1 CORINTHIENS #16 - LES DONS DU SAINT ESPRIT (Suite)

(1 Corinthiens 12:1-14:40)

Par Ed Miller

Le texte qui suit est la transcription d'un message donné en anglais. La forme orale a été conservée, mais des titres de sections ont été ajoutés pour faciliter la lecture. (NdT)

Bonjour et bienvenue dans notre seizième leçon sur cette merveilleuse épître de 1 Corinthiens.



RESUME

Nous avons commencé à voir la section bien connue et parfois controversée de 1 Corinthiens 12-14. Il s'agit du problème de l'abus des dons spirituels. Laissez-moi vous redonner l'idée principale de cette section en guise de résumé du livre. J'aimerais vous apporter ce que j'appelle une deuxième introduction, puis je pense que nous serons prêts à commencer les chapitres 12, 13 et 14. Je pense en effet qu'il est important que l'on puisse voir l'idée principale qui se dégage de ce passage.

Laissez-moi donc juste revoir avec vous certains des points que nous avons touchés dans notre précédente leçon. Dans notre leçon d'introduction, nous avons vu les trois chapitres comme s'ils formaient une section à eux tout seuls, comme s'ils étaient un livre.

Les chapitres 12 à 14 contiennent un problème très profond auquel les corinthiens étaient confrontés. Cela nous est suggéré par les mots du verset 12:1: « Pour ce qui concerne les spirituels. » Rappelez-vous que le mot « don » n'est pas présent. Vous voyez, les corinthiens avaient un problème avec ce qui était spirituel et Paul s'occupe ici de cela. Le Saint-Esprit va, à travers Paul, enseigner ce que cela signifie que d'être spirituel. Les dons spirituels sont l'occasion de souligner ce profond problème. Mais les dons spirituels ne sont pas le problème en lui-même, ce n'est que l'occasion qui a mis en évidence le problème.

Certaines personnes se méprennent sur ces chapitres et disent que le problème est les dons spirituels. Mais les dons spirituels ne sont pas le problème. C'est la solution de Dieu au problème réel. Si nous désirons réellement comprendre les dons spirituels, alors nous devons comprendre le développement des dons que le Saint-Esprit en fait dans ce chapitre.

Il y a un problème que le Saint-Esprit souligne beaucoup plus que tous les autres dans ces chapitres. Nous avons commencé à en parler à la fin de notre précédente leçon. Je fais référence à l'enfance spirituelle, à l'immaturité. Les chrétiens de Corinthe n'ont pas compris le côté spirituel de la vie chrétienne, et le Saint-Esprit choisit donc dans ces chapitres la plus grande illustration possible pour illustrer ce problème très profond.

Dans notre précédente leçon, nous avons parlé du double objectif des dons. Laissez-moi juste les souligner à nouveau. Les versets 12:22-25 suggèrent le premier objectif. Dieu donne les dons spirituels pour répondre à nos besoins. En fait, Dieu ne donne jamais un don qui ne répond pas à un besoin. Il ne jette pas simplement ses dons à la volée pour que les gens les prennent. Tous les dons répondent à des besoins personnels. Les dons sont comme de la nourriture, l'air, le repos et l'eau, ils nous soutiennent.

Si nous avons besoin que quelque chose nous soutienne, si nous avons besoin de nous appuyer sur quelque chose, alors Dieu intervient et nous donne un don. Il répond tout le temps à nos déficiences. Ceux qui ont les plus grands dons ont également les plus grands besoins. Ceux qui ont le plus de dons ont également le plus de besoins. Les dons nous sont donnés pour répondre à nos besoins.

Nous avons déjà illustré cela dans notre précédente leçon et j'aimerais maintenant changer d'illustration pour faire par exemple référence aux dons que l'on trouve en Romains 12. Ceux qui sont attachés aux choses de ce monde ont probablement reçu le don de donner comme mentionné en Romains. Ceux qui sont naturellement enclins à être vindicatifs, à avoir de la rancune, à être amers dans leur coeur ont sûrement reçu le don pour manifester de la miséricorde envers les autres. Ceux qui risquent facilement d'être détournés au loin ont reçu le don de discerner les esprits. Ceux qui sont insensés ont reçu le don de la sagesse, etc. Nous avons vu de nombreux autres cas dans notre précédente leçon. Ceux qui risquent de délaisser la Parole deviennent des enseignants. Ceux qui sont désorganisés reçoivent le don du gouvernement et ceux qui ont besoin de signes reçoivent des miracles et d'autres dons qui sont des signes. Ceux qui doutent reçoivent le don de la foi. Les dons remplissent tout le temps des déficiences et des faiblesses.

Au verset 1:7 nous lisons: « Il ne vous manque aucun don. » Lorsque Paul écrit à ces corinthiens, Paul dit qu'il ne leur manque aucun don. C'est une autre façon de dire aux corinthiens que ce sont des personnes qui ont beaucoup de besoins. Ils ont tous les dons parce qu'ils ont beaucoup de besoins et Dieu utilise les dons pour répondre aux besoins.

Le second objectif des dons est d'édifier les autres, de construire le Corps, d'aider les chrétiens à grandir. Non seulement Dieu répond à nos besoins par les dons, mais ensuite à travers nous, à travers ce même domaine où nous sommes déficients pour lequel Dieu nous a donné un don, Il fait jaillir quelque chose pour servir les autres. C'est en réalité un merveilleux plan. Cela humilie complètement un chrétien. Nous ne pouvons pas être fiers si Dieu répond à nos besoins et qu'ensuite Il nous utilise dans ce domaine pour bénir le Corps et les autres chrétiens.

Voici ce que dit le verset 14:12: « De même vous, puisque vous aspirez aux dons spirituels, que ce soit pour l'édification de l'Église que vous cherchiez à en posséder abondamment. » Nous trouvons la même chose à la fin du verset 14:26: « que tout se fasse pour l'édification. »

A la fin de notre précédente leçon, je vous ai montré pourquoi parmi tous les dons de 1 Corinthiens, d'Ephésiens et de Romains, le Saint-Esprit s'arrête sur le don des langues. C'est pour une certaine raison qu'Il fait cela. Il ne dit pas simplement de façon arbitraire: « Je vais illustrer un point avec les langues. » Non, Il choisit les langues parce que c'est un don tout spécial. Ce n'est pas un don comme les autres, et c'est pour cette raison qu'il devient l'illustration de Son grand point. Les langues sont le seul don « égoïste » que Dieu n'ait jamais donné. La bible est très claire sur ce sujet. Ceci dit qu'est-ce que je veux dire par « égoïste? » Je ne veux pas l'employer dans le sens d'un péché. Ce que je veux dire est que Dieu a donné tous les dons pour accomplir deux objectifs. C'est pour répondre à mes besoins et à ceux des autres. Les langues sont le seul don qui ne remplit qu'un seul des deux objectifs. Cela ne fait que répondre à mes besoins, cela n'édifie pas d'autres personnes.

Les versets 14:1-5 disent: « Recherchez l'amour. Aspirez aussi aux dons spirituels, mais surtout à celui de prophétie. En effet, celui qui parle en langue ne parle pas aux hommes, mais à Dieu, car personne ne le comprend, et c'est en esprit qu'il dit des mystères. Celui qui prophétise, au contraire, parle aux hommes, les édifie, les exhorte, les console. Celui qui parle en langue s'édifie lui-même; celui qui prophétise édifie l'Église. Je désire que vous parliez tous en langues, mais encore plus que vous prophétisiez. Celui qui prophétise est plus grand que celui qui parle en langues, à moins que ce dernier n'interprète, pour que l'Église en reçoive de l'édification. »

Retenez bien le verset 14:4: « Celui qui parle en langue s'édifie lui-même; celui qui prophétise édifie l'Église. »

Voici ce que disent les versets 14:13-17: « C'est pourquoi, que celui qui parle en langue prie pour avoir le don d'interpréter. Car si je prie en langue, mon esprit est en prière, mais mon intelligence demeure stérile. Que faire donc? Je prierai par l'esprit, mais je prierai aussi avec l'intelligence; je chanterai par l'esprit, mais je chanterai aussi avec l'intelligence. Autrement, si tu rends grâces par l'esprit, comment celui qui est dans les rangs de l'homme du peuple répondra-t-il Amen! à ton action de grâces, puisqu'il ne sait pas ce que tu dis? Tu rends, il est vrai, d'excellentes actions de grâces, mais l'autre n'est pas édifié. »



LE PROBLEME N'EST PAS LES LANGUES MAIS L'INFANTILISME

Rappelez-vous bien (beaucoup de personnes ne comprennent pas cela) que le problème à Corinthe n'est pas les langues. Ce n'est pas le don des langues qui était le problème à Corinthe. Le problème était l'enfance spirituelle. Voilà le problème de Corinthe. Mais le don spirituel des langues devient la grande illustration, l'illustration parfaite parce que cela met en lumière ce problème de l'immaturité.

