EPHESIENS #14

(Ephésiens 6:1-9)

Par Ed Miller

Le texte qui suit est la transcription d'un message donné en anglais. La forme orale a été conservée, mais des titres de sections ont été ajoutés pour faciliter la lecture. (NdT)



RESUME

Bonjour et bienvenue dans notre quatorzième leçon sur cette merveilleuse épître aux Ephésiens. Laissez-moi vous rappeler les choses principales que nous avons vues pour vous permettre de saisir l'esprit de ce livre. Le message d'Ephésiens peut être résumé par les mots que l'on trouve au verset 3:8: « les richesses insondables de Christ. » Le livre se divise en deux parties, les chapitres 1 à 3 et les chapitres 4 à 6. La première partie du livre nous montre à quel point nous sommes riches dans notre union avec le Seigneur Jésus-Christ. Chaque chrétien est un multimilliardaire en Christ Jésus. Et chaque groupe de chrétiens est également un groupe multimilliardaire en Christ Jésus. Nous avons intitulé les trois premiers chapitres: « des ressources illimitées. » Nous avons reçu tant de bénédictions en Christ, elles sont innombrables. Nos ressources sont illimitées en qualité comme en quantité. Ses bénédictions n'ont pas de fond, elles sont sans limite, infinies. Charles Spurgeon décrit notre vie en Christ avec ces mots: « un océan sans rivage et sans fond. » C'est tout à fait juste. Et quand Dieu, par Sa grâce, ouvre nos yeux, nous commençons à voir les incroyables richesses que nous avons en Christ. Par exemple, vous êtes au bénéfice du pardon, mais de plus, vous n'en verrez jamais la fin. Et il en est ainsi de chaque bénédiction en Christ. Qu'il s'agisse de la grâce, de l'amour ou de la patience, nous continuerons aux siècles des siècles à explorer nos bénédictions en Christ. Ne pensez pas que vous arriverez un jour au bout de Jean 3:16. Vous n'en verrez jamais la fin. Ainsi nous avons des ressources illimitées.

Nous avons intitulé la deuxième partie du livre: « des responsabilités illimitées. » Parce que l'on demandera beaucoup à celui qui a beaucoup reçu. La deuxième partie du livre est un test objectif de la première partie. Si vous êtes réellement entrés dans les chapitres 1 à 3, alors les chapitres 4 à 6 seront vrais dans votre vie. Si vous lisez les chapitres 4 à 6, et que vous ne voyez pas la contrepartie dans votre vie, n'essayez pas de la faire apparaître. C'est un danger, vous risquez de tomber dans le légalisme, dans le salut par les oeuvres. Si vous considérez les chapitres 4 à 6 et que vous ne voyez pas cela dans votre vie, alors il vous faut à nouveau courir auprès du Seigneur, et Lui demander de vous enraciner profondément dans les chapitres 1 à 3. Car c'est dans la mesure où les chapitres 1 à 3 seront vrais dans votre vie, que les chapitres 4 à 6 seront également vrais. Cela en découle, c'est automatique, et cela vient dans votre vie. C'est un test sur les trois premiers chapitres. Nous avons appelé les chapitres 4 à 6, « des responsabilités illimitées », et j'ai ajouté le mot « bénies » après le mot responsabilités, sinon on pourrait penser que ce sont des responsabilités terrifiantes et écrasantes. C'est vrai dans le monde mais pas en Christ. Ce sont des responsabilités bénies, parce qu'avec chaque responsabilité nous est donnée la capacité nécessaire et dans notre union avec Christ, tout cela devient facile. Ce sont donc des responsabilités bénies.

Lors de nos dernières leçons, nous avons commencé à énumérer les responsabilités que nous trouvons dans les chapitres 4 à 6. Laissez-moi vous les rappeler à nouveau. Le chapitre 4 mentionne cinq responsabilités bénies: être uni, être humble, être vrai, être saint et être naturel. Dans le chapitre 5, nous avons trouvé trois responsabilités bénies. Pour chacune des responsabilités, le Saint-Esprit nous a donné une image physique pour illustrer la vérité spirituelle. A travers l'illustration physique de la lumière, Il nous a donné la responsabilité bénie de marcher dans la lumière du Seigneur. A travers l'illustration physique du vin, Il nous a donné la responsabilité bénie de marcher dans la joie du Seigneur. A travers l'illustration physique du mariage, Il nous a donné la responsabilité bénie de marcher dans l'union avec le Seigneur. C'est là où nous nous sommes arrêtés la dernière fois.

Cela nous amène donc à présent au chapitre 6. Veuillez noter le verset 6:1 qui dit: « Enfants, obéissez à vos parents, selon le Seigneur, car cela est juste. » Le verset commence avec le mot « enfants. » Le verset 6:5 commence par « Esclaves. » Vous voyez, les versets 6:1-9 ne sont pas vraiment une section à eux seuls. Mais c'est la suite de ce qui a été commencé au verset 5:22. Les versets 5:22-6:9, forment une section. Le verset 5:22 commence avec « Femmes », le verset 6:1 continue avec « Enfants » et le verset 6:5 termine avec « Esclaves. » Ici le Saint-Esprit illustre la grande responsabilité de marcher dans l'union avec le Seigneur. Nous avons illustré cela à travers le mariage, mais Il continue à travers l'illustration des enfants, et la relation entre les serviteurs et les maîtres. C'est donc la même responsabilité. Nous continuerons donc notre discussion sur la marche avec le Seigneur. Le Saint-Esprit utilise ces différentes illustrations de maris et femmes, parents et enfants, serviteurs et maîtres. Il semble faire le tour de toutes les catégories sociales, pour nous donner un aperçu de ce que signifie marcher dans l'union avec Christ.



