1 CORINTHIENS #3 - LA SEIGNEURIE DE JESUS CHRIST

Par Ed Miller

Le texte qui suit est la transcription d'un message donné en anglais. La forme orale a été conservée, mais des titres de sections ont été ajoutés pour faciliter la lecture. (NdT)

Bonjour et bienvenue dans notre troisième leçon sur cette merveilleuse épître de 1 Corinthiens.

Prions:

Père, nous nous attendons au Saint-Esprit pour révéler le Seigneur Jésus à nos coeurs. Nous Te demandons à nouveau de nous guider. Combien nous Te louons pour Ta Bible, combien nous Te louons pour le Saint-Esprit dans nos coeurs. Nous savons que la seule façon juste pour étudier Ta parole, c'est d'avoir des yeux pour Te voir Toi. C'est pourquoi nous prions que Tu nous montres Ta gloire et que Tu nous changes en cette même gloire. Nous nous attendons à Toi, et nous Te prions de mettre en nous cette attitude d'enfant et d'impuissance qui sait recevoir de Toi. Viens nous rencontrer, viens nous trouver là où nous en sommes, et amène nous à la place où Tu nous veux. Nous Te le demandons au nom de Jésus. Amen.



RESUME

Nous avons commencé à voir ensemble les chapitres 1 à 4. Laissez-moi vous remettre à l'esprit le simple message de 1 Corinthiens. Le Saint-Esprit nous a donné le livre de 1 Corinthiens afin que nous puissions avoir la pleine révélation de Jésus en tant que Seigneur de tous les problèmes, qu'ils soient individuels ou corporatifs. L'église de Corinthe a la réputation d'être une église à problèmes. Il n'y aura jamais plus une autre église sur la terre, comme Corinthe, qui réunira tous ces problèmes. Ils avaient tous les problèmes à la fois. Nous avons explicité le thème du livre en disant qu'à travers notre union avec Jésus-Christ, en tant que Seigneur, nous avons la réponse à tous les problèmes qu'ils soient individuels ou corporatifs.

Avant de continuer, laissez-moi clarifier ce que j'entends par problème. Il se peut que vous regardiez à la liste des problèmes dans l'église de Corinthe et que vous disiez: « Comment pouvez-vous dire que Christ est la réponse à tous les problèmes? Je ne trouve pas que tous les problèmes y soient représentés. Par exemple, 1 Corinthiens ne mentionne pas les problèmes de persécution, de pauvreté, de la vieillesse, de la maladie, de l'oppression, des handicaps, des enfants qui ont fugué ou du chômage. »

Ma réponse est simple: est-ce que ce sont des problèmes? Je répondrais de deux façons. Premièrement le livre de 1 Corinthiens s'occupe de problèmes moraux. Leur racine est le péché. Le dénominateur commun de tous les problèmes de Corinthe était le péché. La vieillesse n'est pas un problème moral. La maladie n'est pas un problème moral. Le chômage n'est pas un problème moral. Il se peut que les problèmes moraux aient un lien avec ces choses, mais ce ne sont pas des problèmes moraux. Dans ce livre, nous voyons que la Seigneurie de Christ est la solution à tous les problèmes moraux.

Deuxièmement, si 1 Corinthiens ne s'occupe pas par exemple de la vieillesse, c'est que selon l'enseignement de l'ensemble des Ecritures, les problèmes non moraux ne sont pas des problèmes. C'est nous qui les appelons des problèmes, mais la Bible ne les présente pas comme des problèmes. Plus vous avancez dans l'union avec Jésus-Christ, plus vous verrez que les circonstances non liées aux problèmes moraux, non seulement ne sont pas des problèmes mais elles sont la solution aux problèmes. Dieu utilise ces choses pour nous attirer à Christ. Toutes ces choses, que nous appelons problèmes, comme le chômage, les afflictions et les faiblesses ont pour but de nous pousser vers Christ, de nous montrer nos propres insuffisances et de nous attirer à la toute suffisance de Christ. Ils font donc partie des soins et non pas de la maladie.

Le verset-clé que nous avons choisi pour ce livre est le verset 12:3: « Nul ne peut dire: Jésus est le Seigneur! si ce n'est par le Saint-Esprit. » La seule réponse aux problèmes moraux de la vie est apportée lorsque le Saint-Esprit fait de Jésus le Seigneur de votre vie. Les autres façons de gérer les problèmes ne sont pas réelles parce que cela ne va pas réellement à la racine des problèmes. C'est une cause de grandes difficultés dans la vie des gens. Les gens qui s'occupent des problèmes, et qui ne vont pas réellement à la racine, ne trouvent pas la vraie solution. Ils ne gèrent pas le vrai problème et par conséquent, la solution n'est pas la vraie solution. Faire appel aux hommes pour trouver des solutions aux problèmes de la vie, c'est comme bander sa tête lorsque l'on a mal à la tête. Seul le miracle du Saint-Esprit, qui fait de Christ le Seigneur, nous apportera la solution. Ensuite, nous serons des chrétiens « non problématiques. » Lorsque Christ aura un droit sans limite sur nos vies, nous pourrons régner sur nos problèmes.

Laissez-moi à nouveau mentionner les problèmes avant de reprendre là où nous nous sommes arrêtés dans notre dernière leçon. Cela n'est qu'une division par chapitre mais elle vous donne déjà une idée.

• Chapitres 1-4: Le problème des divisions. Il y avait des divisions, des désunions, des désharmonies, des discordes, des schismes et des séparations dans l'église.
• Chapitre 5: Le problème de la pureté personnelle. Il y avait de l'immoralité dans l'église.
• Chapitre 6: Le problème des différends personnels. Les chrétiens se traînaient en justice les uns les autres.
• Chapitre 7: Le problème du mariage. Paul parle ici de divorce et de séparation.
• Chapitres 8-10: Le problème des pratiques discutables. En d'autres termes, Dieu donne des principes au sujet de notre comportement, aux sujets des choses que Dieu ne mentionne pas de façon explicite. Qu'en est-il des sujets dont la Bible ne parle pas? C'est là où Il nous dit comment agir dans ces situations.
• Chapitre 11: Le problème des images et des symboles. C'est illustré par le voile des femmes et le repas du Seigneur, et tous les abus qui ont eu lieu à cette époque.
• Chapitres 12-14: Le problème de l'abus des dons spirituels.
• Chapitre 15: Le problème des fausses doctrines.

Lorsque Dieu nous donne la réponse à tout cela, alors Il donne également la réponse à tous nos problèmes de la vie.

A la fin de notre dernière leçon, nous avons commencé à discuter du problème de l'église de Corinthe, sur lequel le livre met le plus l'accent, c'est-à-dire le problème des divisions et des séparations. Ce problème occupe 4 chapitres. Les chapitres 1 à 4 traitent de ce problème. Les versets 1:10-11 disent: « Je vous exhorte, frères, par le nom de notre Seigneur Jésus-Christ, à tenir tous un même langage, et à ne point avoir de divisions parmi vous, mais à être parfaitement unis dans un même esprit et dans un même sentiment. Car, mes frères, j'ai appris à votre sujet, par les gens de Chloé, qu'il y a des disputes au milieu de vous. »

L'église de Corinthe n'était pas unie. Il y avait des séparations. La Bible nous apprend qu'il y avait au moins quatre clans dans cette église. Parfois nous entendons parler du Corps de Christ qui s'est séparé en deux. A Corinthe, on peut dire qu'ils se sont séparés en quatre. Dans le livre de 1 Corinthiens, la division est présentée comme le plus grand problème auquel l'église a dû faire face. Il n'est pas surprenant de constater que Satan est tout particulièrement actif pour agir contre l'unité du Corps de Jésus-Christ. Si Satan peut faire que le peuple de Dieu vive en désharmonie, il le fera.

Par contre, lorsque le peuple de Dieu vit en union avec Christ, et en union les avec les autres, alors ils sont sur la bonne voie pour que tous leurs problèmes soient résolus. La désunion est un problème fondamental. Si vous n'êtes pas au clair sur ce point, vous ne pourrez être au clair dans aucun autre domaine.