Considérez les versets suivants:

• Verset 13:11: « Lorsque j'étais enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant; lorsque je suis devenu homme, j'ai fait disparaître ce qui était de l'enfant. »
• Verset 14:20: « Frères, ne soyez pas des enfants sous le rapport du jugement; mais pour la malice, soyez enfants, et, à l'égard du jugement, soyez des hommes faits. »
• Verset 14:21: « Il est écrit dans la loi: C'est par des hommes d'une autre langue et par des lèvres d'étrangers que je parlerai à ce peuple, et ils ne m'écouteront pas même ainsi, dit le Seigneur. » Paul fait ici référence à une prophétie d'Esaïe qui parle d'enfants qui sont encore au sein de leur mère.
• Verset 14:22: « Par conséquent, les langues sont un signe, non pour les croyants, mais pour les non-croyants. »

Rappelez-vous du contexte. Il s'agit de « chrétiens incroyants. » Ce sont des chrétiens qui ne peuvent pas vivre par la foi. Ce sont des chrétiens qui ont besoin d'expériences subjectives de Dieu dans leur vie. Et dans Sa grâce, Dieu répond à ces besoins d'expériences subjectives. Ils ont besoin de ressentir Dieu, ils ont besoin de sentir Dieu. Les langues sont donc un don « égoïste » qui est fait pour ceux qui ne peuvent pas vivre par la foi, qui ont besoin de certaines expériences. Ils ont besoin de sentir la présence de Dieu.

Voilà pour ce qui est du résumé. Voilà ce que j'aimerais développer dans cette leçon, ce que j'ai sur le coeur. Je pensais d'abord commencer au chapitre 12 pour vous donner une analyse détaillée chapitre par chapitre, mais je crois réellement que le Seigneur s'attend à ce que je donne une seconde introduction à ces trois chapitres. Alors que j'ai à nouveau médité sur ces chapitres et que j'ai lu tout ce que les gens en disent, il m'a semblé incroyable de voir les nombreuses différentes façons dont les hommes approchent tout cela. Je suis convaincu plus que jamais qu'il est important de saisir une direction plutôt que d'écrire de la théologie. Je pense que le Seigneur aimerait que nous allions dans la direction que le Saint-Esprit a imprimée à ce texte.

Voilà ce que je désire faire dans cette leçon. J'aimerais que nous puissions voir la direction que prend le Saint-Esprit. Ensuite, si nous arrivons à saisir les points qu'Il souligne et ce sur quoi Il appuie toujours à nouveau, je pense que lorsque nous essaierons d'analyser les chapitres 12, 13 et 14, tout cela aura bien plus de sens. J'aimerais donc vous dire quelque chose en plus en guise d'introduction.

Le Saint-Esprit nous dit quelque chose de très merveilleux dans ces trois chapitres, quelque chose de très profond. Mais à cause de la façon dont cela est souvent analysé, il existe la possibilité de rater cela. Si tout ce que vous voyez ce sont les dons, alors vous avez raté la signification profonde de tous ces chapitres. Si tout ce que vous voyez c'est la guérison, les miracles, la foi, les langues et les interprétations des langues alors vous avez raté le grand accent que Dieu a mis dans ces chapitres. Comme je l'ai déjà souligné, ce qui est sous-jacent dans tous ces chapitres est la vérité concernant l'immaturité spirituelle. En fait, toutes les révélations que Dieu donne au sujet des dons spirituels, que ce soit dans 1 Corinthiens, dans Ephésiens ou dans Romains, sont tout le temps en matière d'immaturité. En fait, le mot « édification » est tout ce que cela signifie, c'est-à-dire édifier. Mais édifier de quoi vers quoi? De l'immaturité à la maturité. C'est là toute l'idée de l'édification.

Comme c'est une section très importante des Ecritures, il est important de l'approcher correctement. Parfois la façon d'approcher quelque chose est plus importante que la conclusion que vous en tirez.

Laissez-moi vous donner deux principes d'étude de la bible qui pourront vous aider dans toute la bible, mais d'une façon toute spéciale avec ces trois chapitres. Laissez-moi vous donner deux principes sur les principes.



NE PAS CONFONDRE LE PRINCIPE ET L'ILLUSTRATION

Très bien, le premier principe sur les principes est de ne pas perdre le principe au milieu de l'illustration. Parfois l'illustration est si belle que tout ce que vous voyez est le scénario et vous ratez le point qui est mis en avant. L'illustration n'est jamais aussi grande que la réalité. Les faits sont que la réalité est tout le temps infiniment plus grande que l'image. Laissez-moi vous donner deux illustrations sur ce sujet et ensuite nous y reviendrons.

Dans l'Ancien Testament, Christ est décrit comme un agneau sacrifié. Vous voyez, l'animal est une image. Combien de fois plus grande est donc la réalité? Vous pouvez répondre: c'est infiniment plus grand. Christ est plus grand que tous les océans de sang de ces animaux sacrifiés sur tous les autels des prêtres juifs. La réalité est tout le temps plus grande que l'image.

Voici une autre illustration. Il arrive que les gens soient sceptiques et qu'ils se soulèvent contre la Parole de Dieu. Ils disent quelque chose comme: « Est-ce que vous croyez que l'enfer est un feu littéral? Moi, je ne peux pas croire cela. » Ce qu'ils essaient de faire est d'affaiblir ce que dit la bible. Je crois que l'enfer est soit un feu littéral, soit que c'est pire que cela. Si c'est simplement une image, alors la réalité est infiniment plus grande que l'image. Ils essaient d'affaiblir ce qu'est l'enfer, mais en faisant cela ils le renforcent parce que la réalité est infiniment plus grande que l'image. C'est la même chose avec le ciel. Certaines personnes disent: « Est-ce que vous pensez réellement que les rues du ciel sont pavées d'or? » C'est soit cela, soit c'est meilleur que cela. Vous voyez si c'est uniquement une image alors qu'est-ce que doit être la réalité! Par conséquent, n'ayez pas peur de ces personnes qui disent que cela n'est pas littéral. Si ce n'est pas littéral, alors c'est mieux ou pire selon qu'on parle de façon positive ou négative.

Je vous rends attentifs à cela parce que dans les chapitres 12,13 et 14, les dons ne sont pas le sujet. Ils forment l'image. Ils sont le meilleur point, ils forment l'illustration. La réalité est infiniment plus grande que cette petite image qui illustre la réalité. En fait, les langues ne sont pas uniquement l'illustration. Ce n'est pas l'illustration complète. Ce n'est que la queue de l'illustration. L'illustration est les dons. C'est tous les dons, tout spécialement les langues en tant que don « égoïste » pour illustrer l'immaturité. Mais Dieu emploi tous les dons pour illustrer l'immaturité. Voilà pour le premier principe. Ne perdez pas le principe au milieu de l'illustration.



NE PAS CONFONDRE LE PRINCIPE ET LES FAITS

Le second principe est de ne pas perdre le principe au milieu des faits. Vous êtes tentés de faire cela lorsque les faits sont dans le futur. C'est en particulier une réalité pour tout le mouvement prophétique qui touche le peuple de Dieu de nos jours. Dans la bible, Dieu ne nous parle jamais du futur pour que nous puissions connaître le futur. Dieu n'est pas concerné par le fait que nous recevions une bonne instruction au sujet des événements futurs. Dieu nous parle du futur parce que cela contient des principes présents. C'est pour cette raison que Dieu nous parle du futur.

Avec ces faits, Dieu n'essaie pas de remplir notre tête avec ce qui va se passer demain. Il n'essaie pas de nous dire ce que nous devrions savoir au sujet de la Chine, de la Russie, au sujet de la confédération des dix nations, au sujet de l'antichrist, de la tribulation, du millénium ou quelque chose comme cela. Chaque événement futur contient un principe présent.

