ACTES #23 DÉLIVRANCE

(Actes 12:1-11)

Par Ed Miller

Le texte qui suit est la transcription d'un message donné en anglais. La forme orale a été conservée, mais des titres de sections ont été ajoutés pour faciliter la lecture. (NdT)

Bonjour et bienvenue dans notre vingtième-troisième leçon sur ce merveilleux livre des Actes.



RÉSUMÉ

Dans notre étude du livre des Actes nous sommes arrivés dans les chapitres 8 à 12. Lors de nos dernières études nous avons parcouru deux fois ces cinq chapitres. Lors de notre premier survol nous avons essayé de saisir ce que Dieu a à nous partager alors que l'évangile passe des Juifs vers les païens. Cela s'est passé de façon graduelle. Nous avons vu qu'il y avait cinq étapes préparatoires à cela.

Lors de notre deuxième survol, nous avons vu les personnalités mentionnées dans ces chapitres et leur contribution à l'histoire de la rédemption. J'appelle ces principes les grands fondements de l'église primitive.

Notre Seigneur a posé les bases des grands fondements dès le commencement et Il a illustré ces principes à travers des personnes représentatives. Plus loin alors que vous avancez dans le Nouveau Testament Dieu va développer toutes ces vérités. Ainsi nous avons étudié Étienne comme étant la première personne à voir vu la vérité de l'union avec Christ. Dieu développera cela plus loin. Nous avons vu Saul comme l'illustration de Dieu du converti modèle. Il y a de nombreuses choses au sujet de la conversion dans le reste du Nouveau Testament mais Paul illustre tous les principes.

Nous avons vu Philippe comme étant l'évangéliste modèle. Dans le reste du Nouveau Testament il y a de nombreuses choses au sujet de gagner des âmes, mais tout cela est illustré dans son état embryonnaire dans ce merveilleux serviteur du Seigneur qu'est Philippe.

A la fin de notre précédente étude nous avons parlé de Barnabas. J'appelle Barnabas le modèle du Paraclet. Vous vous rappelez que le mot Paraclet fait référence au Saint-Esprit. Barnabas était un homme qui avait un grand coeur. C'était celui qui réconfortait et c'est pour cela que j'ai fait le lien entre lui et le Saint-Esprit. Il est celui qui encourage et le pont entre le faible et le fort. Il est celui qui vient se mettre à côté de vous pour vous aider. Chaque fois que vous voyez Barnabas dans la Bible, il est en train d'aider quelqu'un qui est laissé sur le côté, quelqu'un qui est à la traîne, quelqu'un qui est faible et pauvre. La première fois que nous le rencontrons il vend un champ et distribue l'argent aux pauvres.

Nous n'en avons pas encore fini avec le récit concernant Barnabas. Nous avons encore un chapitre de sa vie à considérer. On trouve cela en Actes 15:36-39. En lisant cela il semblerait que nous terminions sur une mauvaise note, mais ce n'est pas le cas. En d'autres mots, il s'agit du récit de la division entre Barnabas et Paul au sujet de Jean-Marc. Il y a eu une séparation. Il y a eu un désaccord. Il y a eu une grande rupture.

En Actes 14:14 Barnabas est également appelé un apôtre. Comme cette histoire nous rapporte la première division entre deux apôtres, cela contient les principes fondamentaux concernant les divisions d'église. Dieu a anticipé le fait qu'il allait y avoir des divisions, des schismes et des désaccords lorsque les personnes ne peuvent pas se mettre d'accord.

J'avais prévu initialement d'étudier cela dans cette leçon mais je me suis ensuite ravisé et j'aimerais laisser ce récit à l'endroit où Dieu l'a mis. En d'autres termes, nous étudions les chapitres 8 à 12, et la division arrive dans le chapitre 15. Qu'est-ce qu'il y a au début du chapitre 15? La fin du chapitre 15 est la division entre Barnabas et Saul. Mais qu'est-ce qu'il y a au début?

La réponse est que cela est une autre division. Cette division-là est en lien avec des sujets doctrinaux. C'est pour cette raison qu'ils ont dû avoir ce grand conseil à Jérusalem. Nous avons là une division au sujet de la volonté révélée de Dieu. Mais la division entre Barnabas et Saul n'était pas au sujet de la volonté révélée de Dieu mais au sujet de fortes opinions des hommes. Barnabas avait une idée, Saul avait une autre idée et Jean-Marc avait une autre idée. Il n'y avait pas de volonté révélée de Dieu. C'était simplement leur propre opinion.

Ce que nous allons donc faire c'est mettre ce récit sur Barnabas de côté jusqu'à ce que nous en arrivions au chapitre 15. C'est à ce moment que je traiterai du sujet de la division dans son ensemble. Nous verrons ce que Dieu a à dire au sujet des divisions sur les points de doctrines et les divisions au sujet des opinions sans claire révélation de Dieu. Nous nous occuperons de cela dans le chapitre 15.

