section est la section finale, c'est un merveilleux résumé de tout le livre et même de toute la vie chrétienne. J'espère que tout cela aura du sens pour nous.



LA RESPONSABILITE DU CHRETIEN EST D'AVOIR UNE VICTOIRE COMPLETE EN TOUT TEMPS SUR TOUS SES ENNEMIS

Quelle est cette responsabilité bénie « la plus importante » qui est pour tous les chrétiens? Le verset 6:10 commence par: « Finalement », finalement quoi? Vers quoi veut-Il nous amener? Que veut-Il dire? Laissez-moi vous l'exprimer dans de simples mots, puis ensuite les détailler, afin que cela devienne vrai dans notre coeur. Son point peut être résumé par ces mots: la responsabilité du chrétien est d'avoir une victoire complète sur tous ses ennemis. Voilà le coeur de tout cela. C'est la responsabilité chrétienne d'avoir une pleine victoire en tout temps sur tous ses ennemis. C'est le contexte de ce passage. Comme vous l'avez remarqué lorsque nous l'avons lu, il s'agit d'une guerre, il s'agit d'une sainte guerre. Il y a deux côtés, il y a des soldats dans leurs armures, les ruses du diable, des épées et des flèches enflammées.

Le verset 6:12 dit que nous sommes engagés dans une lutte, nous luttons contre les dominations, contre les autorités. Watchman Nee appelle cela le « combat aux siècles des siècles. » Un commentateur d'Ephésiens propose le plan suivant: « Les bénédictions, la marche et le combat du chrétien. » Et il termine par le combat. Watchman Nee dans son livre « Etre assis, marcher, tenir ferme » (je vous le recommande) souligne que nous sommes assis devant le Seigneur, nous marchons devant le monde, et ensuite nous tenons ferme face à l'ennemi. Il termine avec le conflit, avec la bataille. En réalité dès le début de notre Bible, il nous a été suggéré qu'il allait y avoir une guerre. La semence de la femme était en guerre avec la semence du serpent. Il y a deux trônes qui se font la guerre, le trône de Satan contre le trône de Dieu. John Bunyan qui a écrit le voyage du pèlerin (c'est aussi un classique que vous devez lire), a également écrit d'autres livres dont l'un s'appelle la guerre sainte, il faut aussi que vous le lisiez. Il l'a écrit sous forme d'allégorie. Et dans ce livre, « la guerre sainte », la ville qu'il décrit s'appelle Mansoul (L'âme de l'homme NdT), et au-dessus de cette ville se passe une guerre entre Shaddaï et Diabolus.

Ainsi toute cette section se termine par un conflit, une lutte, une bataille. Le livre se terminant de cette manière, ce passage a souvent été mal compris. Certaines personnes ont bien du mal à mettre toutes ces choses ensemble. Y a-t-il une guerre ou est-elle terminée? La guerre ne s'est-elle pas achevée sur la Croix du Calvaire? Le Seigneur n'y a-t-il pas mis fin? Comment comprendre qu'il y ait encore des luttes? Si Christ a vaincu Satan, le péché, la mort, l'enfer et tout ce qui est mal, comment se fait-il qu'il ait encore des luttes avec ces choses? Dans quel sens devons-nous lutter? Essayez de saisir l'impact de cette révélation. Tout le livre d'Ephésiens nous dit à quel point nous sommes riches en Christ. J'imagine que si un artiste voulait illustrer l'épître aux Ephésiens, il la peindrait avec un lever de soleil, des ruisseaux et des petits animaux. C'est un livre tendre, il nous dit à quel point nous sommes riches. Il y est question d'une douce brise, d'amour et de paix. Cela parle de notre merveilleuse union spirituelle avec notre merveilleux Seigneur Jésus, et ce que veut dire marcher en communion avec Lui, notre vie débordant de tranquillité, de paix, d'humilité, d'amour, d'unité, tous unis ensemble en Lui. C'est une vie merveilleuse. Et tout d'un coup vous en arrivez au verset 6:10, la scène change, vous ouvrez les yeux et vous êtes en territoire ennemi.

Regardez le verset 6:20 qui dit: « Pour lequel je suis ambassadeur dans les chaînes. » Lorsque Paul a écrit cela, il était enchaîné à un garde romain. Cela fait un choc d'en arriver à ce passage. Cela me rappelle Apocalypse 1:10, lorsque l'apôtre Jean était sur l'île de Patmos, tout seul. Apocalypse 1:10 dit: « J'étais dans l'esprit le jour du Seigneur. » Je l'imagine assis en train de méditer, peut-être assis sur un rocher regardant vers la mer, et méditant, « J'étais dans l'esprit le jour du Seigneur, et j'entendis derrière moi une voix forte, comme le son d'une trompette. » Pouvez-vous imaginer cela? Il est assis sur un rocher en train de méditer, et tout d'un coup derrière lui, il entend une voix forte, comme le son d'une trompette. Lorsqu'il entend cela, il se retourne pour voir qui est en train de parler. Et il dit: « Quand je le vis, je tombai à ses pieds comme mort. » Je puis vous dire que cela m'aurait terriblement effrayé. Si jamais j'étais en train de méditer sur le Seigneur ou même sur autre chose, tout seul dans le silence de la méditation, et que subitement quelqu'un vienne en silence derrière moi, et souffle dans une trompette, je sursauterais sur place. Le chapitre 6 me fait le même effet. Je lis au sujet de toutes ces richesses que j'ai en Jésus. La dernière chose dont nous avons parlé est d'aimer notre épouse, d'élever nos enfants en les instruisant et en les corrigeant, et de nous soumettre aux autorités. Nous avons parlé d'union, de plénitude et de relation, et tout d'un coup nous nous tenons en armure sur le territoire de l'ennemi, face à tous nos ennemis de l'enfer. Il y a quelque chose qui s'est passé, quelque chose a changé.