Considérons les versets 14:8-12 qui disent: « L'amour ne périt jamais. Les prophéties prendront fin, les langues cesseront, la connaissance disparaîtra. Car nous connaissons en partie, et nous prophétisons en partie, mais quand ce qui est parfait sera venu, ce qui est partiel disparaîtra. Lorsque j'étais enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant; lorsque je suis devenu homme, j'ai fait disparaître ce qui était de l'enfant. Aujourd'hui nous voyons au moyen d'un miroir, d'une manière obscure, mais alors nous verrons face à face; aujourd'hui je connais en partie, mais alors je connaîtrai comme j'ai été connu. »

Il se peut qu'à partir de ce passage vous en concluiez que nous n'aurons pas besoin des dons dans le ciel et tout spécialement ceux qui sont mentionnés ici: la prophétie, les langues, etc. Vous pouvez en déduire que nous n'aurons pas besoin de cela dans le ciel, que tout passera et que lorsque nous serons au ciel, tout ce dont nous aurons besoin est le fruit de l'Esprit, l'amour. Est-ce que cela est vrai? Est-ce que je n'aurai plus besoin des dons lorsque je serai dans mon corps de résurrection? La réponse est oui, je n'aurai plus besoin des dons lorsque je serai dans mon corps de résurrection. Mais si c'est tout ce que vous voyez, alors vous avez raté le point qui est souligné ici. Paul ne nous parle de cela afin que nous sachions comment cela sera au ciel. Il nous dit cela parce que cette vérité, cette gloire future, contient un principe présent pour que nous puissions avoir un avant-goût présent d'une gloire future. Toutes les gloires futures, toutes les vérités au sujet du ciel, du millénium, chaque vérité au sujet du futur, contiennent un principe valable pour ici et maintenant, par lequel nous pouvons connaître Dieu et pour que nous puissions profiter des choses de Dieu.

J'aspire au Millénium. J'aspire au jour où Jésus règnera, lorsque Satan sera enchainé, lorsque la justice et la paix universelle seront sur la terre, mais je peux vous dire que je n'ai pas à attendre ce jour pour que tout cela se manifeste. Comme dans un avant-goût, je commence à connaître ce que cela signifie que d'avoir Jésus qui règne dans ma vie. Comme dans un avant-goût, je commence à savoir ce que cela signifie que Satan est attaché. Comme dans un avant-goût, je commence à savoir ce que cela signifie que d'avoir la connaissance de Dieu, d'avoir la justice et la paix universelle dans ma vie. Ce n'est pas complet. Un jour je pourrai y goûter de façon complète, mais maintenant je n'ai qu'un avant-goût de tout cela. La réalité est que les dons nous sont donnés pour cet état d'imperfection et lorsque ce qui est parfait viendra, nous n'aurons plus besoin des dons. Nous avons donc là l'image que cette vie est l'enfance et que le ciel est la maturité.

Mais quel est le principe présent? C'est qu'alors que je passe dans ma vie ici-bas de l'enfance à la maturité, je vais également passer de mon besoin des dons vers le fruit spirituel. C'est ce qu'il dit ici. Ce n'est pas uniquement lorsque je vais mourir, mais déjà maintenant alors que j'avance vers la maturité. Alors que Dieu me conforme à Christ, j'aurai de moins en moins besoin des dons spirituels. Cela n'est pas uniquement pour le ciel, c'est déjà pour maintenant. Nous ne devons donc pas perdre de vue le principe spirituel au milieu de l'illustration, ni perdre le principe au milieu des faits et en particulier les faits qui sont futurs.

Très bien, voilà pour ce qui est de l'arrière-plan; vous savez maintenant dans quelle direction je vais aller. Laissez-moi vous dire ce qu'il y a sur le coeur de Dieu. Dieu a un objectif. Dieu a un plan. Dieu a une idée pour Son corps qui est l'Eglise et pour tous les membres de Son Corps. Alors que vous parcourez l'ensemble des Ecritures, il n'est pas difficile de voir l'objectif de Dieu. On retrouve cela partout dans les Ecritures. Dieu aspire à ce que le Corps passe de l'enfance à la maturité. Il aspire à ce que chaque chrétien passe de l'enfance à la maturité. Qu'est-ce que la maturité? C'est être comme Jésus. Voilà l'objectif de Dieu. Voilà Son plan. Voilà Sa finalité. Voilà dans quel sens Il agit. Toutes les choses concourent pour le bien dans votre vie, pour que vous soyez conformés à l'image de Christ. Tout ce qui prend place dans votre vie agit vers cet objectif, c'est pour que vous puissiez connaître Dieu, pour que vous puissiez profiter de Dieu, pour que vous puissiez refléter Dieu, rayonner Dieu et être comme Lui en devenant conformes à l'image de Christ. C'est cela que Dieu recherche.

Je vais maintenant vous donner un principe et je vais vous demander de me faire confiance et de le vérifier par vous-mêmes parce que je ne vais pas prendre le temps de le développer maintenant. Je vais vous montrer le principe par lequel Dieu agit dans cette direction dans votre vie. Il ne change jamais. Il agit tout le temps de la même façon. Il aime le principe de la mort et de la résurrection. C'est ce qu'il y a tout le temps sur Son coeur, Il utilise tout le temps cela. Toujours à nouveau, alors que vous passez de l'enfance à la maturité, Il va vous faire repasser par la mort et la résurrection. Toujours à nouveau, nous allons mourir à nous-mêmes et ressusciter à nouveau par la puissance de Dieu qui agit dans un domaine de notre vie. Dieu utilise tout le temps le principe de la vie.

C'est également ce qu'Il essayait de faire dans la vie des corinthiens. Paul introduit cette section par les mots: « Maintenant en ce qui concerne les spirituels... » Paul est sur le point de parler de la maturité. Paul est sur le point de parler des choses spirituelles. Il est sur le point de parler au sujet de quitter ce qui est de l'enfant pour entrer dans ce qui est de l'âge adulte, c'est-à-dire des choses de Dieu. En fait dans le chapitre 15, nous traiterons de la résurrection. Alors que Dieu avance vers la fin de ce livre, Il avance vers le principe de la mort et de la résurrection dans le chapitre 15.

Très bien, les corinthiens vont donc apprendre quelque chose au sujet des « spirituels » à travers la mort et la résurrection. C'est de cette même manière que vous et moi allons apprendre quelque chose au sujet des « spirituels. » Dieu utilise tout le temps ce moyen. C'est ce qu'Il veut dire, lorsqu'Il dit que nous devons perdre notre vie pour trouver la vraie vie. C'est ce qu'Il veut dire, lorsqu'Il dit que nous devons haïr notre père, notre mère, notre famille, notre conjoint et nous-mêmes. C'est ce qu'Il veut dire lorsqu'Il dit que le grain de blé doit mourir et aller dans la terre, parce qu'il ne peut pas porter de fruits à moins qu'il ne meure. C'est ce que Paul a dû apprendre lorsqu'il écrit en 2 Corinthiens 1:9: « Et nous regardions comme certain notre arrêt de mort, afin de ne pas placer notre confiance en nous-mêmes, mais de la placer en Dieu, qui ressuscite les morts. »



MOURIR AU MONDE DE MAMMOM

Très bien, je parle maintenant comme un insensé, mais Dieu a un grand problème. Vous savez qu'en réalité Il n'a pas de problème, mais imaginons par exemple qu'Il en ait un. Je veux parler du moment où Dieu nous a trouvés, lorsque Sa grâce nous a trouvés. Il avait un problème parce que nous étions très vivants à ce monde présent. Nous allons appeler cela le monde de Mammon. Ce que je veux dire avec le monde de Mammon est tout ce qui est en lien avec la vue et les sens que nous trouvons dans ce monde. Même si Satan n'a pas pu prendre au piège le Seigneur Jésus à travers l'attraction de ce monde, je vais utiliser Christ comme illustration de cela parce qu'il y a un miracle qui a pris place dans le désert lorsqu'Il a été tenté.

Lorsque le Seigneur Jésus a été mené par Satan sur cette haute montagne et que tous les royaumes de la terre sont passés devant Lui, et toutes les gloires de ces royaumes, Il n'a pas bougé. Il est resté sur la montagne, mais je ne sais pas réellement comment cela s'est passé. Est-ce que cela s'est passé dans Son imagination, dans Sa pensée? Imaginez cette grande scène et ce panorama qui sont venus dans la pensée du Seigneur Jésus. Tous les royaumes du monde étaient illuminés devant Lui, Il a vu toutes leurs gloires et tous les plaisirs que cela représentait. Satan a mis devant Christ tout ce qui attire votre regard.