LE SUJET EST L'UNION AVEC JESUS-CHRIST

Rappelez-vous que nous avons dit que les versets 5:22-33 n'étaient pas un passage sur le mariage. Eh bien, les versets 6:1-9 ne sont pas un passage sur l'éducation des enfants, ni sur les relations entre employés et patrons. Ce sont des illustrations mais pas le sujet, pas le point qu'Il souligne. Le sujet est l'union avec Christ. Ces illustrations nous montrent comment marcher en union avec Christ. Naturellement, ces passages nous apportent la lumière sur ces questions, mais étudier ces questions n'est pas le sujet. Le sujet est l'union avec Jésus Christ. A travers ces trois illustrations, Dieu souligne un principe qui, je crois, est le grand principe de toute cette section. Ce principe peut être résumé en un seul mot: « soumission. » Lorsque nous avons parcouru la dernière fois les versets 5:22-33, nous l'avons étudié en termes de responsabilités de l'époux par rapport à son épouse en tant qu'illustration de notre union avec Christ. Le point principal était l'amour. C'est un amour comme celui de Christ qui a aimé l'Église et qui s'est livré Lui-même pour elle. Mais maintenant lorsque vous les prenez tous les trois ensemble, Il considère la soumission.



L'IMAGE N'EST JAMAIS AUSSI GRANDE QUE LA REALITE

Toujours à nouveau le Saint-Esprit semble prendre plaisir à utiliser des réalités physiques pour illustrer les réalités spirituelles. C'est ce qu'Il fait ici. Avant de rentrer plus avant dans notre sujet, laissez-moi juste faire un petit commentaire. L'image n'est jamais aussi grande que la réalité. L'illustration humaine a toujours ses limites, mais elle nous aide au moins à regarder dans la bonne direction. J'aimerais aussi vous donner un petit plan de ce que nous verrons dans cette leçon. Il y a quatre mots qui nous permettent de découper ce passage. C'est vraiment facile.

• Verset 6:1: enfants
• Verset 6:4: pères
• Verset 6:5: esclaves
• Verset 6:9: maîtres

Le passage est déjà divisé pour nous. Nous parlerons donc d'enfants, de pères, d'esclaves et de maîtres. Nous essayerons de voir comment le Saint-Esprit développe chacun d'entre eux et ensuite nous reviendrons et nous prendrons le principe sous-jacent qui concerne la soumission pour en tirer des applications pour notre vie. C'est ainsi que nous procèderons.

Les versets 6:1-9 disent: « Enfants, obéissez à vos parents, dans le Seigneur, car cela est juste. Honore ton père et ta mère (c'est le premier commandement avec une promesse), afin que tu sois heureux et que tu vives longtemps sur la terre. Et vous, pères, n'irritez pas vos enfants, mais élevez-les en les corrigeant et en les instruisant dans le Seigneur. Esclaves, obéissez à vos maîtres selon la chair, avec crainte et tremblement, dans la simplicité de votre coeur, comme à Christ, non pas seulement sous leurs yeux, comme pour plaire aux hommes, mais comme des serviteurs de Christ, qui font de bon coeur la volonté de Dieu. Servez-les avec empressement, comme servant le Seigneur et non des hommes, sachant que chacun, soit esclave, soit libre, recevra du Seigneur selon ce qu'il aura fait de bien. Et vous, maîtres, agissez de même à leur égard, et abstenez-vous de menaces, sachant que leur maître et le vôtre est dans les cieux, et que devant lui il n'y a point d'acception de personnes. »

Le verset 6:1 commence avec: « Enfants, obéissez. » Laissez-moi vous donner trois observations tirées des versets 6:1-3. La première est que le Saint-Esprit s'adresse aux enfants. En pratique, cela signifie que les enfants participaient aux réunions des chrétiens le premier jour de la semaine. Vous voyez, peu importe la position que vous preniez concernant l'église locale, que vous disiez qu'ils se réunissaient dans des bâtiments particuliers ou dans des temples, dans les synagogues ou dans les maisons, le point essentiel est qu'ils se réunissaient. Le peuple de Dieu se réunissait et les enfants n'étaient pas rassemblés dans un endroit à part. Les enfants étaient avec eux. Ces lettres faisaient le tour des assemblées locales. Et lorsqu'elles arrivaient dans une assemblée, elles étaient lues, et le Saint-Esprit s'adressait donc aux enfants parce qu'ils étaient présents aux réunions. On considérait qu'ils devaient aussi y participer. Voilà pour la première observation.



LA DIFFERENCE ENTRE L'AUTORITE DELEGUEE ET ABSOLUE

La deuxième expression que je veux souligner est « dans le Seigneur », « Enfants, obéissez à vos parents, dans le Seigneur. » Je crois que par cette expression, le Saint-Esprit limite le champ de l'obéissance. Je pense qu'il y a des moments où les enfants peuvent davantage honorer le Seigneur en désobéissant à leurs parents qu'en leur obéissant. C'est possible. « Enfants, obéissez à vos parents, dans le Seigneur. » Vous voyez lorsque Jésus dit: « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu les choses qui sont à Dieu », Il voulait montrer la différence entre l'autorité déléguée et l'autorité absolue. Bien sûr nous avons des responsabilités et nous ne devons pas abuser du fait qu'il y a des moments où il vaut mieux obéir à Dieu qu'aux hommes. Je sais que le prophète Daniel l'a utilisé. Il a obéi à Dieu plutôt qu'aux hommes. Schadrac, Méschac et Abed Nego l'ont également fait. Pierre l'a fait. Il y a des moments où il faut désobéir à l'autorité.

Il y a eu beaucoup d'abus de ce principe. Il est facile de dire, cela n'honore pas Dieu, et de l'utiliser comme une excuse pour se rebeller contre l'autorité. Je pense donc que nous devons marcher prudemment devant le Seigneur, avant de nous rebeller contre une autorité. Nous verrons cela sous un autre angle lorsque nous considérerons le principe de l'esclavage. Le principe est qu'il doit y avoir une violation claire du principe objectif de Dieu, avant de désobéir à une autorité. Si une autorité déléguée contredit la Parole de Dieu, alors vous avez le droit de vous y opposer pour obéir à l'autorité absolue. En d'autres termes, si une autorité, quelle qu'elle soit, qu'il s'agisse des parents ou autres, vous demande de mentir, de voler, il vous faut obéir à Dieu. Mais s'il n'y a pas de parole claire de la part de Dieu, alors il vous faut vous soumettre à l'autorité déléguée.

