1 CORINTHIENS #6 - L'IMPURETE PERSONNELLE

(1 Corinthiens 5-6)

Par Ed Miller

Le texte qui suit est la transcription d'un message donné en anglais. La forme orale a été conservée, mais des titres de sections ont été ajoutés pour faciliter la lecture. (NdT)

Seigneur sans partage de votre corps. Quoi que vous fassiez en paroles ou en actes, votre corps est le temple du Saint-Esprit. C'est pour cela que Paul dit au verset 6:20: « Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu. »

Prions:

Père, nous Te remercions pour Ta précieuse Parole. Seigneur lorsque nous pensons au fait que, tout aussi vrai que notre ventre a été fait pour les aliments, nos corps ont été faits pour Toi. Tu dois être cela dans nos coeurs. C'est Toi qui dois nous montrer cela et nous éclairer. Nous prions que tu puisses être honoré dans notre corps que Tu as créé, puis que Tu as racheté avec Ton propre sang. Nous prions que Tu sois le Seigneur de notre corps. Nous Te prions au nom de Jésus. Amen.

Bonjour et bienvenue dans notre sixième leçon sur cette merveilleuse épître de 1 Corinthiens.



RESUME

Le message de 1 Corinthiens est le message de la Seigneurie de Jésus-Christ. L'église de Corinthe avait d'innombrables problèmes. Au lieu de donner des réponses superficielles, le Saint-Esprit a tourné leurs yeux directement vers le Seigneur Jésus et leur a montré qu'en étant en règle avec le Seigneur, ils pouvaient également être en règle dans toutes les relations horizontales de la vie. Une fois que nous sommes en règle verticalement, nous sommes en règle horizontalement. Il est incroyable de voir combien de fois nous recherchons des solutions superficielles, au lieu de voir le coeur du problème et de considérer la simple réponse qui est Christ Lui-même. Il y a de nombreuses solutions, remèdes et cures superficiels, mais 1 Corinthiens nous donne le fondement qui est la Seigneurie de Jésus-Christ.

Les problèmes mentionnés dans le livre de 1 Corinthiens, étaient des problèmes représentatifs. C'est-à-dire qu'ils englobaient tous les problèmes auxquels n'importe quelle église locale, ou n'importe quel groupe, pourra un jour faire face. Avant de commencer le chapitre 5, laissez-moi à nouveau vous remémorer les huit problèmes:

• Chapitres 1-4: Le problème des divisions. Il y avait des divisions, des désunions, des désharmonies, des discordes, des schismes et des séparations dans l'église.
• Chapitre 5: Le problème de la pureté personnelle. Il y avait de l'immoralité parmi le peuple de Dieu, qui pouvait même choquer les personnes non sauvées.
• Chapitre 6: Le problème des différends personnels. Les chrétiens se traînaient en justice les uns aux autres. Ils avaient du mal à vivre ensemble.
• Chapitre 7: Le problème des relations entre époux et épouse. Paul parle ici de mariage, de divorce et de séparation.
• Chapitres 8-10: Le problème des pratiques discutables. En d'autres termes, Dieu donne des principes au sujet de notre comportement concernant des choses que Dieu ne mentionne pas de façon explicite. Qu'en est-il des sujets dont la Bible ne parle pas? C'est là où Il nous dit comment agir dans ces situations.
• Chapitre 11: Le problème des images et des symboles. C'est illustré par le voile des femmes et le repas du Seigneur, et tous les abus qui ont eu lieu à cette époque. Certains venaient ivres à la table du Seigneur.
• Chapitres 12-14: Le problème de l'abus des dons spirituels. Le problème n'était pas les dons spirituels, mais l'abus que l'on en faisait.
• Chapitre 15: Le problème des fausses doctrines. Nous avons ce grand chapitre sur la résurrection, parce que certains ont renié la résurrection.

Enfin le chapitre 16 est bien entendu la conclusion du livre. C'est une merveilleuse apogée pour tout le livre. Lorsque vous voyez ces problèmes que sont les divisions, la pureté, les différends, le mariage, les pratiques discutables, l'abus des dons spirituels et les faux enseignements, vous avez touché à tous les problèmes possibles pour n'importe quelle église. Le Saint-Esprit a permis que cela se passe dans une église, afin que nous ayons pour toujours la réponse à tous les problèmes auxquels nous pourrons être confrontés. Dans tous ces problèmes, les Corinthiens ont vu que le Seigneur Jésus était totalement suffisant. La Seigneurie de Christ était la seule chose dont ils avaient besoin. Voici pour ce qui concerne le message de 1 Corinthiens. A travers notre union avec Christ en tant que Seigneur, nous avons la solution à tous les problèmes, qu'ils soient corporatifs ou individuels.

Dans notre précédente leçon, nous avons terminé notre étude des quatre premiers chapitres. Les quatre premiers chapitres traitent des problèmes des divisions et des séparations. Nous avons vu les quatre causes sous-jacentes des divisions et des séparations.

Cela nous amène au chapitre 5 qui traite des problèmes de la pureté personnelle, ou plutôt le problème de l'impureté personnelle, qui est illustrée par ce grand chapitre sur la sainteté. Avant que nous considérions le chapitre 5, laissez-moi vous montrer de quelle façon les chapitres 5 et 6 sont reliés ensemble. Certaines personnes ne séparent pas ces chapitres en deux sections différentes, elles prennent les chapitres 5 et 6 ensemble et elles appellent cela « scandales dans l'église de Corinthe. » Personnellement, je les ai divisés en deux scandales distincts, le problème de l'impureté et ensuite les différends personnels, comme le fait de traîner les autres chrétiens devant le tribunal. Si certaines personnes ont mis ces chapitres ensemble, c'est parce qu'il s'y trouve des choses qui se recoupent. En d'autres termes, le chapitre 5 s'occupe de l'impureté, mais il y a également beaucoup de choses sur l'impureté dans le chapitre 6. Le chapitre 6 s'occupe des différends personnels, mais il y a de nombreuses choses sur les différends personnels dans le chapitre 5. Ainsi les deux chapitres s'occupent des deux problèmes.

Par conséquent au lieu de juste considérer le chapitre 5, nous allons considérer les chapitres 5 et 6 deux fois de façon différente. Dans cette leçon, nous allons voir les chapitres 5 et 6 dans le cadre de l'impureté personnelle à laquelle les Corinthiens faisaient face. Dans notre prochaine leçon, nous verrons à nouveau les chapitres 5 et 6 pour nous occuper des différends personnels.

La première chose que j'aimerais faire est d'expliciter clairement le problème auquel ils faisaient face, et auquel le Saint-Esprit nous rend ici attentifs. Comme souvent, lorsque vous étudiez la Parole de Dieu, vous devez mettre de côté certaines des belles vérités que l'on trouve à la surface, parce que souvent il y a quelque chose de plus profond et si vous vous contentez d'une approche superficielle de ces deux chapitres, vous ne pourrez pas saisir l'impact de ce à quoi le Saint-Esprit désire nous rendre attentifs.

Par exemple, vous pouvez prendre le verset 5:1 qui dit: « On entend dire généralement qu'il y a parmi vous de l'impudicité, et une impudicité telle qu'elle ne se rencontre pas même chez les païens; c'est au point que l'un de vous a la femme de son père. » Si vous vous arrêtez à cette expression « c'est au point que l'un de vous a la femme de son père », il se peut que vous disiez: « Le problème est simple, c'est celui de l'inceste. Et c'est sûrement de ce péché dont il est question ici. » Il ne fait aucun doute que c'était un péché. Nous n'allons pas voir les textes ensemble, mais si vous désirez des références, vous pouvez lire Lévitique 18:8 et Deutéronome 27:20 qui nous montrent clairement que c'était un très mauvais problème auquel ils faisaient face. En effet, la loi interdisait à un homme de prendre la femme de son père.

Ce n'était pas une rumeur dans l'église de Corinthe, ce n'était pas fait de façon cachée, mais tout le monde était au courant au sujet de ce péché d'inceste. Ce n'était pas uniquement connu de deux ou trois personnes. Tout le monde en avait connaissance. Une des choses qui était unique au sujet de ce problème particulier, est que les gens qui le commettaient n'en avaient pas honte. Ils n'essayaient même pas de le cacher. Si vous lisez Esaïe 3, vous verrez à quel moment Dieu a finalement jugé Sodome. Sodome était coupable de nombreuses choses et Esaïe 3:9 nous dit à quel moment Dieu a dit: « Je ne peux plus le supporter. » Esaïe 3:9 dit: « Comme Sodome, ils publient leur crime, sans dissimuler. Malheur à leur âme! Car ils se préparent des maux. » Dieu dit que lorsque nous perdons notre capacité à rougir, lorsque nous péchons de façon visible, lorsque nous en arrivons à la place où nous n'essayons même plus de cacher les choses, alors le jugement est imminent. C'est à ce moment que Dieu est sur le point de juger. Cela est vrai pour l'individu et pour le groupe.