C'est quelque chose de ce genre qui a pris place dans la vie du Seigneur Jésus. Partout où Il regardait autour de Lui, Il voyait les délices du monde qui l'entouraient. Il voyait toute cette splendeur, toutes ces cités, toutes ces places princières. Tout défilait devant Ses yeux. Il voyait toute la gloire et la fierté de Rome. Il voyait l'or d'Ophir, Il voyait les châteaux de Bashan, Il voyait les cèdres du Liban. Tout défilait devant Ses yeux. Les courants, les animaux, les montagnes, les mers et les gloires de ce monde. Luc ajoute ensuite que non seulement Il a vu les royaumes de cette terre, mais toutes les gloires de tous les royaumes de la terre. Je suppose donc qu'Il a vu les châteaux, les jardins, les chars et les chevaux. Il a vu de grandes galeries d'art, toute la littérature du monde et toutes les universités du monde entier. Toutes ces choses sont passées devant Lui. C'était un monument de gloire. C'était des fêtes somptueuses. Il y avait toutes sortes de plats et de grandes foules qui fêtaient. Tout cela est passé devant Lui. Il a vu tout ce qui peut attirer un homme: l'or, l'argent, les pierres précieuses, les terres, les honneurs, les esclaves, les liqueurs, les femmes et toutes sortes de péchés que vous pouvez imaginer. La jeunesse, la force et la beauté, tout est passé devant Ses yeux.

Toutes ces choses ont tenté le Seigneur Jésus d'une façon très vive, mais avant que vous ne soyez sauvés cela était également votre monde. Avant que je ne sois sauvé c'était mon monde. Et bien que cela ne soit que vanité et nous savons maintenant cela par la grâce de Dieu, nous ne l'avons pas tout le temps vu en tant que vanité. En fait, il n'est pas facile de le voir en tant que vanité parce que notre espérance est ici, nous construisons notre petit nid ici et nous élevons nos enfants ici. Cela devient notre vie. Nous respirons cet air, nous mangeons cette nourriture, nous buvons de cette eau.

Suivez bien maintenant parce que Dieu a un « problème. » D'une façon ou d'une autre, Dieu doit agir dans ma vie pour me faire volontairement choisir, parce qu'Il ne va pas me forcer de mourir à ce monde et à toute sa gloire, à toutes ses scènes et son attraction et à toutes ces choses, c'est comme un monde magnétique. Je me soumets et je meurs aujourd'hui.

Est-ce que vous réalisez quel genre de travail Dieu a fait dans votre vie et dans ma vie? J'espère que vous en êtes arrivés là. J'espère que vous avez déjà tout soumis au Seigneur et que vous Lui avez dit: « Je suis mort à ce monde et je n'en veux pas. Emmène-moi à la place où l'argent ne signifie rien, où les propriétés ne signifient rien, où la popularité ne signifie rien, où le succès ne signifie rien, où les plaisirs de ce monde ne signifient rien et la sagesse de ce monde ne signifie rien. » C'est un travail incroyable que Dieu doit faire!

Très bien, je suppose que s'Il veut me faire mourir à ce monde, Il va probablement ouvrir mes yeux à un autre monde et Il va probablement m'attirer par contraste. Il va probablement ouvrir mes yeux sur un monde de plus grande valeur s'Il veut me montrer un monde de grande vanité. Si je dois mourir à ce monde, alors je dois choisir un ciel. Il faut qu'il existe un autre monde que je puisse choisir. Il ne peut pas y avoir d'acceptation sans rejet et il ne peut pas y avoir de rejet sans acceptation. Si je dois mourir à mes amis sur cette terre, alors je dois avoir un ami de lumière vers qui me tourner. Si je dois mourir aux plaisirs des mauvais péchés, il faut qu'il y ait quelque chose qui puisse satisfaire mon coeur. Il faut que quelque chose me satisfasse. Dieu a donc fait quelque chose de merveilleux.

La façon de faire de Dieu pour vous attirer à Lui est de répandre Ses dons et Ses grâces sur vous. Et voyez tout ce qu'Il répand! Il fait déborder votre coeur avec toutes sortes d'assurances et avec la joie. Vous savez alors que vos péchés sont pardonnés. Il vous montre que vous êtes acceptés dans le Bien-aimé. Il vous montre que votre nom est écrit dans le livre de Vie de l'Agneau. Il vous montre que vous êtes habillés de la justice de Christ. Il vous parle de l'amour de son Père. Il vous montre qu'Il est votre tête et votre époux, que vous êtes en sécurité en Lui, que vous êtes honorés avec Lui, que vous faites partie des privilégiés. Il vous appelle Son trésor et Son joyau et les prunelles de Ses yeux. Il vous rappelle qu'Il va vous guider pas après pas, qu'Il va contrôler vos ennemis et diriger toutes vos dispensations, qu'Il va plaider toutes vos causes. Il déverse tout cela sur vous. Lorsque nous entendons cela, alors cela s'appelle l'Evangile. C'est appelé la Bonne Nouvelle. Nous sommes si heureux de l'entendre.

Nous disons alors que pour cela nous sommes prêts à mourir à la vanité de ce monde. Ainsi Il répand Sa miséricorde, Sa grâce, Sa lumière, Ses dons et nous expérimentons Dieu. Nous expérimentons l'extase. Il nous ouvre alors la Bible. Il nous conduit, Il pourvoit à nos besoins, Il fait toutes ces choses. C'est alors que nous pouvons Le sentir. Nous Le ressentons. Nous pouvons Le toucher. En fait, nous sommes appelés par la miséricorde de Dieu à présenter nos corps comme un sacrifice vivant. Et ces miséricordes sont si grandes que nous disons: « Très bien, je ne peux pas résister. Je vais délibérément choisir de mourir à ce monde présent. »

Dieu fait un tel travail dans notre coeur que nous commençons par être navrés pour ceux qui bâtissent leur vie ici-bas. Nous commençons à avoir pitié d'eux parce qu'ils sont si aveugles. Nous nous demandons de quelle façon il est possible d'être si aveugle. Nous aspirons à ce qu'ils viennent avec nous, qu'ils mangent avec nous, marchent avec nous, boivent avec nous et chantent avec nous. Dieu a gagné notre coeur. Nous sommes morts à ce monde présent.



MOURIR AU MONDE DES DONS ET DES BENEDICTIONS SPIRITUELS

Cela serait un monde merveilleux que de demeurer pour toujours ici alors qu'Il murmure toutes ces belles choses à notre oreille, mais cela ne fonctionne pas de cette façon. Ce n'est pas cela la vie chrétienne. Il y a davantage de choses dans la vie chrétienne que cela. Je vous ai dit qu'au niveau terrestre, Dieu avait un « problème », c'est de quelle façon nous détourner de ce monde pour nous tourner vers Lui. Mais cela n'est rien à côté du problème qu'Il a créé en nous faisant mourir à ce monde.

Laissez-moi vous donner une illustration avant de revenir à Corinthiens. Je vais prendre comme exemple un de mes enfants, même si cela ne s'est jamais appliqué à nous. Imaginons que mon fils David étant plus jeune avait une tendance à jouer avec des objets dangereux comme des couteaux et des feux d'artifice. Je vais peux être me dire: « Il faut que je fasse en sorte que David arrête de jouer à cela. » J'aimerais simplement que David vienne s'asseoir sur mes genoux pour que je puisse lui dire à quel point je l'aime. Mais chaque fois que j'essaie de m'asseoir pour parler avec lui, il part plutôt pour jouer avec ses couteaux et avec ses feux d'artifice ou quelque chose comme cela.

J'ai donc une idée, je sors faire des achats. Lorsque je reviens, je dis à David: « Il y a quelque chose qui va arriver cet après-midi, garde un oeil sur la fenêtre. » David regarde par la fenêtre et dit finalement: « Papa, il y a un camion qui arrive. » Je lui dis alors: « Regarde ce qui va se passer. » Et le camion décharge une grande quantité de jouets. Ce sont toutes les sortes de jouets que vous pouvez imaginer. C'est simplement un grand camion de jouets. Est-ce que vous pensez que je puisse attirer David loin de jeux dangereux vers ces jouets? Oui, il se peut que je l'attire vers ces jouets, mais je ne l'aurai toujours pas attiré vers moi. Je dois encore l'attirer vers le coeur du Père. Vous voyez, avant il était occupé avec des choses dangereuses, la vanité. Mais maintenant il est occupé avec des jouets. Il n'est toujours pas préoccupé par le père.