Voilà maintenant quelques illustrations. Vous ne serez peut être pas d'accord avec mes illustrations, ce n'est pas grave, mais retenez au moins le principe. Il n'y a pas de parole claire de Dieu au sujet des prières dans les écoles publiques, alors soumettez-vous aux autorités. Il n'y a pas de parole claire de la part de Dieu au sujet de taxes trop importantes. Vous vous dites peut être: « On me taxe trop, je vais donc me rebeller contre cela. » Faites attention avant d'agir ainsi. Il n'y a pas de parole claire de Dieu au sujet de porter des armes. Certains chrétiens sont très remontés parce que c'est permis. Dieu a ordonné et mis en place les autorités déléguées, et s'il n'y a pas de paroles claires de la part de Dieu, alors la seule parole que nous ayons est: « Soumets-toi. » Vous devez vous soumettre, et avec la grâce de Dieu, sans murmure, ni complainte, quelle que soit la décision officielle. D'un autre côté il y a une parole claire de Dieu au sujet de l'avortement, de la peine capitale, de l'euthanasie et de la prédication de la parole de Dieu. Sur ces choses, vous n'avez pas le choix, vous devez vous aligner avec la façon de voir de Dieu. Dans toutes vos soumissions et obéissances à l'autorité déléguée, que ce soit par rapport à l'Etat, à un enseignant, à un patron ou dans la famille, la limite est « dans le Seigneur. » Il faut se soumettre « dans le Seigneur », tant que cela ne viole pas la Bible. Le principe objectif que Dieu a donné est: « Soumets-toi dans le Seigneur. »



SE SOUMETTRE A UNE PERSONNE OU A UNE FONCTION

Je pense que cela nous aiderait si nous considérions l'autorité déléguée comme des fonctions divines, des positions divines. Je pense que vous verrez que cela est scripturaire. Je vais prendre mon Fils David comme exemple. Nulle part dans la Bible, il n'est écrit que David doit se soumettre à Ed. La Bible dit: « Enfants, obéissez à vos parents. » Parent est une fonction, père est une fonction, époux est une fonction, épouse est une fonction, même enfant est une fonction. Il se peut qu'il y ait des personnes indignes qui remplissent mal une de ces fonctions. La Bible décrit ce qu'est un père qui reflète la paternité de Dieu. Mes enfants ne sont pas responsables de se soumettre à moi mais de se soumettre à la fonction biblique de père, un père selon Dieu. Si en tant que père, par mon comportement, je sors des limites de cette fonction, mes enfants devront peut être se rebeller contre moi en tant que personne, s'ils veulent être soumis à la fonction de père selon Dieu. Père est une fonction et Dieu nous a appelés à nous soumettre à cette fonction. La fonction de père est tout spécialement une fonction élevée. Parce que Dieu l'a donnée pour être le reflet de Lui-même, dans les cieux, dans notre relation avec Lui. La Bible décrit ses qualifications, ses responsabilités et ses limitations. Si sur la terre, il y a un père qui est un renégat et qui viole la fonction de père, s'il est un ivrogne ou vivant dans l'immoralité ou violent et cruel, alors vous soumettre à la fonction de père signifiera peut être pour vous de vous rebeller contre cet homme.

C'est vrai pour toute autorité déléguée. C'est aussi vrai pour les épouses et les époux. Un jour une épouse m'a appelé et m'a dit que son mari lui demandait d'aller avec lui au bar et de boire, et comme la Bible disait de se soumettre, elle y était allée. Mais la Bible ne dit pas cela. La Bible vous dit de vous soumettre à la fonction d'époux, mais la demande du mari ne représentait pas la fonction d'époux, c'était une violation de cette fonction. Elle avait eu tort de se soumettre à cela. Elle devait se soumettre au Seigneur. Voilà donc deux observations, premièrement les enfants étaient présents et deuxièmement l'expression « dans le Seigneur » pose les limites de l'obéissance.



SI NOUS SOMMES SOUMIS VERTICALEMENT, PAR RAPPORT A DIEU, NOUS SERONS SOUMIS HORIZONTALEMENT

Mais cette expression « dans le Seigneur » illustre encore autre chose. Le verset 6:2 dit: « Honore ton père et ta mère (c'est le premier commandement avec une promesse). » « Honore ton père et ta mère » est un commandement. Laissez-moi vous donner une illustration. Dieu dit à un enfant: « Obéis à tes parents » et les parents disent: « Eteins la lumière, tu gaspilles l'électricité. » Cela ne viole pas la Parole de Dieu. L'enfant doit donc obéir à ses parents qui disent: « Eteins la lumière. » S'il le fait, à qui obéit-il? A ses parents qui lui ont dit d'éteindre la lumière ou à Dieu qui lui a dit d'obéir à ses parents? La priorité c'est ce que Dieu a dit. C'est Dieu qui a dit d'obéir à ses parents lorsqu'ils lui demandent d'éteindre la lumière, et s'il désobéit à ses parents, il désobéit à Dieu, parce que c'est Dieu qui vous a demandé de vous soumettre à cette autorité déléguée. Je vous rends attentifs à cela parce que nous mettons beaucoup l'accent sur l'obéissance horizontale par exemple entre parents et enfants, et peu sur l'obéissance verticale entre nous et Dieu. Or la Bible enseigne que si je suis au clair verticalement alors je serai au clair horizontalement. Et si j'ai des problèmes dans mes relations horizontales de la vie quotidienne, c'est parce que quelque chose ne va pas dans ma relation verticale avec le Seigneur. Si j'ai une bonne relation verticale avec le Seigneur alors j'aurai aussi de bonnes relations horizontales avec les autres. Il ne s'agit jamais de problèmes entre parents et enfants, il s'agit toujours de problèmes entre les parents et Dieu, entre les enfants et Dieu.