Le grec est ici très intéressant, parce qu'il parle d'accrochages mineurs, d'attaques majeures, et d'armes offensives. Cela parle d'une armée brillante, organisée, plus grande que la chair et que le sang et que tout le système de ce monde. Pensez simplement à tout le système mondial, avec toutes ses armées, tous ses navires, et tous ses avions. Eh bien, tout cela est bien plus petit et n'a même rien à voir avec ce dont nous parle Ephésiens 6. Le texte parle des ruses et des stratagèmes de Satan et de tous ses démons. Vous luttez contre les principautés, les dominations, les autorités, les princes de ce monde de ténèbres, les esprits méchants dans les lieux célestes. Alors je me demande: « Mais que se passe-t-il? Je naviguais bien, et tout d'un coup, un énorme vent s'est levé, et a failli renverser mon petit bateau. Quelle est mon implication dans tout cela? »

Certains suggèrent qu'il parle de la guerre entre nos deux natures, l'ancienne nature pécheresse et l'Esprit de Dieu, l'ancien homme contre le nouvel homme. L'ancien homme veut pécher, il veut suivre sa propre voie, l'esprit est bien disposé mais la chair est faible. Ils disent que c'est une image de la vie chrétienne avec Satan se cachant dans les buissons, comme un lion rugissant. Vous devriez être sur vos gardes et garder vos yeux ouverts, parce que vous ne savez jamais quand il va sauter hors de sa cachette, il vous aura. Ils disent que vous devez toujours être en alerte, parce que vous êtes un soldat chrétien et que l'ennemi est là dehors, qu'il va vous attaquer dans vos pensées, dans votre âme, dans votre esprit, dans votre corps, lorsque vous vous levez, lorsque vous êtes faibles, et malades, ou même en bonne santé. Ils disent qu'à tout moment il y a des ennemis autour de vous attendant de vous dévorer. De quoi parle t-il, qu'est-ce que cette guerre, pourquoi ce changement?



NE PAS CONFONDRE L'ILLUSTRATION ET LA VERITE QUI EST ILLUSTREE

J'aimerais identifier pour vous ce que je crois l'Esprit de Dieu veut nous dire ici. La grande responsabilité du chrétien, de chaque chrétien, est d'avoir une pleine victoire en tout temps. Voilà votre responsabilité et la mienne. Quelle que soit cette guerre, et quelle que soit la façon dont cela m'engage, la façon dont j'y suis impliqué, nous devons avoir une entière victoire. Ma responsabilité est d'avoir une pleine victoire dans cette guerre et c'est aussi votre responsabilité. De la même manière que dans le chapitre 5, j'étais responsable de marcher dans la lumière du Seigneur, dans la joie du Seigneur et en union avec le Seigneur, maintenant ma responsabilité est d'avoir toujours la victoire sur tous les ennemis, le monde, la chair et Satan.

Pour que cette vérité prenne tout son sens, laissez-moi identifier pour vous l'illustration physique que l'Esprit de Dieu utilise. Une fois que nous aurons vu l'illustration physique, alors nous pourrons voir ce qu'Il veut illustrer. J'ai souligné la dernière fois, et je le ferai de nouveau, que vous devez faire la distinction entre l'illustration et la vérité qui est illustrée. Ne prenez pas cela à la légère, parce que des milliers de chrétiens ne regardent pas l'illustration en détail, ils ne voient donc pas clairement les choses, et ne savent pas ce qui est illustré. L'illustration n'est pas le sujet, pas le point. Elle ne fait qu'illustrer le sujet. Vous devez donc considérer l'illustration et voir ensuite le point que l'Esprit Saint veut illustrer.

Certains ne vont jamais au-delà de l'illustration. Ils disent comme dans le chapitre 5, c'est un passage sur la lumière, un passage sur le vin, et un passage sur la famille. Mais Ephésiens 5 n'est pas un passage sur la famille, c'est un passage sur l'union avec Christ illustrée par la famille, mais ce n'est pas un passage sur la famille. La famille est l'illustration. Ce ne sont pas les relations entre l'épouse et l'époux qui constituent son sujet, il ne s'agit pas d'un chapitre sur le rôle des maris par rapport à leur femme, et des femmes par rapport à leur mari. Il dit qu'Il ne parle pas de cela, Il parle au sujet de Christ et de l'Eglise. C'est un passage sur l'union avec Christ.