C'est exactement le genre de choses dont Dieu doit s'occuper avec nous. Il nous laisse mourir à ce monde en nous donnant beaucoup, beaucoup de cadeaux, de miséricordes, de grâces et de bénédictions. Puis dans la prochaine étape (et c'est de ces spirituels dont Paul parle ici), Dieu doit nous emmener à la place où nous sommes prêts à mourir à ces jouets. Nous devons être prêts à mourir aux « spirituels », aux plaisirs spirituels, pour que nous puissions profiter du Père seul. Etre prêts à mourir à ce monde, aux choses extérieures n'est rien en comparaison de désirer mourir (et Il ne nous forcera pas) aux dons spirituels, aux bénédictions spirituelles, aux bénéfices spirituels et à toutes ces choses spirituelles intérieures.

Vous savez, certains chrétiens ne parviennent jamais à passer par-dessus cet obstacle. Certains chrétiens n'ont jamais le courage de laisser de telles richesses spirituelles de côté. Ils n'ont tout simplement pas le courage de laisser tout cela pour pouvoir posséder Dieu seul. Certains ne vont jamais jusque-là. Leur vie chrétienne s'arrête à ce moment. Mourir à ce nouveau monde, mourir à ce monde spirituel est je crois un obstacle plus grand que de désirer mourir au plus grand péché dont vous pouvez être accros dans votre vie. Je pense que le péché n'est rien en comparaison du coût qu'il y a à mourir à ces jouets spirituels. C'est un jour merveilleux dans votre vie. Et si Dieu vous a emmenés aussi loin, vous pourrez témoigner de cela. C'est le moment où Dieu vous attire loin de ce monde et où vous vous soumettez totalement. Quel grand jour dans votre vie! Vous êtes changés pour toujours lorsque Dieu vous montre la vanité de ce monde et à la place vous embrassez les choses de Dieu. C'est une chose incroyable. Mais ensuite mourir à ce monde des choses spirituelles, est une toute autre chose.

Pour rendre tout cela très pratique, laissez-moi vous donner trois raisons pour lesquelles il est si difficile de mourir à ce nouveau monde. La première est que lorsque Dieu répand tout son chargement et ses bénédictions sur vous, vous pensez que vous êtes arrivés. Lorsque Dieu commence à vous donner toutes ces choses spirituelles, que vous commencez à goûter à la paix, à la joie, à la communion, vous pensez que votre coeur va exploser. A cause de ces nombreux dons, grâces, miséricordes, lumières et extases, votre coeur s'imagine que cela doit être la banlieue du ciel. Vous pensez que vous avez dû arriver.

Ce qui est triste c'est qu'à ce stade-là, le chrétien qui n'est pas encore mort aux bienfaits que Dieu donne, aux bénédictions de Dieu, pour pouvoir profiter du Seigneur seul, devient quelqu'un qui veut « revendre » ses jouets. En avançant dans le Seigneur, vous expérimenterez le fait que les chrétiens désirent partager leurs jouets. Il ne s'agit pas tellement du Seigneur, parce qu'il n'a pas encore expérimenté le Seigneur. Ce chrétien est si préoccupé avec les bénédictions du Seigneur qu'il ne peut profiter de Dieu Lui-même. C'est pour cela que j'aime ce petit refrain qui dit: « Avant c'était les bénédictions et maintenant c'est le Seigneur. » Ce chrétien dit par exemple: « Faites confiance à Christ, trouvez la paix. » Le point qu'il souligne est trouvez la paix, pas faites confiance à Christ. Faire confiance à Christ devient son jouet. Il pense que la paix est tout. Il dit: « Est-ce que vous désirez la paix? J'ai la paix. Tout le monde désire la paix. Alors prenons Christ pour avoir la paix. » D'autres chrétiens disent: « Faites confiance à Christ pour avoir la puissance. » Vous voyez, certaines personnes sont attachées à cela. Elles disent: « Vous désirez la puissance dans votre vie? Faites confiance à Christ! » D'autres s'intéressent à la guérison. Elles disent: « Faites confiance à Dieu et vous verrez des miracles. Est-ce que vous désirez être guéris? Faites confiance à Christ et soyez guéris! » D'autres encore disent: « Vous désirez voir des âmes sauvées, alors faites confiance à Christ et gagnez des âmes. » Le don qui a fait le plus d'effet sur vous est celui que vous allez vendre. Et cela fonctionne du don le moins édifiant au don le plus édifiant.

Si quelqu'un a eu une vision, il ne sera pas satisfait avant que quelqu'un d'autre n'ait une vision. Il dira: « Il faut que vous ayiez une vision, il faut que vous ayiez des rêves. » Ou alors si quelqu'un est un évangéliste et qu'il a amené quelqu'un à Christ, il désire que tout le monde gagne des âmes. Il dit: « Il faut que vous gagniez des âmes. C'est comme cela que ça fonctionne. » Ce sont là les différents jouets que manipulent les chrétiens. C'est la bénédiction spirituelle qui a fait du bien à votre coeur que vous allez essayer de « vendre » à tout le monde. C'est cela là que vous mettez en avant. C'est dans celle-là que vous essayez de faire que les autres s'impliquent.

Vous voyez, la plupart du monde chrétien n'est pas centré sur Christ. Ils sont décentrés. Ils sont centrés sur les dons spirituels, sur les bénédictions spirituelles, sur le service, sur la grâce, sur l'Eglise ou sur quelque chose d'autre. Mais Dieu nous appelle à aller vers Lui. Il nous dit, comme Il l'a fait avec les corinthiens: « Est-ce que vous désirez connaître les spirituels? Je vais vous parler des spirituels. Est-ce que vous savez comment passer de l'enfance à la maturité? Je vais vous dire de quelle façon y arriver. Mais pour arriver à cela vous devez mourir aux dons spirituels. Vous devez mourir à vos dons spirituels. » Vous voyez, c'est une des raisons pour lesquelles il est difficile de faire le pas parce qu'on pense que c'est tout ce qui existe. On pense que c'est la cerise sur le gâteau. Mais ce n'est pas avant que nous soyons morts à nos bénédictions spirituelles que nous pouvons être élevés à la connaissance de Christ Lui-même et de Christ seul.

La seconde raison pour laquelle cela est difficile de mourir au monde des bénédictions spirituelles est parce que nous nous sentons si bien d'avoir ces bénédictions et nous n'avons pas envie d'en être privés. Nous nous disons: « J'aime ce témoignage. Je peux ressentir la présence du Seigneur. Je vois Dieu qui répond à mes prières. Je sais que Dieu parle à travers moi dans la bible! Je peux voir Dieu m'utiliser dans la vie des gens et dans différents ministères. J'ai vu Dieu contrôler les circonstances! J'ai vu Dieu m'avertir d'un danger dans ma vie. J'ai expérimenté Son réconfort. J'ai goûté Sa conduite. J'ai vu Sa guérison. Il m'a illuminé. Il m'a donné la vie. »

Est-ce que vous êtes réellement prêts à laisser tomber tout cela? Personne ne le désire. Moi, je n'ai pas envie de laisser tomber tout cela. Il s'agit d'un monde incroyable! Loué soit Dieu! Je préfèrerais voir quelqu'un parler en langues ou guérir les gens tous les jours que de boire de l'alcool et se droguer. Cela a marché, Dieu a donné les dons pour nous éloigner du monde et cela a marché. C'est un merveilleux plan et cela a marché.

Il a répandu Ses grâces, Il a répandu Ses bénédictions, Il a répandu Ses bénéfices. Mais ensuite les chrétiens ont commencé à se reposer dans leur repos et dans leurs bénédictions au lieu du Seigneur. Ces dons nous ont été donnés pour nous emmener à la maturité. De la même façon que nous devons mourir au monde, nous devons maintenant mourir à ces choses. Dieu vous a donné la paix pour vous attirer loin de ce monde. Maintenant Il se donne Lui-même pour vous attirer loin de Sa paix.

Est-ce que vous réalisez cela? Il n'y a pas de paix dans la paix de Dieu. Est-ce que vous pensez que Dieu vous donne la paix afin vous puissiez en profiter? Pas du tout! Dieu vous donne la paix pour vous appeler loin de ce monde, mais Il ne vous donne pas de la paix pour en profiter, parce que si vous commencez à profiter de votre paix vous allez perdre votre paix. Profitez de Jésus et non pas de la paix. Charles Spurgeon a dit: « J'ai regardé à Christ et la colombe de la paix a volé jusque dans mon coeur. J'ai regardé à la colombe de la paix et elle est partie. » C'est tout à fait exact. Lorsque nous regardons à nos dons au lieu du Seigneur Jésus, nous ratons la grande dynamique de la vie chrétienne. Il nous a donné des dons pour une seule raison. Nous sommes des bébés et nous en avons besoin. Il nous a donné des bénédictions et des bénéfices pour nous emmener à la place de soumission parce que nous en avons besoin. Mais maintenant, nous devons mourir à ce monde si nous désirons grandir dans la maturité. C'est de cela dont il parle dans cette section. Parce que nous nous reposons dans nos bénédictions et que nous regardons à nos dons, il est très difficile de décider de sortir de tout cela et de Le suivre.