Je crois de tout mon coeur que nous devrions enseigner nos enfants au sujet de cette relation verticale, en les y fondant fermement. Ils sont certainement responsables envers nous, mais il est aussi très scripturaire de dire aux enfants que même s'ils ont des responsabilités envers leurs parents, c'est en premier envers Dieu qu'ils ont des responsabilités par rapport à leurs parents. Ce ne sont pas que des mots différents pour dire la même chose, c'est une toute autre direction. Les parents n'ont pas de responsabilités envers leurs enfants, mais ils ont des responsabilités envers Dieu par rapport à leurs enfants. C'est toujours dans ce sens. Pourquoi est-il si grave pour les enfants de désobéir à leurs parents? Pourquoi est-il si grave de se rebeller contre une autorité déléguée? Parce que c'est un signe de rébellion contre Dieu Lui-même. C'est Dieu qui a commandé d'obéir. Lorsque mes enfants me désobéissent ou désobéissent à leur mère, il est clair qu'ils devront en répondre devant nous, mais il est aussi vrai qu'ils devront en répondre devant le Seigneur. C'est d'abord à Lui qu'ils auront à faire, car en réalité, ce n'est pas à nous qu'ils désobéissent, c'est à Dieu.



NOUS SOMMES RESPONSABLES DEVANT DIEU D'OBEIR AUX AUTORITES DELEGUEES

Je vous rends de nouveau attentifs à cela, l'Esprit de Dieu utilise des illustrations extrêmes, ainsi, vous verrez plus loin qu'Il utilise les maîtres et les esclaves. Il utilise les illustrations extrêmes afin que tous les cas puissent être couverts. Il agit toujours de cette façon. Les parents représentent ici toutes les autorités déléguées, et ce qui est vrai des relations avec mes parents est vrai de toutes mes relations. C'est vrai dans les relations entre employés et employeurs. C'est à Dieu que nous obéissons ou désobéissons, car c'est Dieu qui a dit de se soumettre aux autorités. Mes problèmes ne sont pas avec mon patron, ils sont avec le Seigneur. Le principe peut être énoncé en ces mots: « Nous sommes responsables devant Dieu d'obéir aux autorités déléguées. » Il y a bien entendu la limitation dans le Seigneur, il ne faut pas violer des vérités objectives.

Le verset 6:2 dit: « Honore ton père et ta mère. » Ce mot honorer contient de nombreuses choses qui vont au-delà de ce que nous comprenons d'habitude. Cela inclut entre autres, l'appréciation et le respect. Lorsque j'étais jeune, j'avais parfois honte de mes parents, ce n'était pas honorer ses parents. Voici une illustration qui se trouve en Matthieu 19:3-9. Le Seigneur Jésus est ici pris à partie par ce triste groupe appelé Pharisiens; Il utilise une illustration pour parler du commandement que l'on trouve ici: honore ton père et ta mère. Il leur dit qu'ils ont transgressé ce commandement et les pharisiens Lui demandent en quoi ils l'ont transgressé. Il leur répond: « C'est en suivant vos traditions. Vous donnez tout votre argent pour l'oeuvre du Seigneur et vous dites qu'à cause de cela, vous êtes libres de ne pas honorer vos parents. » Il leur dit: « Vous ne les aidez pas financièrement et l'excuse que vous présentez, c'est que vous donnez tout votre argent au Seigneur. En ne les aidant pas financièrement, vous les déshonorez. » Je ne vais pas développer ce passage davantage mais laissez-moi vous suggérer d'étudier cet aspect comme en 1 Timothée 5, qui montre la responsabilité des enfants et des petits enfants de prendre soin de leurs parents âgés. Dieu nous a donné cette responsabilité et Il dit que si nous ne le faisons pas, alors nous sommes pires que des infidèles. Je pense que si les chrétiens s'occupaient de leurs parents selon la Bible, il y aurait moins besoin de maisons de retraite. Il y a bien sûr des exceptions médicales, et parfois ce n'est tout simplement pas possible. Mais ce serait bien différent si les enfants de Dieu honoraient Dieu en honorant leurs parents. En tout cas le principe est clair. Nous sommes responsables devant Dieu d'obéir aux autorités déléguées.

Laissez-moi encore faire une autre observation. Dans le verset 6:2, l'Esprit de Dieu ajoute en parenthèse que c'est le premier commandement avec une promesse. La promesse se trouve au verset 6:3 qui dit: « Afin que tu sois heureux et que tu vives longtemps sur la terre. » J'aimerais vous en donner différentes approches puis un principe qui souligne le tout. Il y a un petit problème avec ce passage car s'il est lu superficiellement, le verset 6:3 semble vouloir dire: « Si vous honorez vos parents, vous aurez une longue vie. Votre espérance de vie s'allongera. Vous vivrez plus longtemps que ceux qui n'honorent pas leur famille. » Le problème est que si quelqu'un meurt jeune, on risque de dire: « Il n'aimait pas sa mère et son père. » De l'autre côté, si quelqu'un vit longtemps, on pourrait peut-être conclure que cette personne a vraiment honoré ses parents. Mais est-ce toujours le cas? Vous voyez, ceux qui honorent vraiment leurs parents ne sont pas à l'abri des actions providentielles de Dieu, de la maladie, des accidents et des morts prématurées. Ils ne sont pas exempts de tout cela. Mais alors qu'est-ce que Dieu veut dire par-là? Il veut évidement dire quelque chose, sinon Il ne l'aurait pas précisé ici. Laissez-moi vous suggérer quelques raisons.

La première explication c'est que ce verset devrait être interprété selon le contexte de l'Ancien Testament dans lequel il a été donné. Exode 21:17 dit: « Celui qui maudira son père ou sa mère sera puni de mort. » La même chose est soulignée en Lévitique 20:9 qui dit: « Si un homme quelconque maudit son père ou sa mère, il sera puni de mort; il a maudit son père ou sa mère: son sang retombera sur lui. » Deutéronome 20:18-21 dit: « Si un homme a un fils indocile et rebelle, n'écoutant ni la voix de son père, ni la voix de sa mère, et ne leur obéissant pas même après qu'ils l'ont châtié, le père et la mère le prendront, et le mèneront vers les anciens de sa ville et à la porte du lieu qu'il habite. Ils diront aux anciens de sa ville: Voici notre fils qui est indocile et rebelle, qui n'écoute pas notre voix, et qui se livre à des excès et à l'ivrognerie. Et tous les hommes de sa ville le lapideront, et il mourra. Tu ôteras ainsi le mal du milieu de toi, afin que tout Israël entende et craigne. » Comme c'était la loi sous l'Ancien Testament, on peut donc comprendre pourquoi il est ordonné: « Honore ton père et ta mère afin que tu sois heureux et que tu vives longtemps sur la terre. » Peut-être veut-il simplement dire, honore tes parents et tu ne seras pas lapidé. C'est peut être tout ce qu'Il veut dire.