L'ILLUSTRATION EST LE SOLDAT ROMAIN DANS SON ARMURE

L'illustration dans les versets 6:10-20, l'illustration physique est le soldat romain dans son armure. Voilà l'illustration. L'apôtre Paul savait à quoi ressemblait l'armure du soldat romain. Il a été enchaîné pendant quatre ans à un soldat romain. Les soldats romains se succédaient, ils surveillaient Paul chacun leur tour, chacun prenant son service. Le soldat romain changeait tous les quatre ou six heures, mais Paul ne changeait jamais. Le prisonnier était toujours là, et il avait donc une merveilleuse opportunité pour regarder cette armure romaine. Il l'a vue tous les jours pendant quatre ans. Avant de vous exposer quel est le sujet, je pense qu'il serait utile de prendre le temps de regarder cette illustration, qui a dû venir à l'esprit de Paul en considérant cette armure romaine.

Examinons d'abord le côté physique et ensuite nous verrons la réalité spirituelle. J'ai essayé de visualiser ce que l'apôtre Paul a vu. Certaines personnes qui ne comprennent pas l'illustration en retirent des vérités spirituelles qui ne sont pas bibliques. Par exemple, j'ai un jour entendu quelqu'un prêcher un sermon sur ce passage et faire ce commentaire: « Avez-vous déjà remarqué qu'il n'y a pas d'armes pour le dos, et par conséquent lorsque les gens se détournent ou désertent, ils sont en danger. Si vous détournez vos yeux du Seigneur alors Satan aura le champ libre, vous serez exposés car il n'y a pas d'arme pour le dos. »

Vous voyez, ce genre d'interprétation montre que vous n'avez pas compris l'illustration, et donc pas non plus ce qu'elle signifie. Parce qu'au verset 6:14, vous avez l'arme pour le dos, « la cuirasse de la justice. » Vous direz peut-être que la cuirasse est pour la poitrine, et non pour le dos. Si vous comprenez comment était la cuirasse du soldat romain alors vous saurez que la cuirasse passait derrière la tête, et elle couvrait aussi bien le devant que le derrière. Il était protégé de toutes parts. Ce n'est qu'une illustration mais vous avez besoin de bien voir l'illustration pour ensuite discerner les principes. Quel que soit le principe que Dieu illustre par cette armure romaine, Il ne voulait sûrement pas laisser penser que le soldat était exposé d'une façon ou d'une autre, et qu'il pouvait être touché ou blessé.

Paul ne décrit pas cette armure, comme moi je l'aurai fait, parce que je ne connais pas les armures romaines. Personnellement, j'aurais raisonné de façon logique, je l'aurais décrite de la tête aux pieds ou des pieds à la tête. Mais Paul commence au milieu et mélange tout, il ne suit pas un ordre logique. Les commentateurs nous disent que c'est l'ordre dans lequel le soldat mettait son armure. Il commence en fait selon un ordre logique, au verset 6:14 avec la ceinture militaire. Si vous connaissiez comment est constituée l'armure romaine, vous sauriez pourquoi il commence là, tout simplement parce que tout était tenu par la ceinture du militaire. Elle maintenait la cuirasse, l'épée et toutes les autres parties reposaient sur elle; c'était donc la partie la plus importante. Je pense que si vous voulez en tirer une application spirituelle, la ceinture correspond à la vérité, et je peux voir à quel point la vérité est une partie importante. Par conséquent tout est tenu ensemble par la ceinture « militaire » de la vérité. La ceinture tient le tout ensemble. Si une partie de ma vie n'est pas « vraie », alors dans ce cas, je risque de chuter moralement. Le même danger s'applique à vous et à tous les chrétiens. Nous pouvons donc dire que la ceinture du militaire représente la vérité, et sans elle la cuirasse de la justice nous incommoderait et le reste à l'avenant.

Laissez-moi vous décrire quelques parties de l'armure pour bien la voir et ensuite nous en viendrons à la signification spirituelle. Je vais simplement les passer en revue, parce qu'elles ne sont importantes que pour l'exemple. Ce n'est que l'illustration, c'est la point est important. Le verset 6:15 dit: « Mettez pour chaussures à vos pieds le zèle que donne l'Évangile de paix. » Les chaussures militaires étaient appelées « les caligae »; elles étaient des sandales militaires lacées, faites de lanières de cuir. Elles ne recouvraient pas seulement les pieds, elles montaient à mi-mollet. Elles protégeaient bien les doigts de pieds. Le but était de se protéger lorsque vous passiez à travers les buissons, et qu'il y avait des serpents. Les semelles étaient garnies de clous ce qui donnait de la stabilité, et ainsi le soldat était capable de tenir ferme et de combattre.

Le verset 6:16 parle du « bouclier de la foi. » Les Romains utilisaient deux sortes de boucliers. L'un était appelé « scutum », c'était le grand bouclier. Il reposait sur le sol et protégeait tout le corps, car il épousait le corps de la personne. Mais parfois ils utilisaient le petit bouclier; il était attaché à votre arme. Vous pouviez ainsi bouger en avant et en arrière et vous aviez une bonne dextérité avec. Il était fait de bois ou de cuivre, mais il était toujours recouvert de peau de bête ou de cuir. Avant une bataille, ces peaux étaient imbibées d'eau parce que certaines flèches étaient enflammées. Ainsi, lorsqu'elles pénétraient dans le bois du bouclier, l'eau retenue par la peau pouvait éteindre le feu. Paul avait peut-être cela à l'esprit en parlant de flèches enflammées. Peut-être pensait-il aussi aux Scythes qui utilisaient des flèches différentes trempées dans du venin de serpent, ils avaient des projectiles empoisonnés. Par conséquent, le feu auquel Paul fait référence ne serait pas une flamme mais l'inflammation dont vous étiez atteints lorsque vous étiez touchés par une de ces flèches empoisonnées. Mais en tout état de cause, ils disposaient d'un bouclier pour s'en protéger.