Nous pouvons voir, dans notre propre pays, que les choses que les hommes voulaient encore cacher il y a quelques années, semblent de nos jours être commises au grand jour. Mais Dieu dit lorsque cela n'est plus dissimulé, alors: « Malheur à leur âme! » C'est dans ces moments que le jugement est sur le point de tomber. Voilà quelle était la situation à Corinthe. Ce péché d'inceste était connu de tout le monde et fait au grand jour.

Certaines personnes disent que ce n'est pas aussi mauvais que cela en a l'air, parce qu'il est vrai que cet homme avait pris la femme de son père, mais le père était mort à ce moment. Si vous lisez la suite du récit dans 2 Corinthiens 7:12 où l'on reparle de cette affaire, vous verrez que le père n'était pas mort. Le père était encore vivant. Certains commentateurs essaient d'expliquer que la mère et le père étaient divorcés. Peut-être que c'était vrai, la Bible n'en parle pas, mais c'était tout de même un terrible, terrible péché.

Personnellement, je ne connais pas le grec, mais je loue Dieu pour ceux qui le connaissent et parfois vous devez faire confiance aux érudits grecs. Ces érudits nous rendent attentifs au fait que cela ne s'est pas passé qu'une seule fois. La forme grecque du verbe nous indique que c'était un acte continu. C'était un processus. Ce n'est pas simplement comme si cet homme avait eu une subite passion, et qu'il était tombé dans la tentation en ayant une seule relation avec sa belle-mère. Ce n'était pas du tout ce qui s'est passé. Lorsque cela a été écrit, cet homme avait une relation suivie avec sa belle-mère, comme s'ils étaient mariés.

Veuillez noter que le verset 5:1 dit: « Une impudicité telle qu'elle ne se rencontre pas même chez les païens. » Peut-être qu'en lisant cela pour la première fois, vous vous êtes dit: « Allons, Corinthe était remplie de toutes sortes d'impudicités et d'immoralités et je ne peux pas croire qu'il n'y avait pas d'inceste dans cette ville. » Paul fait référence au fait qu'il y avait une loi romaine qui interdisait ce genre de relation. Les Romains n'acceptaient pas ce genre de relation. C'est bien entendu de cela dont il parle ici lorsqu'il dit: « Une impudicité telle qu'elle ne se rencontre pas même chez les païens. » Même Rome aussi corrompue qu'elle était, avait une loi contre ce genre de relation.

Ce péché est si abject, que même les païens étaient choqués lorsqu'ils en entendaient parler. C'était une flagrante violation des lois de Dieu, et des hommes et de nombreuses personnes incroyantes en avaient entendu parler. Vous auriez été choqués d'entendre parler de ce péché, peu importe où ce péché aurait pu avoir lieu, mais cela s'est passé dans l'Eglise, parmi le peuple de Dieu, parmi ceux qui disent connaître et aimer la loi. Et cela se passait au grand jour. Cela ne se passait pas dans un des bas-fonds de Corinthe mais parmi le peuple de Dieu. Peut-être qu'en lisant ce passage, vous vous dites: « C'est facile de voir le problème ici. Dieu va s'occuper du péché de l'inceste. » Eh bien, si vous pensez que c'est le problème, c'est que vous n'avez pas lu ce chapitre attentivement. Car ce n'est pas le problème dans ce chapitre.

Vous voyez, l'inceste n'est pas le sujet, c'est l'illustration du sujet. Le Saint-Esprit a sélectionné ce terrible, dégradant et abject genre de péché parce qu'il illustre toutes les immoralités. Le verset 5:6 dit: « C'est bien à tort que vous vous glorifiez. Ne savez-vous pas qu'un peu de levain fait lever toute la pâte? » Si vous désirez l'énoncer de façon générale, le problème à Corinthe n'était pas l'inceste mais le levain. L'inceste était son illustration, mais le problème était plus grand que l'inceste. Il s'agissait du problème de toutes les sortes d'immoralités, de tous les péchés de la chair comme la fornication, l'adultère, l'inceste et cela, quel que soit le degré du péché de la chair, que ce soit la convoitise, la licence, l'obscénité ou la perversité.

En fait Paul donne sa propre liste. Les versets 6:9-10 disent: « Ne savez-vous pas que les injustes n'hériteront point le royaume de Dieu? Ne vous y trompez pas: ni les impudiques, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les infâmes, ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les ravisseurs, n'hériteront le royaume de Dieu. » Vous voyez, il inclut bien plus de choses que juste le péché de l'inceste. Ce péché d'inceste est un péché représentatif pour tous les problèmes d'immoralité. Par conséquent, si vous ne regardez que de façon superficielle à ce passage, vous direz que le péché est l'inceste, mais si vous regardez d'un peu plus près, vous direz que c'est en fait un péché représentatif et le problème réel est en fait l'impureté.

Ceci dit, si vous pensez que le problème est l'impureté, c'est que vous n'avez pas lu ce chapitre attentivement. Parce qu'il ne s'agit pas réellement de cela. Il est vrai que l'inceste était l'illustration, et il est vrai que l'inceste représentait toute la liste des péchés de la chair et toutes les sortes d'impuretés et d'immoralités. Mais ce n'est pas le problème. Ce n'est pas pour cette raison que le Saint-Esprit nous a donné ce chapitre. Je vous propose de lire le chapitre 5, et ensuite nous verrons ensemble exactement quel est le problème que le Saint-Esprit souligne ici.

Les versets 5:1-13 disent: « On entend dire généralement qu'il y a parmi vous de l'impudicité, et une impudicité telle qu'elle ne se rencontre pas même chez les païens; c'est au point que l'un de vous a la femme de son père. Et vous êtes enflés d'orgueil! Et vous n'avez pas été plutôt dans l'affliction, afin que celui qui a commis cet acte fût ôté du milieu de vous! Pour moi, absent de corps, mais présent d'esprit, j'ai déjà jugé, comme si j'étais présent, celui qui a commis un tel acte. Au nom du Seigneur Jésus, vous et mon esprit étant assemblés avec la puissance de notre Seigneur Jésus, qu'un tel homme soit livré à Satan pour la destruction de la chair, afin que l'esprit soit sauvé au jour du Seigneur Jésus. C'est bien à tort que vous vous glorifiez. Ne savez-vous pas qu'un peu de levain fait lever toute la pâte? Faites disparaître le vieux levain, afin que vous soyez une pâte nouvelle, puisque vous êtes sans levain, car Christ, notre Pâque, a été immolé. Célébrons donc la fête, non avec du vieux levain, non avec un levain de malice et de méchanceté, mais avec les pains sans levain de la pureté et de la vérité. Je vous ai écrit dans ma lettre de ne pas avoir des relations avec les impudiques, - non pas d'une manière absolue avec les impudiques de ce monde, ou avec les cupides et les ravisseurs, ou avec les idolâtres; autrement, il vous faudrait sortir du monde. Maintenant, ce que je vous ai écrit, c'est de ne pas avoir des relations avec quelqu'un qui, se nommant frère, est impudique, ou cupide, ou idolâtre, ou outrageux, ou ivrogne, ou ravisseur, de ne pas même manger avec un tel homme. Qu'ai-je, en effet, à juger ceux du dehors? N'est-ce pas ceux du dedans que vous avez à juger? Pour ceux du dehors, Dieu les juge. Otez le méchant du milieu de vous. »



LE PROBLEME DE NOTRE ATTITUDE FACE A L'IMMORALITE

Si vous considérez attentivement les versets 2, 5, 7, 12 et 13 du chapitre 5, vous verrez que le problème n'était pas réellement l'inceste, ni toute cette liste de choses immorales. Le problème ici était l'attitude du coeur des chrétiens envers le problème de l'immoralité, illustré par le péché de l'inceste. De quelle façon ont-ils répondu à cela? Comment les chrétiens ont-ils répondu à cette manifestation d'immoralité au milieu d'eux? C'est de ce problème dont s'occupe le Saint-Esprit. Il utilise l'inceste, Il utilise l'immoralité, mais pour illustrer leur attitude envers ce péché particulier. Vous voyez, Dieu est concerné par l'influence que cette chose avait sur le Corps, sur le peuple de Dieu, et c'est le sujet qu'Il traite ici. C'est cela le vrai problème.

