2 CORINTHIENS #8

(2 Corinthiens 6:1-18)

Par Ed Miller

Bonjour et bienvenue dans notre huitième leçon sur cette merveilleuse épître de 2 Corinthiens.



RESUME

Permettez-moi de rappeler les choses principales que nous avons vues afin que nous puissions aller au centre de ce que Dieu a sur le coeur avec le message de 2 Corinthiens, puis nous reprendrons là où nous nous sommes arrêtés. Nous avons étudié la vie de Paul en tant que modèle inspiré par Dieu de la vie chrétienne. C'est de cette manière que la vie chrétienne devrait être vécue. Vous ne devez pas regarder à moi et dire: « C'est de cette façon que je devrais vivre la vie chrétienne » et moi je ne dois pas regarder à vous et dire: « C'est de cette manière que je devrais vivre la vie chrétienne. » En fait nous ne regardons pas aux hommes pour rechercher un modèle sur la façon de vivre la vie chrétienne.

Laissez-moi vous donner une illustration assez simple. Elle est peut-être maladroite, mais je pense que cela devrait nous aider à fixer les idées. J'ai toujours été un spectateur au niveau du sport. J'aime regarder le sport, mais je n'aime pas vraiment faire du sport moi-même. Pourtant j'aime bien le golf. J'ai toujours aimé le golf. J'ai commencé en tant que caddie lorsque j'avais douze ans. Lorsque vous êtes caddie, vous avez bien entendu beaucoup d'occasions de voir comment se pratique ce sport.

J'ai été le caddie de nombreuses personnes différentes. Certaines d'entre elles n'en faisaient que le week-end, mais certaines faisaient des compétitions. Il m'est arrivé plusieurs fois de travailler pour des professionnels. Je pense que j'ai dû voir toutes les façons possibles et imaginables de tenir un club de golf et toutes les façons de faire un swing. La grosse erreur que j'ai faite, c'est que je n'ai jamais pris de leçon de golf parce que je pensais que je pouvais apprendre en observant. J'aime toujours le golf et peut-être que vous me poserez la question: « Est-ce que tu sais jouer au golf? » Si cela signifie est-ce que je connais les règles, je pense que je peux dire que je connais la plupart des règles. Si par cette question vous voulez dire est-ce que je sais toucher la balle, je peux également répondre oui. Si vous me demandez si je peux contrôler la balle, c'est une autre histoire. Ce qui est sûr c'est que j'en ai toujours pour mon argent lorsque je joue parce que les parties durent longtemps, il me faut autant de coups pour faire un parcours de dix-huit trous que certains pour un parcours de trente-six trous! Le fait est que je ne suis pas un bon golfeur et que je ne le serai probablement jamais.



AVOIR LE BON MODELE

Une des raisons est que j'ai observé les mauvaises personnes. Je suis également certain que je n'ai pas seulement suivi de mauvais exemples, mais que j'ai également inventé mes propres façons de faire un swing! Une des difficultés que vous pouvez avoir au golf c'est d'apprendre de travers et ensuite d'avoir à vivre la douloureuse et délicate expérience de devoir tout désapprendre. Une fois que vous avez appris quelque chose de travers, vous avez des problèmes parce que vous avez pris de mauvaises habitudes et vous les reproduisez toujours à nouveau. Même lorsque l'on vous donne ensuite les bonnes instructions pour bien le faire, vous retombez dans les mêmes travers.

Tout cela n'est pas trop grave au niveau du golf. Mon beau-père et mes amis peuvent tout de même venir jouer avec moi et supporter mon pauvre style parce que nous pouvons tout de même avoir de bons moments ensemble. Mais j'ai également fait la même chose dans ma vie chrétienne. Ce n'est pas très problématique si vous faites ces erreurs dans le golf, mais cela devient très problématique lorsque vous faites cela dans votre vie chrétienne. J'ai observé les mauvaises personnes. J'ai observé les mauvais modèles de Christ. J'ai lu toute une série de livres. J'ai observé toute une série d'hommes de Dieu. J'ai suivi ce pasteur, cet évangéliste et cet ancien. Tout le monde semble avoir de bons conseils sur la façon de vivre la vie chrétienne de la bonne manière. Dans mes sept premières années de vie chrétienne, je savais que j'étais né de nouveau et que j'allais au ciel, mais je peux vous dire que j'étais extrêmement frustré.

Comme j'ai mal appris à jouer au golf, ma balle terminait toujours dans la mare ou dans la forêt et c'était la même chose avec ma vie chrétienne. Je pensais que c'était agréable d'être chrétien. Je n'étais pas supposé finir en étant frustré à marcher à travers la forêt à la recherche de ma balle, je ne savais même pas de quelle façon aller sur le green.

Je suis allé une fois faire du golf avec un ami, qui n'avait jamais joué, et nous avons pris du bon temps de communion ensemble. Mais lorsque nous sommes arrivés il m'a dit: « Est-ce normal que je saigne? » La raison pour laquelle je vous rends attentifs à cela est parce qu'après sept années à jouer à la vie chrétienne, j'ai dû me poser la question: « Est-ce que je suis supposé saigner? » Est-ce que je vis de la bonne façon? Il y avait quelque chose de terriblement faux dans ma vie chrétienne. Mon coeur ressent de la sympathie pour tous ceux qui regardent aux modèles incomplets de la vie chrétienne.

Laissez-moi vous le dire de cette façon pour revenir vers 2 Corinthiens. L'apôtre Paul est le seul professionnel de la vie chrétienne. Dieu nous dit que si nous désirons apprendre comment vivre la vie chrétienne, nous devons prendre des leçons chez Paul. Ne pensez pas que vous pouvez comprendre cela par vous-mêmes. Vous ne le pouvez pas. Ne pensez pas que vous pouvez tout simplement suivre l'exemple de quelqu'un d'autre. Vous ne le pouvez pas. Dieu nous a donné un exemple, un professionnel, quelqu'un qui sait comment bien tenir un club, comment se tenir, comment faire un swing et comment frapper la balle. Il sait comment le faire. Paul est notre exemple inspiré.

Peu importe à quel point nous pouvons aimer quelqu'un d'autre, si vous suivez un autre être humain sur terre vous finirez par prendre de mauvaises habitudes. Vous finirez par en avoir parce que tout le monde agit d'une façon différente. C'est très frustrant parce que lorsque vous faites quelque chose de faux, vous recevez des conseils. Quelqu'un voudra peut-être vous dire comment bien faire. Mais cela ne marche jamais, même si parfois il semble que cela fonctionne un certain temps, c'est pour cette raison que les hommes continuent de mettre leurs idées en avant.