Dans ces quatre chapitres, le Saint-Esprit mentionne les quatre causes de désunion dans l'Eglise de Corinthe. Ces raisons, qui ont causé la désharmonie à l'époque, il y a 2000 ans, se sont répétées depuis. Laissez-moi les mentionner à nouveau avant de continuer. La première cause de désunion, celle qui est la plus mise en avant, c'est le désir pour la sagesse du monde. La seconde cause la plus soulignée, c'est le fait de mettre l'accent sur des points particuliers, c'est-à-dire « regarder aux hommes » et à l'accent qu'ils mettent sur tel ou tel sujet. Les Corinthiens disaient: « Je suis de Paul. Je suis d'Appolos », et ainsi de suite. La troisième cause de division dans l'église était due à un jugement rapide porté sur les autres. La quatrième, c'est la fierté spirituelle. Tous, comme les quatre chevaux de l'Apocalypse, ont causé des divisions et des dévastations dans le Corps de Christ de nombreuses fois, tout comme cela est arrivé à Corinthe.

Nous avons commencé à discuter de cette première cause de division qui est la sagesse du monde. C'est l'attrait pour la sagesse du monde. Paul a donné trois illustrations montrant comment la sagesse du monde a infiltré l'église. La première se situe dans le message. Nous ne devons pas permettre à la sagesse du monde de toucher le pur message de la grâce de Dieu. Les versets 1:18-21 disent: « Car la prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent; mais pour nous qui sommes sauvés, elle est une puissance de Dieu. Aussi est-il écrit: Je détruirai la sagesse des sages, Et j'anéantirai l'intelligence des intelligents. Où est le sage? où est le scribe? où est le disputeur de ce siècle? Dieu n'a-t-il pas convaincu de folie la sagesse du monde? Car puisque le monde, avec sa sagesse, n'a point connu Dieu dans la sagesse de Dieu, il a plu à Dieu de sauver les croyants par la folie de la prédication. » La folie du message prêché ne peut pas contenir de la sagesse du monde.

La seconde illustration, c'est que non seulement le message doit être pur, libre de toute sagesse du monde, mais que nos méthodes, nos moyens pour apporter le message ne doivent pas être pollués par de la sagesse mondaine. Le verset 1:17 dit: « Ce n'est pas pour baptiser que Christ m'a envoyé, c'est pour annoncer l'Évangile, et cela sans la sagesse du langage, afin que la croix de Christ ne soit pas rendue vaine. » Si quelqu'un avait l'habileté d'utiliser la sagesse du langage, l'apôtre Paul en avait certainement les moyens.

Les versets 2:1-5 disent: « Pour moi, frères, lorsque je suis allé chez vous, ce n'est pas avec une supériorité de langage ou de sagesse que je suis allé vous annoncer le témoignage de Dieu. Car je n'ai pas eu la pensée de savoir parmi vous autre chose que Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié. Moi-même j'étais auprès de vous dans un état de faiblesse, de crainte, et de grand tremblement; et ma parole et ma prédication ne reposaient pas sur les discours persuasifs de la sagesse, mais sur une démonstration d'Esprit et de puissance, afin que votre foi fût fondée, non sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu. »

Non seulement Paul ne voulait pas que le message soit pollué, mais il ne cherchait pas non plus à utiliser des moyens mondains pour le propager. Il voulait simplement leur donner un Jésus complet et simple; il s'attendait à ce que l'Esprit de Dieu puisse inscrire cela dans leur coeur. C'est tout ce dont vous avez besoin. Vous n'avez pas à utiliser de beaux et grands mots, et tout le reste. Le message et la méthode doivent être purs.



NOTRE ETUDE DE LA BIBLE DOIT ETRE EXEMPTE DE LA SAGESSE HUMAINE

Non seulement le message et la méthode doivent rester purs, mais notre étude de la Bible doit être également libre de la sagesse mondaine. Les versets 2:9-16 disent: « Mais, comme il est écrit, ce sont des choses que l'oeil n'a point vues, que l'oreille n'a point entendues, et qui ne sont point montées au coeur de l'homme, des choses que Dieu a préparées pour ceux qui l'aiment. Dieu nous les a révélées par l'Esprit. Car l'Esprit sonde tout, même les profondeurs de Dieu. Lequel des hommes, en effet, connaît les choses de l'homme, si ce n'est l'esprit de l'homme qui est en lui? De même, personne ne connaît les choses de Dieu, si ce n'est l'Esprit de Dieu. Or nous, nous n'avons pas reçu l'esprit du monde, mais l'Esprit qui vient de Dieu, afin que nous connaissions les choses que Dieu nous a données par sa grâce. Et nous en parlons, non avec des discours qu'enseigne la sagesse humaine, mais avec ceux qu'enseigne l'Esprit, employant un langage spirituel pour les choses spirituelles. Mais l'homme naturel ne reçoit pas les choses de l'Esprit de Dieu, car elles sont une folie pour lui, et il ne peut les connaître, parce que c'est spirituellement qu'on en juge. L'homme spirituel, au contraire, juge de tout, et il n'est lui-même jugé par personne. Car Qui a connu la pensée du Seigneur, Pour l'instruire? Or nous, nous avons la pensée de Christ. »

Paul nous avertit de n'employer la sagesse du monde ni dans notre message, ni dans nos méthodes, ni dans notre étude de la Bible. Il y a une mauvaise interprétation commune qui est donnée du verset 2:9 qui dit « Mais, comme il est écrit, ce sont des choses que l'oeil n'a point vues, que l'oreille n'a point entendues, et qui ne sont point montées au coeur de l'homme, des choses que Dieu a préparées pour ceux qui l'aiment. » La mauvaise interprétation de ce verset peut être résumée par ces mots: « Les vérités de Dieu sont si merveilleuses que les hommes ne peuvent pas les connaître. » On y ajoute parfois: « jusqu'à ce qu'ils aillent au ciel. »

Si vous lisez attentivement le passage, vous verrez qu'il n'est pas dit cela. En fait, le verset suivant le prouve. Le verset 2:10 dit: « Dieu nous les a révélées par l'Esprit. » Paul ne dit pas que les vérités de Dieu sont si merveilleuses que personne ne peut les connaître, mais il dit qu'elles sont si merveilleuses que les hommes ne peuvent pas les connaître par la sagesse mondaine. Voilà ce qu'il dit. Seul l'Esprit de Dieu peut enseigner la Parole de Dieu. Vous pouvez la connaître, mais pas par la sagesse mondaine.

En lien avec cela, voici ce que dit le verset 2:14: « Mais l'homme naturel ne reçoit pas les choses de l'Esprit de Dieu. » Habituellement, c'est interprété comme désignant les non sauvés, ceux qui ne connaissent pas Jésus, qui ne sont pas nés de nouveau, qui n'ont pas l'Esprit de Dieu. C'est vrai, mais ici l'Esprit de Dieu ne change pas de sujet, Il parle à des chrétiens. L'homme naturel inclut les personnes non sauvées, mais cela inclut également les chrétiens. Comment cela se fait-il?

Ce que Paul dit, c'est que lorsque vous arrivez à cette Bible, vous ne pouvez pas mettre votre confiance dans la nature. L'homme naturel met sa confiance dans sa propre sagesse, dans sa propre pensée, dans les études qu'il a faites, dans ses capacités à comprendre. Si vous venez de façon naturelle, en mettant votre confiance dans votre propre nature, le livre restera fermé. Il reste absolument fermé à ceux qui font confiance à leur propre nature.

Il ne doit y avoir aucune sagesse mondaine dans le message. Il ne doit pas non plus y avoir de sagesse mondaine dans la façon dont vous le transmettez. Enfin, lorsque vous en venez à l'étude de la Bible, il ne doit pas non plus y avoir de sagesse humaine. Il faut que vous veniez en mettant votre confiance dans l'Esprit de Dieu. Les personnes non sauvées viennent toujours de façon naturelle et les chrétiens y viennent souvent de façon naturelle, mais nous sommes appelés à y venir de façon spirituelle. Lorsque vous étudiez la Bible, vous devez vous placer devant Dieu et Lui demander de vous enseigner. Nous ne pouvons pas comprendre la Bible sans l'Esprit.