Ceci étant dit, j'aimerais que nous continuions notre survol des personnalités que nous trouvons dans les chapitres 8 à 12. Nous allons étudier Pierre qui est le modèle de la sanctification progressive. Dans votre étude des Évangiles, vous avez probablement remarqué qu'il est facile de s'identifier avec Pierre. Une des raisons est parce qu'il est l'illustration de Dieu de comment nous apprenons la vérité de façon graduelle et non pas tout d'un coup. Il a avancé en faisant des petits pas d'enfant et cela nous arrive également.

Nous trouvons deux récits au sujet de Pierre dans les chapitres 8 à 12. Il y en a un dans les versets 9:32-11:18. Il s'agit du récit de Pierre et de Corneille. Puis vous trouvez l'autre récit dans les versets 12:1-19, au sujet de la libération surnaturelle de la prison.

Lors de notre premier survol, lorsque nous avons vu de quelle façon Dieu a préparé graduellement l'Évangile pour l'emmener aux Gentils, nous avons eu une vue d'ensemble de Pierre et Corneille. Corneille était un « prosélyte de la porte » et nous avons vu de quelle façon Dieu est passé des Juifs, vers les Semi juifs, vers les « prosélytes de la justice », vers les « prosélytes de la porte » et enfin vers les païens. Comme nous avons vu un peu de cela, ce que j'aimerais faire est méditer au sujet de la délivrance surnaturelle de Pierre de la prison.

Comme Dieu est en train de poser de grands fondements lors de l'établissement de l'église primitive sur les vérités fondamentales, nous allons voir certains principes de comment Dieu délivre. C'est ce que nous allons voir maintenant.

De la même façon que Dieu nous donne des principes d'union avec Jésus à travers Étienne, des principes de salut par grâce dans la conversion de Saul, des principes sur l'évangélisation dans la vie de Philippe, et des principes d'aide dans la vie de Barnabas, maintenant Il nous donne des principes au sujet de la délivrance et de la liberté. Ici Dieu nous présente la façon par laquelle Il délivre. C'est comme cela qu'Il agit ici et c'est comme cela qu'Il le fera toujours.

Pierre a parcouru un long chemin pour arriver à Actes 12. Vous connaissez l'histoire de Pierre; après cet évènement il vivra encore vingt ans.

Actes 12:1-5 dit: « Vers le même temps, le roi Hérode se mit à maltraiter quelques membres de l'Église, et il fit mourir par l'épée Jacques, frère de Jean. Voyant que cela était agréable aux Juifs, il fit encore arrêter Pierre. - C'était pendant les jours des pains sans levain. - Après l'avoir saisi et jeté en prison, il le mit sous la garde de quatre escouades de quatre soldats chacune, avec l'intention de le faire comparaître devant le peuple après la Pâque. Pierre donc était gardé dans la prison; et l'Église ne cessait d'adresser pour lui des prières à Dieu. »

Lorsque vous en arrivez à quelque chose comme cela, avant que vous ne regardiez à des principes il est important d'être sûr que vous avez tous les faits historiques. Dans le verset 12:1 on nous parle du roi Hérode.

Je pense que vous savez que le nom d'Hérode tout comme le nom de César, fait parfois référence à un titre plutôt qu'à un nom de famille. Il est vrai que c'est un nom de famille mais c'est également un titre. Nous avons l'exemple de Pharaon dans l'Ancien Testament, ce n'était pas son nom mais son titre. C'était le titre du leader de l'Égypte. Nous avons également l'exemple d'Abimélec qui est le titre d'un roi et pas un nom. Il y a eu de nombreux Abimélec.

De la même façon il y a eu de nombreux Hérode dans le Nouveau Testament. Cela peut nous pousser à la confusion lorsque vous lisez le Nouveau Testament parce qu'il est fait référence à plusieurs Hérode différents. Au lieu de vous dire de quel Hérode il est fait référence ici, il est plus simple de vous dire de quel Hérode il n'est pas question ici.

Il ne s'agit pas de l'Hérode qui a tué les petits bébés lorsque Jésus est né. C'était Hérode le Grand et j'aime ajouter le mot monstre. C'était Hérode le grand monstre. C'était celui qui a tué tous les bébés. Il ne s'agit pas du Hérode qui a fait couper la tête de Jean le Baptiste. C'est devant cet Hérode que Jésus est passé en jugement avant qu'Il n'aille à la croix. C'est le neveu de celui de qui il est question ici dans les Actes. Et celui qui a tué les bébés est le grand père de celui dont nous parlons ici. Ils ont tous un lien les uns avec les autres mais il ne s'agit pas de celui dont nous parlons.

Plus tard nous verrons Paul à la fin des Actes faisant une belle confession devant Hérode Agrippa. Il s'agit d'Hérode Agrippa le second, il ne s'agit pas non plus de lui. Il s'agit de son fils. Ils sont donc tous liés les uns aux autres. Ce à quoi j'essaie de vous rendre attentif est que cet Hérode est Hérode Agrippa le premier. C'est le petit-fils du premier Hérode dont j'ai parlé. C'est le neveu du second Hérode dont j'ai parlé. C'est le Père du troisième Hérode dont j'ai parlé. Ce qui est important de retenir est que lorsque vous voyez le mot Hérode ne pensez pas toujours à la même personne.