Ainsi lorsque vous allez essayer de jouer au christianisme, vous finirez par exprimer votre frustration en disant: « Je n'arrive vraiment pas à joindre les deux bouts. Je sais que je ne suis pas supposé continuer de pécher et de pécher encore. Pourquoi est-ce que toutes ces choses semblent si mortes? Pourquoi est-ce que tout est tellement sec? N'y a-t-il pas de la joie dans la vie chrétienne? » Peut-être que quelqu'un viendra alors vers vous avec ce conseil. Il dira: « Qu'en est-il de ta vie de prière? » Vous commencez alors à travailler sur votre vie de prière. Mais cela ne fonctionne toujours pas, donc quelqu'un d'autre vient et dit: « J'ai découvert la solution, il te faut un moment de recueillement seul avec Dieu. Il faudrait que tu te lèves à telle heure pour passer un moment avec le Seigneur et écrire chaque promesse, chaque commandement et ainsi mémoriser les Ecritures. » Mais même si vous faites cela un certains temps, vous continuerez à envoyer la balle dans la forêt. Puis quelqu'un viendra vous suggérer de pratiquer le jeûne. Il vous demandera: « Est-ce que vous jeûnez? Voilà le secret. C'est le jeûne. » Vous prenez donc cette règle et vous essayez de jeûner. Puis vous finissez rapidement par donner la dîme. Ensuite vous écrivez aux missionnaires. Puis vous visitez des missionnaires et vous finissez par y être engagé, vous devenez très actifs. Mais le Saint-Esprit nous aide à comprendre les choses correctement. Il simplifie tout pour nous en nous donnant un seul exemple et cet exemple tourne constamment nos yeux vers le Seigneur Lui-même. Voilà pour ce qui est des rappels.



REPOS DE LA FOI ET COMBAT DE LA FOI

Le secret de l'apôtre, que l'on trouve dans 2 Corinthiens, est la toute suffisance de Christ. Christ est suffisant. Christ est adéquat. Tout ce que vous aurez jamais besoin dans la vie chrétienne, comme l'apôtre l'a trouvé, est simplement Christ. C'est le Seigneur Lui-même et c'est tout. Il est tout ce dont vous avez besoin pour ce moment et à travers toute l'éternité. Cela ne changera jamais. Il a déjà fait pour vous tout ce dont vous avez besoin pour ce moment et pour tous les âges de l'éternité. Tout ce que le Seigneur vous appelle à faire est de croire cela. Voilà sur quoi peut se reposer votre foi.

Peut-être que quelqu'un dira: « Mais alors qu'est-ce que le combat de la foi? » Il doit sûrement y avoir un combat de la foi s'il y a un repos de la foi. Le repos de la foi c'est croire que Christ a déjà fait tout ce dont vous avez besoin pour ce moment et pour les âges à venir. Le combat de la foi c'est simplement prendre une ferme position pour le repos de la foi. Voilà quel est le combat de la foi. Si vous prenez une position ferme en faveur de cette vérité, tout le monde s'opposera à vous et vous verrez ce qu'est le combat de la foi. C'est constamment prendre position pour la grâce. Dieu nous a donc donné un exemple unique de la vie chrétienne en 2 Corinthiens.

Nous avons divisé ce livre en trois sections.

• Chapitre 1 à 7, Christ est tout suffisant en nous.
• Chapitre 8 à 9, Christ est tout suffisant à travers nous
• Chapitre 10 à 13, Christ est tout suffisant pour nous.

Dans notre discussion nous avons considéré les sept premiers chapitres. Nous avons déjà parcouru cinq de ces sept chapitres. Ces chapitres nous donnent les caractéristiques de l'apôtre Paul en tant que celui qui s'est approprié la toute suffisance de Christ. En d'autres termes, c'est à cela que ressemblera notre vie si nous connaissons la toute suffisance de Christ.

Nous avons considéré sept caractéristiques. Laissez-moi à nouveau vous les mentionner sans faire de commentaire puis nous prendrons la huitième.

• Si Christ est tout suffisant pour moi, le ministère découlera comme un sous-produit de cette union, de cette relation.
• Versets 1:1-12: Si Christ est tout suffisant pour moi, je me réjouirai constamment dans le Seigneur dans toutes mes circonstances, dans toutes mes difficultés.
• Versets 1:13-2:13: Si Christ est tout suffisant pour moi, mon coeur se focalisera sur une seule chose, pas sur de nombreuses choses. Le vrai chrétien n'a pas une vie encombrée de plein de choses. Son coeur est centré sur une seule chose, la gloire de Dieu.
• Versets 2:14-17: Si Christ est tout suffisant pour moi, je me réjouirai dans Sa victoire.
• Versets 3:1-18: Si Christ est tout suffisant pour moi, je vivrai selon le principe de la nouvelle alliance, selon le principe de la grâce.
• Versets 4:1-15: Si Christ est tout suffisant pour moi, Sa vie se manifestera à travers mon brisement.
• Versets 4:16-5:21: Si Christ est tout suffisant pour moi, je vivrai par la foi et non par la vue.

Très bien, cela nous amène maintenant à la dernière caractéristique. Prenons les versets 6:1-13: « Puisque nous travaillons avec Dieu, nous vous exhortons à ne pas recevoir la grâce de Dieu en vain. Car il dit: Au temps favorable je t'ai exaucé, au jour du salut je t'ai secouru. Voici maintenant le temps favorable, voici maintenant le jour du salut. Nous ne donnons aucun sujet de scandale en quoi que ce soit, afin que le ministère ne soit pas un objet de blâme. Mais nous nous rendons à tous égards recommandables, comme serviteurs de Dieu, par beaucoup de patience dans les tribulations, dans les calamités, dans les détresses, sous les coups, dans les prisons, dans les troubles, dans les travaux, dans les veilles, dans les jeûnes; par la pureté, par la connaissance, par la longanimité, par la bonté, par un esprit saint, par une charité sincère, par la parole de vérité, par la puissance de Dieu, par les armes offensives et défensives de la justice; au milieu de la gloire et de l'ignominie, au milieu de la mauvaise et de la bonne réputation, et de comme inconnus, quoique bien connus; comme mourants, et voici nous vivons; comme châtiés, quoique non mis à mort; comme attristés, et nous sommes toujours joyeux; comme pauvres, et nous en enrichissons plusieurs; comme n'ayant rien, et nous possédons toutes choses. Notre bouche s'est ouverte pour vous, Corinthiens, notre coeur s'est élargi. Vous n'êtes point à l'étroit au dedans de nous; mais vos entrailles se sont rétrécies. Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l'iniquité? Ou qu'y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres? Quel accord y a-t-il entre Christ et Bélial? Ou quelle part a le fidèle avec l'infidèle? Quel rapport y a-t-il entre le temple de Dieu et les idoles? Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l'a dit: J'habiterai et je marcherai au milieu d'eux; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. C'est pourquoi, sortez du milieu d'eux, et séparez-vous, dit le Seigneur; ne touchez pas à ce qui est impur, et je vous accueillerai. Je serai pour vous un père, et vous serez pour moi des fils et des filles, dit le Seigneur tout puissant. »



SOUS LE JOUG DE CHRIST PAR LA GRACE

Très bien, considérons la caractéristique suivante de quelqu'un qui connait la toute suffisance de Christ. Le principe peut être explicité par ces mots: celui qui connait la toute suffisance de Christ se maintient lui-même par la grâce sous le joug de Christ dans le saint des saints. Cela demande bien entendu certaines explications pour que vous puissiez voir cela dans ce passage, mais vous verrez que c'est le cas.