Au verset 2:13 il est également dit: « Nous en parlons, non avec des discours qu'enseigne la sagesse humaine, mais avec ceux qu'enseigne l'Esprit, employant un langage spirituel pour les choses spirituelles. » Qu'est-ce que cela signifie: « employant un langage spirituel pour les choses spirituelles? » Certaines personnes disent que cela signifie qu'il ne faut pas sortir les choses de leur contexte, qu'il faut comparer les Ecritures avec les Ecritures, et tenir compte de l'ensemble de la Parole de Dieu, parce que Marc ne va pas contredire Paul, et Paul ne va pas contredire Jacques et ainsi de suite. C'est vrai, mais ce n'est pas de cela dont il parle ici. Je crois dans l'équilibre qu'il y a dans l'ensemble des Ecritures. Mais ici, il dit« Veux-tu comprendre la Bible? Alors n'y viens pas de façon naturelle en faisant confiance à ta propre sagesse. » Ensuite il dit: « Et n'essaie pas de mélanger tout cela. Ne viens pas en faisant confiance à la fois à Dieu et à l'érudition. Non il faut des mots spirituels pour des pensées spirituelles. »

Le verset 2:13 est un verset qui va à l'encontre des mélanges. Les pensées spirituelles doivent être combinées avec des mots spirituels. Il n'y aucune place pour la sagesse mondaine dans l'étude de la Bible. Certains chrétiens se fâchent avec moi lorsque je fais ce genre de remarques parce qu'ils pensent que je suis contre l'érudition et que je glorifie l'ignorance. La réalité est que je ne glorifie pas l'ignorance et je ne suis pas contre l'érudition. Etudiez autant que vous le pouvez, rassemblez toute l'érudition que vous pouvez. Ce n'est pas un péché de connaître le grec ou l'hébreu. Je ne connais ni l'hébreux ni le grec, mais je loue le Seigneur pour les personnes qui ont écrit les textes originaux dans ma langue afin que je puisse commencer à les comprendre.

Je ne dis pas qu'il ne faut pas étudier; nous devons savoir ce que l'auteur avait dans sa pensée, et nous devons utiliser l'érudition. Ce que je dis c'est qu'il y a une façon humble d'étudier; ne faites pas confiance à votre érudition. Après avoir étudié, soyez comme ces serviteurs qui ont rempli les jarres d'eau à Cana. Vous devez faire des recherches et rassembler tous les éléments, mais après, il faut que vous alliez vers Jésus pour lui dire: « Si tu ne transformes pas cela en vin, cela restera de l'eau, et toutes mes recherches ne serviront à rien, à moins que Tu ne m'instruises et que Tu m'enseignes. »

Par conséquent, je ne dis pas qu'il faut faire fi de l'érudition; je dis: « Ne faites pas confiance à votre compréhension. » Ne faites pas confiance à votre propre pensée. Ne faites pas confiance à votre propre habileté. Tombez devant Dieu lorsque vous en arrivez à ce livre. Voilà ce que Paul veut dire ici. Si la sagesse mondaine entre dans le message, si elle entre dans la méthode que nous utilisons pour porter le message, si elle entre dans notre étude de la Bible, il y aura partout désunion, désharmonie et division. Il y aura des petits groupes qui se formeront ici et là.



CHRIST NOTRE SAGESSE PAR OPPOSITION A LA SAGESSE DU MONDE

Le verset 1:30 dit: « Or, c'est par lui que vous êtes en Jésus-Christ, lequel, de par Dieu, a été fait pour nous sagesse... » Vous voyez, la réponse à la sagesse humaine est tout aussi simple que le problème semble compliqué. Christ est notre sagesse. A tout moment, quand je regarde à Christ, s'Il est le Seigneur absolu de ma vie, je suis libre de la sagesse mondaine dans toutes ses formes subtiles.

Cela nous amène à la seconde cause la plus mise en avant dans l'église de Corinthe, à savoir, mettre l'accent sur quelque chose de particulier, c'est-à-dire « regarder aux hommes » et sur quoi ils mettent l'accent.

Voici ce que disent les versets 1:11-13: « Car, mes frères, j'ai appris à votre sujet, par les gens de Chloé, qu'il y a des disputes au milieu de vous. Je veux dire que chacun de vous parle ainsi: Moi, je suis de Paul! et moi, d'Apollos! et moi, de Céphas! et moi, de Christ! Christ est-il divisé? Paul a-t-il été crucifié pour vous, ou est-ce au nom de Paul que vous avez été baptisés? » L'église de Corinthe était divisée.

Voici encore un autre passage en lien avec cela. Les versets 3:1-6 disent: « Pour moi, frères, ce n'est pas comme à des hommes spirituels que j'ai pu vous parler, mais comme à des hommes charnels, comme à des enfants en Christ. Je vous ai donné du lait, non de la nourriture solide, car vous ne pouviez pas la supporter; et vous ne le pouvez pas même à présent, parce que vous êtes encore charnels. En effet, puisqu'il y a parmi vous de la jalousie et des disputes, n'êtes-vous pas charnels, et ne marchez-vous pas selon l'homme? Quand l'un dit: Moi, je suis de Paul! et un autre: Moi, d'Apollos! n'êtes-vous pas des hommes? Qu'est-ce donc qu'Apollos, et qu'est-ce que Paul? Des serviteurs, par le moyen desquels vous avez cru, selon que le Seigneur l'a donné à chacun. »

La question que l'on peut se poser, c'est: « Est-ce que les croyants de Corinthe formaient des groupes? » Certains se retrouvant autour de Paul, d'autres de Céphas, d'autres d'Apollos et d'autres enfin autour de Christ selon ce que signifie: « Moi, je suis de Christ. » Le verset 4:6 dit: « C'est à cause de vous, frères, que j'ai fait de ces choses une application à ma personne et à celle d'Apollos, afin que vous appreniez en nos personnes à ne pas aller au delà de ce qui est écrit, et que nul de vous ne conçoive de l'orgueil en faveur de l'un contre l'autre. » Veuillez noter cette expression: « J'ai fait de ces choses une application à ma personne et à celle d'Apollos. » Il semblerait qu'il ait eu d'autres hommes dans l'église autour desquels se formaient des clans. Mais Paul dit que pour le besoin de l'illustration, il va utiliser sa personne, Apollos et Céphas.

Si c'est une illustration, vous devez vous demander ce qu'il veut illustrer. Pourquoi, pour l'illustration, s'est-il choisit lui-même ainsi qu'Apollos et Céphas? Pourquoi n'a-t-il pas choisit Silas, Barnabas ou Timothée? C'est parce que de nombreux commentateurs pensent que chacun d'entre eux mettait l'accent sur un point particulier. Laissez-moi vous montrer sur quoi ils mettaient l'accent.

L'apôtre Paul était, bien entendu, le prédicateur des gentils, et il est connu comme étant le messager de la grâce. Il prêchait la liberté en Christ. Il prêchait la victoire. Il est le prédicateur de la grâce.

Voici ce que dit Actes 18:24 au sujet d'Apollos: « Un Juif nommé Apollos, originaire d'Alexandrie, homme éloquent et versé dans les Écritures, vint à Éphèse. Il était instruit dans la voie du Seigneur, et, fervent d'esprit, il annonçait et enseignait avec exactitude ce qui concerne Jésus... » Apollos était un prédicateur puissant. C'était celui qui avait une puissance rhétorique. Il était cultivé et raffiné. Il savait comment parler aux gens, et ses paroles coulaient comme un fleuve. Si vous écoutiez Apollos, votre adrénaline montait, vous étiez scotchés à votre chaise. Il était plein de passion, il pouvait tenir en haleine tout un auditoire. Il avait ce que l'on appelle du charisme.