Mais certains disent: « Non Il pensait à plus que cela, cela signifiait plus de choses. Il parlait aussi du chemin de la sécurité et de la sureté. » Vous voyez, Dieu nous a donné dix commandements. Dans Deutéronome, Il les a donnés sur deux tables de pierre, cinq par cinq. Je sais que certaines personnes disent en quatre et six, mais Dieu les a divisés en 5 et 5. Les cinq premiers sont en rapport avec notre relation avec Dieu. Les cinq suivants sont en rapport avec nos relations avec les hommes. Et le premier commandement de ceux-ci est notre relation avec nos parents, les enfants et leurs parents. C'est le premier commandement appartenant à la deuxième table de la Loi. Je crois que si Dieu commence par cette relation, c'est parce que c'est une relation fondamentale, parmi toutes celles destinées à illustrer notre relation avec Dieu. La relation que nous avons envers notre père terrestre donne une bonne indication de la relation que nous entretenons avec notre père céleste. La tragédie est que nos enfants honoreront le Père céleste dans la mesure où ils honoreront leur père terrestre et leur maison céleste dans la mesure où ils honoreront leur maison terrestre. Notre maison est censée être le ciel sur la terre, et notre famille doit être une réplique de la famille de Dieu; nous devons nous occuper d'eux de la même façon que Dieu s'occupe de nous.

Si vous trouvez un enfant qui honore, respecte, apprécie ses parents et donc obéit à Dieu dans sa relation avec ses parents, alors vous verrez aussi, la plupart du temps, que cet enfant évitera les choses qui risquent de raccourcir sa vie. En règle générale, les personnes dépendantes de la drogue, celles qui sont des ivrognes, des criminels et des pervers, n'honorent pas leurs parents. Ils n'honorent pas Dieu dans leurs rapports avec leurs parents. Ils suivent un chemin qui va raccourcir leur vie. Certains commentateurs pensent que c'est là le sens du verset que nous examinons. C'est comme si Dieu disait: « Si vous agissez de cette manière avec vos parents, vos aurez une vie plus longue et plus saine, parce que vous éviterez les pièges qui peuvent raccourcir votre vie. » En tant que règle générale, c'est vrai, mais il y a bien sûr des exceptions.

Il y a une troisième façon d'interpréter cela. Certaines personnes disent que le verset 6:3 ne cite pas mot pour mot la promesse qui est donnée dans Exode 20:12 mais qu'il exprime la promesse de cette façon: « Honore ton père et ta mère, afin que tes jours se prolongent dans le pays que l'Éternel, ton Dieu, te donne. » Ce verset ne dit pas que la vie sera plus longue sur la terre mais elle le sera dans le pays que l'Éternel, ton Dieu, te donne. Et cela fait naturellement référence au pays promis, le pays de lait et de miel. Le pays qui est cité ici comme une illustration, représente la vie en Christ, c'est la vie de lait et de miel dans l'union avec Christ. Par conséquent certains disent que c'est une promesse au figurée. C'est une promesse spirituelle. C'est-à-dire que si vous honorez vos parents physiques qui illustrent votre père céleste, vous aurez une vie spirituelle longue dans un pays spirituel. Ainsi ils disent que c'est une promesse spirituelle. Voilà pour les différentes approches.



UNE RELATION JUSTE AVEC SES PARENTS SERA UNE BENEDICTION SUR NOTRE VIE

Que vous interprétiez ce verset dans le sens ne pas être lapidés ou éviter les pièges qui raccourcissent la vie, ou que tout cela est spirituel et parle de prospérités spirituelles, il semble y avoir cette vérité sous-jacente. Je crois qu'une relation juste avec vos parents sera une cause de bénédiction sur votre vie. Dieu nous donne ces illustrations pour nous montrer notre relation avec Christ.

Regardons maintenant le verset 6:4 qui dit: « Et vous, pères, n'irritez pas vos enfants, mais élevez-les en les corrigeant et en les instruisant dans le Seigneur. » Pourquoi les pères sont-ils mentionnés ici et pas les mères? Lors de ma première lecture, je me suis dit, c'est parce que les pères représentent l'autorité dans la famille, et c'est eux qui sont responsables d'élever les enfants en les corrigeant et en les instruisant dans le Seigneur. En d'autres termes, « Je suis le boss. » Mais lorsque j'ai approfondi la question, j'ai réalisé que le Saint-Esprit ne pensait pas vraiment à cela. En fait, je pense qu'il avait cette chose en tête: « Pères, vous savez que vous êtes faits de poussière et que vous avez des faiblesses. Et en raison de vos faiblesses, vous êtes plus enclins à irriter vos enfants que les mères. Donc, vous avez ici un avertissement particulier. » Je pense que c'est ce que Dieu veut dire ici. Le mot grec pour « élever » au verset 6:4 a la signification de chérir, de gentillesse, de nourrir. Et lorsqu'Il dit de les élever en les corrigeant et en les instruisant, le mot « corriger » est lié à ce que vous faites, vous les punissez, vous leur donnez des interdictions. Et le mot « instruire » est lié à ce que vous dites, aux avertissements et aux exhortations. Vous voyez, les pères sont très enclins à violer ces instructions.