Il y a plusieurs images que l'apôtre utilise ici et il part du principe que vous connaissez ce dont il parle. Vous voyez lorsque vous arrivez en 1 Corinthiens, vous êtes passés à travers tous les livres depuis Genèse, donc vous connaissez tout ce qui a été écrit avant. Paul peut donc s'appuyer sur cela parce qu'il sait que vous connaissez ce qui vient avant. Mais dans le cas où vous ne le savez pas, laissez-moi vous mentionner certaines choses pour vous aider.

La première image est celle du verset 6:14 qui dit: « Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. » On peut traduire un joug mal assorti. Qu'est-ce qu'un joug mal assorti?

Dans la Bible le joug est associé avec la charrue. C'est cette simple pièce de bois qui est attachée autour du cou du boeuf. Les gens essayaient de trouver deux animaux de taille identique et de force identique pour qu'ils puissent les attacher ensemble. On passait la tête de ces deux animaux dans le joug pour qu'ils puissent tirer la charrue. On a même retrouvé des jougs datant de cette période qui permettaient de mettre quatre animaux dans un seul joug.

Comme le joug était utilisé pour des animaux de trait, il est devenu l'emblème de la servitude et du service dans la Bible. Parfois c'est utilisé de façon positive et parfois c'est utilisé de façon négative. Parfois c'était simplement l'image de la soumission. Par exemple la Bible nous dit que lorsqu'Israël était en Egypte, le peuple était sous le joug des égyptiens. Vous pouvez les imaginer en tant qu'esclaves tirant la charrue. En Deutéronome 28:47-48 nous lisons: « Pour n'avoir pas, au milieu de l'abondance de toutes choses, servi l'Éternel, ton Dieu, avec joie et de bon coeur, tu serviras, au milieu de la faim, de la soif, de la nudité et de la disette de toutes choses, tes ennemis que l'Éternel enverra contre toi. Il mettra un joug de fer sur ton cou, jusqu'à ce qu'il t'ait détruit. » Nous trouvons donc le bon joug et le mauvais joug à travers toute la Bible. Rappelez-vous ce que Christ a dit en Matthieu 11:29: « Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de coeur; et vous trouverez du repos pour vos âmes. » Avec Lui il ne s'agit pas d'un mauvais joug. Très bien, gardez à l'esprit que le joug est une pièce de bois avec deux trous dans laquelle deux animaux peuvent passer leur tête et ainsi devenir solidaires.

Dans ce cas, qu'est-ce qu'un joug qui est mal assorti? C'est presque comique lorsque vous voyez cette image. C'est presque comique d'imaginer ce que c'était. C'est la même pièce de bois avec des trous de tailles différentes. Vous avez un trou pour un grand animal et un autre pour un petit animal. Pouvez-vous imaginer un trou assez large pour le grand boeuf et dans le trou d'à côté un chien? C'est cela un joug mal assorti. C'est lorsque vous avez deux animaux différents qui tirent souvent dans des directions opposées.

Est-ce que vous savez comment les gens faisaient pour savoir si l'équipage des deux animaux était bien assorti? Ils mesuraient le sillon qui était tracé. S'il était inégal le plus fort faisait que la charrue tournait légèrement et les animaux finissaient par faire un cercle. Les paysans vérifiaient donc le sillon et ajustaient les animaux jusqu'à ce qu'ils trouvent les deux bons animaux qui pouvaient travailler ensemble. Voilà de quelle façon ils pouvaient tester les animaux. Ils devenaient ensuite une équipe parce qu'ils pouvaient tirer ensemble de façon coordonnée. Vous pouvez donc voir s'il y a un joug mal assorti, une alliance qui n'est pas sainte dans votre vie simplement en vous retournant et en regardant le sillon qui a été tracé. C'est comme cela que vous verrez si vous êtes bien ou mal assortis.

Ceci dit vous avez peut-être remarqué que la plupart du temps où quelqu'un utilise l'expression le joug mal assorti ou lorsque quelqu'un arrive à 2 Corinthiens 6:14, il dit que c'est en lien avec le mariage. On dit alors qu'une personne sauvée ne devrait pas se marier avec une personne non sauvée. Nous ne sommes pas sensés vivre avec un joug mal assorti. C'est probablement une application légitime de ce passage, mais ni ici, ni nulle part ailleurs la Bible ne dit que le joug mal assorti est lié au mariage. Ce sont les hommes qui l'ont appliqué de cette manière et c'est peut-être une application légitime, mais il n'est pas question de mariage dans ce chapitre.

Nous sommes en train de considérer la vie de l'apôtre Paul et les caractéristiques de la vie chrétienne, il n'est pas ici question du mariage mais cela peut être une application. Il parle ici de lien entre croyants et incroyants, de justes avec des non justes, de la lumière avec les ténèbres, de Christ avec Bélial, du temple de Dieu et des idoles. Vous pouvez avoir un joug mal assorti dans vos relations d'affaires. Je le redis, cela n'est pas faux de l'appliquer au mariage. Je ne désire pas rejeter cela, mais je dis simplement que nous devons être prudents pour que lorsque nous venons à la Bible, nous puissions voir tout le contexte. Certaines personnes disent simplement: « La Bible dit... » Puis elles vous disent quelque chose qui ne s'y trouve pas réellement.

Ceci dit laissons pour l'instant cette image du joug mal assorti et passons à la prochaine image. Puis après avoir vu cette image nous la combinerons avec la première et vous verrez d'où je tire ce principe.



NOUS SOMMES LE SAINT DES SAINTS DE DIEU

La seconde image se trouve au verset 6:16: « Quel rapport y a-t-il entre le temple de Dieu et les idoles? Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l'a dit: J'habiterai et je marcherai au milieu d'eux; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. »

Paul essaie ici d'attirer votre attention avec les mots qu'il emploie. Malheureusement nous sommes limités par la traduction française parce qu'il utilise un mot qui vous interpelle lorsque vous le lisez en grec. Mais comme vous ne lisez pas le grec, vous n'en voyez pas la puissance. Il vous a déjà capté avec l'image d'un boeuf et d'un chien étant mis sous le même joug. Cela a capté votre attention. Paul nous dit que nous sommes le temple du Dieu vivant. Nous lisons malheureusement souvent ces choses à la légère et nous en perdons ainsi l'impact.