C'est effrayant de choisir la vie de foi, parce que nous pensons que Dieu va nous laisser complètement nus. Nous pensons qu'Il nous enlève tout de telle sorte que nous n'ayons rien. Mais ce n'est pas vrai. Dieu ne nous enlève jamais quelque chose afin que nous soyons sans rien. Il ne nous prend que nos dons afin que nous puissions ensuite les retrouver en Jésus-Christ. Mourons à nos dons en tant que vertu afin que nous puissions les posséder en Jésus-Christ. C'est cela la vérité de la mort et de la résurrection. Nous mourons à ces choses, puis nous ressuscitons à nouveau. Et dans cette résurrection nous recevons des centaines de fois plus que ce que nous avions avant de mourir, mais cette fois nous les possédons en Jésus-Christ. Dieu devient alors notre Tout en Tous. Nous avons les mêmes dons, mais cette fois-ci ils ne comblent pas un vide. Maintenant Dieu les utilise à travers le reflet de notre caractère. Dieu devient tout. Il devient notre atmosphère. Il devient notre environnement et notre vie. Je n'ai pas besoin de sentir Dieu davantage que je ne sens l'air que je respire. Il est là. Il est tout autour et cela devient un sujet de foi.

Laissez-moi vous donner comme illustration le moment où Satan a accusé Job. Vous vous rappelez de l'histoire. Satan a dit à Dieu: « Il n'y a qu'une seule raison pour laquelle Job T'a servi. Il n'y a qu'une seule raison pour laquelle il T'obéit, il T'aime et Te fait confiance. C'est parce que Tu as mis une protection autour de Lui. Il Te fait confiance à cause des dons. Tu Lui as donné une famille. Tu Lui as donné la santé. Tu Lui as donné les richesses. Tu Lui as donné des amis. Tu Lui as donné des propriétés. Enlève cette protection et Il te maudira en face. » Voilà ce que Satan a suggéré. Puis Satan a fait cette insinuation à Job. Il a insinué que Dieu n'est pas assez formidable en Lui-même et ne doit pas être choisi juste pour qui Il est. Il a dit que Dieu n'a rien si ce n'est Ses dons, ce qu'Il donne. Satan a suggéré que Dieu était un saint patron, un Père Noël dans la gloire et que la seule raison pour laquelle il faille Lui faire confiance est pour Ses dons. Il a accusé Dieu d'acheter les chrétiens pour les faire venir à Lui.

Nous avons lu l'histoire qui narre de quelle façon Dieu a permis que les protections autour de Job tombent les unes après les autres jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien d'autre que Job et Dieu. Mais combien c'est merveilleux d'entendre Job dire en Job 13:15: « Même qu'Il me tue, j'espèrerai en Lui. » Ou encore en Job 1:21: « L'Éternel a donné, et l'Éternel a ôté; que le nom de l'Éternel soit béni! » Et lorsque tout était terminé nous lisons en Job 42:5-6: « Mon oreille avait entendu parler de toi; mais maintenant mon oeil t'a vu. C'est pourquoi je me condamne et je me repens sur la poussière et sur la cendre. »

Vous voyez, nous faisons plus que d'étudier 1 Corinthiens 12 à 14. Nous étudions la façon de faire de Dieu. Nous étudions la vie. Nous étudions Dieu. Cela ne m'a jamais semblé très attrayant ou attirant pour moi que de penser que Dieu puisse parfois arrêter de nous faire ressentir Sa présence dans nos vies, de ce qu'Il puisse ne plus manifester de réponses à nos prières, qu'Il puisse ne plus donner des évidences, des preuves et des manifestations du fait qu'Il est avec nous, du fait qu'Il s'occupe de nous, qu'Il nous protège ou qu'Il nous utilise.

De façon naturelle j'aime Ses bénédictions, j'aime Sa paix, j'aime Sa puissance et j'aime le succès et je désire me sentir vivant. Je désire ressentir les choses, je désire savoir que je suis vivant. Est-ce que je dois mourir à toutes ces choses? Oui, si je ne désire pas être un bébé. Il n'y a pas d'autre possibilité. Il n'y a pas d'autre voie possible. Chaque chrétien doit passer par là s'il désire avoir Christ seul, Christ Lui-même, comme Sa vie et comme Son Tout en Tous. (cf. Ephésiens 1:23) C'est par la mort à ce « second monde » que le chrétien doit passer, s'il désire posséder Christ de telle sorte que possédant Christ il soit satisfait s'il ne possède rien d'autre que Christ.

Tous les dons sont la provision de Dieu pour répondre à notre immaturité, c'est tout aussi vrai pour les enseignements que pour les langues. Tous les dons spirituels sont pour contrer l'immaturité et alors que nous grandissons, nous grandirons en devenant indépendants de Ses dons.

Laissez-moi vous donner une troisième raison pour laquelle il est difficile de mourir à ce monde. Nous avons vu que c'est premièrement parce que vous pensez que vous êtes arrivés et qu'il n'y a rien qui va au-delà de cela, rien de plus que cela. C'est une des raisons pour laquelle tout cela est difficile. La seconde raison pour laquelle c'est difficile est parce qu'on se sent bien. Nous profitons de tout cela et nous n'aimons pas l'idée de devoir abandonner tout cela. La troisième raison pour laquelle c'est difficile de passer par-dessus cet obstacle, c'est à cause de notre fierté spirituelle.

Vous voyez, toutes ces bénédictions et ces bénéfices vous font penser que vous êtes spirituels. Ceux qui ne sont pas morts à ce monde de Mammon (je veux parler des chrétiens) qui ne se sont pas soumis, admirent les chrétiens qui sont remplis de dons. Mais ils ne voient pas les choses comme Dieu les voit. Pour Lui tous ces dons sont associés à l'immaturité. Mais le chrétien qui n'est pas soumis, fait l'éloge des chrétiens qui ont des dons spirituels en disant: « Oh, comme ils sont matures! Ils ont beaucoup de choses. Quelle grande bénédiction ils sont! » Puis bien entendu nous répondons: « Oh, s'il vous plait n'en rajoutez pas. » Mais en réalité au fond de nous nous disons: « Oui, continuez s'il vous plaît! Quelle grande contribution nos dons font à ce monde. »

Cela vous fait croire que vous êtes quelqu'un d'important et la vanité que cela crée en vous est pire que la vanité du monde qui est là dehors. Les dons spirituels vous élèvent, font de vous quelqu'un de public, ils vous mettent devant les yeux des hommes, et il y a ensuite ce désir subtil d'attirer les gens et d'être quelqu'un. De toutes les fiertés dans la vie, et il y en a des tonnes, la fierté spirituelle est la pire. Pouvoir penser que nous sommes quelqu'un à cause de certains dons que Dieu nous a donnés et que nous ne méritons pas et qui ne sont là que pour répondre aux grands besoins que nous avons, montre à quel point notre coeur est tortueux. C'est donc une chose très difficile.

Bien entendu, inclus dans toute cette fierté spirituelle, se trouve le fait que les bénédictions spirituelles agissent comme un mur pour couvrir nos péchés. Les gens sont si impressionnés par les soi-disant « chrétiens spirituels » parce qu'ils ont tous ces dons et signes très visibles, que toute la vie spirituelle réelle de ces chrétiens s'en trouve masquée. Il est facile de contrefaire les dons spirituels une fois que vous avez appris le jargon qui va bien. Il est alors facile de parler d'être caché en Christ en Dieu, d'être crucifié avec Christ et vivant pour Dieu étant assis dans le monde spirituel. Vous pouvez lancer beaucoup de mots lorsque vous n'avez pas réellement la réalité. Vous pouvez prétendre avoir un grand amour pour la bible et vous vanter d'une intimité avec Dieu ou prétendre avoir de la discipline dans votre vie qui peut exister ou pas.

Très bien, laissez-moi le redire encore une fois. Pour nous détourner de ce monde présent mauvais, Dieu répand sur nous des dons spirituels. Pour ensuite nous détourner du monde des dons spirituels et nous attirer à Lui-même, Il se manifeste Lui-même à nous. Nous devons mourir et revenir à la vie si nous désirons arriver à la maturité. Les corinthiens étaient dans la seconde phase de la croissance chrétienne. Ils étaient morts au monde présent mais pas encore à celui des dons et c'est de cela que traite toute cette section. Ils étaient encore des bébés spirituels. Ils étaient des enfants. Ils n'avaient pas encore appris à marcher pour la foi. C'étaient des jeunes chrétiens. Ils avaient maintenant besoin de mourir à ce second monde.