Il existe de nombreux livres pour vous dire qui est qui. Nous avons ici affaire à Hérode Agrippa le premier qui est un homme très cruel. Dès le début du chapitre vous voyez qu'il a fait mourir Jacques par l'épée.



LA DÉLIVRANCE DOIT ÊTRE EN ACCORD AVEC LA PARFAITE VOLONTÉ DE DIEU

Laissez-moi vous donner trois principes de délivrance qui sont illustrés par cette merveilleuse histoire de la délivrance surnaturelle de Pierre. Le premier principe peut être résumé par cela. La délivrance doit être en accord avec la parfaite volonté de Dieu. Une autre façon de le dire est qu'il y a une délivrance « par quelque chose » et il y a également une délivrance « de quelque chose ». Si c'est la parfaite volonté de Dieu alors la délivrance « par » est tout aussi merveilleuse que la délivrance « de. » Laissez-moi vous dire exactement ce que je veux dire.

Vous avez noté qu'Actes 12 ne commence pas avec l'histoire de la délivrance de Pierre de la prison. Actes 12:1-2 dit: « Vers le même temps, le roi Hérode se mit à maltraiter quelques membres de l'Église, et il fit mourir par l'épée Jacques, frère de Jean. » De la même façon qu'il y a plusieurs Hérode, il y a également plusieurs Jacques dans la Bible. Lorsque vous lisez quelque chose au sujet de Jacques vous devez vous demander: de qui s'agit-il? Il s'agit d'un des douze apôtres, le frère aîné de Jean, un des deux fils de Zébédée. C'est ce Jacques qui a été tué.

Quoi qu'il en soit, Actes 12 ne commence pas avec la délivrance de Pierre « de » la prison. Ce chapitre commence avec la mort de Jacques, le premier apôtre à avoir été tué, à moins que vous disiez qu'Étienne était un apôtre comme certaines personnes le font. Quoi qu'il en soit c'est une des morts les plus récentes des apôtres.

Il se peut que vous vous disiez: « Un apôtre est tué en Actes 12 mais on ne lui accorde qu'une ligne. Pierre est délivré de la prison et on en parle dans dix-sept versets. » Cela ne semble pas très correct. Voici un des apôtres qui est tué, on pourrait donc penser que l'on y consacre plus de temps que simplement un petit verset. Tout ce que nous savons au sujet de sa mort est qu'il a été mis à mort par l'épée et ensuite on passe à l'apôtre Pierre. Actes 12 passe de la mort de Jacques à la délivrance de Pierre de la prison. Ne vous dites pas que cela est bien triste. Dieu a décidé de délivrer Pierre de la prison, mais Il n'a pas délivré Jacques de la mort. Jacques est tué et Pierre est délivré. Cela ne semble pas très juste. Jacques ne reçoit qu'un petit verset et Pierre reçoit dix-sept versets. Cela ne semble pas juste.

J'ai lu un commentateur qui écrit au sujet d'Actes 12:5, que la raison pour laquelle Pierre a été délivré de la prison et que Jacques a été tué, est parce que les chrétiens ont prié pour Pierre, mais qu'ils n'ont pas prié pour Jacques. La Bible ne parle pas du tout de cela. Nous ne savons pas s'ils ont prié pour Jacques ou pas. Personnellement je pense qu'ils l'ont fait. Je peux difficilement penser que l'église n'a pas prié pour Jacques alors qu'il était en prison. Certaines personnes pensent que l'église a prié pour que Pierre soit délivré. Mais la Bible ne dit pas cela, il est juste écrit qu'ils ont prié. Nous ne savons pas ce qu'ils ont prié. Si je connaissais quelqu'un qui est en prison et qu'il est prévu qu'il soit mis à mort, je ne prierais pas pour qu'il soit délivré. Je prierais sûrement pour que lorsque cette personne meure elle puisse mourir en laissant un bon témoignage et qu'elle puisse profiter de la grâce de Dieu.

Nous ne savons donc pas exactement ce qu'ils ont prié, mais je ne pense pas qu'il soit juste de dire que Pierre a été délivré parce qu'ils ont prié et que Jacques a été tué parce que l'église a refusé de prier. Je ne pense pas qu'il existe des raisons solides pour affirmer cela.

Est-ce que l'on peut dire que les faits montrent que Pierre a été délivré et que Jacques n'a pas été délivré? La réponse est non, ce n'est pas le cas. Ce n'est pas un fait de la Bible, ils ont tous les deux été délivrés. Pierre a été délivré « de la mort » et Jacques a été délivré « par la mort. » C'est ce que je veux dire lorsque je parle de la délivrance « par » et de la délivrance « de. »

C'est pour cela que le premier principe de la délivrance est que la délivrance doit être en accord avec la volonté de Dieu. A ce moment c'était la volonté de Dieu que Pierre soit délivré de la prison, mais ce ne sera pas le cas plus tard comme vous le savez. En Jean 21 Jésus a prédit que Pierre allait mourir en tant que martyr. Plus tard ce ne sera donc pas la volonté de Dieu que Pierre sorte de prison. Lorsque Pierre a écrit 2 Pierre 1 nous voyons qu'il est proche de mourir martyr et il regarde vers cette destinée car il la voit arriver.