Dans notre culture lorsque nous utilisons le mot « temple » nous pensons simplement à un bâtiment. Nous voyons un certain bâtiment et nous disons simplement c'est une bibliothèque, c'est une caserne de pompier, c'est une banque, c'est une station de police, c'est une église, c'est un temple. Nous disons que nous sommes le temple de Dieu, nous sommes le bâtiment dans lequel Dieu vit. Mais dans le grec ce n'est pas le mot « temple » qui est employé. Ils avaient un mot pour l'ensemble du temple, pour tout le complexe. Le mot grec pour cela est « hieron », c'est le mot que nous rencontrons souvent dans la Bible. Si Paul avait dit que vous êtes comme cela, il aurait employé ce mot grec. Mais il n'utilise pas ce mot. Il utilise un autre mot, c'est « naos. » Ce mot ne fait référence qu'à une petite partie du temple, pas à tout le temple. C'est une place toute spéciale dans le temple. Est-ce que vous avez trouvé à quoi cela fait référence? Le naos est le lieu très saint. C'est un mot particulier qui signifie le sanctuaire intérieur, le lieu sacré où Dieu Lui-même habite. C'est le Saint des Saints.

Il se peut que vous ne soyez pas trop familiers avec l'architecture du temple et peut-être n'avez-vous pas vu sa description dans l'Ancien Testament. Si c'est le cas vous ne pourrez pas saisir la puissance de l'illustration que Paul utilise ici. Le temple juif était fondamentalement divisé en trois grandes sections. La première section était appelée le parvis extérieur, elle correspondait à toute la section autour de l'édifice du temple en Lui-même. La deuxième section était appelée le lieu saint. Puis dans le lieu saint se trouvait encore une autre partie qui était appelée le lieu très saint ou le saint des saints. Cet endroit se situait au milieu du complexe du temple, c'était le sanctuaire, le saint des saints. Il y avait un grand voile qui séparait le lieu saint du lieu très saint. C'est ce grand voile qui a été déchiré en deux lorsque Jésus est mort sur la croix. Ce voile servait à cacher cette pièce.

Lorsque Moïse a reçu l'ordre de Dieu de construire le tabernacle dans l'Ancien Testament, dans le livre de l'Exode, Dieu lui a dit d'être certain de tout faire selon le modèle, puis Il a donné des instructions toutes particulières concernant le saint des saints. Après que tout cela soit terminé, la Bible nous dit que la gloire shekinah de Dieu est descendue sur ce lieu. Elle n'est pas entrée dans le temple mais uniquement dans le naos, dans le lieu très saint. Plus tard lorsque Salomon a entrepris de bâtir le temple, il a également reçu des ordres de la part de Dieu sur la façon de bâtir le saint des saints.

Puis lorsque tout fut complet et que le temple ait été bâti ils ont loué Dieu et la Bible dit que le feu est descendu du ciel ce qui a mis le feu au grand sacrifice qui était à l'extérieur, puis la gloire de Dieu est passée du naos du tabernacle pour aller dans le naos du temple de Salomon. La Bible nous dit que ce fut un jour si incroyable que les prêtres ne purent pas faire leur service. Le temple était complètement rempli et le naos rayonnait alors qu'il était occupé avec la gloire, la Shekinah de Dieu.

Dans le point que Paul souligne ici, il désire nous rendre attentifs au fait que ce qui était vrai pour le tabernacle et ce qui était vrai pour le temple, est encore vrai. En tant qu'individu notre corps est le nouveau temple. Mais pas tout le complexe, juste cette seule chambre qui est le naos, le saint des saints. La gloire de Dieu vit en nous de la même façon qu'elle était dans le temple. Vous voyez il est en train d'illustrer le principe de l'intimité de Dieu. Rappelez-vous que la Bible nous dit que tout le monde ne pouvait pas aller dans le saint des saints. Ce n'est que le grand prêtre qui pouvait y aller et qu'une fois par an. C'était un très grand jour. Il devait prendre cinq bains complets et se laver sept fois dans la même journée. Il représentait le peuple et il fallait qu'il soit saint pour aller dans cet endroit dans la présence de Dieu.

Ceci dit je ne désire pas passer trop de temps sur cette image mais il y a une autre chose que j'ai besoin de vous dire au sujet de ces trois chambres que sont le parvis extérieur, le lieu saint et le lieu très saint. On y trouve une incroyable expression de l'expérience chrétienne.

Ce que j'aimerais partager, je le tire d'autres passages de la Bible, mais on peut aussi le retrouver dans celui-ci comme vous allez le voir. Il y a des personnes que l'on peut qualifier de chrétiens du parvis extérieur. Il y a des personnes que l'on peut qualifier de chrétiens du lieu saint. Et enfin, il y a celles que l'on peut qualifier de chrétiens du lieu très saint. Si nous désirons suivre le modèle que l'on trouve ici, Paul nous dit que nous devons être des chrétiens du saint des saints. Nous ne devons pas nous contenter d'être des chrétiens du parvis extérieur ou du lieu saint. Pour que vous puissiez bien comprendre à quoi je fais référence, laissez-moi vous expliciter chacun d'entre eux.



LE CHRETIEN DU PARVIS EXTERIEUR

Dans le parvis extérieur il n'y avait que deux objets. Il y avait l'autel d'airain sur lequel l'animal était mis à mort. Ensuite alors que vous marchiez un peu plus loin, juste avant que vous entriez dans le lieu saint il y avait la cuve d'airain qui servait à la purification, qui était faite de miroirs et remplie d'eau. L'idée est que comme vous avez été lavés par le sang et avant que vous ne rentriez plus avant dans le second lieu, il fallait que vous vous assuriez d'être propres. C'est une merveilleuse illustration de la purification. Le message du parvis extérieur est: « Soyez propres, soyez purifiés. » Voilà ce que représente l'autel. Cela symbolise bien entendu le grand autel, la croix, ce n'est pas un animal mais l'Agneau de Dieu qui a été tué avant la fondation du monde.

Un chrétien du parvis extérieur est un chrétien qui est venu à la croix et qui a été purifié. Et comme c'est tout ce qu'il y avait dans le parvis extérieur, c'est également la fin de son expérience chrétienne. Tout ce qu'il sait est qu'il a été sauvé, il a été purifié. Il ne connait rien d'autre que la purification.