Ensuite, il y avait Pierre. C'était un homme très pratique. C'est l'homme de l'action. Il disait: « Ok, vous le savez, alors maintenant faites-le. » Voilà comment était Pierre. Il se disait: « Mais qu'est-ce que cela signifie dans ma vie maintenant? » Paul prêchait la grâce, Apollos prêchait la vérité et Pierre la pratique, mais ils prêchaient tous Christ. Voilà sur quel point ils mettaient l'accent et c'est pour cela, je pense, que Paul dit: « Votre église est divisée selon ces différents accents. » L'église de Corinthe était pleine d'esprit partisan. Ils se regroupaient autour de différents hommes et de leurs particularités.

Il n'est pas possible de séparer un homme du sujet sur lequel il met l'accent, parce qu'un homme est ce qu'il prêche. Par exemple, si je vous disais de Martin Luther: je pense que vous savez sur quoi il a mis l'accent; c'est la justification par la grâce. Si je citais Jean Calvin, vous penseriez à la souveraineté de Dieu. Si je citais Jacobus Arminius, vous penseriez à la libre volonté de l'homme. Le nom d'Hudson Taylor est associé à la mission, celui de George Muller à la foi et Watchman Nee au Corps de Christ. Toutes ces personnes sont étroitement liées au sujet sur lequel elles ont mis l'accent.

Nous devons bien saisir ce qu'ils ont fait à Corinthe, car c'était faux, c'était un péché. Est-ce que Dieu est en train de dire qu'il est faux pour Paul de mettre l'accent sur la grâce, qu'il est faux pour Apollos de mettre l'accent sur la vérité et pour Pierre de mettre l'accent sur la pratique? Est-ce cela que Dieu dit? Que ces exemples soient littéraux ou que ce soit des illustrations, le Saint-Esprit essaie de dire quelque chose.

Avant de vous exposer la chose, laissez-moi vous donner ce petit plan. Je pense qu'il y a des dangers liés à ces différents accents qu'il peut y avoir, et j'aimerais vous donner trois avertissements essentiels par rapport à cela. Ensuite, nous verrons trois principes que le Saint-Esprit nous donne pour nous préserver de ces différents accents.



LE DANGER DE L'EXCLUSIVISME

Voilà les trois dangers. La première chose qui était mauvaise dans ce que faisaient les Corinthiens, c'était l'exclusivisme. L'exclusivisme est un problème qui procède du coeur. C'est un problème d'attitude. La racine de l'exclusivisme est le péché. Il peut se manifester de différentes manières. Cela peut être une façon de snober les autres en disant: « J'appartiens à un groupe particulier, à un club particulier. » C'est un problème de fierté. Parfois il ne se manifeste pas de cette façon. Cela s'exprime par le dogmatisme et l'obstination. C'est lorsque l'on dit: « J'ai raison, et je ne changerai pas. » Parfois cela va un peu plus loin. Cela se manifeste par de la haine, de l'agressivité et un fort antagonisme envers ceux qui ne sont pas d'accord avec nous. C'est lorsque l'on pense: « J'ai raison, tous les autres ont tort, et je vais le leur prouver. »

Dans chacun de ces cas, la racine est le péché. C'est un problème de péché, c'est un problème du coeur. C'est l'attitude qui dit: « Je suis de Paul, je suis d'accord avec Paul et tous les autres sont stupides. Je considère qu'Apollos est plein de sagesse du monde et que Céphas est un légaliste. Moi, je suis de Paul, je crois dans la grâce. »

C'est bien plus profond que les divisions. Il y a une différence entre diviser et être diviseur. Le diviseur crée des discordes. Nous devons faire la différence entre diviser et être source de division, parce que diviser n'est pas faux. Etre diviseur est faux mais la division n'est pas fausse. En fait la division a permis la progression de l'Eglise dans l'histoire. L'Eglise a grandi à travers la division. La division a été une arme puissante dans la main de Dieu pour le bien.

Je pense que le Seigneur Jésus a été la plus grande influence de division qui ait jamais marché sur la terre. Il a dit en Matthieu 10:34-36: « Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l'épée. Car je suis venu mettre la division entre l'homme et son père, entre la fille et sa mère, entre la belle-fille et sa belle-mère; et l'homme aura pour ennemis les gens de sa maison. » Voilà ce qu'est la division, mais ce n'est pas être diviseur.

L'apôtre Paul était également une influence de division, tout comme chaque vrai messager de Dieu. Si vous êtes sérieux à propos de « connaître Christ », vous apporterez la division, vous finirez par apporter le message d'Elie qui est: « Combien de temps allez-vous hésiter entre deux opinions. Vous devez faire un choix et vous positionner » (cf. 1 Roi 18:21).

Est-ce que vous pouvez saisir cette différence qu'Ephésiens nous donne au chapitre 4? Ephésiens 4:13 dit: « jusqu'à ce que nous soyons tous parvenus à l'unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu. » Les chrétiens ne seront pas tous d'accord en ce qui concerne la foi. La Bible dit clairement que nous ne serons pas tous d'accord. Certains auront une opinion, d'autres en auront une autre, certains auront cette interprétation et d'autres celle-ci. Nous ne serons pas tous d'accord en matière de doctrine, en matière de crédo et de foi. Mais Ephésiens 4:3 dit: « Vous efforçant de conserver l'unité de l'esprit par le lien de la paix. » En mettant ces deux versets bout à bout, cela donne: « Vous efforçant de conserver l'unité de l'esprit...jusqu'à ce que nous soyons tous parvenus à l'unité de la foi. » Dieu dit que nous ne serons pas tous d'accord, nous serons divisés en matière de foi, mais nous devons conserver l'unité de l'Esprit, nous devons être en harmonie en esprit, même si nous sommes en désaccord en ce qui concerne la foi, la doctrine, et les crédos.

Vous voyez, vous ne pouvez pas lire, par exemple, le verset 1:12: « Moi, je suis de Paul! et moi, d'Apollos! et moi, de Céphas! et moi, de Christ! » et ne pas penser aux dénominations dans le monde. Partout où vous regardez, vous voyez une autre dénomination. Vous pouvez parcourir l'alphabet, et presque trouver une dénomination pour chaque lettre. Il y a des milliers de divisions. La question à laquelle nous devons répondre est la suivante: est-ce que les dénominations correspondent aux divisions comme celles qu'il y avait à Corinthe? Est-ce que les dénominations sont mauvaises? Laissez-moi vous l'exprimer de cette façon et dire: « Les dénominations ne sont pas mauvaises parce que ce sont des divisions en matière de foi. Le dénominationalisme est mauvais parce que là, vous touchez à l'unité de l'esprit. » Le dénominationalisme est mauvais lorsqu'il dit: « Ma façon de voir est la seule et je vais en rester là. »

S'il y a une division en matière de la foi, pour des motifs de conscience, alors Dieu dit que cela n'est pas mauvais, cela peut arriver, nous ne serons pas tous d'accord. Cela n'est pas un schisme. C'est cet esprit de condamnation qui l'accompagne qui est si mauvais. Les dénominations ont été comparées aux différents régiments d'une armée. Cette illustration est bonne, jusqu'au moment où les régiments commencent à se tirer dessus les uns les autres. C'est à partir de là qu'il y a un vrai problème.

Vous voyez c'est l'esprit de manque d'amour que Paul condamne ici. Il ne dit pas qu'il est mauvais d'avoir des divisions, d'avoir des positions sur la foi qui soient différentes. Il n'est pas faux de suivre la lumière que vous avez et de marquer clairement votre position sur ce que vous croyez. Mais il est faux d'être plein de méchanceté, et de haine envers ceux qui n'ont pas la même position que vous. Voilà ce qui est mauvais, et c'est ce dont le Saint-Esprit s'occupe ici. C'est le fait d'être diviseurs qui causent les désunions. Il y a beaucoup de place pour les désaccords en matière de doctrine, alors que vous maintenez l'unité de l'esprit par le lien de la paix.