Ce n'est pas dans la Bible mais l'histoire nous apprend que Pierre est mort d'une mort de martyr. Il est mort crucifié et cela s'est peut-être passé en l'an 65 ou 66. Les récits historiques nous disent qu'il ne s'est pas senti assez digne pour mourir comme le Seigneur Jésus et il a donc demandé s'il pouvait être crucifié la tête à l'envers. Pierre est donc mort d'une mort violente.

Pourquoi est-ce que Dieu n'a pas envoyé Son ange pour délivrer Pierre, en l'an 65 ou 66? C'est parce qu'à ce moment cela n'était pas Sa volonté. C'est cela le point important. Ce n'était pas la volonté de Dieu pour lui qu'il vive. En Actes 12 la volonté de Dieu pour Pierre était qu'il soit délivré « de la mort. » Plus tard la volonté de Dieu sera que Pierre soit délivré « par la mort. » Mais c'était toujours encore une délivrance. Tout dépend de la volonté de Dieu.

Nous avons ici un grand chapitre sur la délivrance. Mais il ne commence pas avec la délivrance de Pierre de la prison. Il commence avec Jacques qui est délivré par la mort. Lorsque vous en arrivez à ce chapitre, ne pensez pas que Pierre a été délivré mais que Jacques n'a pas été délivré. Jacques a également été délivré.

Cela me rappelle la phrase prononcée par les Schadrac, Méschac et Abed Nego devant Nebucadnetsar en Daniel 3:17: « Voici, notre Dieu que nous servons peut nous délivrer de la fournaise ardente, et il nous délivrera de ta main, ô roi. » Que les trois amis soient ou non délivrés de la fournaise, ils sont pourtant sûrs qu'ils sont délivrés de la main du roi. Il y a donc une délivrance « de » et une délivrance « par. »

En lien avec cela j'aime cette merveilleuse parole que Paul a écrite à Timothée juste avant qu'il ne meure en martyr. 2 Timothée 4:18 dit: « Le Seigneur me délivrera de toute oeuvre mauvaise, et il me sauvera pour me faire entrer dans son royaume céleste. A lui soit la gloire aux siècles des siècles! Amen! » Paul est mort en martyr d'une mort violente peu de temps après cela.

Il se peut que vous disiez donc: « Paul vient juste d'écrire à Timothée: le Seigneur me délivrera de toute oeuvre mauvaise. Pourquoi alors ne l'a-t-il pas délivré? » La réponse est que ce n'était pas une oeuvre mauvaise. Vous me demanderez: alors qu'est-ce qu'une oeuvre mauvaise? Une oeuvre mauvaise est quelque chose qui agit contre la volonté de Dieu. C'est cela une oeuvre mauvaise. Si c'est la volonté de Dieu alors c'est une bonne oeuvre.

Comme ces mauvaises personnes sont sous la souveraineté de Dieu, elles ne peuvent que servir le Seigneur. Si elles accomplissent la volonté de Dieu alors elles font une bonne oeuvre. Ainsi le premier principe de délivrance en Actes 12, est en lien avec le fait de désirer la volonté de Dieu. Si votre coeur désire la volonté de Dieu, alors il ne vous sera plus important d'être délivré de quelque chose ou par quelque chose. Ce n'est que par grâce que vous pouvez saisir cela. Vous ne comprendrez pas cela parce que je vous le dis ou parce que vous le lisez dans un livre.

Ce n'est pas la première fois que nous avons une image de cela. En Actes 7 et en Actes 8 nous trouvons les mêmes principes. Actes 7 et 8 nous parlent de deux diacres. En Actes 7 on parle du diacre Étienne. Actes 8 parle du diacre Philippe. Vous connaissez ces récits. En Actes 7 c'était la volonté de Dieu qu'Étienne soit délivré « par la mort. » Il a donc été lapidé à mort et il a vu le Seigneur Jésus exalté dans les cieux. En Actes 8 nous avons un récit au sujet du diacre Philippe. Il n'a pas été lapidé, il était en train de vivre un réveil en Samarie, puis il a été envoyé dans une autre région pour emmener l'eunuque éthiopien au Seigneur. Puis il est remonté vers Césarée et a fait un grand travail d'évangélisation dans cette région.

Il se peut que vous disiez: « Je préfère l'expérience du diacre Philippe à celle du diacre Étienne et je préfère la délivrance de Pierre à celle de Jacques. » Vous ne direz pas cela si votre coeur désire uniquement la volonté de Dieu. Dans ce cas il ne vous est plus important d'être délivré « de la mort » ou « par la mort. »

En l'an 2000, le Seigneur m'a délivré de la mort. J'ai eu une grave crise cardiaque. Personnellement j'étais assez excité parce que je pensais que j'allais voir le Seigneur le jour suivant. En l'an 2000 le Seigneur m'a délivré de la mort, mais un jour vient où Il me délivrera par la mort et peut-être par une crise cardiaque. Tout dépend de la volonté de Dieu. Si notre coeur désire la volonté de Dieu peu importe si nous sommes délivrés « de » ou délivrés « par. » L'un est tout autant précieux que l'autre.