Vous voyez, le message du parvis extérieur est sale/propre, sale/propre, sale/propre, sale/propre. Loué soit Dieu pour le sang, mais tout ce que ce chrétien connait est le péché. Il peut toujours à nouveau redevenir pur. Lorsqu'il chute, il tombe sur sa face, remet sa vie en ordre et reprend son chemin. Puis il pèche à nouveau, il redevient sale, et il dit: « Seigneur purifie-moi. » Et il redevient pur. C'est une succession de hauts et de bas. Son message est: « J'ai été sauvé et vous aussi vous pouvez être sauvés. J'étais sale et maintenant je suis propre. Je n'ai pas besoin d'aller en enfer! J'ai été accepté par Dieu. » Mais c'est tout ce qu'il sait. C'est un chrétien du parvis extérieur. Chaque fois qu'il donne son témoignage tout ce que cette personne peut dire est: « J'ai été sauvé il y a quarante-sept ans. Dieu a lavé mon coeur. » Lorsqu'on lui demande: « Que se passe-t-il dans ta vie? » Il répond: « Je suis tombé dans le péché, mais j'ai à nouveau été lavé et purifié. Puis je suis à nouveau tombé et j'ai à nouveau été purifié. » C'est tout ce qu'il connait. C'est parce que le parvis extérieur était uniquement en lien avec la purification.



LE CHRETIEN DU LIEU SAINT

Il existe également un chrétien du lieu saint. Pour entrer dans le lieu saint, il vous faut passer à travers le parvis. Nous ne désirons pas dénigrer le parvis extérieur. Loué soit Dieu pour la purification. Lorsque vous êtes passés par la purification vous pouvez entrer dans le lieu saint où se trouvent d'autres objets. Il s'y trouvait un chandelier à sept branches, une table des pains de proposition et un autel des parfums. Les chrétiens du lieu saint sont arrivés un peu plus loin que la purification. Ils ont vu en Christ qu'il est leur chandelier, Il est leur vie, Il est leur guide et Il va les guider durant toute leur vie.

Ces chrétiens là en connaissent davantage sur la croix. Ils connaissent également les bénéfices de Dieu. Ils viennent à la table des pains de proposition et ils disent qu'ils ont appris à être nourris, que Dieu va pourvoir à tous leurs besoins. Ils en connaissent également aussi un peu au sujet de la prière, de la communion et de l'intercession. Ils sont venus à l'autel de l'encens. Ils ont compris qu'ils peuvent crier à Dieu et qu'Il entend. Leur marche avec Dieu est allée plus loin que celle des chrétiens du parvis extérieur parce qu'ils ont compris les façons de faire de Dieu. Ils n'ont pas uniquement Son salut, mais maintenant ils savent que Dieu va également les guider, les nourrir et qu'ils peuvent avoir une communion avec Lui. Voici pour les chrétiens du lieu saint.



LE CHRETIEN DU SAINT DES SAINTS

Enfin il y a les chrétiens du saint des saints. Je ne sais pas où vous en êtes dans votre vie et je ne pense pas que nous ayons le droit de nous juger les uns les autres et de se regarder les uns aux autres. Il est bien d'être dans le parvis, mais il est mieux d'être dans le lieu saint. Ceci dit le modèle de Dieu, l'objectif de Dieu est que nous soyons tous des chrétiens du saint des saints. C'est cela que Dieu désire pour nous. C'est cela qui est le meilleur. Il n'y avait qu'un seul objet dans le saint des saints, c'était l'arche de l'alliance. Est-ce que vous savez ce qu'était l'arche de l'alliance? Sa forme était celle d'un trône. Lorsque le peuple d'Israël déplaçait cela, le message était: Dieu est notre Dieu invisible. Dieu est assis sur le trône. Vous trouvez Dieu Lui-même dans le saint des saints. C'est là où se trouvait la nuée de gloire. Certaines personnes ne connaissent que le salut de Dieu. D'autres personnes connaissent les façons de faire de Dieu. Et certaines personnes connaissent Dieu Lui-même. Les chrétiens du saint des saints font partie de ces personnes. Ils ne font pas que servir le temple, ils servent le Seigneur. Ils sont dans l'endroit où Lui est. C'est un endroit de repos, c'est l'endroit où Il est souverain. Il règne et Il est assis sur le trône. C'est là où Dieu est tout et vous êtes simplement remplis de Sa gloire. Voilà ce qu'est le chrétien du saint des saints. La raison pour laquelle je vous rends attentif à cela est parce c'est ce que Paul a à l'esprit dans 2 Corinthiens 6:14-18.

Si nous vivions selon le modèle de la vie chrétienne, c'est que nous serions passés à travers le parvis extérieur. Chaque chrétien doit passer à travers le parvis extérieur et chaque chrétien doit passer un peu de temps dans le lieu saint. Mais lorsque Dieu vous emmène dans le saint des saints c'est là où vous commencez à vivre. C'est alors que vous pourrez pleinement voir à quel point la vie chrétienne est merveilleuse.

A la fin de notre dernière leçon nous nous sommes arrêtés sur le verset 5:20: « Nous faisons donc les fonctions d'ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous; nous vous en supplions au nom de Christ: Soyez réconciliés avec Dieu! » Paul se voyait lui-même en tant qu'ambassadeur. Un ambassadeur est le plus haut représentant diplomatique d'un pays qui est envoyé pour le représenter dans un autre pays et Paul se voyait lui-même comme un représentant. Le pays duquel il a été envoyé était une toute autre sphère, un tout autre monde. Il était un ambassadeur du ciel. Il était dans un royaume qui était dans un royaume. Il se trouvait parmi des gens qui n'étaient pas comme lui, et il était comme eux et en même temps différent. C'est une nouvelle génération parmi une ancienne génération Il se retrouvait dans un monde tout différent détaché du monde qu'il était venu servir. Il n'était pas juste ici pour observer, Dieu l'a envoyé en tant qu'ambassadeur. Christ l'a retiré et l'a mis dans un tout nouveau monde puis Il l'a renvoyé en tant que serviteur, en tant qu'ambassadeur avec un message, avec un job à faire en tant que serviteur dans son ancien monde.

Veuillez remarquer ce à quoi cet ambassadeur a dû faire face dans ce pays étranger. Le verset 4:10 dit: « Portant toujours avec nous dans notre corps la mort de Jésus, afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre corps. » Dans la liste qu'il cite plus loin Paul énumère vingt-sept différentes expériences auxquelles tout ambassadeur devra faire face. De nombreuses personnes ont essayé de les classer en catégories. La plupart des commentateurs les séparent en trois groupes de neuf. Ils disent qu'un groupe a trait au corps, un groupe a trait au mental et l'autre groupe au spirituel. Personnellement je n'arrive pas à faire cela mien. Par contre je sais que cela est vrai, neuf de ces expériences sont en lien avec les circonstances, c'est-à-dire avec ce qui vous arrive. Neuf de ces expériences sont en lien avec ce que les autres personnes vous font, comme vous jeter en prison. Il y a eu une forte opposition de la part des habitants du nouveau pays qu'il est venu servir. Neuf de ces expériences sont en lien avec ce que Paul a pris sur lui pour être un bon ambassadeur. Ce sont des choses dont il a souffert à cause de ses propres choix, comme le labeur, le travail, la patience, l'amour, la faim et le manque de sommeil. Il a décidé de faire ces choses à cause de l'amour qu'il avait pour ceux qu'il servait.