Les Corinthiens ont une très mauvaise réputation et ils la méritent en grande partie, mais parfois ils reçoivent davantage que ce qu'ils méritent. Avant que nous devenions trop durs avec eux, veuillez noter le verset 5:2 qui dit: « Et vous êtes enflés d'orgueil! Et vous n'avez pas été plutôt dans l'affliction, afin que celui qui a commis cet acte fût ôté du milieu de vous! » Nous trouvons la même chose au verset 5:6 qui dit: « C'est bien à tort que vous vous glorifiez. » Cette arrogance et cette glorification ne sont pas les mêmes que ce que l'on trouve dans les chapitres précédents, lorsqu'ils se glorifiaient de leurs dons spirituels. Ils étaient remplis de fierté spirituelle, parce qu'ils avaient reçu tant de bénédictions et de dons. Mais ce n'est pas de cela dont il parle ici.

Il y avait de l'immoralité au milieu d'eux, et il leur dit que leur arrogance st mauvaise et qu'ils ne devraient pas se glorifier. Certaines personnes pensent que ces Corinthiens étaient des bébés. Et c'est vrai qu'ils l'étaient dans un sens. Mais malgré tout ce que vous lisez au sujet de cette église, malgré tous leurs problèmes, ils aimaient notre Seigneur Jésus-Christ. Cette église avait réellement un coeur pour le Seigneur. C'est vrai qu'ils avaient quantité de problèmes, mais derrière tout cela, il y avait une passion, un coeur qui battait pour Dieu, qui battait pour le Seigneur Jésus-Christ. Lorsque vous lisez: « C'est bien à tort que vous vous glorifiez », ne pensez pas qu'ils se glorifiaient d'avoir ce genre de péché dans leur communauté. Non, ce n'est pas leur attitude. Ils étaient fiers, ils étaient arrogants, mais de quoi se glorifiaient-ils? Ce n'était pas de leurs dons spirituels et de leurs grandes bénédictions.

Pour bien saisir ce passage, j'aimerais que nous nous imaginions ensemble dans une réunion d'église qui a pu avoir eu lieu à Corinthe. Ce n'est que le produit de mon imagination, mais je pense que quelque chose comme cela a pu se passer. Nous allons appeler Marc le frère qui a péché. Imaginons que les chrétiens de Corinthe se réunissent pour une réunion spéciale, et qu'un premier chrétien dise: « Frères et soeurs, nous avons un problème et nous devons en parler. Comme vous le savez, le frère Marc vit avec la femme de son père. Lors du jour du Seigneur, il participe à notre communion, il rompt le pain avec nous, il chante des chants avec nous, il fait comme si sa situation était normale et cela ne semble pas le gêner. Je ne sais pas ce que nous devrions faire? Nous ne pouvons pas accepter que cela continue. Qu'allons-nous faire? »

Un deuxième chrétien lève la main et dit: « Je n'ai pas toutes les réponses, mais je sais la première chose à faire. Nous devons prier. Prions pour le frère Marc. Le Corps entier doit être solidaire en priant au nom du Seigneur. » Par conséquent, ils ont pu prier quelque chose comme: « Seigneur rends-le si misérable qu'il ne puisse plus dormir, jusqu'à ce qu'il ait un coeur repentant. » Avez-vous déjà entendu une prière ou quelque chose comme celle-là? Ou alors, ils ont prié: « Ne lui donne pas de paix, qu'il puisse se sentir sale jusqu'à ce qu'il vienne à Jésus », ou encore: « Seigneur, influence sa volonté et ramène-le. »

Un troisième chrétien lève la main et dit: « Cela sonne bien et nous devrions faire cela. Mais nous ne pouvons pas abandonner le frère Marc, juste parce qu'il est rétrograde. Il a de réels problèmes. Il est comme nous, il est fait de la même argile que nous. Si jamais il a eu un jour besoin de nous, c'est maintenant. C'est une période délicate dans sa vie, et quoi que nous décidions, ce que nous déciderons lors de cette réunion peut soit le faire avancer, soit le briser. Nous devons être très prudents, frères. Pensons bien à ce qui devrait être entrepris. Nous désirons le sauver et non pas le perdre. Il a besoin de notre compassion. Il a besoin de notre compréhension. »

Un quatrième chrétien lève également sa main et dit: « Je pense que le frère B a raison. Qui sommes-nous pour juger? Dans les mêmes circonstances, sous les mêmes tentations, nous ne savons pas comment nous aurions réagi? Nous ne savons pas tout ce qui s'est passé, et nous aurions pu nous retrouver à sa place. Nous devons donc l'aimer et rester à ses côtés. Nous ne pouvons pas faire de mal à un homme à terre. Il n'a personne d'autre, il n'a que nous. Il faut qu'il sache que nous nous préoccupons de lui. »

Finalement un dernier chrétien dit: « Vous savez, Dieu est souverain. Dieu est en mesure de s'occuper de cet homme et Il a parfois de drôles de façons de faire. Nous allons remettre tout cela au Seigneur et allons Le laisser s'occuper de tout cela, parce que nous risquons de tout faire de travers. Nous allons rester loin de cela et Dieu va s'en charger à Sa façon et au moment où Il l'aura choisi. »

Le président de séance se lève et dit: « Résumons ce que nous avons vu ensemble. Nous allons prier. Nous aurons de la compassion et de la compréhension. Nous allons l'aimer, et nous allons laisser Dieu s'occuper de cela. Est-ce que tout le monde est d'accord? » Et ensuite le groupe de chrétien est passé au vote, et le vote a décidé que c'est comme cela qu'ils allaient agir. Par conséquent, l'attitude de l'église de Corinthe a été de le traiter comme un frère qui avait chuté, de l'aimer, de l'accepter, de ne pas le condamner, d'essayer de le comprendre, d'essayer de se mettre à sa place, d'essayer de ressentir ce qu'il ressent, d'essayer d'être compatissant. Par conséquent, lorsque le frère Marc venait aux réunions, il était le bienvenu, on l'embrassait, on l'aimait, il chantait, donnait une offrande, et il participait à tout ce qui se faisait à Corinthe.

Quoi que vous disiez des Corinthiens, faites bien attention avant de dire que tout ce qu'ils faisaient était mauvais. Si je comprends bien ce chapitre, il a pu se passer quelque chose comme ce que j'ai pu vous exposer. Ils étaient arrogants et fiers de la façon dont ils géraient la situation. Ils étaient fiers parce qu'ils avaient aussi un grand coeur. Ils avaient un coeur si plein de compassion qu'ils n'ont pas condamné cet homme, là où les autres l'auraient simplement rejeté loin de leur assemblée. Ils étaient fiers parce qu'ils avaient manifesté un peu d'humanité, de bons sentiments et de la compassion. Ils se sentaient très généreux et très bons de pouvoir exhiber ce qu'ils considéraient être un esprit selon Christ, un coeur qui pardonne. Ils n'ont manifesté aucune animosité ou rancune. Ils n'avaient pas de prière d'imprécation sur leurs lèvres. Ils n'ont pas essayé de détruire cette personne. Ils désiraient simplement l'aimer et que Dieu s'occupe d'elle.

C'est le problème que je vois selon ce que je comprends. Le problème n'était pas réellement l'inceste ou le groupe de problèmes illustrés par l'inceste, mais c'était la façon dont l'église de Corinthe a répondu au péché de l'immoralité. Laissez-moi vous donner un petit plan de la façon dont j'aimerais vous développer ce sujet.

J'aimerais partager deux points avec vous. J'aimerais premièrement vous parler de ce qu'était la relation de Dieu avec les Corinthiens. Qu'est-ce que Dieu leur a demandé de faire? Ensuite, j'aimerais vous montrer de quelle façon le Saint-Esprit a combattu le péché de l'immoralité dans l'église de Corinthe, parce que le principe par lequel Il a combattu ce péché à ce moment reste le même pour toujours, car les principes ne changent jamais. C'est avec ce même principe qu'Il s'occupe de cela de nos jours.