Au verset 6:17, il est parlé du « casque du salut. » Le casque romain avait une haute crête. Il existait un test pour le casque qui s'appelait le test de la hache de guerre. Avant de donner le casque au soldat, on le posait le casque au sol et un grand et fort soldat romain frappait de toutes ses forces sur le casque avec la hache de guerre. S'il était cabossé, il était rejeté. C'était le test du casque. C'était donc un casque très solide qui protégeait la tête. Il comportait du cuir à l'intérieur. Ensuite il est fait mention de « l'épée de l'Esprit », au verset 6:17. Je pensais que l'épée était une de ces lames très longues. Mais ce n'est pas le mot qui est utilisé dans le grec. C'est plutôt une dague qui était maintenue par la ceinture militaire. Cette épée était très tranchante, elle permettait de se déplacer facilement en ayant beaucoup de dextérité. Pour tester l'épée, ils jetaient en l'air une étoffe en soie, et lorsqu'elle retombait sur la lame de l'épée, l'étoffe devait être coupée par le simple poids du tissu. Si le tissu ne se coupait pas en deux, l'épée n'était pas suffisamment aiguisée, et l'on retournait l'aiguiser. L'image ici est que l'épée de l'Esprit est la Parole de Dieu, et vous pouvez voir combien cette illustration est puissante.

Certains soulignent lourdement le fait que presque tous les éléments de cette armure étaient défensifs et que les seuls éléments offensifs se trouvent aux versets 6:17-18, l'épée et la prière, la Parole de Dieu et la prière. Il y a un élément de vérité en cela, mais ce n'est pas 100% exact parce que l'épée était en même temps offensive et défensive. Ils l'utilisaient pour se protéger comme pour attaquer. C'est également vrai de la prière.

Tous ces détails constituent l'illustration, mais maintenant, la question est la suivante: qu'est-ce que Dieu le Saint-Esprit veut illustrer ici? Il a pris cette armure romaine et chacune de ses parties, et je pense que c'est ainsi que Paul l'a vue, mais que voulait-Il illustrer? La plupart des commentaires dont je dispose nomment cette section: la panoplie du soldat chrétien, c'est-à-dire l'armure complète du chrétien. Ils disent que l'armure n'est pas une seule chose, mais de nombreuses choses. Ils affirment que le chrétien n'a pas seulement besoin d'une chose mais de nombreuses choses, et si le chrétien veut être en sûreté dans la vie chrétienne alors il a besoin de beaucoup de choses. C'est à dire:

• Verset 6:14: « La ceinture de la vérité »
• Verset 6:14: « La cuirasse de la justice »
• Verset 6:15: « les chaussures à vos pieds, le zèle que donne l'Évangile de paix »
• Verset 6:16: « Le bouclier de la foi »
• Verset 6:17: « Le casque du salut »
• Verset 6:17 « L'épée de l'Esprit, qui est la Parole de Dieu »

Ils disent donc que Paul enseigne qu'il faut être protégé de la tête aux pieds. Ils disent: « Si vous avez la foi, mais que vous n'êtes pas assez forts sur la vérité alors Satan aura une possibilité d'accès. Si vous avez le casque du salut, mais que les chaussures à vos pieds, ne sont pas le zèle que donne l'Évangile de paix, alors vous allez probablement trébucher et tomber. Admettons que vous ayez bien mis vos chaussures mais que vous ne soyez pas protégés par le bouclier de la foi, Satan viendra et pourra vous atteindre par une flèche enflammée. Cette flèche peut être le poison d'une fausse doctrine, et elle pourra vous atteindre ou alors ce sera le feu des passions. » Ils disent encore: « Vous êtes engagés dans une guerre, alors vous feriez mieux de garder votre casque, sinon vous aurez de mauvaises pensées. Vous entretiendrez des doutes et de la suspicion envers le Seigneur. Si vous ne ceignez pas votre ceinture de la vérité, cela affectera la cuirasse de la justice, parce qu'elle y est attachée et elle sera donc desserrée. Et si vous négligez la cuirasse de la justice, alors votre coeur sera exposé, et Satan pourra peut être lui causer toutes sortes de blessures. N'oubliez pas non plus de penser à utiliser votre épée, c'est votre couteau, c'est votre dague, vous avez besoin de l'épée, il faut mémoriser les versets, soyez prêts à montrer ce que vous croyez et pourquoi vous le croyez, pour barrer la route à l'Ennemi en lui montrant en quoi il trompe. Apprenez les doctrines, apprenez à utiliser votre épée. Apprenez à être capable de dire à Satan: « Il est écrit. » Utilisez vos armes. Et n'oubliez pas de prier, la prière change les choses, et Satan tremble lorsqu'il voit même le plus faible des saints à genou. »