Très bien, laissez-moi maintenant faire une synthèse de ces deux images que sont le joug mal assorti et le saint des saints. Retournons à 2 Corinthiens et remettons le tout dans son contexte. Avec tout cela en arrière-plan, je vais essayer de vous montrer le principe sous-jacent.

Tout ce que nous avons vu représente beaucoup de pression pour un ambassadeur venant d'un autre pays. Nous sommes appelés à être ambassadeurs, nous sommes envoyés dans un autre pays et tout d'un coup toutes les circonstances semblent venir contre nous. Ceux envers qui nous sommes venus exercer notre ministère s'opposent à nous, et les choses que nous devons faire pour eux nous coûtent beaucoup. Il s'agit d'un incroyable renoncement à soi. Tout cela nous coûte beaucoup. Voici quel est le standard.

Celui qui envoie Paul dans ce pays étranger ne lui demande qu'une seule chose. Nous n'avons pas besoin de nous inquiéter beaucoup, c'est quelque chose de très simple. Voici la seule recommandation que le Seigneur donne. On la trouve dans les versets 6:3-4: « Nous ne donnons aucun sujet de scandale en quoi que ce soit, afin que le ministère ne soit pas un objet de blâme. Mais nous nous rendons à tous égards recommandables, comme serviteurs de Dieu, par beaucoup de patience dans les tribulations, dans les calamités, dans les détresses. »

Voici le standard que nous devons avoir. Nous sommes les représentants d'un autre monde, lorsque vous tombez votre réputation tombe également. Il en est de même pour le ministère, il sera discrédité. Lorsque la honte tombe sur vous, elle tombe également sur le Seigneur. La honte tombe sur son Nom, la honte tombe sur Sa cause, la honte tombe sur le ministère de réconciliation. La question que nous pouvons donc nous poser est comment est-ce que quelqu'un peut-être un ambassadeur? Comment pouvons-nous survivre à cela? Comment pouvons-nous faire cela?

Sachant cela, certains diront sûrement: « Si je veux survivre ici-bas, je devrais sûrement me mettre sous le même joug que le monde. » Nous avons là le contexte de ce joug mal assorti. On peut se dire: « Je devrais peut-être porter le joug avec eux. Ils ont de merveilleuses choses à m'offrir. Je suis un représentant de Dieu, mais je ne veux pas paraître comme étant bizarre, même si nous sommes son peuple en particulier. Ce n'est pas pour cette raison que nous devons paraître vieux jeu ou plus dans le coup. Je ne suis pas venu pour avoir des controverses. Je ne suis pas venu m'opposer à eux. Nous pouvons sûrement nous lier à eux. Nous sommes une société céleste, mais ce monde a de nombreuses choses à nous offrir. »



LE JOUG DE LA RECHERCHE D'ARGENT

Très bien, laissez-moi appliquer cela. Il y a de nombreuses façons de l'appliquer. Vous pouvez l'appliquer par rapport à la société, vous pouvez l'appliquer par rapport à la famille, mais comme nous parlons ici de choses spirituelles, laissez-moi l'appliquer à l'église. Par exemple l'église a toujours besoin d'argent. J'entends tout le temps cela. Lorsque j'allume la radio ou que j'ouvre ma boîte aux lettres, je trouve des incitations à donner de l'argent. Le monde fait preuve de beaucoup d'imagination pour essayer de prendre de l'argent aux gens. Nous pouvons donc avoir dans l'église l'idée que nous devons nous mettre sous le même joug pour trouver de l'argent. Nous nous mettons à raisonner comme eux.

On peut se dire qu'il n'est pas si mauvais de rechercher un peu d'argent. Il existe des méthodes pour faire que les gens donnent. Nous pouvons par exemple les embarrasser. Vous n'avez qu'à passer un panier sous leur nez, ils se sentiront alors embarrassés et ils devront sortir leur portefeuille. Nous pouvons également dire aux gens à quel point les besoins sont grands et vous pourrez les culpabiliser. Nous pouvons également leur lancer des challenges. Le monde a beaucoup étudié la façon dont on peut collecter de l'argent et nous pouvons nous mettre sous leur joug dans ce domaine.

Je vous rends attentifs à cela parce que c'est le contexte que nous avons ici. C'est cela le contexte du joug mal assorti. Dieu nous dit que nous sommes ambassadeurs et que nous représentons un autre monde, un autre pays, un autre principe, une autre façon de faire, une autre méthode. Nous ne devons pas nous mettre sous leur joug, ils n'ont rien à nous donner. Souvent ce n'est même plus un joug, c'est avoir la corde au cou. Le royaume des cieux n'a pas besoin de ce que le monde offre. Nous n'avons pas besoin des principes enseignés dans les cours de force de vente. Le monde cherche à augmenter la quantité d'argent. Dieu cherche à la diminuer. Nous devons comprendre les voies de Dieu dans ce domaine.

Je pense qu'une des choses les plus tristes qui soit entrée dans l'église est la députation. Je ne sais pas si vous avez entendu parler de cela. Lorsqu'un missionnaire désire partir au loin il doit faire de la députation. C'est-à-dire qu'il doit faire le tour de toutes les personnes et de tous les groupes pour engranger de l'argent. Il doit faire connaître ses besoins afin qu'il puisse partir sur le champ missionnaire. C'est un joug étranger, peu importe le nom que vous puissiez lui donner. Ne soyez pas trompés juste parce que les gens l'ont baptisé d'un autre nom. Certains appellent cela: « La semence de la foi ou les promesses de la foi. » La pire chose que j'ai entendue est les « voeux d'or. » Certains disent: « Faites vos voeux d'or au Seigneur. » L'ambassadeur ne doit pas penser qu'il doit aligner sa tête avec celle du monde pour pouvoir remplir sa mission.



LE JOUG DE LA PSYCHOLOGIE

Voici encore une autre illustration qui est un compromis. Le monde a ce qu'il appelle la psychologie. Cela est également une réalité qui pèse sur le peuple de Dieu. Les chrétiens se disent: « Nous avons étudié cela. Nous savons de quelle façon les gens se comportent. Nous allons apprendre de quelle façon être positifs avec les gens. » On peut donc suivre des cours sur comment être positif, comment méditer, comment encourager les gens à l'estime de soi, comment s'analyser soi-même. On pense avoir trouvé une victoire dans la psychologie.