LA RELATION DE DIEU AVEC L'EGLISE DE CORINTHE

Très bien, quelle était la relation de Dieu avec les chrétiens de Corinthe? Vous pouvez le dire en un seul mot: séparation. Cela a dû être choquant pour ces Corinthiens si aimants, qui se sentaient si grands et si compatissants d'entendre des paroles comme:

• Verset 5:2: « Celui qui a commis cet acte fût ôté du milieu de vous! »
• Verset 5:5: « Qu'un tel homme soit livré à Satan pour la destruction de la chair. »
• Verset 5:7: « Faites disparaître le vieux levain... »
• Verset 5:9: « N'ayez pas de relations avec les impudiques. »
• Verset 5:11: « N'ayez pas de relations avec quelqu'un qui, se nommant frère, est impudique, ou cupide, ou idolâtre, ou outrageux, ou ivrogne, ou ravisseur, de ne pas même manger avec un tel homme... »
• Verset 5:13: «Otez le méchant du milieu de vous. »

Vous pouvez imaginer l'effet que cela a eu sur eux, après la façon dont ils géraient cette affaire. Ils se sentaient pourtant bien spirituels, ils priaient, ils aimaient, ils avaient de la compréhension, ils avaient de la compassion, ils l'acceptaient. Mais Dieu leur dit: « Jetez-le dehors! Expulsez-le! » Lorsque vous lisez quelque chose comme ce que nous trouvons dans le chapitre 5, rappelez-vous de bien parler de communion de frères et de soeurs et non pas « d'associations de membres. » Il s'agit de faire sortir cet homme de leur communion, et non pas de leur association d'adhérents ou de membres(1). Si je parle de communion, c'est parce qu'il n'avait pas de notion de membre ou d'adhérent dans les églises du Nouveau Testament. Ces notions ne sont apparues que des siècles plus tard. C'est une chose terrible que les hommes ont inventée par la suite et qu'ils ont fait entrer dans l'Eglise. Et depuis ce jour cela a été un fléau constant. Il n'y avait pas la possibilité d'être membre dans l'église de Corinthe, mais il y avait une communauté, une communion d'hommes et de femmes.



DIEU NOUS RESPECTE ET NE FORCE PAS NOTRE VOLONTE

Le Saint-Esprit donne cette révélation aux Corinthiens. Il leur dit: « Excommuniez-le, jetez-le dehors. » Lors de la réunion de l'église, à la différence des Corinthiens, le Saint-Esprit n'a pas dit de prier pour lui. Ils auraient au moins pu espérer que le Saint-Esprit dise au moins qu'il fallait prier pour lui. En fait, autant que je le sache et je pense que j'ai bien étudié ce point, si vous fouillez votre Bible, vous ne trouverez aucune illustration que ce soit dans le Nouveau ou dans l'Ancien Testament, de quelqu'un qui ait jamais prié pour un faux enseignant. On ne trouve pas de passage de quelqu'un qui ait prié pour un faux prophète ou un faux enseignant. Et l'on ne trouve pas non plus d'illustration où quelqu'un a prié pour un chrétien rétrograde. Et il n'y a qu'un ou deux passages, et je ne pense pas qu'ils soient vraiment très significatifs, où nous trouvons quelqu'un qui a prié pour les non sauvés. N'est-ce pas une chose incroyable? Nous, nous allons à la réunion de prière, et nous nous disons que nous devons prier pour ceux qui sont rétrogrades et qui ne sont pas sauvés. Mais vous n'avez pas de passage pour vous supporter dans votre démarche lorsque vous faites cela. Vous ne trouverez rien dans les Ecritures qui enseigne quelque chose comme cela.

Le seul exemple de quelqu'un qui a prié pour ceux qui étaient encore perdus, nous vient de notre Seigneur Jésus. En Jean 17:20, Il prie: « Ce n'est pas pour eux seulement que je prie, mais encore pour ceux qui croiront en moi par leur parole. » Il a prié pour ceux qui allaient croire dans le futur avant qu'ils n'existent, quelle merveilleuse vérité! Mais nous n'avons pas la connaissance du Seigneur Jésus concernant ceux qui sont élus. Ceci dit, il n'est jamais inutile de partager avec le Seigneur ce que nous avons sur le coeur, tous nos soucis et nos fardeaux.

Je suppose que la façon dont Paul procédait est qu'il priait constamment pour les chrétiens victorieux. Je pense que si nous priions les uns pour les autres alors que nous sommes victorieux, nous n'aurions pas à prier pour les chrétiens rétrogrades. Nous resterions victorieux.

Une des raisons pour laquelle Dieu ne nous enjoint pas à prier pour les chrétiens rétrogrades, est parce que le chrétien rétrograde n'est pas volontaire pour changer, et Dieu a promis qu'Il n'allait pas forcer notre volonté. Dieu ne forcera pas notre volonté. Dieu ne fera jamais violence à personne. Par conséquent lorsque vous demandez à Dieu de travailler dans la vie de quelqu'un qui n'est pas disposé à obéir à Dieu, vous demandez à Dieu ce qu'Il a promis qu'Il ne fera pas. C'est donc vraiment une perte de temps, Dieu n'essaiera pas de forcer celui qui ne veut pas.



LE PRINCIPE DE LA DISCIPLINE DU CORPS

La réponse de Dieu n'est pas la prière, l'amour ou la compassion: c'est la discipline. C'est la séparation, l'excommunication. S'il existe bien un principe négligé dans le Corps de Christ, c'est le bien le principe de la discipline. La tolérance et le compromis semblent être trouvés partout parmi le peuple de Dieu. J'ai ce commentaire qui m'a fait frémir, c'est: « Le compromis est tout aussi mauvais que le péché de l'inceste. » Je pense que c'est un peu fort, mais au moins cela illustre le fait qu'ils avaient d'autres problèmes en plus de l'inceste.

Rappelez-vous que ce chapitre ne contredit évidemment pas ce que nous avons vu au chapitre 4. Dans le chapitre 4, nous avons vu que nous ne devions pas juger les motifs, nous ne devons pas regarder dans le coeur les uns des autres pour nous juger les uns les autres. Il ne s'agit pas ici de motifs, il s'agit du fruit, du résultat. Il s'agit d'une violation claire d'un précepte objectif de Dieu. Dieu est contre cela, et il y a une manifestation claire d'une rébellion contre la révélation de Dieu. Il ne s'agit pas ici d'une pratique discutable. Nous parlerons de ces pratiques discutables dans les chapitres 9 et 10, mais ce n'est pas le sujet ici. Il n'y a pas de question à se poser au sujet de l'inceste. Ce n'est pas une chose à faire. C'est clair, il ne s'agit ici ni de lire les motifs dans le coeur des gens, ni de pratiques discutables.

Pour bien rendre tout cela pratique, laissez-moi vous montrer exactement ce que les Corinthiens auraient dû faire et pourquoi. Laissez-moi vous présenter cela en tant que principe. Les Corinthiens devaient agir en étant unis. Ils devaient agir en tant que Corps, en tant que groupe, dans les actions disciplinaires à mener et plus tard dans la restauration pour ramener ce frère. Toute l'église devait prendre une position commune envers ce frère. Veuillez noter les passages suivants:

• Verset 5:9: « Je vous ai écrit dans ma lettre de ne pas avoir des relations avec les impudiques. »
• Verset 5:11: « C'est de ne pas avoir des relations avec quelqu'un qui, se nommant frère, est impudique, ou cupide, ou idolâtre, ou outrageux, ou ivrogne, ou ravisseur, de ne pas même manger avec un tel homme. »

Lorsque nous en arriverons au chapitre 7, je partagerai avec vous un merveilleux principe. Je ne vais pas vous donner toute la réponse maintenant, mais juste vous poser une question, pour vous faire réfléchir.

Imaginons qu'il y ait, dans la communauté de Corinthe, une femme qui désire obéir à cette injonction de séparation, mais que son époux soit coupable de péché d'immoralité. Le verset 5:11 dit: « N'ayez pas de relation avec cette personne, ne mangez pas avec un tel homme. » Que va faire la femme? Vous voyez, elle a un double problème. Elle a le problème lié au Corps de Christ, elle ne doit pas prendre le repas du Seigneur avec ce frère, mais lorsqu'elle rentre à la maison, est-ce que cela signifie qu'elle ne doit pas prendre le petit déjeuner avec lui? Est-ce qu'elle va lui dire: « Je suis désolé, tu as péché, et je ne vais pas manger avec toi. » Je vous laisse penser à cela et nous en parlerons lorsque nous serons au chapitre 7.

Pouvez-vous imaginer ce qui se passerait dans la tête d'un chrétien, si tous les chrétiens que connait ce frère rétrograde coupaient les liens avec cet homme en lui disant: « Je ne veux rien avoir à faire avec toi? » Il s'agit d'une complète séparation de communion, d'un brisement complet de communion, il ne peut plus venir dans les réunions, ni prendre le repas du Seigneur. Ce serait une chose difficile à faire. Ce chrétien n'aurait plus de possibilité d'association, plus de communion, ni de communication, et cela pas uniquement avec une ou deux personnes, mais avec tous les chrétiens de la ville. Au verset 5:11, Paul nous rend attentifs au fait qu'il ne parle pas des personnes qui ne sont pas sauvées, il parle des personnes « se nommant frères », sinon il dit que les chrétiens devraient sortir du monde. Ils ne pourraient pas rester sur la terre. Non, Paul veut parler de ce soi-disant frère.