C'est ici le premier principe par rapport à la délivrance que je désirais souligner que nous trouvons en Actes 12. La délivrance doit être en accord avec la parfaite volonté de Dieu.



DIEU NOUS OFFRE UNE DÉLIVRANCE AU MILIEU DES PROBLÈMES

Il y a un second principe de délivrance illustré dans ce chapitre, et qui peut être résumé en ces mots. Dieu offre la délivrance au milieu des problèmes. C'est une précieuse vérité que vous voyez se développer à travers toutes les Écritures. J'aime le dire de cette façon: « Pierre a été délivré avant qu'il ne soit délivré. » Je pense que vous comprenez ce que je désire dire par cela. Pierre a été délivré de la peur avant qu'il ne soit délivré de la prison. Il a vécu une délivrance intérieure avant qu'il n'ait eu une délivrance extérieure. Il a été spirituellement délivré avant qu'il ne soit physiquement délivré. Il a été délivré au milieu de tous ses problèmes avant qu'il ne soit délivré de la présence de tous ses problèmes.

Actes 12 nous donne le récit de la délivrance physique de Pierre de la prison et de ses chaînes. Mais son coeur a été délivré avant que son corps ne soit délivré.

Dans de nombreux cas, je pense que Dieu ne nous délivre pas des problèmes extérieurs parce que sinon nous ne Le laisserions pas nous délivrer des problèmes intérieurs. Pierre était en train de dormir entre deux soldats attachés avec deux chaînes. Devant la porte il y avait des gardes qui surveillaient la prison. Le grec nous dit que Pierre était profondément endormi. A quel point son sommeil était-il profond? Actes 12:7 dit: « Et voici, un ange du Seigneur survint, et une lumière brilla dans la prison. L'ange réveilla Pierre, en le frappant au côté, et en disant: Lève-toi promptement! Les chaînes tombèrent de ses mains. »

Premièrement il était attaché par des chaînes à un soldat à chaque poignée. Hérode avait déjà tué Jacques juste avant cela. Il l'a tué avec une épée. Il y a beaucoup de chance que Pierre finisse de la même manière que Jacques le matin suivant. L'idée d'Hérode est également de tuer Pierre. Il a fait tuer Jacques et cela a plu aux Juifs, alors il a fait arrêter Pierre. Il avait prévu de l'exécuter publiquement juste après la Pâque.

Si vous saviez que demain matin vous alliez mourir, est-ce que vous dormiriez profondément ce soir? Laissez-moi ajouter cela. Si vous saviez que demain matin vous alliez mourir d'une mort violente est-ce que vous dormiriez profondément ce soir? Pierre a fait beaucoup de chemin pour en arriver là où il est. C'est le même Pierre qui a eu tellement peur, qui était déterminé à sauver sa peau et qui s'est retrouvé au nombre des ennemis de Christ lorsqu'il a renié le Seigneur autour du feu. Il s'agit du même Pierre. Maintenant il y a des chances pour que le lendemain matin il soit mis à mort violemment. Pourtant Pierre dormait profondément. Je trouve que cela est une merveilleuse illustration du fait qu'il a été délivré avant qu'il ne soit délivré.

Dieu nous a béni en nous donnant un fils qui est sourd. Notre troisième enfant est profondément sourd. Nous avons donc grandi dans un monde de langue des signes. Un jour notre fils nous a demandé de lui acheter un réveil. Je lui suis dit: « Mais tu es profondément sourd comment est-ce que cela peut t'aider à te réveiller? » Je ne savais pas qu'il existait des réveils pour les sourds. Il existe deux sortes de réveils pour les sourds. Il y en a une sorte que vous pouvez placer sous votre coussin, qui vibre, et cela vous réveille. L'autre sorte possède une lumière qui vous réveille.

Je vous parle de cela à cause de ce que l'on lit en Actes 12:7: « Et voici, un ange du Seigneur survint, et une lumière brilla dans la prison. L'ange réveilla Pierre, en le frappant au côté, et en disant: Lève-toi promptement! Les chaînes tombèrent de ses mains. » Cette lumière devait être la gloire Shékinah du Seigneur. C'est la lumière qui a illuminé le ciel lorsque Jésus est né. C'est la lumière qui est apparue à Saul sur la route de Damas lorsqu'il tomba aux pieds du Seigneur. Malgré tout cela Pierre dormait profondément. Cette lumière n'a pas semblé suffisante pour le réveiller. Il est profondément endormi.