Toute l'idée derrière cela est qu'il faut s'auto-analyser, regarder dans son coeur et y trouver ce qui est de travers. Ils disent que nous devons trouver nos blocages parce qu'il y aurait quelque chose dans notre passé qui aurait provoqué ces blocages. Ils disent qu'il faut trouver ce que cela est et ensuite l'apporter à Jésus. Mes amis, mais quel esclavage que cela est! Dieu ne vous a jamais demandé de faire cela. La raison est que vous n'avez pas davantage de capacité pour découvrir votre problème que vous n'en avez pour le résoudre, vous deviendrez fous à essayer de résoudre cela. Il s'agit du mystère de l'iniquité. Vous ne serez pas capables de faire cela. Non, il n'est pas bon de regarder les saletés qu'il y a dans son coeur. Cela risque de vous tuer, de vous rendre fous.

Lorsque Dieu sera prêt à vous montrer ce qu'il y a dans votre coeur, Il le fera. Il y a différentes manières de mettre cela en avant. Ne vous occupez pas de quoi que ce soit dans votre coeur avant que Dieu ne s'occupe de cela, quelque chose se passera ensuite. Sinon cela ne se passera pas bien. La méthode de Dieu est celle du Psaume 26:2: « Sonde-moi, Éternel! Eprouve-moi, fais passer au creuset mes reins et mon coeur. » C'est Dieu qui est Celui qui doit sonder votre coeur. N'essayez pas de rechercher par vous-mêmes ou alors vous finirez dans la frustration et la dépression, dans une introspection morbide en vivant sous une terrible culpabilité.



LE JOUG DE LA PROMOTION

Dieu nous dit que nous n'avons pas à nous mettre sous le joug avec ce monde pour devenir un ambassadeur. Vous n'avez pas besoin de trouver des personnes qui vont être vos référents. Vous n'avez pas besoin de trouver quelqu'un qui a un grand nom pour écrire la préface de votre livre. Vous n'avez pas besoin de faire une grande campagne de promotion en ayant toutes sortes de trucs et astuces pour vendre votre message. Vous n'avez pas besoin de publicité. Vous n'avez pas besoin d'essayer de placer « Seigneur Jésus » dans chacune de vos conversations. Vous n'avez pas besoin de faire ce genre de choses.

Nous marchons par l'Esprit, par les principes du ciel, pas par les principes de la dynamique de groupe. C'est cela l'Esprit de Dieu. C'est en pensant à ces différents domaines que Paul nous dit de ne pas se mettre sous un joug mal assorti. Nous n'avons pas besoin de tout cela pour survivre. Le verset 6:17 dit: « C'est pourquoi, sortez du milieu d'eux, et séparez-vous, dit le Seigneur; ne touchez pas à ce qui est impur, et je vous accueillerai. »

Si vous survolez rapidement le chapitre 6 vous en conclurez peut-être qu'il s'y trouve ici le principe de la séparation. Vous direz qu'il suffit juste de sortir et d'être séparés. Mais si vous ne lisez pas attentivement vous finirez avec une liste de règles comme: « Ne soyez pas un rocher de scandale. Ne mangez pas. Ne vous associez pas avec un tel. Ne jouez pas à ces jeux. N'allez pas dans cet endroit. Ne mettez pas cela dans votre bouche. Ne portez pas votre chemise de cette façon. Vos cheveux sont trop longs. Vos manches sont trop courtes. Votre jupe est trop courte. Ne portez pas de pantalon. Ne faites pas ceci et cela. Ne chantez pas cette musique. Vous ne pouvez pas pratiquer ce sport. » Dieu ne nous dit pas du tout cela. Le peuple de Dieu a pris ce chapitre et en a fait une suite de règles légalistes. Il ne s'agit pas du tout de cela. Il est clair que le principe ici est la séparation, cela ne fait aucun doute. Mais lisez attentivement. Il ne s'agit pas de séparation de quelque chose. Et ceci est un point important. Il s'agit de séparation pour quelqu'un. Le texte dit que vous êtes un temple mais pas n'importe quel temple. Vous êtes le saint des saints! Vous êtes séparés pour le Seigneur, pour vivre en communion avec Lui dans le saint des saints.



NOUS SOMMES SOUS LE JOUG AVEC DIEU

Veuillez noter comment le chapitre commence: « Puisque nous travaillons avec Dieu... » Pourquoi Paul parle-t-il ensuite du joug? C'est parce qu'il veut nous expliquer que notre façon d'être ambassadeurs n'est pas la même que celle d'être ambassadeurs dans le monde où le représentant est éloigné de celui qu'il représente. Il nous dit que nous n'avons pas besoin de nous mettre sous le joug avec eux parce vous pouvez vous mettre sous le joug avec Dieu. Vous pouvez travailler avec Dieu. Dieu nous dit: « Je suis sous le joug avec vous et c'est pour cette raison que vous n'avez pas besoin de toutes ces autres choses, parce que vous pouvez vivre à l'intérieur du saint des saints. » L'ambassadeur devrait vivre une vie de séparation. Cela ne fait aucun doute, mais il est séparé pour le Seigneur.

Est-ce que vous réalisez cela? Une grande partie de ce que nous appelons séparation n'est pas du tout de la séparation. Les chrétiens essaient constamment d'être saints, ils pensent qu'ils vont pouvoir être saints en se séparant eux-mêmes. Ils disent: « Je ne vais donc pas m'associer avec eux. Je ne vais pas faire cela. » Ils essaient de faire sortir plein de choses de leur vie. Mais après avoir considéré leur vie ils continuent de dire: « Je me sens tout aussi nul qu'avant. Je ne me sens pas plus proche du Seigneur qu'avant. » La raison est qu'ils ne le sont pas. Toute séparation de quelque chose doit provenir d'une séparation pour quelqu'un. Peut-être que vous vous dites: « Mais comment est-ce que je vais pouvoir me séparer du monde? » Rentrez dans le saint des saints pour un peu de temps et vous serez étonnés de voir à quel point vous pouvez être séparés du monde.

Entrez dans le saint des saints et commencez à profiter de Jésus et après un peu de temps toutes ces choses tomberont d'elles-mêmes. C'est de cette manière que Dieu nous sépare! Il fait tomber les choses en nous séparant pour Lui-même. Tout ce que Jésus nous a appelé à faire est de connaître Jésus. Tout ce qu'Il nous a appelé à faire est d'habiter dans ce temple, dans le saint des saints en profitant de Lui et ensuite nous serons séparés. C'est automatique, vous n'avez pas besoin de travailler à cela. Si vous avez à travailler sur une partie de votre vie chrétienne alors cela est irréel. Tout cela doit être automatique! C'est intuitif, c'est comme respirer. Vous n'avez pas besoin d'étudier cela! Vous avez simplement à connaître Jésus et ensuite toutes les autres choses prendront leur juste place d'elles-mêmes.