Je crois que le Saint-Esprit donne un sérieux avertissement aux pères. Les pères ont moins de facilité à être gentils, patients, et tendres. Je parle par expérience. Ils ont tendance à réagir parfois un peu rapidement, à être durs, d'humeur variable et injuste. Cela ne veut pas dire que les mères ne sont jamais ainsi. Mais je pense que Dieu met tout spécialement les pères en garde de ne pas irriter leurs enfants. Comment pouvons-nous irriter nos enfants? Par des reproches infondés, en faisant subir aux enfants les frustrations que nous avons vécues pendant la journée, par des punitions injustes ou en faisant montre de peu d'amour. Psaumes 103:13, qui parle du Seigneur s'occupant de nous ses enfants, dit: « Car il sait de quoi nous sommes formés, Il se souvient que nous sommes poussière. » N'êtes-vous pas contents de savoir que lorsque L'Eternel s'occupe de vous, Il se rappelle que vous êtes poussière. Et alors qu'Il nous corrige et nous instruit dans le Seigneur, Il se rappelle que nous sommes poussière. Les pères ont tendance à s'occuper de leurs enfants sans considérer que leur nature est poussière et ils oublient qu'eux-mêmes sont aussi poussière. Cela ne veut pas dire que vos enfants ne vont jamais se rebeller ou s'irriter, mais les pères ne doivent pas en être la cause.

Je pense qu'une des choses les plus pratiques que j'ai entendues sur ce sujet, c'est ce qu'a dit Dwight Pentecost du séminaire de Dallas. Il a donné trois suggestions sur la façon de ne pas irriter ses enfants. Premièrement s'ils savent pourquoi vous faites ce que vous faites. Deuxièmement, s'ils savent que vous les aimez alors que vous vous occupez d'eux. Et troisièmement, s'ils savent que vous les aimez après que vous vous soyez occupés d'eux. Tout cela sonne très pratique. S'ils savent pourquoi vous agissez comme vous le faites, s'ils savent que vous les aimez pendant que vous vous occupez d'eux et s'ils savent que vous les aimez après vous être occupés d'eux, alors vous ne les irriterez pas.

Le verset 6:5 dit: « Esclaves, obéissez à vos maîtres selon la chair, avec crainte et tremblement, dans la simplicité de votre coeur, comme à Christ. » Laissez-moi faire un commentaire sur l'esclavage avant d'en venir aux principes. L'esclavage en tant que propriété d'hommes et de femmes a toujours été contraire à la volonté de Dieu. Dieu n'a jamais permis à quelqu'un de posséder quelqu'un d'autre. Mais certains types d'esclavages dans la Bible ne sont en fait qu'une forme de service codifiée. En d'autres termes, ce sont des gens qui travaillent en échange d'un logement et de la nourriture. Dans certains cas ils étaient même devenus membres de la famille, et ils étaient traités avec dignité et respect. Mais vous savez qu'Ephésiens parle de l'esclavage romain, et les esclaves romains n'étaient pas du tout considérés. L'esclavage romain était une terrible injustice sociale, c'était une terrible forme d'esclavage, c'était cruel et oppressif. Dans de nombreux cas, cela n'avait plus rien d'humain. Vous pouvez lire certaines des atrocités que les esclaves ont dû subir sous les tyrans romains. C'était une forme d'esclavage cruel. Dieu utilise ici l'esclavage romain, donc à nouveau une illustration extrême, pour inclure toutes les autres illustrations. Dans l'épître aux Romains, Dieu utilise cette illustration pour montrer l'esclavage du péché. Voilà à quel point l'esclavage romain était terrible. C'est devenu l'illustration de Dieu pour le péché.



L'EVANGILE CHANGE LES HOMMES DE L'INTERIEUR VERS L'EXTERIEUR

Je souligne ce point pour montrer comment l'Evangile gère les injustices sociales, et également comment l'Evangile ne gère pas les injustices sociales. L'Evangile gère les injustices sociales de deux façons. Premièrement il change les hommes de l'intérieur vers l'extérieur. Voilà comment Dieu gère les injustices sociales, Il travaille dans les coeurs et Il change les hommes de l'intérieur vers l'extérieur. La deuxième chose qui en découle, c'est que l'Evangile en changeant les hommes de l'intérieur sape ces injustices sociales jusqu'à ce qu'elles disparaissent d'elles-mêmes. Je vous rends attentifs à cela parce que certains chrétiens dans notre société ne gèrent pas les injustices sociales de la même façon que Dieu les a gérées dans le Nouveau Testament.

Nous devons tirer tous nos principes de la Bible. Nous devons être des hommes et des femmes d'un seul livre: la Bible. Lorsque je lis la Bible et tout spécialement le Nouveau Testament, je ne peux encourager aucune sorte de révolte. On ne voit pas les chrétiens marcher sur la capitale impériale, en criant: « Arrêtez l'esclavage, arrêtez l'esclavage, marchons jusqu'au palais. » Ils n'ont pas fait ce genre de choses. Ils n'ont pas signé de pétitions. Il y avait beaucoup d'occasions dans le Nouveau Testament pour « marcher contre » les injustices sociales. Mais Jésus ne l'a jamais fait et les disciples ne l'ont jamais fait. Ils auraient pu marcher contre l'esclavage, ils auraient pu marcher contre l'inhumanité de ce que les hommes subissent par exemple dans les arènes. Ils auraient pu marcher contre de nombreuses choses. Les femmes étaient sûrement opprimées à l'époque du Nouveau Testament. Mais elles n'ont pas marché contre cela.

Dieu n'approuvait pas ces pratiques, mais comment Dieu les a-t-Il changées? Il a commencé à changer les coeurs humains un par un et en les changeant, ces choses disparaissaient d'elles-mêmes. Encouragez les gens à être en règle avec Dieu. Vous voyez, vous ne pouvez pas légiférer sur l'amour. Vous ne pouvez pas voter une loi qui dise: « A partir de maintenant, nous allons nous aimer les uns les autres. » Vous ne pouvez pas faire cela, c'est un fruit de l'esprit. Je frissonne chaque fois qu'un chrétien arrive avec une pétition et me demande de la signer pour l'envoyer à Washington afin de changer l'une ou l'autre injustice. Je ne peux pas le faire. Aujourd'hui j'ai reçu un courrier d'un groupe de chrétiens qui organisent une pétition pour le retour de la prière à l'école. Mais je n'ai même pas lu tous ces papiers. Cela ne se passait pas ainsi dans le Nouveau Testament. Dieu change les coeurs et c'est en changeant les coeurs que ces injustices sociales disparaissent. Son illustration ici, et son conseil aux esclaves, est complètement opposé à « combattez de toutes vos forces pour ces droits. Vous avez des droits et vous devez être entendus, levez-vous pour vos droits même si vous devez verser votre sang pour cette cause. » Il ne dit pas cela. C'est l'opposé qui est vrai. Il dit: « Soumettez-vous à vos maîtres. »

Lorsque je vois des chrétiens marcher contre les injustices, cela me fait froid dans le dos. J'aimerais leur dire, retournons à la façon de faire de la Bible, à la grâce. Prions le Seigneur de la moisson d'envoyer des ouvriers dans Sa moisson. Voyons la grâce de Dieu se répandre et changer la vie des hommes, nous souhaitons que les gens soient conformés à l'image du Seigneur Jésus Christ et ensuite ils ne violeront pas ces principes.