Vous devez presque rire lorsque vous lisez Actes 12:7 car il est écrit que l'ange réveilla Pierre, en le frappant au côté. Une des missions de l'ange était de réveiller Pierre. Et comment est-ce que l'ange l'a réveillé? La lumière brillante n'a pas suffi pour réveiller Pierre. L'ange a dû le frapper dans les côtes. Il a presque dû utiliser la violence pour le réveiller. Il arrive parfois que vous vous réveilliez juste lorsque vous sentez une présence dans la pièce. Mais cela n'a pas été le cas pour Pierre. Il a dû recevoir un coup pour être réveillé. Je pense que c'est un signe qui montre que Dieu l'a délivré avant qu'il ne soit délivré. Il a été délivré dans son coeur, il avait la paix même s'il a réalisé que le matin suivant il allait être mort. Sa tête se reposait sur le doux coussin de la volonté de Dieu. Il se reposait dans le Seigneur.

Est-il possible de profiter d'une paix parfaite dans votre coeur lorsque rien, si ce n'est de mauvaises nouvelles, sont devant vous? Oui c'est possible si vous mettez votre confiance dans le Seigneur. Si vos yeux sont tournés vers Jésus vous pouvez avoir la paix peu importe ce qui se passe dans votre vie.

Il y a quelque temps nous avons appris que David notre fils ainé avait une tumeur au cerveau et qu'il allait être opéré. Nous avons prié pour notre fils. Est-ce que je vais prier pour que Dieu le délivre de cette terrible situation? C'est ce qu'il y a sur mon coeur. Je prie toujours comme le Seigneur Jésus dans le jardin de Gethsémané: « Père, si tu voulais éloigner de moi cette coupe! Toutefois, que ma volonté ne se fasse pas, mais la tienne. »

Mais qu'en est-il si Dieu désire délivrer par? Sur quoi pouvons-nous nous reposer? La réponse est la volonté de Dieu. Est-ce que nous pouvons profiter du repos à la lumière de quelque chose comme cela? Bien entendu que nous le pouvons si nous regardons au Seigneur. Je pense qu'un des plus grands témoignages qu'un chrétien puisse donner est d'avoir la paix du Seigneur au milieu de terribles circonstances. Pierre profitait certainement de cela. Il n'y a rien qui puisse être un substitut à la paix que Dieu met dans le coeur lorsque tout semble aller de travers et que des jours sombres s'annoncent.

J'ai lu le commentaire suivant de quelqu'un qui essaie d'expliquer la grande paix dont Pierre a profité de cette façon. Cette personne écrit: « Pierre a été capable de dormir profondément parce qu'il savait qu'il n'allait pas mourir le jour suivant. » On peut se demander comment Pierre savait qu'il n'allait pas mourir. Cette personne base cela sur Jean 21:18 où Jésus dit à Pierre: « En vérité, en vérité, je te le dis, quand tu étais plus jeune, tu te ceignais toi-même, et tu allais où tu voulais; mais quand tu seras vieux, tu étendras tes mains, et un autre te ceindra, et te mènera où tu ne voudras pas. » Jésus dit ici que Pierre va mourir lorsqu'il sera vieux. Cette personne dit que Pierre n'était pas vieux à ce moment et par conséquent il savait qu'il ne va pas mourir.

Actes 12 a pris place aux alentours de l'an 45, quelque quinze ans après que Jésus soit monté au ciel. Pierre a vécu encore vingt ans après ces faits. Il n'est mort martyr que vingt années plus tard. Vous direz peut-être qu'il n'était pas encore vieux. Mais la vieillesse est relative.

Personnellement j'ai un neveu qui est mort lorsqu'il avait trois ans. Il a été tué par un conducteur ivre. A deux ans et demi il était déjà vieux parce que c'était la fin de sa vie. La vieillesse est relative et personnellement je ne pense pas que Pierre raisonnait en prison en se disant: « Je ne suis pas encore vieux, je ne vais pas mourir. » Je pense que l'on peut dire qu'il était vieux. Personne ne sait quel âge avait Pierre lorsque Jésus l'a appelé. Ceci dit il semble avoir été assez vieux. Lorsqu'il est en prison en Actes 12 il doit avoir autour de cinquante ans. Peut-être un peu plus que cinquante ans. Je pense qu'à la lumière de tous ces faits, c'est-à-dire que Jacques a été tué et que Hérode allait le faire mourir, il devait se dire qu'il devait être vieux et qu'il allait mourir le lendemain.

Le point que je désire souligner est le fait que Pierre n'avait aucune idée qu'il allait encore vivre vingt années supplémentaires. Je n'aime pas l'idée que certaines personnes ont et qui est de dire qu'il a reçu sa paix à partir d'un raisonnement humain. Non, personne ne reçoit de paix à partir d'un raisonnement humain. Il a reçu sa paix à partir d'Esaïe 26:3 qui dit : « A celui qui est ferme dans ses sentiments Tu assures la paix, la paix, Parce qu'il se confie en toi. » Dans l'Hébreu, le mot paix est répété deux fois, c'est une façon d'insister sur la plénitude de la paix. C'est une paix qui se répète toujours à nouveau. C'est donc une parfaite paix que recevront ceux qui se confient en Dieu.