Voilà ce que l'apôtre nous dit ici. Le principe est que la vie chrétienne n'est pas une vie qui est régulée par les règles, avec une liste de ce qu'il faut ou ne faut pas faire. Paul nous dit que ce n'est absolument pas cela. Il nous dit que Dieu nous a appelés à un grand appel. Nous trouverons l'opposition dans les circonstances. Nous trouverons l'opposition chez les autres personnes. Il y aura des responsabilités et qui coûteront beaucoup de choses, cela nous coûtera de l'amour, des sacrifices et nous ne devons offenser personne d'aucune manière.

Comment est-ce que je vais être capable d'accomplir cela? Tout cela est un grand appel. La réponse est que je suis sous le même joug que Jésus dans le saint des saints, je suis dans un pavillon très sûr. Si vous trouvez quelqu'un qui a commencé à jouir de cela vous verrez que le ministère de la réconciliation avance. Voilà quel est le plan de Dieu.

L'apôtre a vu la folie qu'il y a de se mettre sous un même joug avec le monde. Le monde n'a rien à nous offrir. Toutes les personnes qui testent les méthodes et les biens de ce monde verront à quel point cela est vide. Cela ne fonctionne pas, cela ne fonctionnera jamais. Si les choses ne fonctionnent pas, elles ne fonctionneront pas, et au lieu de changer d'appétit ils changent de menu. Mais cela ne fonctionnera pas de cette manière. Dieu veut nous changer de l'intérieur. Paul a vu que se mettre sous un même joug que le monde était futile. Il a également vu que faire confiance à Paul était futile. Paul s'est vu comme faisant partie de ce monde et s'est dit qu'il ne désirait plus vivre par la vie de Paul. Il a appris à vivre par la vie de Dieu. Il a appris à vivre dans le saint des saints. C'est dans le saint des saints que les choses vont se passer, c'est le seul endroit où cela va se passer. Paul a ainsi été délivré du joug mal assorti et de la vie de Paul, puis il a appris à faire confiance à Dieu.

Laissez-moi terminer avec une illustration qui vient de la première partie du verset. Les versets 6:1-2 disent: « Puisque nous travaillons avec Dieu, nous vous exhortons à ne pas recevoir la grâce de Dieu en vain. Car il dit: Au temps favorable je t'ai exaucé, au jour du salut je t'ai secouru. Voici maintenant le temps favorable, voici maintenant le jour du salut. » J'aimerais souligner les expressions « le temps favorable » et « le jour du salut. »

Le chapitre commence avec un appel à ne pas recevoir la grâce de Dieu en vain. Paul n'a pas reçu la grâce de Dieu en vain. Il cite Esaïe 9. Ce que Paul nous dit est que la raison pour laquelle il survit en tant qu'ambassadeur sur terre est parce qu'il n'a pas reçu la grâce de Dieu en vain. Ce qu'il veut dire est qu'il fait maintenant appel à Dieu et qu'Il lui répond. Paul nous dit qu'il utilise chaque jour la grâce de Dieu. Il ne peut pas regarder au monde et se mettre sous son joug. Il ne peut pas non plus faire confiance à lui-même. Quelle est alors son espérance? C'est de ne pas recevoir la grâce de Dieu en vain. C'est maintenant le temps favorable, c'est maintenant le jour du salut. C'est maintenant qu'Il va nous aider.

Voilà ce que Paul nous dit ici: « J'ai appris à vivre de cette manière. » Lorsqu'il a besoin de quelque chose, il sait que le monde peut le lui offrir mais il ne veut pas se mettre sous son joug. Il pourrait également mettre sa confiance en lui-même. A la place il veut simplement recevoir la grâce de Dieu mais pas en vain. Il désire juste regarder au Seigneur.

Christ était tout suffisant dans la vie de Paul parce qu'il voyait que Dieu était un Dieu au temps présent. Ce n'était pas de la théologie. Ce n'était pas quelque chose dont il a entendu parler. C'était une personne. Dans chaque circonstance, et il en liste neuf ici, il faisait appel à Dieu, Dieu l'entendait et Il répondait. Chaque fois qu'il avait affaire à l'opposition il faisait appel à Dieu, Dieu entendait et Il répondait. Chaque fois que lui-même devait faire quelque chose, il faisait simplement appel à Dieu, Dieu entendait et Il répondait. Paul mettait sa confiance en Dieu. Le Psaume 46:1 dit: « Dieu est pour nous un refuge et un appui, un secours qui ne manque jamais dans la détresse. »

Voilà en qui Paul mettait sa confiance. Il ne courait pas vers le monde pour recevoir des conseils. Il ne mettait pas sa confiance en lui-même. Il ne faisait que regarder au Seigneur. Voilà ce que je pense qu'est le principe ici. Paul a appris à vivre dans le saint des saints à travers la grâce de Dieu. Il faisait confiance à Jésus. Il ne s'associait pas au monde. Il n'avait rien à voir avec cela. Il n'essayait pas de se compromettre. Il ne regardait pas à lui. Il regardait simplement à Jésus.

Voici le modèle, voici l'exemple. Etes-vous un chrétien du saint des saints? Où en êtes-vous dans votre propre vie? Si vous êtes sauvés vous êtes quelque part dans le temple. Dans le parvis extérieur, tout ce que vous savez est que vous êtes sauvés, c'est tout ce que vous savez. Peut-être avez-vous commencé à voir un peu de Sa façon de faire. Peut-être avez-vous vu un peu comment Il vous conduit ou comment Il prend soin de vous? L'important: est-ce que vous apprenez à Le connaître? C'est de cela dont il s'agit. Il s'agit du saint des saints.

Prions:

Père, nous Te remercions, pas pour notre faible compréhension de ce chapitre, mais pour tout ce que Tu sais que cela signifie. Enseigne-nous ce que cela signifie que d'être séparés pour Toi afin que nous soyons séparés du monde. Seigneur, nous faisons toujours les choses à l'envers. Nous pensons toujours que si nous sommes séparés du monde, cela nous rapproche de Toi. Enseigne-nous tes voies, elles sont si éloignées des nôtres. Nous prions que Tu puisses nous emmener plus loin dans le temple de la vérité. Enseigne-nous à être des chrétiens du saint des saints et à profiter de notre salut. Nous Te le demandons au nom de Jésus. Amen.

2 Corinthiens #9