Beaucoup de personnes n'ont pas compris cette différence entre les divisions et le fait d'être un diviseur. Par conséquent, elles partent en guerre contre les dénominations. J'ai rencontré certaines de ces personnes. Elles disent: « Les dénominations sont mauvaises, nous ne voulons rien avoir à faire avec les dénominations, cela ne fait que séparer le peuple de Dieu. Nous allons débuter un nouveau groupe non-dénominationel. » Mais en fait, elles ne font que créer une dénomination non-dénominationelle. Vous ne pouvez pas combattre les dénominations avec des choses anti-dénominationnelles. Dieu ne nous a pas appelés à faire ainsi. Habituellement, les dénominations apparaissent en raison d'une vision différente au sujet d'une doctrine. Ceux-là mettent l'accent sur un certain jour, ceux-ci mettent l'accent sur un mode de baptême, d'autres mettent en avant une certaine organisation de l'église et ainsi de suite. Certains disent: « Il faut approcher les choses de façon dispensationnelle. » D'autres disent: « Non, cela doit être en fonction des alliances. » Certains mettent l'accent sur la façon dont le Seigneur va revenir et d'autres sur le Saint-Esprit.

En raison de ces différences sur la doctrine, les gens forment de petits groupes pour avoir la communion avec ceux qui sont d'accord avec eux sur la doctrine. Si cela en reste là, ça va, Dieu n'est pas contre cela. Les divisions ne sont pas mauvaises si c'est pour des motifs de conscience. Mais qu'en est-il de votre attitude envers ceux qui ne se joignent pas à vous? C'est là où vous entrez dans le problème qu'il y avait à Corinthe. Lorsqu'ils disaient « Je suis d'Apollos », ils voulaient également dire: « Je ne suis pas de Paul et je ne suis pas de Céphas, et je ne veux rien avoir à faire avec eux. » C'est cela qui était mauvais. C'était cet esprit partisan, cette jalousie, cet exclusivisme qui étaient mauvais, et c'est de cela dont Dieu parle ici. L'exclusivisme est cette fierté qui vous fait vous élever au-dessus des autres et qui dit: « J'ai quelque chose que vous n'avez pas. »



TOUS LES ENFANTS DE DIEU ONT TOUT DE CHRIST

En lien avec cela, voici à nouveau ce que dit le verset 1:12: « Je veux dire que chacun de vous parle ainsi: Moi, je suis de Paul! et moi, d'Apollos! et moi, de Céphas! et moi, de Christ! » Le fait de dire: « Je suis de Christ » semble bien et sonne bien. Certains disaient: « Je ne suis ni de Paul, ni de Céphas, ni d'Apollos, je ne suis pour aucun homme, je suis de Christ. » Cela semble spirituel, mais en réalité, cela ne l'est pas. Est-ce que vous voyez le problème à Corinthe? Paul n'est pas en train de les féliciter parce que certains disent: « Nous sommes de Christ. » Il les blâme, parce qu'ils disent de telles choses. Pourquoi le fait-il? Parce qu'ils faisaient de Christ, la tête de leur secte exclusive. Ils avaient formé leur propre petit clan, et disaient: « Alors que d'autres regardent à Paul et aux hommes, nous, nous avons une relation unique avec Christ, que les autres n'ont pas. »

Chaque fois qu'un groupe clame avoir une relation avec Christ qui n'est pas l'apanage des autres groupes, alors ils divisent Christ; c'est ainsi que l'on devient diviseur. C'est pour cela que Paul dit: « Est-ce que Christ est divisé? » Christ n'est pas divisé, je n'en ai pas une petite partie et vous, vous n'en avez une autre petite partie. Christ n'est pas fragmenté, et coupé en morceaux. Tout le peuple de Dieu a tout de Christ, à tout moment. Il se peut qu'ils ne profitent pas tous de Christ, mais tout le peuple de Dieu a tout de Christ. Si un groupe clame avoir une relation ésotérique, ou mystique particulière avec lui, c'est faux. Certains disent parfois: « Venez nous rejoindre. Nous avons la vie plus profonde et abondante. Nous avons cette merveilleuse marche secrète avec le Seigneur. » Non, c'est faux, personne n'a quelque chose de particulier. Christ n'est pas divisé! Tous les enfants de Christ ont tout de Christ. Faire de Christ la tête d'une secte c'est L'abaisser pour en faire le sujet d'une compétition entre les hommes. Et c'est pour cela que Paul les blâme.

Il y a une bonne façon de dire: « Je suis de Paul. » Il y a une bonne façon de dire: « Je suis de d'Apollos. » Il y a une bonne façon de dire: « Je suis de Céphas. » Et il y a une bonne façon de dire: « Je suis de Christ. » Il n'est pas faux de profiter d'Apollos. Il n'est pas faux de dire: « J'aime aller écouter Apollos. Il prêche puissamment. Lorsqu'il parle, je suis touché. » Non, il n'est pas mauvais de dire: « J'aimerais aller écouter Apollos. » Mais il est mauvais d'être exclusif. C'est de cela dont s'occupe le Saint-Esprit ici. La même chose est vraie pour tous les accents que l'on peut mettre sur une doctrine. Par exemple, personnellement, j'aime la grâce. Mais savez-vous que la grâce peut être une chose terrible? En tant que doctrine, c'est une des choses les plus merveilleuses de la Bible. Mais en tant qu'accent sectaire, cela a causé beaucoup de tort dans le Corps de Christ. Laissez-moi vous donner quelques illustrations.

Prenons par exemple la souveraineté de Dieu. Je me rappelle, lorsque j'étais à l'école biblique, nous avions des réunions de débats entre étudiants, au sujet de la souveraineté de Dieu et du libre-arbitre de l'homme. Nous nous bagarrions et combattions sur ces sujets. En tant que doctrine de la Bible, la souveraineté de Dieu est merveilleuse; c'est une place de repos. S'il vous arrive quelque chose de très douloureux dans la vie, vous verrez à quelle vitesse vous allez courir vers la souveraineté de Dieu. Cela devient un endroit où l'on peut se reposer. Lorsque Dieu permet quelque chose dans votre vie, vous pouvez dire: « Loué soit Dieu, Il contrôle toutes choses. » En tant que doctrine biblique, c'est merveilleux, mais en tant que doctrine sectaire, cela cause des divisions dans le Corps de Christ.

La même chose est vraie de la sécurité éternelle. J'aime la doctrine de la sécurité éternelle, c'est un merveilleux enseignement de la Bible. Mais en tant que doctrine sectaire, en tant qu'accent sectaire, cela a fait du mal au peuple de Dieu. Je connais des chrétiens qui n'accepteront pas d'être dans la même salle que des personnes qui ne croient pas dans la sécurité éternelle du croyant. C'est une chose incroyable. La sécurité éternelle est merveilleuse, mais en tant que doctrine sectaire, c'est une chose horrible. Nous pouvons mettre en avant toutes nos vérités d'une façon sectaire, et cela cause des divisions. C'est de cela dont Paul dit qu'il faut se méfier.

Je me rappelle lorsque que j'ai, pour la première fois, entendu parler de la seconde venue de Christ, et que j'ai vu les tensions qu'il y avait sur ce sujet parmi les chrétiens. Est-ce que le retour de Christ est une glorieuse vérité? Bien entendu! Est-ce que cela a causé des problèmes? Oui, des séminaires se sont divisés à cause de ce sujet, des églises se sont divisées, parce qu'ils n'étaient pas d'accord sur la chronologie. Il est donc tellement plus facile de dire, « Christ revient dans plus ou moins sept ans. » La gloire de sa venue devrait couvrir les divisions sectaires. Je ne pense pas que j'aurai à passer à travers la tribulation, mais si c'est le cas, je recevrai la traverser. Où est le problème?



SI NOUS SOMMES EN CHRIST, NOUS SOMMES UN LES UNS AVEC LES AUTRES

Toute doctrine peut être sectaire selon notre approche. Et Dieu est contre cela. Il n'est pas faux de dire: « Je suis de Paul. » Mais le dire d'une façon sectaire et exclusive, en repoussant tous les autres, est mauvais. Utiliser les précieuses vérités de Dieu en tant qu'arme contre le peuple de Dieu, c'est mauvais. C'est contre cela que Dieu parle dans le livre de 1 Corinthiens. Dieu ne nous a pas appelés à nous décider entre cette dénomination et cette autre. A tout moment, dans notre vie où nous sommes un avec Jésus, nous sommes un avec tous les enfants de Dieu, peu importe leur label. Ce sont des enfants de Dieu et nous sommes des enfants de Dieu et nous sommes un. Il y a une tête et un Corps. Peu importe quel label ils portent.