Comme vous l'avez sûrement compris, je ne partage pas du tout cette manière de penser. Pendant des années, j'ai raisonné ainsi et cela m'a occasionné beaucoup de problèmes dans ma vie chrétienne. Considérant que la vie chrétienne était un champ de bataille et que mon seul espoir était cette armure du chrétien, je pensais avoir besoin de cette armure chrétienne composée des sept éléments que sont la vérité, la justice, la paix, la foi, le salut, la parole de Dieu, et la prière. Je pensais avoir toujours besoin de ces sept éléments, et être en règle avec chacun d'eux sous peine d'être battu. Pour être en sécurité, je croyais devoir posséder ces sept choses en même temps.

Avez-vous déjà essayé de vivre de cette manière? Laissez-moi vous décrire ma vie. Je travaillais durement sur mes sandales pour être sûr d'avoir la paix dans mon coeur, je partageais l'Evangile avec d'autres et je témoignais. Mais pendant que je travaillais sur mes chaussures, je fus poignardé dans ma poitrine. J'ai donc décidé de plutôt travailler sur ma cuirasse que sur mes sandales, parce que ma poitrine était plus vulnérable. Mais pendant que je travaillais sur ma justice, je fus frappé à la tête. J'ai donc commencé à travailler sur mon casque. Puis pendant que je travaillais sur mon casque, j'ai trébuché sur une pierre; j'ai donc pensé qu'il valait mieux que je retourne à mes pieds, et recommencer à travailler sur mes sandales. J'ai donc retravaillé sur mes sandales et sur mon casque tout en essayant de remettre ma cuirasse de la justice, mais ma ceinture est tombée. Pendant que je remettais ma ceinture, quelqu'un a volé mon bouclier.

Rien n'allait plus correctement. J'ai travaillé sur toutes ces parties de l'armure et j'ai fini par me cacher derrière mon épée et frapper avec mon bouclier. Je faisais tout à l'envers. Lorsque je lis un verset comme le verset 6:16, j'ai l'impression qu'il se moque de moi. Il dit: « Avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin. » Mais moi je n'arrivais même pas à en éteindre un seul. Et pourtant Dieu dit que je serai capable de tous les éteindre. Je me sentais comme poignardé dans le dos. Je n'avais pas l'impression d'avoir la victoire dans ma vie, j'étais profondément exténué, je n'arrivais à éteindre aucune des flèches.

Je pense que chaque chrétien a goûté l'amertume qu'il y a à pécher devant Son Dieu, à tomber, à être touché, à être rebelle. Je peux vous dire que j'étais esclave de ma propre nature. Toute ma vie était un cycle, je péchais devant Dieu, je demandais pardon avec des larmes, j'étais restauré, mais je retombais sur ma face à nouveau. Ensuite Dieu me faisait grâce, Il me restaurait à nouveau, je confessais mon péché, je me mettais en règle avec Dieu, puis je partais et refaisais exactement la même chose. Je n'avais aucune force. Je n'avais aucune puissance sur ma vie. Et plus je travaillais sur cette « armure du chrétien », plus cela s'aggravait. C'était de pire en pire. Et ces versets que Dieu, de façon évidente, a donnés pour procurer un espoir: « Avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin », me faisaient mal, ils me ridiculisaient. Parfois dans mon coeur, je me demandais si cette Bible était vraiment douce comme le miel, comme tout le monde le disait. Je me demandais si tout le monde avait la victoire qu'il prétendait ou pensait avoir parce que moi, je courais après la victoire et j'étais certain de ne pas l'avoir.

A cette époque, je ne pouvais même pas avoir, pendant une journée, la victoire sur un des plus petits péchés, alors quand je lisais un verset comme 6:12 qui dit: « Car nous n'avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. » Je pensais: « C'est tellement grand, je ne peux même pas tenir ma langue et maintenant il me faut encore combattre toutes les puissances de l'enfer, je dois combattre Satan avec tous ses démons, avec toutes leurs ruses. » Quelle fin pour ce livre d'Ephésiens! Lorsque vous le lisez, vous êtes tout excités de découvrir que vous pouvez vivre riches. Et ici il est dit que pour vivre riches, vous devez lutter contre les forces de l'enfer, détruire toutes les puissances du mal, et prendre le contrôle sur votre propre moi. Cela ne me donnait pas beaucoup d'espoir de victoire.



LA VICTOIRE N'EST PAS UNE CHOSE, C'EST UNE PERSONNE

Et pourtant ma responsabilité est d'avoir la victoire en tout temps. Me demander de traverser l'océan à la nage, d'attraper la lune ou de ressusciter un mort me serait plus facile que d'avoir la victoire sur le péché. Mais de quoi est-il en train de parler? Vous voyez, si je vous dis tout cela, ce n'est pas seulement parce que j'ai été tellement exténué, mais aussi parce que j'ai vu tant de chrétiens profondément exténués. Ils prennent l'illustration, « l'armure du chrétien » et ensuite ils disent, voilà ce que cette armure illustre. Mais cela n'illustre pas ce que je viens de dire. Ce n'est pas et n'a jamais été l'intention de Dieu. La responsabilité de chaque chrétien est d'avoir la victoire. La victoire n'est pas une chose, c'est une Personne. Certains chrétiens parlent de la victoire comme si c'était une chose. Si on leur demande: « Avez-vous la victoire? » Ils répondent: « Parfois, pas tout le temps. » Si on leur demande: « Avez-vous la victoire maintenant? » Ils répondent: « Je ne sais pas. » Ils y pensent comme si c'était une chose. La victoire n'est pas une chose.