Voici un petit poème pour illustrer tout cela.

Laisse-Le Te conduire même si tu n'y vois rien,
Car la foi n'a pas besoin de savoir.
Les enfants que le Père mène,
Ne demandent pas où ils vont.

Nous n'avons pas besoin de connaître le pourquoi si nous connaissons le qui!

Très bien, laissez-moi encore répondre à une question en guise d'introduction et dans nos prochaines leçons nous commencerons le chapitre 12.

Les versets 12:4-11 disent: « Il y a diversité de dons, mais le même Esprit; diversité de ministères, mais le même Seigneur; diversité d'opérations, mais le même Dieu qui opère tout en tous. Or, à chacun la manifestation de l'Esprit est donnée pour l'utilité commune. En effet, à l'un est donnée par l'Esprit une parole de sagesse; à un autre, une parole de connaissance, selon le même Esprit; à un autre, la foi, par le même Esprit; à un autre, le don des guérisons, par le même Esprit; à un autre, le don d'opérer des miracles; à un autre, la prophétie; à un autre, le discernement des esprits; à un autre, la diversité des langues; à un autre, l'interprétation des langues. Un seul et même Esprit opère toutes ces choses, les distribuant à chacun en particulier comme il veut. »

Voici pour la question. Comme on lit dans le verset 14:11 que c'est le Saint-Esprit qui prend la responsabilité de distribuer les différents dons selon comment Il l'entend, que signifient les versets suivants:

• Verset 12:31: « Aspirez aux dons les meilleurs. Et je vais encore vous montrer une voie par excellence. »
• Verset 14:1: « Recherchez l'amour. Aspirez aussi aux dons spirituels, mais surtout à celui de prophétie. »
• Verset 14:12: « De même vous, puisque vous aspirez aux dons spirituels, que ce soit pour l'édification de l'Église que vous cherchiez à en posséder abondamment. »
• Verset 14:39: « Ainsi donc, frères, aspirez au don de prophétie, et n'empêchez pas de parler en langues. »

Si le Saint-Esprit est Celui qui choisit les dons et que ce n'est pas moi, alors pourquoi est-ce qu'on me dit de désirer les meilleurs dons? Si c'est Sa décision et qu'Il distribue arbitrairement les dons à qui Il veut, ne va-t-il pas simplement voir mes besoins et m'équiper dans les domaines où j'en ai besoin? S'il me donne un certain don, comment puis-je le blâmer? C'est de Sa faute s'Il me donne le don des langues, le don des miracles, le don de la prédication, le don de l'évangélisation, le don de l'aide ou le don de gouvernement! C'est Dieu qui fait cela. Ensuite qu'est-ce que cela signifie que d' « aspirer aux dons les meilleurs? »

Laissez-moi vous donner une simple réponse pour illustrer cela à partir du texte. Voilà la simple réponse. Vous pouvez grandir – c'est tout le contexte de passer de l'enfance à la maturité – pour sortir du besoin d'avoir des dons. C'est de cette façon que nous devenons matures. Les dons sont des chaises roulantes. C'est pour cette raison que Dieu nous donne des dons. Ce sont des béquilles. Je peux grandir pour m'émanciper de mon besoin de dons. C'est pour cette raison qu'Il dit « Aspirez aux dons les meilleurs » qui sont en lien avec l'édification.

L'illustration que le Saint-Esprit donne au chapitre 12 est le corps humain. Le verset 12:12 dit: « Car, comme le corps est un et a plusieurs membres, et comme tous les membres du corps, malgré leur nombre, ne forment qu'un seul corps, ainsi en est-il de Christ. »



LES CHRETIENS FORMENT UN CORPS, PAS UNE EQUIPE

Dans notre prochaine leçon nous irons plus loin dans l'illustration du Corps, mais pour l'instant veuillez noter la relation entre tous les membres et la Tête. Christ est la Tête. Les chrétiens sont les membres, ils forment le Corps et chaque membre doit vivre pour le plaisir de la Tête. C'est cela l'objectif de la vie. Le verset 12:27 dit: « Vous êtes le corps de Christ, et vous êtes ses membres, chacun pour sa part. »

De nombreuses personnes comparent l'église, les chrétiens, à une équipe. L'idée est que nous sommes les membres de la même équipe; nous devons coopérer. Une équipe est un ensemble de personnes qui travaillent ensemble dans un effort coordonné pour accomplir un travail. C'est cela une équipe. C'est une illustration humaine. La réalité est que la bible ne nous appelle jamais une équipe. Nous ne sommes pas une équipe. Il ne s'agit pas d'une unité d'objectif, mais d'une unité de vie. Nous n'avons pas de travail à faire, nous avons une vie à vivre. Dieu utilise le corps humain en tant qu'image. Nous sommes les membres d'un corps. Nous ne sommes pas les membres d'une équipe. Nous sommes les membres d'un corps vivant. Si nous étions juste une équipe nous pourrions vivre selon des règles et des ordonnances, mais nous ne sommes pas une équipe. Nous sommes un corps, nous avons une tête commune, Christ, qui pourvoit à la vie et qui coordonne tout notre corps. Christ est toute chose.

Ceci étant dit, si le bras droit vit pour le plaisir de la tête et que le bras gauche vit pour le plaisir de la tête, il y a une chance que les deux bras puissent vivre ensemble car ils vivent chacun pour le plaisir de la tête. En fait, si chaque membre de mon corps vit pour le plaisir de ma tête, je serai bien coordonné, parce que mon corps pourra répondre à ma tête. Christ est le cerveau; Il est la tête, je serai bien coordonné parce que mon corps répondra à la tête. Christ est le cerveau: Il est la tête, Il dit au corps ce qu'il doit faire.

L'Eglise a besoin de comprendre cette illustration du corps. Pourquoi les chrétiens ne peuvent-ils pas vivre ensemble et doivent-ils tout le temps lutter et se combattre? Lorsque je me lève le matin je n'ai pas besoin d'avoir une réunion de comité avec mes jambes et de dire: « Très bien jambe droite, voici de quelle façon tu devras marcher! Jambe gauche, toi, tu suivras! Très bien bras, voici le règlement pour aujourd'hui. » Non, je vis simplement, la vie est intuitive et c'est pareil avec la vie spirituelle. Chaque fois que les chrétiens ne peuvent pas vivre ensemble, c'est parce qu'il y a au moins quelqu'un qui ne vit pas pour le plaisir de la tête. Si vous vivez pour le plaisir de la tête et que je vis pour le plaisir de la tête, nous sommes en parfaite communion. Nous avons une parfaite unité. Nous n'avons pas besoin d'une organisation sociale pour pouvoir avoir la communion ensemble. Nous n'avons pas besoin de planifier des sorties bowling et toutes sortes de choses juste pour avoir un peu de communion ensemble. Nous sommes un! Dans notre prochaine leçon, nous nous occuperons de tout cela. Mais le point important est le suivant. C'est qu'avec cette illustration, Dieu nous dit que nous sommes les membres et que nous devons vivre en union avec la tête et que lorsque nous vivons en union avec la tête, le corps fonctionne de la façon dont Dieu a prévu que cela fonctionne.

Est-ce que nous avons tous des dons? Je vais le dire d'une autre manière et vous trouverez la réponse. Est-ce que nous avons tous des besoins? Très bien; alors si nous avons tous des besoins, c'est que nous avons tous des dons, parce que c'est pour cette raison que Dieu donne les dons. C'est pour répondre à nos besoins. Par conséquent jusqu'à ce que nous n'ayons plus de besoins, nous aurons des dons. Tous les chrétiens ont des dons. Le verset 12:7 dit: « Or, à chacun la manifestation de l'Esprit est donnée pour l'utilité commune. » Le verset 12:11 dit: « Un seul et même Esprit opère toutes ces choses, les distribuant à chacun en particulier comme il veut. » Dans cette section, il n'y a pas moins de vingt dons qui sont mentionnés, si vous tenez aussi compte d'Ephésiens et de Romains. Mais ce ne sont que des cas représentatifs. Il y a des centaines de dons. Il ne s'agit que d'exemples, il ne s'agit pas de tous les dons. Ce n'est qu'un échantillon. Tous les chrétiens ont des dons, mais alors que nous grandissons, nos dons deviennent une part de notre caractère.