En lien avec cela, j'aime le Psaume 119:63 « Je suis l'ami de tous ceux qui te craignent, Et de ceux qui gardent tes ordonnances. » Voilà quelle est ma dénomination. C'est à cette église que j'appartiens. Comme je le comprends, c'est contre ces accents diviseurs que Paul écrit ici. C'est contre l'exclusivisme, contre cette attitude d'obstination, de fierté et de jalousie contre tout le reste du peuple de Dieu.



LE DANGER D'EXHALTER LES HOMMES

Le second danger lié à ces accents particuliers est celui d'exalter des hommes. Voici ce que disent les versets 3:5-9: « Qu'est-ce donc qu'Apollos, et qu'est-ce que Paul? Des serviteurs, par le moyen desquels vous avez cru, selon que le Seigneur l'a donné à chacun. J'ai planté, Apollos a arrosé, mais Dieu a fait croître, en sorte que ce n'est pas celui qui plante qui est quelque chose, ni celui qui arrose, mais Dieu qui fait croître. Celui qui plante et celui qui arrose sont égaux, et chacun recevra sa propre récompense selon son propre travail. Car nous sommes ouvriers avec Dieu. Vous êtes le champ de Dieu, l'édifice de Dieu. » Qu'est-ce que l'homme? Paul répond: « Ce n'est qu'un serviteur à travers lequel vous avez cru. » Qui sont Paul, Apollos et Céphas? Ce ne sont que des instruments, ce sont des serviteurs de Dieu, ce sont des instruments dans la main de Dieu. Et c'est tout.

L'homme n'est « rien » et ces Corinthiens se bagarraient au sujet de savoir qui était le plus grand « rien ». Il est mauvais d'être exclusif. Il est faux de mettre un homme sur un piédestal, et d'essayez de l'exalter. Peu importe qui il est. Chaque fois que nous estimons et admirons quelqu'un, nous sommes en danger de causer une division dans le Corps de Christ. C'est faire le jeu du diviseur que d'élever un enseignant contre un autre, de pousser un homme contre un autre. Lorsque ces Corinthiens disaient: « Je suis de Paul », ils n'étaient pas en train de flatter Paul. Cela le blessait. Il était tout autant blessé par cela que lorsqu'ils disaient: « Je suis d'Apollos. » Le véritable homme de Dieu ne désire pas des gens qui le suivent. Le vrai homme de Dieu se réjouit lorsqu'il voit le peuple de Dieu se réjouir en Christ et profiter de Jésus; lorsqu'il est en communion avec Christ. Voilà ce qu'il désire. Aucun serviteur de Dieu ne cherchera à être suivi par les hommes.



ETRE LOYAUX ENVERS LE SEIGNEUR SEUL

Ceci dit, tout vrai serviteur de Dieu aura deux problèmes. Premièrement il y aura des gens qui vont parler contre lui. Il sera rejeté. Ensuite il y aura ceux qui parleront en sa faveur. Parler contre quelqu'un et parler en faveur de quelqu'un n'est pas si différent. Ces deux choses sont dangereuses. Avoir des gens qui parlent en sa faveur est également une cause de désunion. Je sais que cela va à l'encontre de notre nature. De façon naturelle, nous aimons avoir des gens qui se mettent de notre côté, qui nous défendent en toutes circonstances. Mais que Dieu nous fasse grâce pour résister à cette tendance de notre nature humaine! Notre loyauté doit toujours aller envers Christ seul, pas à un homme, pas à une église, pas à une école, pas à un séminaire, pas à un ministère et pas à une mission. Notre loyauté est pour Lui. Voilà quel était le second danger.

Je conçois qu'il est bien plus facile de suivre les hommes que de suivre Jésus, cela ne fait aucun doute. Parce que suivre le Seigneur demande un miracle du Saint-Esprit. Des milliers de chrétiens et j'en ai fait parti ont fini profondément exténués parce qu'ils regardaient aux hommes d'une façon malsaine. Vous vous rendrez rapidement compte que les hommes sont des hommes. Ils sont faits de poussière, ils sont faibles. De nombreuses personnes ont été très décontenancées parce qu'elles ne regardaient pas à Dieu mais aux hommes. Et lorsque ces hommes sont tombés dans un grave péché, ils ne savaient plus quoi faire.

J'ai à l'esprit une situation où toute une église était si centrée sur un homme, que tout s'est écroulé lorsque le pasteur à mis un pistolet sur sa tempe et a tiré! Vous ne pouvez pas regarder aux hommes. Peu importe à quel point cet homme semble être en union avec Christ, il n'est qu'un homme et sa puissance est la même que celle dans laquelle vous devez vous tenir, la puissance du Saint-Esprit. C'est Dieu qui a fait tout ce que Paul était. C'est Dieu qui a fait tout ce que Charles Spurgeon était. Il n'est pas mauvais de remercier Dieu pour les instruments humains mais vous n'avez pas besoin d'avoir leur buste sur votre bureau. Il est mauvais d'exalter les hommes.

Nous courons toujours le risque d'exalter l'instrument humain que Dieu a utilisé en tant que bénédiction dans votre vie. Vous devez demander à Dieu la grâce pour résister à cela. Les hommes ne peuvent pas recevoir la gloire. La gloire doit aller au Seigneur. Le verset 1:31 dit: « Comme il est écrit, Que celui qui se glorifie se glorifie dans le Seigneur. »



LE DANGER DE DIMINUER ET DE LIMITER CHRIST

Le troisième danger est celui de diminuer Christ. Le verset 1:13 dit: « Christ est-il divisé? Paul a-t-il été crucifié pour vous, ou est-ce au nom de Paul que vous avez été baptisés? » Voyez-vous ce que faisaient ces Corinthiens? Non seulement ils exaltaient les hommes, en les élevant sur des piédestaux, mais ils diminuaient également le Seigneur. Ils avaient une vision basse et incomplète du Seigneur. Christ est glorieux, Il a l'abondance, Il est complet, Il est infini et plein de variété. L'Eglise a souvent été comparée à un diamant qui reflète la gloire de Christ. Le diamant agit comme un prisme; il a différentes possibilités pour refléter la lumière, et montrer toutes les merveilleuses couleurs.

Le Seigneur Jésus est bien trop glorieux pour briller uniquement à travers un seul homme. Un seul homme ne peut pas refléter cette gloire. Vous abaissez Christ lorsque vous mettez « tous les oeufs dans le même panier. » Vous ne pouvez pas dire: « Cet homme est comme Christ et tout ce que je désire voir de Christ est dans cet instrument. » En faisant cela, vous êtes en train de limiter vos bénédictions. Christ est bien trop glorieux pour une seule personne. Un seul homme, un seul ministère, une seule église ne peut pas tout concentrer. Il y a besoin de chacun d'entre nous. Vous allez refléter une partie de Christ et moi je vais en refléter une autre et une autre personne encore d'une autre façon. C'est cela le témoignage dans le monde, c'est tout le Corps de Christ partout, reflétant leur révélation de Christ.

C'est cela le diamant, c'est cela le témoignage. Ce n'est pas se limiter à un petit ministère et dire: « cet homme a toute la vérité. » Ce n'est pas possible, parce que Christ est trop grand, trop glorieux. Si vous faites dépendre votre foi d'un enseignant, vous allez limiter vos bénédictions d'une façon incroyable. C'est cela qui est merveilleux dans la variété, et qui préserve du piège du « ministère d'un seul homme. » Parfois vous entendez l'expression du « ministère d'un seul homme. » Soyez très prudents de ne pas vous limiter à un seul livre, à un seul auteur, à un seul enseignant, la vérité est bien plus grande que cela! Chacun a sa propre caractéristique de l'Evangile. Il n'y a pas une seule personne sur la terre qui est équilibrée en ce qui concerne la connaissance de Dieu. Nous sommes tous déséquilibrés. Nous voyons tous uniquement avec la lumière que nous avons et nous avons besoin des autres pour avoir la pleine révélation du Seigneur Jésus-Christ. C'est pour cela que le Seigneur a répandu sa lumière sur tout le Corps. Il a besoin des capacités et des aptitudes de tous ses enfants pour lui permettre de refléter sa gloire.