C'est bien entendu le verset 5:5 qui est le gros verset dans ce livre et les commentateurs ont écrit de nombreux livres sur ce passage. Le verset 5:5 dit: « Qu'un tel homme soit livré à Satan pour la destruction de la chair, afin que l'esprit soit sauvé au jour du Seigneur Jésus. » Certains commentateurs pensent que la destruction de la chair fait référence à la mort physique. Il devrait alors mourir comme Ananias et Saphira qui ont été frappés à cause de leur péché. D'autres disent: « Non, il ne s'agit pas de cela, il s'agit de la chair en tant qu'envie de pécher. » En d'autres mots, ce que ce passage signifie alors c'est: « S'il désire vivre comme Satan, laissez-le aller vivre avec Satan. » Voilà l'idée. S'il désire vivre de cette manière alors ne le laissez pas faire semblant et prétendre qu'il est un chrétien. S'il désire vivre comme Satan, alors laissez-le partir et peut-être que s'il est là dehors et qu'il est pris entre deux mondes, s'il est un vrai chrétien, il sera misérable, parce qu'il ne sera pas capable de se sentir à l'aise avec les personnes qui ne sont pas sauvées. Comme il est rejeté par les chrétiens, il est donc pris entre deux mondes et s'il est réellement sauvé, il se repentira ou alors il sautera d'un pont et se brisera la nuque.

En passant, il semble que certaines personnes pensent que les chrétiens ne peuvent pas tenter de se suicider. Je ne sais pas si des statistiques existent sur ce sujet, mais je crois personnellement que les chrétiens sont plus sujets à commettre le suicide que n'importe qui d'autre. La raison pour laquelle je pense cela, est la situation que je viens de décrire. C'est-à-dire que lorsqu'un chrétien n'a plus de communion avec Dieu, alors il n'est nulle part « à la maison. » Il est misérable. Et s'il n'a pas de solution, je peux imaginer qu'il puisse se prendre la vie.

Ceci étant dit, l'attitude dans l'église de Corinthe était que comme le fils prodigue, si ce chrétien est finalement rejeté, qu'il touche le fond et finit avec les « pourceaux », peut-être alors que son coeur recommencera à nouveau à désirer aller dans la maison de son Père. Peut-être que dans cette situation désespérée, il y a de l'espoir pour qu'il revienne. Peut-être que lorsqu'il sera repoussé par des hommes et des femmes qui aiment Jésus, ceux qui étaient proches de lui, qui l'appelaient frère, qui le prenaient dans leurs bras, qui l'aimaient, qui priaient avec lui et qui chantaient avec lui, cela le fera réfléchir. Si les chrétiens le considèrent comme un étranger, peut-être reviendra-t-il.

Le verset 5:5 est un verset difficile et je ne comprends pas tout ce que cela signifie. Il y a sept hommes mentionnés dans la Bible qui d'une façon ou d'une autre ont été livrés à Satan. Trois cas semblent différents des quatre autres. Je pense à Job envers qui Satan s'est déchaîné. Je pense à Pierre dont il est dit: « Satan vous a réclamés, pour vous cribler comme le froment. » Et je pense également à Paul lui-même, de qui il est dit qu'il avait une écharde dans la chair et où il dit: « un ange de Satan pour me souffleter et m'empêcher de m'enorgueillir. » Ces trois cas semblent bien différents de ce que je lis dans 1 Timothée 1:20 qui dit: « De ce nombre sont Hyménée et Alexandre, que j'ai livrés à Satan, afin qu'ils apprennent à ne pas blasphémer. » Nous trouvons la même chose à travers ce que Saül a passé et ce mauvais esprit qui venait sur lui.

Je pense que dans le cas de Saül, d'Hyménée et d'Alexandre, et de cet homme de Corinthe, Satan est représenté en tant que le dieu et le prince de ce monde, comme écrit en 2 Corinthiens 4:4 et Jean 12:31. Il semble donc que Paul dise: « Vous désirez vivre comme Satan, eh bien nous allons vous jeter dehors où il vit avec ses gens. » Je suis certain que lorsqu'ils ont finalement fait cela à Corinthe, ils ont suivi le principe mis en avant dans Matthieu 18 qui demande d'abord d'aller seul chez le frère, puis de prendre un ou deux autres frères avec lui et enfin d'en informer toute l'église. Ce que nous avons vu ici dans le chapitre 5 va dans le sens de Matthieu 18, et je pense que cela ne contredit pas non plus Galates 6:1-2 qui dit: « Frères, si un homme vient à être surpris en quelque faute, vous qui êtes spirituels, redressez-le avec un esprit de douceur. Prends garde à toi-même, de peur que tu ne sois aussi tenté. Portez les fardeaux les uns des autres, et vous accomplirez ainsi la loi de Christ. » Les chrétiens de Corinthe devaient agir en tant que Corps en le mettant dehors.

J'aimerai pour quelques instants, que nous prenions 2 Corinthiens 2. Bien que certains commentateurs ne pensent pas qu'il soit fait ici mention de la même histoire, je pense qu'il est assez clair que c'est la même histoire. La Bible nous donne ici ce que je crois être la suite de l'histoire que nous avons en 1 Corinthiens 5. Qu'est-ce qui est arrivé? Est-ce qu'ils ont finalement jeté cet homme lorsqu'ils ont reçu la lettre de Paul? La réponse est oui, ils l'ont fait. Ils ont coupé tous les liens de communication avec ce frère, ils l'ont jeté dehors dans le monde. Ils lui ont dit qu'ils n'allaient plus avoir de communion avec lui. L'Esprit de Dieu nous donne ensuite les détails de ce qui s'est passé. Cet homme n'a pas pu supporter le fait de vivre parmi les non-croyants. Il a été fortement repris par rapport à son péché. Il a été dévasté par le fait d'être séparé de la communion avec le peuple de Dieu, et par conséquent il s'est repenti. Il est revenu vers Dieu et vers l'église de Corinthe. Mais les chrétiens de Corinthe lui ont dit: « Il n'est pas question que tu reviennes parmi nous, tu dois rester dehors. »

En fait, ils sont allés au-delà de ce qui était préconisé. Dieu leur avait dit: « Mettez-le à la porte. » Par conséquent, ils l'ont mis à la porte et ils ont fait du bon travail, mais maintenant ils n'étaient pas prêts à le reprendre à nouveau parmi eux, même après qu'il se soit repenti. Et c'est pour cela que Dieu a écrit une seconde lettre qui est 2 Corinthiens. Voici ce que dit 2 Corinthiens 2:5-11: « Si quelqu'un a été une cause de tristesse, ce n'est pas moi qu'il a attristé, c'est vous tous, du moins en partie, pour ne rien exagérer. Il suffit pour cet homme du châtiment qui lui a été infligé par le plus grand nombre, en sorte que vous devez bien plutôt lui pardonner et le consoler, de peur qu'il ne soit accablé par une tristesse excessive. Je vous exhorte donc à faire acte de charité envers lui; car je vous ai écrit aussi dans le but de connaître, en vous mettant à l'épreuve, si vous êtes obéissants en toutes choses. Or, à qui vous pardonnez, je pardonne aussi; et ce que j'ai pardonné, si j'ai pardonné quelque chose, c'est à cause de vous, en présence de Christ, afin de ne pas laisser à Satan l'avantage sur nous, car nous n'ignorons pas ses desseins. »

Vous voyez en 1 Corinthiens 5:5, Paul dit: « Mettez-le à la porte, faites-le partir, livrez-le à Satan. » Et maintenant en 2 Corinthiens 2:7, Paul dit: « Vous devez bien plutôt lui pardonner et le consoler, de peur qu'il ne soit accablé par une tristesse excessive. » De la même façon que les chrétiens corinthiens devaient appliquer la discipline en tant que Corps uni, Paul leur a demandé de le restaurer dans la communion en tant que Corps uni. La raison nous en est donnée en 2 Corinthiens 2:7: « De peur qu'il ne soit accablé par une tristesse excessive. » Il risque d'être écrasé par la tristesse. Vous voyez, il fallait que le frère qui a péché puisse avoir l'espérance d'une fin à sa mise à l'écart une fois qu'il s'est repenti. Il fallait qu'il y ait un moment où il puisse mettre toute cette sale histoire derrière lui. C'est ce que Paul voulait dire en 2 Corinthiens 2:10 avec: « Or, à qui vous pardonnez, je pardonne aussi. » Tout le Corps pardonne en même temps. Si le groupe de chrétiens de Corinthe pardonne, alors tout le Corps pardonne en même temps.