L'ARMURE EST UNE IMAGE DE DIEU

Cette illustration de l'armure du chrétien que Dieu nous donne n'est pas une image de la vie chrétienne, ce n'est pas une image de la terrible lutte entre les deux natures, ce n'est pas une image de la terrible guerre qu'il y a entre l'enfer et le ciel. Ce n'est pas Son intention, et Il n'a jamais eu cette intention, il ne s'agit pas du tout de cela. Retournons en prison avec l'apôtre Paul. Pendant quatre ans, il a été maintenu dans une prison romaine, enchaîné à un soldat romain. Pendant quatre ans, ses gardiens se sont succédés quatre fois par jour. Six mille fois Paul a donc vu entrer dans sa cellule un soldat revêtu de toute son armure. Puis un jour, lorsque Dieu le Saint-Esprit l'a inspiré pour écrire le livre d'Ephésiens, Dieu a mis sur son coeur une merveilleuse image. Il a regardé le soldat entièrement revêtu de son armure, et a pensé: « Voici une grande image du chrétien entièrement habillé en Son Dieu. » L'armure romaine n'est pas une image de la terrible lutte entre l'ancienne et la nouvelle nature. Paul ne parle pas de cela. L'armure est une image de Dieu. Le verset 6:11 dit: « Revêtez-vous de toute l'armure de Dieu. » Il ne s'agit pas d'armes que Dieu donne, mais de « toute l'armure de Dieu. » Le verset 6:13 dit: « C'est pourquoi, prenez toute l'armure de Dieu. » Ce n'est pas une panoplie à laquelle Dieu pourvoit, mais c'est Lui-même qui est l'armure.

C'est pour cela qu'en 6:10 il est écrit: « Fortifiez-vous dans le Seigneur et par sa force toute-puissante. » C'est pourquoi dans un passage parallèle à celui-ci, nous lisons: « Revêtez-vous du Seigneur Jésus-Christ. » (cf. Romains 13:14) Pourquoi devez-vous revêtir le Seigneur Jésus-Christ? Vous êtes habillés en Lui comme un soldat était habillé dans son armure. Paul a vu le soldat dans son uniforme et a pensé au chrétien dans son uniforme. L'armure de Dieu est une Personne. La victoire n'est pas une chose, la victoire est une Personne. Chaque chrétien est responsable d'avoir la victoire. Chaque chrétien a la responsabilité de rester habillé dans Son Dieu, des pieds à la tête, habillé dans le Seigneur. C'est pour cela que nous pouvons lire:

• Verset 6:11: « Afin de pouvoir tenir ferme »
• Verset 6:13: « Afin de pouvoir résister »
• Verset 6:14: « Tenez donc ferme »

Je pensais d'abord que Dieu avait changé d'idée dans le chapitre 6, mais il n'en est rien. Vous voyez, le Saint-Esprit de Dieu n'a pas changé de langage et de sujet en plein milieu. Il ne dit pas: « Vous êtes riches mais cela va être dur » ou bien encore: « Vous avez d'incroyables richesses en Christ mais vous allez devoir lutter. » Il ne dit pas cela. Il dit: « Vous êtes immensément riches », et ensuite il amène le tout à son apogée et Il dit: « Vous êtes revêtus de Dieu. » Comment pourriez-vous être plus sûrs?



VOUS ETES EN DIEU ET DIEU EST EN VOUS

Nous sommes vraiment enthousiasmés par cette vérité que 100% de Dieu vit en nous, c'est le Seigneur qui nous habite. C'est le Saint-Esprit dans mon coeur, tout Dieu en moi! Savez-vous comment Ephésiens se termine, pas avec Dieu en vous mais avec vous en Dieu! Vous êtes en Lui! Il est l'armure et vous êtes dans l'armure. C'est merveilleux de savoir que Christ est en moi, mais je suis également en Lui. Vous êtes entièrement revêtus de Dieu et Dieu est l'armure. Comment pourriez-vous être plus sûrs? Vous voyez, cela fait partie de vos richesses. Il est si tragique, et cela concerne toute l'Eglise de Dieu de nos jours, de voir des chrétiens si effrayés. Ils sont effrayés par le péché, effrayés par les sorcières, effrayés par les mouvements qui se manifestent dans le monde, effrayés par les pécheurs et effrayés par le diable. Ils disent: « Oh! Cela va si mal au dehors. Les choses sont si terribles. Le péché est partout. » Ils sont si effrayés. Mais Dieu ne considère pas les choses ainsi. Si je demandais aux chrétiens les plus instruits de citer la plus grande bénédiction dans leur vie, je me demande si j'en trouverais un seul pour répondre que Satan est une des plus grandes bénédictions de sa vie. Lorsque vous avancerez avec le Seigneur, vous verrez pourtant qu'il est une des plus grandes bénédictions de votre vie. Dieu fait « transpirer » Satan pour faire de vous un meilleur chrétien, de la même façon qu'Il l'a fait pour Job. Job se portait bien mieux après l'intervention de Satan, qu'il ne l'était avant. Seriez-vous un meilleur chrétien maintenant s'il n'y avait pas de diable? Vous voyez, vous ne le seriez pas. Dieu l'utilise pour votre bien.