Pierre n'a pas reçu la paix en se basant sur des raisonnements humains. Ce n'est pas en se disant qu'il n'était pas assez vieux pour mourir qu'il a reçu la paix. Non, les choses ne se sont pas passées comme cela. Il est allé dormir et il a dormi profondément parce qu'il a mis sa confiance dans le Seigneur, à tel point que l'ange a dû le réveiller en le frappant. C'était le fruit d'un miracle de la part du Seigneur.

Les deux premiers principes que nous avons vus concernant la délivrance sont donc que premièrement la délivrance doit être selon la parfaite volonté de Dieu. Si c'est la volonté de Dieu que vous désirez alors il ne sera pas important pour vous que vous soyez délivrés « de » ou délivrés « par. » Deuxièmement Dieu offre la délivrance au milieu de vos problèmes. C'est une délivrance avant la délivrance! C'est une délivrance intérieure.



DIEU NOUS DÉLIVRE SOUVENT DE NOS PROBLÈMES

Le troisième principe est que souvent la volonté de Dieu est de vous délivrer de vos problèmes. Il n'a pas promis de tout le temps faire cela. Dans la situation où il est, Pierre a eu de nombreux problèmes. Il est probable que vous n'ayez jamais les problèmes que Pierre a eus cette nuit-là.

Actes 12:4 dit: « Il le mit sous la garde de quatre escouades de quatre soldats chacune. » En d'autres mots ce sont seize soldats qui ont été affectés à la garde de Pierre, pour être sûr qu'il reste en prison. Les soldats se relayaient toutes les six heures de garde. Pierre était lié entre deux soldats. Les soldats changeaient mais Pierre ne changeait pas, il était enchaîné pendant les vingt-quatre heures. Il est enchaîné à ces soldats pendant toute la journée. Les soldats devaient surveiller la porte de la cellule.

Pourquoi est-ce qu'Hérode a affecté tous ces gardes à Pierre? La réponse est parce qu'il était possible que quelqu'un vienne délivrer Pierre. En effet Actes 5:19 dit: « Mais un ange du Seigneur, ayant ouvert pendant la nuit les portes de la prison, les fit sortir. » Ainsi Hérode a pris toutes les précautions pour être sûr que Pierre ne s'échappe pas cette fois-ci. Il a pris de grandes mesures pour assurer la garde de cette personne.

J'ai lu un commentaire qui dit que les soldats se sont endormis et que c'est de cette façon que Pierre s'est enfui. Si vous étiez un garde romain et que vous vous endormiez vous pouviez perdre votre tête. Bien entendu ils ont de toute façon perdu leur tête. En Actes 12:19 il est écrit qu'ils ont été exécutés, parce que Pierre s'était enfui.

Être enchaîné à deux gardes n'était qu'un des problèmes de Pierre. Les soldats se sont relayés. Ils étaient frais, mais pas Pierre. Actes 12:7 dit: « Et voici, un ange du Seigneur survint, et une lumière brilla dans la prison. L'ange réveilla Pierre, en le frappant au côté, et en disant: Lève-toi promptement! Les chaînes tombèrent de ses mains. »

N'est-ce pas glorieux? Les chaînes tombèrent de ses mains. Peut-être que vous pouvez dire: « J'ai des problèmes et ce sont comme des chaînes pour moi. Il semble que je sois enchaîné à ces problèmes. » Si c'est la volonté de Dieu alors ces chaînes peuvent tomber. Dieu peut vous délivrer de cette façon.

Je ne sais pas de quelle façon Pierre était protégé, je ne pense pas que les gardes se soient endormis. Certains pensent que c'est peut-être la lumière surnaturelle qui l'a protégé. Les gardes cherchant Pierre ne sont alors pas arrivés à le trouver. Une des raisons pour lesquelles je ne suis pas enclin à croire cela, est à cause du verset 12:18 qui dit : « Quand il fit jour, les soldats furent dans une grande agitation, pour savoir ce que Pierre était devenu. » Les gardes ne savaient même pas qu'il avait disparu, jusqu'au lendemain. Je ne pense donc pas qu'ils ont essayé de le rechercher au milieu d'une forte lumière. Je ne pense pas que les gardent savaient ce qui se passait et qu'ils aient vu la lumière. Je pense qu'ils étaient dans la même cellule que Pierre mais que ce n'est que ce dernier qui a vu la lumière.

Les gardes pensaient encore qu'ils étaient enchaînés à lui. Lorsque la lumière du matin est venue, Pierre était parti. Les gardes n'avaient aucune idée de ce qui s'était passé.

Voici donc de quelle façon Dieu peut résoudre les problèmes. Lorsqu'il semble que vous êtes enchaînés à quelque chose vingt-quatre heures sur vingt-quatre, qui ne vous laisse pas partir, Dieu peut vous libérer.

Voici une autre illustration de cette vérité que l'on trouve dans le verset 12:10 qui dit: « Lorsqu'ils eurent passé la première garde, puis la seconde, ils arrivèrent à la porte de fer qui mène à la ville, et qui s'ouvrit d'elle-même devant eux; ils sortirent, et s'avancèrent dans une rue. Aussitôt l'ange quitta Pierre. » Il ne s'agit pas ici de la porte de la ville mais de la porte de la prison. C'est la porte qui donne sur l'extérieur du campement.