Vous voyez, si toute l'église ne pardonne pas en même temps, le chrétien qui a péché et qui est revenu ne s'en sort jamais. Cela arrive souvent de nos jours. Il y a parfois un frère qui pèche, mais ensuite il revient vers le Seigneur et se met en règle avec Lui. Puis un groupe de l'église pardonne et l'accepte, mais pas l'autre groupe et le pauvre frère n'en finit jamais. Et chaque fois qu'il va dans un autre endroit où quelqu'un a entendu parler de son péché, il doit revenir sur son péché et cela ne cesse jamais. Ce n'est jamais terminé. C'est pour cette raison que Dieu donne ce commandement: « J'aimerais que vous le discipliniez, que vous vous occupiez de lui en tant que Corps. Ensuite lorsqu'il se repent, j'aimerais que vous lui pardonniez en tant que Corps. »



LA DIVISION ENTRE LES EGLISES EMPECHE LA DISCIPLINE DU CORPS

Comme vous pouvez l'imaginer, nous avons des problèmes de nos jours pour mettre cela en pratique. A l'époque de Paul, le Corps était un. L'Eglise était une. Les chrétiens se manifestaient comme un seul Corps et agissaient comme un Corps uni, ils n'avaient pas d'église à chaque coin de rue(2). De nos jours, il y a des églises de différentes dénominations dans différents coins de la ville. Vous pouvez être baptistes, presbytériens, pentecôtistes, méthodistes et ainsi de suite. Par conséquent, si un frère pèche dans l'église A et qu'on lui dise: « Sors! » Eh bien il se dira tout simplement: « Ce n'est pas grave, je vais aller dans l'église B. » Et si jamais après quelque temps, on lui demande de quitter l'église B, il n'aura qu'à aller dans l'église C. Voilà quel est notre problème de nos jours parce que nous avons tout ce dénominationalisme. Le Corps n'est pas un, il ne se manifeste pas en tant que Corps uni. Je crois de tout mon coeur que c'est une des plus grandes peines dans le coeur du Seigneur Jésus. Dieu n'a jamais prévu qu'il y ait une telle pagaille et qu'il y ait ces murs de séparations sectaires. Dieu n'a jamais prévu une telle chose. Il désire que Son peuple soit un.

Certains voient un mal intrinsèque dans tous ces murs et ont dit: « Je rejette toutes ces dénominations et je vais commencer la mienne. » Ils ont démarré une dénomination non-dénominationelle. En agissant de cette façon, vous ne faites rien contre le problème, vous ne faites qu'y ajouter quelque chose. Mais nous ne pouvons pas simplement laisser tomber le chapitre 5 en disant: « Cela ne fonctionne plus de nos jours, alors je vais abandonner ce principe! » Cela doit fonctionner parce que c'est la méthode de Dieu. Comment allons-nous aujourd'hui agir dans une telle situation?

Laissez-moi vous donner certaines illustrations et ensuite vous donner des principes. Il y a certaines choses qui sont normales et vraies aux yeux des hommes, mais Dieu ne les voit pas de cette façon. Et lorsque Dieu ne les voit pas de cette façon, Il a raison et nous avons tort. C'est un principe très simple. C'est une simple vérité. Par exemple, les hommes disent qu'il y a une différence entre les « laïques » et le « clergé. » Vous pouvez lire votre Bible dans tous les sens que vous le désirez, mais vous ne trouverez pas de différence entre les « laïcs » et le « clergé . » C'est l'homme qui a mis cela sur pied. Mes amis, une telle chose n'existe pas, et Dieu ne voit pas cela! Dieu ne reconnaît pas cela. Par conséquent, quoique les hommes en disent, cela n'existe pas parce que Dieu ne le voit pas.

Autre exemple, dans notre système légal, nous votons des lois rendant certaines choses justes comme tuer des bébés. Dans de nombreux pays, c'est juste parce que le gouvernement le dit. Mais Dieu dit que ce n'est pas juste. Par conséquent, peu importe quelle loi peut être votée, c'est Dieu qui a raison. Dieu ne reconnaît pas les lois faites par notre système légal lorsqu'elles violent Ses principes à Lui.

Autre exemple que nous verrons dans le chapitre 7: Dieu donne Sa raison légitime pour le divorce. Par conséquent peu importe ce que vous dites, si vous divorcez sur la base de quelque chose que Dieu ne reconnaît pas, vous êtes encore mariés. Peu importe le nombre de papiers que vous avez dans la main qui dit que vous êtes divorcés, vous êtes encore mariés. Tout cela parce que Dieu ne reconnaît pas les divorces qui ne sont pas basés sur des raisons légitimes.



IGNOREZ LES DIVISIONS SECTAIRES QUE DIEU IGNORE

De la même façon, si vous alliez vers Dieu en disant: « Je suis un baptiste. Je suis un presbytérien. Je suis un méthodiste. Je suis un luthérien. Je suis un pentecôtiste. » Est-ce que vous savez ce qu'Il va dire: « Un quoi? Tu es un quoi? Je n'ai jamais entendu parler de cela. » Vous voyez, Dieu ne reconnaît pas ces murs sectaires. L'homme peut reconnaître tout ce qu'il veut, ils n'existent tout simplement pas. Peu importe le nombre de personnes qui disent qu'ils existent, comme Dieu ne les voit pas, ils ne sont pas là.

Nous sommes des croyants. Nous ne sommes pas baptistes, presbytériens ou pentecôtistes, nous sommes des chrétiens. Loué soit Dieu, c'est tout ce que vous êtes! N'essayez pas de commencer une nouvelle mouvance, ignorez simplement celles qui sont présentes car elles n'existent pas, et soyez un avec tout le peuple de Dieu qui est un avec Dieu. Peu m'importe où ils vont à l'église, peu m'importe où ils se rassemblent, peu m'importe avec qui ils ont la communion. S'ils connaissent Jésus et aiment Jésus, et si vous connaissez Jésus et que vous aimez Jésus, alors vous êtes un seul Corps avec eux. Ignorez ces murs! Ignorez ces divisions sectaires. Nous avons besoin de commencer à bouger et à agir comme étant un. Nous avons besoin de nous discipliner comme étant un, et nous avons besoin de répondre en tant qu'un seul corps. Il est par contre clair que nous n'aurons pas la même puissance qu'ils avaient à cette époque, parce qu'à ce moment ils étaient tous un. Mais nous aurons une influence relative qui est très puissante pour la restauration d'un chrétien rétrograde.



LA METHODE DE DIEU POUR RAMENER LES CHRETIENS RETROGRADES

Voilà donc ce qu'ils auraient dû faire. Maintenant la question est: pourquoi auraient-ils dû utiliser cette méthode? Dieu nous donne deux simples raisons à cela. La première raison est parce que c'est la méthode de Dieu pour ramener les chrétiens qui sont rétrogrades. Il semble que ce soit une méthode très forte pour ramener les rétrogrades. Au niveau terrestre, cela semble si dur et si cruel. Comment peut-on rejeter quelqu'un lorsqu'il est tombé à terre? Dieu dit de le mettre dehors, mais notre attitude serait plutôt de dire: « Ne soyons pas si durs avec lui. Mettons notre bras autour de son cou et ayons de la compassion pour lui. » Mais est-ce que vous réalisez que si vous aimez réellement le rétrograde, vous utiliserez la solution de Dieu pour vous occuper de lui.

Dieu nous dit que la façon de le ramener, est d'arrêter d'avoir de la communion avec lui. Il ne s'agit pas de faire cela parce que vous le haïssez, ou parce que vous désirez lui faire du mal. Mais c'est là le moyen de Dieu et si vous n'utilisez pas ce moyen, en voyant que vous tolérez cela, son coeur s'endurcira dans le péché car il pensera que ce n'est pas si mauvais. La plus grande sympathie que vous pouvez manifester à un chrétien rétrograde, et que le peuple de Dieu peut lui manifester, est de l'exclure de la communion, afin qu'il puise revenir et qu'ainsi, comme le dit le verset 5:5: « que son esprit soit sauvé au jour du Seigneur Jésus. » Bien entendu, je ne parle pas ici de juger le coeur des gens, mais de ceux qui ont délibérément et volontairement violés et se sont rebellés devant des principes objectifs.

Le seconde raison qui pousse à utiliser cette méthode, et nous en parlerons davantage dans notre prochaine leçon, se trouve dans les versets 5:6-8. Non seulement cette méthode ramène le rétrograde, mais elle a également pour objectif de purifier le Corps, pour purifier le groupe, le verset 5:6-8 dit: « C'est bien à tort que vous vous glorifiez. Ne savez-vous pas qu'un peu de levain fait lever toute la pâte? Faites disparaître le vieux levain, afin que vous soyez une pâte nouvelle, puisque vous êtes sans levain, car Christ, notre Pâque, a été immolé. Célébrons donc la fête, non avec du vieux levain, non avec un levain de malice et de méchanceté, mais avec les pains sans levain de la pureté et de la vérité. » Dans notre prochaine leçon, je vais vous montrer de quelle manière la vie chrétienne est la fête des pains sans levain. Mais pour l'instant, comprenez simplement le double objectif de la discipline. Elle a un objectif dans la vie du chrétien qui est discipliné, et cela a une influence purificatrice dans le Corps qui le discipline, cela purifie, cela nous rend saints.