NOUS N'AVONS PAS A COMBATTRE POUR LA VICTOIRE, NOUS NOUS TENONS DANS LA VICTOIRE

Il est tragique de voir des chrétiens qui pensent être des soldats qui ont une bataille à gagner. Il n'y a aucune bataille à gagner, il n'y a pas de lutte. Il ne dit pas: « Attaquez, chargez, avancez, prenez le pays. » Il dit juste: « Tenez ferme. » Pourquoi? Il dit: « Tenez ferme », parce qu'il n'y a rien à conquérir, il n'y a rien à gagner, il n'y a pas de pays à conquérir. Il ne s'agit pas lutter pour prendre une autre colline, et ensuite de lutter pour prendre un autre terrain. Nous sommes aussi en sécurité qu'un bébé sur le sein de sa mère. Nous ne pourrions pas être plus en sûreté. Nous sommes habillés en Dieu. Il est sur le point de fermer ce livre et Il dit: « Voici votre plus grande responsabilité. Je vous ai montré toutes ces grandes responsabilités et voici la plus grande, tenez-vous simplement en Dieu, habillés de Dieu des pieds à la tête. Voilà votre plus grande responsabilité. » Vous ne pouvez jamais faire une chose plus grande, c'est une image du repos.

Vous voyez, ceux qui enseignent que nous avons à combattre pour la victoire tordent les Ecritures. Nous n'avons pas à combattre pour la victoire, nous nous tenons dans la victoire. La victoire est déjà acquise. Chaque personne, chaque chrétien qui essaie d'obtenir la victoire, perd le fondement de la victoire. Vous ne pouvez pas essayer d'obtenir la victoire, la victoire est une Personne. Si vous êtes chrétiens, vous avez la victoire parce que vous avez Christ, et Christ est la Victoire. Tous les chrétiens ont la victoire, ils ne sont pas tous entrés dans ce qu'ils ont, mais ils l'ont. Tous les chrétiens ont Christ et par conséquent, ils ont la victoire. Certains ne comprennent pas l'oeuvre achevée de Christ. Ils ne comprennent pas leur union avec Christ. Ils essaient constamment de gagner des batailles et d'avoir la victoire sur la chair, sur le monde et sur le diable. Vous n'êtes pas sensés faire cela. C'est Lui qui a la victoire sur le monde. C'est Lui qui a la victoire sur la chair. C'est Lui qui a la victoire sur le diable et vous êtes en Lui, alors restez simplement en Lui. C'est la seule chose qu'Il vous ait jamais appelés à faire.

Certains chrétiens passent toute leur vie chrétienne à lutter. Ils luttent contre la fierté, contre le moi, contre l'impatience, contre la léthargie, contre la colère, contre la convoitise, ils combattent tout le temps le diable. Nous devons vivre comme des riches. Dieu nous a donné Ephésiens pour que nous sachions comment nous tenir habillés en Dieu. La bataille est finie, la guerre est terminée, il n'y a plus de raison qu'il y en ait encore. Nous nous tenons sur un terrain déjà conquis. Quelle est la responsabilité de tous les chrétiens? D'avoir la victoire. Quelle est l'illustration? L'armure romaine. Quelle est l'image qu'elle véhicule? Etre revêtu de Dieu des pieds à la tête.

Laissez-moi vous montrer en quoi cette section est un merveilleux résumé de tout le livre et même de toute la vie chrétienne. Cette section est un résumé du livre d'Ephésiens et de la vie chrétienne de trois façons. Premièrement elle pose une grande fondation, l'union avec Christ. Deuxièmement, elle nous rend attentifs aux ressources suffisantes et complètes que nous avons, le casque du salut, la cuirasse de la justice, la ceinture de la vérité, le bouclier de la foi, les chaussures du zèle que donne l'Évangile de paix, l'épée de l'Esprit et les prières par l'Esprit. Qu'y a-t-il de plus à avoir? Tout est dans l'armure, il n'y besoin de rien d'autre. Vous êtes revêtus des pieds à la tête en Dieu. De quoi auriez-vous encore besoin? Troisièmement, c'est un résumé dans le sens où cette section met l'accent sur la simplicité de tout cela.