SERVIR LES HOMMES COMME POUR LE SEIGNEUR

Quelle est l'instruction principale que le Seigneur donne aux esclaves chrétiens? De nos jours nous ne dirions pas esclaves et maîtres d'esclaves, nous dirions employés et employeurs, c'est à cela que s'applique le principe de nos jours. Quel est le principe fondamental que le Seigneur donne aux esclaves et aux maîtres, aux employés et aux employeurs concernant les patrons humains? Veuillez noter dans vos Bibles ces expressions:

• Verset 6:5: « Dans la simplicité de votre coeur, comme à Christ »
• Verset 6:6: « Non pas seulement sous leurs yeux, comme pour plaire aux hommes, mais comme des esclaves de Christ »
• Verset 6:6: « Qui font de bon coeur la volonté de Dieu »
• Verset 6:7: « Comme servant le Seigneur et non des hommes »
• Verset 6:8: « Recevra du Seigneur selon ce qu'il aura fait de bien »

On peut l'énoncer de cette façon, l'employé, l'esclave doit tout faire comme pour le Seigneur. Je me rappelle l'époque où je comprenais mal ce verset. A une certaine époque, j'avais un patron oppressif. C'était peu après avoir mis ma confiance dans le Seigneur Jésus en tant que mon sauveur. Mon patron se moquait de moi parce que j'étais chrétien. Il m'a fait passer des moments difficiles. Il me chargeait délibérément avec beaucoup de travail pour voir si j'allais pécher, si j'allais me mettre en colère, jurer ou perdre mon tempérament. Et un jour il y est parvenu. Je lui ai même donné un coup dans la mâchoire à cause de ce qu'il avait fait. Je me rappelle ces moments où je ne connaissais pas grand-chose du Seigneur, je n'en connais pas beaucoup plus maintenant. Mais à cette époque, j'en savais encore moins. Par conséquent je criais à Dieu pour avoir la grâce, je ne savais pas quoi faire, j'avais besoin de ce travail, et je ne pouvais pas l'abandonner. Je me rappelle avoir étudié le passage de Colossiens qui traite de ce même sujet. Colossiens 3:23 dit: « Tout ce que vous faites, faites-le de bon coeur, comme pour le Seigneur et non pour des hommes. »

Voici l'erreur dans laquelle j'étais tombé. Je pensais que Dieu me demandait de jouer à un petit jeu, un jeu appelé « prétendre », c'est comme s'Il disait: « Prétends que tu travailles pour Jésus au lieu de ce mauvais patron que tu as. » C'est ce que j'ai fait et cela a marché un certain temps. Je regardais mon patron, et je considérais qu'il était Jésus. Et à tout ce qu'il me demandait de faire, je répondais simplement: « Oui Monsieur », et je prétendais que je le faisais pour le Seigneur. Mais bien sûr, il n'a pas fallu longtemps pour que je trébuche.

Veuillez noter que dans le verset 6:5, il n'est pas écrit: « comme si c'était Christ. » Mais il est dit: « comme à Christ. » Vous voyez ce que je veux dire, vous voyez la différence. Ce n'est pas un jeu, nous ne jouons pas au jeu: « Je prétends être. » Ce verset rappelle à l'esclave qu'il travaille en réalité pour le Seigneur, et pas comme si c'était pour le Seigneur ou en prétendant que c'est pour Jésus. Il ne s'agit pas de prétendre que c'est pour Jésus, c'est réellement pour Jésus. Admettons que votre patron soit méchant et oppressif et qu'il n'apprécie pas votre bon travail. Certainement que l'esclave a dû se dire qu'il perdait son temps, que son maître, cette bête sans sentiment, ne méritait pas qu'il travaille pour lui. C'est ce qu'il devait ressentir. A cela, Dieu répond: « Vous êtes employés par le Seigneur Jésus. » Peu importe votre travail. Ce n'est pas le hasard qui vous a amenés là. Vous Lui devez toutes choses.



NOUS SOMMES EMPLOYES PAR LE SEIGNEUR JESUS CHRIST

Laissez-moi vous donner une illustration humaine. Admettons que le Seigneur Jésus vienne en chair et en os dans votre vie de sorte que vous puissiez Le voir physiquement. Il frappe à votre porte et dit: « Pourrais-tu me faire une faveur? » Et à ce moment là, vous reconnaissez qu'Il est la deuxième personne de la trinité, votre Sauveur, le Seigneur Jésus. S'Il vous disait: « Pourrais-tu s'il te plaît enlever ces saletés pour moi? » Que feriez-vous sachant que c'est Lui? Enlèveriez-vous les saletés ou non? Et s'Il demandait: « Pourrais-tu, s'il te plaît, déplacer ces briques là-bas de l'autre côté? » Et bien, vous déplaceriez toutes les briques de l'autre côté. S'Il vous demandait de laver les fenêtres, auriez-vous des problèmes pour laver les fenêtres? Est-ce que vous laisseriez des traces sur les fenêtres? Il ne s'agit pas de prétendre ou de faire semblant. Voici les paroles que le Saint-Esprit dit aux esclaves: « Vous ne devez pas le faire comme pour un employé humain. Esclaves, vous avez une très haute position, vous êtes employés par le Seigneur Jésus-Christ, et votre service et tout votre ministère se fait pour Lui. Vous devez le faire, non d'une manière qui soit simplement agréable aux yeux, comme voulant plaire aux hommes, mais dans la sincérité de coeur comme pour Christ, sachant que vous recevrez de Lui votre salaire et votre récompense. Si seulement nous comprenions ce principe de base: « Non pas seulement sous leurs yeux, comme pour plaire aux hommes, mais comme des serviteurs de Christ. »