Vous voyez, ces Corinthiens étaient en train d'abaisser, de diminuer Christ. Ils étaient en train de Le confiner dans un domaine restreint. Aucune intelligence, aussi brillante soit-elle, ne peut saisir tout de Christ ou le refléter. La diversité n'est pas mauvaise, elle est merveilleuse. La variété enrichit Christ. C'est glorieux à voir, lorsque tout le monde vit en union avec Christ. Alors que chacun d'entre nous vit dans l'union avec Christ, Dieu peut libérer notre propre personnalité et notre tempérament, afin que nous puissions être la gloire de Christ dans le cercle où nous sommes. Vous n'avez pas à avoir, un seul livre à lire, un seul programme à suivre, un seul homme à entendre ou une seule émission de radio à écouter. Christ est vraiment trop grand pour cela.

Les versets 1:26-31 disent: « Considérez, frères, que parmi vous qui avez été appelés il n'y a ni beaucoup de sages selon la chair, ni beaucoup de puissants, ni beaucoup de nobles. Mais Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages; Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes; et Dieu a choisi les choses viles du monde et celles qu'on méprise, celles qui ne sont point, pour réduire à néant celles qui sont, afin que nulle chair ne se glorifie devant Dieu. Or, c'est par lui que vous êtes en Jésus-Christ, lequel, de par Dieu, a été fait pour nous sagesse, justice et sanctification et rédemption, afin, comme il est écrit, Que celui qui se glorifie se glorifie dans le Seigneur.»

L'exclusivisme, le fait d'exalter les instruments humains, et le fait de diminuer Christ, voici les dangers liés au fait de mettre l'accent sur des choses particulières, et c'est de cela dont nous devons être avertis.



LES HOMMES NE SONT QUE DES INSTRUMENTS

Avant de terminer, laissez-moi vous donner les trois principes sur la façon dont Dieu nous préserve de mettre l'accent sur une chose particulière. La première est quelque chose que nous avons déjà vu. Dieu doit nous montrer que les hommes ne sont que des instruments dans la main de Dieu. Cet appel est à la fois pour la congrégation et pour le pasteur, pour les étudiants et pour l'enseignant. En d'autres termes, nous ne devons pas suivre les hommes, c'est un côté de la vérité, et nous ne devons pas permettre aux hommes de nous suivre, c'est l'autre côté de la vérité. Vous n'avez pas besoin d'être un enseignant pour courir le risque que les gens vous suivent. Nous devons être sur nos gardes à ce sujet.



DIEU EST TOUT DANS SON OEUVRE

Ensuite, non seulement l'homme n'est qu'un instrument de Dieu mais le second principe, que nous avons également vu, c'est que Dieu est tout. C'est Lui qui utilise les instruments. Paul nous donne une double illustration pour montrer que l'homme n'est rien, mais que Dieu est tout. Il nous donne d'abord une illustration issue de l'agriculture et ensuite une illustration issue de l'architecture. Les versets 3: 6-9 nous donne l'illustration d'un champ: « J'ai planté, Apollos a arrosé, mais Dieu a fait croître, en sorte que ce n'est pas celui qui plante qui est quelque chose, ni celui qui arrose, mais Dieu qui fait croître. Celui qui plante et celui qui arrose sont égaux, et chacun recevra sa propre récompense selon son propre travail. Car nous sommes ouvriers avec Dieu. Vous êtes le champ de Dieu, l'édifice de Dieu. »

Dans ce passage Paul montre que l'un plante et que l'autre arrose; ils ont des tâches différentes, ils ont des ministères différents, mais la plante ne grandit pas parce que l'un a semé; la plante ne grandit pas parce que l'autre a arrosé; la croissance vient de Dieu. L'un plante, l'autre arrose; si Dieu ne fait pas croître, vous pouvez planter ou arroser toute la nuit, cela ne grandira pas. Rien ne se produit si Dieu n'agit pas. Paul aurait pu parler des étapes intermédiaires. Il aurait pu dire, l'un laboure, l'autre plante, l'autre fertilise, l'autre arrose, l'autre moissonne et encore un autre rentre le tout dans la grange, il aurait pu dire cela.

La point que Paul veut souligner ici, c'est que peu importe que le ministère semble être grand ou petit, tous les chrétiens sont un et ne sont rien s'ils ne sont pas des instruments dans la main de Dieu. Dieu est tout. Cela fonctionne parce que Dieu le fait fonctionner. Nous ne sommes que des instruments, que des serviteurs, c'est tout. L'un est un enseignant, l'autre une femme à la maison, l'un est public, l'autre est privé; l'un sort dans la rue pour prêcher, l'autre travaille jour après jour dans une usine, mais nous sommes tous un; nous sommes tous rien du tout, et Dieu est tout.

Voilà ce que Paul souligne ici. C'est une folie de mettre sa confiance dans des êtres humains; peu importe leur ministère, peu importe leur importance dans votre vie. La seule raison pour laquelle ils ont quelque chose c'est parce que Dieu donne des opportunités. Par conséquent, nous ne pouvons pas nous glorifier en celui qui laboure, qui plante ou qui arrose, ce ne sont que des instruments dans Ses mains.

Dans la fin du verset 3:9, Paul change d'illustration. Il ne parle plus de planter et d'arroser mais il passe à l'illustration de l'architecture. Les versets 3: 9-15 disent: « Car nous sommes ouvriers avec Dieu. Vous êtes le champ de Dieu, l'édifice de Dieu. Selon la grâce de Dieu qui m'a été donnée, j'ai posé le fondement comme un sage architecte, et un autre bâtit dessus. Mais que chacun prenne garde à la manière dont il bâtit dessus. Car personne ne peut poser un autre fondement que celui qui a été posé, savoir Jésus-Christ. Or, si quelqu'un bâtit sur ce fondement avec de l'or, de l'argent, des pierres précieuses, du bois, du foin, du chaume, l'oeuvre de chacun sera manifestée; car le jour la fera connaître, parce qu'elle se révèlera dans le feu, et le feu éprouvera ce qu'est l'oeuvre de chacun. Si l'oeuvre bâtie par quelqu'un sur le fondement subsiste, il recevra une récompense. Si l'oeuvre de quelqu'un est consumée, il perdra sa récompense; pour lui, il sera sauvé, mais comme au travers du feu. »

J'aimerais vous faire remarquer ce que Paul fait ici. Il fait la même chose qu'il a fait dans l'illustration sur l'agriculture. L'un plante, l'autre arrose et Dieu fait croître. Maintenant son point est que l'un pose un fondement, l'autre bâtit sur le fondement, mais c'est Dieu qui fait tout le travail. Il dit qu'il n'y a pas davantage de gloire de poser une fondation que de bâtir sur le fondement.

Habituellement, les versets 3:12-13 sont interprétés de cette manière, en dehors du contexte: il y a deux manières de bâtir sa vie chrétienne sur la fondation qui est Christ. Vous pouvez faire confiance à Dieu le Saint-Esprit et bâtir avec de l'or, de l'argent et des pierres précieuses ou alors vous pouvez vivre avec l'énergie de la chair, qui correspond au bois, au foin et au chaume. Un jour vous paraîtrez devant le tribunal de Christ, et tout ce que vous aurez fait par l'énergie de la chair sera brulé et tout ce que vous aurez fait avec l'énergie de l'Esprit restera.

Voilà comment ces versets sont généralement interprétés. Je n'ai pas de problème avec cet enseignement, je pense que c'est un enseignement de la Bible. Ce que vous faites avec l'énergie de la chair sera brulé, et ce que vous faite dans l'Esprit restera. Bien que je pense que ce soit un enseignement biblique je ne pense pas que ce soit l'enseignement de 1 Corinthiens 3. Je ne pense pas que c'est cela que Dieu dit ici. Je sais qu'il en parle dans la Bible, je n'ai aucun problème avec cela. Mais d'après le contexte, je crois qu'Il dit ici autre chose.