• Verset 6:13: « Prenez »
• Verset 6:16: « Prenez »
• Verset 6:17: « prenez »



NOUS NE POUVONS PAS ETRE PLUS RICHES QUE NOUS NE LE SOMMES MAINTENANT

Comment y entrer? Prenez-le, tout simplement! Prenez toute l'armure de Dieu. Prenez le casque du salut. Prenez le bouclier de la foi. Prenez-le simplement! C'est l'appropriation, c'est le message de la foi, la simplicité de la foi. Ecoutez-bien. La vie chrétienne est pour ceux qui demandent, qui réclament, et pour personne d'autre. Elle est pour ceux qui prennent, pour ceux qui reçoivent. Elle est pour ceux qui sont prêts à se l'approprier. Dieu n'est pas comme une « tarte coupée en milliers de morceaux », et vous n'êtes pas non plus une « tarte coupée en morceaux. » Parfois on entend les gens dirent: « Dieu travaille dans ce domaine de ma vie et dans cet autre domaine de ma vie, et Dieu fait ceci et cela. » Non, Il ne travaille pas dans un des domaines de votre vie, Il travaille dans toute votre vie en même temps. Et vous n'avez pas à dire: « Je viens de Le recevoir comme Sauveur, maintenant je veux aussi Le recevoir comme Seigneur. Et après L'avoir reçu comme Seigneur, je Le recevrai en tant que Prêtre et Prophète... » Non! Vous l'avez reçu en tant que Dieu, en tant que Personne. Et si vous L'avez en tant que Dieu alors vous L'avez aussi en tant que Sauveur, Seigneur, Prêtre, Prophète, Avocat, Epoux, Merveilleux Conseillé et Tout Puissant. Vous L'avez de toutes ces manières. Vous l'avez Lui, vous avez tout de Lui, pas seulement une partie de Lui, et vous êtes habillés entièrement en Dieu. Vous ne pouvez pas être plus riches, et je ne pourrais pas être plus riche que je ne le suis maintenant. C'est pour cela qu'il termine de cette façon. Il représente le chrétien debout, les hordes de l'enfer contre Lui, entièrement revêtu de Dieu, des pieds à la tête, rien ne pourrait être plus grand que cette provision. L'unique besoin du chrétien, c'est de prendre, c'est tout.



DIEU NE VOUS DONNERA JAMAIS QU'UN SEUL CADEAU, LE SEIGNEUR JESUS ET VOUS PASSEREZ VOTRE VIE A LE DEFAIRE

Vous voyez, le livre d'Ephésiens est comme une pièce pleine de richesses, et à la fin du livre, il vous tend les clés en disant: « Si vous le voulez, vous pouvez y entrer et vous servir. » Vous n'êtes pas obligés, mais si vous le voulez, vous pouvez juste y entrer par vous-mêmes et vous servir. F.B Meyer dans son merveilleux petit livre sur l'appropriation donne cette illustration. Il dit: « Dieu ne vous donnera qu'un seul cadeau, le Seigneur Jésus-Christ. Et vous passerez le reste de votre temps à le déballer. » J'aime cette citation. Tout ce que vous aurez jamais, c'est un seul Don. Si vous avez Christ, vous avez le salut. Si vous avez Christ, vous avez la justice. Si vous avez Christ, vous avez la vérité. Si vous avez Christ, vous avez la paix. Si vous avez Christ, vous avez l'épée de l'Esprit. Mais qui manie cette épée, l'épée de Dieu? C'est l'épée de l'Esprit, c'est donc Lui qui la manipule, qui l'utilise. Vous avez Tout dans le Seigneur Jésus-Christ. C'est très simple, mais pourtant des milliers de chrétiens n'en profitent pas. Il suffit de le reconnaître. Reconnaissez que c'est ainsi. Mais ce n'est pas considérer que c'est vrai qui rend la chose réelle. Je porte un pantalon gris. Ce n'est pas parce que je le considère comme gris qu'il est gris. C'est le fabricant qui l'a fait gris. Moi, j'ai juste à marcher dans le pantalon, j'ai juste à marcher dedans. De même vous avez juste à marcher dans ce que vous avez en Christ Jésus. Détournez vos yeux de vous-même, et tournez les vers le Seigneur Jésus. Prenez-Le Lui, simplement, et entrez dans toutes vos richesses.

Laissez-moi terminer avec un verset de conclusion, extrait du Psaumes 81. Pour le mettre dans son contexte, je vais prendre les versets 81:13 et 16. Psaumes 81:13: « Oh! si mon peuple m'écoutait. » Et ensuite Psaume 81:16: « Je le nourrirais du meilleur froment, Et je le rassasierais du miel du rocher. » Voilà ce qu'il y a sur le coeur de Dieu. Tous ceux qui L'écoutent, Il les nourrira du meilleur froment, et Il les rassasiera du miel du rocher. Nous avons vu les valeurs essentielles dans ce livre, mais il y a beaucoup de détails très pratiques. Terminons avec ces paroles des versets 6:23-24: « Que la paix et l'amour avec la foi soient donnés aux frères de la part de Dieu le Père et du Seigneur Jésus-Christ! Que la grâce soit avec tous ceux qui aiment notre Seigneur Jésus-Christ d'un amour inaltérable! »

Prions:

Père nous Te remercions tellement, pas seulement pour ce que nous pensons que ce texte signifie, mais pour tout ce que Tu sais qu'il signifie. Enseigne-nous à tenir fermes, revêtus de notre Dieu. Nous Te prions de nous délivrer de toutes les luttes à travers lesquelles nous passons au lieu de réclamer Ta victoire, et de vivre richement. Nous Te le demandons au nom de Jésus. Amen.