J'ai travaillé un certain temps dans une crèche, il m'a été demandé d'enlever toutes les mauvaises herbes et d'y mettre de la tourbe de sphaigne. Je me suis dit que mon chef n'allait pas voir de différence si j'enlevais les mauvaises herbes ou si je les recouvrais juste avec de la tourbe de sphaigne, parce qu'il ne verrait que la tourbe. Je n'ai donc pas enlevé toutes les mauvaises herbes, j'ai juste mis de la tourbe par dessus. Devinez ce qu'il a découvert au bout de quelques semaines? L'herbe était réapparue. Est-ce que nous servons comme pour plaire aux hommes, ou comme des serviteurs de Christ? Vous voyez, si le Seigneur Jésus était notre patron, nous n'essaierions pas de tricher ou de gâcher les choses. Nous ne serions pas négligents. Ce n'est pas un jeu, nous travaillons pour le Seigneur Jésus.

Il est demandé à l'esclave de se soumettre à son maître humain, non pas pour des salaires humains mais pour des salaires éternels. Réalisez-vous que chaque fois que nous nous plaignons, nous renions la souveraineté pratique de Dieu, peu importe contre quoi nous nous plaignons, il s'agit ici du travail. Chaque fois que nous nous plaignons, nous disons, « Dieu n'a rien à voir avec cela », comme s'Il n'était pas souverain. Il faut que Dieu l'imprime de façon indélébile dans votre coeur: vous faites les choses pour le Seigneur, et non pour les hommes. Laissez-moi vous poser cette question: Si vous pouviez plaire au Seigneur dans votre travail, pensez-vous qu'un seul patron humain sur terre pourrait être mécontent? Vous voyiez, il n'y aurait aucune plainte au niveau terrestre si vous le faisiez pour le Seigneur. Si vous le faisiez vraiment pour Lui plaire à Lui, vous seriez le meilleur ouvrier sur la terre. Si vous le faisiez pour Lui, il n'y aurait pas de plainte.



L'ESCLAVE ET SON PROPRIETAIRE ONT LE MEME MAITRE

Le verset 6:9 dit: « Et vous, maîtres, agissez de même à leur égard, et abstenez-vous de menaces, sachant que leur maître et le vôtre est dans les cieux, et que devant lui il n'y a point d'acception de personnes. » Sur terre, ceux qui sont maîtres, propriétaires d'esclaves, employeurs, grâce à l'argent, l'éducation, l'héritage, les opportunités ou la providence de Dieu, ont toujours un rang social plus élevé que les esclaves. Les employeurs semblent avoir une vie plus facile que les employés. Ceux qui travaillent pour d'autres ne sont parfois qu'un numéro, ce ne sont que des mains que l'on loue. Les employeurs n'ont pas besoin de connaître votre nom, et parfois ils ne vous connaissent même pas. Mais Dieu rappelle aux maîtres que devant Lui, tout le monde est au même niveau. L'esclave doit rendre des comptes à son Maître céleste, mais son maître terrestre aussi, car ils sont tous les deux soumis au même Maître céleste. Une fois encore le Saint-Esprit fait comme dans tout ce chapitre, Il veut nous rendre attentifs à la relation verticale.



SI NOUS AVONS UNE JUSTE RELATION AVEC LE SEIGNEUR JESUS-CHRIST, NOUS AURONS UNE JUSTE RELATION DANS TOUTE RELATION HORIZONTALE

J'aimerais résumer tout cela en soulignant le grand principe. Est-il dit: « Femmes, soumettez-vous au Seigneur? » Non, il est dit: « Femmes, soumettez-vous au Seigneur afin de vous soumettre à votre mari. Enfants, obéissez à vos parents dans le Seigneur. Esclaves, servez Jésus-Christ. » Le principe c'est que si je suis soumis au Seigneur Jésus-Christ, je n'aurai aucun problème dans toutes les relations horizontales sur la terre. La plupart des couples rencontrent des problèmes. Il y a tant de conseillers conjugaux qui passent leur temps à gérer tous ces problèmes de couples. Mais ils ne font que travailler en surface. Ils ne vont pas au coeur des choses. Le coeur des choses est un problème spirituel. Lorsque quelqu'un vient à vous avec un problème, si vous savez que le problème est ailleurs, qu'il est spirituel, mais que vous lui donniez une réponse humaine, ce ne sera pas la vraie réponse. Vous suivez? En fait, dans tous les cas, le problème est le péché et la réponse est la Seigneurie de Jésus Christ. Il n'y a jamais d'exception, et cela simplifie grandement les conseils.

Quelqu'un dira: « J'ai des problèmes avec ma femme. » La réponse est qu'il faut qu'il s'accorde avec le Seigneur. Un autre dira: « Je n'arrive pas à m'en sortir avec mes enfants, il y a un problème de génération. » La réponse est qu'il faut qu'il s'accorde avec le Seigneur. Un autre encore dira: « J'ai vraiment du mal avec mon nouveau chef. » La réponse est qu'il faut qu'il s'accorde avec le Seigneur. Si vous avez une relation juste avec Dieu alors vous aurez des relations justes avec toutes les personnes que vous croisez dans la société. Pourquoi est-ce si mauvais de violer les lois de la société humaine? Parce que cela montre un problème de coeur. Chaque fois que vous violez une loi, Dieu dit: « Vous avez un problème avec ceci. » Si vous êtes justes avec cela, vous serez justes avec les autres choses. Tout dépend de notre union avec Jésus-Christ. Nous avons vu nos responsabilités bénies dans le chapitre 5 qui étaient de « marcher dans la lumière du Seigneur », « marcher dans la joie du Seigneur. » Et ici nous terminons avec « marcher en union avec le Seigneur. »

Ephésiens #15