Le verset 3:12 dit: « Or, si quelqu'un bâtit sur ce fondement avec de l'or, de l'argent, des pierres précieuses, du bois, du foin, du chaume... » Il sépare simplement les six éléments cités par une virgule, ils ne sont pas mis en contraste. Il ne dit pas « de l'or, de l'argent et des pierres précieuses » ou « du bois, du foin et du chaume. » Il n'élève pas un groupe d'éléments par rapport à l'autre. A la place, il dit: l'un pose une fondation, l'un bâtit avec de l'or, l'autre avec de l'argent, l'autre avec des pierres précieuses, l'autre avec du bois, l'autre avec du foin, et l'autre avec du chaume.

Nous, nous pensons que le bois, le foin et le chaume, c'est mauvais, que cela vient de la chair. Mais ce n'est pas le cas dans le contexte. Vous voyez, à leur époque le bois, le foin et le chaume étaient une partie importante de leur bâtiment. Leur toit était fait de chaume et de bois. Dans son illustration sur l'agriculture Paul dit que chacun a un autre travail, celui-ci plante et celui-là arrose, mais ils ne sont rien, car c'est Dieu qui fait croître. C'est la même chose dans l'illustration de l'architecture. Une personne pose des fondations. Un autre fait des oeuvres en or, argent ou avec des pierres précieuses. Mais une autre personne est appelée à aller dans les champs pour rassembler du foin et du chaume pour faire le toit.

Son point est exactement le même dans les deux illustrations. Que vous plantiez, que vous arrosiez ou que vous moissonniez, que vous posiez une fondation, que vous travailliez l'or et l'argent ou que vous travailliez avec le bois ou le foin, c'est Dieu qui est important et pas les hommes. C'est ce qu'il dit ici. En lien avec cela, je crois de tout mon coeur que beaucoup de bois et de foin passera le test du feu et restera, et que beaucoup d'or, d'argent et de pierres précieuses disparaîtra. Parce que la vérité biblique est que tout ce que vous faites dans la chair ne restera pas, même si vous utilisez de l'or, de l'argent ou des pierres précieuses. Dans notre prochaine leçon nous parlerons un peu plus du tribunal de Christ. Parce qu'il y a plusieurs malentendus au sujet du tribunal de Christ et des récompenses. Mais je vais laisser cela de côté pour l'instant.

Cette illustration n'est donc pas celle de l'esprit par opposition à la chair, et on le voit aussi dans le fait qu'habituellement, les personnes qui l'interprètent de cette façon mettent la responsabilité sur le bâtiment, alors que d'après le contexte, la responsabilité est mise sur le bâtisseur. En d'autres termes beaucoup de gens pensent que ce passage pose la question: « Comment bâtissez-vous votre vie? Est-ce que vous vivez dans l'Esprit ou est-ce que ce n'est que bois, foin et chaume? » Si vous lisez attentivement, vous verrez que ce dont parle Paul ce n'est pas comment vous bâtissez votre vie, mais comment édifiez-vous la vie des autres. Il parle aux serviteurs chrétiens, aux serviteurs de Dieu, il parle de ceux qui ont un ministère dans la vie des autres. Dans ce cas la responsabilité est bien entendue immense. Je vais devoir répondre devant le tribunal de Christ, de mon ministère dans la vie des autres. Planter et arroser ne concerne pas ma vie, mais la vie des autres, c'est la même chose avec le fait de poser une fondation et de bâtir dessus.

Nous devrons tous rendre des comptes. Le point important ici est que tous les ouvriers chrétiens sont un et ils ne sont rien. Ce ne sont que des instruments dans les mains de Dieu. Dieu est tout. C'est un passage très fort contre « le ministère d'un seul homme »



CHAQUE CHRETIEN A BESOIN DE TOUS LES AUTRES CHRETIENS

Encore une chose avant de terminer. Non seulement l'instrument n'est rien. Non seulement Dieu est tout et fait tout; mais veuillez noter comment se termine le chapitre 3. Les versets 3:21-23 disent: « Que personne donc ne mette sa gloire dans des hommes; car tout est à vous, soit Paul, soit Apollos, soit Céphas, soit le monde, soit la vie, soit la mort, soit les choses présentes, soit les choses à venir. Tout est à vous; et vous êtes à Christ, et Christ est à Dieu. » Quel incroyable passage! Voyez-vous ce que Paul dit ici? Il dit que votre relation avec Christ détermine votre relation avec l'univers. Si vous êtes au clair avec Christ alors tout est à vous, même la mort. Tout est à vous. Tout est là pour vous servir. A cause de mon union avec Christ, tous les ouvriers chrétiens sont à moi. Paul est à moi, Céphas est à moi, Apollos est à moi, le monde est à moi, la vie est à moi, le présent est à moi, le futur est à moi. Tout est à moi. Tout est à vous.

Selon moi, Paul, dans ce passage dit plutôt qu'il ne faut pas exalter un homme en particulier, en se disant: « c'est lui qui va me nourrir. » Tous les chrétiens sont à moi, j'ai besoin de vous et vous avez besoin de moi. Nous avons besoin de nous! Chaque chrétien a besoin de tous les autres chrétiens pour être le chrétien que Dieu veut qu'il soit. Voilà l'attitude que Paul désirait pour les Corinthiens. Il dit que cette attitude de division est une folie, nous devons être un dans l'Esprit. Nous nous appartenons l'un à l'autre. Nous avons besoin les uns des autres. L'un plante, l'un sème, l'un arrose, l'un travaille l'or, l'autre l'argent, l'autre le bois ou le foin. L'un semble être plutôt public, l'autre semble être plutôt privé, mais nous sommes tous un, un en Christ. Nous sommes unis et nous avons besoin les uns des autres. C'est avec une grande note de victoire que Paul conclut ce sujet.

Les divisions sont un horrible problème. Cela fait de la peine à Dieu de voir Son Corps si morcelé. Dieu nous met en garde contre ce problème de toutes ces séparations et de ces clans. La sagesse humaine met à mal l'unité du Corps de Christ, tout comme le fait de mettre l'accent sur une chose ou une doctrine particulière. La Seigneurie de Christ est la solution. Lorsque je mets ma confiance en Christ en tant que Seigneur et que vous mettez votre confiance en Christ en tant que Seigneur, nous sommes en communion en Christ autour de la personne de Christ. Nous n'avons pas besoin de nous bagarrer au sujet de la doctrine. Vous pouvez croire quelque chose et je peux croire quelque chose d'autre, cela ne pose pas de problème. Peut-être qu'un jour nous verrons de la même manière, mais jusqu'à ce jour, nous avons Christ en commun. L'influence unifiante de tous les chrétiens est le Seigneur Jésus-Christ. Nous l'avons en commun. Nous pouvons avoir la communion autour de lui. Nous pouvons jouir de Lui ensemble. Peu importe qui vous êtes, nous pouvons jouir de Christ ensemble. Voilà l'accent qu'il faut mettre pour avoir l'unité. Christ est l'unique solution, l'influence unifiante.

Prions:

Père, combien nous Te louons pour Ta parole. Lorsque nous pensons à ces problèmes dans l'Eglise de Corinthe, nous pensons à nos propres coeurs, qui gravitent autour d'individus, d'accents particuliers, de systèmes de théologie, de crédos; nous désirons avoir un coeur comme l'apôtre Paul l'avait et voir Christ comme toutes choses. Combien nous Te louons pour les instruments divers que Tu as dans Tes mains pour faire Ton oeuvre. Combien nous Te louons pour la variété de la gloire de Christ qui brille différemment sur chaque chrétien! Délivre-nous de Te limiter et de Te mettre dans une boîte en ayant de Toi une vision réduite! Toutes choses nous appartiennent à cause de notre union avec Toi. Garde-nous d'être un diviseur sous toutes ces formes subtiles. Nous Te le demandons au nom de Jésus. Amen.

1 Corinthiens #4