Laissez-moi maintenant vous montrer trois principes sur la façon dont le Saint-Esprit s'est occupé de l'impureté à cette époque. Dans le verset 5:11 Paul utilise l'expression: « se nommant frère ». Ensuite au verset 6:9, Paul dit: « Ne savez-vous pas que les injustes n'hériteront point le royaume de Dieu? » Puis au verset 6:10, il ajoute que ceux qui commettent l'impureté « n'hériteront pas le royaume de Dieu ».



LE SAINT-ESPRIT AGIT AVEC LE CHRETIEN RETROGRADE COMME S'IL N'ETAIT PAS SAUVE

La façon dont le Saint-Esprit a agi à cette époque, est la même que celle avec laquelle Il agit de nos jours et avec laquelle Il agira toujours. Le premier principe est que le Saint-Esprit agit avec le chrétien rétrograde comme s'il n'était pas sauvé. C'est un principe très important. Ce qui est parfois enseigné, c'est de considérer un rétrograde comme un chrétien charnel. Certains enseignent qu'il y a deux sortes de chrétiens, les spirituels et les charnels. Non, ce n'est pas le cas. Il n'y a pas deux chemins pour le ciel. Il n'y a qu'un seul chemin vers le ciel et c'est une voie spirituelle. La voie charnelle conduit en enfer, elle ne conduit pas au ciel. C'est de cela dont Paul parle dans les versets 6:9-10. Les personnes qui vivent dans l'impureté n'hériteront pas le royaume de Dieu.

Ce dont Paul parle ici est de la direction principale d'une vie. Tous les chrétiens ont, à des degrés divers, des manifestations de la chair dans leur vie. Si ce n'est plus le cas chez vous, c'est que vous êtes arrivés. Paul ne dit pas ici que vous ne pècherez pas. Mais si la direction principale de votre vie est le péché, si c'est contre Dieu, si c'est la rébellion, alors vous n'avez aucune raison de penser que vous êtes sauvés. Si la direction principale de ma vie n'est pas envers le Seigneur, alors je n'ai pas le droit de croire que je suis sauvé. Paul n'appellerait pas cet homme « frère ». Il dit: « se nommant frère. » Il ne l'appellerait pas frère, parce qu'il n'y a rien dans sa vie, c'est-à-dire la façon dont il vit, qui puisse montrer qu'il est un frère.

Voilà ce que le Saint-Esprit souligne ici. Faites attention avant de considérer comme normal le fait d'être un chrétien charnel, en disant: « Ok, vis d'une façon charnelle. J'espère que tu as été sauvé lorsque tu étais enfant à l'école du dimanche. Tu as gâché ta vie, mais au moins tu iras au ciel. » Faites attention à cela. Peut-être qu'à cause de la miséricorde de Dieu, cela se passera comme cela, mais vous ne trouverez pas d'assurance là-dessus dans la Parole de Dieu. Considérez les versets suivants:

1 Jean 2:3-4: « Si nous gardons ses commandements, par là nous savons que nous l'avons connu. Celui qui dit: je l'ai connu, et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur, et la vérité n'est point en lui. » Ce verset ne dit pas qu'il est un chrétien charnel, mais un menteur.
Jean 10:27: « Mes brebis entendent ma voix; je les connais, et elles me suivent. »

Une des caractéristiques des brebis du Christ est qu'elles Le suivent. Si vous ne Le suivez pas, vous n'êtes pas Sa brebis. Cela montre la direction de votre vie. Vous voyez, Paul ne dit pas: « Il y a des chrétiens charnels qui vivent dans le péché, et d'autres qui sont spirituels. » Non, il dit: « Si quelqu'un vit comme un diable, alors il appartient au diable. Alors jetez-le dehors. S'il veut vivre de cette façon, alors ne lui accordez aucune excuse, coupez les liens avec lui et s'il est réellement sauvé, alors il reviendra. Et s'il ne revient pas, alors ce n'est pas qu'il a perdu son salut, c'est qu'il ne l'a jamais eu. » Voilà ce que la Bible dit. 1 Jean 2:19 dit: « Ils n'étaient pas des nôtres; car s'ils eussent été des nôtres, ils seraient demeurés avec nous, mais cela est arrivé afin qu'il fût manifeste que tous ne sont pas des nôtres. »

Ce chrétien ne va pas perdre son salut. S'il est réellement sauvé, il reviendra. S'il ne revient pas, ce n'est pas qu'il a perdu son salut, c'est qu'il ne l'a jamais eu. Voilà le premier principe que Paul nous donne pour gérer ce genre de personnes. Ne les laissez pas croire que vous pensez qu'ils sont des chrétiens, mais laissez-les croire que vous pensez qu'ils ne sont pas des chrétiens. Vous ne pouvez pas connaître les coeurs. Vous ne pouvez pas dire à quelqu'un: « Tu n'es pas sauvé. » Vous pouvez juste dire à ces personnes: « La Bible dit que ceux qui vivent de cette façon iront en enfer. Et tu as un problème. Tu ferais mieux de te repentir et de revenir à Dieu. » Vous voyez Dieu a un objectif lorsqu'Il met ces avertissements en avant.



LE CORPS A ETE FAIT POUR LE SEIGNEUR

La deuxième chose que fait le Saint-Esprit se trouve dans les versets 6:12-13 qui disent: « Tout m'est permis, mais tout n'est pas utile; tout m'est permis, mais je ne me laisserai asservir par quoi que ce soit. Les aliments sont pour le ventre, et le ventre pour les aliments; et Dieu détruira l'un comme les autres. Mais le corps n'est pas pour l'impudicité. Il est pour le Seigneur, et le Seigneur pour le corps. » Lorsque le Saint-Esprit, à travers l'apôtre Paul, s'occupe d'impureté, Il souligne la raison d'être du corps humain. C'est une arme très forte contre l'impureté. Nous avons l'habitude de penser à notre salut d'un point de vue spirituel. Nous prions: « Merci Seigneur d'avoir sauvé mon âme. » Louez le Seigneur pour cela. Est-Il le Sauveur de votre âme, oui bien entendu Il l'est. Est-Il le sauveur de votre esprit, oui c'est le cas. Mais Il est également le Sauveur de votre corps.

J'aime beaucoup le verset 6:13. Je ne sais pas si le Saint-Esprit aurait pu venir avec une meilleure illustration que celle-ci: « Les aliments sont pour le ventre, et le ventre pour les aliments. » Imaginons que le Saint-Esprit ait pris l'illustration de l'arbre et qu'Il ait dit: « Un arbre est fait pour un nid d'oiseau. » J'aurais dit: « Oui, c'est vrai, mais c'est également fait pour autre chose. Il peut être utilisé pour faire des meubles, pour se chauffer, pour faire des armes ou pour faire du papier. Il peut être utilisé pour de nombreuses choses. » Mais lorsqu'Il dit: « Les aliments sont pour le ventre, et le ventre pour les aliments », on peut se poser la question de ce que l'on peut faire d'autre avec un estomac? Si vous ne l'utilisez pas pour les aliments, il n'y a pas beaucoup d'autres choses, pour lesquelles vous pouvez l'utiliser.

Un estomac a été fait pour les aliments. Et les aliments ont été faits pour l'estomac. Vous ne pouvez rien faire d'autre avec cela. Cela ne sert qu'à cela. Les aliments sont pour l'estomac, et l'estomac est pour les aliments et ensuite Paul dit: « De la même façon votre corps a été fait pour le Seigneur! » N'est-ce pas merveilleux? Est-ce que vous voyez ce qu'il dit? De la même façon qu'il n'y a qu'une seule raison d'être pour votre estomac, il n'y a également qu'une seule raison d'être pour votre corps.

Lorsque l'Esprit de Dieu révèle cela à votre coeur, lorsque Dieu rend cela réel, alors cela devient une arme puissante contre l'immoralité. C'est lorsque nous commençons à comprendre que notre corps est pour le Seigneur, de façon tout aussi unique que les aliments sont pour l'estomac. La fin du verset 6:13 dit: « Mais le corps n'est pas pour l'impudicité. Il est pour le Seigneur, et le Seigneur pour le corps. » N'est-ce pas une chose précieuse de réaliser qu'à tout moment où mon corps est pour le Seigneur, alors le Seigneur est aussi pour mon corps. Et qu'à tout moment où votre corps est pour le Seigneur, alors le Seigneur est aussi pour votre corps. C'est une raison d'être très sainte. C'est un objectif très élevé.