Par exemple, si vous avez le don pour aider, Dieu vous a donné cela parce que vous ne pensez qu'à vous. Mais que va-t-il se passer lorsque cette personne sera conformée à Christ? Elle désirera aider les autres personnes et elle n'aura pas besoin de le faire à partir d'un don. Cela devient maintenant un fruit de son caractère. Est-ce que vous voyez ce que je veux dire? Vous grandirez pour devenir indépendants de votre don, mais vous n'arrêterez jamais d'aider. Vous avez grandi à un stade où cela devient votre vie, où cela fait partie de votre vie. Voilà ce dont Paul est en train de parler ici. Lorsqu'il dit: « Désirez les dons les meilleurs », tout ce qu'il veut dire est: « grandissez. » C'est tout ce qu'il nous demande de faire. Il veut suggérer que vous pouvez dépasser le stade de vos besoins pour que cela devienne un fruit de votre caractère. C'est ce qu'il dit que nous devons faire ici.



L'AMOUR: LA VOIE PAR EXCELLENCE

La raison pour laquelle je vous rends attentifs à cela est que j'essaie de vous expliquer ce qu'il ne dit pas. Il ne dit pas: « Découvrez vos dons, développez vos dons, de sorte que vous puissiez utiliser vos dons pour Dieu. » En fait, je crois qu'il enseigne tout simplement l'opposé de tout cela dans ces trois chapitres. Il nous parle du don le plus excellent, dans le verset 12:31 où il dit: « Et je vais encore vous montrer une voie par excellence. » La voie la plus excellente est l'amour. La voie la plus excellente est le fruit de l'Esprit.

Qu'est-ce que le fruit? Est-ce que vous avez déjà entendu un pommier agoniser pour essayer de créer une pomme, un fruit? Vous n'entendez pas un gémissement et tout d'un coup une pomme apparaît. Il n'y a pas d'agonie là-dedans. C'est automatique, c'est naturel, cela se passe sans effort. Christ nous appelle à une vie chrétienne qui soit sans lutte, sans effort et sans oeuvre. Si vous avez à oeuvrer dans une partie de votre vie chrétienne, c'est que vous n'êtes pas réels dans cette partie de la vie chrétienne. Chaque fois que quelque chose est réel dans votre vie, c'est un fruit et Dieu le crée automatiquement. Paul nous dit donc simplement qu'il aimerait que nous puissions passer de nos besoins vers un caractère selon Christ. Voici ce qu'est la voie plus excellente. Désirez le fruit de l'Esprit. C'est cela la voie plus excellente. C'est juste une autre façon de dire, vivez simplement pour le plaisir de la Tête. Recherchez simplement Christ.



NE PAS CONFONDRE DONS SPIRITUELS ET NATURELS

Ceci étant dit, ne confondez pas un don spirituel avec un talent naturel. Ce n'est pas la même chose. Un talent naturel est simplement une capacité innée. Un talent naturel peut être exercé. Vous pouvez le développer, le cultiver si vous avez quelque capacité artistique ou musicale. Un talent naturel est quelque chose que vous aviez avant que vous rencontriez Jésus. Si vous avez un talent naturel, un talent de mécanicien, de musique ou d'art ou quelque chose comme cela, vous n'avez pas besoin de vous soumettre à Christ pour exprimer ce talent. De nombreux chrétiens sont des artistes ou des musiciens mais certains d'entre eux n'ont jamais plié le genou devant la Seigneurie de Jésus-Christ. Michel-Ange avait des talents naturels par exemple. Il est vrai que tout talent naturel est également un don. Bach, Beethoven et Mendelssohn avaient des talents naturels en musique. Edison avait un talent naturel. Shakespeare avait un talent naturel. Un talent naturel est quelque chose que vous aviez avant que vous soyez sauvés. Un don spirituel est quelque chose que vous avez reçu depuis que avez été sauvés et cela ne fait que s'exprimer lorsque vous vous soumettez au Seigneur. Si vous ne vous soumettez pas au Seigneur vous ne pourrez même pas commencer à utiliser le don spirituel.

Le point que j'essaie de souligner est que de nos jours les chrétiens sont encouragés à développer leurs dons spirituels, mais les gens font l'amalgame avec les talents naturels. Par exemple ils disent: « Est-ce que vous pouvez chanter? Est-ce que vous pouvez jouer de l'orgue? Est-ce que vous pouvez jouer d'un instrument? Est-ce que vous pouvez jouer du violon? » Puis ils vont à l'école et essaient de développer ce talent naturel pour l'utiliser pour Jésus. Des milliers de chrétiens ratent la volonté de Dieu parce qu'ils essaient de développer leurs talents naturels au lieu de se soumettre à Dieu. Il se peut que Dieu désire que vous mettiez votre don naturel pour toujours de côté pour être en mesure d'utiliser vos dons spirituels.

Est-ce que j'ai besoin de rechercher mes dons spirituels? Est-ce que j'ai besoin de connaître mes dons spirituels? La réponse est un non absolu. Vous n'avez pas besoin de faire cela. Vous avez besoin de vous soumettre à la Tête. Lorsque vous vivez pour le plaisir de la Tête, tous les dons que vous avez seront utilisés par Dieu. Si vous essayez de trouver votre don vous allez probablement le rater. Vous ne serez pas capables de trouver votre don spirituel. Vous ne serez pas capables de le deviner parce que c'est basé sur vos besoins et cela devient si naturel lorsque vous l'avez que cela ne ressemble pas à un don. Cela semble être quelque chose que vous avez toujours eu. Vous vous dites: « J'ai toujours fait cela. » Si j'ai le don pour aider, je ne me demande pas: « J'ai le don pour aider, qui est-ce que je vais aider aujourd'hui? » Si j'ai le don pour aider, je vais automatiquement aller aider quelqu'un et je deviendrai fou devant ceux qui ne le font pas. Je dirai: « Mais quel est le problème avec vous? N'avez-vous aucune compassion pour cette personne? » C'est parce que cela est devenu quelque chose de naturel, c'est un don spirituel, mais vous ne vous rendrez pas compte que c'est spirituel.

La bible ne nous demande pas de connaître nos dons spirituels. Vous êtes décentrés si vous essayez de trouver votre don spirituel, si vous essayez de connaître votre don spirituel ou si vous essayez de développer vos dons spirituels. La réalité qui est le point souligné dans ce chapitre, c'est que nous devons mourir à nos dons spirituels. C'est l'exact opposé que d'essayer de les développer. Dieu ne désire pas que vous le développiez, Il désire que vous l'abandonniez parce que c'est fait pour les bébés. Dieu désire que vous avanciez au-delà de cela et non pas de le trouver et une fois que vous l'avez, de toujours l'utiliser. Il veut que vous grandissiez au-delà de notre besoin de dons, et alors que vous vous développez en Christ, vous allez vous dire: « Comment savoir si je fais les choses bien? » Il faut simplement regardez à Jésus. Soumettez-vous simplement à Jésus. A chaque moment où vous vivez pour le plaisir de la Tête, le Corps fonctionne bien. Cela en fait partie. C'est la lumière. Vous n'avez pas besoin de faire des efforts, ni de combattre, c'est le fruit de l'Esprit.

Paul nous dit qu'il désire nous montrer une voie plus excellente. Mais plus excellente que quoi? Que de courir après ces dons! C'est tout le point qu'il souligne ici. C'est de cela dont il parle. Il nous dit: « Ne courez pas après les dons. Dieu vous les donnera si vous en avez besoin et Dieu les utilisera parce qu'Il est bon. Mais surtout ne courez pas après les dons. Je vais vous montrer une voie plus excellente. Essayez d'aller au-delà de vos dons, d'aller plus loin, d'aller vers une voie plus excellente, afin d'aller au-delà de ces petits besoins, comme le fait que j'ai besoin de prendre les choses par la foi, de sentir que Dieu est présent, et des choses comme cela. Allez au-delà de cela. Voici la voie plus excellente. Regardez à la Tête et le fruit de l'Esprit viendra de lui-même. » C'est ce que nous verrons dans notre prochaine leçon.

Prions:

Père, nous Te remercions à nouveau, mais non pas pour ce que nous pensons que nous savons, mais pour tout ce que Tu sais que ces choses signifient. Combien nous Te louons pour Ta patience dans nos vies. Tu sais que nous désirons aller plus loin avec Toi. Nous prions que nous puissions comprendre ces choses et que par Ta grâce nous puissions aller après Christ seul. Manifeste cela dans notre coeur. Nous Te prions dans le nom de Jésus. Amen.

1 Corinthiens #17