C'est une grande porte de fer. C'est la porte qui était trop haute à escalader, et trop lourde pour être ouverte. Il s'agit d'une grande et grosse porte de fer qui permet de rentrer et de sortir de la prison. Pourtant on lit qu'elle s'est ouverte d'elle-même devant eux!

J'aime imaginer les choses de cette façon. J'imagine Pierre dans la cour à côté de l'ange en train de marcher vers cette grosse porte de fer qui n'est plus qu'à une dizaine de mètres en se disant: « Je suis heureux que le Seigneur m'a délivré de ces chaînes dans la prison. Je suis heureux de ce que le Seigneur m'a permis de passer le premier garde qui surveillait ma cellule et le second qui gardait la prison. Mais maintenant il y a cette grande et grosse porte qui se dresse devant nous et j'aimerais que Dieu puisse également ouvrir cette porte. » Je m'imagine l'ange répondre: « Dieu n'a pas promis d'ouvrir la porte de fer alors que tu es encore à dix mètres d'elle. Continue de marcher. » J'imagine Pierre à cinq mètres de la porte se disant: « J'aimerais que Dieu puisse ouvrir la porte de fer. » Je m'imagine l'ange répondre: « Dieu n'a pas promis d'ouvrir la porte de fer alors que tu es encore à cinq mètres d'elle. Continue de marcher. » J'imagine Pierre à trois mètres de la porte se disant: « J'aimerais que Dieu puisse ouvrir la porte de fer. » Je m'imagine l'ange répondre: « Dieu n'a pas promis d'ouvrir la porte de fer alors que tu es encore à trois mètres d'elle. Continue de marcher. » Puis en arrivant devant la porte, elle s'ouvre d'elle-même.

Il arrive parfois que j'aimerais que Dieu ouvre une porte de fer que je vais rencontrer dans un mois. Mais Dieu n'a pas promis d'ouvrir une porte que je verrai dans un mois, il faut que je continue de marcher. Deux semaines avant d'arriver à cette porte j'aimerais que Dieu me montre un chemin pour la passer. Mais je dois simplement continuer de marcher. Une des raisons pour lesquelles Dieu vous laisse continuer d'avancer vers la porte de fer, est que lorsqu'il se passe finalement quelque chose vous savez que cela vient du Seigneur et pas de vous. Il ne s'agit pas de notre propre sagesse ou action. Dieu nous laisse marcher vers la porte de fer. Nous trouvons donc ici ces grands principes de délivrance illustrés dans cette merveilleuse histoire.

Nous allons terminer avec le verset 12:9 qui dit: « Pierre sortit, et le suivit, ne sachant pas que ce qui se faisait par l'ange fût réel, et s'imaginant avoir une vision. » Lorsque Dieu nous délivre Il le fait très souvent de telle façon que vous ne savez même pas que cela est réel. Vous vous dites simplement: « Mais comment est-ce que cela est arrivé? Je ne pensais jamais pouvoir me sortir de cette situation. Comment est-ce que cette porte de fer a pu s'ouvrir? Je ne pensais jamais que cela pouvait se passer. » Il arrive parfois en tant que chrétien que vous pensez presque que vous rêvez à cause de la délivrance du Seigneur. Il y a encore tellement de choses dans le chapitre 12 comme la visite de Pierre à la maison de Jean-Marc. Nous verrons cela dans notre prochaine leçon.

Revoyons ensemble ces grands principes sur la délivrance. Premièrement la délivrance doit être en accord avec la parfaite volonté de Dieu. Deuxièmement il existe une délivrance intérieure qui est bien plus importante qu'une délivrance physique. Dieu peut vous délivrer au milieu de tous vos problèmes. Le dernier principe que nous avons vu est que parfois c'est la volonté de Dieu de vous délivrer de situations impossibles. Il n'a pas promis de toujours le faire, mais Il le fait parfois et lorsqu'Il le fait votre coeur est rempli de louange, et vous devez presque vous frapper sur le visage pour être sûr que vous êtes bien réveillé et que vous ne rêvez pas.

Prions:

Père merci tellement pour Actes 12 pas pour ce que nous pouvons penser que cela signifie mais pour tout ce que Tu as inspiré que cela devait signifier. Nous avons vu comment Tu as délivré Pierre et Jacques. Merci pour la douce volonté de Dieu. Permets-nous d'avoir simplement comme passion que Ta volonté soit faite. Merci également Seigneur pour les fois où Tu nous accordes la paix, même lorsque nous sommes enchaînés aux gardes romains. Même lorsque nous sommes enfermés à clef dans la prison. Même si devant nous nous ne voyons que des mauvaises choses. Merci pour cela. Merci également pour les nombreuses occasions lorsque les chaînes tombent, que la porte s'ouvre en sorte que nous puissions sortir dans Ta parfaite volonté. Merci de manifester cela dans nos coeurs et que nous puissions tous avancer dans la connaissance de notre Seigneur Jésus. Au nom de Jésus. Amen.

Actes 24