Le corps n'a pas été fait pour la sexualité, il a été fait pour Jésus. Le corps n'a pas été fait pour sa beauté ou pour sa dextérité. Dieu a mis tout cela dans votre corps, parce qu'Il a fait votre corps pour Lui. Cela a pour objectif d'illustrer des choses spirituelles. En soulignant la raison d'être du corps, le Saint-Esprit savait que cela aurait une grande influence sur la sainteté et la moralité.

Les versets 6:19-20 disent: « Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes? Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu. » Le verset 6:15 dit: « Ne savez-vous pas que vos corps sont des membres de Christ? Prendrai-je donc les membres de Christ, pour en faire les membres d'une prostituée? Loin de là!» Notre corps n'est pas pour nous-mêmes. Il n'est pas pour nos familles. Il n'est pas pour notre plaisir. Et il n'est sûrement pas là pour le péché! Il est là pour Jésus, le corps est pour le Seigneur.

En voyant le verset 6:14 qui dit: « Et Dieu, qui a ressuscité le Seigneur, nous ressuscitera aussi par sa puissance », on peut être amené à dire: « C'est un drôle d'endroit pour introduire cela. » Lorsque j'ai lu cela pour la première fois, je me suis dit: « Mais pourquoi Paul a-t-il changé de sujet? » D'abord il parle d'immoralité, d'excommunication, mais maintenant il dit un mot sur la résurrection, maintenant il parle du futur. La raison pour laquelle il parle ici de la résurrection du corps, est liée au contexte de l'immoralité. Voilà ce qu'il dit: « Je préfère ne pas avoir d'immoralité dans mon corps, parce que c'est ce corps que je vais avoir pour toute l'éternité. » Il y aura bien sûr des changements dans nos corps, mais c'est le corps dans lequel vous êtes actuellement que vous aurez pour toujours dans le ciel. De la même manière que le Seigneur Jésus est revenu avec le même corps, et qu'il avait les mêmes cicatrices dans les mains, vous serez vous et vous aurez votre même corps. Dieu va vous ressusciter, et Il va le changer.

Beaucoup de religions croient à la vie après la mort, mais il n'y a que les chrétiens qui croient que cela sera dans le corps qu'ils ont sur la terre. Nous aurons la vie dans le même corps que nous avons actuellement. Cela vous coupe le souffle de réaliser que votre corps glorifié est le corps dans lequel vous êtes déjà maintenant, avec il est vrai certains changements. Une fois que Dieu rend cela réel dans votre coeur, vous ferez attention à la façon dont vous utilisez votre corps. Cela a donc une influence profonde sur notre sainteté si nous comprenons réellement cela. C'est de cette façon dont Dieu s'occupe ici de l'immoralité. Il ne fait pas rejeter cet homme, mais Il pose de grands principes pour pouvoir l'emmener à la repentance. Lorsque vous utilisez quelque chose pour faire une chose différente que ce pour quoi elle a été prévue, vous pouvez causer de nombreux problèmes. Vous devez utiliser les choses pour ce pourquoi elles ont été créées. Les aliments sont pour le ventre et le ventre pour les aliments. Frères et soeurs en Christ, votre corps a été fait pour le Seigneur et le Seigneur a été fait pour votre corps. Oh, que Dieu puisse nous enseigner cela parce qu'ensuite nous serons très attentifs à la façon dont nous vivons.



NOUS SOMMES LE TEMPLE DU SAINT-ESPRIT

Il y a une troisième chose que le Saint-Esprit souligne ici. Si je n'avais pas lu cela dans la Bible, je n'aurais jamais pu l'imaginer. Le Saint-Esprit va prendre la précieuse illustration de notre union avec Christ et l'utiliser dans une illustration très forte. Y a-t-il quelque chose qui peut être plus précieux que d'être uni à notre Seigneur Jésus-Christ? Le Saint-Esprit va prendre cette merveilleuse illustration et vous savez ce qu'Il va illustrer avec cela? L'union avec une prostituée. Les versets 6:15-17 disent: « Ne savez-vous pas que vos corps sont des membres de Christ? Prendrai-je donc les membres de Christ, pour en faire les membres d'une prostituée? Loin de là! Ne savez-vous pas que celui qui s'attache à la prostituée est un seul corps avec elle? Car, est-il dit, les deux deviendront une seule chair. Mais celui qui s'attache au Seigneur est avec lui un seul esprit. » C'est un des plus grands passages sur l'union avec Christ dans toute la Bible, et dans ce passage Paul met en contraste cette union avec un horrible péché d'immoralité. Le mot « attaché » ici est un mot grec très fort. Cela signifie qu'ils sont collés ensemble, ils sont cimentés ensemble.

Au verset 6:19, on nous dit que nous sommes « le temple du Saint-Esprit. » Les érudits grecs nous disent qu'il y a deux mots pour temple. L'un est « hieron » qui correspond à tout le complexe associé au temple avec les parvis extérieurs, les parvis des hommes et des femmes. Et l'autre est un mot très précieux, c'est « naos » qui fait uniquement référence au lieu très saint. Lorsque la Bible vous appelle le temple du Saint-Esprit, devinez quel mot elle utilise? Elle n'utilise pas ce mot qui fait référence à tous les bâtiments et au parvis extérieur, mais elle utilise ce mot particulier, qui dit que nous sommes le temple, le saint des saints, le lieu très saint du Seigneur. Pourquoi pensez-vous que Dieu ait recouvert le tabernacle de peaux de béliers et de dauphins (cf. Exode 26:14)? Vous voyez Dieu était en train de dire sous forme d'image à son peuple: « J'aimerais vivre dans une maison de peau. » Puis-je vous suggérer ce qu'est cette maison de peau?

A l'époque de l'Ancien Testament, le grand prêtre allait une fois par an dans le lieu très saint. Personne d'autre ne pouvait entrer dedans à part lui et cela seulement une fois par an. Est-ce que vous pouvez imaginer lorsque ce jour arrivait comme on le voit dans Lévitique 16, où le grand prêtre entrait dans le lieu très saint derrière le voile, qu'il puisse y aller avec une jeune fille, et qu'il commette un acte immoral avec elle en face de l'arche de l'alliance? Personne ne peut imaginer qu'un grand prêtre puisse faire une telle chose! Imaginez cela: aller dans le lieu très saint et commettre un acte immoral. Mais ce n'est que l'image. C'est vous le lieu très saint. C'est vous le temple. Et chaque fois que vous êtes immoraux dans votre corps, c'est comme emmener une femme ou un homme derrière le voile du lieu très saint devant l'arche de l'alliance et commettre un acte immoral dans la présence du Seigneur.

Lorsque Paul s'occupe de l'immoralité, il le fait en montrant à l'église que les péchés de la chair ne sont pas le chemin vers le ciel, en montrant au peuple de Dieu que leur corps a été fait pour le Seigneur, et en les rendant attentifs à la grande vérité de leur union avec Jésus-Christ, c'est-à-dire que ce sont les croyants qui sont le lieu très saint. Est-ce que vous voyez comment tout cela est lié au message de 1 Corinthiens qui est la Seigneurie de Christ? Est-ce que vous voyez le problème? Si Christ était le Seigneur de votre corps, il n'y aurait aucun problème.

Le Seigneur vous ramène directement à cela. Il aimerait être le Seigneur sans partage de votre corps. Quoi que vous fassiez en paroles ou en actes, votre corps est le temple du Saint-Esprit. C'est pour cela que Paul dit au verset 6:20: « Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu. »

Prions:

Père, nous Te remercions pour Ta précieuse Parole. Seigneur lorsque nous pensons au fait que, tout aussi vrai que notre ventre a été fait pour les aliments, nos corps ont été faits pour Toi. Tu dois être cela dans nos coeurs. C'est Toi qui dois nous montrer cela et nous éclairer. Nous prions que tu puisses être honoré dans notre corps que Tu as créé, puis que Tu as racheté avec Ton propre sang. Nous prions que Tu sois le Seigneur de notre corps. Nous Te prions au nom de Jésus. Amen.

(1)L'auteur utilise les termes « fellowship » et « membership . » L'Eglise est une « fellowship » pas une « membership . » La Bible enseigne que nous sommes membres de Christ et les uns des autres, de son Corps, pas d'une église locale - Romains 12:5 - 1 Corinthiens 6:15 - 1 Corinthiens 12:12 - 1 Corinthiens 12:27 - Ephésiens 4:25 - Ephésiens 5:30 (NdT) [retour]

(2)L'auteur décrit bien entendu ici la situation des évangéliques aux Etats-Unis, où il y a de nombreuses assemblées. (NdT) [retour]

1 Corinthiens #7